You are on page 1of 43

Histoire du tabac, épidémiologie et

dépendance

Pr Elisabeth
Quoix
Dr Bertrand
Mennecier

CHU
Strasbourg
• Le tabac serait originaire de l'Amérique centrale et de l'Amérique
du Sud. Cette plante, avec plus de 50 variétés, appartient à la
famille des solanacées, qui comprend la belladone (toxique), le
poivron, la tomate, la pomme de terre, l'aubergine.

• Deux variétés de tabac nous intéressent plus particulièrement :

• La première, Nicotiana rustica, ou «vrai tabac», était utilisée par


les peuples autochtones d'Amérique bien avant la venue des
Européens. Même si elle n'est pas originaire d'Amérique du Nord,
elle s'est bien adaptée à son climat.

• Le tabac commercial, comme celui des cigarettes, est appelé


Nicotiana tabacum. D'abord cultivé en Amérique centrale et en
Amérique du Sud, on l'a introduit avec succès en Virginie, où il est
devenu une culture commerciale importante.
• Le vrai tabac, plus doux que celui utilisé dans les produits
commerciaux, était généralement considéré comme une plante sacrée
par les Indiens d'Amérique du Nord; souvent cultivé à part, son
ensemencement et sa récolte s'accompagnaient de rites particuliers.
Il était un élément essentiel des rites entourant les nombreuses cérémonies au cours
desquelles il était utilisé. Il pouvait être brûlé, jeté sur l'eau, laissé sur le sol ou fumé
dans une pipe par une seule personne ou par un groupe de personnes formant un cercle.
En France…
• Découverte des Amériques par Christophe
Colomb en 1492. Deux de ses compagnons
décrivent le plaisir pris par les indigènes à
fumer des cigares constitués de feuilles
séchées d’une plante inconnue : le tabac (de
Tobago, île dont il est issu)
• Jean Nicot, ambassadeur de France au
Portugal ramène à la cour en 1560 une
herbe susceptible de traiter les migraines de
la reine Catherine de Médicis
• Propagation limitée dans la Cour
Le temps des vertus
thérapeutiques puis celui de
l’opposition
• Culture du tabac à Paris en 1572, utilisé en
décoctions, infusions, mélangé à l’huile ou
au vin il est vomitif, purgatif, détersif
efficace sur les maladies de peau,
l’apoplexie, les rhumatismes les migraines
etc….On propose même d’introduire la
fumée de tabac dans l’anus pour réanimer
les noyés….
• Début du XVIIe siècle les sultans Ahmed
1er et Mourad IV interdisent l’usage et
faisaient couper les mains des fumeurs. Le
Tsar Alexis déporte les fumeurs après leur
Molière et les autres
• Fumer est la passion des honnêtes
gens et, qui vit sans tabac, n’est pas
digne de vivre (Sganarelle)
• Alfred de Musset, Gérard de Nerval,
Baudelaire, Rimbaud, Mallarmé,
George Sand fumaient…
Le temps des taxes
• Richelieu instaura les premières taxes sur le
tabac en 1621
• Colbert fit de sa fabrication et de son
commerce un monopole royal.
• Napoléon plaça ces derniers sous l’autorité
du ministère des Finances.
• Avec la privatisation de la Seita en 1995,
les taxes restent de 75%
• Le tabac est une belle invention fiscale
«indolore» (Necker)
Histoire d’une épidémie

• 1852 : Invention des


allumettes
• 1884 : Invention de la
machine à fabriquer les
cigarettes (Bonsack)
• 1914 : Distribution gratuite
de cigarettes aux soldats
L’accumulation des preuves
L’Allemagne

• 1900 : 140 cas de cancers


bronchiques décrits de par le monde.
Kaminsky M Ein primäres Lungencarcinom mit verhornten
Plattenepithelien. Greifswald:Inaug Diss 1898

• Lickint F Tabak und Tabakrauch als


ätiologischer Factor des Carcinoms. Zeitschrift für
Krebsforschung 1929;30:349-65
• Müller FH Tabakmissbrauch und
Lungencarcinom. Zeitschrift für Krebsforschung
1939;49:57-85
L’Allemagne nazie et le tabac

• Les fumeurs • Les non-


– Churchill fumeurs
– Roosevelt – Mussolini
– Staline – Franco
– Hitler
Cette “distribution” explique probablement l’absence de popularité des mesures
anti-tabac et d’ailleurs les cigarettiers ont joué là-dessus en assimilant les restrictions
sur la consommation de tabac à des méthodes nazies.

Proctor RN The nazi war on Cancer. Princeton University Press 1999


Portrait de Mme Frederica Von Harden, Otto Dix
Europe
H 46%
F 26%
Sud Est
Moyen
Asiatique
Orient
H 44%
H 35%
Amérique F 04%
F 04%
H 35%
F 22%
Afrique Pacifique
H 29% H 60%
F 04% F 08%
Source : Collishaw, OMS, 1996
Hommes Femmes
Pays/ région
(%) (%)
Afrique / Moyen Orient
Nord 22 3
Sud 14 4
Asie 8 0,3
Europe 19 12
Australie 2 3
Chili 9 15
Japon 35 0
Ancienne URSS 41 12

Source: Crofton and Tessier, 1994 and 1997


3:
beaucoup
d ’initiations 4 :
augmentation baisse des
2: des arrêts initiations
beaucoup augmentation
1 : peu d ’initiations des arrêts
5 : peu
d ’initiations, peu d ’arrêts
d ’initiations
pas d ’arrêt
beaucoup
d ’ex-fumeurs
La loi Evin est Milliards de grammes de tabac vendu par an en France
globalement un succès. 106
Loi Evin
104 1991
La régression du
102
tabagisme est -11,4%
maintenant régulière en 100 Loi Veil
France. 98 1976
96
11,4% de régression du
94
tabagisme, c'est 7 000
vies sauvées chaque 92
année. 90
75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98

Source : SEITA & Revue des tabacs


La France et
La France et le
le Tabac
tabac
La loi Evin 1991
• La sortie du tabac de l’indice général des prix.
• La publicité est cette fois interdite qu’elle soit
directe ou indirecte
• Les avertissements sanitaires figurant sur les
paquets de cigarettes sont désormais clairs
(Fumer nuit gravement à la santé) et non
édulcorés dans le genre « abus dangereux »
• Les droits des non-fumeurs sont posés en
principe avec des dispositions générales
visant à interdire le tabagisme dans les lieux
publics.
Décret anti-tabac N° 2006-
Décret anti-tabac N° 2006-1386
1386
• Entrée en vigueur au 1er février 2007

• S’applique à tous les lieux clos à usage collectif

• Vise à renforcer le principe d’interdiction de


fumer ainsi que le dispositif de sanction et définit
enfin les conditions de mise à disposition de
locaux fumeurs

• Locaux visés par ce décret : locaux collectifs,


affectés à l’ensemble du personnel et des
usagers ainsi que les locaux de travail
• Dérogation jusqu ’au1er janvier 2008 pour les
restaurants, discothèques, bars-tabacs (en
France)
Chute de la
Chute consommation
de la consommation
Evolution des ventes et de la prévalence du tabagisme

50 88,3 90
86,1
82,9 83,8 83,7 82,5 83,5
45 85
Prévalence du tabagisme

80,5

Cigarettes vendues en
80
40

milliards
36,5%
34,5% -13,5% 75
35 69,6
30,4% 70
30 -12% 65
25 60
1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003

Source : INPES 2004.


Confirmation de
Confirmation de l’impact
l’impact fiscal
fiscal
6,50 258,0

6,00
208,0

prix relatif * (base 100 en 1970)


cigarettes / pers > 15 ans / jour

5,50

158,0

Offensive
5,00 contre le
Loi Evin (1991)
Loi Veil tabac (2003)
(1976)
108,0

4,50

58,0
4,00

3,50 8,0
1977

1980
1981

1983
1984
1985
1986

2003
1970
1971
1972
1973
1974
1975
1976

1978
1979

1982

1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
nb de cigarettes cons. par jour et par pers de + de 15 ans (Altadis-Seita) Prix relatif (base 100 en 1970) (Insee)
Hill C, Rev Mal Respir 1999
• En 1996, comme en 1980 et en
1991, la proportion de fumeurs
réguliers décroît avec l’âge chez les
femmes comme chez les hommes

Hill C, Rev Mal Respir 1999


• En France : début du tabagisme féminin dans les
années soixante. Depuis croissance quasi permanente.
En 2000, concerne 35% des plus de 20 ans et 48 % des
18-19 ans.

Insee, comportement vis-à-vis de la santé, 2001


n=50874
30% 27%
1991-2001
25% 22% 22%
Fumeurs quotidiens

2002-2003
20%
16%
15%

10%

5%

0%
garçons filles

Enquête parisienne en 2003


Dans une enquête non fumeuses
française, 35% des fumeuses
femmes fumaient
avant la grossesse.

25% fumaient
toujours durant la
grossesse.

La moitié des
femmes qui avaient 35%
25% 30%
arrêté de fumer
durant la grossesse
ont repris après
l'accouchement.
avant la durant la après la
grossesse grossesse grossesse
Source : enquête Val de Marne, G La grue
• Enquête 2003 menée dans 25 facultés de médecine
• 11386 étudiants du P1 au D4dont 63,4% de jeunes
filles
• Le pourcentage de fumeurs réguliers est de 19,2%,
celui des fumeurs occasionnels de 16,7%
• Le tabagisme est plus élevé en P1 qu’en P2 (19%
versus 17%) puis il augmente régulièrement jusqu’à
22% en D4
• Les jeunes filles fument moins que les jeunes hommes
quelle que soit l’année d’étude : en P1 elles sont 17%
de fumeuses versus 23% chez les jeunes hommes, en
D4 19% versus 26%.
Josseran LPresse Med 2003; 32: 1883-1886
• L’usage du cannabis chez les jeunes se
développe essentiellement chez les
fumeurs
• Ce lien très fort est retrouvé dans
l’enquête 2003 ayant porté sur les
étudiants en médecine
• Le pourcentage de fumeurs occasionnels
de haschisch y est de 23,2% , ce
pourcentage diminuant au fil du temps du
P2 au D4. 9,1% sont des fumeurs
quotidiens de haschich.
Josseran LPresse Med 2003; 32: 1883-1886
• Une enquête menée auprès des
généralistes français a montré un
pourcentage de fumeurs de 34%
(36,1% chez les hommes et 24,9%
chez les femmes)

Josseran L et al. J Natl Med Assoc 2000; 92: 382-390


Le tabac rapporte environ 10 milliards
d’euros à l'Etat français (somme en
augmentation constante).
En terme de coût de santé, chaque
fumeur coûte chaque année plus cher
qu'un non-fumeur, mais les fumeurs
meurent plus tôt (ils coûtent moins
longtemps et ils touchent moins
longtemps leur retraite).
Un fumeur moyen d’un paquet de
cigarettes par jour aura payé environ
La dépendance
tabagique :
pourquoi fume-t-
on?
C’est facile de s’arrêter, je le fais 20 fois par jour
Mark Twain
Le tabagisme : un
comportement
• C’est un apprentissage
• Qui joue sur le système de la
récompense
• Lequel va induire la répétition
• On est dépendant toute sa vie!
• On n’est pas égal devant le risque de
fumer:
– les néophiles
– les néophobes
Tout se passe dans la tête!

• Il existe des
récepteurs
nicotiniques dans
le striatum
• Ces récepteurs
vont induire une
sécrétion
dopaminergique
• Qui va activer et
amplifier le plaisir
Mécanisme d’action de la nicotine
dans le système nerveux central
β2 β2
α4 β2 α4

Système mésolimbique

Récepteurs
nicotiniques
Noyaux α 4β 2
Accumbens
(nAcc)
Aire Tegmentale
Ventrale
(ATV)

• La nicotine se lie préférentiellement aux récepteurs de l’acétylcholine (nACh)


dans le système nerveux central ; avec une meilleure affinité pour la forme α 4β 2
, la plus abondante et située dans l’Aire Tegmentale Ventrale (ATV) 13,14.

• La liaison de la nicotine au récepteur α 4β 2 , entraîne une libération de dopamine


dans le noyau Accumbens, qui serait liée à la sensation de plaisir 13,14.
13- Jarvis MJ. Why people smoke. BMJ. 2004;328(7434):277-9.
14- Dani JA and Harris RA. Nicotine addiction and comorbidity with alcohol abuse and mental illness. Nature
La nicotine stimule
la libération de dopamine
• La liaison de la nicotine aux récepteurs α 4β 2 dans l’aire tegmentale
ventrale, entraîne la libération de dopamine dans le noyau
Accumbens, qui aboutirait à des sensations de plaisir/satisfaction
à court terme 13,14.

D
D D Récompense
Axone D

Aire tegmentale Noyau


ventrale Accumbens

− Nicotine D − Dopamine − Récepteur nicotinique α4β2

13- Jarvis MJ. Why people smoke. BMJ. 2004;328(7434):277-9.


14- Dani JA and Harris RA. Nicotine addiction and comorbidity with alcohol abuse and mental illness. Nature
Prise d’une cigarette
Effets
psycho-actifs Renforcement positif
Sensation de plaisir

Prise d’une cigarette


Restauration
D’un taux
De nicotine suffisant
Automatismes
Dans le sang
Comportementaux
Renforcement négatif Rituels, réflexes
Chute du taux conditionnés
de nicotine dans
le sang
Renforcement positif, renforcement négatif
•Le fumeur fume
parfois par Concentration de nicotine dans le sang
plaisir.
•Beaucoup de
cigarettes sont
fumées pour
éviter le
déplaisir lié au
manque de niveau de satisfaction
nicotine.
sensation de manque
•Le
comportement
est identique à
celui des autres
drogues quand cigarettes cigarettes cigarettes
heures
un sujet
dépendant est
en manque.
La dépendance tabagique

• Présente toutes les caractéristiques d’un trouble


chronique

• La reconnaissance de la nature chronique de la


dépendance tabagique permet de mieux appréhender
les rechutes et le suivi sur le long terme des patients
fumeurs

• Arrêter de fumer est difficile, les rechutes sont


– Fréquentes
–stratégies
1- AFSSAPS. Les Liées à la nature
thérapeutiques de
médicamenteuses l’addictionde et
et non-médicamenteuses l’aide non
à l’arrêt dupas à l’échecde de
tabac. Recommandations Bonnesl’individu
Pratiques.
Argumentaire. Mai 2003
13- Jarvis MJ. Why people smoke. BMJ. 2004;328:277-279.
17- Fiore MC et al. Clinical Practice Guideline: Treating Tobacco Use and Dependence. US Department of Health and Human Services. Public Health Service;
June 2000. Available at: www.surgeongeneral.gov/tobacco/default.htm.
Le syndrome de sevrage : un
ensemble de troubles physiques et
psychologiques
rendant le sevrage difficile
Syndrome de
Envie impérieuse
de fumer
Insomnie sevrage
(< 4 semaines)
(> 10 semaines)

Irritabilité, Augmentation de l’appétit


frustration ou ou du poids
colère (> 10 semaines)
(< 4 semaines)

Agitation Humeur
ou impatience dysphorique
(< 4 semaines) ou
dépressive
Difficultés (< 4
de concentrationsemaines)
(< 4 semaines)
15- Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders. 4th ed. Washington, DC: APA; 1994:242–247.
16- West RW, et al. Fast Facts: Smoking Cessation. 1st ed. Oxford, United Kingdom. Health Press Limited. 2004.
1968 d’après Morris
1985