You are on page 1of 34

Colloque international Acedle

Les langues tout au long de la vie


10-12 décembre 2009 - Nouveau Siècle - Lille

"Le bricoleur, le perroquet et le clone : quels modèles


d'apprenant/apprentissage des langues après le CECR ?"

Claude Springer, université de Provence

1
Fil d’arguments
Le contexte général et politique actuel
Les réponses de la didactique des langues, une
nouvelle utopie
Eloge du bricolage : l’apprenant bricoleur
Les réponses de l’institution éducative
Du perroquet à l’apprenant cloné
Utopie/innovation et idéologie : pour une
didactique critique

Claude Springer, Acedle 2009 2


Introduction

• Le contexte politique actuel

Claude Springer, Acedle 2009 3


L’apprentissage des langues tout au long
de la vie, cadre général
1989, création de l’Acedle !
1993, Livre Blanc (J. Delors), "Croissance, compétitivité, emploi "
(lifelong learning)
1995, Livre Blanc «Vers la société cognitive, enseigner et
apprendre»
1999/2001, CECR
2000, Stratégie de Lisbonne : « l’économie de la connaissance la
plus compétitive et la plus dynamique du monde »
2001, Réaliser un espace européen de l'éducation et de formation
tout au long de la vie
2003, Compétences clés, DeSECo, OCDE
2006, Compétences clés tout au long de la vie
2008, Le cadre européen des certifications (CEC)
2009, 20 ans de l’Acedle !!!

Claude Springer, Acedle 2009 4


L’apprentissage des langues tout
au long de la vie, cadre général

Education pour tous


(Unesco)
2008, Dialogue interculturel
2009, Créativité et innovation
2009, Education plurilingue
et interculturelle

Claude Springer, Acedle 2009 5


Quelques définitions : l’apprentissage
tout au long de la vie c’est
"toute activité d'apprentissage utile à caractère permanent visant à
améliorer les connaissances, les qualifications et les
compétences"

"toute activité d'apprentissage entreprise à tout moment de la vie,


dans le but d'améliorer les connaissances, les qualifications et les
compétences, dans une perspective personnelle, civique, sociale
et/ou liée à l'emploi".

épanouissement personnel
citoyenneté active
inclusion sociale
capacité d'insertion professionnelle/adaptabilité
professionnelle
Besoins Besoins de la
personnels/Epanouisseme société/Employabilité
nt
Claude Springer, Acedle 2009 6
Quelques implications
Dès 1996, on trouve les idées actuellement dominantes :
• maîtriser les connaissances de base
• développer les connaissances technologiques
dont TIC
• rapprocher l’école de l’entreprise
• lutter contre l’exclusion
• maîtriser 3 langues européennes

On considère désormais le diplôme = voie


traditionnelle/ancienne/insuffisante
On estime nécessaire de rechercher une voie moderne
pour certifier les compétences acquises hors de l’école
(non formel et informel)

Claude Springer, Acedle 2009 7


Autres implications/décisions
Mettre en place un mode européen d'accréditation des
compétences techniques et professionnelles (CEC)
Stratégie pour la croissance et l'emploi : l'éducation et la
formation tout au long de la vie augmente l'employabilité
et l'adaptabilité des personnes

Nouvelles propositions :
• Améliorer la culture d’apprentissage = valoriser et
certifier les compétences dans un espace
européen
• Tendre vers l’excellence = adapter la formation aux
besoins du marché en particulier pour les formes
d’apprentissage non formel/informel
Claude Springer, Acedle 2009 8
Innovation et créativité, 2009
Encourager la créativité et l’innovation : «Les capacités de créer et
d’innover sont indispensables au progrès économique et social. L’Union
européenne (UE) doit renforcer ces capacités pour bénéficier des
évolutions de la société de la connaissance plutôt que de les subir.»
Décision n° 1350/2008/CE du Parlement européen et du Conseil du 16
décembre 2008.
«La créativité est un attribut humain. Elle se manifeste dans de
nombreux contextes, que ce soit dans l’art, le design ou l’artisanat,
mais également dans le domaine du progrès scientifique et
technologique, de l'esprit d'entreprise et de l’innovation sociale.»
«L’innovation est la concrétisation réussie d’idées nouvelles nées de la
créativité.»
On retrouve
❡ l’aspect individuel (épanouissement = art) et
❡ l’aspect économique (prospérité économique = progrès,
évolution)

Claude Springer, Acedle 2009 9


Innovation et créativité en
didactique des langues

Etude sur la contribution du multilinguisme à la créativité


(2009) : “une activité imaginative réalisée pour produire des
résultats qui soient à la fois originaux et utiles” (NACCCE
1999: 30)
• «Il existe un lien entre le multilinguisme et la
créativité ;
• Le multilinguisme améliore l’accès à l’information ;
• Le multilinguisme propose d’autres manières
d’organiser sa pensée ;
• Le multilinguisme permet de percevoir autrement
le monde qui nous entoure ;
• Apprendre une nouvelle langue accroît le potentiel
créatif d’un individu.»

Claude Springer, Acedle 2009 10


1. Les réponses de la
didactique des langues

Claude Springer, Acedle 2009 11


Interlude : Bricolage humain...

Dvorak, Symphonie du nouveau monde


Photos «Home», Yann Arthus-Bertrand

12
Eloge du bricolage : Le bricoleur de Lévi-Strauss

Selon Levi-Strauss (La pensée sauvage, 1962, 26-44), le


bricoleur crée avec les moyens du bord. Ses outils,
contrairement à ceux de l'ingénieur, ne peuvent être définis
par aucun programme préalable et n’ont aucune finalité
précise. Chacun d'eux peut servir à des emplois divers. Il
est comme un esthète qui prend plaisir à de nouvelles
combinaisons «pourvu que ça marche».

Le bricoleur s’exprime «à l’aide d’un répertoire dont la


composition est hétéroclite et qui, bien qu’étendu, reste
tout de même limité... ; son univers instrumental est clos, et
la règle de son jeu est de toujours s’arranger avec les
moyens du bord».

Claude Springer, Acedle 2009 13


Le bricolage en didactique des langues

Ce répertoire est «le résultat contingent de toutes les


occasions qui se sont présentées de renouveler ou
d’enrichir le stock et de l’entretenir avec les résidus de
constructions et de destructions antérieurs.»

Nous retrouvons cette idée de bricolage dans les


recherches actuelles en didactique des langues, nous
verrons comment cela est valorisé dans les 3 domaines
suivants :

• plurilinguisme
• interculturel
• TIC

Claude Springer, Acedle 2009 14


La compétence plurilingue : un bricolage permanent

On désignera par compétence plurilingue et pluriculturelle, la


compétence à communiquer langagièrement et à interagir culturellement
possédée par un acteur qui maîtrise, à des degrés divers, plusieurs langues,
et a, à des degrés divers, l’expérience de plusieurs cultures, tout en étant à
même de gérer l’ensemble de ce capital langagier et culturel. L’option
majeure est de considérer qu’il n’y a pas là superposition ou juxtaposition
de compétences toujours distinctes, mais bien existence d’une compétence
plurielle, complexe, voire composite et hétérogène, qui inclut des
compétences singulières, voire partielles, mais qui est une en tant que
répertoire disponible pour l’acteur social concerné. (Coste, Moore, Zarate,
1997)

On retrouve les idées de répertoire hétéroclite, composite, l’idée qu’on


s’arrange avec tous les moyens accumulés

Claude Springer, Acedle 2009 15


La compétence plurilingue, suite
Toujours dans Coste et al. : «L'individu plurilingue met en oeuvre
certaines stratégies qui lui permettent de gérer le déséquilibre entre lui
et son interlocuteur, en négociant avec celui-ci le sens et la forme des
échanges... Autrement dit, la notion de compétence plurilingue se lie
intimement à la construction d'interlangue (Py, 1991: 150), de manière
dynamique, et non statique. Elle marque un moment particulier de
l'histoire langagière, et ne peut être évaluée comme définitivement
fixée (dans cet esprit, la notion de fossilisation, qui a pu être évoquée
par ailleurs pour décrire des compétences inadéquates et considérées
comme figées, se heurte aux mêmes remarques).

Il s’agit d’un «bricolage» plurilingue qui n’a rien à voir avec une
acquisition programmée et préétablie.

Claude Springer, Acedle 2009 16


Compétence plurilingue et approche par
compétence/approche actionnelle
Reformulation par Coste 2008 (Cahiers de l’Acedle) : «la capacité
à mobiliser un répertoire de ressources langagières à la fois
multiple et un : multiple dans sa composition (plusieurs variétés à
des degrés variables de maîtrise), un dans sa gestion (alternances
codiques, restructurations de contacts, traduction). Capacité à
mettre en œuvre ce tout composite et évolutif baptisé compétence
plurilingue.»

Les auteurs de l’approche par compétence (en sciences de


l’éducation pas dans la définition de Beacco) parlent de « capacité
à mobiliser un ensemble de ressources pour gérer des situations
réalistes et complexes » (Scallon, 2004). Les ressources sont
variées et intégrées et sont invoquées selon les contextes.

Claude Springer, Acedle 2009 17


Bricolages plurilingues
Le bricolage plurilingue ordinaire : alternance codique
• L’enseignement scolaire des langues a longtemps (et continue à) rejeter le recours
à la L1 en classe de langues. De nombreux travaux ont montré que loin d’être un
handicap l’alternance est le reflet d’un véritable travail/bricolage bilingue.
Le bricolage plurilingue cognitif : construction des savoirs en DNL
• L. Gajo (2006) montre que dans l’enseignement bilingue DNL/Emile, il ne s’agit
pas simplement d’optimiser l’apprentissage d’une L2 en la contextualisant dans
une discipline non linguistique. La classe devient un lieu de négociation grâce à
l’opacité de la L2, le travail sur les savoirs linguistiques bénéficie à la
construction des savoirs disciplinaires.
Le bricolage plurilingue en L3 et +
• M. Bono (2007) s’interroge sur le rôle des langues dans l’apprentissage des L3s :
est-ce toujours le recours à la L1 qui prime dans l’apprentissage des L3 ou est-ce
que toutes les langues connues/apprises (L1 + L2s) sont susceptibles d’influencer
la construction de la L3 ? Elle tente de montrer que toutes les langues du
répertoire de l’apprenant jouent un rôle dans la construction de compétences en
L3, les L2s en tant que « fournisseurs externes » de mots et de structures.

Claude Springer, Acedle 2009 18


Bricolages interculturels
On assiste au développement de l’interculturel à côté du culturel plus lié au
linguistique : la place centrale de l’agir social
• L’interculturel est fortement lié à l’agir social, on considère que l’identité n’est pas
déterminée par des attributs culturels mais est une construction permanente, une mise en
réseaux d’éléments bricolés, métissés dans des interactions subjectives multiples
Le bricolage interculturel en éveil aux langues : les approches plurielles
• Evlang, ELC, EOLE, Elodil, autant de projets pour s’ouvrir à la pluralité (approches
plurielles) en bricolant sa/ses langues - sa/ses culture et celles des autres
Le bricolage interculturel : l’importance de la rencontre
• Pour Abdallah-Pretceille (1999), l’objectif de l’interculturel c’est «d’apprendre la
rencontre et non pas d’apprendre la culture de l’Autre ; apprendre à reconnaître en autrui
un singulier et un universel» ; l’interculturel est ainsi avant tout dans l’interpersonnel et
pas uniquement dans la relation avec un étranger
Le bricolage interculturel en mobilité : les «apprentissages buissonniers» (De Certeau
(1990)
Les différentes possibilités de mobilité montrent que le déplacement n’est pas un gage
d’apprentissage interculturel qu’il peut renforcer les résistances à l’autre ; les recherches
sur la mobilité des étudiants montrent que l’interculturel c’est apprendre à se connaître,
chercher à comprendre l’autre, mieux cerner ses propres valeurs à travers celles des
autres

Claude Springer, Acedle 2009 19


Bricolages numériques
Le pronetariat (De Rosnay, 2006) : une parole informelle bricolée
• la production / publication de savoirs n’est plus contrôlée par les
spécialistes/autorités ; l’information a un caractère informel, contextuel,
personnel ; la simplicité des artefacts permet à chacun de s’auto-publier
Le cyberespace : interactions numériques
• communication internet, ordinateurs connectés, espace interconnecté, tissu
social sans totalité, échanges / interactions, passages de pays, contacts de
langues
Réseautage social et communautés numériques : un bricolage social
• constructions par affinités d’intérêts, partages d’informations, partages de
connaissances, réalisations de projets > processus de coopération et
d’échanges > véritable agir communicationnel, constructions de liens sociaux
Intelligence collective numérique : un bricolage cognitif
• finalité ultime, mettre en synergie les imaginations, les intelligences >
apprentissage collaboratif
Espaces numériques d’apprentissage : bricolages d’apprentissage en
collaboration
• Les espaces numériques offrent un mode de travail et/ou d’apprentissage
collaboratif, les acteurs peuvent interagir, échanger, éditer, publier, élaborer
collectivement des documents, réaliser des projets
Claude Springer, Acedle 2009 20
Le nouvel apprenant bricoleur

La nouvelle utopie didactique dessine un portrait de l’apprenant


bricoleur qui implique une nouvelle vision de l’apprentissage des
langues :
• les frontières clairement définies entre les langues n’existent plus,
la «langue» est un construit dynamique, pluriel et personnel

• les attributs précis des différentes cultures s’estompent au profit


d’une construction identitaire métissée et évolutive, avec pour
finalité l’entente, la cohésion, la tolérance et la citoyenneté

• l’apprenant solitaire individualiste cède la place à un acteur social


solidaire, responsable et motivé, disposé à jouer son rôle dans une
communauté collaborative apprenante en évolution constante

• la compétence recherchée est celle du bricolage créatif qui


mobilise selon les besoins du moment un répertoire hétéroclite
linguistique et culturel

Claude Springer, Acedle 2009 21


Réponses de l’institution éducative
et politique
ou comment étouffer l’utopie

Claude Springer, Acedle 2009 22


Interlude : l’intelligence du cacatoes

Alex the talking parrot, youtube


http://www.youtube.com/watch?v=R6KvPN_Wt8I
23
La résistance du perroquet : retour aux fondamentaux
Approches par compétences : différentes possibilités sont offertes,
mais Roegiers (2008) constate que le modèle dominant aujourd’hui,
partout dans le monde, est celui de l’uniformisation inéquitable, c’est-à-
dire le modèle anglosaxon (système libéral d’éducation, mettant l’accent
sur les résultats, sensible à l’employabilité et basé sur une forte
catégorisation des établissements scolaires et des élèves). La variable
économique domine aujourd’hui la variable éducative.

Le socle commun des savoirs et des compétences : maîtriser les


standards > 2005/06

• inscription dans la LOLF des résultats chiffrés à atteindre


• 7 compétences socle à faire acquérir

Les textes pour A1/A2 du CECR peuvent donner lieu à une


interprétation restrictive d’apprentissage ; exemple en primaire :
reproduire un modèle oral, écrire sous la dictée des expressions
connues, copier des mots
Claude Springer, Acedle 2009 24
La résistance du perroquet : retour aux fondamentaux

Résultats en maths =
70% d’activités de
reproduction, aucune
compétence de
résolution de problème

Claude Springer, Acedle 2009 25


L’apprentissage cloné

CECR et certification, le Manuel > 2005/07

Explosion de l’évaluation institutionnelle > 2007

Nouvel indicateur européen des compétences


linguistiques dit de Barcelone > 2010

On voit se généraliser un système éducatif piloté


par les résultats et la productivité en conformité
avec les prescriptions de l’Ocde

Claude Springer, Acedle 2009 26


L’apprentissage cloné
Certifications en langues et manuels : programmes basés
sur le certificat

Certifications en langues à l’école : teaching to the test,


nécessité d’avoir un bon classement (classe, école,
académie)

Pour l’apprenant : j’ai mon A2, je fais mon B1 > motivation à


réussir le certificat pas à apprendre une langue

Une anti pédagogie se met en place : refus du bricolage,


refus de l’autoévaluation et du portfolio, refus du projet et du
collaboratif, bridage d’internet

L’apprenant cloné : uniformisation des méthodes, de


l’apprentissage par la certification

Claude Springer, Acedle 2009 27


A1
A1
A1 A1
A1

28
Clones

C’était annoncé !

29
Utopie/innovation et idéologie :
Pour une didactique critique
Coste 2008 parle d’utopie et de coup de force qui aurait fonctionné
en rendant possible une certaine diversification curriculaire

Certains didacticiens mettent en avant leur rôle dans la définition de


valeurs éducatives pour le plurilinguisme et l’interculturel, mais les
risques sont là :

1er risque : ignorer l’idéologie actuelle et les règles de gouvernance


libérale que les pouvoirs européen et nationaux se sont données

2e risque : ignorer la réalité sociale d’ici et maintenant telle qu’elle


s’exprime au quotidien dans ses représentations et dans ses
pratiques

Voir la position pessimiste d’un sociologue (Zirotti, 2008) qui


s’intéresse au même champ : pour lui la France maintient une
optique de francisation qui rend impossible toute ouverture à la
pluralité
Claude Springer, Acedle 2009 30
Des questions qui doivent être posées
N’est-on pas en face de beaux principes/valeurs humanistes qui ne sont qu’un
habillage pour faire passer les projets libéraux de l’OCDE ?

La question de l’employabilité n’a-t-elle pas pris tout l’espace de propositions et


de mesures pour l’éducation ?

La question des qualifications, des certifications, des formes de validations


dans l’espace européen commun n’est-elle pas en train de pervertir la notion
même d’apprentissage ?

Le passage d’une logique scolaire programmatique traditionnelle à une logique


utilitariste et «marchandisable» (on se préoccupe plus de se faire certifier que
d’enseigner/apprendre) n’a-t-il pas déjà étouffé toute velléité de développement
personnel, d’épanouissement, toute forme d’éducation et d’apprentissage tout
au long de la vie ?

Y a-t-il encore de l’espace pour une éducation populaire qui met en avant le
vivre ensemble et le faire ensemble dans le cadre de projets éducatifs qui font
émerger de vrais besoins d’apprendre et de se développer ?

Claude Springer, Acedle 2009 31


Pour finir en reprenant
Ricoeur (1997 : 37) sur l’utopie

L’idéologie légitime un système de pouvoir. L’utopie ne doit elle


pas s’affronter au problème du pouvoir ? Il est essentiel de se
demander qui détient le pouvoir dans l’utopie. L’utopie est-elle
manipulée ? Peut-elle subvertir le pouvoir ?

L’utopie court le risque de la fuite en avant, de la fuite face à la


question du pouvoir, de la fuite aussi face à la réalité sociale.

La didactique des langues a un rôle certain dans la création de


l’utopie sociale dans le domaine de l’éducation. Mais elle doit
aussi garder son rôle critique et affronter le pouvoir lorsque
celui ci s’approprie certains éléments de l’utopie pour lui retirer
son sens.

Claude Springer, Acedle 2009 32


Le mot de la fin à M. Serres (2001)

• «Que retenir du XXe siècle ? Depuis 1945, la bombe atomique


menace l’humanité d’extinction ; nous ne risquons plus la petite
vérole, éradiquée en 1970 ; mangerons-nous des OGM ? Munie
d’ordinateurs, notre pensée changera-t-elle ? Voilà une mort, un corps
et des réseaux nouveaux.

• Quand, par son corps et la mort, il change le rapport à soi, par


l’agriculture et le climat, ses relations au monde, et par les
communications, son entretien avec les autres, s’agit-il toujours du
même humain ? Nous vivons un moment décisif du processus qui
nous façonne. Inquiétante pour certains, cette naissance en
enthousiasme d’autres. Nous la suscitons sans savoir quel homme
elle crée, assassine ou magnifie.»

Claude Springer, Acedle 2009 33


Merci
claudespri@gmail.com

http://springcloogle.blogspot.com

Claude Springer, Acedle 2009 34