You are on page 1of 10

La sculpture, art « noble » du Moyen Age.

Benedetto Antelami La Deposition de Croix, detail,


haut-relief, transept de la Cathédrale de Parme, 1178.

Adam, détail, Notre-Dame, Paris, revers bras sud du


transept, Musée des Thermes de Cluny , vers 1260.
Introduction
• Le Moyen Age occidental est une civilisation de l’image.
• Parler d’image de culte plutôt que d’oeuvre d’art (Hans Belting).
• L’image du sacré (y compris de Dieu) est légitime dans le
christianisme car…

…L’homme fut créé " à l’image et à la ressemblance de Dieu "


« ad imaginem et similitudinem dei » (Genèse)

Genèse
Homme Dieu
Imago
Imago signifiant aussi vision, rêve,
« image » du langage : métaphore…

Christ
Dieu sépare la Terre du ciel, voussure de Image = reflet du sacré -> rendre visible l’invisible
l'archivolte du portail central, XIIIe siècle Cf. Panofsky Idea,Hans Belting, Image et culte,
Cathédrale de Strasbourg Jacques Le Goff Un Moyen Age en images.
L’image médiévale n’est pas « réaliste », elle répond à des
codes symboliques, son usage n’a rien avoir avec « l’art ».
• Il s’agit de présenter l’absent ou l’invisible plutôt que de le représenter.
• L’image se rapporte souvent à un texte mais elle
suit ses propres codes. Par exemple la relation entre
figures et espace ci-contre.

• La fonction des images n’était pas celle d'aujourd'hui. (cf. Grégoire


le Grand sur les « illetrés »
- « les images sont la lecture de ceux qui ne savent pas leurs
lettres » la « Bible des illettrés » Emile Mâle.
- « elles attisent la componction des pécheurs ( = douleur,
tristesse d’avoir offensé Dieu)
- elles rappellent « l’histoire sainte », sorte d’intermédiaire entre
Dieu et les hommes.

Lorenzo Maïtani, Damnés, pilier du Jugement dernier,


1310-1330,Cathédrale d’Orvieto,

Christ du Jugement dernier, détail du tympan


reconstitution par Viollet-le-Duc XIXe, Vézelay, La Madeleine
1. Le retour de la sculpture monumentale
dans l’art « proto-roman de l’Empire
d’Occident.
La sculpture est un art coûteux qui « renaît » à partir du Xe siècle mais d’abord à
l’intérieur des églises, des monastères, des palais loin des regards du vulgaire.

Antependium d’autel.
(Fulda ou Bamberg?), début du
XIe siècle.
Or sur bois de chêne, pierres
précieuses, perles, verroteries
H. 120 cm; L. 177cm ép. 13cm
Trésor de la cathédrale de
Bâle. Musée de Cluny.

Il s’agit d’offrandes à Dieu à


qui on réserve les matériaux
les plus précieux.

Saint Benoît, le " père des


Voir diaporama du
moines d'Occident ". commentaire

L'empereur germanique Henri II (règne 1014-1024) et l'impératrice


Cunégonde, donateurs de l'antependium agenouillés devant le Christ.
archanges Raphaël, Gabriel, Michel.
Les religieux ont longtemps conservé la maîtrise de la sculpture (commandes de monastères)
mais les grand seigneurs et les souverains faisaient des offrandes de grande valeur. La
sculpture de façade est très rare jusqu’au XIe siècle.
Les portes en bronze avaient
été faites à l’origine pour l'église
abbatiale (bénédictine) Saint-
Michel sur ordre de l’évêque.
Style ottonien.

Technique : « métal repoussé »

Qu’est-ce qui a pu servir de modèle


pour ces bas-reliefs ?

Annonciation ,Hildesheim portail de la cathédrale Sainte-Marie d'Hildesheim, début XIe siècle, bronze
(alliage de cuivre, étain, zinc)
• L’Eglise avait d’abord rompu avec l’anthropomorphisme païen. L’art des tribus barbares était celui
d’armuriers, de joailliers, de graveurs d’amulettes.
La sculpture se cantonne donc pendant longtemps loin des regards du vulgaire :
sanctuaires, orfèvrerie, ivoires, trésors…
Une iconographie typologique (Ancien - Nouveau Testament)

• Ventail gauche : Ancien


Testament (Chute, Caïn et
Abel…)
• Ventail droit : Rédemption
(Nouveau Testament :
Nativité, Christ chez Ponce
Pilate, Crucifixion,
Résurrection
Détail

Présentation au temple : Marie, Siméon, l’Enfant Jésus. Siméon, un sage, prend l’Enfant et dit « Maintenant Maître c’est
en paix que tu renvoies ton serviteur car mes yeux ont vu ton salut (…) lumière pour la révélation aux païens » (…) Un
glaive lui transpercera le cœur.. (Evangile de Luc)

Technique du métal repoussé.


Comme pour la peinture carolingienne, l’Antiquité fournit les
modèles qu’on adapte à l’iconographie et au dogme chrétiens.

• En Europe du Nord, les empereurs impulsent


le retour aux modèles de l’Antiquité et des
premières basiliques chrétiennes.

• La colonne d’Hildesheim ( (vers 1020) est


un des monuments majeurs de l’art occidental.
H: 3,79 m, D : 0,58 m.

- Inspiration

- Interprétation
Un bel exemple de syncrétisme artistique

Le Christ et la samaritaine (Evangile de Jean, 4).

• Colonne de Marc Aurèle à gauche (174-192) ap. JC),


Colonne Trajane (113 ap.JC) en bas
• Ci-dessus, Colonne d'Hildesheim (vers 1020), bronze,
détail. Cathédrale d’Hildesheim