Les Ouvrages de Soutènement

,
dégâts sur le corps de chaussée,
et méthodes de stabilisation des ta
Réalisé par:

Encadré par :
Mr Mouad El
Khoudri

MACHHOUR
AMINA
TAIBI FATIMA
EL MAKHLOUFI
ANAS
RHAIT YOUSSEF
CHERQI HALIMA
LEILI ZAINEB

I

Introduction
Ouvrages de soutènement 

II

PLAN

III

IV

V

Les dégâts sur le corps de chaussée

Les méthodes de stabilisation du talus

Conclusion

12

Introduction

I
3 8

ils sont utilisés généralement auprès des chaussées et nécessitent une stabilisation solide de ces derniers . et ceci afin de répondre à des besoins multiples ( préserver les routes et chemins des éboulements et glissement de terrain ) . 4 8 .Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Introduction : Les ouvrages de soutènement sont en général des murs verticaux ou sub-verticaux qui permettent de stabiliser des talus .

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Conception particulière Conception générale Techniques de soutèneme nt 5 8 .

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Les différentes techniques de soutènement Murs Poids Massi f coulé s Rideaux de palplanc he Techniques de soutèneme nt Paroi en Béton Murs en BA Voile Massifs en remblai armé & poutre ancrés Conclusion .

Murs Poids  Murs en Béton armé Mur poids en pierres maçonnées Mur poids en béton Mur poids constitué de gabions Poutres en béton armé préfabriquées Massif en remblai armé Rideaux de palplanches .

hors nappe. Les murs poids nécessitent un terrain de fondation de qualités moyennes à bonnes. Rideaux de palplanches . en imposant de fortes contraintes au massif d'assise de fondation.  les murs Poids sont utilisés pour la réalisation d'ouvrages en site terrestre.Murs Poids  Murs en Béton armé Massif en remblai armé La fonction de soutènement est assurée par le poids propre du mur qui équilibre la poussée des terres du massif soutenu.

susceptible de faibles tassements (quelques centimètres au plus) Rideaux de palplanches . et généralement horizontale. en site terrestre hors d'eau. en béton armé également. sont très couramment employés. Ils sont constitués d'un voile résistant en béton armé encastré sur une semelle de fondation. Ces murs nécessitent en principe un terrain de fondation de qualités moyennes à bonnes. Ces murs sont bien adaptés pour la réalisation d'ouvrages en remblai comme en déblai.Murs Poids  Murs en Béton armé Massif en remblai armé Les murs de soutènement en béton armé.

Murs Poids  Murs en Béton armé Variantes de conception Bêche dans la semelle Contreforts extérieurs ou intérieurs Console Tirant Fondation sur pieux Massif en remblai armé Rideaux de palplanches .

Nature du sol aptitude à accepter des tassements généraux et ▪ Massif souple s’adaptant aux ▪ Un parfois sol moyen voire médiocre peutils sont différentiels importants. entre lesquelles sont disposés des éléments de renforcement (ou armatures) souples et résistants. généralement reliés à un parement. Rideaux de palplanches . Domaine d’emploi : qui leur confère le plus souvent une bonne ▪ Ouvrage essentiellement en remblai. Ces ouvrages se caractérisent par leur souplesse. De ce fait. différents terrains de fondation convenir bien adaptés pour des sols de fondation de qualités moyennes à médiocres .Murs en Béton armé Murs Poids  Massif en remblai armé Les ouvrages (ou massifs) en remblai armé ou renforcé sont constitués d'un massif de remblai mis en place par couches successives compactées.

soutien de rives et protection de berges).Murs Poids  Murs en Béton armé Massif en remblai armé Les palplanches métalliques sont des profilés rectilignes.Ouvrage de soutènement en site aquatique (mur de quai maritime ou fluvial. Conçues pour s'enclencher les unes avec les autres. Nature du sol . elles permettent de réaliser des rideaux continus relativement étanches. rectilignes. Domaine d'emploi .Sols meubles peu à moyennement compacts Rideaux de palplanches . obtenus par laminage à chaud ou profilage à froid. courbes. et mis en œuvre verticalement dans le sol.

Variantes de conception : clous injectés clous battus Parement souple ou rigide Domaine d’emploi : -Ouvrage exclusivement en déblai en site terrestre hors d’eau . par tranches successives. de haut en bas.Les massifs en sol cloué sont des massifs de soutènement réalisés en déblai.Employée pour des ouvrages dont la hauteur n'excède pas une dizaine de mètres environ -Un sol de moyenne qualité peut convenir . (par terrassement du sol en place).

de haut en bas.Les voiles ancrés sont des ouvrages de soutènement réalisés en déblai. Le voile peut être coulé en place par tranches. par terrassement du sol en place. • Poutres ancrées pouvant être utilisées pour assurer la stabilité d’un ouvrage réalisé en remblai • Presque tous les terrains peuvent convenir . si la hauteur de l'ouvrage ou les conditions de stabilité des talus durant travaux poutre les ancrée est le unjustifient. voile épais qui ne Domaine d’emploi : comporte en principe qu'un seul lit de • Ouvrage de stabilisation tirants d'ancrage précontraints.

Variantes de conception : Paroi moulée Paroi préfabriquée Paroi berlinoise Domaine d’emploi : Bâtiment: Parking souterrains en sous-sol d’immeubles. . Génie civil: Blindage de fouille. … Nature Du Sol : Ce sont des ouvrages qui peuvent être réalisés dans pratiquement tous les terrains à condition de prendre les précautions nécessaires.

 Des matériaux.  Du mode de réalisation.  De la durée de service. urbanisé ou non.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussé Méthodes de stabilisation Le choix d’une solution Le choix d’un ouvrage de soutènement dépend notamment :  De son implantation.  Des contraintes d’intégration dans l’environnement.  De la nature du sol de fondation.  Du coût global. relief.  Du site. Conclusion .

.  La détection d'éventuels mouvements. et l'étude de l'influence sur celle-ci de la construction de la structure.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussé Méthodes de stabilisation Conclusion ReconnaissanceGÉOTECHNIQUE géotechnique et RECONNAISSANCE ET hydrogéologique HYDROGÉOLOGIQUE  L'étude préalable de la stabilité du site.  La connaissance des conditions hydrogéologiques du site. qui peuvent ne survenir qu'à certaines périodes. y compris dans ses phases d'exécution. qui ont très souvent une grande incidence sur la stabilité dans ces cas.

.  Les méthodes de calculs utilisées pour dimensionner certains types d'ouvrages et/ou pour estimer des déplacements peuvent requérir en outre la connaissance de certains paramètres particuliers. permettant de caractériser la portance du sol de fondation.Introduction    Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion  les paramètres Dimensionnement de l'ouvrage . de cisaillement des terrains concernés.

.  de leur incidence sur le fonctionnement de l'ouvrage et sur la validité des schématisations de calculs adoptées .  des problèmes de durabilité. dans les conditions d'exploitation prévues pour l'ouvrage .  de leur faisabilité en terme de mise en œuvre.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Les dispositions prévues doivent être examinées en fonction notamment :  de leur convenance au problème posé .

 à prévoir la détente ou même l'extraction partielle de tels tirants s'il s'agit d'un ouvrage provisoire. . pour éviter l'emploi de tirants précontraints.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion 1) IMPLANTATION ET EMPRISE  à réduire sensiblement le patin d'un mur en béton armé au profit d'une augmentation du talon .  à concevoir une paroi «à inertie». si cela est possible naturellement.

d'une manière plus générale. son entretien ou sa réparation éventuelle. les terrassements. il doit être tenu compte des conditions d'accès aux différentes parties de la structure pour la surveillance de celle-ci.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation En principe. Conclusion . Dans tous les cas. le choix est guidé par des études de stabilité générale du versant ou du talus et par la recherche de solutions qui minimisent les volumes des fouilles et.

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Implantations possibles Méthodes de stabilisation Conclusion .

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation schéma de principe de la délimitation de la zone d’influence Conclusion .

dans le cadre de la surveillance. en augmentant le «fruit apparent» de l'ouvrage. il peut être intéressant de prévoir une ou plusieurs risbermes intermédiaires. améliore rapidement la stabilité de celui-ci. ou comme zones de plantation à usage esthétique.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion 2) CONSTITUTION ET GÉOMÉTRIE DE L'OUVRAGE Fruit et risbermes  L'augmentation du fruit d'un ouvrage.  Elles conduisent généralement à une amélioration de la stabilité. . de l'entretien. ou de la réparation de celle-ci. l'accès à certaines parties de la structure.  Dans le cas des ouvrages de forte hauteur.  Elles peuvent être utilisées comme emplacements des systèmes de collecte des eaux de drainage.  Elles peuvent faciliter. en outre.

sous réserve naturellement que les conditions d'emprise et d'environnement le permettent.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Une telle disposition est généralement bien adaptée techniquement pour les ouvrages souples du type massifs en sol renforcé (massifs cloués et massifs en remblai renforcé par inclusions métalliques ou synthétiques). ou pour des voiles (ou des poutres) ancrés de forte hauteur exécutés en déblai. .

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Reconnaissance géotechnique et hydrogéologique Conclusion .

Etanchéité Ces problèmes peuvent concerner notamment:  Les pressions hydrostatiques. l'altération des caractéristiques mécaniques des sols soutenus.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Drainage . .  Dégradation de l'aspect de l'ouvrage liée. C'est la raison pour laquelle il convient d'apporter à cet aspect de la conception des ouvrages la plus grande attention. Le choix même du type d'ouvrage peut d'ailleurs en dépendre largement. la dégradation des matériaux constitutifs.

. à son mode de construction et à la situation rencontrée.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Exemple : Drainage des eaux d'infiltration ( éventuellement rabattement de la nappe) Ce système de drainage doit être bien adapté au type d'ouvrage envisagé.

. par végétalisation par exemple. De telles contraintes amènent parfois à consulter sur la base de solutions par trop particulières.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Esthétique des ouvrages La recherche de la qualité esthétique des ouvrages est de plus en plus fréquente aujourd'hui dans les projets de soutènement. Ainsi. ou d'obtenir un aspect spécial du parement. les études architecturales menées au cours d'un projet conduisent très souvent à arrêter des caractéristiques bien particulières pour l'ouvrage : il peut s'agir de privilégier certaines formes.

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion .

. quel que soit le parti architectural adopté. et la détection des signes pathologiques.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Enfin. Quant à la végétalisation. le type de plantations devra être choisi en vue d'éviter tout camouflage définitif des éléments structurels. celui-ci doit permettre d'assurer dans des conditions normales la surveillance des ouvrages.

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Dispositions Particulière .

Le choix du dispositif par la méthode des indices de danger que l'on peut classer suivant deux niveaux de sécurité : • les barrières de niveau N («glissières») : retenir des véhicules légers. . • les barrières de niveau H.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Protection contre les chocs-dispositifs de retenue La mise en place d'un dispositif de retenue des véhicules en partie supérieure d'un ouvrage de soutènement est souvent nécessaire. et tout particulièrement lorsque celui-ci supporte une plate-forme circulable à proximité de son parement et lorsqu'il présente une hauteur supérieure à 1 mètre sur une certaine longueur. destinées à retenir des véhicules lourds.

BHO battu & B.GBA posé sur laB. BN4 sur la dalle B.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Mise en place des Barrières B. GBA sur la dalle disposé à l’arrière duplateforme de frottement de frottement mur .

un choix tardif peut aboutir à des solutions particulièrement onéreuses. voire à des incompatibilités entre la structure porteuse déjà arrêtée et le dispositif de retenue le mieux adapté aux conditions du site et du trafic. . et non à celui des études d'exécution. comme cela est parfois le cas avec des variantes.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Choix du dispositif de retenue Le choix du dispositif de retenue est donc nécessairement lié à celui de l'ouvrage de soutènement. et doit s'opérer au plus tôt au stade du projet. En effet.

• l'interaction avec l'ouvrage notamment selon que celui-ci est souple ou rigide.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion En conclusion. le choix du dispositif de retenue et de son mode de fixation est donc guidé par la connaissance des paramètres suivants : • l'indice de danger qui fixe le niveau de sécurité auquel doit répondre le dispositif. • les emprises disponibles et donc la position du dispositif sur le profil en travers. .

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Ouvrages en Zone Sismique Le choix d'une technique de soutènement s'effectue d'une manière générale comme en situation non sismique. Pour ce qui est calcul on se base sur le RPS 2000 qui propose des méthodes de calculs approprié. c'est-à-dire principalement en fonction des contraintes du site et des contraintes géotechniques. nous permet de calculer les efforts sismiques sur les parois et de vérifier la stabilité de ce dernier .

l'objectif idéal étant d'équilibrer le mieux possible les déblais et les remblais dans un but d'amélioration de la stabilité du versant et d'économie. .Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Ouvrages sur Versants De nombreux tracés routiers et autoroutiers se développent en site montagneux. et des ouvrages en déblai pour leur participation résistante à la stabilité générale. L'importance de la pente transversale conduit parfois à adopter certaines dispositions particulières. les soutènements réalisés dans de tels sites sont des ouvrages complexes. leur souplesse et leur aptitude à accepter d'éventuels mouvements. ils en résultent de l'association de plusieurs techniques : des ouvrages en remblai pour leur facilité d'exécution.

Introduction

Ouvrages de
Soutènement

Les Dégâts sur le Corps de
chaussée

Méthodes de stabilisation

Conclusion

Une solution souvent envisagée pour améliorer la stabilité
générale d'un ouvrage consiste à réaliser une longrine ancrée
par tirants précontraints en pied de celui-ci. En règle générale,
il est conseillé, dans la mesure du possible, de limiter l'emploi
de tirants actifs qui demandent par la suite une surveillance
pouvant s'avérer contraignante.

Introduction

Ouvrages de
Soutènement

Les Dégâts sur le Corps de
chaussée

Méthodes de stabilisation

Enfin, il faut souligner que le drainage est une disposition de
conception essentielle pour ce type d'ouvrages :
• Drainage du versant, par l'intermédiaire de drains
subhorizontaux ou de tranchées drainantes par exemple.
• Drainage des ouvrages, où il est souhaitable de réaliser un
masque drainant derrière l'ouvrage par exemple.

Conclusion

Introduction

Ouvrages de
Soutènement

Les Dégâts sur le Corps de
chaussée

Méthodes de stabilisation

Conclusion

Ouvrages en Remblai Traité

Le matériau de remblai, joue un rôle important dans le bon
comportement d'un ouvrage de soutènement (la limitation des
déformations).
De nombreux sols présentent, dans leur état naturel, des
caractéristiques médiocres et de ce fait sont inutilisables pour la
construction d'ouvrages en remblai (particules fines, teneur en
eau est élevée, argileux et crayeux)
Il existe des techniques d'amélioration de ces sols qui, en
diminuant leur teneur en eau et, pour certaines d'entre elles, en
agglomérant les particules fines, permettent de les utiliser
comme matériaux de remblai. L'une d'elles consiste à ajouter au
sol une faible quantité de chaux ou de ciment.

sous certaines conditions : • Le mode de fonctionnement de l'ouvrage : l'ouvrage peut différer de son mode de fonctionnement normal sur lequel sont basées les méthodes de calcul habituelles. . • La durabilité des éléments de renforcement : elle devra faire l'objet d'études spécifiques pour éviter le vieillissement des éléments de renforcement.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Les sols traités peuvent être utilisés pour la construction de massifs en remblai renforcé.

. parements.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Surveillance des OS Tous les ouvrages en service doivent faire l'objet d'une surveillance et d'un entretien réguliers. têtes de tirants d'ancrage). qui peuvent être grandement facilitées par des dispositions de conception et/ou de construction ce qui impose notamment de se préoccuper dès les premières phases d'études du projet des problèmes d'accès. ces dispositions concernent principalement les conditions d'accès aux différentes parties de l'ouvrage (parties de la structure. barbacanes et dispositifs de collecte et d'évacuation des eaux. Au niveau de la conception générale des ouvrages.

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion L'accès direct aux éléments notamment aux examens. auxquels l'accès est généralement aisé. mesures et analyses nécessaires). Les témoins de durabilité sont des échantillons représentatifs des éléments de renforcement. . qui ont donc pour but de permettre de contrôler l'évolution des phénomènes de dégradation. facilement extractibles. il est indispensable de disposer de renforcement pour examen visuel et prélèvement d'échantillons pour procéder dans ces derniers des témoins de durabilité.

• Doivent être facilement accessible sur l’ouvrage et repérée sur les plans et documents. sur les plans et documents de suivi des ouvrages. • Les caractéristiques initiales de chaque témoin doivent être définies. doivent répondre aux exigences suivantes : • être représentatifs des éléments de renforcement de l'ouvrage et du comportement de ces derniers. • Ils doivent être prévus en nombre suffisant (généralement 12 en minimum). les témoins de durabilité.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion D'une manière générale. . de quelque type qu'ils soient.

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Témoins de durabilité extractibles d'éléments de renforcement métalliques Trappe de visite dans un parement Tête de tirant d'ancrage précontraint définitif équipée d'un dispositif permanent de Témoins de durabilité non contrôle extractibles d'éléments de de le tension renforcement géosynthétiques .

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation les dégâts causées sur le corps de chaussé (chaussée souple) Conclusion .

de diagnostiquer les causes des dégradations apparentes et de cibler les solutions de réhabilitation les plus appropriées. .Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Les Dégradations L’évaluation des chaussées repose sur une série de mesures et d’observations visuelles qui permettent d’établir la condition de la structure.

75 m ) Bondes N1 et N5 : Largeur ( 1 m ) Méthodes de stabilisation Conclusion .Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Fissuration Bandes d’auscultation par voie pour les relevés de fissuration Bondes N1 et N5 : Largeur variable ( 0.55 m ) Bondes N2 et N4 : piste de roues Largeur ( 0.

généralement sur toute la largeur de la chaussée. . 2. 3. : vis-à-vis des regards ou des puisards). Retrait thermique.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Fissuration Fissures transversales Rupture du revêtement relativement perpendiculaire à la direction de la route. 4. Vieillissement et fragilisation du bitume. Diminution de la section du revêtement (ex. Joint de construction mal exécuté (arrêt et reprise des travaux de pose d’enrobé). Causes probables 1.

. Causes probables 1. Fatigue du revêtement (trafic lourd).Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Fissures en piste de roues Rupture du revêtement parallèle à la direction de la route et située dans les pistes de roues. Mauvais drainage des couches granulaires de la chaussée (ex. Capacité structurale insuffisante de la chaussée. 2. : pendant le dégel). soit dans les bandes numéros 2 et 4. 3.

Apport latéral d’eau de ruissellement dans la structure de la chaussée (milieu urbain). 4. : élargissement). : accotement étroit et pente de talus abrupte).Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Fissures en rive Rupture en ligne droite ou en arc de cercle. ou décollement du revêtement le long de la bordure. Manque de support latéral (ex. . le long de l’accotement ou de la bordure. 3. 2. Discontinuité dans la structure (ex. Assèchement du sol support (milieu urbain). Causes probables 1.

2. Compactage insuffisant dans les couches de granulaire à la construction. 3. Causes probables 1. Mauvais drainage des matériaux granulaires de la chaussée (ex. Vieillissement (accumulation des déformations permanentes). 5. Capacité structurale insuffisante de la chaussée. Usure (milieu urbain ou secteur avec circulation peu canalisée).Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Déformations de la surface Ornière Dépression longitudinale simple située dans les pistes de roues (bandes 2 et 4). La forme transversale de la dépression correspond à celle d’une courbe parabolique très évasée. 4. : période de dégel). .

. 3. 4. Manque de support latéral et instabilité du remblai. 5. Zone de déblai argileux ou secteurs marécageux. Mauvais état des réseaux souterrains (milieu urbain). Affouillement ou assèchement du sol support (milieu urbain).Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Affaissement Distorsion du profil en bordure de la chaussée ou au voisinage de conduites souterraines. 2. Causes probables 1. Présence de matériaux inadéquats ou mal compactés.

Conduites souterraines à faible profondeur (milieu urbain).Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Soulèvement différentiel Gonflement localisé de la chaussée en période de gel. Nappe phréatique élevée et présence d’eau aux abords de la chaussée. Matériaux sensibles à l’humidité. phénomène hivernal récurrent. aussi bien parallèle que perpendiculaire à l’axe de la chaussée Causes probables:      Infrastructure gélive. phénomène permanent. Conclusion . Hétérogénéité des matériaux ou transition inadéquate dans la chaussée.

Compactage insuffisant. Sous-dosage du bitume ou mauvais enrobage. Utilisation d’agrégats hydrophiles ou bitumophobes. Sollicitations accrues en zone de virage et de freinage (milieu urbain). Causes probables:       Usure par trafic intense.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Défauts de l’enrobé et perte du revêtement Désenrobage et arrachement Érosion du mastic et perte des gros granulats en surface produisant une détérioration progressive du revêtement. . Surchauffe ou vieillissement de l’enrobé (oxydation et fragilisation).

. saleté entre les couches). Épaisseur insuffisante de la couche de surface. Chaussée fortement sollicitée par le trafic. incompatibilité chimique.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Pelade Arrachement par plaques de l’enrobé de la couche de surface Causes probables:    Mauvaise adhérence de la couche de surface (ex. : manque de liant d’accrochage.

Chaussée fortement sollicitée par le trafic lourd. Causes probables:    Faiblesse ponctuelle de la fondation. . Épaisseur insuffisante du revêtement. au contour bien défini.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion Nid-de-poule Désagrégation localisée du revêtement sur toute son épaisseur formant des trous déforme généralement arrondie. Les trous peuvent être comblés par du rapiéçage temporaire. de taille et de profondeur variables .

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Méthodes de stabilisation Conclusion .

Les méthodes de la stabilité des ouvrages de soutènement III .

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE Conclusion SOUTENEMENT Vérification de la stabilité Méthodes de la stabilité de mur de soutènement Calcul des efforts de poussée et de butée .

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Calcul des efforts de poussée et de butée  Objectif: Déterminer les forces de poussée et de butée en fonction de la géométrie des murs de soutènement et du massif de sol retenu. des caractéristiques mécaniques du sol et des déplacements relatifs des murs par rapport au sol. LA STABILITE DES OUVRAGES DE SOUTENEMENT Conclusion .

Ouvrages de Soutènement Introduction Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE SOUTENEMENT Calcul des efforts de poussée et de butée  Massif de sol homogène à surface horizontale. maintenu par un écran  Déplacement latéral nul  F(= Fo) : effort pour maintenir l'écran immobile σv σ v et σ h Ko  γ 'z ' σh  K γ z : contraintes principales majeure et mineure : coefficient de pression des terres au repos σ 'h K  ' σv Conclusion .

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée Calcul des efforts de poussée et de butée LA STABILITE DES OUVRAGES DE SOUTENEMENT Conclusion .

Conclusion .Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE SOUTENEMENT Calcul des efforts de poussée et de butée Principe de la poussée et de la butée.

cos . K  .Cas de la butée :  hp   .  . K    z. K    z. K  .Cas de la poussée :  ha  p   . cos .  SOUTENEMENT Conclusion . .Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE Méthodes de la stabilité des ouvrages de soutènement  Rankine : -Basée sur toute une zone en rupture -Part de l’état de contraintes verticales -Ne considère pas à priori la valeur du frottement entre le sol et le mur .

. .Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE Méthodes de la stabilité des ouvrages de soutènement  Coulomb : .Le sol est homogène et isotrope.La surface de rupture est plane.L'angle de frottement d entre le mur et le sol est connu .Le mur est rigide. • Force de poussée de Coulomb 1 γ H K ca • Force de butée de Coulomb 2 F  2 F cp  1  H 2 Kcp 2 SOUTENEMENT Conclusion . .La cohésion n'est pas prise en compte.

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE Méthodes de la stabilité des ouvrages de soutènement SOUTENEMENT Conclusion .

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE SOUTENEMENT Conclusion .

instabilité au poinçonnement Conclusion .instabilité au Glissement c.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE SOUTENEMENT La stabilité externe a.instabilité au renversement b.

Fondamentale Accidentelle - Stabilité au renversement .L.S.U.Stabilité d’ensemble . Fréquente Rare Quasi-permanente .Matériaux constitutifs du mur E.Matériaux constitutifs du mur Conclusion .Stabilité du sol de fondation . Combinaisons des charges Etat limite Combinaison Justification E.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE SOUTENEMENT 1.Décompression du sol .L.Stabilité au glissement .Stabilité du sol de fondation .

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE Conclusion SOUTENEMENT  Stabilité au renversement (ELU) • Sollicitations de calcul à considérer ELU : combinaisons fondamentales et combinaisons accidentelles • Condition à respecter : Surface de sol comprimée sous la fondation  10 % de la surface totale de la fondation .

Fs >2 si on tient compte de la butée Conclusion .Introduction Ouvrages de Soutènement Vérification de Il faut Pour que Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE SOUTENEMENT la stabilité au renversement vérifier : le mur soit stable. il faut : . .5 si on néglige la butée.Fs >1.

. il faut : .Fs >2 si on tient compte de la butée Conclusion .Fs >1.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE SOUTENEMENT  Stabilité au glissement (ELU) • Sollicitations de calcul à considérer ELU : combinaisons fondamentales et combinaisons accidentelles • Pour chaque combinaison d'actions. on doit vérifier que : Pour que le Mur soit stable.5 si on néglige la butée.

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE  Stabilité au poinçonnement (ELU) • Sollicitations de calcul à considérer ELU : combinaisons fondamentales et combinaisons accidentelles ELS : combinaisons rares qref  qadm qref : contrainte conventionnelle de référence.due à l'effort normal qui s'applique sur la semelle .à ne pas dépasser dans le sol pour qu'il n'y ait pas de rupture .dépend de la contrainte ultime (de rupture) du sol SOUTENEMENT Conclusion . .plus élevée qu'une contrainte moyenne qadm : contrainte admissible (dépend du sol) .

ec   B  1 B   Conclusion SOUTENEMENT et à l’amont de la Semelle (σmax) et (σmin) N 6.MG B2  N 6.ec    B B  1 B  2 B LA STABILITE DES OUVRAGES DE  .MG N  6.Ouvrages de Soutènement Introduction Les Dégâts sur le Corps de chaussée On calcule alors les contraintes à l’aval  max   min  N  B Il faut vérifier que : 6.

Introduction Ouvrages de Soutènement La stabilité interne Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE SOUTENEMENT Conclusion .

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE Conclusion SOUTENEMENT  Les épaisseurs : Épaisseur en tête du mur : eo= 20 cm si H ≤ 6 m eo= 30 cm si H > 6 m Les épaisseurs e1du mur à la base et e2de la semelle sont prises égales. • H = hauteur (en m) de la tête du mur par rapport à la base de la semelle. . La valeur commune est donnée par les abaques en fonction des quantités : • a = H/D nombre sans dimensions caractérisant le talus.

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE Les abaques des épaisseurs SOUTENEMENT Conclusion .

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE Conclusion SOUTENEMENT Par exemple : .pour H = 6 m e1= e2= 0.pour H = 4 m e1= e2= 0. Dans certains cas.37 m .a = 0 (pas de talus) -H=5m .Pour H = 5 m on prendra e1= e2= 0.23 m . .30 m NB : Les épaisseurs e1ou e2données par ces abaques correspondent à une section minimale de béton. il peut être intéressant d’augmenter ces épaisseurs. notamment pour optimiser la section de treillis soudés.ϕ= 30° pas de charge sur le terre-plein Sur l’abaque nous lisons : .

4 . 0.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE Conclusion SOUTENEMENT  La semelle : Les dimensions b1 et b de la semelle sont données par les abaques en fonction des quantités : • σser= pression limite admissible du sol de fondation.5 et 2 et sont valables pour : • un angle de frottement interne du remblai = ϕ 30° • un coefficient de frottement admissible sol-béton µ = 0. correspondant à l’étatlimite de service (en MPa) • H = hauteur (en m) de la tête du mur par rapport à la base de la semelle. Ces abaques correspondent à des valeurs du rapport a = H/D respectivement égales à 0.

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE SOUTENEMENT Les abaques des semelles Conclusion .

avec un angle d’inclinaison nul ( δ =0) sur la normale au parement .Introduction Introduction Ouvrages dede Ouvrages Soutènement Soutènment Les Dégâts Dégâtssur surleleCorps corps de de chaussée chaussées LA STABILITE DES OUVRAGES DE Conclusion SOUTENEMENT Le dimensionnement la poussée active des terres et celle due auxcharges d’exploitation sur le terreplein sont supposées s’exercer directement sur le parement intérieur du mur.

Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE SOUTENEMENT  SOLLICITATIONS DE CALCUL L’ètat-limite de résistance d’un mur de soutènement se vérifie en appliquant les Règles BAEL  Combinaisons d’actions Les combinaisons d’actions à considérer sont : .Introduction .à l’état-limite ultime : Avec: Conclusion .à l’état-limite de service : .

T.P. l’ouvrage est calculé à l’étatlimite ultime. .Pour la fixation du critère de fissuration. il convient de se référer aux documents particuliers du marché (C. en l’absence de références dans ces textes. l’ouvrage est calculé à l’état-limite de service.) ou. aux Règles BAEL Pour la plupart des murs de soutènement.si la fissuration est préjudiciable ou très préjudiciable.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE Conclusion SOUTENEMENT L’état-limite déterminant est fonction du critère de fissuration : .  Calcul pratique des sollicitations :  Charges réparties  Charges concentrées .C.si la fissuration est peu préjudiciable. . la fissuration est généralement préjudiciable.

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE Conclusion SOUTENEMENT  SECTIONS DE CALCUL Le calcul de la structure d’un mur de soutènement nécessite l’étude de certaines sections critiques S1= encastrement du voile sur la semelle → section d’acier A1 S2= encastrement du patin sur le voile → section d’acier A2 S3= encastrement du talon sur le voile → section d’acier A3 S4= section du voile au tiers de sa hauteur → section d’acier A4 S5 = section du voile à la moitié de sa hauteur → section d’acier A5 S 6 = section du voile aux deux tiers de sa hauteur → section d’acier A 6 .

Introduction Introduction Ouvrages dede Ouvrages Ouvrages de Soutènement Soutènement Soutènement Dégâts sur corps Les Dégâts Dégâtssur surlele leCorps corps de de chaussée de chaussée chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DEDE LA STABILITE DES OUVRAGES SOUTENEMENT Conclusion Conclusion SOUTENEMENT Pour la détermination des treillis soudés devant armer le voile. . Il est rappelé qu’en cas de fissuration préjudiciable. et qu’en cas de fissuration très préjudiciable il faut. les espacements maximaux fixés doivent être respectés. il faut pour les armatures les plus proches des parements : ∅ ≥ 6 mm. on prend en compte les forces horizontales  DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES  ferraillage principal Le ferraillage principal d’un mur de soutènement résulte du calcul des sections critiques. La figure ce dessus donne un schéma type du ferraillage principal résultant du calcul . pour ces mêmes armatures : ∅ ≥ 8 mm De plus.

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE Conclusion SOUTENEMENT  ferraillage secondaire Le calcul ne permet de déterminer que le ferraillage principal. imposent pratiquement l’utilisation de panneaux sur devis. les conditions ∅ ≥ 6 mm ou ∅ ≥ 8 mm n’ont pas besoin d’être respectées.25 m. .  disposition du treillis soudé L’utilisation de panneaux standard pour « armer » un mur de soutènement ne présente aucune difficulté sauf à la jonction voile-semelle où il est nécessaire de disposer. Il est nécessaire de compléter celui-ci par un ferraillage secondaire pour tenir compte des dispositions constructives et des multiples effets secondaires existant dans ce type d’ouvrage. Mais pour des murs dont l’épaisseur à la base dépasse 0. en attente de reprise de bétonnage. Pour ce ferraillage complémentaire. et l’obligation d’avoir de fortes sections à la jonction voile-semelle d’autre part. des aciers en barres. la condition fixant la section minimale des armatures horizontales d’une part.

et leurs critères de dimensionnement et stabilité . en génie civil . il y’a les gabions . on verra dans ce qui suit . leurs types . Définition Le gabion. le plus souvent fait de solides fils de fer tressés et contenant des pierres. utilisé dans le bâtiment pour décorer une façade nue ou construire un mur de soutènement .Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE Conclusion SOUTENEMENT Parmi les ouvrages de soutènement les plus utilisés au Maroc . désigne une sorte de casier . .

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE SOUTENEMENT Les gabions ont des caractéristiques spéciales :  Perméabilité Cette caractéristique.  Durabilité La porosité. la solidification de la structure entière pour donner naissance à une forme ordonnée et durable. Conclusion . ou nombreux vides retrouvés à l’intérieur des gabions sont comblés par le transport des sols environnants ce qui favorise l’établissement de végétation et. par la suite. inhérente aux structures de gabions. permet le drainage libre et efficace tout en retenant le sol.

Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE Conclusion SOUTENEMENT Flexibilité   Chaque gabion cède aux mouvements de masse afin de maintenir son efficacité et sa qualité structurale . aménagement hydraulique. . stabilisation de talus. protection de berge. mur d’enceinte. aménagement paysager . les gabions peuvent aussi retenir des roches si jamais il y'a glissement de terrain . c’est pour cela qu’il est fréquemment utilisée à coté des montagnes . Utilisations Les gabions peuvent avoir plusieurs fonctions . ils peuvent être utilisés comme paroi antibruit.

nature des matériaux de l’enveloppe (Métalliques . polymères ) . grillage . Synthétiques. poids des terres . La poussée active . Dimensionnement et stabilité des gabions : Il y'a plusieurs critères à prendre en compte pendant le dimensionnement des murs en gabions notamment . le treillis d’armature et les revêtements) Enveloppe.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE Conclusion SOUTENEMENT  Matériaux constitutifs de la structure enveloppe (la cage. . cohésion et angle de frottement interne .

soigneusement compactés.   Lors de la mise en place des gabions. le vide sera comblé par des remblais insensibles à l’eau.Introduction Ouvrages de Soutènement Les Dégâts sur le Corps de chaussée LA STABILITE DES OUVRAGES DE Conclusion SOUTENEMENT  Poids des terres Le poids des terres qu’exercent les matériaux situés à l’amont du mur s’exprime par une force (en N) exercée sur une unité de volume (m3). L’ordre de grandeur est 17 à 20 kN/m3 (ou 1. Il s’agit de la pente naturelle d’un matériau . d’un poids volumique estimé à γ h = 20 kN/m3.  L’angle de frottement interne d’un matériau s’exprime en degrés (°). L’ordre de grandeur de la cohésion des terrains habituellement rencontrés est de 0 à 15 kPa.0 tonnes/m3).  Cohésion et angle de frottement interne :   La cohésion s’exprime en Pascal (1 Pa = 1 N/m2).7 à 2. le talus amont est déblayé sur toute la hauteur de l’ouvrage avec une pente garantissant la stabilité du massif. Une fois le mur installé.

Introduction

Ouvrages de
Soutènement

Les Dégâts sur le Corps
de chaussée

LA STABILITE DES OUVRAGES DE

Conclusion

SOUTENEMENT

On donne un exemple de l'argile :
Nature du
sol

Poids
volumique
( KN/m³)

Cohésion C ( Angle de
Kpa)
frottement
( en
degrés )

Argile

17

5-20

0-20

La poussée active :
La poussée active est la résultante de tous les paramètres
énoncés ci-dessus. Il s’agit de la poussée à laquelle le mur
devra résister , elle est calculée par :
  Pa = 0.5 * H² * Ka * P
Où H est la hauteur du gabion , P est le poids spécifique et
Ka est appelé coefficient de la poussée active , il est
fonction de la pente du talus ε .

Introduction

Ouvrages de
Soutènement

Les Dégâts sur le Corps
de chaussée

Même si la pression s’exerce
sur toute la hauteur du mur, la
résultante de la poussée
active (contrainte exprimée
en kPa) est appliquée à 1/3 de
H à partir de la base du mur. 

LA STABILITE DES OUVRAGES DE
SOUTENEMENT

Conclusion

Introduction

Ouvrages de
Soutènement

Les Dégâts sur le Corps
de chaussée

LA STABILITE DES OUVRAGES DE

Conclusion

SOUTENEMENT

Conclusion :
l'utilisation des ouvrages de soutènement a permit
de nombreuses choses ( préserver les routes et
chemins des glissements de terrain ,  rendre
cultivables des zones pentues et limiter l'érosion par
ruissellement ) , ils sont fortement utilisés auprès
des surfaces à pentes .

Merci pour votre attentio n 97 .