• LA CRISE ECONOMIQUE

:
• A. DEFINITION;
• B. LES CAUSES DE LA CRISE
ECONOMIQUE;
• C. EFFEST ET DEVELLOPPEMENT ;
• D. LES CONSEQUENCES.
Crise économique
A. DEFINITION:


• La crise économique mondiale est un
phénomène temporel auquel nous ne pouvons
rarement échapper. Depuis une décennie, noud
avons vécues prés d’une dizaine de récession
économique lesquelles ont eu d’importantes
répercussions au niveau mondiale.
• Une crise économique est une dégradation
brutale de la situation économique et des
perspectives économiques. Son étendue
sectorielle, temporelle et géographique peut
aller d'un seul secteur d'une seule région pour
une brève période à l'ensemble de l'économie
mondiale pendant plusieurs années ; on parlera
alors de ralentissement économique ou, plus
grave, de récession économique.
B. LES CAUSES DE LA CRISE
ECONOMIQUES:


• La théorie des cycles économiques considère
que les crises économiques sont des
évènements récurrents de l'histoire
économique. Ce point de vue n'est pas
consensuel.
• Les causes possibles pour une cause
économique ne font pas non plus consensus. On
cite notamment :
• une politique monétaire erronée (taux
directeurs devenus trop faibles qui ont provoqué
une bulle économique de surinvestissement ou
de malinvestissement, ou alors des taux trop
élevés étranglant le crédit)
• des erreurs de politique économique, sachant
que toute politique ou son contraire pourra être
accusée : politique protectionniste ou, au
contraire, ouverture jugée brutale des
frontières ; déficit public excessif ou, au
contraire, rigueur budgétaire à contre-temps ;
• une surproduction d'une ressource localement
importante, réduisant son prix à rien et ruinant
les producteurs, et, par contrecoup, leurs
fournisseurs
• une confiance trop grande dans le caractère
auto-régulateur du marché ou, au contraire, une
régulation trop administrative

C. Effets et développements:

• La notion de crise économique revêt
des caractéristiques multiformes.
• Elle peut concerner un ou plusieurs
secteurs de l’économie ou, par
extension, son intégralité qu’elle
peut gagner par « effet de
contagion ».
D.LES CONSEQUENCES DE LA
CRISE:

• La crise économique de 2008-2009 touche
l'économie mondiale depuis 2008 date où la
plupart des pays industrialisés sont entrés en
récession suite à une crise financière qui a son
origine dans des prêts imprudents à l'habitat aux
États-Unis . La crise des subprimes en 2007 a
provoqué des pertes importantes qui ont conduit
à de très fortes tensions sur le marché
interbancaire. La situation financière déjà
délicate a été rendue encore plus périlleuse pour
une forte augmentation des prix du pétrole et
des produits agricoles.
• La montée exorbitante des prix des actifs et celle
associée de la demande sont considérées comme une
conséquence d'une période de crédit facile, de
régulations et de supervisions inadéquates ou
d'inégalités croissantes . Avec la baisse des actions et
des prix des maisons, de très grandes banques aussi
bien aux États-Unis qu'en Europe ont dû faire face à
des grosses pertes. Devant les menaces de faillite et
de crise bancaire systémique, les États leur ont
accordé des aides massives. Malgré tout,il en a résulté
une récession mondiale qui a conduit à un
ralentissement du commerce international, à une
hausse du chômage et à une baisse des prix des
produits de base. Les États-Unis sont entrés en
récession dès décembre 2007, plusieurs pays
européens suivent au cours de l'année 2008 ainsi que
la zone euro dans son ensemble (la France n'entre
comptablement en récession qu'en 2009). Cette crise
est considérée parfois comme la pire depuis la grande
dépression.

• Le boom des matières premières:
• Les prix des matières premières ont connu un boum à partir de
2000 après une période de prix bas sur la période 1980-2000. En
2008, les prix de nombreuses matières premières, notamment le
pétrole et les produits agricoles montèrent si haut qu'ils firent
resurgir le spectre de la . Ces hausses s'expliquent notamment par
la spéculation. Le marché financier étant orienté à la baisse, des
spéculateurs se sont réfugiés dans le commerce des matières
premières, notamment le pétrole et les produits agricoles,
amplifiant artificiellement la hausse des cours.
• Le 2 janvier 2008, le prix du baril de pétrole dépassa 100 dollars.
Ces prix élevés causèrent une très forte baisse de la demande
aggravée encore par la crise financière de 2008 qui a conduit à
une forte baisse des prix : le baril de pétrole coûtait moins de 35
dollars fin 2008. Les problèmes pétroliers et ceux liés à la hausse
des produits agricoles furent l'objet de discussions au 34e sommet
du G8 en juillet 2008.
• En 2009, seuls les produits agricoles devraient
échapper à la récession. Selon la FAO, 973
millions de personnes souffriraient de sous-
nutrition en janvier 2009 et le nombre de
personnes mal nourries aurait augmenté de 40
millions en 2008. Sur le pétrole, les experts sont
partagés. Pour l'Agence internationale de
l'énergie (AIE) la production d'hydrocarbures
devrait croître jusqu'en 2030.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful