You are on page 1of 24

INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUË

Commentaires réalisés par le Pr Ch Baillard, service d’anesthésie-réanimation, Hôpital Avicenne CHU de Bobigny, APHP. Email: christophe.baillard@avc.aphp.fr

Insuffisances respiratoire chronique et aiguës :

- Dans l’Insuffisance Respiratoire Chronique (IRC ), la réserve cardiorespiratoire est suffisante pour assurer durablement une stabilité gazométrique. Les gaz du sang sont parfois normaux (au prix d’une augmentation du travail ventilatoire) ou anormaux mais stables.

- Dans l’Insuffisance Respiratoire Aiguë (IRA) , la réserve cardiorespiratoire est insuffisante. Les gaz du sang s’altèrent et sont instables : il existe une hypoxémie PaO2 < 60 mmHg, SaO2 < 90 %, associée ou non à une hypercapnie et une acidose respiratoire PaCO2 > 60 mmHg et pH < 7,30.

apparaissent des signes cliniques de détresse respiratoire : Dyspnée constante au repos avec polypnée ( 25 à 50 /mn) superficielle ++ Epuisement (bradypnée. pauses : arrêt respiratoire imminent) Cyanose des téguments Sueurs (hypercapnie) Signe de luttes: tirage des muscles respiratoire accessoires Signe d'épuisement : balancement thoraco-abdominal .Dans l’Insuffisance Respiratoire Aiguë (IRA) Surtout.

hépatomégalie sensible avec reflux hépato-jugulaire Neurologique Encéphalopathie respiratoire .turgescence jugulaire . oligo-anurie Signe d'insuffisance cardiaque droite . obnubilation.trouble du comportement (agitation .Dans l’Insuffisance Respiratoire Aiguë (IRA) Et des signes de mauvaise tolérance : Circulatoire Trouble du rythme cardiaque Tendance au collapsus et à l'état de choc circulatoire . somnolence jusqu'au coma. .marbrure et extrémités froides . confusion .

34 x SO2 + PO2 x 0.003] 2. Augmentation du débit cardiaque qui vise à augmenter : Le transport en oxygène (TaO2) [TaO2 (ml/min) = CaO2 x débit cardiaque)] .O2 dissous = PaO2 x 0.003 [CaO2 ( ml/100 ml) = Hb x 1.O2 combiné = Hb (g/100 ml) x 1.34 x SO2 % .La réserve cardio-respiratoire est constituée de mécanismes de compensation : 1. Augmentation de la ventilation minute qui vise à augmenter : Le contenu artériel en 02 (CaO2) .

Augmentation de la ventilation minute L’augmentation du travail ventilatoire … … n’est possible que sous certaines conditions : 1. Si le patient en a les possibilités musculaires et 2. . Si l’augmentation du travail ventilatoire ne dépasse pas un certain temps…… Sinon une fatigue des muscles respiratoires apparaît La tachypnée est le meilleur signe clinique.

La volémie est correcte.Augmentation du débit cardiaque L’augmentation du travail cardiaque … … n’est possible que sous certaines conditions : 1. Les coronaires sont saines 3. . La fonction cardiaque est bonne (contractilité) 2.

• Position: respecter la position assise (orthopnée) si le patient l’adopte spontanément .CONDUITE A TENIR (1) • Appeler un médecin • Assurer la liberté des VAS • Débuter l’oxygénothérapie: risque uniquement si IRC et hypercapnie.

CONDUITE A TENIR (2) • Elements de surveillance essentiels 1. SpO2. tirage musculaire. FC. trouble du rythme . TA 3. sueur 4. Détecter les signes de gravité: difficulté à parler. trouble de conscience. La fréquence respiratoire +++ (ne pas se fier à la valeur affichée par le scope) 2. Rechercher: cyanose.

infection ou affection surajoutée sur insuffisance respiratoire chronique 3. Insuffisance respiratoire aiguë par obstruction des voies aériennes Voie aérienne supérieure : épiglottite. Traumatisme thoracique. Sclérose latérale amyotrophique. oedème glottique Obstacle bronchique: asthme aiguë grave . poliomyélite. tumeur laryngo-trachéale. décompensation aiguë de BPCO . curarisants 2. tétanos. Myasthénie. pneumothorax. botulisme.Etiologie 1. Insuffisance respiratoire aiguë par trouble de la commande centrale ou de l'effecteur neuromusculaire AVC. Insuffisance respiratoire aiguë par atteinte de la paroi thoracique Pleurésie. prise de toxique. traumatisme . syndrome de Guillain-Barré.

Etiologie 4. inhalation de liquide gastrique..) Pneumopathie interstitielle 5. Oedème pulmonaire hémodynamique (OAP cardiogénique) Syndrome de détresse respiratoire aiguë ( SDRA) = OAP lésionnel de cause multiples ( infection. embolie graisseuses. Insuffisance respiratoire aiguë par atteinte vasculaire Embolie pulmonaire .. toxique. noyade. Insuffisance respiratoire aiguë par atteinte du parenchyme pulmonaire Pneumopathie infectieuse.

Symptomatique .Spécifique/Etiologique .Prise en charge et Principe de traitement .

Traitement symptomatique Oxygénothérapie On aide le patient à s’oxygéner Quantité suffisante pour obtenir une PaO2 >60 mmHg A adapter au terrain Support ventilatoire On aide le patient à ventiler .

Facteur déclenchant . – béta2 mimétiques aérosol – Corticoides par voie I. Des facteurs spécifiques (tels que l'allergie) s'associent à d'autres non spécifiques (comme la pollution ou le tabac). L'asthme touche tous les groupes d'âges mais se déclare souvent pendant l'enfance.V – Anticholinergiques en 2ème intention . Il se manifeste par des crises de dyspnée sifflante.Traitement spécifique • Asthme: Maladie inflammatoire chronique des voies respiratoires. et modulent l'hyperréactivité bronchique non spécifique.

Traitement spécifique • Décompensation de BPCO: – béta2 mimétiques aérosols – Adapter O2 aux Gaz du sang: attention à l’hypercapnie ++ – Antibiotique si contexte infectieux – VNI +++ .

V – Diurétiques – CPAP – Ttt étiologique .Traitement spécifique • Oedeme aigu pulmonaire cardiogénique: Envahissement des alvéoles pulmonaires par du plasma (crépitants bilatéraux à l’auscultation) ayant traversé la paroi capillaire par augmentation de pression dans la circulation pulmonaire – Dérivés nitrés I.

Oedeme aigu pulmonaire .

Traitement spécifique • Embolie pulmonaire: Obstruction des artères pulmonaires ou de leurs branches par des embols le plus souvent cruoriques. – Anticoagulant: HNF ou HBPM – Thrombolyse si signes d’intolérance hémodynamique – Ttt étiologique .

minime et parfaitement toléré. .A l’inverse : exsufflation à l’aiguille si urgence vitale = Pneumothorax suffocant – Drainage conventionnel .Traitement spécifique Pneumothorax: Epanchement gazeux dans la cavité pleurale – On peut le respecter s’il est unilatéral.

Pneumothorax incomplet gauche .

Pneumothorax complet droit .

Traitement spécifique • Pneumopathie infectieuse: Infection du parenchyme pulmonaire. La radio thoracique est un examen essentiel pour confirmer ce diagnostic et évoquer l’étiologie. – Antibiothérapie . parfois expectoration purulente. foyer de crépitants. Fièvre avec frissons.

Pneumopathie droite non systématisée .

Pneumopathie franche lobaire aiguë .