You are on page 1of 19

Conduite de projets à l ’IN2P3

•Bilan des formations 1991-2001
•L’état des lieux
•Les nouveaux enjeux
•Evolution de la gestion de projet
•La gestion des risques
Bilan 1991-2002

• Environ 170 personnes formées.
• Les mécaniciens ( >130) ont été les principaux participants à ces
formation.
• Les physiciens (35) n’ont pas été assez présents compte tenu de leur
responsabilité prépondérante dans les projets.
• Les électroniciens ont été discrets compte tenu de la place de
l’électronique dans les détecteurs de physique nucléaire et particules.
• Les informaticiens ont été pratiquement absents : s’estiment ils
concernés par le sujet ?
• Un physicien : en électronique et en software l’impression est
"toujours" que l'écriture d'un planning est plus "un souci physicien’’ que
une préoccupation ingénieur.
• Le “plus” : la “culture projet” se développe progressivement chez les
jeunes physiciens et jeunes ingénieurs confrontés obligatoirement à cet
environnement.
Etat des lieux

• Malgré le travail de fond effectué depuis plus de
10 ans, sur la gestion de projet, quelques projets
connaissent des dysfonctionnements :
Alice, Antarès, Atlas, CMS, Spiral, Star, Virgo,
etc…

•Cahier des charges pas toujours réalisés dans l’état
de l’art
•Dérives des budgets et des plannings
•Revues de projets sans impact
•Faiblesse dans l’analyse critique des projets
• Difficulté de gérer des groupes ayant des autonomies
importantes les uns par rapport aux autres.
• Relation physiciens-ingénieurs parfois conflictuelles :
le rôle respectif de chacun n’est pas toujours bien
défini, ni bien accepté.
• Manque de chefs de projets à l’IN2P3.

• Un formateur :
Vous n’avez pas encore passé le cap de
‘’c’est la faute à….’’,
alors qu’il faudrait penser
‘’c’est l’organisation qui est en cause…’’ 
Les nouveaux enjeux
Ces enjeux dépassent le champ de l’IN2P3 et de la recherche

• L’espace européen de la recherche (EER)

• La Loi Organique relative aux Lois de Finance (LOLF)
L’espace européen de la recherche (EER)
(structure européenne)
• Diminuer la fragmentation des thèmes de recherche
• La notion de proposition de projet scientifique sera
progressivement remplacée par la notion de réponse à un appel
d’offres européen de projet scientifique.

La Loi Organique relative aux Lois de Finance (LOLF)
(loi française)
• La LOLF instaure une nouvelle organisation de l’Etat Français,
finançant plus des programmes que des structures.
• La LOLF marque le passage d’une culture de moyens à une
culture de résultats.
Evolution de la gestion de projet

Dans le cadre de la thématique “gestion de
projet”

Nécessité d’actions permettant de regrouper
physiciens, électroniciens, informaticiens,
mécaniciens,

Correspondant à un sujet de non traité jusqu’à
présent
Compte tenu des problèmes observés dans
quelques projets, il apparaissait que la non
prise en compte des risques était une lacune.
La gestion des risques
Un risque est un événement qui, s’il se produit, compromet la
tenue des objectifs essentiels de tout ou partie du projet.

Un risque se caractérise par
• sa gravité
• sa probabilité d’apparition
• la période ou il est susceptible de se manifester
• sa durée

Réduire un risque c’est réduire la gravité de ses effets,et/ou
réduire la probabilité que l’aléa se produise (réduire
l’occurrence).

La gestion des risques comporte 3 phases
Evaluation / identification des risques
Analyse et quantification des risques
Réduction des risques
Gestion des risques

La notion de risque relève des probabilités.
C’est un phénomène récent dans l’histoire humaine.
Ce n’est pas simple, cerner l’incertitude c’est quelque
chose que l’on ne sait pas faire de manière inné.
La fiabilité est une approche non intuitive.

Raisonner en termes de risques, ne fait pas partie de la
culture humaine.
Les chefs de projet expérimentés savent anticiper les
problèmes, pas les nouveaux.
Un moyen de contourner les aléas est d’anticiper les
risques

La théorie du management de projet est apparue
pendant la seconde guerre mondiale, avec le
débarquement allié du 6 juin 1944.

Les premières approches industrielles du risque sont
apparues dans les années 50 : programme américain
Polaris, programme nucléaire français,accident barrage
du Fréjus, programme spatial américain, etc…
La pression des décideurs étant de plus en plus
forte vis à vis des risques, a conduit à un refus de
l’existence du risque, donc à la mise en œuvre de
moyens pour le réduire.

Aujourd’hui, la gestion des risques est un des outils
de la gestion de projet, elle permet d’identifier, dès
la phase d’avant-projet, les risques principaux ainsi
que la marge nécessaire.
 Méthodologie évaluation/identification des risques
 
   
Groupe de travail, 3 à 7 personnes, représentatif plusieurs métiers,

Utilisation d’une check-list type (environ 50 à 100 items)

Les réponses à la check-list, remplissent la matrice d’identification des risques
colonnes = degré de gravité, lignes = probabilité d’occurrence 

Grille de criticité : concerne risques les plus graves et les plus probables
Colonne la plus à droite : des recommandations, pas des décisions 

Remise de la grille de criticité à l’instance de direction qui décide
des risques à prendre tels quels, des risques à ne pas prendre, des risques à
diminuer, 

Définition par des experts des actions en réduction de risque décidés par la
direction

Poursuite du projet, avec mise en œuvre des actions en réduction de risque
Extrait de la check-list DAPNIA-IN2P3
 

• Risque d’expression incomplète ou mauvaise du besoin scientifique ?

• Risque de mauvaise compréhension du besoin scientifique ?

• Risque d’évolution ou fluctuation du besoin scientifique ?

• Risque d’évolution ou fluctuation du cahier des charges techniques ?

• Risque que les solutions techniques proposées soient innovantes au point
de ne pas avoir validées en laboratoire et/ou en milieu industriel ?

• Risque que des solutions techniques soient utilisées aux limites, ou non
matures, ou exotiques ?

• Risque que le système soit trop complexe ou de taille trop élevée ?

• Risque que les solutions techniques proposées soient dépassées
(performances, mise en œuvre, coût) par de nouvelles technologies ?
Risques identifiés graves et d’occurrence très probable Impat Impact Impact Impact Acceptabilité Action en
coût délais ressource perfo Du risque Réduction 
s ?
Mauvaise expression et/ou expression incomplète du besoin Faible Important Importan Faible Non Préconisée
scientifique t acceptable
Solutions techniques proposées innovantes au point de ne pas avoir Moyen Important Importan Moyen Non Préconisée
Eté validées en laboratoire et/ou en milieu industriel ? t acceptable

Solutions techniques utilisées aux limites, ou non matures, ou Important Important Moyen Faible Acceptable Non
exotiques ?
Risque que les solutions techniques choisies à priori soient trop Important Important Moyen Important Non Préconisée
complexes ? acceptable
Risque de mauvaise identification des performances techniques Moyen Important Moyen Important Non Préconisée
nécessaires au début du projet, et de mauvais contrôle à la fin ? acceptable

Solutions techniques et performances associées difficiles Moyen Important Importan Important Non Préconisée
à matérialiser ou à démontrer t acceptable

Risque que les méthodes de qualification ne soient pas adéquates ? Faible Moyen Faible Important Non Préconisée
acceptable
Risque de validation tardive des concepts, des designs Faible Important Faible Important Non Préconisée
acceptable
Risque d’erreur dans les estimations initiales en coût ? Important Moyen Moyen Faible Acceptable Non

Validité des estimations initiales de délais/plannings ? Moyen Important Importan Faible Acceptable Non
t
Validité des estimations initiales en ressources humaines ? Moyen Moyen Importan Faible Acceptable Non
t
Risque de minoration volontaire du budget ? Important Importante Moyenne Faible Acceptable Non
e
Risque de prédominance excessive d’un acteur du projet ? Important Importante Importan Importante Non Préconisée
e te acceptable
Risque de courts-circuits dans les prises de décision ? Moyen Important Moyen Important Non Préconisée
acceptable
Risque d’absence, de mauvaise définition, de mauvais Important Important Moyen Important Non Préconisée
positionnement des revues de projet acceptable
La méthodologie de conduite de projet est autant un
livre de recettes qu’un code d’éthique.

Cela signifie que non seulement il faut appliquer les
méthodes et procédures normalisées, mais encore il
faut s’appliquer à soi-même la rigueur qui sous-tend
ces méthodes.

François Dupont
Ont participé à la réflexion
Bernard Aubert LAPP
Didier Bedereide DAPNIA
Violette Brisson LAL
Gérard Cosme IN2P3
Yves Declaix IPNL
Serge Della Negra IPNO
Manoel Dialinas Subatech
Marcel Jacquemet DAPNIA
Danièle Imbault CEA
Jean Claude Languillat DAPNIA
Bernard Launé IPNO
Jacques Lefrancois LAL
Marcel Lieuvin IN2P3
Christelle Lucas IN2P3
Lionel Luquin Subatech
Jurgen May CERN
Laurent Serrani CENBG
Patrick Stassi LPSC