CHAMBRE NATIONALE DES COMMISSAIRES AUX COMPTES

LE COMMISSARIAT AUX COMPTES DES ASSOCIATIONS

M. FOUFA Hamid Commissaire Aux Comptes

Préambule
Partager avec les confrères quelques unes des expériences vécues

Farid GEBRAN (Président de l’Ordre des Experts Comptables Agréés au Liban) disait : « Le commissariat aux comptes, ou contrôle légal, a pour finalité générale de concourir à la sécurité des relations financières en exprimant sur les principales informations qui en sont l’objet, une opinion compétente et impartiale ».

Nous n’insisterons jamais sur les bienfaits de l’échange d’information entre confrères.

Nous disposons d’un outil formidable appelé « Internet » utilisons le.

Les principales zones sensibles VII.La responsabilité du C. Quelles sont les associations concernées par le commissariat II. Obligation de tenue d’une comptabilité pour les associations III.Quelques cas pratiques.C.A. VIII.P LA N I.Quelques notions sur les ressources des associations IV. La validation des comptes VI. .La difficulté de justification des dépenses V.

• Sous réserve des dispositions de la présente loi.. Art. 47. • Les unions. l’association est le regroupement de personnes physiques et/ou de personnes morales sur une base contractuelle à durée déterminée ou à durée indéterminée…. • Sont considérées comme associations à caractère spécifique les fondations. Art. les amicales. . 48. Art. Art. . fédérations ou confédérations d’associations déjà créées constituent des associations au sens de la présente loi…. Elle peut également recevoir des dons et legs dans les conditions prévues…. 2. les associations estudiantines et sportives. • Au sens de la présente loi.QUELLES SONT LES ASSOCIATIONS CONCERNEES La loi 12-06 du 18 Safar 1433 correspondant au 12 Janvier 2012 relative aux associations Art. • La fondation est une institution à caractère privé créée à l’initiative d’une ou de plusieurs personnes physiques ou morales par la dévolution d’un fonds ou de biens ou de droits destinés à promouvoir une œuvre ou des activités spécifiquement définies. 3. la constitution d’associations à caractère religieux est assujettie à un dispositif particulier. 49.

en sus du rapport • moral. Tout parti politique doit tenir une comptabilité à partie double et • délégués réunis en congrès ou en assemblée générale. L’association doit tenir une • Elle doit disposer d’un compte unique ouvert auprès d’une banque ou d’une comptabilité à partie double validée institution financière publique. 55 al. par les articles : Art. Il • lui en est donné quitus. Le responsable du parti est tenu de présenter obligatoirement aux Art. Pour les partis politiques par l’article : Art. par un commissaire aux comptes.OBLIGATION DE TENUE D’UNE COMPTABILITE Pour les Associations. • Il est tenu de présenter ses comptes annuels à l’administration compétente. Art. . • un inventaire de ses biens meubles et immeubles. 2 : Dans l’exercice de leurs • l’autorité publique compétente. un rapport financier validé par un commissaire aux comptes. 60. « les fondations » sont tenues aux mêmes obligations et bénéficient des mêmes droits que ceux prévus pour les activités et dans leurs rapports avec associations. . 38. 61. .

L’activité détermine les obligations comptables Si la loi soumet les associations et les partis politiques à cette obligation comptable. . c’est qu’elle juge que la tenue d'une comptabilité est nécessaire pour en assurer la gestion. Rappelons que l'absence de tenue de comptabilité peut constituer une faute et que la responsabilité des dirigeants peut être mise en cause si l'association est déclarée en redressement ou en liquidation judiciaire (état de cessation de paiement par exemple).

Dans l’attente. Parallèlement à cette première obligation. avec la pédagogie qu’il utilisera pour faire appliquer la loi dans toute sa rigueur.Comptabilité en partie double Ce principe a été retenu par les deux lois. . le commissaire aux comptes ici devra savoir s’y prendre pour concilier à la fois son obligation légale en tenant compte des cas de d’incompatibilité. Il est donc utile de revendiquer la mise en place d’un plan des comptes adéquat et adapté à chaque type d’association ou de parti. la loi sur les partis politiques exigent la tenue d’un inventaire des biens meubles et immeubles.

Ils sont inscrits en fonds propres. par un acte authentique enregistré et publié appuyé d’un livret foncier. Ils sont inscrits dans des comptes appropriés séparés des fonds propres les apports de biens sans droit de reprise Les apports de biens avec droit de reprise . •qui sont mis à la disposition provisoire de l'association. Pour les biens amortissables. •qui sont donc mis à la disposition définitive de l'association. leur dépréciation est constatée par voie d'amortissement. par un contrat ou convention de forme réglementaire.Les biens de l'association ou du parti politique ne peuvent pas être attribués aux adhérents mais peuvent être repris s'ils ont été mis à la disposition provisoire de l'association ou du parti.

.LE RESULTAT COMPTABLE DES ASSOCIATIONS Affectation du résultat des associations On ne parle donc pas de pertes ni de bénéfices mais respectivement de déficits ou d'excédents. Soit être restitués à l'organisme qui verse les subventions (tiers financeur) ou venir en déduction des subventions ultérieures.

Art. Art. en dehors des relations de coopération dûment établies. les revenus des quêtes . il est interdit à toute association de recevoir des fonds provenant des légations et organisations non gouvernementales étrangères. . 29. Les ressources qui proviennent des activités de l’association doivent être exclusivement utilisées pour la réalisation des buts fixés par ses statuts et la législation en vigueur. constitue un abus de biens sociaux et est réprimé comme tel conformément à la législation en vigueur. L’utilisation des ressources et des biens de l’association à des fins personnelles ou autres que celles prévues par ses statuts. les subventions consenties par l’Etat.LES RESSOURCES DES ASSOCIATIONS Art. les dons en espèces ou en nature et les legs . Sous réserve des dispositions de l’article 23 ci -dessus. 30. la wilaya ou la Commune les cotisations de leurs membres . Ce financement est soumis à l’accord préalable de l’autorité compétente. 31.Les ressources des associations sont constituées par : les revenus liés à leurs activités associatives et à leur patrimoine .

Art. 33. Les dons et legs avec charges et conditions ne sont acceptés que s’ils sont compatibles avec le but assigné par les statuts de l’association et avec les dispositions de la présente loi.LES RESSOURCES DES ASSOCIATIONS Art. Toutes les ressources et revenus doivent être obligatoirement inscrits au compte recettes du budget de l’association. 32. .Les associations peuvent bénéficier de revenus découlant d’aides prévues à l’article 34 de la présente loi et des quêtes publiques autorisées dans les conditions et formes prévues par la législation et la règlementation en vigueur.

. Le caractère renouvelable du bien doit être déterminé par l'association sur la base du contenu de la convention ou à défaut en prenant en considération les circonstances de fait (subvention finançant le siège social de l'association. . Elle est alors rapportée au compte de résultat au rythme de l'amortissement du bien. • (elle est également comptabilisée au passif inscrite au crédit du compte (par exemple « Subventions d'investissement affectées à des biens non renouvelables"). • (elle est comptabilisée au passif dans les fonds associatifs car l'association devra dégager une capacité d'autofinancement future pour financer le renouvellement des biens financés par subvention).). non renouvelable par l'association.Investissement finançant un bien renouvelable ou non renouvelable renouvelable par l'association..

Ainsi donc il apparaît que la validation n’est donc pas aussi sévère que la certification. garantir et l’authentifier l’opération validée. La validation se limite à confirmer ou à homologuer la régularité juridique d'un acte ou d'une opération comptable (recette ou dépense). mais ce n’est pas pour autant que l’on doit négliger ou minimiser la responsabilité.LA VALIDATION DES COMPTES La loi ne fait aucune différence quant à la taille des associations ou à leur objet social. La différence est à mon avis très importante. Notons ici que la loi utilise le terme de « valider » et de « certifier » les comptes. Ainsi donc toutes les associations visées au premier chapitre sont donc éligible au contrôle légal. Car n’oublions pas que certaines associations sont soumises à d’autres contrôles par ailleurs . La validation est donc un outil précieux à la certification qui elle va apprécier.

a tenue régulièrement sa comptabilité. Association socio-culturelle Genèse : Une association du type œuvres sociales. . sans aucune réserves.QUELQUES CAS PRATIQUES. Le commissaire aux comptes a présenté annuellement son rapport certifiant la sincérité des comptes.

Décision de la Justice : • Condamne le gérant pour détournements • Condamne le commissaire aux comptes de l’association pour complicité et déclarations mensongères.V. et exiger une attestation de solde de fin d’année. Le solde communiqué était faux. . de caisse Ne jamais se fier au seul relevé de compte bancaire. par prélèvements à partir de son compte bancaire. Le juge d’instruction apprend que le dit gérant aurait fait des apports à la société qu’il a déclaré comme étant des emprunts familiaux.Un litige surgi entre deux commerçants installés dans une ville éloignée de celle abritant l’association de plus de 150 km. Recommandations : • • • • Réclamer les états de rapprochement bancaires. Réclamer le P. La comptabilité de l’association ne fait nullement cas des mouvements de fonds en question. L’expert découvre que les fonds proviennent de l’association.

Association sportive Genèse : Une association n’a jamais tenue de comptabilité. Le commissaire aux comptes a présenté annuellement son rapport (02 feuilles 21/27. sans aucune réserves.copie-coller-) certifiant la sincérité des comptes. .

redoubler de vigilance surtout en ce qui se rapporte aux activités. • Il est utile de rendre visite inopinément au siège de l’association ou au lieu de déroulement de ses activités et d’assister autant que faire se peut à quelques unes d’entre elles. . Recommandations : • Ne jamais accepter de tenir la comptabilité et • ensuite la certifier sur la base des seuls documents présentés. • Ne jamais accepter un mandat sans consulter son prédécesseur. • Si l’association fait appel aux fonds publics.Une plainte signée par plusieurs cadres dirigeants. met en cause le trésorier d’avoir détourné les fonds de leur club. Décision de la Justice : Condamne le trésorier pour dissipation Condamne le commissaire aux comptes pour déclarations mensongères. • Veiller à toujours émettre une ou plusieurs réserves même de simple forme.

. qu’un bienfaiteur refusant de révéler son identité a fait don de 150. Association religieuse Genèse : Dans une affaire.QUELQUES CAS PRATIQUES. . demande à l’imame la destinée des 150. un Imame déclare un vendredi. Le lendemain les membres du bureau réuni pour ordre du jour précis. à ses fidèles. sur le «mamber».000.00 DA. Celui-ci leur répond qu’ils ont servi à l’acquisition de 05 climatiseurs.00 DA à la mosquée.000.

Décision de la Justice : • Condamnation de l’imame • Condamnation du commissaire aux comptes pour complicité suivie d’une forte punition. Plainte pénale. les faires porter sur un registre spécial . Exiger l’utilisation du compte bancaire Ne jamais certifier sans réserve Vérifier les dons en nature. Recommandations : • • • • • Vérifier les collectes de fonds en numéraires. constatant les collectes des dons en numéraires signés par le seul imame Absence d’utilisation du compte bancaire Distributions de cadeaux et récompenses payés sur les fonds de l’association. La vérification a mis en évidence les anomalies suivantes : • • • • • Absence de toute comptabilité.V.Après vérification les membres du bureau apprennent que les climatiseurs ont été offerts par le commerçant qui les a livrés et installés gratuitement. Vérifier les autorisations de la tutelle. Recettes minorées (P. suivie d’une instruction et la désignation d’un expert. Rapport du commissaire aux comptes (01 page) certifie sans réserve les comptes.

Association civile Genèse : Il s’agit ici d’une association à but non lucratif Un commissaire aux comptes est désigné à sa création. Ce dernier contacté. . La quatrième année elle décide de recourir à l’aide financière de l’Etat mais il lui est fait obligation de présenter un bilan certifier par le CAC. Pendant Trois années consécutives l’association a activé sans jamais demander une subvention. signe tous les formulaires et donc certifie que les comptes sont sincères. lequel a accepté la mission.

celui-ci conclu que le fournisseur a bel et bien été payé par chèque bancaire portant n° et date certaine. Un fournisseur impatient de n’avoir pas été payé. L’Instruction mettra en évidence l’existence de plusieurs retraits déguisés en paiement de factures fournisseurs.Ce dernier contacté. Le CAC ayant certifié les comptes a été sérieusement inquiété. engage une action civile contre l’association. signe tous les formulaires et donc certifie que les comptes sont sincères. Un expert est désigné. Décision de la Justice : Condamnation de l’auteur des retraits • Condamnation du CAC pour déclaration mensongère et négligence professionnelle aggravée. Sans tarder le fournisseur à l’aide de ce rapport dépose plainte au Parquet du tribunal. Recommandations : • Toujours exiger les états de rapprochement bancaires • Exiger des attestations de soldes du banquier Ne jamais signer des formulaires à Blanc. .

Tous les rapports font état de réserves habituelles sur la tenue des livres et de la qualité de certaines pièces justificatives. Association sportive Genèse : Il s’agit ici d’un club de football appartenant à une administration publique.QUELQUES CAS PRATIQUES. . Un commissaire aux comptes y a activé durant Six années consécutives. Un autre CAC est venu le remplacer pendant deux années suivantes. Ses rapports renferment les mêmes réserves.

. L’avocat commis lui demande 100.Quant éclata une enquête économique au sein de l’administration. Le premier CAC a perçu comme honoraires durant les Six années la somme globale de 60.000.000. Cet acte est reconnu irrégulier par les enquêteurs Le premier CAC est inculpé pour complicité. suite à une plainte du collectif des travailleurs.00 DA.00 DA pour le défendre. pour dissipation de deniers publics. Les investigations menées dans plusieurs services dont celui de l’action sociale aboutissent au club de football parce qu’il avait été financé par le budget de l’administration. Le contrôleur financier de la wilaya est également poursuivie pour complicité. Cette affaire est encore pendante.

Œuvres sociales d’une administration publique Genèse : Il s’agit ici de la gestion des fonds d’une section syndicale qui a créé un Comité chargé de gérer les fonds des œuvres sociales Un commissaire aux comptes y a activé durant Six années consécutives Tous les rapports font état de réserves habituelles Tous les rapports font état de réserves habituelles sur la tenue des livres et de la qualité de certaines pièces justificatives Un autre second CAC est venu le remplacer pendant les Six autres années suivantes. Ses rapports renferment aussi les réserves d’usage .

faites un • sondage de confirmation des soldes. Veiller à vérifier que toutes les dépenses ont bien été comptabilisées. plusieurs dépenses ne sont pas couchées en comptabilité et des libéralités sont accordées à des personnes n’activant pas au sein de l’effectif salarié. Décision de la Justice : • Le président et son trésorier sont condamnés pour dissipation. • Vérifier la qualité des bénéficiaires des aides et/ou concours financiers. . • Les deux CAC sont condamnés pour complicité. Ce dernier conclu à l’inexistence d’une comptabilité probante. suite à une plainte du directeur général.Quant éclata une enquête économique au sein de l’administration. Recommandations : Ne jamais réduire sa vigilance face à une entité même sociale. pour dissipation de deniers publics. • Vérifier les dettes et les créances. Les investigations menées aboutissent à une gabegie Un expert est désigné.