INSTITUT DE TECHNOLOGIE DU CAMBODGE

Département de Génie Civil

Prof. PhD. MEAS Sokhom P.E

Cours

BETON ARME

Distribués aux étudiants Ingénieurs

2011-2012
2
BIOGRAPHIE
- Famille
- Educations
- Occupations
- Décorations
- Enseignement

PhD. Prof. Ir. MEAS SOKHOM
3
FAMILLE
Nom et prénom : MEAS SOKHOM
Date de naissance : 25/10/1953
Marié de 4 enfants :
3 garçons : - Ingénieur civil
- Licence en droit
- Licence de commerce
1 fille : - femme de ménage
4
EDUCATIONS
1972 : Brevet des Techniciens Supérieurs (BST)
1972 : Baccalauréat du 2éme cycle ès Math elem.
1981 : Formation des Prof. de l’Enseignement
Secondaire en Math. ENS, Phnom Penh
1989 : Diplôme d’Ingénieur de Bâtiments (ITSAKS)
2003 : Diplôme d’Aptitude d’Enseignement
Technique Supérieure (AUPELF-UREF)
2010 : PhD. ès Science de Gestion de l’Éducation,
Université Khemarak, Phnom Penh
5
La défense de la thèse doctorat:
‘Système d’Éducation des Ingénieurs Civil à l’ITC’,
Université Khemarak, Phnom Penh
6
OCCUPATIONS
A- Ministère d’Éducation des Jeunes et des Sports :
1979 - 1981 : Instituteur de l’enseignement primaire
à Kampong Cham
1982 - 1989 : Professeur assistance à ITSAKS
1990 - 1993 : Vice doyen Faculté de construction
1994 - 2000 : Chef de département Génie Civil ITC
1990 - Aujourd'hui : Professeur à ITC.
7
OCCUPATIONS…
B- Affaires Privées :
1992 - 1995 : Directeur Technique
Seng Enterprise Co., Ltd
1995 - 2003 : Directeur Technique
Bopha Angkor Construction Co., Ltd
2003 - 2005 : Maitre d’ouvrage ONG Sourie Pour
des Enfants (PSE)
2006-Aujourd’hui: Assistant KSSC Con. Co.Ltd
8
OCCUPATIONS…
C- Affaires Sociales :
1996 - 1998 : Président Fondateur de l’Association
des Enseignants de l’ITC
2000 - 2006 : Président Fondateur de l’Association
des Ingénieurs Cambodgien
2002 : Président AFEO (Association de la
Fédération des Ingénieurs d’ASEAN)
2003 : Fondateur du Conseil des Ingénieurs Khmer
2004 - Aujourd'hui :Membre de AAET et WFEO
2010- Aujourd’hui : AAET Represence au Cambodge
9
Membre de WFEO
Federation Mondiale d’Oganisation des Ingenieurs
10
co-fondateur de AAET

(ASEAN ACADEMY
OF ENGINEERING
AND TECHNOLOGY)
11
DECORATIONS
2001 : ASEAN Engineering Award of AFEO
2002 : Médaille ASEAN Hon. Fellow of AFEO
2002 : Médaille d’or de Travail du Gouvernement Royal
2006 : Médaille Monisaraphon du Gouvernement Royal
2008 : Médaille Mohasena du Roi
2009 : Médaille Royaume du Cambodge Mohasena du Roi
12
Médaille
ASEAN Hon. Fellow
of AFEO

(ASEAN FEDERATION
OF ENGINEERING
ORGANIZATIONS)
13
ENSEIGNEMENT
Disciplines Enseinges :
-Beton Arme
-Construction en Bois Béton Armé
- Métré
- Engins de Chantier
- Technologie de Chantier
- Hygiène et Sécurité dans le chantier de Construction
-Thermique du batiment
14
CONTENU du COURS DE BETON ARME
I. Introduction
II. Matériaux : Béton et Aciers.
III. Modèles de calculs des éléments en Béton Armé
-Tirant( en traction)
- Poteaux (en compression et flexion deviée)
- Poutres(en flexion)
- Dalles de planchers(en flexion)
- Semelles de fondation (flexion et compression)
IV. Mini - Projet d’étude du Bâtiment en BA
15
Chapitre I : Introduction

Réf : Reinforced Concrete Mecanic and Design,
(James G. MacGregor, Singapore, 2005)
1. Structures en Béton Armé (BA)
2. Mécanique en BA
3. Éléments en BA
4. Facteurs Positifs des choix BA en construction
5. Histoire du Développement BA en construction
6. Normes et Règlements
16
1. STRUCTURES EN BETON
La structure naturelle

Heritages du Monde
Pyramide en Egypte






17
18

TEMPLE D’ANGKOR WATT DU CAMBOGE
19
Grand Murail de la Chine
20
21
Hephaistos temple, a Grece
22
Mosque, Amarapura Birmanie ( MYANMAR)
23
Tower of the Great Mosque, Kairouan
en Tunesie
Djurdjevi Stupovi Church ,en Russie
24
New Delhi Temple, India
Héritages du 20
e
Siècle
25
Golden Tower 42 stories, Phnom Penh
63 stories Building, Seoul, South Korea
26
27
28
29
30
31
KL TV Tower
Malaysia
Taipei 101 Burj-Dubai, Arab
32
33
1. Structures en Béton Armé (BA)

Le BA est un matériau le plus abondant en construction
des bâtiments et d’ouvrages d’art :
. Structures de sous-sol
. Réservoir d’eau
. Tour de Télévision
. Offshore d’exploitation de Pétrole
. Barrages
. Routes, ponts, ports et aussi des bateaux
34
2. Mécanique en Béton Armé
- Forte en compression, mais faible en traction
- Aciers sont fortes en compression et en traction.
Contraintes de
compression
Contraintes de traction
P
Fissure
Contraintes de compression
pour le béton
Contraintes de
traction
pour l’acier
35
3. Éléments en BA
Exemple dans les bâtiments :
. Toiture Terrasse : isolation, porteur (plancher)
. Poutres (en flexion)
. Colonne ou poteau (en compression et flexion)
. Semelles de fondation (en compression et flexion)
36
4. Facteurs Positifs de Choix BA
Matériaux de construction : béton, acier, bois, briques...
Le béton armé est utilisé en construction :
Avantages :
- Matériau stable pour l’architecture et la structure
- Résistance au feu
- Rigidité
- Avoir besoin peu de maintenance
- Matériaux très abondant dans la nature
37
Désavantages :
- Contrainte de traction très faible
- Besoin des moules : formes et des étais
- Matériau lourd (poids propre)
- Temps de durcissement
39
- Joseph Aspdin : 1
er
Inventeur du Portland Ciment(1824)
.
- Brunel : - Tunnel Thames River en 1828.
- Pieux de pont 1835.
- Johnson : Améliorait le ciment comme aujourd'hui
en 1845.
- D.O. Saylor : Cimenterie aux Etats Unis en 1871.
- T. Millen : Seconde Cimenterie aux Etats Unis en 1880.
40
Béton Armé :
- 1850 : Ir. Thaddeux Hyatt Testait une poutre en béton
- 1854 : W.B. Wilkinson obtenu un patent d’utilisation
le BA pour la dalle.
- 1855 : Lambot construisait un bateau en B.A. (1848)
et recevait un Brevet .
- 1861 : French Man et Coignet publiaient le système
d’application B.A.
- 1877 : Thaddeux Hyatt (USA) publiait son oeuvre en
B.A.
41
- 1880-1881 : Monier avait reçu Patent de l’Allemagne
pour les Tubes, château d’eau, réservoir
dalles, ponts, et des escaliers en BA.
- 1886 : Fondation des compagnies Wayss et Freitage
avec le support des Prof. Mörsh et Bach.
- 1886 : Koenen avait publié sa découverte en B.A.
42
- 1875 : 1ere construction en B.A. à Long Island USA.
- 1884 : EL. Ransome avait de Patent en B.A.
- 1888 : EL. Ransome construisait un bâtiment en B.A.
- 1890 : Jr. Museum In San Francisco
- 1903 : First Building in Pennsylvanie.
- 1875 – 1904 : 15 patents en France, 14 en Allemagne
8 aux USA, 3 en UK et 3 aux autres pays.
- 1900 – 1950 :formation de la Société Française des
Ingénieurs Civil. Développement de la recherche et de
l’application de B.A en construction.
43
6. Normes et Standard du B.A.
+ Commission Européenne de Béton CEB-1978:
- Les Règles CCBA - 68
- ICE – Anglais 1972
- BAEL – 80 modifiée en 1991 et 1999 -
EUROCODE – 2000 (EC-2) :
Appliqué dans tous les pays membre EU.

44
+ ACI avant 1977, modifié en 2000:
- UBC (Uniform Building Code)
- SBC (Standard Building Code)
ACI est appliqué :Nouvelle Zélande , Australie ,
Canada et autres pays Amériques Latines.
+ IBC : depuis 2000 (International Building Code)
+ ASCE7-98 : American Society of Civil Engineers
(Contreventement)
END - Introduction
45
Chapitre II:
Matériaux Pour le BETON ARME
(
*
)

A. Le Béton
1. Définition et proprietes
2. Composition
3. Résistance mécanique
4. Module de déformation
5. Coefficient de Poisson
6. Diagramme contrainte – déformation (Ϭ-ɛ)
7. Fluage et Retrait
B. Laboratoire
(
*
)
Réf. : - TRAITE DE BETON ARME, R. Lacroix A. Fuentes et
H. Thonier, Ed. Eyroll 1980.
- BETON ARME, BAEL-91 modifié-99 J.P. MOUGIN, Ed. Eyroll 2006
- TECHNOSUP, Béton armé, Ronain NICOT, ellipses Ed. 2001
- BÉTON ARMÉ AUX ÉTATS LIMITES, Aram Samikian, g. morin Éd. 1989
46
1. Définition et proprites: LE BETON
- Matériau artificiel de construction
- Mélange de la substance granuleuse, de liant et
d’eau, qui est dosé de façon bien définie.
- Durcit dans l’ air et dans l’ eau .
- État liquide au moment de la mise en oeuvre.
- État solide en exploitation.
- Masse volumique : ρ = 24 à 25 KN/m
3

- Consistance : affaissement : 4 cm à 16 cm
- Résistance varie : C/E <2
- coefficient de dilatation thermique ~10
47
2. Composition du beton frai
En cas courant le dosage par 1m
3
du béton:
. C – Ciment Portland : 300 à 450 kg
. S - Sable : 0,4 à 0,6 m
3

. G - Gravier : 0,85 à 0,9 m
3
ou
pierre concassée : 0,8 à 0,85 m
3

. E - Eau : 150l à 200l ; et
. Adjuvant : Accéléré, Retardé, étanchéité,
entraineur d’ air; hydrofuges...
En proportion C. S. G : 1 : 2 : 3 (en volume)
48
3. Résistances
Résistance mécanique du béton:
- Résistance à la compression f
c

- Résistance à la traction f
bt ~ (1/12:1/15)fc

- Résistance à l’age de j jours f
cj
et f
btj

La résistance du béton varie avec :
- Conditions de fabrication .
- Dosage en ciment et en Eau : C/E < 2
- Consistance : maniabilité 4cm à 16 cm
- Volume de vide (compactage)
- Son âge
49
3.1. Formule de Ferret
Formules empiriques à prévoir les résistances
 f
cj
= K
1
M
2
et f
btj
= K
2
M (MPa)

µ +
+
+
= -
V E
C
V E
C
M
; avec, en poids
C- ciment (kg)
E- eau (kg)
V- volume d’air (l)
ρ- densité du ciment (3,1)
K
1
et K
2
- coefficients fonction
de la nature du ciment et du
temps.


j (jours) 2 7 28 90 365
K
1
60 180 270 300 320
K
2
6 12 15 17 17
50
3.2. Résistance caractéristique f
CK
:
f
CK
= f
cm
– Ks
avec f
cm
= Ʃf
ci
/n - résistance moyenne



s- coefficient de déviation
n – nombre d’Essais
1
) (
S
2
÷
÷ ¿
=
n
f f
ci cm
51
3.3. Règle BAEL :
3.4. Relation entre f
cj
et f
btj
f
btj
= 0,06f
cj
+ 0,6

f 1 , 1 f non si e est valabl (1) 40MPa f et 60 j 28 Pour -
40MPa f pour f
0,95j 1,4
j
f (2)
40MPa f pour f
0,83j 4,76
j
f (1)
28 j Pour -
C28 cj C28
C28 C28 cj
C28 C28 cj
= s < <
>
+
=
s
+
=
s
52
K- Coefficients de probabilité : loi nomale
Probabilité 0,001 0,005 0,01 0,025 0,05 0,10 0,20
K

3,9 2,58 2,33 1,96 1,64 1,28 0,84
K- Coefficient en fonction du nombre d’essais : Loi student
No. Essais 15 30 50 100
K

1,94 1,69 1,57 1,46
En pratique on prend la probabilité P=0.05 => K=1,64
f
ck
= f
cm
- 1,64.S
f
C28
– résistance en compression à l’âge de 28jours d’un
éprouvette cylindrique de Ø16 ; h=32cm .
4. Module de déformation
- Module de déformation longitudinale instantanée E
ij


E
ij
= 11.000 f
cj
1/3
(t < 24 heurs)
- Module de déformation totale E
vj

E
vj
= 3700 f
cj
1/3
~ 1/3

E
ij

fcj
Eij Evj
2ε ε 3ε
εbc


Module de deformation=
deformat.unitaire longitudinale
contrainte normale
; E=6/ε
5.Coefficient de Poisson






on prend: √ = 0,20 pour justifier a`l’ELS
√ = 0 dans le cas des ELU
d/2
d
ΔL/L
Δd/d
√ =
ΔL
L
P
55
6. Diagramme contrainte – déformation (Ϭ-ɛ)

Ϭ (MPa)

f
C28



0,5 f
C28
0 0,001 0,002 0,003 0,004
Raccourcissement unitaire (mm/mm)
Le calcul aux États limites : 0,002 < ɛ
b
< 0,0035
ɛ
b
E= Ϭ /ɛ
56
7. Fluage et Retrait :Causes de déformation du béton
- Fluage : la propriété physique du béton de se
déformer dans le temps sous l’action des
contraintes.
- Retrait : le changement de volume ou déformation
dans le temps indépendamment l’action des
contraintes.
Exemple : le raccourcissement unitaire du béton dû
au retrait égale à 0,0002.
Application No 1:

57
LABO No 1
Propriétés physiques et Mécaniques du béton
1. Préparer 21 éprouvettes cylindriques standard en
précisant la source des composants (materiaux).
2. Tester à l’âge de 2j – 7j – 28 j et 90 jours à raison de
28 jours 15 éprouvettes et 6 eprouvettes pour les
autres âges.
3. Déterminer, par les différentes formules, la valeur
fc28, ft28; f
CK
et les comparer.
4. Tracer les diagrammes Ϭ-ɛ correspondant aux
resultats obtenus du point 2;
5. Conclusion.


58
B. ACIERS POUR LE BÉTON ARMÉ
1. Généralité
2. Classification :
- Rôles
- Fabrication
3. Propriétés mécaniques
C. PROPRIETES COMPLEXES BÉTON-ACIER
1. Adhérence Acier - Béton
2. Disposition constructive
59
1. Généralité
L’élément en BA travaille, en générale, pour résister les
efforts extérieurs dont sa section est soumise à des
contraintes de compression, de traction ou de torsion.

-le béton est très faible en traction
- l’acier est bien en traction
- les deux matériaux réagissent
ensemble aux efforts extérieurs
- Ils ont de meilleure adhérence
- ils n’ont pas de reaction chimique

Acier : armatures
M
N
Section comprimée
Section tendue
60
2. Classification des aciers
2.1. Selon leurs rôles
 Armature principale : obtenue par le calcul des sollicitation.

 Armature de montage ou
secondaire résiste aux efforts
secondaires.Elle est obtenue
par le reglement de BA.


61
2.2. Par la fabrication
- Fils de fer de Ø = 4 à 10mm, présentent en rouleau
- Barres de Ø = 10 à 40mm de longueur 12m et de
profil Lisse (RL) ou nervuré(HA).
-Treillis soudés : TSRL ou TSHA







Exemple : TSRL : 6 x 6 x 200 x 250
- Câble : plusieurs torons en fils fins. (Béton précontraint)
5 Ø 6 pm
6 Ø 6 pm
62
3. Propriétés mécaniques
3.1. Caractéristiques
- La résistance est garantie par le fabricant.
- Module d’ Young E
s
= 200.000 MPa
3.2. Résistances
- Limite élastique : f
e
= (215 ÷ 235) pour les RL
f
e
= (400 ÷ 500) pour les HA
- Résistance à la rupture :
fr= (330 ÷ 490) MPa pour les RL
fr= (480 ÷ 550) MPa pour les HA
63
3.3. Diagramme Ϭ
s

s

. Caracteristiques des aciers RL at HA.
Ϭ
s


f
r



f
e
fers doux :Ronds lisses (RL) A haute adhérence (HA)
| | | | | | | | ɛ
S%
0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 ....... 1,2 ............. 2,2

Ϭ
s


f
r

f
e
| | | | | | | ɛ
S%
0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 .................... 1,40
64
C. PROPRIETES COMPLEXES BÉTON-ACIER
1. Adhérence
1.1. Définition : est la liaison tangentielle à
l’interface acier béton due au frottement et à l’arc-
boutement des bielles de béton.
1.2. Essai d’arrachement
btj s su
s
s
a a s a
s s
s
l
s
f
l l π F F
x
x
xdx π
2
S
2
0
a
a
S
2
6 , 0 : ELU L' A
4 4
) ( de moyenne valeur
réelle adhérence d' contrainte ) (
F
adhérence d' effort - F

4
F : acier l'
dans traction de effort - F
¢ t
t
| o
|t o
t|
t t
t
t |
o
t|
=
= ¬ = ¬ =
÷
÷
=
=
}
Ø
F
o l x
ELU
cône d’arrachement
s
t
l
s
t
Cas des contraintes:
+Traction: OA def. proportionnelle
A(Es=fe/Es; 6s =fe)
6s =Es. Ɛs
[AK]; 6s =cte


+Compression: Diagramme
Symetrique par repport a`l’origine 0.

k A
fe
0

-fe/Es
Fe/Es
-fe
Allongement
Raccourcissement
-10‰
10‰
εs
66
1.3. La longueur d’ancrage: est la longueur
d’enfoncement de barre d’un élément dans le béton d’un
autre pour assurer la liaison des deux éléments en BA.
1.3.1. Longueur de scellement droit:
| t
| t
¢
¢
|
) (3 U périmètre ; 53 1 3
) (2 U périmètre ; 22 1 2
: barres de Parquets
béton du traction de résistance -
ELU. l' à acier d' calcul de résistance -
HA les pour 1,5
RL les pour 1 : égale barre de
scellement de t coefficien avec
. 6 , 0 . 4
: ELU l' A
3
2
2
+ = =
+ = =
=
s s
s s
btj
su
s
btj s
su
s
l , l barres :
l , l barres :
f
f
f
f
l
l
s
F
Parquet de barres
67
La longueur forfaitaire de scellement pour les pièces
comprimées ou tendues :

 pour f
c28
< 60 MPa :
l
s
= 40Ø pour les HA 400
l
s
= 50Ø pour les HA 500

poutre  pour f
c28
> 60 MPa :
l
s
= 20Ø pour les HA 400
l
s
= 25Ø pour les HA 500
l
s
poteau

68
1.3.2. Longueur de recouvrement l
r
l
r
 Barres jonctives

l
r
= l
s
= 40Ø pour les RL
50Ø pour les HA
 Barres éloignées

l
r
= l
s
+ d
l
r
F
F
d
d
69
1.3.3. Recouvrement des barres comprimées

l
r
= 24Ø pour les HA 400
l
r
= 30Ø pour les HA 500 et RL

Exception les têtes de pieux battus.

l
r
= 2 l
s

l
r
partie comprimée

partie tendue
70
1.3.4. Ancrage par courbure des barres tendues

 Condition de non écrasement du béton

r > 3Ø pour les aciers doux
5,5Ø pour les HA


 Longueur de recouvrement
r
F

0,4 l
s
(RL) ou 0,6 l
s
(HA) si c < 5Ø
0,4 l
s
(RL) ou 0,6 l
s
+ c (HA) si c > 5Ø

c
71
1.3.5. Cadres, épingles, Étriers


Cadres Épingles Étriers
15Ø

Ø
72
2. Disposition Constructive
2.1. Distance entre 2 barres

e
h
= e
v
= max (1,5D ; Ø)
D- grande dimension de granulat
nappe supérieure (2 lits)
nappe inférieure (2 lits)
e
h
e
h

c
e
v

a
a’
73
2.2. Enrobage ou Couche de Protection





a > a’ > c =

 1cm pour la dalle avec abri
 2cm pour la dalle sans abri
 3cm à 4cm pour les éléments
protègés
 5cm à 7cm pour les éléments se
trouvent dans le milieu agressif
74
LABO No 2
ESSAIS DES ACIERS
1. Préparer 6 éprouvettes :
- 2Ø 6 RL ; 2Ø 12 HA et 2Ø 16 HA
2. Déterminer f
e
et f
r
résistance élastique, rupture et la
module d’élasticité E
s

3. Déterminer la valeur théorique et forfaitaire de la
longueur d’ancrage l
s
de barre d’acier de Ø16
ci-dessus dans le béton ayant de résistance obtenue
par le labo No.1 ?
4. Conclusion.
FIN CHAPITRE II
75
A. NOTION D’ETAT-LIMITE
B. HYPOTHÈSES DE CALCUL SELON BAEL-91
C. CALCUL DES TIRANTS(traction simple)
D. CALCUL DES POTEAUX(compression simple)
E. CALCUL DES SECTIONS EN FLEXION SIMPLE (Poutre; dalle)
F. CALCUL DES SECTIONS EN FLEXION COMPOSEES
G. CALCUL DE RESISTANCE D’UNE SECTION SOUS L’EFFORT
TRANCHANT
H. CALCUL DE RESISTANCE D’UNE SECTION SOUS LA TORSION
I. CALCUL DES FLECHES
J. CALCUL DES SEMELLES DE FONDATION
Réf.: - BAEL-91 modifié 1999. Edit.2006, Eyrolles
- Le Project de Béton armé, Henry THONIER, Edit.2005
- Béton armé calcul aux Etats-Limites. A.Samikian Edit.1989
- Traité de béton armé, R. Lacroix, H. THONIER, Edit. 1982, Eyrolles
75
76
1. INTRODUCTION : Toutes les structures doivent être
conçues et calculées de façon à répondre aux deux
exigences suivantes:
- résister avec un degré de sécurité acceptable
aux charges et déformation qu’elles soumissent
pendant leur construction et leur exploitation.
- avoir une bonne tenue en service durant leur
vie utile.
Ces deux exigences soient satisfaites sont formulées en
termes d’états-limites.
76
77
2. DÉFINITION :
Un état-limite d’un élément est un état au-delà
duquel l’élément n’assure par sa fonction :
- Pendant la construction (court temps)
- Pendant leur exploitation (long temps)
Le calcul selon BAEL-91 a deux Etats-Limites :
Etat-limite Ultime (ELU) et Etat-limite de Service ou
d’exploitation (ELS).
77
78
a. Etats-Limites Ultimes :
L’élément doit assurer :
- de la résistance et de la fatigue des matériaux.
- de l’équilibre statique
b. Etats-Limites de Services :
L’élément doit avoir le bon comportement en
service : Ils imposent des limites :
- aux déformations ou flèches excessives.
- à l’ouverture des fissures, et
- aux vibrations.
78
79
3. MÉTHODE DE CALCUL AUX ÉTATS-LIMITES :
Consiste à dimensionner une structure et ses
éléments de façon à éviter d’atteindre tout état-limite
par :
- Majoration des charges par des coefficients
de sollicitation (ψ
i
>0)
- Diminution de la résistance du matériau; par
les coefficients de sécurité (δ>0)
79
80
4. ACTIONS OU CHARGES :
Sont l’ensemble des causes qui entrainent des
déformations de la structure :
- forces - retrait
- couples - variation de t
o
etc.…
Les valeurs des actions sont définies par les
règlements en vigueur ou par les textes particuliers à
l’ouvrage. Elles sont classées en trois catégories :
Permanente (G), Variable (Q) et Accidentelle (A).
80
81
a. Actions Permanentes :
L’intensité(G) est constante avec le temps :
- Poids propre de la structure
P = ρV (ρ-poids volumique)
- Les charges de superstructure
- Equipements fixes
- La pression de terre ou de liquide
- Efforts dus aux déformations permanentes
imposées à la construction.
81
82
b. Actions Variables :
Intensité(Q)est variable avec le temps :
- charges d’exploitation ou surcharges
- actions climatique et naturelle (neige vent…)
- actions dues à la température
- actions appliquées en cours d'exécution.
c. Actions Accidentelles : Existent rare dans la région
oū se trouve l’ouvrage :
- Séisme - chocs
- Explosions - feu etc.…
Elles sont à considérer que si le marché les prévoir.
82
83
5. SOLLICITATIONS :
Sollicitations sont des efforts provoqués par les
actions, en chaque point et sur chaque section de la
structure, et sont déterminées par les lois des
résistances des matériaux ou d’analyses des
structures:
- Moment de flexion (M)
- Effort Tranchant (V)
- Couple de Torsion (T)
- Force longitudinale (N)
83
84
6. COMBINAISON DES CHARGES :
Le groupement d’actions de tout type pour que
les sollicitations de calcul ne provoquent pas le
phénomène que l’on veut éviter :
A l’ELU : S (u) = ψ
g
G + ψ
q
Q + ψ
a
A
ψ
a
– coefficient pour l’action accidentelle
= 1,35 G + 1,5 Q + (0,6 ÷ 0,77)A
A l’ELS : S (s) = G + Q (ψ=1)
S – sollicitation (actions extérieures)
Il faut que : S (x) < R (x)
Sollicitation < Résistance
Exemple :
84
85
7. RÉSISTANCE DE CALCUL AUX ETATS-LIMITES :
Béton :
A l’ELU : f
cu
= 0,85.f
cj
/ Ѳ. γ
b
ρ
b
- coefficient réduction de la résistance
du béton est prise : γ
b
=1,5
Ѳ - coefficient dépend de la mise en œuvre
du béton, en cas courant ou prend Ѳ =1.
Acier :
f
su
= σ
su
= f
e
/ γ
s
γ
s
- coefficient réduction de la résistance
de l’acier est prise égale 1,15.
85
86
86
6mm HA; pour 1,3
6mm HA; pour 1,6
RL pour 1
η
acier l' de élastique limite - f
)} .f 90 ; (1/2f min {200; Max
ble : préjudicia n trés Fissuratio
)} .f 110 ; (2/3f min {250; Max
ble : préjudicia n Fissuratio

1,15
f

ble : préjudicia non ou peu n Fissuratio
: n fissuratio de cas les dépend calcul de résistance la : Acier
f 0,6 : Béton
: ELS l’ A
e
bt e
s
bt e
s
e
su s
cj
c
<
> =
=
+
=
+
= s
+
=
|
|
q o
q o
o o
o
Exemple :
87
8. DEGRESSION DES SURCHARGES(charges variables)
a. Dégression horizontale :
C’est la minoration des surcharges appliquées à
des grandes surfaces ou majoration pour des petites
surfaces.
- Garage : S < 20m
2
on prend q= 2,5 KN/m
2

20m
2
< S < 60m
2
=> q= (3-0,025 S) KN/m
2
S > 60m
2
=> q= 1,5 KN/m
2
- Bâtiment d’habitation :
S < 15m
2
on prend λ= 1
15m
2
< S < 50m
2
on prend λ=(190-S)/175
S > 50m
2
: λ= 0,8
87
88
b. Dégression verticale :
88
Surcharges S
i
différentes Surcharges S
i

identiques
Σ
o
= S
o
Σ
1
= S
o
+ S
1
Σ
2
= S
o
+ 0,95 (S
1
+ S
2
)
Σ
3
= S
o
+ 0,9(S
1
+S
2
+ S
3
)
Σ
4
=S
o
+0,85(S
1
+S
2
+S
3
+ S
4 )

.
.
.


Pour n>5
Σ
o
= S
o
Σ
1
= S
o
+ S
Σ
2
= S
o
+ 1,9S
Σ
3
= S
o
+ 2,7S
Σ
4
= S
o
+ 3,4S
.
.
.



i
n
i
o n
S
n
n
S
E
=
+
+ = E
1
2
3
S
n
S
o n
2
3+
+ = E
S
0
S
1
S
2

S
3

S
4

.
.
.
S
n
Exemple :
89
a. État - Limite Ultime de Résistance (ELU)
1. Hypothèses de calcul
H1 : (hypothèse de Navier) les sections droites
restent planes après déformation,
H2 : il n’y a pas de glissement relatif entre les
armatures d’acier et le béton grace à l’adhérence
H3 : la résistance à la traction du béton est négligée à
cause de la fissuration (fbt=0),
H4 : le diagramme contraintes- déformations du
béton est celui défini au paragraphe 2,
89
B. HYPOTHÈSES DE CALCUL AUX ETATS-LIMITES
90
H5 : le diagramme contraintes- déformations de
l’acier est celui défini au paragraphe 3,
H6 : les positions que peut prendre le diagramme des
déformations d’une section droite passent au
moins par l’un des trois pivote définis au
paragraphe 4,
H7 : on peut supposer concentrée en son centre de
gravité la section d’une groupe de plusieurs
barres, tendues ou comprimées, pourvu que
l’erreur ainsi commise sur la déformation
unitaire ne dépasse pas 1%.
90
91
91
Ϭ
c





f
c


| | ɛ
c

0, 2% 0, 35%

2. Diagramme Ϭ
c
- ɛ
c
du Béton
Diagramme «parabole- rectangle»
On prend :
Pour : 0 < ɛ
c
<0,2%
Ϭ
c
= 0,25f
c
.10
3
ɛ
c
(4.10
3
. ɛ
c
)
Pour: 0,2% < ɛ
c
< 0,35%
Résistance de calcul du béton :

Ϭ
c
= f
cu
= 0,85f
cj
/θ.γ
b
f
cu
= 0,85f
cj
/θ.γ
b
92
92
Ϭ
c


ɛ
s
(‰)
0 ɛ
se
< ɛ
s
< 10‰
3. Diagramme Ϭ
c
- ɛ
c
des Aciers
s s s se s
s
e
su
00
0
s se
00
0
s
s
s
s
e
s
ε . E ε ε
γ
f

10 ε ε 2
al exceptionn cas le sauf 1,15 γ
200.000MPa E
E
γ
f
ε
= => s -
= =>
s s = -
= -
= -
= -
o
o
s
e
γ
f
93
93
Ϭ
c





f
c


Détail des Contraintes de Compression Ϭ
c
(ELU)
2‰ 3,5‰ ɛ
c

c
f
bc


0,8y
u

y
u
V
M
Axe de symétrie
f
cu
Ϭ
c


A.N
diagramme des
déformations ɛ
c

diagramme des
contraintes réelles
diagramme des contraintes
simplifiées à l’ELU
A.N
94
a. État - Limite de Service (ELS)
1. Hypothèses de calcul
H1 : (hypothèse de Navier) les sections droites
restent planes après déformation,
H2 : il n’y a pas de glissement relatif entre les
armatures d’acier et le béton,
H3 : la résistance à la traction du béton est négligée à
cause de la fissuration (fbt=0),
H4 : l’acier et le béton sont considérés comme des
matériaux élastiques linéaires et il est fait
abstraction du retrait et du fluage du béton,
H5 : coefficient d’équivalence acier-le béton est n=E
s
/E
b
≈15
94
95
95
Pivot 1 : rupture par l’acier, flexion composée avec traction (N -faible)
Pivot 2 : rupture par le béton, flexion simple ou composée (M –forte)
Pivot 3 : rupture par le béton section entièrement comprimée ou
compression simple (N –forte)
4. Règles des Trois Pivots
A’
s

A
s

0 2‰ 3,5‰
0’
A
A’ -10‰
C
B
ɛ
c
ɛ
s
d
h
0,259d
0,167d
3h/7



96
96
3. Détail des Contraintes du Béton (ELS)
V
M
Axe de symétrie
Ϭ
c


A.N
Ϭ
c


96
2‰ 3,5‰ ɛ
c
f
bc
Ϭ
c





y
diagramme des
déformations ɛ
c

diagramme des
contraintes réelles
diagramme des contraintes
simplifiées à l’ELS
A.N
97
97
Vérification des contraintes ELS
Ϭ
c


dS
x dy
y
Ϭ
cy


Ϭ
s
/n
a’
a
d
h
b(y)
A.N
I
x) - M(d
n
s
σ
I
Mx
c
σ
: e conséquenc Par
: Finalement
S
x
σ
ydy b
x
σ
F ydy b
x
σ
dS σ dF
x
y
σ σ
0) (σ AN rapport par comprimé béton du statique moment S
dy b dS
(x)
c
(y)
x
0
c
b (y)
c
y b
c y
c (x)
(y)
=
=
= = => = =
=
= ÷
=
}
98
1. Définition et Hypothèses de calcul
Le tirant est une poutre droite soumise uniquement à
la traction simple centrée.
98
C. CALCUL DES TIRANTS
Les centres de gravité des aciers et la section du béton
tendu sont confondus en G.
N
G
99
2. Exemples d’élément en traction simple
99
N
Ferme
mur de soutènement
100
1. Dimensionnement
Le dimensionnement d’un tirant se fera en respectant
les 4 conditions suivantes :
a. Condition de résistance à l’ELU :
100
Equation d’équilibre des forces :
N
U
< N
RU
(1)
Nu A
su h
Ϭ
t


b
101
101
Avec N
U
– effort de traction à l’ELU.
N
RU
– force de résistance à l’ELU.

On a : N
U
= 1,35N
G
+ 1,5N
Q
N
RU
= N
bt
+ N
su
= N
su
; ( f
bt
= 0 )
de (1) => N
U
= N
su
= Ϭ
su
. A
su

ou : A
su
= N
U
/ Ϭ
su

102
b. Condition de résistance à l’ELS :
Comme précédemment la totalité de l’effort de
traction est supportée par les armatures de section A
ser

ayant de résistance de calcul Ϭ
s
:
On a : N
ser
< Ϭ
s
. A
ser

=> A
ser
> N
ser
/ Ϭ
s


102
c. Condition de non-fragilité :
On doit prendre une quantité de section minimale
d’acier pour une section de béton B = b x h :
A
s
.f
e
> B. f
tj

103
d. Disposition constructive :
* Il faut mettre les armatures principales :
6 mm en FPP
Ø
l
>
8 mm en FP ou TP

* La section du béton doit être suffisante pour
assurer :
• bon enrobage des armatures
• bonne jonction de barres par recouvrement
* La section A
s
de dimensionnement retenue :
103
)
`
¹
¹
´
¦
>
e
tj
s
ser
su
u
s
f
f
B. ;
σ
N
;
σ
N
max A
104
* Armatures transversales
• Zone de recouvrement : au moins 3 cadres
dans l
r
= l
s
= Øf
e
/ 4 τ
su
• Section et diamètre :
fe.A
t
/S
t
. = m.π.Ø. τ
su

avec A
t
– section totale des brins de Ø
S
t
– espacement des cadres.
m – nombre de barres joncture en place étudiée
f
e
– résistance à la limite d’élasticité de l’acier
τ
su
– contrainte tangente limite
•En zone courante : S
t
=b , le petit coté de la section
Exercice : FIN C.
104
h
b
S
t
S
t
S
t

105
I. Hypothèses de calcul
1. Définition : Un poteau est une poutre verticale
soumise uniquement à la compression centrée.
En fait les charges appliquées ne
sont jamais centrées à causes de:
• dissymétrie de chargement
• imperfections d’exécution
• solidarité avec les poutres
• même le béton résiste très bien à
la compression, on introduit des
armatures longitudinales seules
sont médiocres aux flambement
donc on a besoin des armatures
transversales pour y remédier.
105
D. CALCUL DES POTEAUX
N
G
Ϭ
c

b
h
106
2. Longueur de flambement et élancement :

• Le flambement : une risque la ruine
d’un poteau sous un effort de
compression très inférieur à sa
résistance théorique à la compression.

La longueur de flambement : l
f
= µ. lo
où l
o
- la hauteur du poteau est la
distance entre 2 faces supérieures
des 2 planchers
µ - coefficient de flambement
106
l
O1
l
O
µ= 0,7÷1
µ= 0,7
107
• L’élancement λ

107
.
a
4.l
λ
b
.l 12
λ
section la de aire B
flambement de plan le dans section la de inertie d' moment I
section la de giration de rayon
B
I
i avec
i
l
λ
f f
min
min
f
= =
÷
÷
÷ =
=
b
h
a
II. Dimensionnent
- Le calcul est mené seulement à l’état-limite
ultime (pas de déformation et fissuration)
- Soient : B = aire de béton
A = aire des armatures
avec : S
tmax
< 15Ø
L

A
smin
> 4 u (cm
2
)
u – périmètre de la section
B en «m »
0,2% < A
S
< 5%

- Si l’élancement λ > 35; il faut disposer aussi
les armatures dans le grande côté de la section.



108
S
t

b
h
1. Force résistante du poteau






Pour ε
bc
= ε
s
’ = 2‰
f
bu
= 0,85.f
c28
/ θ.γ
b

On a :

109
Section Déformations Contrainte
-3,5‰
f
bu
0 2‰
Ϭ
SC2

Ϭ
SC2

A

N
ultim.th
= B.f
bu
+ A.Ϭ
SC2

(1)
La force résistante réelle est obtenue par la
correction de la formule théorique (1).
- Imperfection d’exécution
- Négligent des effets du second ordse.
110
) 3 ( A. 0,85
9 , 0
.
. .
, 1
.
. 85 , 0
nt introduisa En
) 2 (
. 9 , 0
.
28
28
bu
bu
u
b
C
bu
s
e
b
C
ultim u
f
f Br
N K
obtiendra on avec
f
f
f
A
f Br
N N
+ s
= =
(
¸
(

¸

+ = s
|
u
¸ u
¸ ¸
o
avec Br = (b-2cm) (h-2cm)
111
B section la agrandir faut il 70, Si -
50
1500
85 , 0
50
35
2 , 0 1
85 , 0
2
2
>
>
s
|
.
|

\
|
+
= =
ì
ì
ì
ì
ì
|
o
Si
Si
Et:
1,1 Si plus de la moitié des charges est appliquée
avant 90 jours.
K= 1,2 et f
c28
est pris par f
cj
pour la majorité des charge
est appliquée avant 28 jours.
1 dans les autres cas.

2. Détermination des armatures longitudinales:
La section B et la sollicition N
u
sont connues:
La formule corrective (3) donne :
- Force équilibrée par le béton comprimé :



- Force équilibrée par les aciers :


112
9 , 0
.
bu
b
f Br
N =
bu
s
su
bu
u
b u
sc
f
N
A f in En
f Br
N k
N N k
N
=
÷
=
÷
=
85 , 0
9 , 0
.
. .
85 , 0
. .
|
|
100
5 A
100
2 , 0
4
max A
A A A
avec
smax
2
smin
smax s smin
B
B
Ucm
=
¦
¹
¦
´
¦
=
s s
3. Détermination complète de la section :
Seul N
u
est connue; on cherche les sections B et A.
3.1. Le choix de B est totalement libre :
La relation (3) nous donne :
113
5 N n Applicatio
. .
0085 , 0
9 , 0
1
) ; (
0085 , 0
9 , 0
.
: % 1
85 , 0
9 , 0
.
0
28 u
su
bu
e c
su
bu
u
su
bu
u
N k Br soit
f
f
f f k Posons
f
f
N
Br
aura on
Br
A
Avec
f
Br
A f
N
Br
|
|
|
>
+
=
+
>
=
+
>
a. Poteau rectangulaire (b<h)
Il est préférable de prendre λ<35.

114
02 , 0
02 , 0
10
: alors obtient On
35
. 12
. 12
35
÷
+ = =
= =>
= =
b
Br
h et
L
b
L
b
b
L
avec
f
f
f
ì
.
10
à egale côté de carré poteau un
prendre peut on b, h on trouve Si
f
L
<
b
h
b. Poteau circulaire de diamètre a :
On prend :
115
|
|
.
|

\
|
>
t
Br
L
f
. 02 , 0 ;
9
max a
a
( )
6 N ation
.. 2 02 , 0 0 . 0 1 02 , 0
02 , 0 0085 , 0
9 , 0
: ,
02 , 0
02 , 0
02 , 0
02 , 0
02 , 0 , .
12
0
1 0 0 0
0 0 0
applic
puisb b k b puis k b
b côte déf init et choit On
h f
f
N
k f ixant en k itération par Ou
h
Br
b et c h prend on c c Si
c
Br
h et c b prend on c c Si
Br c puis puis L
c
calcul On
su
bu
u
o o
r
r
r f
+ = => + =
=> ~
÷ |
.
|

\
|
+
=
÷
+ = = > -
÷
+ = = s -
+ = =
ì |
| ì ì
ì
| ì
3.2. Section rectangulaire avec un côté imposé :
On donne une dimension imposée c par exemple,
mais on ignore s’il s’agit de b on de h ?

116
b
h
4. Détermination des armatures transversales
Elles se déterminent par les règles forfaitaires.
a. Diamètre Ø
t

- 1/3 Ø
L

Ø
t
< - 12 mm
b. Espacement : hors des zones de
recouvrement
S’
t
< min {15 Ø
L
; 40cm; b+10cm}
- dans les zones de recouvrement.
S’
t
est pris en respectant la valeur
précédent mais il faut au moins 3
nappes décadres sur l
s
.
Application N
0
7. FIN

117
S
t

l
s

Ø
L


Éléments en Flexion Simple
118
I. Généralité :

Ils peuvent être :
- Poutre
- Dalle
Les Effets intervenant sont :
- Un couple M d’axe perpendiculaire au plan
moyen ou MOMENT FLECHISSANT
- Une Force V dans le plan moyen ou EFFOT
TRANCHANT, M et V sont étudies séparément.
V
M
(Σ)
119
I. Hypothèses de Calcul :

On suit tous les hypothèses de calcul aux états-
limites, avec :
- Section à simple ferraillage
- Section à double ferraillages
- Section rectangulaire et en T
- Résistance à l’ELU et l’ELS
120
III. Méthode Général de Calcul à l’ELU
¦
)
¦
`
¹
¦
¹
¦
´
¦
>
> ÷ +
} =
c
f
t
f
bd
bh
As avec
M
s s
A a d ZNb
Equilibre
dy y b y c
y
b
N
28
23 , 0 ;
1000
max min
. ' ) ' (
) ( ) (
0
a On
o
o
Notre but est de trouver les section s d’armatures A
s
et A’
s
Déformation
Contraintes
réelles
0 -3,5‰
B
f
bu
Ϭ
C

b
f
cu

A.N
Ϭ’
SU
Ϭ’
S

y 0,8 y
N’
S

N
b

Béton
Comprimé

Béton Tendu

A
S

A’
S

d h
a'
ɛ
c
=10‰
Contraintes
conventionnelles
0,4 y
Z=d-0,4 y
Ϭ
S

121
A. Calcul de poutre:

1. Calcul des armatures longitudinales pour une
section rectangulaire :
En fonction des hypothèses, l’ELU peut être
atteint de deux façons :
- par écoulement plastique des aciers
ɛ
c
= 10 ‰ ; ɛ
c
< 3,5 ‰ ,
- par écrasement du béton ɛ
S
< 10 ‰ ; ɛ
c
=3,5 ‰
122
• Règle des trois pivots:
Pour Vy < 0,167d => ɛ
c
= 2 ‰ => Section B est trop grande
l’état limite est atteint par l’acier tendu
0,167d< y < 0,259d => Section B est économique avec le besoin
de l’acier tendu seul.
y > 0,259d => Section B est insuffisante il faut avoir
la section A’
s

0 2‰ 3,5‰
b
A
S

A’
S

d
y=0,167d
y=0,259d
B


10‰ 0
123
a. Section à simple ferraillage:
Equations de forces : N
b
= N
s

0,8 α
u
d bf
bu
= A
su
. f
bu

Equation des moments : M
u
= M
R

M
u
= N
b
.Z = 0,8 α
u
d bf
bu
.Z
M
u
= 0,8 α
u
bd
2
f
bu
(1-0,4 α)
0 3,5‰
b
A
SU

A’
S

d
y=αd
Z=d-0,4α
u
d
N
b

10‰ 0
f
bu
0,8y
0,4α
u
d
N
S

124
Soient:
( )
( )
bu u
bu
bu
bu
bu
u
bu
α
α α
α α
f bd
M
d
d
y
α
µ
µ µ
µ
µ
µ
2 1 1 25 , 1 : fin En
2 1 1 25 , 1 encore Ou
0 32 , 0 8 , 0 Ou
) 4 , 0 1 ( 8 , 0 : a On
section la de rèduit moment le -
utile hauteur la à comprimé
zone du profondeur la de rapport - 1
2 , 1
2
2
÷ ÷ =
÷ ± =
= + ÷
÷ =
=
< =
Etude des Sections en T à l’ELU
125
1. Définition
L
1


L
1/10

L
1/10

L
2

L
2/10


L
2/10


126
Pour :




=>

ou

ou encore


Application N
0
8
( )
u u
su
bu
u su
su
u
su
su
bu
su
bu u
bu u
α
f
f
bd A

Z f
M
A

f
αbdf ,
A
α
α
8 , 0 avec .

8 0


186 , 0 ou 259 , 0
2 1 1 25 , 1

= =
=
=
¦
¹
¦
´
¦
s s
÷ ÷ =
| |
µ
µ
127
Calcul rapide approché :





Pour μ
bu
< 0,1 - la courbe β
u
fonction de μ peut être
assimilée à d’équation β
u
=1,07 μ.
On obtient alors :




Application N
0
8

f bd
M
bu
u
bu
2
= µ

f d
M
A
f d
M ,
A
su
u
s
su
u
su
. 9 , 0
ou
.
07 1
= =
128
Section avec armatures comprimées A’
s
:

Condition où : μ
lim
< μ
bu
< 0,667 : le cas où les aciers
tendus travaillent insuffisamment, mais le béton à son
maximum.

Valeurs μ
lim
et α
lim
sont eu fonction du type d’acier, sont
données à la page 120 . BAEL-91.
) 4 , 0 1 ( 8 , 0 ;
5 , 3
5 , 3
lim lim lim
00
0
00
0
lim
o o µ
c
o ÷ =
+
=
se
129
Béton : M
bc
=N
bc
.Z
b
= 0,8 α
lim
.bd
2
f
bu
(1-0,4α
u
)
Acier A’
s
: M’
s
= A’
s
.f
su
(d-a’) = Mu-Mbc








Application N
0
9

b
A
S

A’
S

A.N
= + Z
s
=d-a’ Z
b
=d-0,4αd
N’
s

N
bc




N
s

a’
A
S1
A’
S
=A
S2


A’
S

page123 la à données ts coefficien et
ou
8 , 0
'
' ' ou
) ' (
.
'
lim
2
lim
u u
su
bu
u s
su
bu
s
su
bu
u s
su
bu u
s
f
f
bd A
f
bdf
A As
f
f
bd A
a d f
f bd M
A
| |
|
o
|
µ
= + =
=
÷
÷
= =>
130
Condition où μ > 0,667 :

C’est le cas où la section du béton est tries petite, on peut
agrandir la section mais attention à son poids propre.










Remarque: Ces formules donnent à des section
d’armatures très grande, difficile de déplacer.
( )

8 , 0 ' '
et
) ' ( '
'
'
.
'
1 3,5 ' et
- 1
3,5
2 1 25 , 1 6 , 0 Calcul
2
oo
o
s
oo
o
s
s
bu cal s s
s
s
bu cal u
s
s s s s s
cal cal
cal
cal cal bu cal
σ
bdf σ A
A
a d σ
f bd M
A
σ et σ .ε E σ avec
d
a
o µ
o
c
o
o
c
µ o µ µ
+
=
÷
÷
=
=> =
|
|
.
|

\
|
÷ = = ÷
÷ = => = ÷
131
Précaution: Le règlement nous impose de :
1- Pour empêcher le flambement des armature s
comprimées, elles doivent être entourées par des cadres
tour les 15Ø
l
.
2- L’acier comprimé résiste au maximum un moment de
flexion égal à 40% M
u
soit :

M’
s
= Ϭ’
S
.A’
s
(d-a’) < 0,4M
u

3- La section du béton est prise au commencement par:






Application N
0
10
b h ou
d
b 5 , 2
25 , 2
3
C28
f
u
M
5 , 1 b
3
C28
f
u
M
~ ~
s s

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful