Cours 4 Les réseaux locaux Ethernet

Hatem BETTAHAR HeuDiaSyc UMR CNRS 6599 Université de Technologie de Compiègne, FRANCE

Plan

Introduction:

Composants d’un LAN, topologies, modes de communication Adressage MAC, trame Ethernet 10Base5, 10Base2, 10BaseT, 10BaseF Fast Ethernet Gigabit Ethernet

La couche liaison: LLC et MAC

Les versions Ethernet
 


Systèmes de câblages
| ISG-Gabès 2007 |

H. BATTAHAR

2

Composants d’un LAN

Equipements terminaux

End Sysem (ES), Hôte (Host)
• Exemple : PC, MAC, serveurs, imprimantes, etc.

Cartes ou adaptateurs réseaux

Network Interface Card (NIC)
• Plaquette de circuits imprimés logée dans l'emplacement d'extension d'un bus, sur la carte-mère d'un ordinateur

Au moins une carte par hôte connecté
 

Contrôle l'accès de l'hôte au média Possède un identifiant unique appelé adresse MAC (Media Access Control) : FE:ED:F9:44:45:AF

H. BATTAHAR

| ISG-Gabès 2007 |

3

Composants d’un LAN

Media ou support de transmission


Immatériel : réseaux sans-fils Matériel : paire torsadée, câble coaxial ou fibre optique Choix du ou des supports
• Performance en terme de débit, d'affaiblissement linéique et de résistance au bruit, Facilité d'installation et coût financier • Les plus utilisés en Europe : la paire torsadée blindée catégorie 5 (non blindée aux Etats-Unis) et la fibre optique

H. BATTAHAR

| ISG-Gabès 2007 |

4

Un réseau simple

Deux nœuds

Deux équipements terminaux ou PC
• Equipés chacun d'une carte réseaux

Un support de transmission
• Câble croisé en paires torsadées (croisé en général) • Avec deux connecteurs (RJ-45) aux extrémités

H. BATTAHAR

| ISG-Gabès 2007 |

5

Un réseau simple  Deux nœuds  Pourquoi un câble croisé en paires torsadées ? • Sur une carte réseau. émission et réception des signaux se font en général sur des broches et paires de fils différentes • Un câble en paires torsadées comporte huit fils (quatre fois deux paires) dont quatre pour l'émission et la réception H. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 6 .

Composants d’un LAN  Equipements d'interconnexion  Répéteur • Régénère et resynchronise les signaux reçus • Pour leur permettre de voyager sur de plus longues distances dans le média H. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 7 .

BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 8 .Composants d’un LAN  Equipements d'interconnexion  Concentrateur ou hub = Répéteur multi-port • Constitue un point de connexion central • Tout signal reçu sur un port est répété sur tous les autres ports • Permet d'avoir une seule carte réseau par PC H.

Composants d’un LAN  Equipements d'interconnexion  Pont ou Bridge • Filtre le trafic pour conserver le trafic local au niveau local • Examine les adresses destination des messages émis H. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 9 .

BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 10 .Composants d’un LAN  Equipements d'interconnexion  Pont ou Bridge • Filtre le trafic pour conserver le trafic local au niveau local • Examine les adresses destination des messages émis H.

BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 11 .Composants d’un LAN  Equipements d'interconnexion  Commutateur ou Switch = Pont multi-ports • Comme un hub. constitue un point de connexion central • Comme un pont. filtre le trafic pour l'acheminer uniquement vers son destinataire H.

Composants d’un LAN  Equipements d'interconnexion  Routeurs • Permet au sein d'un LAN de mieux contrôler les flux d'information (notamment les trames de « broadcast ») • Permet de connecter entre eux des LAN distants ou un LAN à Internet H. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 12 .

elle est transmise directement à toutes les autres stations (broadcast) H.Topologies logique d’un LAN  Architecture en Bus  Quand une trame est émise par une station. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 13 .

chaque station est reliée au port d’un hub ou concentrateur H.Topologies physiques d’un LAN  Architecture en étoile  Dans le cas de supports en paires torsadées ou fibres optiques. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 14 .

Topologies physiques d’un LAN  Architecture en arbre d'étoiles H. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 15 .

BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 16 .Architecture type d’un LAN H.

BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 17 .Mode de communication  Première génération de LAN   Transmission par diffusion (broadcast) Un message transmis par un équipement est reçu par tous les autres équipements du même segment H.

B ne peut transmettre de message à C sans provoquer de collisions  Un seul domaine de collision • Deux messages transmis simultanément rentreront nécessairement en collision • Nécessite une méthode d’accès au support H. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 18 .Transmission par diffusion  Avantages    Simplicité du protocole de communication Matériel d'interconnexion (hub) peu complexe Faibles coûts de fabrication  Inconvénients  Peu performant en terme d'utilisation des supports de transmission • Pendant que A transmet un message à D.

BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 19 .Mode de communication  Nouvelle génération de LAN   Transmission par commutation (switching) Toute trame est acheminée vers son seul destinataire H.

Transmission par commutation  Avantages  Plus performant en terme d'utilisation des supports de transmission • Pendant que A transmet un message à D. B peut en même temps transmettre un message à C sans provoquer de collisions  Réduit le nombre de collisions possibles • Collisions encore possibles si A et le commutateur qui y est relié se transmettent simultanément de l'information  Inconvénients   Matériel d'interconnexion (switch) plus complexe Coûts de fabrication plus élevés (dans un premier temps) | ISG-Gabès 2007 | H. BATTAHAR 20 .

Mode de communication  Situation classique  Cohabitation des modes par diffusion et communication H. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 21 .

BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 22 .Couche liaison MAC et LLC H.

Modèle OSI / Modèle LAN  Le LAN ne concerne que les couche 1 et 2 du modèle OSI  La norme IEEE divise la couche liaison en 2 souscouches :  La sous-couche MAC (Medium Access Control) qui définit la méthode d’accès au support de transmission. 23  H. La sous-couche LLC (Logical Link Control) qui rend transparentes à la couche Réseau les différences de la souscouche MAC. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | .

BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 24 .   Elle est indépendante du média : câble cuivre.Sous-couche MAC  Cette sous-couche a pour rôle de :  gérer l’accès au support physique car il s’agit d’une liaison partagé (mode diffusion) • Méthodes d’accès: CSMA/CD  structurer les bits d’information en trames gérer les adresses physiques (adresses MAC) des cartes réseaux. onde hertzienne … H. fibre optique.

(6 octets) permet d’identifier de manière unique un nœud dans le monde. il est nécessaire de disposer d’une adresse physique pour chaque machine. syntaxe :  08:00:20:09:E3:D8 ou 8:0:20:9:E3:D8  ou 08-00-20-09-E3-D8 ou 08002009E3D8    H.Adressage physique: @ MAC  Dans le cas d’une liaison multipoint. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 25 . sur 48 bits. Token Ring et FDDI utilisent le même type d’adressage : l’adressage MAC. Cette adresse. Les réseaux Ethernet.

| ISG-Gabès 2007 |  U/L (Universal/Local)   H.12. 08.Adressage physique: @ MAC I/G U/L Adresse Constructeur Sous-adresse 1bit 1bit  22 bits 24 bits I/G (Individual/Group)   si le bit est à 0 alors l’adresse spécifie une machine unique (le premier octet est pair) : 08:00:20:09:E3:D8 Si le bit est à 1 alors c’est une adresse de groupe (multicast) (le premier octet est impair) : A9:00:2B:00:00:0F si le bit est à 0 alors l’adresse est universelle et respecte le format de l’IEEE: les valeurs possibles du premier octet de l'adresse sont: 00. 05. 04. 0F . 09. 01. 0D. 0E. BATTAHAR 26 . 0B. 03. etc. 0C. 0A. Si le bit est à 1 alors l’adresse n’est signifiante que localement: les valeurs possibles du premier octet de l'adresse sont: 02. etc. 07. 10. 06.

5 0000 0 0001 1 0000 0 0000 0 0101 5 1110 E 0000 0 1010 A 0000 0 1000 8 0000 0 0101 5 H.Adressage physique: @ MAC  3 types d’adresse MAC:  Adresse de diffusion (Broadcast): tous les bits à 1 • FF:FF:FF:FF:FF:FF  Adresse individuelle pour une machine • Bit I/G à 0  Adresse pour la diffusion restreinte (de groupe multicast) • Bit I/G à 1 • Exemple: Adresse déduite de l’adresse IP du groupe multicast E 1110 0 0000 Non Adresse multicast Ethernet utilisés Mapping de 13 bits de poids faible 0 0000 A 1010 0 0000 8 1000 0 0000 5 0101 Adresse de classe D : 224. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 27 .8.10.

BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 28 . 02608C.Adressage physique: @ MAC  Une adresse universelle est attribuée par l’IEEE à chaque constructeur 3 octets (24 bits)  Exemples Constructeur Cisco 3Com Intel IBM Adresse (3 octets) 00000C 0000D8. 0020AF. 080002 00AA00 08005A H.

broadcast. @MAC source Type Préambule: 7 octets de synchronisation = 7x[10101010] SFD (Start Frame Delimiter): délimiteur de début de trame= 10101011    Adresse MAC destination: adresse MAC destinataire (individuelle. multicast) Adresse MAC source: adresse MAC source (individuelle) champ type indiquant le type de protocole véhiculé dans le trame (2 octets représenté sous la forme hexa XXYY). données et padding | ISG-Gabès 2007 | H. 0800 : IP • 6000 à 6009 : protocoles DEC. PAD (Bourrage) : octets de bourrage sans signification. type. • la valeur du champ type est normalement supérieure à 1500 c'est à dire la valeur maximum du champ longueur de données dans la trame IEEE. FCS : code CRC appliqué sur les champs adresses.Trame Ethernet 7 octets Préambule   1octet 6 octets 6 octets 2 octets n octets Données PAD 4 octets FCS SFD @ MAC dest. les valeurs connues sont • 0806 : ARP. insérés si la longueur du champ Données est insuffisante (inférieure à 46 octets). BATTAHAR 29 .    Le champ Données comprend alors un paquet en provenance directe de la couche réseau (paquet IP par exemple).

Taille des trames   64 octet ≤ Taille d’une trame ≤ 1526 octets 46 octet ≤ (Données + padding) ≤ 1500 octet  Cas extrêmes  Trop courte  Cas possibles de collisions non détectées • Taille minimale de 64 octets ou 512 bits (en-tête compris) • Permet de construire des réseaux Ethernet 10 Mbps de diamètre au plus égale à 2500 m  Trop longue  Temps d’ attente de canal libre trop long • Taille maximale de 1526 octets (ou 1500 octets de données)  Débit offert  Par expérience. un réseau Ethernet 10 Mbps chargé « raisonnablement » offre un débit global réel de l’ ordre de 3 à 4 Mbps 30 H. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | .

Les versions Ethernet H. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 31 .

3 sont désignées par un code qui indique    le débit le type de modulation (bande de base ou large bande) la longueur maximale d'un segment pour un câble coaxial ou une lettre donnant le type du support (T pour la paire torsadée.Les versions Ethernet  Protocoles évolutifs   2Mbit/s. fibres optiques  Les appellations normalisées IEEE 802. 10Mbit/s. 1Gbit/s coaxial. F pour la fibre optique)  Exemple : 10Base5 = 10Mbit/s en bande de base sur câble coaxial d'une longueur maximale par segment de 500m | ISG-Gabès 2007 | H. BATTAHAR 32 . 100Mbit/s. paires torsadées.

bouchons de terminaison (limite échos). répéteurs entre deux segments transceiver (ou MAU) : conversion des signaux. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 33 . …  Appellations :ThickEthernet. câble de liaison. connecteur DB15. H. Ethernet standard.. détection collisions carte Ethernet : gère l'algorithme CSMA/CD.5 mètre (marques sur le câble)  Matériel      codage Manchester topologie physique = bus câble coaxial épais (10mm).310Base5  Première version d'Ethernet normalisée (1985)    Pratiquement plus utilisée 10Mbit/s en bande de base sur câble coaxial d'une longueur maximale par segment de 500m Distance entre stations : multiple de 2.. gros câble. .Ethernet 10 Mbit/s: IEEE 802.

Ethernet 10 Mbit/s: IEEE 802. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 34 .310Base5 DB15 H.

Ethernet 10 Mbit/s: IEEE 802. bouchons de terminaison (limite échos). Ethernet fin.Cheapernet. connecteur BNC en T. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 35 .Thinnet.5m transceiver intégré à la carte Ethernet  Appellations :ThinEthernet.310Base2    Moins coûteux et plus facile d'installation Architecture la plus économique pour des petits réseaux (dizaines de stations) Matériel       codage Manchester topologie physique = bus câble coaxial fin (5mm). H. répéteurs entre deux segments (30 stations max par segment) longueur maximale d'un segment : 185m distance entre 2 noeuds : 0.

310Base2 H.Ethernet 10 Mbit/s: IEEE 802. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 36 .

BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 37 .Ethernet 10 Mbit/s: IEEE 802.310Base2 H.

1 pour la réception) Nombre de niveaux limités par la fenêtre de collision H.Ethernet 10 Mbit/s: IEEE 802. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 38 .310BaseT    Réutilisation du câblage téléphonique (paire torsadée) Topologie physique en étoile Connecteurs RJ45 Un Hub émule un bus (émulation logique)      concentrateur/répéteur (hub) diffusion des messages sur tous les ports détection des collisions (le signal de collision est retransmis à l'ensemble des stations) Liaison Hub/Station ou Hub/Hub en paires torsadées (1 pour l'émission.

.TokenRing) jusqu’à16MHz classe D : très haut débit (FastEthernet. . BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 39 . impossible en classe D • catégorie 4 : 3 km (A). 700 m (B). 100 m (D) H. déconseillé(D) • catégorie 5 : 3 km (A). ATM. 600 m (B).Ethernet 10 Mbit/s: IEEE 802. nbre des niveau. 100 m (C). 160 m (C).) dépendent du type de câbles :  Le blindage : • UTP :Unshielded TwistedPair • STP :Shielded TwistedPair  Les classes d’application : • • • • classe A : applications basses fréq.. 500 m (B). . 150 m (C).310BaseT  Caractéristiques (distance. (voix) jusqu’à100 kHz classe B : applications moyen débit jusqu’à1MHz classe C : haut débit (Ethernet.) jusqu’à100MHz  Catégorie de câblage : • catégorie 3 : 2 km (A)..

Ethernet 10 Mbit/s: IEEE 802. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 40 .310BaseT  Exemple:    2 paires torsadées UTP catégorie 5 Longueur d'un maximale d'un brin (liaison hub/station ou hub/hub) : 100m ou 150m 3 niveaux de Hub au maximum H.

Ethernet 10 Mbit/s: IEEE 802. Longueur maxi de 500 m à 2 km selon la fibre H. led (diode). la plus rapide.310BaseF  F comme Fiber Optic (fibre optique)  Fibre optique monomode ou multimode      monomode: 1 seul signal lumineux. diodes laser. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 41 . Coûteux et difficile à mettre en oeuvre. très cher multimode: plusieurs signaux. moins rapide mais moins cher Fibre optique plutôt utilisée pour les backbones que pour les stations de travail.

Ethernet 10 Mbit/s:Récapitulatif H. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 42 .

Ethernet 100 Mbit/s: FAST ETHERNET  Evolution du 10baseT vers le 100 Mbit/s (IEEE 802. cat.14)  Hub et cartes avec ports (10/100Mbitps): auto-négociation le port et la carte s'auto-configurent sur le plus grand dénominateur commun (permet la mixité 10/100) hub type I (mixité) ou type II (plus rapide)    Plusieurs versions  100baseT4 (4 p.3.4. cat. 100baseTX (2 p.4. 3. cat.5) . 100baseFX (fibre) H.5) . BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 43 . 5). 100baseT2 (2 p.

 100BaseFX: 2 brins de fibre multimode 62. ou 5.Ethernet 100 Mbit/s: FAST ETHERNET  Plusieurs versions  100BaseT4: 4 paires torsadées non blindées (UTP) • catégorie 3. 4. H. 1 paire émission et 1 paire réception/détection de collisions le plus utilisé mais limité à 100 mètres.  100BaseTX: 2 paires torsadées blindées ou non (STP ou UTP) • • • • catégorie 5 uniquement.5/125 microns • seule solution pour dépasser les 100 mètres. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 44 . • pas de normalisation en monomode. • 3 paires à 33Mbpset 1 paire pour la détection d’erreur. le meilleur rapport qualité/prix du moment pour des LAN.

la trame minimale peut être augmentée à 512 octets  Avec un répéteur (hub) Gigabit Ethernet      pour ne pas gaspiller la bande passante par le bourrage. pas de détection de collision (pas CSMA/CD) la taille de trame minimale reste de 64 octets pour garder un diamètre du réseau suffisant (200m).Ethernet 1000 Mbit/s: Gigabit ETHERNET  Avec un commutateur Gigabit Ethernet   mise en relation de type point-à-point : pas de diffusion. BATTAHAR 45 . un mécanisme de groupage de trames (burst) est mis en place Généralement utilisé pour l'interconnexion de réseaux à 10 ou 100 Mbit/s Support de prédilection : fibre optique | ISG-Gabès 2007 | H.

coûteux car traitement du signal complexe H. 5/6 UTP sur 100m. 100 et 1000 avec des ports pour la fibre optique Les différents types     1000baseCX : 2 paires blindées (STP) sur 25m -> limité à l'interconnexion de hub ou clusters 1000baseSX : fibre optique courte longueur d'onde sur 260/550m -> interconnexion à l'intérieur d'un bâtiment 1000baseLX : fibre optique grande longueur d'onde sur 3km (monomode) -> interconnexion sur un campus 1000baseT : 4 paires cat. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 46 .Ethernet 1000 Mbit/s: Gigabit ETHERNET   Un équipement Gigabit Ethernet contient généralement des ports 10.

apprend les adresses MAC au fur et à mesure que les trames passent. Possibilité de mettre un réseau Ethernet sur chaque port. transmet systématiquement les trames fait du routage au niveau de la couche 2. fonctionne comme un bridge multi-port. envoi uniquement sur le bon port s’il connaît l’adresse sinon sur tous les ports.Hub.  Commutateur ou Switch      H. pont et commutateur  Répéteur ou Hub    Pont ou Bridge   répète systématiquement les signaux électriques sur tous les ports peut détecter les collisions permet d’interconnecter 2 réseaux Ethernet pas ou peu d’intelligence. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 47 .

BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 48 .Exemple Backbone 10/100 Mbit/s H.

BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 49 .Exemple: Gigabit / Fast ETHERNET H.

Systèmes de câblages H. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 50 .

Câblage horizontal LTE (Local Technique d’Etage) H. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 51 .

Câblage horizontal LTE (Local Technique d’Etage) H. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 52 .

Câblage vertical LTE (Local Technique d’Etage) ou IDF (Intermediate Distribution Facility) LN (Local Nodal) ou MDF (Main Distribution Facility) H. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 53 .

BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 54 .Réseau sur plusieurs étages  En général. le local nodal est situé à l'un des étages du milieu. le câblage horizontal peut rayonner directement à partir de lui   POP H. même si le point de présence se trouve au rez-de-chaussée ou au sous-sol Le câblage (vertical) de backbone (ou rocade) est représenté en rouge Si le LN est le seul local technique de l’étage.

Réseau sur plusieurs bâtiments   En général. BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 55 . un Local Nodal Principal (LNP) situé au centre du complexe est relié en étoile aux Locaux Nodaux Intermédiaires (LNI) situés dans les autres bâtiments Le POP se situe en général dans le même bâtiment que le Local Nodal Principal H.

BATTAHAR | ISG-Gabès 2007 | 56 . la fibre coûtant 60% plus cher que de la paire torsadée SFTP 5E • Equipements d’ interconnexion moins chers • Des ports pour la fibre coûtent environ 2 fois plus chers (avec en plus une densité de ports deux fois moins élevée)  Arguments pour la fibre optique • Permet de s’affranchir des contraintes de distance très fortes pour la paire torsadée • Insensible aux perturbations électromagnétiques  En conclusion • Paires torsadées pour la distribution horizontale plutôt que la distribution verticale (backbone) • Fibre optique pour la distribution verticale (backbone) H.Quel type de câble? Paires torsadées ou fibre optique  Arguments pour la paire torsadée • Câbles et connecteurs beaucoup moins cher.