Cours de première année résidanat

2012/2013

Service de Toxicologie

Réalisé par : Yamoun Assia

Plan du cours
R

I/Introduction

E
C

II/Définitions

E
P
T

III/Classification des récepteurs

E
U

IV/Cycle des récepteurs

R
S

V/Conclusion

I/Introduction
Les substances biologiquement actives agissent :
*à dose très faible

*d’une manière très sélective

Existence de «Sites» d’actions privilégiés
Notion de «Récepteur»

C.Bernard: le curare agit spécifiquement
sur la plaque motrice
Paul Erhlich (1854-1915) démontrèrent
l’exactitude de cette idée intuitive

«les substances n’agissent que fixées »

II/Définitions

Macromolécule de nature polypeptidique
Interaction spécifique avec un ligand

Conversion en un effet
Modification du fonctionnement
cellulaire
Structures+Transduction du signal≠

C’est quoi un récepteur ?

II/Définitions

Du latin ligandum « qui doit se
lier ».c’est toutes substances
capables de se lier à une cible
moléculaire (récepteur) sans
préjuger les conséquences de
cette liaison (agonisme ou
antagonisme)

C’est quoi un ligand ?

II/Définitions

Segment du récepteur ou se
fixe le ligand

Ensemble des réactions qui se déroulent
entre l'activation d’un R et l'effet
cytoplasmique /nucléaire

C’est quoi un site de liaison ?
Transduction du signal (Couplage)

II/Définitions

Liaison covalente

*Entre 2 atomes/ chacun d'eux fournit
un électron
*Liaison solide +n'est pas, ou
seulement difficilement, réversible

Types de liaison ligand-R

II/Définitions
Liaison non covalente

Interactions électrostatiques
Interaction

ionique

Interaction ion- Interaction dipôle
- dipôle
dipôle

Types de liaison ligand-R

II/Définitions
Liaison non covalente

Interactions de van der Waals
*Entre 2 groupements apolaires

*Des altérations spontanées /
transitoires de la répartition
électronique d'une molécule
*Dipôles transitoires de faible
amplitude
*Liaison électrostatique de faible force

Types de liaison ligand-R

Canaux ioniques



Pr-membranaire
Permet le passage à grande vitesse d'un ou
plusieurs ions
≠Types de canaux ioniques
Sélectivement perméables
Les canaux sont des facilitateurs de diffusion
≠ Potentiel électrochimique de l'ion considéré
Un canal ne peut pas transporter un ion contre
gradient ≠Pompe ionique

Types de canaux ioniques

Voltage-dépendants

Leur ouverture
dépend de la
modification de
la polarité
membranaire

Chimio-dépendants

Classe des R
ionotropes qui
s'ouvrent en
présence
d'un ligand

III/Classification des récepteurs

Les récepteurs
membranaires

les Rcanaux

(Type I)

Les récepteurs
intracellulaires(IV)

Les R couplés à la
protéine G(Type II)

Les R enzymes
(Type III)

1*Les récepteurs canaux (Type I)






Rec ionotropes
Localisation: face externe de la mb cellulaire
Couplage: direct à un canal ionique
Permet le passage des ions
R neurotransmetteurs rapides
Caractéristique générale: réponse instantanée
+ courte durée
Les récepteurs nicotiniques de ACH( cationiques)
Les récepteur A du GABA (anioniques)

A*Les récepteurs nicotiniques de ACH

Localisés au niveau du SNC/ synapse
ganglionnaire / plaque motrice

5 sous-unités protéiques
4 domaines transmembranaires/U

Récepteurs ganglionnaires nicotiniques:
sous-unités α et β (α 2β3)

A*Les récepteurs nicotiniques de ACH
Fonctionnement
physiologique

Fixation simultanée de 2 ACh sur les 2 S/U α
Ouverture d'un canal ionique/entrée de Na+
Sortie de K+
Dépolarisation membranaire //PA
Propagation de PA nerf /nerf ///nerf / organe
effecteur

A*Les récepteurs nicotiniques de ACH

Myorelaxants bloquent ces récepteurs
Ex: D-tubocuranine

La nicotine imite l’action de l’ACH en se
fixant sur Rec nicotinique

A*Les récepteurs nicotiniques de ACH
Nicotine

Conditions physiologiques : après ouverture du canal Na+ / liaison
ACH *etat désensibilisé (réfractaire) avant de revenir au stade de repos

A*Les récepteurs nicotiniques de ACH

Nicotine
Conditions tabagiques : la nicotine remplace l’Ach et le récepteur
reste réfractaire une plus longue période

A*Les récepteurs nicotiniques de ACH
La varénicline CHAMPIX®

Dépendance à la nicotine
Affinité +Sélectivité ++
Rec nicotiniques neuronaux
Agoniste partiel

B*Les récepteurs A du GABA
Localisation :SNC
Acide δ amino-butyrique
Sélectifs pour l’ion ClFixation GABA sur réc A
Ouverture du canal
Entrée ClPolarisation

Excitabilité

B*Les récepteurs A du GABA
*Barbituriques /Ethanol/BNZ :
l’interaction de GABA –RecA
*Entrée de Cl*Hyperpolarisation
*Effet sédatif
*Flumazénil :
*Antagoniste des BNZ
*Affinité pour les R des BNZ
Antidote lors d’intoxication/BNZ

2* Les récepteurs couplés à la protéines G (Type II)

*Réc métabotropes
*Cette famille englobe un grand nombre de récepteurs de
neurotransmetteurs ,les récepteurs aux enképhalines, aux opiacés, …
* Plus de 40% des médicaments ont pour effecteur un RCPG

La transmission de l’information du milieu extra cellulaire vers le
cytoplasme est assurés par une triade
Récepteur

Protéine G

Effecteur

2* Les récepteurs couplés à la protéines G (Type II)

A * Organisation
*Récepteurs transmembranaires
*Ils fonctionnent en association avec une pr-G
cytosolique /ancrée à la mb au repos
*Protéine G :capacité à hydrolyser le GTP pendant le
déroulement des voies de signalisation

*Pr- G : ‘’ commutateur moléculaire ‘’intermediaire
récepteur /effecteurs cellulaires

2* Les récepteurs couplés à la protéines G (Type II)
A * Organisation
Structure générale

*RCPG: glycoprotéines transmembranaires à
traversée multiple -récepteurs heptahélicoïdaux
*Partie N-terminale, extracellulaire+/-longue ,
glycosylée
*Partie C-terminale, intracellulaire, longue,
contenant les sites d'interaction avec les pr- G
+ Sites de régulation par phosphorylation
Phosphorylation des RCPG /pr-kinases : effet inhibiteur, qui entre
en jeu dans la désensibilisation lors d'une hyperstimulation

2* Les récepteurs couplés à la protéines G (Type II)

B*Protéines G de transduction
Structure
*Protéines G hétérotrimériques
*3 sous-unités α, β et γ
*20 isoformes α
*Sites de fixation + d'hydrolyse du GTP
*α conditionne la spécificité de la pr- G vis-à-vis du
récepteur et des effecteurs
*β / γ respectivement 5/13 isoformes
*N'ont pas de spécificité particulière
*Toujours associées en dimère
*Fonctions: l'ancrage à la membrane + l'interaction
avec différents effecteurs

Cycle d'activation des protéines G trimériques
Au repos : α liée au dimère β-γ
ancrée à la membrane et à un GDP

Activation du récepteur : pr- G interagit
avec la partie C-terminale d'un Rec active,
α perd son affinité pour le GDP ; en
captant GTP, se dissocie du dimère β-γ
α activée active son (ses) effecteur(s)

Hydrolyse du GTP : α capable
d'hydrolyser son GTP en GDP + Pi, ce
qui la rend inactive
* Se réassocie au dimère β-γ

Les différents types de protéines G

Les différents types de protéines G
*Toxine cholérique*

Cible :Pr- Gs

Fixation d’ ADP ribosyl sur la s/u αs


Du coup la protéine G ne peut plus hydrolyser le GTP, la S/U α est
activée de façon permanente

Stimule l‘AC

AMP c

Sécrétion de Cl- /H2O par la muqueuse intestinale

Les différents types de protéines G

*Toxine de la coqueluche*


Inhibe Gi
Augmenter la production d'AMPc
Par un mécanisme différent de la toxine du
choléra
aboutit à un résultat semblable

Les différents types de protéines G
Petites protéines G
 Monomères de faible PM/Répartition ubiquitaire
 Proches des S/U α des pr G de transduction
 Activité GTPasique faible /stimulée par des
pr- GAP (GTPase Activating Proteins)
 5 familles : « ras » cancérogenèse
« rho » architecture du cytosquelette
« rab » transports intracellulaires
« ran » condensation des chromosomes
« ARF ≫ bourgeonnement des vesicules

2* Les récepteurs couplés à la protéines G (Type II)

C*Voies effectrices des protéines G

Effecteurs enzymes

Effecteurs canaux ioniques

Adénylcyclase
Phosphodiésterase GMPc
Phospholipase A2
Phospholipase C

Canaux potassiques
Canaux calciques

2* Les récepteurs couplés à la protéines G (Type II)
C*Voies effectrices des protéines G
Voie de l'adénylate cyclase

Voie « lineaire»
Modulée par les RCPGS et
les RCPGI

Voie de l'adénylate cyclase

Premier effecteur : l'adenylate cyclase (AC)

Le second messager : l'AMPc

Deuxième effecteur : PKA

2* Les récepteurs couplés à la protéines G (Type II)
C*Voies effectrices des protéines G

*Voie de l'adénylate cyclase

Premier effecteur : l'adenylate cyclase (AC)
*Glycoprotéine transmembranaire

*9 isoformes /sites de liaison aux protéines GS/ GI
*Toutes activables αs

Toutes isoformes possèdent des sites de
régulation de l'activité de l'enz, qui peuvent
être phosphorylés / PKA / PKC / CamK
Rôle: hydrolyser l'ATP en AMPc
*Activateurs : αs/ forskoline/calmoduline-calcium
*Inhibiteurs : αi/NO/ calcineurine

2* Les récepteurs couplés à la protéines G (Type II)
C*Voies effectrices des protéines G
*Voie de l'adénylate cyclase

Le second messager : l'AMPc
*L'AMPc interagit principalement PKA

*L'AMPc est dégradé /PDE en 5'AMP
inactif
*Les med inhibiteurs de PDE prolongent
l'action de l'AMPc
*Tendance à relâcher les muscles lisses:
methylxanthines/ papaverine/ caféine

*Activateurs :Imidazolés / GMPc / Ca2+

2* Les récepteurs couplés à la protéines G (Type II)
C*Voies effectrices des protéines G
*Voie de l'adénylate cyclase

Deuxième effecteur : PKA
*Protéine-Kinase AMPc dépendantes
*Heterotétramères cytosoliques
*Rrépartition ubiquitaire
*PKA inactive: tétramère4S/U identiques 2
à2
*2S/U régulatrices R2/2sites de fixation de
l'AMPc
* 2S/U catalytiques C2 activité SerylThreonyl-kinase
*Fixation AMPc sur s/u R2
*Modification de conformation
*Perte d'affinité pour s/u C2
*C2libérées /activées

Deuxième effecteur : PKA

*S/U C2 : phosphorylation des serines et
threonines de la séquence : Arg−Arg−X−Ser/Thr
*Simplicité de la séquence signal
*Spécificité de substrats : très large
Métabolisme
énergétique
Flux ioniques et
hydriques
transepitheliaux

Force de
contraction
cardiaque
Transcription du
génome

• Enzymes clés de voies cataboliques

• Canaux ioniques: module durée
d'ouverture en l'allongeant
• Prolonger la durée d'ouverture des
canaux calciques L (inotrope +)
•Facteurs de transcription

CB1 / CB2 R : couplés à une protéine Gi

2* Les récepteurs couplés à la protéines G (Type II)
C*Voies effectrices des protéines G

Voie des phosphodiesterases

*αt pr-Gt :cellules photo-réceptrices
*αt pr-Gt active PDE : détruit le GMPc
*RôleGMPc :maintenir ouverts les canaux
sodiques
Dépolarisation du nerf optique
*Diminution du GMPc
Hyperpolarisation

2* Les récepteurs couplés à la protéines G (Type II)
C*Voies effectrices des protéines G

Voies des phospholipases
*Multiplicité des seconds messagers
*Lipophiles +diffusent hors de la cellule
(Ac arachidonique, PG, TXA2, leukotriènes)
Activation

RCPG

Influx Ca++

Voies des phospholipases

Voie de la
phospholipase C

Voie de la
phospholipase A2

2* Les récepteurs couplés à la protéines G (Type II)
C*Voies effectrices des protéines G
Voies des phospholipases

Voie de la phospholipase C

La voie de la phospholipase C
est
activée par l'intermédiaire des
RCPGQ/O/αi

Voie de la phospholipase C

Premier effecteur : les phospholipases C β (PLC β)

Les seconds messagers: IP3/ DAG

Deuxième effecteur : cPKC Protéine-Kinases C

Premier effecteur : les phospholipases C β (PLC β)

Phospho-inositidase

Production des 2 messagers IP3 / DAG

Les seconds messagers

IP3
* active

des réc canaux calciques
situes sur la mb du RE
*libération oscillatoire de Ca++
* activation des cPKC / calmoduline

DAG
*Active cPKC
* Ca++indispensable à l'activation
des cPKC

Les seconds messagers
DAG +IP3 agissent en synergie dans la transduction du message

Deuxième effecteur : cPKC Protéine-Kinases C

Activité Seryl-Threonyl-kinase
*Activation des cPKC :rapide +courte
*Activation prolongée ne serait pas nécessaire voire
néfaste/produits sont stables+difficilement déphosphorylés
*

Phorbol

+

Staurosporine/ Balanol/ Rottlerine

PKC

Cd2+

-

2* Les récepteurs couplés à la protéines G (Type II)
C*Voies effectrices des protéines G
Voies des phospholipases

Voie de la phospholipase A2

La voie de la phospholipase A2 est activée
par l'intermédiaire de certains RCPG
muscariniques, α1-adrenergiques,
serotoninergiques et par les récepteurs de la
bradykinine

Premier effecteur : la phospholipase A2 cytosolique (cPLA2)

Hydrolyse les phosphatidylcholines contenant l'ac arachidonique

Inhibée / AIS
Empêchent la formation des
messagers inflammatoires

Le second messager : l'acide arachidonique (AA)

4*Voies de couplage aux canaux ioniques

*Canaux calciques type L : activés par des pr- G
*Canaux calciques types N/T :inhibés par des pr- G

[Ca++]intraC ++lié à calmoduline (CaM)
CaM-kinases
Phosphorylent de nombreuses pr-

La calmoduline

Pb2+

Pb2+
Pb2+

Pr-monomérique de 148 AA/ubiquitaire,
capable de s'associer aux Ca++
Cette liaison induit un changement de
conformation de la pr-, et forme un
complexe calmoduline/calcium

Ce complexe permet l'activation par
changement de conformation de
nombreuses pr- dont l’AC

Pb2+

Pb2+ : active la calmoduline, en se
substituant au Ca2+ au niveau de son
site de liaison

4*Voies de couplage aux canaux ioniques

S/U α de certaines pr- G est capable de
déclencher l'ouverture d’une autre prcanal. C'est de cette façon que seront
par ex activés des canaux potassiques
Opioïdes

Cellules nerveuses

Ouverture canaux potassiques

Hyperpolarisation
Influx de calcium
Libération de neurotransmetteurs
excitateurs / transmission synaptique

Exemples de RCPG

R muscariniques de l‘Ach:

R adrénergiques :

M1, M3, M5: RCPGQ

R α1 : RCPGQ
R α2 : RCPGS / RCPGI
R β1, β2 : RCPGS

M2, M4 : RCPGI

R dopaminergiques :

R sérotoninergiques :

R D1-like : RCPGS

R 5-HT1 : RCPGI
R 5-HT4/5/6/7: RCPGS
R 5-HT2 : RCPGQ

R D2-like : RCPGI

3*Les récepteurs -Enzymes (Type III)
* Récepteur possède lui-même une activité enzymatique
* Récepteur catalytique

A*Les récepteurs à activité guanylcyclase

ANF

NO
Soluble

Membranaire
GMPc

Agit directement en
activant les PDE/ certains
canaux

++ Indirectement par
l'intermédiaire de la
protéine kinase PKG

B*Les récepteurs à activité tyrosine-kinase

Des facteurs de croissance




Voies de signalisation complexes
Stimulation du R/ H
Dimérisation + phosphorylation R
Activation PLC
Voies STAT (signal transducer and
activator of transcription)
MAPK (mitogen activated protein
kinase)

Interviennent dans la
transcription de plusieurs
gènes

De l’insuline
-Phosphorylation de pr- intracellulaires
sur des résidus tyrosine
-Modification des fonctions cellulaires
-Effets hypoglycémiants

C*Les récepteurs à activité tyrosine phosphatase

La structure de ces récepteurs ressemble à celle des récepteurs
tyrosine kinase membranaires des facteurs de croissance

Ces récepteurs sont capables de transmettre un stimuli extérieur
provoqué par un ligand qui reste inconnu
Il entraînant une déphosphorylation de résidus tyrosyl

4*Les récepteurs intracellulaires (Type IV)

Récepteurs qui régulent la transcription de l’ADN

L’Ac rétinoïque, les H stéroïdes (cortisol, aldostérone, testostérone,
progestérone et œstradiol), les H thyroïdiennes et la vit D sont des
molécules qui se fixe sur des R liés à des facteurs de transcription

Tout les récepteurs cités sont considérés comme nucléaires à
l’exception des récepteurs des corticoïdes qui peuvent être
localisés soit au niveau cytosolique+++ ou nucléaire

A*Structure des récepteurs
intracellulaires
*Protéines monomériques de 100 à 1000 résidus qui possèdent au milieu une
région de 60 résidus qui est le domaine de liaison avec l’ADN

Le domaine C
Comporte le site de
liaison des
ligands+intervient
dans la dimérisation
du R+fixation de la prinhibitrice HSP

Le domaine B
Riche en résidus
cystéyls, qui permet la
liaison du récepteur à
l’ADN

Le domaine A
NH2 terminal
Dont la fonction n’est
pas bien définie

B*Fonctionnement d’un récepteur nucléaire

*Fixation régions promotrices (HRE :hormon
response element)de gènes sous forme de dimère
*Dimères homo /hétéro-dimères

Caractéristique commune: modulation de la transcription
de gènes

Récepteurs des hormones stéroïdes
*H lipophilie, traverse la mb et interagit avec le R
*R lié à Protéine du choc thermique HSP 90
*Liaison hormone /récepteur suivie/dissociation de
l’HSP 90
*Complexe messager-R pénètre dans le noyau /se
lie au DNA

*Complexe messager-R se dimérise avant
d’interagir/DNA
*Partie DNA ou le complexe hormone-R se fixe :
HRE
Conséquence de l'interaction :
Activation /inhibition de la transcription du DNA en
mRNA /tRNA /rRNA

Récepteurs des hormones stéroïdes

(+)Lipocortine (annexine)
(-)phospholipase A2

(-)médiateurs lipidiques de l'inflammation

(-)interieukines
(-)PLA2
(-)COX

AhR (Aryl hydrocarbon Receptor)

Le passage des HAP dans le cytoplasme
entraine une induction spécifique de
certaines enz métabolisant les xénobiotiques
Un récepteur cytoplasmique trés
spécifique des HAP : AhR lié à divers
facteurs cytoplasmiques Hsp90 + AhR
interacting protein (AIP)
Association :AhR/Hsp90 /AIP confère au
récepteur cytoplasmique une
reconnaissance spécifique+optimale vis à
vis de certains ligands et notamment les
HAP dont le benzo[a]pyrène

AhR (Aryl hydrocarbon Receptor)

Benzo[a]pyrène

BaP

Type

I Canal

II RCPG

III Rec-Enz

IV
Intracellulaire

Localisation

Membrane

Membrane

Membrane

Cytoplasme/
Noyau

Couplage

Direct

Protéine G

Direct

Via DNA

Effecteur

Canal

Enzyme / canal

Enzyme

Transcription
gène

MEDIATEURS
RAPIDES

MEDIATEURS
LENTS

FACTEURS DE
CROISSANCE

HORMONE

R. Nicotinique
Gaba-Rec A

R. muscarinique
R. adrénergique

R. de l’insuline
R. des cytokines

Exemple

R. stéroïdes
H thyroïdiennes
vitamine D
Ac. Rétinoïque

*Synthése de façon continue / constante, internalisés dès la liaison d’un

ligand dans des vacuoles cytoplasmiques «Coated pits»
*Extériorisés de nouveau/ dégradés dans les lysosomes
* «Population» des Rc surface accessibles aux médicaments, par
exemple, est en changement continuel

Downregulation

Upregulation

Ainsi s’explique, par ex , la grande sensibilité des malades à
une décharge d’Adrénaline endogène après l’arrêt brusque
d’un traitement par bêta-bloquant , d’où un risque IDM

IV/Cycle des récepteurs

Désensibilisation des récepteurs
Dans certains cas, la répétition de l’administration d’un agoniste à la
même dose (Morphine) s’accompagne d’une réduction de
l’effet :tolérance

Modification conformationnelle
Découplage biochimique de la
liaison du Rc / Enz effectrice
Réduction du nombre
des Rc de surface
Explications possibles

Conclusion
R
E
C
E

P
T
E
U
R
S

Le concept de récepteur a été un facteur de
progrès dans la connaissance de nombreux
effets biochimiques, physiologiques et
pharmacologiques et dans le développement de
médicaments
Il n’a pas joué de rôle majeur en
toxicologie, mais il est certain que cette
notion de récepteur est d’une grande utilité en
toxicologie moléculaire pour la connaissance
des mécanismes d’action de nombreux
molécules toxiques et même dans le traitement
de certaines intoxications en utilisant des
antidotes

Merci pour
votre
attention

« Le succès n’est
pas total ,
l’échec n’est pas
fatal:
C’est le courage de
continuer qui
compte »