You are on page 1of 23

Introduction à la Macroéconomie

Dr. Karim Kobeissi Université Islamique du Liban

Chapitre 8: L’ Investissement

Investissement - Définition
En macroéconomie, l’investissement est une acquisition de capital fixe mais au sens large (en microéconomie), il peut prendre d’autres aspects : investissement immatériel ou investissement financier. Dans la comptabilité nationale, on ne mesure pas l’investissement mais la Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) qui inclut la valeur de l’investissement de remplacement (amortissement).

La FBCF comporte l’investissement productif des entreprises ainsi que l’investissement des ménages et des administrations publiques.

Investissement – Définition (con)
Le capital fixe est l'ensemble des actifs corporels et incorporels destinés à être utilisés dans le processus de production pendant au moins un an . La FBCF des entreprises et des administrations publiques (État et autres collectivités), consiste en l'achat : d'actifs fixes (biens

d'équipement, logements, bâtiments) acquis pour être utilisés au moins
un an dans le processus de production, de biens et services incorporés au capital acquis, aux terrains, et aux actifs incorporels. La notion de formation brute de capital fixe existe aussi pour les ménages, et ne comprend que l'achat de logement ou des

réparations importantes d'un logement, les autres biens étant traités en
consommation finale.

Sur le plan national : distinguer investissement - au sens de la Comptabilité Nationale - au sens de la comptabilité des entreprises
Au sens de la Comptabilité Nationale (FBCF)
Investissement immatériel

Au sens de la comptabilité des entreprises

Exclu de la FBCF
Immobilisations financières

Prises de participations, achat de titres…

Recherche et développement, formation du personnel, marketing, publicité

Acquisition d’actifs incorporels (etc.) : logiciels, œuvres littéraires ou cinématographiques, prospection pétrolière

Immobilisations incorporelles
Licences de logiciels, d’œuvres littéraires ou cinématographiques, prospection pétrolière

Acquisition d’actifs corporels issus de processus de production et utilisés de façon répétée ou continue dans d'autres processus de production pendant au moins un an

Investissement matériel

Achat de terrains, construction, machines, outillage…

Immobilisations corporelles

Investissement Brut / Investissement Net
On parle d'Investissement brut quand le flux d'investissement comprend l'investissement neuf et l'investissement de remplacement. Le calcul de

l'Investissement net s'obtient par différence entre : Capital technique de
fin de période - Capital technique en début de période. Il représente l'investissement brut moins l'amortissement.

Investissement Brut = Investissement Net + Amortissement

Les Types et Motifs d’Investissement (con)
En général il existe cinq types d’investissement:

1) Investissement de Remplacement (ou de renouvellement)
L'investissement de remplacement est l'acquisition de capital fixe destinée à

maintenir les capacités de production existantes pour pallier l'usure ou/et
l'obsolescence du capital fixe. L'obsolescence est le phénomène par lequel

un capital devient technologiquement dépassé. L'usure, quant à elle, se
produit dès que le capital est utilisé.

Les Types et Motifs d’Investissement (con)
2) Investissement de Capacité

L’investissement de capacité est l’acquisition de capital fixe destiné à accroître
les capacités de production. Il permet éventuellement de diminuer le taux

d’utilisation des capacités de production. Ce taux est déterminé par le rapport
de la quantité effectivement produite relativement aux capacités de

production.
Ce taux doit être maintenu sous le seuil des 100% (environ 80% semble raisonnable) afin de garder une marge d’adaptation à un accroissement possible de la demande sans mettre en péril la rentabilisation du capital investi.

Les Types et Motifs d’Investissement (con)
3) Investissement de Modernisation (coût de productivité ou de rationalisation) L’investissement de modernisation est l’acquisition de capital fixe destiné à intégrer le progrès technique dans la combinaison productive afin de réaliser des gains de productivité. La part de cet investissement est devenue majoritaire dans la FBCF. La

récession mondiale a limité les perspectives d’expansion de l’activité, et la
nécessité d’augmenter la productivité pour être plus compétitive est devenue

impérieuse.

!

!

A

T

T

E

N

T

I

O

N

!

!

Dans la réalité, les trois formes d’investissement déjà mentionnées ont

souvent tendance à se recouvrir. Dans une usine, le remplacement

d’une ancienne chaîne de montage par une nouvelle, robotisée et

capable de produire plus, constitue à la fois un investissement de

remplacement, de capacité, et de productivité.

Autres Types d’Investissement
4) L’Investissement Immatériel Encore appelé investissement incorporel ou de service. L’investissement immatériel est constitué par les dépense dans les domaines du savoir et du savoir faire : dépense en recherche et développement (recherche fondamentale, recherche appliquée, développement expérimental), en

formation du personnel, en mercatique (Marketing)et de publicité mais
aussi achat de brevet, de licence et de logiciel (software). Ce dernier étant de plus en plus inclus dans le FBCF. L’investissement immatériel est devenu un enjeu économique : ces dépenses indispensable pour amélioré la compétitivité se sont fortement développées ces dernières années.

Autres Types d’Investissement (con)
5) L’investissement Financier L’investissement financier qui n’est pas un investissement au sens strict est constitué par les placements financiers d’agents économiques disposant d’une épargne liquide : acquisition de valeur mobilière par exemple. Les investissements financiers sont fonction du niveau des taux d’intérêt pratiqués et des perspectives plus-values boursière. Les fragments financiers peuvent éventuellement financer les

investissements productifs, cependant ces placements peuvent être
aussi le jeu de spéculation boursière notamment souvent plus rémunératrices que les intérêts ou les dividendes. Une partie de l’épargne est alors détournée du circuit productif.

Taux d’Investissement
Au niveau macroéconomique (national) l’effort à l’investissement est mesuré par le taux d’investissement, c’est-à-dire la part du PIB affectée à l’investissement ou le rapport de l’investissement sur la valeur ajoutée brute.

Taux d’Investissement =(FBCF /V.A brute ) x100 = *FBCF /(chiffre d’affaire – consommation intermédiaire)]X 100

Les Déterminants de l’Investissement
La décision d’investissement de l’entreprise est complexe. Elle fait intervenir une multitude de variables dont la nature est différente. Tout d’abord, l’entreprise doit avoir les moyens d’acquérir les biens de production durables qui vont lui permettre d’accroître ou d’améliorer sa capacité productive (capacité d’investir). Les moyens financiers dont elle dispose sont issus de sa capacité d’autofinancement ou d’un financement externe (Bancaire ou par le marché). Enfin, l’entreprise doit également avoir la volonté d’investir. Celle-ci est influencée par de nombreux facteurs sur lesquels insisteront différemment les principaux courants de l’analyse économique (keynésiens, libéraux). En effet, l’analyse keynésienne insistera plus sur le rôle de l’utilisation des capacités de production et le niveau de la demande effective. L’analyse libérale privilégie le rôle du coût relatif des facteurs de production (le taux d'intérêt ou coût d'emprunt contracté pour financer l'acquisition de biens d'investissement) et le niveau des profits attendus (efficacité marginale du capital).

La Demande Effective
Keynes suppose que les chefs d’entreprise décident des quantités à produire en fonction de la demande qu’ils prévoient (et non en fonction de la demande du moment comme pensent les libéraux). • cette demande a deux origines :
– La consommation (essentiellement des ménages) – L’investissement (essentiellement des entreprises et de L'État)

Les Effets de l’Investissement sur la Croissance
1) Les effets sur la demande
L’investissement permet d’accroître la demande, principalement par deux biais: - l’investissement de productivité permet d’accroître la productivité, ce qui est source d’augmentation de la demande, principalement via la hausse des salaires et la baisse des prix; - Le mécanisme du multiplicateur, qui montre qu’ une variation du niveau de l’investissement a un impact plus que proportionnel sur le montant de la demande.

Les Effets de l’Investissement sur la Croissance (con)

2) Les effets sur l’offre

Les Effets de l’Investissement sur la Croissance (con)
L’investissement est source de croissance, mais la croissance génère des revenus qui
seront à leur tout source d’une nouvelle demande adressée aux entreprises, ainsi que de nouveaux profits permettant de financer de nouveaux investissements…  L'investissement est à la fois un facteur déterminant de la croissance économique et un facteur déterminé par la croissance économique. Le concept de multiplicateur d’investissement développée par Keynes met l’accent sur le fait qu’un accroissement initial de l’investissement induit un accroissement plus que proportionnel du revenu national (PIB). Cet effet multiplicateur est fonction de la tendance à consommer. Donc si les ménages ont tendance à épargner, l’effet multiplicateur connaît alors une baisse. Pour favoriser la croissance, il faut donc encourager la consommation et pénaliser l’épargne. L'évolution de l'emploi mise en rapport avec l'évolution de la population active va entrainer une hausse ou une baisse du chômage.

Surinvestissement
Si les agents économiques ont des perspectives trop optimistes, ils

peuvent trop investir, ce qui les conduira à avoir des capacités de
production excédentaires. On dit qu'il y a surinvestissement. À l'échelle d'un pays, un surinvestissement très élevé conduit généralement à une crise économique (ex: crise économique en 1929).