PROPOSITIONS POUR UNE NOUVELLE

POLITIQUE DE L’EAU DE LA CUB
CONTRIBUTION DU
GROUPE DES VERTS
Septembre 2005

Contribution à la renégociation
quinquennale du contrat de l’eau
1- Aspects politiques :
Une rupture dans les principes et le mode
gestion du service public de l’eau
2- Aspects techniques :
Projection de la nouvelle politique de l’eau de
la CUB en objectifs, en moyens et en actions

Pourquoi engager une rupture?
-
Pour répondre au dépassement et à la crise
d’un modèle
1 - Une rupture dans les principes et le mode
gestion du service public de l’eau

¤
Un modèle en crise
pour 2 raisons :
1/ Une augmentation du
prix de l’eau pour les
usagers :
de 1,4 € le m
3
en
moyenne en 1994
à 2,6 € en 2004
0
0,5
1
1,5
2
2,5
3
prix eau
du robinet
(moyenne
: en €/m3)
1994
2004
1 - Une rupture dans les principes et le mode
gestion du service public de l’eau

¤
Un modèle en crise
pour 2 raisons :
2/ Une politique
d’investissements
inadaptée :
un entretien patrimonial
du réseau très insuffisant
0,00%
0,50%
1,00%
1,50%
2,00%
2,50%
Tx de
renouvelle
ment du
patrimoine
non
visible
réalisé
en 2004
objectif
1 - Une rupture dans les principes et le mode
gestion du service public de l’eau

¤
Quels avantages notre
collectivité a-t-elle retirée
d’avoir son eau gérée par
l’un des leaders mondiaux
du secteur?
AUCUN AUCUN
AVANTAGE AVANTAGE
¤
Quel bénéfice, c’est-à-dire
de quelle économie
d’échelle le consommateur
a-t-il pu bénéficier sur sa
facture d’eau?
AUCUN AUCUN
BENEFICE BENEFICE
Un modèle en crise parce qu’il n’est pas tourné vers
l’intérêt général
1 - Une rupture dans les principes et le mode
gestion du service public de l’eau

Comment réaliser cette rupture?
-
En adoptant de nouveaux principes
pour aller vers une politique de l’eau responsable
1 - Une rupture dans les principes et le mode
gestion du service public de l’eau

Partant de ces constats, cela implique pour
la CUB :
1 - Une rupture dans les principes et le mode
gestion du service public de l’eau
D’ADOPTER DE
NOUVEAUX PRINCIPES
DIRECTEURS
Principe de préservation de
la ressource
Principe de cohérence

Vers une politique de l’eau responsable…
Principe de préservation de la ressource :
-
Le SAGE Nappes profondes fixe l’objectif d’économies d’eau
à 15 millions de m
3
par an d’ici 10 ans (soit 10 % de notre
consommation).
-
La CUB a souscrit à ce schéma par sa délibération du 19
décembre 2003.
-
Or, le rapport annuel 2004 de la Lyonnaise des Eaux n’est pas
conforme à ces objectifs de maîtrise de la ressource :
paradoxalement, le délégataire envisage même une hausse de
10 % de sa consommation d’ici 2020 !


Vers une politique de l’eau responsable…
Pour faire appliquer le principe de préservation
de la ressource :
Les objectifs d’économie et de maîtrise des
consommations du SAGE doivent être formellement intégrés et
respectés par le délégataire.
La CUB doit exercer, de par sa taille et ses moyens, son
devoir de solidarité : elle doit assurer son rôle moteur dans
la mise en application du SAGE auprès des autres collectivités
girondines.

Vers une politique de l’eau responsable…
Principe de cohérence :
-
Il s’agit de ne plus commettre les mêmes erreurs que par le
passé...
-
...c’est-à-dire, de ne plus créer des situations incohérentes où
la collectivité favorise les économies (construire l’usine d’eaux
industrielles d’Ambès) tout en ne réduisant pas les gaspillages
lorsque cela est possible (décider l’aménagement des quais et
des voies du tramway avec un gazon très consommateur en
eau potable).

Vers une politique de l’eau responsable…
Pour faire appliquer le principe de cohérence :
L’objectif de la CUB ?
Intégrer impérativement la politique de l’eau et ses grands
principes dans chaque projet d’aménagement (paysagers, voirie,
ZAC...) en faisant notamment le choix de la HQE
L’enjeu pour la CUB?
Affirmer son éco-exemplarité

Notre programme d’actions décliné en :
-
3 finalités structurantes
-
10 propositions d’objectifs, de moyens et
d’actions à mettre en œuvre
2 - Projection de la
nouvelle politique de l’eau de la CUB en
objectifs, en moyens et en actions

3 finalités
¤
Une politique de l’eau
économe
¤
Une politique de l’eau
efficiente
¤
Une politique de l’eau
transparente
2 - Projection de la
nouvelle politique de l’eau de la CUB en
objectifs, en moyens et en actions

1- Une politique de l’eau économe

AXE 1 :
INTEGRER DANS L’AVENANT LES MESURES
PRISES PAR LE SAGE PERMETTANT D’ATTEINDRE
UNE ECONOMIE D’EAU DE 15 Millions de M
3

D’ICI 2010

1- Une politique de l’eau économe
5 ACTIONS FORTES :
O
Élaborer et décliner un programme de maîtrise de la
consommation
O
Mettre en œuvre un plan de communication à destination
de tous les usagers
O
Améliorer le rendement du réseau
O
Instaurer une tarification favorisant la maîtrise des
consommations et la responsabilisation des usagers
O
Dissocier la rémunération du délégataire et le calcul de sa
marge des volumes distribués et vendus

1- Une politique de l’eau économe
C
Objectif : Les volumes d’eau prélevés dans les nappes
profondes ne devront pas dépasser 51 millions de m
3
en 2010
C
Moyens :
> Modifier le contrat : Ajout d’une mention dans l’article 5
« Engagement quantitatifs et qualitatifs sur la durée du
Traité »
> Mettre en place un indicateur de réduction du volume
prélevé par habitant
×
Proposition N°1 : Élaborer et décliner un programme de
maîtrise de la consommation

1- Une politique de l’eau économe
C
Objectif : La Lyonnaise des Eaux devra rapidement proposer à
la CUB un plan de communication pluriannuel sur la thématique
de la maîtrise de la consommation d’eau
C
Moyens :
> Initier une concertation avec les services communautaires et
la Commission Locale de l’Eau nappes profondes, qui vérifiera la
compatibilité avec le plan de communication du SAGE
> Décliner les axes (constitution du prix de l’eau, rapport
qualité/prix de l’eau) selon les cibles et proposer une évaluation
en fonction des objectifs de réduction des consommations
×
Proposition N°2 : Mettre en œuvre un plan de
communication à destination de tous les usagers

1- Une politique de l’eau économe
Mesuré par une batterie d’indicateurs, le rendement du
réseau
permet d’apprécier la qualité du réseau et l’efficacité de la
distribution. Dans le cas du réseau CUB : les indicateurs de
rendement SAGE sont bons (83-84 %)
C
Objectif : Optimiser les indices linéaires de pertes et de
fuites
C
Moyens :
> Intégrer dans le contrat :
-
Un objectif de renouvellement du réseau de 2,5 % par an
-
L’indexation au contrat du programme pluriannuel des
travaux
-
Des niveaux de performances fixés aux indicateurs réseau
du SAGE
×
Proposition N°3 : Améliorer le rendement du réseau

1- Une politique de l’eau économe
C
Objectif : Amorcer une baisse de ce prix, tout en favorisant
les usagers les plus économes
C
Moyens :
> Introduire une gradation de la part variable : normal / élevé
(supplément de 20 % en cas de dépassement des
vol.consom.) / bas (prime si les vol. consom. sont inférieurs à la
moyenne)
> Répercuter ce système de prix progressif sur la rémunération
du délégataire et sur le calcul de sa marge
×
Proposition N°4 : Instaurer une tarification favorisant la
maîtrise des consommations et la responsabilisation des usagers

1- Une politique de l’eau économe
×
Proposition N°5 : Dissocier la rémunération du délégataire et le
calcul de sa marge des volumes prélevés, distribués et vendus
C
Objectif : Inciter le délégataire à participer, autant que les
usagers, à la politique d’économie de la ressource
C
Moyens :
> Ajout d’une clause financière pour maintenir un niveau de
rémunération égal pour le délégataire dans une situation de
baisse des recettes induites par la baisse voulue de la
consommation : la garantie d’un taux de marge identique au
volume prévisionnel contractuel

2- Une politique de l’eau efficiente

AXES 2 :
CONTRACTUALISER LES INSTRUMENTS DE
MESURE DE PERFORMANCE DU SERVICE PUBLIC
DE L’EAU

2- Une politique de l’eau efficiente
3 ACTIONS FORTES :
O
Contractualiser les indicateurs du SAGE
O
Introduire une nouvelle grille d’indicateurs de
performance
O
Fixer contractuellement un objectif de certification
ISO 14 001 d’ici 2008, et de mise en place d’un
Système de Management Environnemental (SME)

2- Une politique de l’eau efficiente
C
Objectif : Redonner un rôle essentiel aux indicateurs du
SAGE, dans la dynamique de réalisation des objectifs
d’économie (mesure M 5-5)
C
Moyens :
> Dans le nouvel avenant : fixer aux indicateurs du SAGE des
objectifs qualitatifs et quantitatifs
> Pour conséquence directe : revoir la coexistence de
l’ensemble des indicateurs (certains indices contractuels
pourraient être amenés à s’effacer au profit des indicateurs
du SAGE)
×
Proposition N°6 : Contractualiser les indicateurs du SAGE

2- Une politique de l’eau efficiente
C
Objectif : Anticiper les nouvelles dispositions qui seront
prises par les pouvoirs publics, en matière d’optimisation
de la qualité et de l’évaluation du service public de l’eau
C
Moyens :
> Lier la performance de la gestion du service au
niveau de rémunération de l’exploitant (mesure
recommandée dans le rapport du député Y.TAVERNIER, 2001)
> Réorganiser la présentation des indicateurs en 3 volets :
Qualité / Pérennité / Gestion économique et financière
(évolution recommandée par le récent travail coordonné IG
Environnement – CG Ponts et Chaussées – CG Génie rural,
eaux et forêts, rapport rendu en avril 2005)
×
Proposition N°7 : Introduire une nouvelle grille d’indicateurs
de performance

2- Une politique de l’eau efficiente
C
Objectif : Inscrire le délégataire dans une démarche
d’amélioration continue de sa performance environnementale,
par la maîtrise des impacts liés à son activité
C
Moyens :
> Dans le nouvel avenant : mentionner 2008 comme date limite
d’obtention de la certification ISO 14 001
> Préciser que cette procédure de certification doit être vue
comme une étape intermédiaire avant la mise en place d’un SME
×
Proposition N°8 : Fixer contractuellement un objectif de
certification ISO 14 001 et de mise en place d’un SME

3- Une politique de l’eau transparente
¤
AXE 3 :
INSTAURER UNE ETHIQUE FONDEE SUR LA
SINCERITE ET LA TRANSPARENCE VIS-A-VIS DE
LA CUB ET DES USAGERS

3- Une politique de l’eau transparente
2 ACTIONS FORTES :
O
Demander réparation par la régularisation d’anomalies
financières
G
Améliorer le mode de consultation des usagers

3- Une politique de l’eau transparente
C
Objectif : Créer les conditions d’un meilleur contrôle
économique et financier de la CUB sur les données et les
modes de calculs du délégataire
C
Moyens :
> Régulariser les anomalies décelées depuis 1991 : écart entre
les taux d’intérêt sur le capital investi ; restitution du fonds de
réserve ; suppression du besoin en fonds de roulement...
> Créer une société dédiée pour obtenir la comptabilité du réseau de
la CUB et pour supprimer les frais de siège et de R&D
> Veiller à l’application du décret N°2005-236 du 14 mars 2005 qui oblige
le délégataire à fournir une comptabilité analytique
> Décider l’affectation des marges de manœuvre de 30 millions d’euros,
en étudiant en particulier la possibilité d’une baisse du prix de l’eau
×
Proposition N°9 : Demander réparation par la
régularisation d’anomalies financières

3- Une politique de l’eau transparente
C
Objectif : Favoriser un regain de démocratie et de
transparence dans les relations entre le délégataire, la
CUB et les usagers
C
Moyens :
> Réviser le fonctionnement de la Commission Consultative des
Usagers du Service Public de l’Eau (rythme plus régulier des
réunions...)
×
Proposition N°10 : Améliorer le mode de consultation des
usagers

SYNTHESE
Notre programme de 10 propositions
O
Élaborer et décliner un programme de maîtrise de la
consommation
O
Mettre en œuvre un plan de communication à destination de
tous les usagers
O
Améliorer le rendement du réseau
O
Instaurer une tarification favorisant la maîtrise des
consommations et la responsabilisation des usagers
O
Dissocier la rémunération du délégataire et le calcul de sa
marge des volumes distribués et vendus

SYNTHESE
Notre programme de 10 propositions
ODemander réparation par la régularisation d’anomalies
Financières
GAméliorer le mode de consultation des usagers
O
Contractualiser les indicateurs du SAGE
O
Introduire une nouvelle grille d’indicateurs de
Performance
O
Fixer contractuellement un objectif de certification
ISO 14 001 d’ici 2008, et de mise en place d’un
Système de Management Environnemental (SME)