You are on page 1of 21

TD –Quels comportements les jeux

économiques révèlent-ils ?
Ce diaporama
reprend les
scénarii élaborés
par Claudia
Senik
de l’Université
Paris-4
Sorbonne
Paris School of
Economics

Introduction
.
Cliquez pour voir la
vidéo sur : La parabole
des Tuileries -
Le Monde
Questions :
1. A priori l’intervention de l’Etat dans la culture est-elle :
 Utile ?
 financièrement rentable ?

2. Quelle est la règle dominante pour la quasi-totalité des produits de
consommation ?
3. Cette règle est-elle valable pour les biens culturels ? Pourquoi ?
4. En quoi cela justifie-t-il une intervention de l’Etat ?
5. En quoi le financement de la culture par l’Etat est-il économiquement rentable ?
I – Le Dilemme du prisonnier
 Vous jouez avec un partenaire anonyme qui joue en même temps que vous et
avec lequel vous ne pouvez pas communiquer. Vous êtes le joueur 1 et la
matrice des gains est représentée ci-dessous.
 Le premier chiffre est votre gain, et le 2è celui de votre partenaire.
 Que choisissez-vous : si vous êtes rationnel et égoiste : A ou B?

•.
I – Le Dilemme du prisonnier
Nombre de réponses % des réponses
Choix A
Choix B
Quel sera alors le gain de chacun des deux joueurs s’ils sont supposés être
rationnels et égoistes ?
B est une stratégie dominante pour le joueur 1 et pour le joueur 2.

Si les joueurs sont rationnels, ils vont donc jouer B et c’est l’équilibre (B,B) qui va se
réaliser,les joueurs gagneront (2,2)


.
La situation obtenue est-elle optimale ?
I – Le Dilemme du prisonnier
L’équilibre obtenu est sous-optimal,
on observe ainsi un dilemme entre
la rationalité individuelle et la
rationalité collective qui devrait
conduire les individus à choisir A et
à gagner (8,8)




I – Le Dilemme du prisonnier
Supposons désormais que vous avez le droit de coopérer , d’échanger.

Comment cela influencera t’il votre décision de joueurs ?
Nombre de réponses % des réponses
Choix A
Choix B
Le choix dominant deviendra donc (A,A), et le gain de chacun des joueurs va
donc augmenter .
Le taux de coopération dépend des paramètres du jeu (structure des gains,
communication entre joueurs) et des caractéristiques des joueurs (âge, sexe,
personnalité, culture).
I – Le Dilemme du prisonnier
Supposons désormais que vous avez déjà renouvelé l’expérience 9 fois
et que le jeu se termine à la dixième partie .

Quel sera alors votre choix ?


Comment peut-on expliquer l’évolution ?
I – Le Dilemme du prisonnier
 Les joueurs coopèrent lors des premiers
épisodes de jeu puis cessent de le faire à
l’approche de la fin du jeu. Car ils sentent de
plus en plus le danger de ne pas être le
premier à « trahir ».
 C’est ce que l’on appelle « effet de fin de
jeu »
 Mais la trahison de dernière période n’est
pas systématique
II - Jeu du bien public (public
good game)
 Ce jeu est une généralisation du
dilemme du prisonnier
 En effet on a le même conflit entre
intérêt individuel et intérêt collectif
 mais dans un cadre plus général,
puisque désormais le jeu compte plus
de 2 joueurs

Jeu du bien public
(public good game)
Principes du jeu : les joueurs ( plus de 2 ) reçoivent chacun 10 jetons
qu’ils peuvent décider de conserver ou de placer en partie dans une
cagnotte commune.
 Chaque jeton gardé rapport 2 € à son propriétaire.
 Chaque jeton placé dans la cagnotte rapporte 1 € à chacun
des n joueurs.

 Le gain de chaque joueur est donc de (2€
*
nombre de jetons
conservés) + (1€
*
nombre total de jetons placés par tous les
joueurs).
 Par exemple, si vous conservez 5 jetons et que les 3 autres
participants placent 12 jetons en tout dans la cagnotte, votre gain
est de 10 + 17 = 27€
II -Jeu du bien public
(public good game)
Quelle va être la stratégie mise en œuvre par 4 joueurs supposés égoistes
et rationnels ?
Nbre de jetons posés Nbre de jetons gardés
Joueur 1
Joueur 2
Joueur 3
Joueur 4
Quel est le gain Obtenu au final ?
II - Jeu du bien public
(public good game)
 Prédiction si tous les individus sont égoïstes et rationnels:
personne ne met rien dans la cagnotte, de peur que les autres ne
mettent rien. Donc chacun gagne seulement 20 €.
 Pourtant, avec n=4 joueurs par exemple, si tout le monde met tous
ses jetons dans la cagnotte, il y aura 40 jetons dans la cagnotte,
soit 40€ pour chacun > 20 €.
 L’ équilibre coopératif est donc supérieur à l’équilibre non-
coopératif.

 Mais si j’anticipe que tous les autres vont mettre tous leurs jetons
dans la cagnotte, j’ai intérêt à garder tous mes jetons et mon gain
sera de 50 €.
Expliquez le raisonnement des joueurs et le résultat
obtenu
II - Jeu du bien public
(public good game)
 La prédiction théorique est que chaque joueur va se comporter en passager
clandestin, en conservant tous ses jetons et en espérant que les autres vont
mettre leurs jetons dans la cagnotte.
 Les expériences montrent que les joueurs contribuent en moyenne entre 40%
et 60% de leur dotation initiale lors du premier tour de jeu.
 Très peu de joueurs ne mettent aucun jeton dans la cagnotte.
 Lorsque le jeu est répété, le niveau de contribution moyen démarre autour de
50% de la dotation initiale puis décroît jusqu’à des niveaux parfois très faibles
lors du dernier tour.
 Analyse des données individuelles: 3 grands types de comportement:
 1. Les contributeurs inconditionnels qui contribuent toujours intégralement
quel que soit le comportement des autres dans les périodes précédentes.
 2. Les passagers clandestins inconditionnels qui contribuent toujours 0.
 3. Les contributeurs conditionnels: le type le plus fréquent, qui ajustent
leur contribution au niveau moyen observé dans la période précédente.
II - Jeu du bien public
(public good game)
 Comment rendre compatible l’intérêt individuel et collectif?


 Fehr et Gachter (2000) introduisent la possibilité pour chaque joueur
de « punir » les autres membres du groupe moyennant un coût privé:
 Les contributions individuelles sont rendues publiques à la fin de
chaque période
 À ce moment, chaque joueur peut acheter des droits de punition
qui lui permettent d’infliger une perte à chacun des membres du
groupe qu’il souhaite punir: une punition coûte un jeton et permet
de punir le passager clandestin en lui retirant 2 jetons
II - Jeu du bien public
(public good game)
Nbre de jetons posés Nbre de jetons gardés
Joueur 1
Joueur 2
Joueur 3
Joueur 4
Joueur 5
Jouons donc en retenant l’hypothèse que le passager clandestin peut être puni
par ses partenaires au tour suivant , comment jouez vous ?
Quel est alors le gain final ?
II - Jeu du bien public
(public good game
 Le jeu est répété avec des groupes différents à chaque période
(pour éliminer tout comportement stratégique dans la décision de
punition).

 La théorie prédit un équilibre où aucun joueur ne paie pour punir
les autres.

 Mais Fehr et Gachter observent que les niveaux de contribution
sont plus élevés lorsque l’on introduit la possibilité d’une punition.

 Les rares individus qui se comportent en passager clandestin
sont effectivement punis par les autres.
Que constate t-on ?
III - Le jeu de la ressource commune
(symétrique du jeu du bien public)
Le principe du jeu est :
 5 joueurs participent au jeu . Ils ne peuvent
communiquer.
 Il y a 40 jetons dans un pot commun. Chacun des
joueurs peut retirer entre 0 et 8 jetons du pot commun.
 Le gain de chaque joueur est égal à (2€
*
nombre de
jetons retirés) + (1€
*
nombre total de jetons restés dans
le pot=
 Exemple: vous retirez 5 jetons et vos 3 partenaires font
de même: votre gain est de 2
*
5 + 1
*
15= 25 €
III - Le jeu de la ressource commune
(symétrique du jeu du bien public)
Combien de jetons retirez-vous du pot si vous êtes
égoistes et rationnels?



Combien allez vous gagner ?
III - Le jeu de la ressource commune
(symétrique du jeu du bien public)
 En théorie: l’unique équilibre(dit de Nash) sera : chaque joueur
retire 8 jetons et il ne reste plus rien dans le pot.
 Chacun gagne donc 16 €.


Expliquez pourquoi ?
Le jeu est-il optimal ?
 Problème de passager clandestin. Equilibre sous-optimal (< situation
où personne ne retire aucun jeton où chacun gagne 40€).
 Ce jeu fait référence à la tendance des individus à surexploiter à des
fins personnelles les ressources communes: Cf « tragédie des
communs » (Hardin, 1968)c’est-à-dire les resources naturelles
épuisables, réserves de poissons, etc.
 Dans les expériences: les sujets coopèrent: ils retirent généralement
50% des jetons du pot commun.
Conclusion
 Perception potentiellement différente des 2 jeux:
 bien public: placer des jetons dans le pot
commun=externalité positive
 Ressource publique: retirer des
jetons=externalité négative
 On observe un niveau de coopération plus
important dans le jeu du bien public que dans le
jeu de la ressource publique

Conclusion
 Les sujets sont enclins à coopérer dans une
certaine mesure, contrairement aux prédictions
de la théorie des comportements stratégiques
non coopératifs.
 Altruisme, motivation sociale?
 Ou intérêt bien compris + confiance
 Dans les deux cas, cela reste un
comportement rationnel