You are on page 1of 16

Christophe Colomb à la cour royale d'Espagne à Barcelone Victor A

Christophe Colomb à la cour royale d'Espagne à Barcelone Victor A

Renaissance

(1453-1600)

Le nouvel élan

  • La Renaissance est un vaste mouvement culturel, un essor intellectuel provoqué par le retour aux idées et à l’art antiques gréco-latins, que l’on discerne déjà en Italie au XIV e siècle. On abandonne explicitement les valeurs médiévales, liées à la féodalité, et on tente de faire renaître les valeurs de l’Antiquité dans la civilisation européenne.

  • Les exploits géographiques: découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, premier tour du monde par Magellan, exploit du Canada par Jacques Cartier.

  • Le Polonais Copernic (1473-1543) est le premier à remettre en cause le système géocentrique d’Aristote en proposant un système où les planètes gravitent autour du soleil, sur des orbites circulaires. Il jettera ainsi les bases pour l’Italien Galilée (1564-1642).

  • La Renaissance est le début de l’ère des grandes découvertes, si on y invente l’imprimerie (Gutenberg est le premier à penser à mécaniser l’impression), entre autres.

  • Ambroise Paré: la médecine moderne

  • La Confiance dans l’homme et dans son avenir.

  • Une société en pleine mutation

  • La naissance des Etats modernes: Etats puissant( pouvoir centralisé), sentiment d’appartenir à une nation (guerres nationales, une langue, un roi, unité nationale)

  • Une amélioration des conditions de vie ( paix, moins d’épidémies ravageuses, pouvoir économique)

  • Diffusion des livres, une langue française de plus en plus unifiée

  • L’écrivain sort de l’anonymat, a sa place dans la Cour: « homme de lettres »

Situation de la France

  • Les guerres d’Italie: les rois français, qui jusqu’alors ont habité dans des châteaux solides mais sans confort découvrent le luxe et le raffinement des cours italiennes: une cours plus luxueuse et une multiplication spectaculaire des fêtes et des représentations théâtrales. (progrès de la haute noblesse)

  • Au XVIe siècle l’écart entre les riches et les pauvres s’accroît.

  • François I e favorise la Renaissance française et invite un grand nombre de savants et d’artistes italiens: Léonard de Vinci.

Humanisme

Humanisme

La réforme et l’Humanisme

  • Un mouvement intellectuel

  • Cette notion définit plus particulièrement le mouvement qui unit, au XVIe siècle, les humanistes des pays européens.

  • L’importance de l’homme: Il s’agit de tendre, grâce à l’effort de la raison, vers un modèle de perfection humain, dans tous les domaines, en méditant sur la sagesse antique, ce qui propose de redécouvrir l’ensemble de la littérature gréco-latine.

  • Des grands érudits traduisent, analysent et diffusent les textes anciens: traduction de la Bible en allemand et en français.

  • Retour à la culture antique

L’origine du mot « Humanisme »

  • Petit Larousse: « doctrine qui a pour objet le développement des qualités de l’homme. »

  • Umanista, le mot italien du XIVe siècle, qui a donné son nom à ce mouvement. (L’Italie: le berceau de l’humanisme)

  • On appelle humaniste une personne qui enseigne les trois langues: le latin, le grec et l’hébreu. Cependant , ce terme acquiert peu à peu une autre signification et indique tout savant qui , désirant revenir aux sources de la culture, à la recherche d’un équilibre qui lui permette de s’épanouir.

Idée humaniste

  • L’homme est un microcosme, c’est-à-dire la représentation en miniature de l’univers, le macrocosme.

  • L’homme devient le centre d’intérêt: le perfectionnement de l’homme, l’éducation (individuelle)

  • Erasme: la défense de la tolérance

Un souffle nouveaux dans l’éducation

  • Critique de l’éducation rhétorique.

  • Désir d’une éducation qui soit équilibrée : on veut apprendre aux gentilshommes tant les armes que la culture générale.

  • Désir de retour à l’étude des textes anciens, même s’ils contredisent la religion.

  • L’Humanisme s’est répandu en

Europe

occidentale

et

a

concerné

les sciences, les arts et toute une manière de voir l’Homme et le monde.

  • Les découvertes et l’ouverture d’esprit, la redécouverte des œuvres authentiques de l’Antiquité et de la Bibleont rendu artistes et intellectuels à la fois plus confiants en l’Homme, mais aussi plus conscients de ses limites.

  • Le contact avec d’autres êtres humains, d’aspect et de culture différents a soulevé de nouvelles interrogations et, chez les humanistes, un sens de la relativité et de la toléranceloin d’être partagé par tous les esprits.

  • Bien des mouvements de pensée par

la suite seront les héritiers

des

valeurs humanistes : les libres penseurs du XVII e s., les Lumières du XVIII e

les Existentialistes du XX e

L’Humanisme et la littérature

  • La Poésie: Pléiade

  • Les récits

  • Les essaies: Montaigne

La Poésie

  • Abandon des formes médiévales ( rondeau(beyte tarjidare), ballade(tasnif))

  • Nouvelles formes de poésie: épître, élégie(raje be marg), sonnet(ABBA, 2 ta 4taE, 2 ta 3taE)

  • Les poètes de la Pléiade(khooshe ye parvin): un vivier poétique épanoui au Collège de Coqueret à Paris plaçant la poésie au-dessus de tous les genres.

la Pléiade

  • Première figure marquante: Du Bellay

  • 7 poètes groupés autour d’un manifeste : Défense et illustration de la langue française

  • Première école poétique en France

  • Il invite les lettrés à écrire en français car cette langue est capable de tout exprimer. Pour cela il faut enrichir le lexique ( s)

  • Importance du style et de la forme( versification)

  • Traduction et imitation des écrivains anciens.

  • Le Prince des poètes: Ronsard ( sonnet, amour, épicurisme, nostalgie du temps qui passe)

  • Le poète n’est pas seulement un artisan besogneux, mais un être unique qui connaît les mystères cachés de l’univers et doit les révéler. Dans ses poèmes, il ne doit pas se contenter d’exprimer ses états d’âme, son individualité: ils doivent atteindre l’universel.

  • Trois principes clés: imitation (nature, poètes antiques), illustration de la langue, inspiration et érudition.

Les essais

  • Montaigne

  • Grande liberté d’esprit

  • Idée stoïque

  • Idée sceptique

  • Idée épicurienne