MINISTÈRE DE L’ÉQUIPEMENT, DES TRANSPORTS, DU LOGEMENT, DU TOURISME ET DE LA MER DIRECTION GÉNÉRALE DE L’URBANISME, DE L’HABITAT ET DE LA CONSTRUCTION Arrêté du 22 janvier 2004

portant modification des méthodes de calcul annexées à l’arrêté du 1er décembre 2000 portant approbation des méthodes de calcul Th-C et Th-E prévues aux articles 4 et 5 de l’arrêté du 29 novembre 2000 relatif aux caractéristiques thermiques des bâtiments nouveaux et des parties nouvelles de bâtiments. NOR : EQUU0410026A Le ministre de l’équipement, des transports, du logement, du tourisme et de la mer, Vu la directive 89/106/CE du 21 décembre 1988 relative au rapprochement des dispositions législatives, réglementaires et administratives des États membres concernant les produits de construction ; Vu le code de la construction et de l'habitation, modifié par le décret n° 2000-1153 du 29 novembre 2000 ; Vu l’arrêté du 29 novembre 2000 relatif aux caractéristiques thermiques de bâtiments nouveaux et des parties nouvelles complété par l'arrêté du 9 novembre 2001 ; Vu l’arrêté du 1er décembre 2000 portant approbation des méthodes de calcul Th-C et Th-E prévues aux articles 4 et 5 de l’arrêté du 29 novembre 2000 relatif aux caractéristiques thermiques des bâtiments nouveaux et des parties nouvelles de bâtiments, Arrête : Article 1er La méthode de calcul Th-C annexée à l’arrêté du 1er décembre 2000 susvisé est modifiée comme indiqué en annexe n°1 du présent arrêté. Article 2 La méthode de calcul Th-E annexée à l’arrêté du 1er décembre 2000 susvisé est modifiée comme indiqué en annexe n°2 au présent arrêté. Article 3 Le directeur général de l’urbanisme, de l’habitat et de la construction est chargé de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Bulletin officiel du ministère de l’équipement, des transports et du logement

Pour le Ministre et par délégation : Le directeur général de l’urbanisme, de l’habitat et de la construction FRANÇOIS DELARUE

ANNEXE N° 1
à l’arrêté portant modifications des règles de calcul Th-C et Th-E

MÉTHODE DE CALCUL Th-C

La méthode de calcul Th-C a été développée par le Centre scientifique et technique du bâtiment

Emplacement dans le texte Texte réglementaire Modifications

1

Au début du § 1.3, ajouter :

A la fin du § 1.3, ajouter :

Dans l'ensemble des règles Th-C, la définition de θamb doit être lue comme : θamb = θinor - b * (θinor - θe) (°C), θinor : température intérieure définie à l'équation (6) (°C). θe : température extérieure du mois définie dans le tableau 3 (°C) b: coefficient de réduction de température défini dans les règles Th-Bat. Les parties de circuit de distribution situées en gaine technique sont considérées comme hors volume chauffé avec conventionnellement b=0. (Cette définition remplace les définitions aux pages 71, 76, 88 et 93). Les données d’entrée et de sortie seront fournies avec trois chiffres significatifs en suivant les règles d'arrondis. Cf. annexe 1.1 Type 4 : 0,85.valeur mesurée

1

2 mais article 15

A la suite du tableau 1, ajouter le texte de l’annexe 1 ci-jointe A la fin du tableau 2, ajouter : Dans le tableau du § 4.1.2, 2e colonne, niveau perméabilité à l'air Bâtiment 1re ligne, supprimer à la fin de la phrase : Dans la première phrase du paragraphe après Dans le cas.... altitude on appliquera la correction le tableau 4 du §1, remplacer : pour les températures et vitesses de vent mais pas pour les ensoleillements Dans la dernière phrase du paragraphe après mais que le tableau 4 du §1, remplacer : Au § 2.3, dans le 4e alinéa, remplacer : article 16 petits commerces À la 2e ligne du tableau 5, supprimer :

Dans le cas.... altitude, on appliquera la correction pour les températures mais pas pour les vitesses de vent et les ensoleillements

Emplacement dans le texte Texte réglementaire Modifications

Au §2.3, après le tableau 5, ajouter :

Dans les § 2.4 et 2.4.2, remplacer : Dans le § 2.4.2, remplacer : Sous l'équation 1, remplacer : facteur de correction pour l'ombrage facteur d'éclairement Fs est le facteur de correction pour l'ombrage de la surface exclus inclus exclus baie baie facteur d'ombre partiel aux équations (6), (7) et (8) 18 chapitre 10 intitulé : inclus surface considérée surface réceptrice facteur de correction à l'équation (5) 15 chapitre 0

Lorsque un bâtiment comporte des zones relevant à la fois de la seconde et de la troisième ligne du tableau 5, pour la valeur par défaut et pour la valeur de référence, on pourra retenir une des deux solutions suivantes : - appliquer les valeurs correspondant à la plus grande des zones ; - calculer la perméabilité du bâtiment en m3/(h.m²) comme la somme des perméabilités de chaque zone ; Seule la seconde solution sera possible lorsque une des zones représente plus du tiers de l'autre. Cette approche permet par exemple d'appliquer les valeurs de perméabilité correspondant au logement collectif pour les bâtiments de logements comportant un niveau de commerces et au moins 3 niveaux de logements. facteur d'ombre facteur d'ombre Fs est le facteur d'ombre de la baie,

2

Dans l’avant-dernier alinéa du § 2.4 (aire réceptrice équivalente sud AsS) , remplacer : Dans le dernier alinéa du § 2.4 (aire réceptrice équivalente sud AsE) , remplacer : Dans le § 2.4.2, à la deuxième ligne, remplacer : Dans les définitions liées à l'équation (2), remplacer : Dans les définitions liées à l'équation (3), remplacer : Au § 3.1, dans le 5e alinéa, remplacer : Dans le tableau 11, à la colonne 7 et à la ligne Etablissement sanitaire avec hébergement, remplacer : Dans la dernière phrase du § 4.1, remplacer :

Emplacement dans le texte Texte réglementaire Modifications Dans le cas où les émetteurs sont de classe de variation spatiale B avec un flux émis vers le bas et la hauteur sous plafond est supérieure à 4 m, alors la hauteur à prendre en compte pour le calcul de la variation spatiale supplémentaire est la hauteur moyenne entre le plus haut des émetteurs et le point haut du plafond. Par défaut on peut prendre la hauteur sous plafond

Au § 4.3, après le tableau 13, ajouter :

Au § 5.3, après le 3ème alinéa, ajouter :

Ainsi pour chaque mois, on peut avoir en secteur résidentiel et en occupation : 5 configurations de vent (occurrence de 20 %) définies en 5.6.3 ; 2 configurations de débit spécifique (pointe et base) définies en 5.4 ; 2 configurations d'ouverture des fenêtres complémentaires (ouvert ou fermé) définies en 5.5.2 ; 3 configurations de débit comburant (sans débit comburant, avec débit comburant dû au chauffage, avec débit comburant dû à l'ECS) définies en 5.7 ; 3 Au maximum 60 configurations sont possibles. On calcule pour chaque cas la probabilité d'occurrence, les débits aérauliques (en particulier débit d'air exfiltré) et les résultats énergétiques définis en 5.1. Les résultats utilisés pour le calcul du C correspondent aux résultats énergétiques pondérés par les probabilités d'occurrence correspondants

Au § 5.4.1.2, au 3 e alinéa après les mots « et si le système est à dépression supérieure à 20 Pa. », ajouter : En l’absence d’échangeur, le débit équivalent énergétique qvrjten est égal à la somme pour la zone des débits extraits qvrjt.

Kres concerne le réseau complet et monté, y compris le raccordement aux bouches et terminaux

A la fin du § 5.4.1.2, supprimer :

Emplacement dans le texte Texte réglementaire Modifications Une pénalité de type 2 est appliquée sur le rendement des échangeurs non certifiés Cf. annexe 1.2

Au § 5.4.1.3, à la fin du 1er paragraphe « Le calcul est… air. », ajouter : Au § 5.4.1.3, à la fin du 2e § de l’alinéa « 1. Débit énergétique équivalent dû à la présence d’un échangeur », ajouter le schéma joint en annexe 1.2 Au § 5.4.1.3, à la fin du 1er alinéa « Débit énergétique équivalent dû à la présence d’un échangeur », ajouter : En l’absence d’échangeur, le débit équivalent énergétique qvrjten

4

Emplacement dans le texte Texte réglementaire Modifications hdébouché Kres est défini dans le tableau 22. ∆pbouche = 20 . [(qvcond / (Mbouche,eq + Mfuites)2) 3.6 ∆pext
Vent
∆ p extr

hdeb

Au § 5.4.2.1 dans l’alinéa « Pour ce qui concerne la hauteur de tirage thermique,… », remplacer : Au § 5.4.2.1, à la fin de l'alinéa « Pour les conduits shunts, le conduit équivalent à la section… », ajouter : Dans l'équation (24), remplacer : Dans l'équation 26, remplacer Dans l'équation (29), remplacer : Après l'équation (29), ajouter : ∆pbouche = 20 . (qvcond . abs(qvcond) / (Mbouche,eq + Mfuites) 2) 3600 ∆pextr

∆ p cond

Te Ti

5

∆ p coude ∆ p bouche

Schéma de principe pour le calcul de ∆pmot θe,deb1, ve,deb1, θe,deb2, ve,deb2 sont des caractéristiques du projet étudié. 0.125 1.25

Au § 5.4.2.2, après "θe > θe,deb2 ou ve.prob< ve,deb2", ajouter : Dans le tableau 22, dernière ligne, 3e colonne, remplacer : Après l'équation (30), ajouter :

Après l'équation (31), ajouter : prob(ve) est la probabilité de dépassement de la vitesse ve

Après l'équation (36), remplacer :

Ce cas exceptionnel correspond à une situation où la réglementation d'hygiène impose pour un même local un débit à reprendre et un débit à fournir. Le cas de l'équation 30 peut se ramener à celui de l'équation 31 en ne retenant pour le local considéré que le plus grand (en valeur absolue) des débits à fournir et à extraire et en considérant l'autre comme nul. prob(ve) est la probabilité de non dépassement de la vitesse ve

Emplacement dans le texte Texte réglementaire Modifications

A la fin du § 5.6.3, supprimer :

L'application des formules ci-dessus et des valeurs de référence du Tableau 3 : Données climatiques mensuelles conduit aux résultats suivants : Supprimer le tableau 23. Tableau 23 en entier Au § 5.6.5, dans le cas 1 de tirage thermique, (habitat, non résidentiel avec cage d’escalier à remplacer : portes à fermeture automatique) Au § 5.6.5, dans le cas 2 de tirage thermique, (bâtiment non résidentiel avec cage d’escalier remplacer : ouverte) Au § 5.6.6, dans le second alinéa, remplacer : supérieure Dans les équations (43) et (44), remplacer : 1,2 Dans la dernière équation (43), remplacer : 0,6 Dans la dernière équation (43), remplacer : 84 Après les équations (44), ajouter :

6

(par exemple habitat collectif, non résidentiel avec cage d’escalier à portes à fermeture automatique) (par exemple maison individuelle, bâtiment non résidentiel avec cage d’escalier ouverte) médiane 1,1 0,55 77 Pour les entrées non certifiées, la valeur du module est augmentée de 15%. Après l'équation (45), ajouter : (θlnc – θe) / (θi – θe) est égal à (1 – b), où b est le coefficient de réduction de température défini dans les règles Th-Bât Au § 5.7, dans la 1re phrase, remplacer : qvcomb,sup qvcomb Remplacer l'équation (48) : Papp.ecs = Qw /168 Papp.ecs = Qw /(168.nsem,nor) où : où : Qw sont les besoins hebdomadaires d’ECS. Qw et nsem,nor sont définis à l'équation (118). Remplacer l'équation (49) : Probcomb.ch.occ = Probcomb.ch.mens . ( (tocc + tinoc) / tocc ) Probcomb.ch.nor = Probcomb.ch.mens . 168 / (tnor Nnor ) Remplacer l'équation (50) : Probcomb.ecs.occ = Probcomb.ecs.mens . ( (tocc + tinoc) / tocc ) Probcomb.ecs.nor = Probcomb.ecs.mens . 168 / (tnor Nnor ) tnor et Nnor sont les valeurs définies au tableau 11. Après l'équation (50), remplacer : tocc est la durée normale, tinoc est la durée de réduit. Au § 5.8, dans la 1er phrase, remplacer : La consommation énergétique des ventilateurs de ventilation La consommation énergétique des ventilateurs mécanique Au § 5.8 dans la formule (51) et dans la ligne Pventgen Pventmoy suivante, remplacer : Au § 5.8, dans la 3e phrase, remplacer : on considère la moyenne des puissances pondérées Pventmoy est la moyenne des puissances pondérées par les temps de fonctionnement (puissances moyennes de ventilateurs) par les temps de fonctionnement A la fin du § 5.8, ajouter le texte joint en cf. annexe 1.3 annexe 1.3 A la fin de la 1re phrase du § 6, ajouter : La procédure de calcul faisant l'objet de la section 6.1 ne s'applique qu'aux mois pendant lesquels la température extérieure est inférieure à la température de consigne de la sous-période normale. Dans le tableau 35, remplacer : heure fixe sans contrôle d'ambiance décalage de courbe de chauffe sans contrôle d'ambiance Après l'équation (60), remplacer : Tableau 4 : Données climatiques annuelles Tableau 3 : Données climatiques mensuelles

Emplacement dans le texte Texte réglementaire Modifications
υ ipp

Remplacer l'équation (62) :

= υe + H
H est le Hsub de la période concernée. Hsub est définie au § 6.2.

(Ppp + Φ g )

θ ipp = θ e +
H

Ppp

Remplacer l'équation (68) :
t bh ⎞ ⎟ ⎟ ⎠ ⎡ ⎛ ⎜ ⎢ ξ . (θ cpp − θ cnh ) ⎜ ⎢ = τ P ⋅ max ⎢0; ln ⎜ ⎜ θ − θ + ξ . (θ − θ ). exp⎛ − t sub ⎢ ⎜ cnh inor c0 ⎜ τ ⎜ ipp ⎢ P ⎝ ⎝ ⎣

⎡ ⎛ ⎞⎤ ⎜ ⎟⎥ ⎢ ξ . (θ cpp − θ cnh ) ⎜ ⎟⎥ t bh = τ P ⋅ max ⎢0; ln⎜ ⎟ ⎢ ⎛ tsub ⎞ ⎟ ⎥ ⎜ θ − θ + ξ . (θ − θ ). exp⎜ − ⎢ ⎟ inor ipp cnh c0 ⎜ τ ⎟ ⎟⎥ ⎜ ⎢ P ⎠ ⎠⎥ ⎝ ⎝ ⎦ ⎣

Au § 6.1.4, 3 e alinéa, remplacer : θeb définie dans le Tableau 4 : Données climatiques annuelles. θeb à 0 °C par convention

Au § 6.1.4, 4 e alinéa, remplacer : Rajouter à la fin du § 6.1.5 voir 6.2 on calcule pour chaque mois de la température intérieure

Dans les définitions liées à l'équation (89), remplacer : Au § 6.4.2, 3 e alinéa, remplacer :

à 0 °C par convention Pour les bâtiments ayant un autre type d'usage, ce coefficient Fcor_θieq est égal à 1 en absence de dispositif de programmation voir § 5 on calcule pour chaque mois la température intérieure 7

Remplacer l'équation (93) :

θ isc = θ e + H
sub sub

Qg

θ isc = θ e +
.t sub
sub sub

Qg H ⋅ t mois
sub .t sub

Remplacer l'équation (94) :
sub sub

∑ N .H H= ∑t
sub

∑ N .H H= ∑N t
sub

sub sub

Dans le § 6.4.2, remplacer : A la fin du § 6.4.2, ajouter : T
Ql.nor = Hsub .(θinor − θe ).t end + C.ζ.(θc0 − θC3 )

θinor

θiinor Tous les calculs sont faits en jour et partie de jour sans effectuer d'arrondi τ
Ql.nor = Hsub .(θinor − θe ).t end + Ch.ζ.(θc0 − θC3 )

Après l’équation (97), remplacer : Remplacer l'équation (102) : Dans le § 6.5.2, remplacer : Dans le § 6.5.2, remplacer : Après le tableau 36, rajouter : τp τp0 Qd,w_col

Qd,w_col

τ τ0 Les besoins d'ECS sont repartis sur la durée d'occupation. On définit une phase « ECS » qui correspond à la durée d'occupation et une phase « Arrêt ECS » égale à la durée d'inoccupation Qd,w_collec

Emplacement dans le texte Texte réglementaire Modifications le nombre de puisages par sous période normale np θinor de chauffage le nombre de puisages par période d'occupation np θi ou traceur en fonctionnement ou que le traceur est arrêté Qd,w_col V est le volume d'eau de la boucle contenu dans la boucle Ce calcul ne doit être effectué que pour la sous période normale

Au § 8.1.1, dans le 3e tiret, supprimer : Au § 8.1.1, dans le 4e tiret, remplacer : Dans les définitions liées à l'équation (121), remplacer : Au § 8.1.2, dans le 2e alinéa, supprimer : Au § 8.1.2, dans le 5e alinéa, supprimer : Dans les équations (122) et (123), remplacer : Dans les définitions liées à l'équation (123), remplacer : Qd,w_collec V est le volume d'eau de la boucle contenu dans la boucle (en litres). Il se calcule à partir des équations du paragraphe 8.1.2.1 sur toute la longueur de la boucle

À la fin du § 8.1.2, supprimer :

Remplacer l'équation (130) :

Pmax_ col = L col .U col .(θ w ,d − b col .(θ amb − θ eb )) Pmax_ col = L col .U col .(θ w ,d − θ amb ) avec θamb = θinor – bcol . (θinor – θeb) Pmax_ hor = L hor .U hor .(θ w ,d − b hor .(θ amb − θ eb )) Pmax_ hor = L hor .U hor .(θ w ,d − θ amb ) avec θamb = θinor – bhor . (θinor –
8 bhor est le facteur d'emplacement du réseau horizontal défini dans les règles Th-Bat θeb) bcol et bhor sont respectivement le coefficient de réduction de température du réseau vertical et horizontal définis dans les règles ThBat Classe 1 ; 10 ; 300 ; 3,30.E-03 ; 0.22

Remplacer l'équation (131) :

Après l'équation (131), remplacer :

Au début du tableau 37, ajouter une ligne supplémentaire : Dans le § 8.1.2.1.2, remplacer :

A la fin du § 8.1.2.3, ajouter :

Remplacer l’équation (137) :

A la 2 e ligne, 2 e colonne du tableau 39, remplacer : Dans l'équation (144), remplacer : Dans l'équation (147), remplacer : Dans l'équation (148) et la définition qui lui est liée, remplacer : Dans l'équation (149), remplacer : Qg,w_rec

L'utilisateur entre les longueurs et les diamètres de L'utilisateur doit entrer pour chaque tronçon du réseau : la longueur, la boucle en et hors volume chauffé le diamètre extérieur hors isolation (De), le type d'isolation et le coefficient de réduction de température (b). Ce dernier permet de déterminer les parties en et hors volume chauffé Se référer à la définition de θamb au §1.3 de la première partie des règles Th-C 0,5 ⎤ ⎡ ⎛ A ⎞ 0,5 ⎤ ⎡ ⎛A ⎞ Lb _ def = 2.⎢2.⎜ zone ⎟ + 3.( n niv − 0,5⎥. L b _ def = 2.⎢2.⎜ zone ⎟ + 3.(n niv − 0,5)⎥. ⎜ n ⎟ ⎜ n ⎟ ⎥ ⎢ ⎝ niv ⎠ ⎥ ⎢ ⎝ niv ⎠ ⎦ ⎣ ⎦ ⎣ 0,7-0,003.Vs 0,7-0,003.Vs si Vs ≤ 150 litres 0,25 si 150 < Vs ≤ 200 litres Cmorme Cnorme Qg,w Qs,w θi θinor Qs,w_rec

Emplacement dans le texte Texte réglementaire Modifications Qs,w Paroi en contact avec le sol,ou un vide sanitaire,ou un local non chauffé en sous-sol : Qg,w Paroi en contact avec le sol :

Dans l'équation (149), remplacer : A la fin du § 10.1, remplacer :

X b = 100.
(152)

Ri AG − Ri LG X b = 100. 1 − Ri Ue
(152) Ue

Ri

LG

coefficient de transmission surfacique équivalent défini dans les règles Th-Bât (W/m²K).

Au § 10.2.1.1, supprimer :

partie stationnaire du coefficient de déperdition à travers le sol, calculée selon l’EN ISO 13370. AG est la surface de la paroi en contact avec le sol. On indique ensuite les modifications à apporter pour les calculs intergroupes, interzones ou interbâtiments. Calcul du nombre de colonnes montantes nb_col 1,163 Plancher chauffant

Calcul du nombre de colonnes montantes nb_col_gr 1163 Plancher chauffant de température de dimensionnement ≤ 40°C (cf. § 10.2.1.1) 9 Pr EN ISO 12828 Le calcul est à conduire au niveau des groupes pour établir les diamètres des conduites verticales et horizontales à l'intérieur d'un groupe pour finalement déterminer : qn,v, qn,h, Dev et Deh.

si θwh < θamb alors Qdbrute = 0. 1163 θinor définie dans l'équation (6) δθdim la formule décrite au § 6.4.3 démarche décrite au 12.2.

Au § 10.2.1.1, remplacer : Dans l'équation (161), remplacer : Dans le tableau 48, remplacer : Dans le § 10.2.1.3, dans le § intitulé « Cas de la distribution intergroupes », après le 1 er alinéa, ajouter : Dans le § 10.2.1.4, remplacer : Pr EN ISO 12241 Au § 10.2.1.4, dans la partie « Diamètre de la Le calcul est à conduire au niveau des groupes conduite », remplacer : et des intergroupes pour établir les diamètres des conduites verticale et horizontale à l’intérieur d’un groupe et ceux des conduites verticale et horizontale de l’intergroupe pour finalement déterminer : qn,v_gr, qn,h_gr, qn,v_ig, qn,h_ig, Dev_gr, Deh_gr, Dev_ig, Deh_ig. Dans § 10.2.2, après l'équation (180), ajouter : Dans l'équation (187), remplacer : 1,163 Dans les définitions liées à l'équation (188), θinor définie au tableau 11 remplacer : Dans l'équation 196, remplacer : δθem la formule décrite au 0. Dans le § 10.2.4, dans la partie "Pertes récupérées", 1er alinéa, remplacer : Dans le § 11.2, avant le dernier alinéa, démarche décrite au 0. remplacer :

Emplacement dans le texte Texte réglementaire Modifications cf. annexe1.4

Dans le § 11.3, remplacer par le texte joint en la totalité du paragraphe annexe 1.4 A la fin du § 11.4, remplacer : Pour les pompes à chaleur sur air extérieur, on considère… pour les autres bâtiments

A la fin du §11.4, ajouter :

Dans le tableau 57, remplacer : Type de brûleur

10

Dans le tableau 57, remplacer : Dans le § 11.6.2.2, après l'équation (217), ajouter : Atmosphérique, Air soufflé

Pour les pompes à chaleur sur air extérieur (l'air extérieur étant la source chaude), on considère une puissance minimale conventionnelle (§ 11.6.3.1). Dans les cas où la puissance conventionnelle à fournir par la génération pour la phase de relance est supérieure à la puissance effectivement installée, on augmente la durée de la relance en conservant la quantité de chaleur à fournir sur cette phase. La nouvelle durée de la phase de relance est calculée comme étant le ratio entre la quantité d'énergie à fournir sur la phase de relance et la puissance effectivement installée. Elle est limitée à 1 heure par jour La durée de la phase normale est alors réduite d'autant que la durée de la phase de relance a été augmentée L'énergie à fournir sur la phase normale est inchangée Ces corrections sont appliquées uniquement pour le calcul des pertes de génération Présence de ventilateur ou autre dispositif de circulation d'air ou de produit de combustion dans le circuit de combustion (brûleur à air soufflé, brûleur à air soufflé automatique, brûleur à prémélange total, brûleur atmosphérique assistés d'un ventilateur, ventilateur d'extraction, extracteur des produits de combustions…) Oui/non Dans le cas des chaudières au gaz ou au fioul, les équations 214 à 217 sont valables pour un puissance nominale inférieure ou égale à 400 kW. On conservera les valeurs pour Pn = 400 kW si Pn > 400 kW. De même, pour les chaudières bois et les générateurs d'air chaud, ces équations sont valables pour un puissance nominale inférieure ou égale à 300 kW. On conservera les valeurs pour Pn = 300 kW si Pn > 300 kW Accumulateur gaz Accumulateur gaz à condensation NN NN NN NN

Tableau 63, supprimer : Tableau 63, ligne 19, remplacer : Tableau 63, ligne 20, remplacer : Tableau 63, ligne 19, colonne C, remplacer : Tableau 63, ligne 20, colonne C, remplacer : Tableau 63, ligne 25, colonne C, ajouter : Tableau 63, ligne 26, colonne C, ajouter :

la colonne θmin Accu gaz > 200l Accu gaz condensation <= 200l 79 92

Emplacement dans le texte Texte réglementaire Modifications Atmosphérique

Tableau 64, remplacer :

11

Absence de ventilateur ou autre dispositif de circulation d'air ou de produit de combustion dans le circuit de combustion Tableau 64, remplacer : Air pulsé Présence de ventilateur ou autre dispositif de circulation d'air ou de produit de combustion dans le circuit de combustion Dans le § 11.6.2.3, 2e point, ajouter : (par exemple le chauffe-eau instantané…) Remplacer le titre du tableau 67 : Tableau 67 : Pertes pour une charge intermédiaire, Tableau 67 : Valeurs par défaut des charges intermédiaires pour les valeurs par défaut calculs de pertes Dans le §11.6.2.4.2, dans la partie « Cas Le rendement à 30% est mesuré pour une Le rendement à 30% est mesuré pour une température particulier des chaudières au gaz et au fioul », température de la chaudière donnée dans le tableau de la chaudière donnée dans le tableau 68. remplacer 63 Dans le tableau 68, à la 3e ligne, 2e colonne, 35°C 30°C remplacer : Dans le tableau 67, à la ligne « Générateurs 0,5 . Pn Pmin d'air chaud, panneaux et tubes radiants gaz », remplacer : Dans le tableau 67, à la ligne « Accumulateur Voir ci-dessous 0,3 . Pn gaz », remplacer : RPint + a . (θmes - θwh,g) (%) RPint + a . (θmes_corr - θwh,g) (%), avec : Remplacer l'équation (223) : θmes_corr = θmes + 5°C si la mesure se fait sur le retour θmes_corr = θmes pour les autres cas entre puissance intermédiaire = Pint et puissance utile = Pn entre puissance intermédiaire = Pint et puissance nominale = Pn

Dans le § 11.6.2.4.4, remplacer :

Remplacer l'équation (229) :

Q Px =

Px − Pint . (Q Pn - Q Pint ) + Q Pint Pn − Pint

Q Px =

Px − Pint . (Q P100 - Q Pint ) + Q Pint Pn − Pint

Remplacer l'équation (230) :

⎛ 1 ⎞ ⎛ 1 - R Pn + A ⎞ ⎛ 1 - R Pn + A ⎞ ⎟ + Qd, w .⎜ Q g , w = Q w .⎜ ⎟ + Pv .t c ⎟ ⎜ ⎜ R ⎟ + Pv .t c QPx = (Q w + Qs, w + Qd, w )⎜ ⎟ ⎟ ⎜ R Pn R Pn ⎠ ⎝ ⎝ Pnt ⎠ ⎠ ⎝
Qs,w pertes de stockage des ballons d'ECS (kWh) facteur d’emplacement Brûleur atmosphérique Brûleur à air soufflé QPx Qpar_rec = Qpar . tc

Dans les définitions liées à l'équation (230), ajouter : Dans le § 11.6.2.8.1, remplacer : Dans le tableau 71, remplacer :

Dans le tableau 71, remplacer :

Dans l'équation (235), remplacer : Dans l'équation 237, remplacer :

coefficient de réduction de température Absence de ventilateur ou autre dispositif de circulation d'air ou de produit de combustion dans le circuit de combustion Présence de ventilateur ou autre dispositif de circulation d'air ou de produit de combustion dans le circuit de combustion QP0 Qpar_rec = Qpar . tc . (1-b)

Emplacement dans le texte Texte réglementaire Modifications cf. annexe 1.5 Pr EN ISO 12828 Type de réseau prEN ISO 12828 Les consommations des auxiliaires sont nulles. La totalité du paragraphe Pr EN ISO 12241 Type d'échangeur prEN ISO 12241 Les consommations sont calculées comme pour une chaufferie traditionnelle. Elles sont calculées comme pour les chaudières. décrite au §0. Qg,w

§ 11.6.3, remplacer par le texte joint en annexe 1.5 Dans le § 11.6.4.1, remplacer : Dans le § 11.6.4.1, tableau 72, remplacer : Dans le tableau 73, remplacer : Dans le § 11.6.4.1.2, remplacer :

Dans le § 11.6.4.1.3, remplacer : Dans le § 11.6.5, 4e alinéa, remplacer : Dans le § 12.1, remplacer : Dans le § 12.1, avant le dernier alinéa, ajouter :

12

Elles sont égales à la totalité des pertes. Décrite au § 6.4.3. Qs,w Dans le cas du chauffage et ECS mixte, on doit tenir compte des phases « ECS » et « Arrêt ECS ». Pendant la saison de chauffage, la phase ECS coïncide avec la phase normale de chauffage. En dehors de cette période, on ne considère que les phases ECS et arrêt ECS. Pour les mois en début et fin de saison de chauffage, on détermine le rapport du nombre de jour (ou partie de jour) en saison de chauffage et le nombre de jour total du mois. Ce rapport permet de calculer la part de la durée de phase ECS qui coïncide avec la phase normale de chauffage. L'ordre de priorité des phases pour ces mois devient (priorité décroissante) : relance, normal, ECS, réduit, arrêt, arrêt ECS. Cf. annexe 1.6

2 On considère que les bâtiments ayant moins de 10 m d'épaisseur et dans… éclairage naturel.

Dans le § 12.2, après la figure 8, ajouter le texte joint dans l’annexe 1.6 Dans le § 13.2.3.1.1, remplacer :

Dans le § 13.2.3.2, après le tableau 77, ajouter :

Dans le § 13.3.2, dernier alinéa, remplacer : Dans le § 13.5, 1er alinéa, remplacer : thermiques

à ou aux locaux les plus défavorisés Afin de tenir compte … calcul du C en posant :

Dans le §16 1er alinéa, remplacer :

On considère que les bâtiments ayant moins de 10 m d'épaisseur ayant des fenêtres sur les façades perpendiculaires à l'épaisseur et dans lesquels les seuls locaux non munis de fenêtres sont les locaux de stockage, les circulations, les locaux techniques et les sanitaires sont entièrement en éclairage naturel. dans le cas des circulations de locaux d’hébergement on pourra appliquer la valeur correspondant à un détecteur de présence si celuici permet la commutation entre un éclairage normal et un éclairage réduit. La puissance de l’éclairage réduit ne devra représenter qu’au plus 30% de la puissance normale. aux locaux les plus défavorisés Afin de tenir compte … calcul du C à 10% pour les bâtiments qui sont chauffés uniquement en posant : thermiques

Emplacement dans le texte Texte réglementaire Modifications pr EN ISO 12828, Systèmes de chauffage dans les bâtiments, conception et installation des systèmes de chauffage à eau, avril 1997 NF EN ISO 12241, P 50-733, Isolation thermique des équipements du bâtiment et des installations industrielles. Méthode de calcul, 1998

Dans la liste des normes du §16, remplacer :

Dans la liste des normes du §16, ajouter

3

Après la partie 2, ajouter une partie 3

NF EN 26 Appareils de production instantanée d'eau chaude pour usages sanitaires équipés de brûleurs atmosphériques utilisant les combustibles gazeux, 2001 Cf. annexe1.7

13

ANNEXE 1.1
Ajouter à la suite du tableau 1 Tableau 1 bis : Unités des équations citées

N° d’équation 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44

Unités m² m² °C °C °C W/K m3/h m3/h m3/h W °C W °C °C °C °C °C m m/s Pa m3/h Pa Pa Pa Pa m3/h m3/h m3/h m/s m3/h Pa Pa 3 m /h m m m m3/h m3/h

N° d’équation 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88

Unités m3/h W Wh W/K W/K W/K W/K h h °C °C °C °C W °C °C °C h h h °C °C °C °C h °C °C h h °C °C h °C °C h °C °C Wh

N° d’équation 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 125 126 127 128 129 130 131 13

Unités W/K Wh Wh Wh °C W/K h Wh Wh Wh Wh Wh Wh Wh Wh Wh Wh Wh Wh Wh Wh Wh Wh Wh Wh l Wh Wh Wh Wh m mm m mm W W Tw7031884.8

15

N° d’équation 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187

Unités mm W/mK °C m kPa W W Wh W W W Wh °C kWh Wh m m m m m m W m3/h kPa m3/h kPa m m m m kPa kPa m3/h W W m3/h m3/h mm mm W/mK Wh °C °C °C °C °C m3/h

N° d’équation 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 (a&b) 240 241

Unités °C °C °C °C m3/h m3/h °C °C °C °C Wh Wh Wh W Wh Wh Wh °C W W W % % kW W kW % kW % kW kW °C kW kW kW kWh kW kWh h kWh kW kW kWh kWh kW -

N° d’équation 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252

Unités kW kW kW/K °C kWh Wh h m kWh

16

ANNEXE 1.2
A insérer dans la partie 2 § 5.4.1.3 A la fin du 2e § de l’alinéa « 1. Débit énergétique équivalent dû à la présence d'un échangeur », ajouter le schéma suivant :
Schéma de principe pour le calcul de θsech

T4= θ

sech

T3 dT = 0 T2 ventilateur ECHAN

T1 dT = 0

Te

conduit

RECUP =0 Ti BATIMENT

T6 Tlnc LOCAL NON CHAUFFE

T7 dT = 0 T8

T9 dT = 0 T10

A la fin du 2e§ de l’alinéa « 2. Calcul des apports internes dus aux ventilateurs et aux apports gratuits », ajouter le schéma suivant :
Schéma de principe pour le calcul de θsvag

T4= θ

svag

T3

T2 ECHAN

T1

Te

ventilateur

RECUP Ti BATIMENT

T6 Tlnc = 0 LO CAL NO N CHAUFFE

T7

T8

T9

T10

17

ANNEXE 1.3
A insérer dans la partie 2 § 5.8, à la fin du §

Calcul des puissances moyennes de ventilateurs (Pventmoy) • Bâtiments autres que d'habitation [W]

Pventmoy = ∑i (di/dtot) Pvent [(1 + 0.06 Cfr) Crdnr Qvi] Avec : Qvi dtot Cfr Crdnr : : : : débit associé à la durée di hors impact Cd et Cfr ∑ (di) coefficient de fuite des réseaux (§ 5.4.1.2 tableau 19) coefficient de réduction des débits éventuels (§ 5.4.1.4.1 tableau 21). Par défaut Crdnr = 1 puissance absorbée par le ventilateur au débit Q

[m3/h] [h] [-] [-] [W]

Pvent [Q] : •

Bâtiments d'habitation - Maisons individuelles

VMC auto réglable Pventmoy = ((Dugd Pvent[(1 + 0.06 Cfr) Qvpointe] +(168 - Dugd) Pvent[(1 + 0.06 Cfr) Qvbase]))/168 [W] Avec : Dugd Qvpointe Qvbase : : : durée d'utilisation en grand débit cuisine en h par semaine (§ 5.4.1.4.1 tableau 20) grand débit débit de base [h] [m3/h] [m3/h]

VMC hygroréglable Pventmoy = ((Dugd Pvent [(1 + 0.06 Cfr) Qvmax] + (168 - Dugd) Pvent [(1 + 0.06 Cfr) Qvrep]))/168 Avec : Dugd Qvmax Qvrep : : : durée d'utilisation en grand débit cuisine en h par semaine (§ 5.4.1.4.1 tableau 20) débit maximum défini en Avis Technique défini en Avis Technique, Cd non inclus [h] [m3/h] [m3/h] [W]

18

Autres bâtiments d'habitation

Conformément au DTU 68.1 (NF XP P 50-410), on applique un coefficient de fuite des réseaux de 10 %. VMC auto réglable Pventmoy = ( (Dugd Pvent [1.1 Qvpointe] + (168 - Dugd) Pvent[1.1 Qvbase] )) / 168 Avec : Dugd Qvpointe Qvbase : : : durée d'utilisation en grand débit cuisine en h par semaine (§ 5.4.1.4.1 tableau 20) somme des grands débits somme des débits de base [h] [m3/h] [m3/h] [W}

VMC hygroréglable Pventmoy = ( (Dugd/Ratfois) Pvent[1.1 Qvmax] + (168-(Dugd/Ratfois)) Pvent[1.1 Qvrep] )) /168 Avec Dugd Ratfois : : durée d'utilisation en grand débit cuisine (Th C 5.414-1 tableau 20) [h] [W]

ratio de foisonnement éventuel si précisé dans l'Avis Technique. Le ratio de foisonnement est le rapport entre le débit maximal pris en compte pour le ventilateur et la somme des débits maximaux par logement débit max pour le dimensionnement du ventilateur selon l'avis Technique défini en Avis Technique Cd non inclus [m3/h] [m3/h]

Qvmax Qvrep

: :

19

ANNEXE 1.4
Dans la partie 2 § 11.3, remplacer tout le § par le texte

11.3 TEMPÉRATURE DE FONCTIONNEMENT DE LA GÉNÉRATION La température de fonctionnement de la génération dépend de son mode de gestion. On distingue trois modes de gestion : • • • à température constante, en fonction de la température extérieure, en fonction des besoins.

La température de fonctionnement de la génération est donnée par la formule suivante :

θwh , g = max(θ min, θreg , gen )
où θreg, gen est égal à : • •

( 210 )

θwm si la régulation est à température constante,

θwm +

(θe − θeb ) x(θinor − θ wm ) et θwm en phase relance, si la régulation est en fonction de (θinor − θeb )

l’extérieur, • avec :

θd + θr , amont
2
: :

si la régulation est en fonction du besoin,

θwh, g
θ min

température de fonctionnement de la génération, température moyenne minimale de fonctionnement de la génération avec les valeurs conventionnelles suivantes :

θ min = 20°C pour une chaudière de type condensation,
θ min = 35°C pour une chaudière de type basse température

θ min = 45 °C pour tous les autres générateurs.

θreg, gen
θd θr, amont θwm

: : : :

température de régulation de génération, température de départ calculée au § 10.2.2.1.2.2, température de retour calculée au §10.2.2.1.2.2, température moyenne de dimensionnement donnée dans le tableau 48. En présence de plusieurs types d'émetteurs, cette température est la plus élevée des valeurs correspondant aux différents émetteurs

A noter qu’en phase d’arrêt et dans le cas où le générateur est isolé du réseau, θwh, g = θamb Par convention, la température de fonctionnement retenue en été pour la production d'ECS est de 70°C.

20

ANNEXE 1.5
Dans la partie 2 § 11.6.3, remplacer tout le § par le texte

11.6.3 GÉNÉRATION PAR POMPE À CHALEUR ÉLECTRIQUE ET SYSTÈMES À ABSORPTION Les effets de la charge partielle ainsi que la régulation de la température de distribution sur les performances des systèmes décrits dans ce paragraphe sont négligés. Du fait qu'elles nécessitent un apport de chaleur, les PAC sur boucle d'eau sont traitées par équivalence. Le système équivalent a pour générateur celui de réchauffage de la boucle. Les parties émission et distribution du système sont assimilées à des ventilo-convecteurs alimentés par un réseau bitube dont les pertes de distribution sont nulles (§ 10.2.1.4). Les ventilateurs de brassage en émission sont considérés comme des ventilateurs locaux. Les autres systèmes sont traités dans la suite de ce chapitre. 11.6.3.1 Calcul des pertes On calcul d'abord la puissance fournie par la pompe à chaleur et on déduit ensuite les pertes. Pour une température extérieure θe, la puissance disponible Pfmax, e a pour valeur :

⎡ (θ e - 7 ) × (Pftherm + 7 − Pftherm −7 , ss deg iv )⎤ P f max,θe = ⎢ ⎥ + Pftherm + 7 14 ⎣ ⎦
Où : P ftherm +7 est la puissance fournie par la PAC pour une température extérieure de 7 °C,

( 239a )

P ftherm -7,ssdegiv est la puissance fournie par la PAC pour une température extérieure de -7 °C, sans prise en compte d'un effet éventuel de dégivrage. La puissance fournie par la PAC, Pfpac,θe est égale à :

P fpac,θe = min(P f max,θe ; PX ) × (1 − Partappointmin )

( 239b )

Px est la puissance moyenne à fournir par le générateur. Pour les pompes à chaleur sur air extérieur (l'air extérieur étant la source froide), Partappointmin permet de calculer une puissance minimale conventionnelle assurée par effet joule direct sans pertes. Elle est calculée comme suit :

Partappointmin = Cminpac × min (0; (θ e − 5))
avec : Cminpac = 0,06 pour les bâtiments à usage d'habitation. Cminpac = 0,03 pour les autres bâtiments. Pour les autres systèmes, Partappointmin est nul.

21

En cas de puissance insuffisante de la pompe à chaleur, il est nécessaire de décrire à la fois la pompe à chaleur et son appoint. Les charges respectives de l'un et de l'autre sont définies comme pour les générateurs en cascade. Les pertes QPx ont pour valeur :

⎞ ⎛ 1 Q PX = Pfpac,θe × ⎜ − 1⎟ ⎟ ⎜ COP θe ⎠ ⎝

( 242 )

Pour les générateurs non certifiés : • si les pertes sont négatives (gains), elles sont diminuées de 15 %, la puissance absorbée n'étant pas modifiée. • si les pertes sont positives, elles sont augmentées de 15 %, la puissance absorbée n'étant pas modifiée. Le calcul de COPθe et de Pftherm pour θe = –7 °C et 7 °C est défini selon le type de système dans les paragraphes qui suivent. 11.6.3.1.1 Pompes à chaleur électriques sur air extérieur Le COPθe est calculé comme suit :

⎡ (COP+ 7 - COP-7,degiv ) ⎤ COP+3 = 0,96 × ⎢ × (3 − 7) + COP+ 7 ⎥ 14 ⎣ ⎦ (COP+ 7 − COP−7,ssdegiv ) au-delà de 7°C : COPθe = × (θ e − 7) + COP+ 7 14 (COP+ 7 − COP+3 ) × (θ e − 7) + COP+ 7 de 3°C à 7°C : COPθe = 4 (COP+ 3 − COP−7,degiv ) × (θ e + 7) + COP-7,deg en dessous de 3°C : COPθe = 10

( 240 )

Pour ces systèmes, les caractéristiques à 7 °C et – 7 °C sont déterminées en partant des conditions d'essai décrites dans la norme PrEN 14511-2 (les autres conditions d'essai sont précisées dans la norme). Caractéristiques à θe= 7 °C Air extérieur / air recyclé Température sèche à l'entrée de l'échangeur extérieur Température sèche à l'entrée de l'échangeur intérieur Air extérieur / eau ventiloconvecteurs Air extérieur / plancher chauffant Température sèche à l'entrée de l'échangeur extérieur Température à la sortie de l'échangeur intérieur Température sèche à l'entrée de l'échangeur extérieur Température à la sortie de l'échangeur intérieur 7 °C 20 °C 7 °C 45 °C 7 °C 35 °C Caractéristiques à θe = –7 °C –7 °C 20 °C –7 °C 45 °C –7 °C 35 °C

22

Les valeurs obtenues à –7°C prennent en compte le dégivrage. Les valeurs sans dégivrage s'obtiennent par les formules suivantes : COP-7,ssdegiv = COP-7,degiv / 0,93 Pftherm-7,ssdegiv = Pftherm-7,degiv / 0,93 SI les valeurs à –7 °C sont inconnues, on peut appliquer les valeurs par défaut suivantes : Pftherm-7,ssdegiv = 0,65.Pftherm+7 COP-7,ssdegiv = 0,80 COP+7 COP-7,degiv = 0,93 COP-7,ssdegiv

11.6.3.1.3 Autres pompes à chaleur électriques Le COPθe est calculé comme suit :

⎡ (θ e − 7 ) × (COPθe+7 − COPθe−7 COPθe = ⎢ 14 ⎣

ss deg iv

)⎤ + COP
⎥ ⎦

θe + 7

( 241 )

Pour ces systèmes et sauf exception signalée, les valeurs caractéristiques sont calculées à partir des mesures effectuées selon la norme PrEN 14511-2 comme suit (les autres conditions d'essai sont précisées dans la norme).

Systèmes à compression sur capteurs enterrés Capteurs enterrés sur fluide frigorigène / plancher chauffant à eau (1) Temp. saturante ou de rosée du fluide frigorigène Temp à l'entrée de l'échangeur intérieur Temp. à la sortie de l'échangeur intérieur Capteurs enterrés à fluide frigorigène / plancher chauffant à fluide frigorigène (1) Capteurs enterrés à eau glycolée / ventilo-convecteurs Capteurs enterrés à eau glycolée / plancher chauffant Capteurs enterrés à eau glycolée / air recyclé Temp. d'évaporation ou de rosée du fluide frigorigène Temp. de condensation ou de bulle du fluide frigorigène Temp. à la sortie de l'échangeur extérieur Temp. à la sortie de l'échangeur intérieur Temp. à la sortie de l'échangeur extérieur Temp. à la sortie de l'échangeur intérieur Temp. à la sortie de l'échangeur extérieur Temp. sèche à l'entrée de l'échangeur intérieur –5 °C 45 °C –5 °C 35 °C –5 °C 20 °C –5 °C 30 °C 35 °C –5 °C 35 °C

(1) Cas où la norme Pr EN 14511-2 n'est pas applicable.

23

Pour ces systèmes, les mesures sont effectuées pour une température de source extérieure θse de –5 °C (sortie de l'échangeur extérieur). On considère que les valeurs caractéristiques sont indépendantes de θe et correspondent aux valeurs suivantes : COPθe +7 = COPθe -7 ssdegiv = 1.1 COPθse -5 Pftherm,θe +7 = Pftherm,θe -7ssdegiv = 1.2 Pftherm,θse -5

Systèmes à compression sur nappe phréatique ou sur eau perdue Eau extérieure / ventiloconvecteurs Eau extérieure / plancher chauffant Eau extérieure / air recyclé Temp. à l'entrée de l'échangeur extérieur Temp. à la sortie de l'échangeur intérieur Temp. à l'entrée de l'échangeur extérieur Temp. à la sortie de l'échangeur intérieur Temp. à l'entrée de l'échangeur extérieur Temp. à l'entrée de l'échangeur intérieur 10°C 45 °C 10°C 35 °C 10 °C 20 °C

Pour ces systèmes, les mesures sont effectuées pour une température de source extérieure θse de 10 °C (entrée de l'échangeur extérieur). On considère que les valeurs caractéristiques sont indépendantes de θe et correspondent aux valeurs suivantes : COPθe +7 = COPθe -7ssdegiv = COPθse10 Pftherm,θe +7 = Pftherm,θe -7 ssdegiv = Pftherm,θse10

Systèmes à compression air extrait/air neuf θe = 7 °C Air extrait / air neuf Temp. sèche à l'entrée de l'échangeur extérieur Temp. sèche à l'entrée de l'échangeur intérieur 20 °C 7 °C θe = –7 °C 20 °C –7 °C

Les valeurs mesurées à 7 °C sont utilisées directement. Les valeurs mesurées à – 7 °C prennent en compte le dégivrage sur la batterie d'air neuf. Les valeurs sans dégivrage sont calculées par les formules suivantes : COPθe -7ssdegiv = COPθe -7 degiv / 0,93 Pftherm,θe -7 ss degiv = Pftherm,θe -7 degiv / 0,93

24

Autres systèmes à compression sur air extrait Air extrait/ air recyclé Air extrait/ ventilo-convecteur Air extrait/ plancher chauffant Temp. sèche à l'entrée de l'échangeur extérieur Temp. sèche à l'entrée de l'échangeur intérieur Temp. sèche à l'entrée de l'échangeur extérieur Temp. à la sortie de l'échangeur intérieur Temp. sèche à l'entrée de l'échangeur extérieur Temp. à la sortie de l'échangeur intérieur 20 °C 20 °C 20 °C 45 °C 20 °C 35 °C

Pour ces systèmes, les mesures sont effectuées pour une température à l'entrée de l'échangeur extérieur θse égale à 20 °C. On considère que les valeurs caractéristiques sont indépendantes de suivantes : COPθe +7 = COPθe -7,ssdegiv = COPθse20 Pftherm,θe +7 = Pftherm,θe -7 ssdegiv = Pftherm,θse20 Commentaires : pour les pompes à chaleur sur air extrait, il convient de s'assurer que les débits d'air extrait sont cohérents avec ceux pris en compte pour le calcul des besoins de chauffage. Pour les pompes à chaleur sur ventilo-convecteurs et planchers, il convient de prendre en compte des températures de distribution respectivement moyenne et basse.
e

et correspondent aux valeurs

11.6.3.1.3 Systèmes à absorption Pour les systèmes à absorption, les valeurs caractéristiques ne dépendent pas de la température extérieure. Les valeurs à 7 et –7 sont donc égales et correspondent à celles de la norme NF E 35-452. 11.6.3.2 Calcul de la consommation des auxiliaires Certaines consommations d’énergie des auxiliaires de génération ne sont pour l’instant pas prises en compte dans le COP. On les néglige par convention dans l’attente d’une méthode plus détaillée. 11.6.3.3 Calcul des pertes récupérables Les pertes de génération récupérables sont nulles.

25

ANNEXE 1.6
Ajouter dans la partie 2 §12.2, après la figure 6

La figure 8 s'applique uniquement à un système ayant un chauffage seul. Si l’on considère un système avec la génération pour le chauffage et l'ECS, il faut prendre le schéma suivant pour définir les priorités :
zone 1 zone 2
relance relance normal normal ECS ECS réduit réduit arrêt arrêt Arrêt ECS Arrêt ECS

somme des zones

relance

normal

durées pour la somme des zones ECS réduit

arrêt

Arrêt ECS

Dans le cas de l'ECS seule, on calcule la charge de la manière suivante :
zone 1 zone 2
ECS ECS Arrêt Arrêt

somme des zones

Charge pour la somme des zones ECS Arrêt

26

ANNEXE 1.7
Partie 3 : Compléments pour les installations solaires thermiques

1. INTRODUCTION.................................................................................................................................... 27 2. CHAMP D’APPLICATIONS .................................................................................................................. 27 3. STRUCTURE DE CALCUL ................................................................................................................... 28 4. DÉFINITIONS ........................................................................................................................................ 29 5. CARACTÉRISATION DES PRODUITS ................................................................................................ 30 5.1 Capteurs solaires ............................................................................................................................ 30 5.2 Chauffe-eau solaires ....................................................................................................................... 30 5.3 Ballons de stockage ........................................................................................................................ 31 5.4 Cas particulier du plancher solaire.................................................................................................. 31 6. EXPRESSION DE LA COUVERTURE SOLAIRE ................................................................................ 32 6.1 Formule générale ............................................................................................................................ 32 6.2 Cas d'un système combiné (chauffage et ECS) ............................................................................. 33 6.3 Expression des paramètres............................................................................................................. 33 6.3.1 Efficacité de la boucle de captage ........................................................................................ 33 6.3.2 Déperditions thermiques de la boucle de captage................................................................ 33 6.3.3 Ecart de température conventionnel ..................................................................................... 34 6.3.4 Besoins.................................................................................................................................. 34 6.3.5 Coefficient correctif de stockage du système solaire............................................................ 34 6.3.6 Coefficient correctif d’irrigation du stockage ......................................................................... 35 6.3.7 Ensoleillement sur les capteurs ............................................................................................ 35 7. CALCUL DES PERTES DE TRANSMISSION ENTRE LE BALLON SOLAIRE ET L’APPOINT ....... 36 7.1 Chauffe-eau solaire individuel ......................................................................................................... 36 7.2 Installation d'eau chaude solaire collective à appoint centralisé..................................................... 36 7.3 Installation d'eau chaude solaire collective à appoints individuels ................................................. 37 8. PERTES DE STOCKAGE DE L’APPOINT ........................................................................................... 37 8.1 Appoint centralisé (installation collective d'eau chaude sanitaire) .................................................. 37 8.2 Appoint individuel (installation d'eau chaude sanitaire) .................................................................. 37 9. CONSOMMATION DES AUXILIAIRES DE L'INSTALLATION SOLAIRE .......................................... 37 10. RÉFÉRENCES NORMATIVES............................................................................................................ 38

27

1. INTRODUCTION
Cette partie permet de calculer pour chaque mois et pour chaque phase de chauffage au sens des règles Th-C : • les apports de l'installation solaire pour les besoins de chauffage et/ou d’eau chaude sanitaire. • la consommation d’énergie des auxiliaires du système solaire. On considère que les installations solaires sont en fonctionnement pendant toute l’année. Les apports sont considérés comme «gratuits» et sont soustraits aux besoins totaux du/des bâtiment(s). La répartition des apports solaires se fera au prorata des durées de phases. On utilise pour ce calcul des données provenant d’autres parties : • besoins de chaleur du/des bâtiments pour chaque phase, et des données spécifiques fournies par l’utilisateur : • caractéristiques des composants de l'installation solaire (capteur, ballon de stockage, chauffeeau), • caractéristiques de l’installation. Le calcul de la référence se fera avec une installation ayant une surface de capteur nulle, c'est-à-dire, sans installation solaire. L'appoint, associé à l'installation solaire, servira à déterminer le type d'énergie du système de référence.

2. CHAMP D’APPLICATIONS
On traite ici de plusieurs systèmes de production d'eau chaude et de chauffage solaires : • chauffe-eau solaire (préfabriqué en usine et répondant aux exigences de la norme EN 12976) ; • installation de production d'eau chaude solaire individuelle ou collective associant des capteurs solaires à un ballon de stockage de courte durée (un jour ou deux) ; • installation de chauffage et de production d'eau chaude solaire associant des capteurs solaires à des ballons de stockage de courte durée – les ballons de stockages pour le chauffage et l'eau chaude sont séparés ; • installation de chauffage et d'eau chaude solaire associant des capteurs solaires à des planchers chauffants ayant aussi une fonction de stockage pour le chauffage et à un ballon de stockage de courte durée pour l'eau chaude sanitaire dans un logement individuel. La méthode présentée ici ne s'applique pas aux : • chauffe-eau solaires monoblocs extérieurs, notamment aux capteurs autostockeurs, • systèmes de chauffage et de production d'eau chaude combinés autres que les deux mentionnés plus haut ; • installations de capteurs solaires à air ; • installations de pompes à chaleur couplées à des capteurs atmosphériques. Pour les deux premières catégories, des extensions de la méthode sont cependant prévues dans le futur.

28

3. STRUCTURE DE CALCUL
Les calculs sont effectués pour chaque mois et pour chaque phase de chauffage. Ils passent par les étapes suivantes : • calcul de la couverture solaire pour le chauffage et/ou l’ECS ; • calcul des pertes de transmission de l'installation solaire (entre stockage et appoint) ; • calcul des pertes de stockage de l’appoint ; • calcul des pertes potentiellement récupérables de l’appoint ; • calcul des consommations des auxiliaires du système solaire.

29

4. DÉFINITIONS
Le tableau suivant indique pour les variables principales utilisées, le symbole, la définition et l’unité.

A Ap a1 a2 AC* cOS CS cW Dens F faux ISC Q tmois UA UC UC* UL US Vn VS ∆Τ η0 ηp

superficie de capteurs solaires superficie de plancher solaire coefficient de pertes du premier ordre d'un capteur solaire coefficient de pertes du deuxième ordre d'un capteur solaire superficie de captage équivalente d'un chauffe-eau solaire coefficient correctif de stockage capacité de stockage d'un chauffe-eau solaire coefficient correctif d’irrigation du stockage durée d’ensoleillement mensuelle taux de couverture solaire pour le chauffage ou l'eau chaude sanitaire fraction effective concernée par l’appoint ensoleillement sur le plan des capteurs en moyenne mensuelle besoins de chauffage ou d'eau chaude sanitaire durée du mois coefficient de pertes d'un ballon de stockage coefficient de pertes de captage rapporté à la superficie de capteurs

m² m² W/m².K W/m².K² m² MJ/K heures W/m² Wh heures W/K W/m².K

coefficient de pertes de captage rapporté à la superficie équivalente de W/m².K captage coefficient de pertes des tuyauteries de la boucle primaire coefficient de pertes de stockage d'un chauffe-eau solaire volume de stockage nominal volume de stockage solaire écart de température conventionnel rendement optique d'un capteur solaire efficacité de la boucle de captage W/K W/K litres litres K -

30

5. CARACTÉRISATION DES PRODUITS
5.1 CAPTEURS SOLAIRES Les caractéristiques sont : • • la superficie A (m²) (superficie unitaire multipliée par le nombre de capteurs), le rendement optique B et le coefficient de pertes K (W/m².K) selon la norme NF P 50-501, ou la superficie A (m²), le rendement optique η0, les coefficients de pertes a1 (W/m².K) et a2 (W/m².K²) selon la norme NF EN 12975-2.

A est la superficie d’entrée ou la superficie hors tout, en cohérence avec les autres paramètres. Dans ce qui suit, on négligera le coefficient de pertes du second ordre a2 et on n'utilisera que les valeurs η0 et a1. Si l'on ne connaît que B et K, on assimilera η0 à B et a1 à K. Si les capteurs ne sont pas certifiés, on applique une pénalité de type 2 sur le rendement optique η0 et de type 1 sur le coefficients de perte a1 (cf. chapitre II § 2.1 des règles Th-C). Si l’on ne connaît pas les caractéristiques thermiques du capteur, on adopte les valeurs par défaut pénalisantes suivantes : • • η0 = 0,6, a1 = 10 W/m²K (capteur vitré) a1 = 30 W/m²K (capteur non vitré),

ces valeurs étant rapportées à la superficie hors tout. 5.2 CHAUFFE-EAU SOLAIRES On traite dans ce paragraphe des chauffe-eau solaires préfabriqués en usine et caractérisés dans leur ensemble (EN 12976, Avis technique). A défaut de cette caractérisation, on peut définir un chauffe-eau solaire par ses composants, capteur, ballon et tuyauteries de la boucle primaire. Les caractéristiques dimensionnelles du chauffe-eau solaire sont la superficie de capteurs A (m²) et le volume de stockage nominal Vn (litres). Les caractéristiques thermiques sont : • la superficie de captage équivalente ABηp, la masse en eau M (kg), le coefficient de pertes de captage K/B (W/m².K) et le coefficient de pertes de stockage Dn (W/K) selon les résultats d'essais pris en compte dans l’Avis technique, ou la superficie de captage équivalente AC* (m²), la capacité de stockage CS (MJ/K), le coefficient de pertes de captage UC* (W/m².K) et le coefficient de pertes de stockage US (W/K), plus la fraction effective concernée par l’appoint faux, déterminés selon les spécifications de la norme NF EN 12976-2.

On utilise les notations de la norme NF EN 12976-2. La correspondance entre les deux jeux de caractéristiques est donnée par les relations suivantes : Ac* = ABηp ; Cs = M.cp (avec cp = 0,00418 MJ/kg.K) ; UC* = K/B ; Us = Dn Si les caractéristiques du chauffe-eau ne sont pas certifiées, on applique une pénalité de 15% sur la superficie de captage.

31

Si l’on ne connaît pas les caractéristiques thermiques du chauffe-eau, mais seulement la superficie de capteurs A (m²) et le volume de stockage nominal Vn (litres), on adopte les valeurs forfaitaires pénalisantes suivantes : Ac* = 0,4 A UC* = 17 + 8/A [m²] [W/m².K]

5.3 BALLONS DE STOCKAGE Le ballon de stockage est caractérisé par son volume nominal Vn (litres) et son coefficient de pertes UA (W/K). Si l'on ne connaît pas UA mais la constante de refroidissement Cr (Wh/l.K.jour), on utilise la relation : UA = Cr.Vn/24 [W/K]

On note que la méthode de calcul ne s'applique que si la constante de refroidissement du ballon est inférieure ou égale à la valeur par défaut du ballon d'eau chaude, c'est-à-dire : Cr ≤ 4.2 Vn-0.45 (cf. tableau 39 des règles Th-C). Le volume de stockage solaire VS est obtenu par la relation suivante : VS = Vn.(1 – faux) [litres]

où faux est la fraction effective concernée par l’appoint intégré éventuel. Si le ballon ne comporte pas d’appoint intégré, faux est nulle. Si le ballon comporte un appoint intégré, trois cas sont possibles. 1) faux peut-être connu directement par des essais réalisés selon les spécifications de la norme NF EN 12976-2. 2) On considère le volume chauffé par l’appoint (compris entre le haut du ballon et le bas de la résistance électrique ou de l’échangeur) Vap et on applique la formule : faux = x. Vap/Vn où x est un coefficient de gestion égal à :
-

[-]

0,9 si l’appoint est une résistance électrique alimentée en permanence ou un échangeur raccordé à une chaudière fonctionnant en permanence ; 0,6 dans le cas contraire (appoint en fonctionnement de nuit ou utilisation de l'appoint en secours).

3) Par défaut, on prend pour faux la valeur 0,5 dans le cas d’un ballon vertical et 2/3 dans le cas d’un ballon horizontal.

5.4 CAS PARTICULIER DU PLANCHER SOLAIRE Dans le cas où l'installation comporte un plancher chauffant ayant une fonction de stockage, qu'on désigne par « plancher solaire », celui-ci est caractérisé par sa superficie Ap ainsi que par le diamètre et l'écartement des tubes.

32

6. EXPRESSION DE LA COUVERTURE SOLAIRE
6.1 FORMULE GÉNÉRALE On calcule un taux de couverture solaire Fecs pour les besoins d'eau chaude et un taux de couverture solaire Fch pour les besoins de chauffage. La formule générale est la suivante : F = cW ( aY + bX + cY² + dX² + eY3 + fX3 ) Si le résultat de la formule est négatif, alors F = 0, s’il est supérieur à 1, F = 1. Où cW est un coefficient correctif d’irrigation du stockage calculé au § 6.3.6. a, b, c, d, e et f sont des coefficients dépendant du type de stockage comme indiqué dans le tableau suivant :
Coefficient a b c d e f Stockage à eau 1,029 – 0,065 – 0,245 0,0018 0,0215 0 Plancher solaire 0,863 – 0,147 – 0,263 0,008 0,029 0,025

[-]

X et Y sont deux paramètres sans dimensions. X est le rapport des pertes de captage conventionnelles aux besoins, avec des corrections éventuelles (coefficient cOS). Y est le rapport de l'énergie solaire absorbée aux besoins.

33

6.2 CAS D'UN SYSTÈME COMBINÉ (CHAUFFAGE ET ECS) Pour un système combiné, on calcule successivement un taux de couverture solaire Fecs pour les besoins d'eau chaude et un taux de couverture solaire Fch pour les besoins de chauffage. La formule générale donnée au paragraphe 0 s'applique en supposant que chaque mois, une partie de la superficie de captage est consacrée au chauffage et l'autre partie à l'eau chaude, au prorata des besoins de chauffage et d'eau chaude. Dans les formules qui précèdent, donnant les paramètres X, Y et cOS, la superficie de captage est multipliée par le coefficient Parch pour le calcul de la couverture solaire des besoins de chauffage et par le coefficient Parecs pour le calcul de la couverture solaire des besoins d'eau chaude. Parch = Qch / (Qch + Qecs) Parecs = Qecs / (Qch + Qecs) [-] [-]

6.3 EXPRESSION DES PARAMÈTRES 6.3.1 EFFICACITÉ DE LA BOUCLE DE CAPTAGE

ηp est l'efficacité de la boucle de captage, dont on retiendra la valeur unique : ηp = 0,8 Remarque : dans le cas des chauffe-eau, la valeur de ηp est intégrée au coefficient AC* (cf. § 5.2).

6.3.2

DÉPERDITIONS THERMIQUES DE LA BOUCLE DE CAPTAGE

La boucle de captage est caractérisée par son coefficient de déperditions thermiques UC (W/m².K), ramené à la superficie de capteurs. Il s'obtient en ajoutant au coefficient de déperditions thermiques du premier ordre du capteur a1 (cf. § 5.1), le terme UL/A, où UL est le coefficient de déperditions thermiques équivalent des tuyauteries du circuit des capteurs. UC = a1 + UL/A [W/m².K]

UL est le produit de la longueur des tuyauteries par leur coefficient d’émission calculé comme indiqué au § II 10.214 des règles Th-C. Faute de faire ce calcul, on retiendra la valeur suivante de UL : UL = 5 + 0,5 A [W/K]

Remarque : dans le cas des chauffe-eau préfabriqués en usine, les pertes de la boucles de captage sont caractérisées par le coefficient UC* rapporté à la superficie équivalente de captage et non à la superficie de capteurs (cf. § 5.2).

34

6.3.3

ÉCART DE TEMPÉRATURE CONVENTIONNEL

L'écart de température ∆Τ pour le calcul des pertes conventionnelles du capteur est déterminé comme suit : ∆Τ = θrf − θe où θe est la température extérieure moyenne du mois en °C et où θrf est égal à : • • • 17,2 °C dans le cas du chauffage avec un plancher à accumulation solaire 100 °C dans le cas du chauffage avec un ballon de stockage 11,6 + 1,18θuw + 3,86θcw - 2,32θe dans le cas d'un calcul de couverture solaire des besoins d'eau chaude sanitaire [K]

avec : θuw est la température de l'eau chaude utilisée au puisage prise égale à 40°C (cf. règles Th-C chapitre II § 7) θcw est la température de l'eau froide entrant dans le système de préparation d’eau chaude (cf. règles Th-C chapitre II Tableau 3). 6.3.4 BESOINS

Q prend la valeur Qecs dans le cas du calcul de la couverture solaire des besoins d'eau chaude et Qch dans le cas du calcul de la couverture solaire des besoins de chauffage. Qecs sont les besoins mensuels pour l’eau chaude en Wh comptés en aval de l'appoint (donc en amont de la distribution) : Qecs = Qw + Qd,w [Wh]

Qw et Qd,w sont les besoins d’eau chaude et les pertes de distribution (cf. règles Th-C chapitre II § 7 et § 8). Qch est égal aux besoins mensuels de chauffage augmentés des pertes au dos des émetteurs et des pertes nettes de distributions. Qch = Qh+ Qb+ Qd,h [Wh]

Dans le cas du plancher solaire, si le plancher n'est pas utilisé pour l'émission de l'énergie d'appoint, Qb est nul. 6.3.5 COEFFICIENT CORRECTIF DE STOCKAGE DU SYSTÈME SOLAIRE

Dans le cas d'un stockage à eau, le coefficient correctif de stockage cOS est donné par la formule suivante : cOS = (Vconv/VS)0,25 [-]

VS est le volume de stockage solaire. Dans le cas des chauffe-eau, on utilise la formule : VS = CS / ρw.cp [litres]

où ρw est la masse volumique de l’eau (1 kg/l). cp est la capacité calorifique de l’eau (0,00418 MJ/kg.K).

35

Vconv est un volume conventionnel égal à 75 litres par m² de capteurs. Dans le cas d'un plancher solaire, le coefficient correctif de stockage cOS est donné par la formule suivante : cOS = (55 . A / Ap)0,03 [-]

A et Ap étant respectivement la superficie de capteurs et la superficie du plancher solaire. 6.3.6 COEFFICIENT CORRECTIF D’IRRIGATION DU STOCKAGE

Dans le cas d'un système de chauffage solaire à stockage à eau ou de production d'eau chaude sanitaire solaire : cW = 1 [-]

Dans le cas d'un plancher solaire, les valeurs de cW sont données dans le tableau ci-dessous en fonction de l'écartement et du diamètre des tubes :
Ecartement des tubes en cm jusqu'à 17 de 18 à 22 de 23 à 27 28 et plus jusqu'à 17 1 0,98 0,96 0,94 Diamètre des tubes en mm de 18 à 22 de 23 à 27 1,01 1,03 1 1,01 0,98 1 0,95 0,97 28 et plus 1,04 1,03 1,01 1

Si l’on ne connaît pas les valeurs de l'écartement des tubes et leur diamètre, on adopte la valeur pénalisante cW = 0,94. De même, si l’on a un système comportant plusieurs planchers ayant différentes caractéristiques, on prendra la valeur pénalisante cW = 0,94. 6.3.7 ENSOLEILLEMENT SUR LES CAPTEURS

ISC est l'ensoleillement sur le plan des capteurs en moyenne mensuelle exprimé en W/m². Deux configurations d’orientation des capteurs sont possibles. 1. Dans le cas où les capteurs sont orientés entre le sud-est et le sud-ouest, inclinés entre 40o et 50° sur l’horizontale, et sans obstacle susceptible de les masquer, les valeurs de ISC sont données dans le tableau ci-dessous pour les trois zones climatiques. Ces valeurs intègrent une minoration d’environ 6 % pour tenir compte de l’angle d’incidence (la performance d'un capteur vitré diminue lorsque l'angle d'incidence s'écarte de l'incidence normale). Cette minoration n’étant valable que pour les capteurs vitrés, il faut diviser les valeurs du tableau par 0,94 en cas de capteurs non vitrés.
JANV. H1 H2 H3 55 91 92 FÉV. 97 123 90 MARS 129 138 168 AVRIL 140 175 200 MAI 156 178 240 JUIN 178 204 224 JUILLET 212 221 248 AOÛT 199 214 213 SEPT. 157 165 191 OCT. 106 108 162 NOV. 49 97 154 DÉC. 43 59 115

Valeurs mensuelles de l'ensoleillement corrigées sur des capteurs vitrés inclinés à 45° et orientés vers le sud (W/m²).

36

2. Si l'on n'est pas dans le cas précédent, on applique un coefficient de réduction de 0,8 aux valeurs du tableau, pourvu que l'orientation des capteurs soit comprise entre – 90o et + 90o (sud = 0°) et que la hauteur moyenne des obstacles sur l'horizon soit inférieure à 20°. Pour toutes les autres configurations, on ne tient pas compte du système solaire dans les calculs du coefficient C.

7. CALCUL DES PERTES DE TRANSMISSION ENTRE LE BALLON SOLAIRE ET L’APPOINT
Dans le cas d’une installation d'eau chaude sanitaire, les pertes de transmission entre le ballon solaire et l’appoint seront ajoutées aux pertes de distribution en aval de l'appoint. Dans le cas d'une installation de chauffage solaire à stockage à eau, les pertes de transmission entre le ballon solaire et l’appoint sont négligées.

7.1 CHAUFFE-EAU SOLAIRE INDIVIDUEL Dans le cas de l’appoint intégré, ces pertes sont nulles. Dans le cas d’un chauffe-eau solaire individuel à appoint séparé, ces pertes sont calculées selon le même principe et avec les mêmes conventions que les pertes de distribution en aval de l'appoint (règles Th-C chapitre II § 8.11). On considère qu’à la fin du puisage, l’eau chaude contenue dans la tuyauterie reliant le ballon solaire à l’appoint se refroidit et que son énergie est donc perdue. Les pertes Qdwsa entre le ballon solaire et l'appoint dans le cas d'un chauffe-eau solaire individuel se calculent avec la formule suivante : Qdwsa = Fecs . cw vsa . (θw,d-θamb).Nsubnor.np Fecs est le taux de couverture solaire pour l'eau chaude sanitaire. cw, θw,d, Nsubnor et np ont la définition et la même valeur qu'au chapitre II paragraphe 8.11 des règles Th-C. vsa est le volume de la tuyauterie reliant le ballon solaire à l’appoint. θamb est la température de l’ambiance où est située la canalisation. θamb est calculée avec une formule similaire à celle du chapitre II paragraphe 9.2 des règles Th-C : θamb = θi – b (θinor – θe) [°C] où θinor est la température intérieure de la période normale (°C), θe est la température extérieure et b le coefficient de réduction de température défini dans les règles Th-Bat. Si l’on ne connaît pas vsa, on prend : Qdwsa = 0,05 Fecs . Qw [Wh] [Wh]

7.2 INSTALLATION D'EAU CHAUDE SOLAIRE COLLECTIVE À APPOINT CENTRALISÉ On prend : Qdwsa = 0,02 Fecs . Qw Qdwsa = 0,05 Fecs . Qw si la tuyauterie est isolée si la tuyauterie n'est pas isolée [Wh] [Wh]

37

7.3 INSTALLATION D'EAU CHAUDE SOLAIRE COLLECTIVE À APPOINTS INDIVIDUELS Lorsque les appoints individuels sont reliés au ballon solaire par un réseau bouclé dont le retour s'effectue dans le ballon solaire, les pertes du réseau bouclé sont de même nature que celles du ballon solaire et ne sont pas comptées ici. Sinon, on prend : Qdwsa = 0,25 Fecs . Qw Qdwsa = 0,4 Fecs . Qw si la tuyauterie est isolée si la tuyauterie n'est pas isolée [Wh] [Wh]

8. PERTES DE STOCKAGE DE L’APPOINT
8.1 APPOINT CENTRALISÉ (INSTALLATION COLLECTIVE D'EAU CHAUDE SANITAIRE) Les pertes de stockage sont calculées comme au chapitre II § 9 des règles Th-C.

8.2 APPOINT INDIVIDUEL (INSTALLATION D'EAU CHAUDE SANITAIRE) Si l’appoint est séparé, les pertes de stockage sont calculées comme au § 9 des règles Th-C mais en introduisant le coefficient minorateur ca (coefficient d’arrêt) qui tient compte de l’arrêt de l’appoint pendant les périodes où l’énergie solaire est suffisante. Il est déterminé comme suit : si Fecs < 0,75 : ca = 1 si Fecs ≥ 0,75 : ca = 4 (1 - Fecs) [-] [-]

Si l’appoint est intégré dans le ballon solaire, on procède comme ci-dessus après avoir multiplié le volume de stockage total par le facteur faux (cf. 5.3). On note que le calcul du coefficient minorateur n'intervient pas dans le calcul de la récupération de chaleur pour le chauffage.

9. CONSOMMATION DES AUXILIAIRES DE L'INSTALLATION SOLAIRE
Pour un chauffe-eau à thermosiphon, la consommation des auxiliaires est nulle. Pour une installation à circulation forcée, on ne considère que les circulateurs ou pompes solaires (en négligeant notamment la consommation de la régulation). Si Pax est la puissance consommée par le circulateur ou les pompes, exprimée en W, la consommation des auxiliaires de l’installation solaire a pour valeur : Cax = Pax.Dfonc La durée de fonctionnement Dfonc est donnée par la formule suivante : Dfonc = Dens . min [ 1 ; ( Qch + Qecs ) / (Isc . A . 0,4 . tmois ) ] [h] [Wh]

Dans cette formule, on considère que, en hiver, lorsque l'ensoleillement récupérable est inférieur aux besoins, la pompe primaire fonctionne tant que le soleil brille. Inversement, en été, la pompe fonctionne proportionnellement au rapport entre les besoins et l'ensoleillement récupérable (ce dernier est estimé en prenant en compte un rendement moyen du capteur solaire égal à 40 %).

38

Durées mensuelles d'ensoleillement en heures
JANV. FÉV. 87 124 78 MARS 149 163 204 AVRIL 126 183 235 MAI 145 186 305 JUIN JUILLET 188 255 282 276 292 340 AOÛT 256 300 283 SEPT. 175 173 228 OCT. 107 104 196 NOV. 42 121 210 DÉC. 50 75 153

H1 H2 H3

48 107 116

Faute de connaître Pax, on adopte la valeur : Pax = 50 + 5 A A étant la superficie des capteurs en m². Si A = 0 m², alors Pax = 0 W. Cette valeur est utilisée pour le calcul des consommations des auxiliaires dans le cas de la référence. [W]

10. RÉFÉRENCES NORMATIVES
Indice de classement NF NF EN P 50-501 12975-2 P 50-530-2 Titre Capteurs solaires à circulation de liquide Mesure des performances thermiques Installations solaires thermiques et leurs composants – Capteurs solaires – Partie 2 : Méthodes d'essai Installations solaires thermiques et leurs composants – Installations préfabriquées en usine – Partie 1 : Exigences générales Installations solaires thermiques et leurs composants – Installations préfabriquées en usine – Partie 2 : Méthodes d'essai Publication 1980 2002

NF EN

12976-1

P 50-531-1

2002

NF EN

12976-2

P 50-531-2

2002

ANNEXE N° 2
à l’arrêté portant modifications des règles de calcul Th-C et Th-E

MÉTHODE DE CALCUL Th-E

La méthode de calcul Th-E a été développée par le Centre scientifique et technique du bâtiment

Règles Th-E
Texte réglementaire Modifications

Emplacement dans le texte

A la fin du § 2, ajouter : La valeur de Tic en °C est arrondie à la valeur la plus proche à 0,1 °C. 3,6 Autile

Règles

3600

Dans le § 2.1.1, dernière phrase, supprimer le mot répété : Dans l'équation (B1), remplacer (deux corrections) : Dans l’équation (B11) et les définitions qui lui sont liées, remplacer : Après l’équation (B12), remplacer :

Asol

Les valeurs de Cm et de Am peuvent être déterminées Les valeurs de Cm et de Am sont calculées conformément aux à partir de la classe d’inertie du bâtiment ou de la règles Th-I. zone telles que définies dans les règles Th-I selon le tableau ci dessous : tableau « Valeurs conventionnelles de Am et Cm » en entier nombre de composants internes l : thermiques), s : nombre de composants linéiques (ponts

l : légers,

40

Dans le §2.1.3 supprimer le tableau « Valeurs conventionnelles de Am et de Cm »: Dans les définitions liées à Aw, remplacer : Dans les définitions liées à Aw, après la définition de h, ajouter : Remplacer l'équation (B22) : Remplacer l'équation (B23) : Dans le § 2.3, remplacer :

nombre de composants opaques légers,

Φs = Prsd.(1-fsa).Φsd + Prs.Φintr Φm = Prmd.(1-fsa).Φsd + Prm.Φintr Tic = max h=1,24 [ Σh ( (θop(h)+ θop(h+1)+ θop(h+2)) / 3) ] – DTI Pour l'ensemble des zones, les valeurs de référence correspondent au niveau de la mer. L'altitude du lieu est prise en compte par la correction du tableau ci-dessous. Ceci implique que la zone (Ea ,Eb , Ec ou Ed) pour le calcul de Tic est indépendante de l'altitude. Les corrections de zone définies en annexe 1 de l'arrêté ne sont donc appliquées que pour la définition des facteurs solaire de référence

Dans le § 3.1.2, remplacer :

À la fin du § 3.1.2, remplacer :

Dans la figure du § 3.2.3.3.3, remplacer :

Φs = Prs.(1-fsa).Φsd + Prsd.Φintr Φm = Prm.(1-fsa).Φsd + Prmd.Φintr Tic = max h=1,24 [ Σh ( (Top(h)+Top(h+1)+Top(h+2)) / 3) ] – DTI Pour l'ensemble des zones, les valeurs de référence correspondent au niveau de la mer (altitude 0). La prise en compte de l’altitude, z, sera effectuée par une diminution de la température Tqm égale à : - (0,0040z)°C pour z ≤ 300 m (0,78-0,0066z)°C pour 300 m < z ≤800 m -4,5°C pour z > 800 m On pourra également admettre les valeurs tabulées suivantes : La courbe de variation horaire de température extérieure est déterminée en fonction de Tqm et Eqm suivant la formule : Te (h) = Tqm + Eqm . C(Ih) avec : DhE dhE

La courbe de variation horaire de température extérieure (en temps solaire vrai) est déterminée en fonction de Tqm et Eq suivant la formule : θei (h) = Tqm + Eq . C(Ih) avec :

Emplacement dans le texte Texte réglementaire Modifications

er

(voir chapitre 6) W/m2 (les heures sont exprimées en temps légal)

(voir chapitre 7).

Dans le § 3.2.3.3.4, 1 alinéa, remplacer : Dans le§ 4.1, 1er alinéa, remplacer : Dans le§ 4.2, après les mots "les hypothèses suivantes" ajouter : Dans le § 5.1.2.1, à la fin du paragraphe, ajouter :

Wh/m2

Dans le § 5.1.2.3, remplacer : Dans le § 5.1.2.3, remplacer : Dans le § 5.2, 1er alinéa, ajouter :

Te Ti

Dans le § 7, 1er alinéa, remplacer :

Si elles sont utilisées, les valeurs par défaut ne faisant pas l’objet d’une référence doivent donc être utilisées de façon identique dans la référence et dans le projet.

Le ratio d'ouverture libre d'une baie est le rapport entre la surface de passage d'air, la baie étant ouverte au maximum, et la surface de la baie comptée en tableau. θei θi Il correspondent à celui pris en compte pour le calcul du coefficient C. Les valeurs par défaut doivent être utilisées de façon identique dans la référence et dans le projet. ; les 3 premiers points (inclinaison, surface, coefficient U) doivent être utilisés conjointement. nota : les deux premiers points ( inclinaison et coefficient U) doivent être utilisés conjointement. ; les 3 premiers points (inclinaison, linéaire, coefficient Ψ) doivent être utilisés conjointement. article 36 At = 4.5 Autile avec Autile : surface utile de la zone.

41

Dans le § 7.3.4, à la fin du nota, ajouter : Dans le § 7.3.4, après les mots « coefficient d'absorption de 0,7 », ajouter : Dans le § 7.3.4, à la fin du nota, ajouter : Dans le § 7.3.5, remplacer : Dans le § 7.3.7, remplacer :

article 34 At = 4.5 Autile avec Autile : surface utile de la zone.9

459040002-000304 – Imprimerie des Journaux officiels, 26, rue Desaix, 75727 Paris Cedex 15.