You are on page 1of 26

Université Sidi Mohamed Ben Abdellah - FÈS

Faculté des Sciences et Technique de Fès
Département de chimie

Génie des Matériaux et
Procédés

Catastrophe nucléaire de
Tchernobyl

Encadré par : Pr
H.ZAITAN

Réaliser par:
ISMAILI Chaimae
EL BOUADI Oussama
AADNAN Imane

Plan
Introduction

1
2

Historique
Chronologie des faits

3
4
5
6
7
7

Cause de la catastrophe
Les conséquence de la
catastrophe
Les interventions
Retour d'expérience (REX)
Conclusion
2

Il s’agit de la plus grave catastrophe nucléaire du XXème siècle. le plus élevé sur l’échelle internationale des événement nucléaire . elle est classé au niveau 7. 3 .Introduction La catastrophe nucléaire de Tchernobyl est un accident nucléaire qui a commencé le 26 Avril 1986 dans le centrale Lénine. situé à l’époque en République socialiste soviétique d’UKRANIE URSS .

Historique Autre point délicat: le délai de mise en route du système d’arret d’urgence bien trop long (20 secondes). ce réacteur de type RBMK ( Réacteur de grande puissance à tubes de force) doit être 4 . une catastrophe se produit en UKRANIE: le réacteur numéro 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl vient d’exploser. Le 26 Avril 1986 à 1h23 (heure locale).

Les opérateurs essaient alors de rétablir la puissance. au-delà des limites de sécurité autorisées. 5 . Pour débloquer la situation. le responsable du régime du réacteur. La puissance de 700 MW est atteinte le 26 avril 1986 à 00 h 05 mais continue à baisser. mais le xénon 135 accumulé absorbe les neutrons et limite la puissance à 200 MW. qui servent à piloter la température du réacteur. commet une erreur en insérant les barres de commande trop loin.Chronologie des faits Le test prévoyait que la puissance du réacteur soit située entre 700 et 1 000 MW. Ceci conduit à la chute de la puissance de sortie qui tombe à 30 MW. provoquant un empoisonnement du réacteur au xénon. Lorsqu'elle atteint environ 500 MW. les opérateurs retirent les barres de carbure de bore.

tandis qu'une lumière aux reflets bleus se 6 . ce qui fait augmenter la pression dans le circuit primaire. ce qui provoque la formation de bulles dans le liquide de refroidissement. Durant ce temps. Le débit d'eau passant dans le réacteur décroît au fur et à mesure de la baisse de régime des turbo-alternateurs.L'essai proprement dit débute à 1 h 23 min 4 s. éjectant les barres permettant le pilotage du réacteur. Les 1 200 tonnes de la dalle de béton recouvrant le réacteur sont projetées en l'air et retombent de biais sur le cœur du réacteur qui est fracturé par le choc. formation d'un mélangedu détonant d'hydrogène et d'oxygène. Les générateurs diesel démarrent et atteignent leur puissance nominale à 1 h 23 min 43 s. entrainant une rapidel'eau conduit montée de laà la À 1 h 23 min 44 s. la radiolyse de puissance réacteur. la puissance du réacteur centuple ». Les vannes d'alimentation en vapeur de la turbine sont fermées. « En 3 à 5 secondes. À cause du coefficient de vide positif. De petites explosions se produisent. Un incendie très important se déclare. l'alimentation des pompes était fournie par l'inertie des turboalternateurs. le réacteur entre dans une rétroaction positive (amplificatrice du processus engagé).

ainsi que le directeur réveillé à 1 h 30. au vu de la destruction progressive des installations. que le directeur persistera à appliquer toute la journée.Les techniciens présents sur place. n'aura pour effet que de libérer plus de radioéléments dans l'atmosphère et de noyer les installations souterraines communes aux réacteurs 3 et 4. L'ingénieur en chef responsable du réacteur 3 prendra. Ce dernier appelle le ministère de l'Énergie à 4 h en déclarant que « Le cœur du réacteur n'est probablement pas endommagé ». menaçant gravement le fonctionnement et l'intégrité du réacteur 3. au cours de la journée et contre les directives du directeur. 7 . ne saisissent pas immédiatement l'ampleur de la catastrophe. Il reçoit pour ordre de maintenir le refroidissement par eau du réacteur . cet ordre. la décision de faire passer ce réacteur en arrêt à froid. permettant ainsi de le sauver d'une destruction certaine.

. pour tester l'alimentation électrique de secours qui permet au réacteur de fonctionner en toute sécurité pendant une panne de courant. Les causes : de la 1. et de reprendre rapidement la production sur le réseau après un blackout (coupure de courant).La cause majeure catastrophe : Un essai d'îlotage était prévu sur le réacteur No 4. NB: L'îlotage permet d'assurer la sécurité du réacteur en cas de défaillance du réseau électrique.

• Il n’existe pas. • Les réacteurs RBMK ne sont équipés ni de dispositif d’épuration des rejets gazeux  ni d’enceinte de confinement. dans les réacteurs RBMK.Les causes conjuguées de l’accident:  le réacteur lui-même : les autorités soviétiques n’ont pas assez pris en compte les problèmes de sûreté lors de sa conception. à faible puissance le réacteur devient difficilement contrôlable.2. • Le cœur de ce type de réacteur est instable en dessous de 700 MW. de barres d’arrêts d’urgence à insertion rapide. ce qui est beaucoup trop lent pour interdire l’emballement de ce cœur lorsqu’il fonctionne dans son domaine d’instabilité. En clair. . • L’insertion complète des barres de contrôle des RBMK est lente : elle demande une vingtaine de secondes.

2. moins de 30 barres de commandes insérées dans le cœur). D’o ù A l’évidence le personnel. Mais la responsabilité ne se pose pas uniquement pour le personnel .  Un non-respect de la procédure d’essai .  Six erreurs et fautes humaines ont été identifiées :  Deux violations de consignes permanentes (fonctionnement prolongé à moins de 700 MW .  Trois mises hors-circuit volontaires de dispositifs de sécurité (l’injection de sécurité et. 2 dispositifs d’arrêt d’urgence). successivement. insuffisamment formé.Les causes conjuguées de l’accident:  Fautes du personnel d’exploitation: mauvaise maîtrise de l’essai d’un nouveau système de refroidissement de secours du cœur. n’avait pas conscience du caractère dangereux de ses actions. S’il avait évité une seule de ces 6 erreurs l’explosion ne se serait pas produite. Le non respect des consignes de sécurité et la désactivation de certains systèmes d’arrêt et de refroidissement.

Les causes conjuguées de l’accident:  Causes politiques • Le fort besoin de la fonction plutonigène militaire du RBMK impose le caractère d’urgence qui n’autorise pas les « pertes de temps » pour impliquer les perfectionnements absolument nécessaires de la sécurité de ces réacteurs • C’est ainsi que le 2 mai 1986 (6 jours après l’explosion) le Ministre de l’Electrification déclarait à une réunion du Politburo : « Malgré l’accident l’équipe de construction fait face à ses obligations socialistes et se lancera très prochainement dans la construction du réacteur N°5 » .2.

Les conséquences r e h c T l y b o n .

Environ 4 000 cas de cancer de la thyroïde chez les enfants les plus exposés en Ukraine. . et a détruit la forêt rousse proche de la centrale.La radioactivité libérée par l’explosion a contaminé une superficie d’environ 160 000 km2 au Nord de Kiev et aussi au Sud de la Biélorussie. - Une large zone autour de la centrale est fortement contaminée et la plupart des espèces vivantes ont été atteintes. Biélorussie et Russie. . Conséquences sanitaires confirmées Le seul chiffre certain est le bilan des décès directement attribués à la. La plupart d'entre eux sont morts quelques mois après l'événement.sur l’environnement  Conséquences . Neuf en sont décédés. les pompiers de Pripiat et les opérateurs de centrale des suites d'irradiation massive.catastrophe Moins de 50 morts parmi les liquidateurs.

La catastrophe a accéléré la recherche sur les réacteurs RBMK et leur modernisation. sous la pression de l'Union européenne et en échange d'aides financières  Développement des régions touchée . - En 2000. . Conséquences Techniques .Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a lancé en 2003 un programme spécifique pour le développement des régions touchées par l'accident intitulé : Programme pour le développement et le renouveau de Tchernobyl. . les autres tranches de la centrale ont été arrêtées définitivement.Elle a également mis en évidence la nécessité d'une enceinte de confinement autour des installations.

Aujourd'hui la construction d'un nouveau sarcophage plus performant dont le chantier est déjà en cours coûterait 2.Avec l'aide d'un financement européen. Des troubles psychologiques sont observés chez les personnes résidant dans les zones contaminées. il a été entrepris de remplacer le sarcophage de béton et de plomb construit à la hâte par les Soviétiques.1 milliards d'euros.Le choc de l’accident et le fait de vivre dans des zones contaminées affectent les populations. mais aussi chez celles qui ont été évacuées. . par une structure métallique prévue pour tenir un siècle. destiné à durer 30 ans.  Conséquences psychologiques . Conséquences Financières . .

Interventions après Tchernobyl .

l’uranium et le graphite en combustion. de l’explosion d’une bombe ou du début de la guerre ! • Cette explosion résulta de 2 réactions chimiques entre l’eau et les éléments métalliques. Ces réactions produisirent un mélange explosif de monoxyde de carbone et d’hydrogène. le zircon et le monoxyde de carbone libéré au contact du graphique brulant. D’une part il y eut une réaction entre l’eau. d’autre part il y eut une 2ème réaction entre la vapeur d’eau. . • Les pompiers ne parvinrent plus a métriser l’incendie qui cette fois était entretenue par les produit chimique dont les gaz se concentraient dans le cœur éventré de la centrale. Les premières interventions sur le site • L’explosion fut si inattendue et violente que les techniciens crurent qu’il s’agissait d’un tremblement de terre. les autorités décidèrent d’utiliser les hélicoptères et de faire appel a l’armé. Devant ce constat.

ainsi que du phosphate de sodium et des polymères liquide) dans le réacteur soit sous forme de déchets déversées on vrac soit conditionné dans des sacs de 80kg. • 30 hélicoptères accomplissant au total 1800 missions firent utilisées pour déversés ces matériaux dans la central éventrée.2msv). Ces matériaux ont étaient déversés du 27 avril jusqu’au 2 mai. argile. Donc la majorité de ces travailleurs eurent par la suite soit des ennuis de santé chronique au point d’etre invalide soit moururent des conséquences de leur exposition a la radioactivité. • A Tchernobyl les travailleurs furent exposées a des doses 175 millions de fois supérieure a celle reçu au cours d’une radiographie (0. sable. On jeta approximativement 5000 tonnes de matériaux divers (plomb.• Rappelons que la règlementation européenne tolèrent 15msv pour les travailleurs du secteur nucléaire et qu’à partit de 500msv on observe les premières symptômes d’altération de la formule sanguin. Un dépotoir contaminé dans la région de Tchernobyl Il restera toxique pendant 1 siècle . dolomite.

• En qlq semaines. Il se solidifia assez rapidement n’entrainant que peu de dommage dans le réseau de canalisations situé sous le bâtiment mais cela coupa tout les lignes de communication. • Vers le 5 mai. Puis les médecins et les journalistes firent un nouveau décompte et dénombrèrent plus de 5000 morts mais il étaient encore loin du compte. on passa officiellement de 27 à 56 morts. Si cela s’était produit. . les noyaux auraient pu entrée au fusion et provoquer une nouvelle explosion encore plus violente. Cela sera le chiffre officiel des décès durant 15 ans.• le larguage des matériaux fut progressivement arrêté entre le 7ème et le 10ème jours (2 au 5 mai) par crainte que la structure supportant le bâtiment ne s’effondrent sous les impacts et sous la chaleur. le cœur du réacteur qui c’était transformé en un magma perdit son activité chimique.

soit plus de 12 heures après l’accident. sousentendant que ces deux victimes signifiaient que l’accident n’avait pas été grave. • Sur le lieu de l’accident. Le 9 mai il y a eut une nouvelle émission radioactive du réacteur endommagé qui ne sera officiellement reconnue par les autorités qu’en juin 1989. Situé à 3Km de la centrale. Les premières personnes évacuées seront les 45000 habitants de Pripiat dont 16000 enfants. toute la région dans un rayon de 65Km autour de la centrale fut contaminée. • Bien que l’incendie se propagera dangereusement vers le réacteur N°3. les réacteurs N°1 et 2 resteront en service durant 24h après l’accident. les autorités insistèrent pour donner l’impression que tout se déroulerait de manière tout à fait normale. La désinformation • Dans l’esprit des autorités il n’était pas question d’ébruiter l’accident ni même de parler de contamination à qui que ce soit. Radio Kiev annonça même en commençant son journal que seulement deux personnes avaient été tuées. cette ville ne fut évacuée que le dimanche après-midi. .

Retour d’expérience .

. C’est pourquoi ces aspects font depuis l’objet de mesures fortes :  Des spécialistes étudient les facteurs humains et opérationnels afin d’évaluer et de réduire ces risques. l’une des principales conséquences de ces accidents est donc de considérer que les facteurs humains et opérationnels peuvent être une source d’accident.  L’ergonomie est désormais prise en compte systématiquement au sein des installations.1-L’organisation humaine est un point important de la sureté En matière de sureté.  Un travail intense à été mené afin de développer une culture du respect des procédures.

• Des niveaux de sureté de plus en plus exigeants: Les exigences de sureté doivent être sans cesse améliorées pour prendre en compte toutes les améliorations techniques disponible. • Une ambition encore plus élevée pour l’avenir: L’une des ambitions et d’adopter autant que possible:  Des systèmes de sureté passifs ( fonctionnement ne dépend pas d’une intervention humaine)  Une conception intrinsèquement sure (dans laquelle est un accident est physiquement impossible ou n’aboutit pas a un accident grave même sans secours) .2-les modifications techniques des installations • Retour d’expérience sur les réacteurs: Les réacteurs à eau pressurisée en service ont depuis l’accident de Tchernobyl fait l’objet d’amélioration visant à prévenir les accidents de réactivité (perte de contrôle de la réaction nucléaire).

3-le renforcement de la coopération internationale : mise en place de 4 conventions :  Convention sur la sureté nucléaire  Convention commune sur la sureté de la gestion des déchets et du combustible usé  Convention sur la notification rapide d’un accident nucléaire  Convention sur l’assistance en cas d’accident nucléaire ou de situation d’urgence radiologique .

Cette catastrophe a également marqué l’économie des pays concernés en raison du cout de la décontamination et le gel des productions agricoles des zones concernées pendant une longue période. .conclusion En conclusion. nous retiendrons que l’accident de Tchernobyl a été une catastrophe sur le point de vue humain à cause de nombreux morts et blessés.

Merci pour votre attention .