You are on page 1of 30

PROJET INTEGRE DE PRODUCTION

AGRICOLE ET DE VALORISATION AGRO-
INDUSTRIELLE DU POURGHERE EN
BIODIESEL
DANS LA REGION DE TAMBACOUNDA EN
ZONE DE PRODUCTION BANANIERE
YELLITARE – BIO SENEGAL
PROMOTEURS
Mr Serigne AMAR : NORTECH INTERNATIONAL Agro – industrie
Mr Mamadou Sall : GIE YELLITARE NDAMA Producteur de Banane
PARTENAIRE : COPROBAT ( Coopérative des producteurs de Bananes de Tambacounda )

Présenté par Serigne AMAR au ‘’THE FIRST SEMINAIRE HIGHT LEVEL
BIOFUEL IN AFRICA 30 JULY – 1 August 2007 ADDIS ABABA’’
sommaire
 I RESUME DU PROJET
 II LE PROJET
 III PRODUCTION
 IV RESULTATS ATTENDUS
 V PLAN PROGRAMME 2007/2008
 VI TRANSFORMATION DE VALORISATIO
 VII COUT PROJET
 VIII CONCLUSION



I - RESUME DU PROJET
 ZONE CIBLE : Région de Tambacounda (SUD-EST)

 ACTEURS PRODUCTEURS : Producteurs de Bananes : 1586 ha exploité sur
plus de 300 Km de rivage du Fleuve Gambie sans compter le Parc National du
Niokolo koba ( 915 000 HA )

 CULTURES ASSOCIEES : très peu : arachide , mil mais ; les producteurs de
bananes s’activent essentiellement sur cette plante malgré l’énorme
disponibilité en terre sous exploité .

 PROJET JATROPHA : 10 000 HA de plantation dans la zone dont
- 5000 ha exploitation propre des promoteurs
- 4000 ha exploitation partenaires COPROBAT
- 1000 ha reforestation avec partenaires du
Service de Eaux et forets

 VALORISATION: -Production d’huile : réchauds – moteurs pression
basse pour moulins , et générateurs électriques
- Transestérification
- Transformation des résidus : fertilisants et
pellettes
LE PROJET EN IMAGES
La réalisation du projet Jatropha n’empêche pas les producteurs de
continuer à planter des bananiers comme on le voit ci-dessous .Les
bananiers en bordure du fleuve et il reste un fort potentiel en terres
MOTIVATION : VOLONTE POLITIQUE

 Enjeux importants: défis environnementaux (réchauffement climatique,
protection de l’environnement) et le respect des conventions internationales
(Protocole de Kyoto sur les émissions de gaz à effet de serre, ratifié par le
Sénégal)

 Ce contexte général a poussé le Président Abdoulaye Wade à convoquer une
conférence internationale des PNPP en vue de définir une stratégie commune
face à la flambée des prix du pétrole et de ses conséquences négatives sur
leurs économies.

 Novembre 2006 : Création du Ministère en charge des Biocarburants

 Accent mis sur le culture de Jatropha , ainsi que d’autres plantes telles que le
Ricin ,palmier à Huile ( pour les Diester ) et la Canne à sucre ( pour
l’éthanol )

 Juillet 2007 : En conseil des Ministres le Président Wade précise: ’’ Les terres
ne seront pas à vendre , pour surtout ne pas transformer les agriculteurs en
simples ouvriers agricoles )









D’ou la politique Actuelle du
gouvernement qui tend à
 Informer et Préparer le monde paysans des
enjeux que constituent les biocarburants
 Importance de préserver et développer les
cultures traditionnelles
 Partant cette année, des objectifs de relance
sont assignés pour accroître certaines cultures
qui paraissaient devoir disparaître : Exemple de
l’ Arachide
A PARTIR DE CETTE VOLONTE
POLITIQUE PLUSIEURS
PROMOTEURS SE SONT
INTERESSES AU DEVELPPEMENT
DES BIOCARBURANTS DONT
VOTRE INTERLOCUTEUR QUI A
DECIDE DE SE LANCER DANS LA
PRODUCTION ET LA
TRANSFORMATION INDUSTRIELLE

II LE PROJET

 Il s’agit dans sa finalité de la culture de 10 000
ha de Jatropha par les 21 GIE encadrés par la
société YELLITARE BIO SENEGAL et le leader de
ces GIE est YELLITARE NDAMA qui exploite 50
% des terres .
 En même temps que la production YELLITARE
BIO s’occupe de la transformation des graines
en Huile, et en Biodiesel, ainsi qu’à d’autres
produits dérivés tels que le glycérol, les
fertilisants et même pour les pellettes de
chauffages destinés à l’exportation en Europe

LE PROJET INTRO : QUELQUES DONNEES TECHNIQUES
 LE BIODIESEL :
- Substitut ,complément ou additif du diesel fossile à
partir des huiles produites par les plantes
- Carburant alternatif qui ne nécessite des modifications
majeures des moteurs .
- Un produit biodégradable qui contribue à la réduction
du dioxyde de carbone ou du Sulfure dans l’atmosphère
- Produit qui peut aider à la lutte contre la dépendance
énergétique
subventions pétrolières du Sénégal 46 millions
de US Dollars en 2002 et plus de 234
millions en 2006

Le projet Intro
 Le Jatropha
- Plante très anciennement connue qui avait
plusieurs utilités dont par exemple qu’il servait
d’enclos, mais aussi permettait déjà la production de
savon, et aussi avait des vertus médicinales
- Plante qui peut pousser presque dans tous les
climats tropicaux , dans les sols arides ou à fort taux
de salinité. Cependant pour une bonne germination il
faut une climat sec et humide.
- Plante qui pousse en parfaite harmonie avec
beaucoup d’autres cultures qui ( vivrières,maraîchères
etc..) qui pourraient voir leur rendement accroître,
grâce à la lutte apportée contre la corrosion
- Durée de vie importante du jatropha (+ de 30 ans
) et l’arbuste peut atteindre 5 m de hauteur
- Rendements importants jusqu’à 10 Tonnes à
l’hectare
- Les fruits ne se mangent pas








DONNEES SUR LA TRANSFORMATION DU JATROPHA



Surface de culture 1250 ha
Production en graine 6350 tonnes
Production en Huile
Pure
1880 tonnes
Quantité de Résidus 3000 tonnes
Quantité de Glycérol 630 tonnes
Données sur les Rendements
Année après plantation Kg/ ha
sans irrigation
supplémentaire
Kg/ ha
Avec irrigation
supplémentaire
1 ERE ANNEE
2EME ANNEE
3EME ANNEE
4EME ANNEE
5EME ANNEE
6EME ANNEE ET +
-
250
1000
2000
3000
4000
250
1000
2500
5000
8000
12000
II - PRODUCTION
 Intervenants : 21 GIE
membres de la
CORPROBAT :
(Coopérative des Producteurs de
Bananes de Tambacounda)






1 Adiaf 1
2 Adiaf 2
3 Adiaf
Alhamdou
4 Kawral
5 GIE Coulibaly
6 Sankagne 1
7 Sankagne 2
8 Roggayadia
9 Senecounda
10Khadoul
Rassol
11 Tilo Tilo

12 Taku Liggey
13 Koar 1
14 Koar 2
15 Koar 3
16Adien
Diamoye
17 Nguène 1
18 Nguène 2
19 Nguène 3
20 Yellitare
21 Gallilé




Localisation :
Le long du fleuve Gambie allant de Gouloumbou à Kédougou
sur 300 km sans compter le passage dans le Parc National
du Niokolokoba ( 900 000 ha )

 Dialakotto – 70 km de Tambacounda 2000 ha

 Salematta - 300 km de Tambacounda 2000 ha

 Makka Kouli Bantan 80km de Tambacounda 3000 ha

 Kottiari (frontière malienne) 80 km de Tamba 3000 ha

Total 10 000 ha

REGION DE TAMBACOUNDA
III RESULTATS ATTENDUS
PRODUCTION
 10 000 ha de
 30 000 tonnes minimum / an en moyenne de graines
 9 000 tonnes de biodiesel
 1 500 tonnes de glycérol
 Autres disponibilités
- Importante quantité d’électricité produite par la
biomasse
- Possibilité de réaliser des pellettes pour le chauffage
(exportation)
- Fertilisants
etc..

EMPLOIS
Direct : 3000 dont une frange importante féminine
Indirecte : plusieurs effets induits





IV PLAN PROGRAMME 2007 / 2008

1- Février 2007
Création de la société YELITARE BIO
. Associés Promoteurs
. Associés 21 GIE partenaires
. Partenaire technique : Recherché
. Partenaire Financier

2- Avril 2007 : pépinière pour 60 ha

3 - Juillet 2007 : Phase pilote de 100 ha de repiquage de 60
ha de plantes pépinières , 30 ha en bouture , 10 semis
direct
4 – Août – Novembre 2007
. Suivi évolution des cultures avec mise en place intrants
. Finalisation première monture du Business plan
. Présentation du Projet : État , Bailleurs , consultant





PLAN PROGRAMME (SUITE)
. Demande d’accompagnement technique de la phase du développement
des cultures :
- Gouvernement du Sénégal : semence, Intrants, encadrement ,
Recherche
- Autres institutions régionales : accompagnement FAGACE / AAPB
( Recommandation de l’ Atelier de Dakar 20 -22 NOV 2006 )

. Suivi et Entretien plantation; Préparation campagne Hivernale 2008 :
commande graine
. Formation des agriculteurs partenaires Mutualiste
5 - Décembre – juillet 2007
. Ouverture et Augmentation de capital YELLITARE BIO avec choix
définitif des partenaires associés privés – publics etc.
.Préparation des sols , pépinières , intrants
. Finalisation Plan Usine de Transformation et choix technique définitif
. Emblavement de 5000 ha

Plantations
 Pépinières
V TRANSFORMATION VALORISATION
1 – Presses à Huile

. Petites Unités de Presses implantées dans les quatre zones
de production d’une capacité chacune de 200 l / jour

. Installation d’un unité pilote à Tambacounda et le reste au
fur et à mesure des besoins

. Caractéristique de la Presse :La Presse choisie est celle qui
transforme en même temps les résidus en pellettes
destinées à remplacer le charbon de bois ou même à
l’exploration pour les chauffages

. Machine déjà identifiés pour d’autres application et des
Test se font en ce moment en Pologne sur le Jatropha




TRANSFORMATION ET VALORISATION ( suite )
2 Réchaud pour cuisson
 Le Réchaud à l’huile :Ce modèle a été réalisé depuis une
dizaine d’années grâce à l’appui et l’encadrement du
PROGEDE par un artisan sénégalais Mr Cheikh Gueye.
Cependant il y a eu beaucoup de problèmes d’application
avec l huile du fait de la viscosité
 Nous travaillons avec lui pour le parfaire et surtout d’être les
premiers en application industrielle avec des brûleurs
adaptés et un bon système de pression d’ air
 Une fois réalisé ce sera une importante révolution contre le
pénurie de gaz butane et également le lourd déficit qu’il
constitue pour le gouvernement sénégalais qui subventionne
fortement ce produit
TRANSFORMATION ET VALORISATION ( suite )
LE RECHAUD FAMILIAL
VALORISATION ET TARNSFORMATION ( Suite)
3 – Unité de Production de Biodiesel

Dans la même lancée que les Presses à Huile nous avons
prévus dans le projet de

- Mettre une première unité pilote de Trans-estérification
des Huiles en Biodiesel à Tambacounda de 200L /heure
- Cette unité est conçue pour être agrandi au fur et à
mesure des besoins , mais aussi adaptable face à
l’évolution grandiose de la Technologie
- L’unité pilote sera une mini usine de production de
Biodiesel avec une capacité de 100 à 200 litres par heure
- Nous avons déjà des offres venant notamment du Brésil
avec TECBIO

VI COUT ESTIMATIF DU PROJET sur 3 ANS

1- Production
- Défrichage et Préparation de sol (besoins importants y compris
matériels Agricole) : 380 000 Euros

- Semences et Pépinières 315 000

- Coûts de production 1 140 000

- Divers coûts d’entretien 280 000
_______________
Total 1 735 000 Euros


COUT ESTIMATIF SUR 3 ANS
2 – Transformation

- Presses à Huiles : 4 unités x 60 000 240 000 Euros

- Mini - Usine de Production de Biodiesel
Il s’agit de unités complètes de production
de biodiesel avec tous les dérivés notamment
le glycérine purifiée
EQUIEPEMENTS et constructions 900 000 Euros
- Réchauds
Il s’agit d’une petite fabrique de construction
Métallique 100 000

Total Transformation 1 240 000 Euros



TOTAL COUT INVESSEMENT TRIENAL

 PRODUCTION 1 735 000 Euros
 TRANSFORMATION 1 240 000

TOTAL 2 975 000 Euros
VII FINANCEMENTS ATTENDUS
 Associés Promoteurs et Producteurs Partenaires
 État du Sénégal : Subvention Semence Intrants ,
exonération taxes sur machines et autres impôts , et
éventuellement prise de participation au capital
 Partenaire Technique : Nous choisirons un partenaire
technique associés pour les machines.
 Partenaires Financiers
Plusieurs Banques et Organismes Financiers sont visés
Notamment la FAGACE pour les études , la Banque BIDC
de la CDEAO qui a encouragé la mise en place d’un
FOND AFRICAIN POUR LES BIOENERGIES
 Ouverture du Capital au Privé International

VIII CONCLUSIONS
 Cette Présentation est un ébauche d’un projet que nous avons
élaboré de nous même et tel que nous l’avons senti mais qui devra
être parfait par un consultant déjà ciblé.
 La rentabilité (nous n’avons pas montré la courbe est certaine dès la
fin des investissements à partir de la quatrième année
 Nous avons déjà démarré le projet avec les 100 hectares pour
monter notre motivation et celles des paysans de toutes une zone
déjà informé et en formation
 Nous avons visité plusieurs expériences dans le monde
MAIS
 Ce projet ne pourra se faire sans l’implication directe des pouvoirs
publics , des Organismes Africains sous régionaux et régionaux
CAR
 Sans cadre réglementaire on ne peut parler de commercialiser le
Biocarburants,
 Sans appui technique , sur la Recherche et le Financement,
RIEN NE POURRA SE FAIRE




CONCLUSIONS ( suite )
C’est Pourquoi le Secteur Privé Africain dont nous nous
réclamons au sein de l’ A.A.P.B attend beaucoup d’appuis
venant de l’ UA , ONUDI , du Gouvernement du BRESIL etc.

NOUS ESPERONS QUE CE PROJET A
RETENU VOTRE ATTENTION ET NOUS
TENONS A VOTRE DISPOSITION
MERCI
THANK YOU
serigneamar@yahoo.fr