You are on page 1of 27

SOCIETES ET CULTURES URBAINES AU MOYEN AGE

INTRODUCTION
• LIVRE P 132 P149

• Du XI au XIII siècle, les villes grandissent et s’enrichissent. Le rôle des bourgeois et des marchands devient alors très important dans la vie politique et dans le paysage urbain

PROBLEMATIQUE
• QUELS SONT LES FACTEURS ET LES MODALITÉS DE LA CROISSANCE URBAINE DU 11 EME AU 13 EME SIECLE? • EN QUOI LES VILLES SONT-ELLES LE CREUSET D’UNE SOCIETE ET D’UNE CULTURE NOUVELLES?

I-L’ESSOR URBAIN: FACTEURS ET MODALITES
• A – QU’EST CE QUE LA VILLE A L’EPOQUE MEDIEVALE? 1 - UNE AGGLOMERATION D’HOMMES ET D’ACTIVITES. 2 – UNE ENTITE JURIDIQUE 3 - UN CADRE MATERIEL SPECIFIQUE

LA VILLE DE SAN GIMIGNANO EN TOSCANE
PARADOXEPLACE.COM

3- UN CADRE MATERIEL SPECIFIQUE
• - près d’un réseau de communications (route ou voie d’eau) • -agglomération de bâtiments privés(maisons) ou public (hôtel de ville) et religieux • - parfois entouré d’une enceinte • - absence de ségrégation sociale • - chantier permanent • - présences d’aires agricoles en ville

B – LES FACTEURS DE L’ESSOR URBAIN
• ESSOR RURAL ET DEMOGRAPHIQUE. • REPRISE DU GRAND COMMERCE. • LOCALISATION DES FONCTIONS POLITIQUES ADMINISTRATIVES, EDUCATIVES ET RELIGIEUSES ( l’évêque, une abbaye, une université)

C – LA CROISSANCE URBAINE
• Agrandissement d’enceintes et constructions d’églises • Parfois reconnaissance juridique par les autorités( chartes, édits) • Activités urbaines reposant sur le pays alentour ou sur une diaspora (marchands italiens)

Les nombreuses activités des artisans et des marchands
ACTURAMA.ORG

D – QUELLES TYPOLOGIES DES VILLES SONT ENVISAGEABLES?
• 1- PAR LEUR ORIGINE • - les anciennes villes antiques revigorées( Rome.) • - la réunion spontanées de noyaux urbains proches (Toulouse=cité de l’évêque +bourg monastique de Saint Sernin) • - création médiévales ( bastides du Sud Ouest de la France)

Bastide de Villefranche de Rouergue(
source office du tourisme de villefranche de rouergue)

2 – PAR LE NOMBRE D’HABITANTS
• - ≥ 100 000 habitants. Peu nombreuses( Paris, Venise, Florence ou Gênes). • - ≥ 10 000 habitants.(Gand, Bruges, Londres, Toulouse, Bordeaux) capitale régionale, centre industriel et marchand, centre universitaire. • - semis de petites villes (Angleterre ou dans l’Empire.)

3 – PAR LES FONCTIONS DOMINANTES
• - villes capitales ( Paris, Londres ou Rome) • - centre économiques ( grandes cités drapières flamandes)( dossier Bruges p 138)( illustration les halles et le beffroi de Bruges, source: leroutard.com)

II – LA SPECIFICITE DES FONCTIONS URBAINES AU MOYEN AGE
• A- LE DYNAMISME ECONOMIQUE:UN ASPECT MAJEUR DE L’ESSOR URBAIN
– 1- un centre de consommation ( grand marché) L’argent y tient une place bien plus grande que dans l’espace rural

2 – un centre de production
• Production artisanale (draperie flamande) • Les artisans sont organisés en corporations Statuts des métiers ( doc 4p139)

3 – Un centre d’échange
• - achat à la boutique • - grand commerce ( change, banque) • - précapitalisme ( contrat d’association écrit)

B- FONCTION POLITIQUE:NAISSANCE ET ORGANISATION DES INSTITUTIONS COMMUNALES • Au XI siècle, l’espace urbain s’inscrit dans un cadre féodo-seigneurial. • → appartient à une seigneurie ecclésiastique ou laïques

EVOLUTION AU XII SIECLE
• Octroi de franchises ou de libertés*p136 • → de nombreuses villes obtiennent le statut de commune*p136

Sceau de la ville de Périgueux ( archives départementales de la dordogne)

De nouvelles institutions communales
• Les bourgeois les plus riches (élite urbaine) choisissent un maire et des conseillers
– - échevinage* p 136 – - consulat*p 136

– En Italie, constitution de véritables états indépendants (République de Florence)

Des conflits au sein des communes
• Entre les élites et les plus pauvres • → émeutes populaires • →parfois installation d’un podestat* p 136

C – LES NOUVELLES FORMES DE L’ENCADREMENT RELIGIEUX
• 1 – Les confréries religieuses associations religieuses volontaires dont les membres (laïcs et religieux), sont liés par un serment. • Leur finalité est religieuse et sociale : fêtes, dévotion commune, entraide et charité.

2 – les ordres mendiants
• .Fransciscains Dominicains • Il est un moyen de s’adapter aux spécificités de la vie urbaine, aux mentalités urbaines et aux inégalités sociales mises à jour par la promiscuité.

III UNE SOCIETE ET UNE CULTURE SPECIFIQUEMENT URBAINEs
• A – DES SOCIETES FORTEMENT HIERARCHISEES • Elite urbaine ( patriciat)(familles nobles et riches bourgeois • Les autres citadins reconnus: gens de métiers, boutiquiers, gens d’office, clercs • Pauvres, immigrants, marginaux

B –LA QUESTION DE L’OUVERTURE DES SOCIETES URBAINES ET DE L’EMERGENCE d’UNE CULTURE URBAINE • Lieux d’échange, de brassage des populations • → grande ouverture sociale • →innovation technique • →évolution des mentalités

Nouvelles règles sociales urbaines • Affirmation d’une identité urbaine • Dotation de symboles forts (sceaux, édification de monuments beffroi , palais communal)

CONCLUSION
• Les villes constituent donc des entités politiques qui échappent au cadre féodoseigneurial. C’est aussi le lieu des innovations économiques où l’argent prend beaucoup de place dans la vie quotidienne et dans les mentalités. • Enfin, il existe une culture urbaine avec la création et le succès des ordres mendiants