You are on page 1of 9

La consommation d’eau en

1970 en Île de France.

A partir des années


1990, on a constaté une
baisse de la
consommation d’eau
dans les grandes villes.
En moyenne, le volume
d’eau consommé par
année a diminué de
1.7% en Île de France.
I. Constat de l’évolution
Après 1982, la
consommation a repris et a retrouvé en
1990 le niveau record des années 1974
et 1976.

Depuis 1996, la
consommation
d’eau s’est
stabilisée.

De 1990 à 1998, la
consommation
globale a fortement
diminuée.
On a constaté que la consommation d’eau a
fortement baissé en Ile-de-France au cours
des années1990.
En 1976, une phase de baisse de cinq
années a interrompu la croissance régulière
des consommations d’eau enregistrées.
A partir de 1982, la consommation d’eau a
repris et a atteint son niveau record en
1990.
Après ça, la consommation a connu une
nouvelle baisse qui a duré dix ans. Puis
ensuite, elle s’est re-stabilisée jusqu'en
2002.
II. Les raisons

• Les hypothèses les plus souvent


annoncées, le climat, l'évolution des
comportements des ménages, le prix de
l'eau et l'évolution des équipements des
ménages. Permettent d'observer une
baisse de la consommation d'eau en Îles
de France.
Le climat.
• Le climat est un
facteur dont les
effets sont
difficiles à
mesurer. Bien
que cette
contribution soit
faible en période
moyenne, la
contribution de
ce facteur peut
être forte les
années
exceptionnelles
L’évolution des comportements des
ménages.
Les personnes âgées et
celles aux revenus
modestes sont les plus
sensibles au gaspillage
de l’eau. A l’inverse, les
ménages dont le revenu
est élevé sont moins
propices à faire des
économies. Au cours des
années quatre-vingt-dix,
les ménages ont tout de
même peu modifié leurs
habitudes.
Le prix de l’eau.
Les ménages sont devenus plus attentifs au
montant de leur consommation. Le
CRÉDOC a mis en évidence l’existence
d’un seuil de consommation en dessous
duquel la variation n’a pas d’importance.
L’évolution des équipements des
ménages.
Les progrès technologiques
des appareils ménagers et
la progression du confort
des logements ont des
effets contradictoires sur la
consommation d’eau des
ménages. Mais le progrès
technologique a permis la
diffusion d’appareils qui
réduisent la consommation
d’eau.
Conclusion.
Les volumes d’eau consommés en Ile-de-France ont
diminué en moyenne de 1,7 % par an au cours des
années 1990. Une baisse également constatée dans les
autres régions urbaines. La légère reprise de 2000 et
2001 n'indiquer pas un véritable changement.
Les résultats montrent que la baisse des consommations
d’eau en Îles de France provient de quatre facteurs: les
mutations économiques, la gestion de l’eau dans le
service public, le renouvellement et la gestion de l’habitat
collectif et enfin les variations démographiques.