You are on page 1of 16

Plan de l’exposé

I. Rappels sur la transparence des finances publique
a. b. c. d. Qu’est-ce que la transparence des finances publiques ? Raisons de l’importance de la transparence des finances publiques Contexte de l’effort international de transparence des finances publiques Progrès dans l’amélioration des pratiques de transparence des finances publiques

II.

Finances publiques: transparence et risques
a. Enseignements de la crise actuelle

III. Renforcement des normes de transparence des finances publiques
a. Enseignements de la crise relatifs aux faiblesses des normes et pratiques d’information sur les finances publiques b. Révisions proposées des normes et pratiques

IV. Renforcement du suivi de la transparence des finances publiques et des incitations
a. b. c. d. Adéquation des instruments de transparence existants Réforme du Code de transparence des finances publiques et des RONC du FMI Intérêt particulier porté à l’information prospective Complémentarité entre les PEFA et les nouveaux RONC

V.

Sujets de consultation

I. Rappel sur la transparence des finances publique:
a. Qu’est-ce que la transparence des finances publiques ?
• Transparence des finances publiques: clarté, fiabilité, fréquence, opportunité et pertinence de l’information communiquée sur les finances publiques et accès du public au processus d’élaboration de la politique budgétaire. Information budgétaire publique: publication et diffusion d’informations synthétiques sur l’état des finances publiques, sous la forme de: – Prévisions budgétaires, – Statistiques de finances publiques, – États financiers ou comptes de l’Etat. Risques budgétaires: facteurs qui aboutissent à des écarts entre les prévisions d’un gouvernement et sa situation budgétaire effective.

I. Rappel sur la transparence des finances publique:
b. Raisons de l’importance de la transparence des finances publiques
Transparence et performance
200 High Income Middle Income 500 High Income Middle Income

Transparence et crédibilité

Moyenne des écarts de CDS, 2008-11

Low Income

Linear (High Income) 400 Linear (Middle Income)

Moyenne ratio dette/PIB, 1997-2007

150

Linear (High Income) Linear (Middle Income) Linear (Low Income) R² = 0.2516

300

100

200

R² = 0.0489

R² = 0.0057

50

100 R² = 0.2503

R² = 0.2028 0 1 2 3 4 5 0 1 2 3 4 5

Indice de transparence de finances publiques du FMI

Indice de transparence des finances publiques du FMI

I. Rappel sur la transparence des finances publique:
c. Contexte de l’effort international de transparence des finances publiques
• Effort concerté pour améliorer la transparence des finances publiques depuis la fin des années 1990
– La crise asiatique avait mis en évidence des faiblesses dans l’information financière des secteurs public et privé – Et souligné les risques liés à la non divulgation des liens entre les deux

De nouvelles normes d’information budgétaire ont été élaborées
– Générales: Code de bonnes pratiques et Manuel sur la transparence des finances publiques du FMI – Statistiques: SEC 95 de l’UE, MSFP 2001 du FMI et SCN 08 de l’ONU – Comptabilité: Normes comptables internationales du secteur public de l’IFAC (IPSAS)

De nouveaux outils ont été adoptés pour suivre la conformité aux normes
– Multilatéraux: RONC budgétaires et statistiques, PEFA & SGDD/NSDD – Régionaux: Eurostat, harmonisation de l’information budgétaire à l’UEMOA & CEMAC – Société civile: Enquête et Indice Open Budget

5

I. Rappel sur la transparence des finances publique:
d. Progrès dans l’amélioration des pratiques

200 48

Institutions couvertes

200

Base des flux communiqués
9 12 52 Full Accrual 29

150

78

General Government Central Government

150

22
100 16 10 33 50 98

Budgetary Central Government No Data Reported

100 146 50

Partial Accrual Cash

120

63
0 2004 2011 0 2004 2011

Inclusion des actifs et passifs
200 9 12 27 14 27 17
Financial Assets Only Liabilities Only Financial & Non-Financial Assets

Unknown 16 Annually 37

Fréquence des informations communiquées

150

100
136

126

No Balance Sheet

50

Semiannually 3 Quarterly 32

Monthly 96

0 2004 2011

II. Finances publiques: transparence et risques
a. Enseignements de la crise actuelle
Sources d’augmentation imprévue de la dette des administrations publiques (pourcentage du PIB, 2007-2010)
Fra Position budgétaire sous-jacente Révisions déficit et dette de 2007 1.7 1.7 -0.7 0.7 All 3.2 1.8 1.4 0.0 P-B -2.4 -0.9 -0.2 -1.3 Esp Port 1.8 -0.1 0.6 1.3 11.3 0.1 9.4 1.7 UK 3.7 1.5 1.9 0.3 US Grc Irl Isl Moy* 6.0 4.7 1.1 0.2 9.8

8.1 16.3 7.1 0.9 0.0 2.5 11.2 2.6

1.3 10.9 1.6 -0.1 -0.2 4.0 2.5 4.5

Variation du périmètre des administrations publiques Ajustement base caisse-droits constatés
Chocs exogènes

8.4 12.8 14.2 15.4

8.1 17.0

6.3 40.0 60.2 39.5

Chocs macroéconomiques
Interventions secteur financier Changements de politique Autres facteurs

8.3
0.0 2.3 2.1

4.7
8.1 3.8 -0.3

5.2 13.0
9.0 1.9 6.5 2.5 4.9 1.9

4.4
3.6 4.7 3.7

8.9
8.1 1.1 6.2

3.8 38.4 35.7
2.5 6.4 8.3

-3.3

6.0
3.8 4.7 5.9

1.6 24.5 42.8 -8.0 -6.7 -9.9 -4.3

7.5 21.6

Total augmentation imprévue de la dette
* Moyenne pondérée à partir du PIB

14.4 19.5 20.2 24.0 27.8 28.0 29.1 41.7 59.1 67.7 26.4

II. Finances publiques: transparence et risques
a. Enseignements de la crise actuelle (exemple de la Grèce)
Sources d’augmentation imprévues de la dette des administrations publiques (pourcentage du PIB, 2007-2010)
Fra Position budgétaire sous-jacente Révisions déficit et dette de 2007 1.7 1.7 -0.7 0.7 All 3.2 1.8 1.4 0.0 PB -2.4 Esp Port UK US Grc Irl Isl Moy*

Manque 3.7 1.8 11.3 de données -0.9 -0.1 0.1 1.5 actuelles en 2007 -0.2 0.6 9.4 1.9 envers le -1.3 Arriérés1.7 1.3 0.3 secteur privé

8.1 16.3 7.1 0.9 0.0 2.5 11.2 2.6

Variation du périmètre des administrations publiques Ajustement base caisse-droits constatés
Chocs exogènes

1.3 10.9 6.0 Reclassification 1.6 4.0 4.7 des entreprises publiques -0.1 2.5 1.1 -0.2 4.5 0.2

Chocs macroéconomiques
Interventions secteur financier Changements de politique Autres facteurs

8.4 12.8 14.2 15.4 8.1 17.0 Injection de 8.3 4.7 5.2 13.0 4.4 8.9 capitaux dans les banques 0.0 8.1 9.0 2.5 3.6 8.1 2.3 2.1 3.8 -0.3 1.9 6.5 4.9 4.7 1.1 Résiduel 1.9 3.7 6.2

Impact 6.3 40.0 60.2 39.5 9.8 budgétaire de du 3.8 38.4 35.7 la chute6.0 PIB -3.3 2.5 6.4 8.3 1.6 24.5 42.8 3.8 Assainissement budgétaire -8.0 -9.9 -4.3 4.7 -6.7 7.5 21.6 5.9

Total augmentation imprévue de la dette
* Moyenne pondérée à partir du PIB

14.4 19.5 20.2 24.0 27.8 28.0 29.1 41.7 59.1 67.7 26.4

III. Renforcement des normes d’information
budgétaire
Problème mis en évidence par la crise
Révisions des déficits Activités quasibudgétaires des entreprises publiques Flux non communiqués

Faiblesse des normes actuelles
Information trimestrielle trop peu fréquente Attention limitée aux administrations publiques Pertes sur actifs et passifs non comptabilisées Scénarios macrobudgétaires alternatifs non requis

Chocs macroéconomiques

Exposition au secteur financier

Passifs éventuels non signalés

9

III. Renforcement des normes de transparence des finances publiques
a. Enseignements de la crise relatifs aux faiblesses des normes et pratiques d’information sur les finances publiques

Dimension d’information budgétaire
Couverture des institutions Couverture des stocks

Faiblesses existantes des normes et pratiques
En se centrant exclusivement sur les administrations publiques on perd de vue les risques liés aux entreprises publiques et aux banques centrales Les bilans ne tiennent pas compte des passifs éventuels (par ex. envers le secteur financier) Les comptes en droits constatés ne signalent pas les pertes latentes sur les passifs acquis lors de la crise Les statistiques trimestrielles ne donnent aux administrations que 2 observations avant de présenter le budget de l’exercice suivant Un décalage de 12 mois dans la publication des comptes annuels audités signifie qu’ils ne contribuent pas à éclairer le budget de l’exercice suivant Les prévisions budgétaires et les budgets ne sont pas tenus de refléter l’impact budgétaire de toutes les politiques annoncées Les évaluations de risques budgétaires ne sont pas intégrées dans la documentation budgétaire ni dans la prise de décision Les projections budgétaires à long terme restent exceptionnelles Écarts non expliqués entre: • Budgets: caisse • Statistiques: droits constatés (SEC95, MSFP 2001) • Comptes : droits constatés (IPSAS)

Information rétrospective

Couverture des flux

Opportunité

Prévision

Information prospective

Risques budgétaires Projections à long terme

Cohérence de l’information

Comparabilité des prévisions et données effectives

10

III. Renforcement des normes de transparence des finances publiques
a. Révisions proposées des normes et pratiques
Dimension d’information budgétaire
Couverture des institutions Couverture des stocks

Normes en vigueur (Source)
Administrations publiques (SEC 95/ MSFP2001, SCN08) Bilan intégral (SEC 95, MSFP 2001, IPSAS, SNA 08) Droits constatés (SEC95, MSFP 2001, IPSAS) Information statistique trimestrielle (SGDD/NSDD)

Révision proposée
Mettre plus l’accent sur le secteur public (y compris entreprises publiques et banques centrales) Comptabilisation des engagements conditionnels quantifiables à la valeur actuelle escomptée Comptabilisation des provisions pour créances douteuses dans les statistiques synoptiques

Information rétrospective

Couverture des flux

Information budgétaire mensuelle Comptes audités dans un délai de 6 mois

Actualité

Comptes audités dans délai d’un an (Code de transparence des finances publiques) Néant Néant Néant Budgets: Caisse Statistiques: Droits constatés (MSFP2001, SEC95) Comptes: Droits constatés (IPSAS)

Prévision

Information prospective

Risques budgétaires Projections à long terme

Nouvelle norme pour la prévision budgétaire et la gestion des risques budgétaires

Cohérence de l’information

Comparabilité des prévisions et données effectives

Alignement des normes relatives aux budgets, aux statistiques et aux comptes

IV. Renforcement du suivi de la transparence des finances publiques
a. Niveau d’adéquation des instruments de transparence existants
Instrument Atouts Faiblesses
• Méthodologie uniforme qui ne tient pas compte des différences de niveau de capacités ou de développement économique • L’évaluation accorde la même pondération à tous les aspects • Se centre sur les institutions formelles à la différence des pratiques ou résultats effectifs • Difficile de juger la gravité relative des problèmes et principales vulnérabilités • Ne sont pas principalement axées sur la transparence • Axées sur les pays en développement (2 évaluations de pays avancés uniquement) • Pas de recommandation claire sur la suite

RONC

• Normes de pratiques optimales • Amplement utilisés (111 dans 94 pays) • Évaluation exhaustive de la plupart des aspects de la GFP

PEFA

• Amplement utilisées (285 dans 135 pays) • Score clair • Vaste couverture de l’ensemble des processus de GFP • Utilité pratique pour les bailleurs de fonds • Se centre particulièrement sur la disponibilité de documents essentiels • Caractère exhaustif des données • Normes de pratiques optimales • Évaluation globale

Enquête Open Budget

• Évaluation relativement peu profonde • Mesure synoptique, pas d’analyse ou rapport • Pas de recommandations claires

12

IV. Renforcement du suivi de la transparence des finances publiques
b. Réforme du code de transparence des finances publiques et des RONC du FMI

• Réorienter le Code et les RONC pour se centrer davantage sur:
– – – – – Le secteur public consolidé; Les résultats budgétaires effectifs; Les pratiques de budgétisation formelles et informelles; La qualité et le caractère exhaustif des documents publics; Budgétisation et prévisions budgétaires et communication des risques budgétaires.

Mettre à jour le Code et le Manuel pour distinguer:
– – – Pratiques élémentaires (par ex., information budgétaire annuelle) Bonnes pratiques (par ex., information budgétaire trimestrielle) Pratiques optimales (par ex., information budgétaire mensuelle)

Réviser les RONC de transparence des finances publiques pour:
– – – – – Aller au-delà des institutions formelles et des procédures; Fournir une analyse plus approfondie du caractère adéquat et de la fiabilité des données budgétaires recueillies et publiées pour éclairer la prise de décision et assurer la responsabilisation; Réaliser des évaluations plus modulaires centrées sur les domaines de risque budgétaire; Offrir une évaluation des pratiques de transparence des pays, qui soit plus accessible et comparable et aboutisse davantage à des actions concrètes; Fournir un plan d’action avec des échéances et des mesures concrètes pour corriger les problèmes relevés.

13

IV. Renforcement du suivi de la transparence des finances publiques
c. Intérêt particulier porté à l’information prospective

Le budget est le principal outil et rapport financier:
– Cependant, il n’y a pas de normes généralement acceptées pour le contenu ou les dispositions des documents budgétaires. – Il y a de grandes carences de prévision dans un large éventail de pays:
• Méthodologie – distinguer l’impact des politiques actuelles et nouvelles • Construction – estimations budgétaires pluriannuelles désagrégées • Horizon – projections budgétaires à long terme

– Et les analyses des risques budgétaires, à partir de scénarios et d’évaluation des engagements conditionnels, sont limitées.

Pour la nouvelle norme et outil d’évaluation les prévisions devraient:
– Couvrir une période minimale donnée et un ensemble minimum d’institutions donné; – Définir séparément les nouvelles mesures et les inclure dans des prévisions tenant compte de leur application; – Donner un rapprochement des changements et des dernières prévisions; – Fournir des scénarios budgétaires fondés sur des hypothèses macroéconomiques différentes; – Inclure un état des risques budgétaires, assortis de valeurs et de probabilités, et tenant compte par ailleurs des mesures pour les atténuer. 14

IV. Renforcement du suivi de la transparence des finances publiques
d. Complémentarité entre les PEFA et les nouveaux RONC
• Les PEFA et RONC obéissent à des objectifs différents: – Les PEFA sont un diagnostic global de l’exécution de la GFP. – Les RONC se centrent sur les aspects de transparence et de responsabilisation des systèmes de GFP (définition claire des rôles et responsabilités pour la GFP; transparence des procédures budgétaires; accès du public à l’information et garantie d’intégrité). Il y a cependant certains chevauchements: – 40% de l’information provenant des RONC existants peut être recueillie à partir des PEFA. – Mais les PEFA ne couvrent la transparence que pour autant qu’elle agisse sur l’efficacité de la GFP. Elles ne traitent pas tellement de la définition claire des rôles ni de l’accès du public à l’information. – Les RONC ne couvrent pas les relations avec les bailleurs de fonds ni les scores de performance. Les nouveaux RONC sur les finances publiques offriront une plus grande complémentarité dans la mesure où ils: – Quantifient et évaluent l’ampleur et la probabilité des faiblesses potentielles. – Donnent une analyse plus approfondie des principaux problèmes (par ex., la taille du secteur public, les engagements conditionnels, les facteurs générateurs de problèmes). – Examinent des domaines qui échappent largement aux PEFA, comme les normes de prévision budgétaire, la qualité des informations sur les risques budgétaires, et la couverture exhaustive du secteur public. – Établissent un lien entre les évaluations des pays avancés et en développement, par le biais de normes échelonnées. 15

V. Sujets de consultation
• Quels sont les principaux problèmes et domaines d’amélioration en matière de transparence des finances publiques? En quoi la structure et le contenu du code de transparence des finances publiques pourraient-ils être améliorés? Quelles sont les lacunes des instruments existants d’évaluation de la transparence en ce qui a trait à la définition des problèmes et aux analyses? Qu’attend-on des nouvelles normes de transparence des finances publiques et des nouveaux instruments d’évaluation? Comment utiliseriez-vous la nouvelle évaluation de la transparence des finances publiques proposée, et que peut-on faire pour encourager les pays à se soumettre à une nouvelle évaluation?
16