You are on page 1of 27

RÉUNION SUR SKYPE – Nº1/2012

GROUPE FOS-FOU
DISCUSSION SUR LES LECTURES DE
BASE
Texte à travailler:
MOURLHON-DALLIES, F. (2008), Enseigner une langue à
des fins professionnelles, Paris, Didier.
Chapitre 1: « De quelques appellations en circulation »
Chapitre 2: « Le Français sur Objectif(s) Spécifique(s): une
appellation intemporelle?
Présenté par:
Carolina MADRUGA,
en prennant appui sur les diapos Power Point utilisés dans la
réunion du 18 mars 2011, construits avec Roberto DE ABREU

CHAPITRE 1: « DE QUELQUES APPELLATIONS EN CIRCULATION »

1963

1973

1990

2000

2005

Vocabulaires spécialisés
Langue de spécialité
Français instrumental
Français fonctionnel
Français de spécialité
Communication spécialisée
Discours spécialisés
Français de la communication
professionnelle
Français à visée professionnelle
Discours
professionnels
FLP

. Problème : « la mémorisation des lexiques de spécialité ne suffisait pas lorsqu’il s’agissait de pratiquer une spécialité en français » (p.18).DE 1960 À 1973:  Français scientifique et technique  Français de spécialité      Priorité aux mots (centration sur le lexique) Maîtrise d’un lexique technique Méthodologie : SGAV (Structuro-Globale-AudioVisuelle) Le Français de spécialité répond à une politique de diffusion de la langue française dans les milieux scientifiques pour récupérer le prestige intellectuel de la France. amoindri après la Seconde Guerre.

plus que les capacités d’expression et de production orales. privilégiant le sens sur le mot à mot Grand décalage par rapport à la méthodologie en vogue (SGAV) Problème : « s’il permet d’entrer rapidement dans les textes du domaine de spécialité. 19) .À PARTIR DE 1970: (1)  Français instrumental       Priorité aux textes Lecture de textes spécialisés Méthodologie : « Méthode par la lecture » Techniques de lecture globale. active essentiellement (et par imitation) les compétences de compréhension et de production écrites. » (p.

l’Indonésie.À PARTIR DE 1970: (2)  Français fonctionnel Priorité aux besoins de communication  Centré sur l’apprenant et ses besoins. la Syrie.  Méthodologie : approche communicative (analyse des besoins)  Dans une première époque. 21) . traduisaient la volonté de proposer à certains pays non francophones. la Corée du Sud. l’Égypte. une formation de leurs cadres dans des domaines scientifiques ou techniques bien identifiés. » (p. Singapour. l’enseignement du français fonctionnel était appuyé sur une vision du français comme « français instrumental »   « Les programmes prioritaires lancés par le ministère des Affaires étrangères en 1976. reconnus prioritaires selon des critères d’intérêt politique et économique. le Venezuela et le Vietnam puis dans un deuxième temps la Thaïlande. le Soudan. le Nigéria. l’Irak. le Mexique. Les pays concernés étaient l’Iran. le Brésil.

qui « s’intéressaient au linguistique mais aussi à l’institutionnel. de compréhension écrite d’une part. à l’économique etc.  Ces programmes. sa sécialité. » ont conduit le français fonctionnel à sa 2e époque où il s’agissait de « coller à l’objectif. ses objectifs. usuel et culturel ». (p. le matériel. de discours spécialisé d’autre part » (p. les dispositifs d’évaluation. 23) .. On parle alors d’analyse systémique de la situation d’enseignement et d’apprentissage basée sur des paramètres tels que le public. « fonctionnel » s’oppose à « général. au culturel. mais du français.23)  Avec le français fonctionnel on n’apprend plus désormais le français. etc. (p. 22)  De nouvelles pratiques au plan didactique : l’analyse des besoins se systématise... le temps dont on dispose pour la formation.ENCORE À PROPOS DU FRANÇAIS FONCTIONNEL. le cadre institutionnel de la formation.

. » (p.À PARTIR DE 1970: (3)  Français de spécialité  Priorité aux domaines de spécialité           1. d’autres difficultés tiennent à l’émergence de micro-domaines de spécialités. Français des sciences sociales et humaines (histoire. Français juridique 5. Français scientifique et technique 4.  Méthodologie : approche communicative (analyse des discours spécialisés)  « Hormis ces chevauchements entre domaines. littérature. sociologie). Français des affaires et français commercial 2. Français du secrétariat 10. philosophie.psychologie.. Français de l’hôtellerie et du tourisme 3. de « français du handball ». Français des relations internationales 6. Français pour traduction ou interprétation 9. Français de la médecine 7. arts.27) . Français des relations publiques ou de l’administration 8. On peut être appelé un jour – et cela est de plus en plus courant – à concevoir un module de « français de l’aviation ». de « français de l’art floral ».

DE 1990 JUSQU’À AUJOURD’HUI avant 1990 (centrés sur la langue) de 1990 à 2000 (centrés sur la situation de communication) après 2000 (centrés sur la représentation de l’activité professionnelle) Vocabulaires spécialisés Langues de spécialités Français de spécialité Communication spécialisée Langues spécialisées Textes spécialisés Discours spécialisés Discours professionnels FLP .

 Page 13: Tableau synthèse: Priorité didactique Courant/Appellation Méthodologie didactique en arrière-plan Maîtrise d’un lexique technique (différent du français général et quotidien) et de structures syntaxiques types Français. avec identification de situations de travail et d’actes de paroles transversaux aux différents domaines d’activité Prise de conscience des différentes logiques d’exercice des professions Français langue professionnelle Approche post-communicative [et emprunts à des disciplines autres que la didactique] . langue de spécialité (dont français scientifique et technique) Structuro-Globale-AudioVisuelle (SGAV). Français fondamental Lecture de textes spécialisés Français instrumental « Méthode par la lecture » Réponse aux besoins de communication de l’apprenant dans son travail Français fonctionnel Approche communicative. en particulier analyse des besoins. nourrie d’analyse des discours spécialisés Réponse aux besoins de communication de l’apprenant quel que soit son travail Français de la communication professionnelle/ Français à visée professionnelle Approche communicative. français du droit. etc) Approche communicative. de ses métiers et des discours qui y circulent Français de spécialité (type: français du tourisme. analyse systémique Connaissance large d’un domaine de spécialité.

LANGUE DE SPÉCIALITÉ OU LANGUE SPÉCIALISÉE ? .

comme il n’existe pas d’activités humaines entièrement cloisonnées. 31)  « On peut donc la définir [langue spécialisée] comme l’usage d’une langue naturelle pour rendre compte techniquement de connaissances spécialisées ».LANGUE DE SPÉCIALITÉ OU LANGUE SPÉCIALISÉE ? (1) lexiques spécialisés → langue de spécialité (sous-système / sous-langue) ↓ langue spécialisée (même langue) (système linguistique + savoir et savoir-faire professionnels)  « De fait. il ne saurait exister à proprement parler de ‘langues de spécialité’ » (p. 31) . (p.

ni aux considérations juridiques tenant à l’exercice des professions.LANGUE DE SPÉCIALITÉ OU LANGUE SPÉCIALISÉE  ? (2) « Les langues spécialisées reprennent en effet à leur actif le découpage des spécialités académiques : elles sont par ailleurs centrées presque exclusivement sur du linguistique (le lexique et la grammaire ayant été coiffé par une entrée discursive plus englobante. conformément aux évolutions de l’approche communicative) et ne paraissent pas laisser une large place aux variations interculturelles. Enfin. l’analyse de l’activité de travail et l’analyse des organisations paraît étrangère à leurs préoccupations. 34) . » (p.

QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE LANGUE SPÉCIALISÉE ET DISCOURS SPÉCIALISÉ? POURQUOI CETTE DIFFÉRENCE? .

Il s’agit en fait de discours contraints par une situation d’énonciation. déclaratives ou procédurales. que l’on peut rapporter à un lieu social professionnel et qui supposent la transmission ou l’échange d’informations ou de connaissances théoriques ou pratiques. 37)  . voire expériencielles. entre des énonciateurs ou des interactants qui ont un statut socioprofessionnel ou une position sociale définies et dont le message a une visée pragmatique précise.LANGUES SPÉCIALISÉES OU DISCOURS SPÉCIALISÉS ? (1)  Les discours spécialisés « ne sont plus définis par des critères seulement linguistiques comme l’ont été les langues de spécialité. 36) « un discours professionnel est aussi une mise en texte de la réalité à laquelle il réfère » (p. » (p.

du moment qu’il obéit aux règles de composition habituelles de la langue et se réalise dans la palette multiple des discours de l’économie. Ce français n’a à leurs yeux rien de particulier.LANGUES SPÉCIALISÉES OU DISCOURS SPÉCIALISÉS ? (2)  « Pour la majorité des didactiens français. le ‘français de l’économie’ est ainsi appelé parce qu’il est enseigné à un public particulier d’apprenants (étudiants ou professionnels en économie). » (p. D’après eux. le ‘spécialisé’ ne serait aucunement à chercher du côté de la langue . les publics et les discours seuls seraient spécifiques. 39) .

LANGUE DE LA COMMUNICATION PROFESSIONNELLE LANGUE À VISÉE PROFESSIONNELLE .

Hôtel. Voyage. quelle que soit sa spécialité. Recherche d’emploi. Travail. » ( p. Restauration.com (2002). 41-42) . « L’idée de base de cet ouvrage était de rassembler en différents chapitres (Prise de contact. Points de vue) l’ensemble des complétences que doit mobiliser un homme d’affaires ou un futur employé venant travailler en France. Un exemple est la méthode Français. Prise de parole. Entreprises.LANGUE DE LA COMMUNICATION PROFESSIONNELLE LANGUE À VISÉE PROFESSIONNELLE (1) Priorité aux compétences de travail transversales  Méthodologie : approche communicative (situations de travail)   Cette approche transversale aux différents domaines se fondaient sur ce que ces domaines avaient en commum. Agenda.

moins pointu que le FOS et le FS : « La marque des domaines y est presque effacée [au CFP] : les spécialités ne fournissent plus qu’un habillage. l’appellation « français de la communication professionnelle » a glissé à celle de « français à visée professionnelle ». La seconde appellation n’exclut pas en revanche un ancrage dans les domaines de spécialité. 44) . 43) « Peu à peu. LANGUE À VISÉE PROFESSIONNELLE (2)    En 2000. comme la recherche d’un dénominateur commun aux différents secteurs professionnels.(p. une contextualisation aux tâches professionnelles ». » (p. la Chambre de commerce et d’industrie lance le CPF – Certificat de français professionnel. La première vise l’exercice en français d’une quelconque activité professionnelle : la transversalité y est pleinement assumée. mais ces domaines sont en général très édulcorés.LANGUE DE LA COMMUNICATION PROFESSIONNELLE .

1: L’académique et l’occupationnel  2.3.CHAPITRE 2 : « LE FRANÇAIS SUR OBJECTIF(S) SPÉCIFIQUE(S): UNE APPELLATION INTEMPORELLE? » Parcours du chapitre:  2. dans une perspective d’apprentissage  La tâche.3.3.2: Le Français sur Objectifs Spécifiques. au singulier  2. dans une perspective de production  .3: Français sur Objectif(s) Spécifique(s) et Anglais sur Objectifs Spécifiques 2.3: L’enseignement par tâches (Task Based Learning)  La tâche. au pluriel  2.1: Le Français sur Objectif Spécifique.2: Le professionnel  2.

n’excédant pas la semaine  FRANÇAIS DE SPÉCIALITÉ: Relève de l’offre  Approche globale d’une discipline ou d’une branche professionnelle  Ouvert à un public le plus large possible  Tente de rendre compte de la diversité du champ traité. En fonction des demandes et des besoins d’un public précis.-M.LE FRANÇAIS SUR OBJECTIF SPÉCIFIQUE (AU SINGULIER)       J.Parpette (2004)  frontière entre:  FRANÇAIS SUR OBJECTIF SPÉCIFIQUE (FOS AU SINGULIER): Relève de la demande Travail au cas par cas.  Ensemble de ressources et démarches pédagogiques  . métier par métier. Ingénierie de formation qui considère chaque demande comme unique. Mangiante et C. Forme de stages intensifs.

la grammaire. » (p. par strates de préoccupations successives. 53) . au plan de l’histoire des méthodologies. le discours. soit. 52)  « Le pluriel signale qu’il existe une mosaïque d’objectifs incontournables. au fil des ans. que les enseignants combinent en vue d’atteindre des buts précis. revient à témoigner de l’enrichissement progressif du champ de l’enseignement du français à des fins professionnelles. dans un projet de cours façonné par les demandes concrètes des entreprises et des institutions qui les sollicitent. la grande majorité des ‘entrées’ qui ont. Ces préoccupations concernet le lexique. structuré l’enseignement de langues vivantes en France » (p. de natures diverses.LE FRANÇAIS SUR OBJECTIFS SPÉCIFIQUES (AU PLURIEL)  Avant 2004 – calque de l’anglais English for Specific Purposes  « écrire FOS au pluriel.

ceux qui sont en formation professionnelle) publics académiques (EAP)  Distinction de Mangiante et Parpette entre Français de spécialité e FOS va dans le même sens que celle de l’anglais .FRANÇAIS SUR OBJECTIF(S) SPÉCIFIQUE(S) ET ANGLAIS SUR OBJECTIFS SPÉCIFIQUES (1)  FOS n’est pas = ESP  évolution ≠ des réfléxions  Anglais (ESP) publics à objectifs professionnels (EOP) (ceux qui ont déjà expérience VS.

57-8)  FOS ≠ ESP  manière d’enseigner: FOS: approche analytique  ESP: approche par résolution de tâches (Task Based Learning ... . un rapide historique de l’enseignement par tâches destiné à des publics spécifiques.FRANÇAIS SUR OBJECTIF(S) SPÉCIFIQUE(S) ET ANGLAIS SUR OBJECTIFS SPÉCIFIQUES (2)  « Le modèle anglo-saxon part d’un analyse des situations de travail plus que d’une théorie des discours ou du texte. » (p.TBL)   Voyons. informel. donc. spécialisé] dans un même programme fonctionnel. Une telle vision permet à l’enseignant d’aborder tour à tour les trois sortes de communication [transversal.

LA TÂCHE. DANS UNE PERSPECTIVE D’APPRENTISSAGE  Version     anglaise: Task Based Learning (TBL) années 1980 l’ESP: choix aux connaissances et difficultés effectives des apprenants Le FOS: opérer l’analyse la plus juste et la plus complète possible des éléments à maîtriser Langues professionnelles: ESP est l’un des secteurs pionniers du développement des approches « par résolution de tâches » et « par résolution des problèmes »  répandues dans l’enseignement de l’anglais « généraliste » (ex: domaine médical) .

ayant à accomplir des tâches  Tâches ↔ objectifs ↔ besoins réels . DANS UNE PERSPECTIVE DE PRODUCTION (1)  FOS évolue: La notion de tâche est progressivement intégrée dans les pratiques.LA TÂCHE.  Public professionnel  situations de travail  tâches à effectuer en langue étrangère  Approche actionnelle (pas particulière au FOS): apprenant comme acteur social.

16: « toute visée actionnelle que l’auteur se représente comme devant parvenir à un résultat donné en fonction d’un problème à résoudre. pour l’heure. stabilisé ni véritablement théorisé » . 65: « la tâche est davantage axée sur la production de discours oraux et/ou écrits conformes aux discours professionnels en circulation » p. d’une obligation à remplir. d’un but qu’on s’est fixé »  Tâche   (français général): (FOS): Mourlhon-Dallies p. 66: « l’enseignement du FOS par les tâches n’est pas. DANS UNE PERSPECTIVE DE PRODUCTION (2)  Tâche  CECR p.LA TÂCHE.

 que l’éventail des objectifs de formation pour ces publics est très large et intègre. la question de la communication en situation professionnelle sous tous ses aspects. adaptés à des publics de professionnels (ou de personnes en voie de professionnalisation) et conduits en temps limité.CONSIDÉRATIONS FINALES: (Mourlhon-Dallies p.  que la manière d’enseigner à de tels publics prend désormais assez souvent appui sur la réalisation de tâches (professionnelles. simulées ou non) qui se déploient au gré d’un apprentissage collaboratif que l’enseignant canalise tout autant qu’il dirige. 67):  Il apparaît donc:  qu’un certain savoir-faire existe en matière de conception de programmes d’enseignement sur mesure. . quotidiennes. par delà de la maîtrise de la langue.