You are on page 1of 66

Communication Numérique

Objectif de ce cours

Etude de la transmission d’un signal numérique (données info, audio numérisé, … )

0110010110 0110010110
modulateur Modulations numériques démodulateur
Signal numérique Signal numérique

• Code en ligne ( bit  signal physique)


• filtrage (réduction encombrement spectral)
• modulations numériques
• performances d’une liaison numérique (taux d’erreur binaire)
I. Généralités.

II. Transmission en bande de base.

III. Modulations numériques.


I. Généralités:
1.1. Chaîne de transmission numérique.
1.2. Critères d’évaluation de la qualité d’une transmission numérique
1.4. Contraintes imposées aux spectres des signaux.

II. Transmission en bande de base.

III. Modulations numériques.


 Construction de la chaîne de transmission numérique

Source
du
CAN
message
Analogique

 Objectif : transmettre un message d’un point A à un point B dans les


meilleures conditions possibles à travers un canal de propagation :
hertzien, câble coaxial, fibre optique …

 Source : analogique : signal audio ou vidéo qui sera numérisé par la suite
* échantillonnage-blocage
* conversion analogique numérique
* quantification du signal
numérique : données informatiques, télécommandes …
 Construction de la chaîne de transmission numérique

A(t)
 Objectif : supprimer certains éléments
Source Codage binaires non significatifs (compression de
du de données) : le message est alors sous forme
message source concise et constitué d’éléments binaires
mutuellement indépendants et prenant la
valeur 0 ou 1 selon un axe des temps divisé en
intervalles réguliers de durée Tb

A(t) 1 0 0 1 1 1
5V Exercice : Soit une transmission
téléphonique pour laquelle la voix
0V temps est limitée dans la bande de
fréquence 3400 Hz et codée sur 8
Tb 2Tb 3Tb 4Tb 5Tb 6Tb 7Tb bits.
Quelle doit être la fréquence
1 d’échantillonnage ?
Définition du Débit binaire en bit/s : D bit / s   Calculer le débit de la
Tb
transmission.
 Construction de la chaîne de transmission numérique

Source Codage Codage


du de de canal
message source

 Objectif : le codage de canal ou codage détecteur correcteur d’erreur consiste à


insérer des bits de « redondance » dans le message initial, permettant au récepteur
de détecter les erreurs et dans certains cas de les corriger

Exemple : bit de parité.


 Construction de la chaîne de transmission numérique

Source Codage Codage


Codage
du de en
de canal
message source ligne

 Objectif : Adapter le signal au support physique de transmission. En général le


code est choisit pour satisfaire des critères de:

• Spectre;
• Transition;
• TEB.
 Construction de la chaîne de transmission numérique

Source Codage Codage Modulation


Codage
du de en Numérique
de canal
message source ligne + Accès multiple

Porteuse
P(t)

 Objectif : Associer à chaque mot de n éléments binaires successifs, un symbole de


durée Ts=nT choisi parmi M = 2 éléments de signal, ce symbole représente l’état
n
b
électrique du signal porteur. (amplitude, phase ou frequence)

Exemple : n =2 Groupe de Symbole (phase Débit de symbole ou rapidité de


M= 4 éléments de bits de la porteuse) modulation en baud :
signal ou symbole 00 -135°
01 135° 1 1 D D
R(baud )    bit / s  bit / s
10 -45° TS nTb n log 2 M
11 45°
 Construction de la chaîne de transmission numérique

Source Codage Codage Modulation


Codage
du de en Numérique Segment RF
de canal
message source ligne + Accès multiple émission

Signal
Porteuse émis
P(t) e(t)

Segment RF
réception

 MICROONDES
 Construction de la chaîne de transmission numérique

Source Codage Codage Modulation


Codage
du de en Numérique Segment RF
de canal
message source ligne + Accès multiple émission

Signal
Porteuse émis
P(t) e(t)

 La démodulation a pour objectif de ramener


le signal modulé en bande de base
Démodulation Segment RF
Numérique réception
 Construction de la chaîne de transmission numérique

Source Codage Codage Modulation


Codage
du de en Numérique Segment RF
de canal
message source ligne + Accès multiple émission

Signal
Porteuse émis
P(t) e(t)

 Le filtrage de reception permet de


minimiser l’influence du bruit. Filtrage
en bande Démodulation Segment RF
de base Numérique réception
(bdb)
 Construction de la chaîne de transmission numérique

CAN
Source
Codage Codage Modulation
du Codage
de en Numérique Segment RF
message de canal
source ligne + Accès multiple émission
Analogique

Signal
Porteuse émis
P(t) e(t)

CNA
Destinataire (Décodage Filtrage
du de Décodage en bande Démodulation Segment RF
message Source) de canal de base Numérique réception
(bdb)
I. Généralités.
1.1. Chaîne de transmission numérique.
1.2. Critères d’évaluation de la qualité d’une transmission numérique
1.3. Contraintes imposées aux spectres des signaux.

II. Transmission en bande de base.

III. Modulations numériques.


émission réception
Canal de
propagation Seuil à 0

1 0 1 1 bruit
1 1 1 1
distorsions
Erreur binaire

Qualité d’une Taux d’erreur binaire


transmission numérique

Critère mesuré en
nombre de bits reçus erronés
taux d ' erreur binaire  laboratoire, il permet de
nombre de bits transmis qualifier un appareil ou
une liaison

Le taux d’erreur binaire est une estimation de la probabilité d’erreur Peb

S
Peb  Prob 1* Prob 0 / 1  Prob 0* Prob 1 / 0  f  
S
Peb  
N N
S 
 rapport : puissance du signal / puissance du bruit 
N 
caractéristiques des différentes techniques
de transmission

• La probabilité d'erreur Pe par bit transmis permet


d'évaluer la qualité d'un système de transmission. Elle
est fonction de la technique de transmission utilisée,
mais aussi du canal sur lequel le signal est transmis.

• L'occupation spectrale du signal émis doit être connue


pour utiliser efficacement la bande passante du canal de
transmission.

• La complexité du récepteur dont la fonction est de


restituer le signal émis.
I. Généralités.
1.1. Chaîne de transmission numérique.
1.2. Critères d’évaluation de la qualité d’une transmission numérique
1.3. Contraintes imposées aux spectres des signaux.

II. Transmission en bande de base.

III. Modulations numériques.


 Absence de composante CONTINUE :

Se(f)

 Isolation vis à vis des alimentations

 Respect de l’encombrement spectral à partir de méthode d’accès

 Partage du canal de transmission par plusieurs utilisateurs


I. Généralités.

II. Transmission en bande de base.


2.1. Modulation en bande de base ou codage en ligne.
2.2. Filtrage en bande de base.

III. Modulations numériques.

IV. Codage de canal.

19
2.1. Modulation en bande de base ou codage en ligne.

Tb
Message binaire
(1 bit émis tout les Tb : 0 0 1 1 0 1
horloge binaire)
+1

On associe à chaque bit, un k


symbole électrique ak -1

(1 symbole émis tout les Ts : Ts Impulsion de


horloge symbole) base h(t)

0 Ts

Signal numérique émis e(t)

 t
et    a k ht  kTS 
k 1 20

Signal numérique émis : et    a k ht  kTS 
k 1

Code en ligne Choix de l’impulsion de base h(t)

Choisir h(t) afin d’avoir des propriétés particulières sur le spectre


du signal numérique émis :
• spectre avec une composante continue (alimentation)
• occupation spectrale (largeur lobe principal)
• présence de raie à la fréquence symbole (régénération de
l’horloge symbole à la réception)

RAPPEL : La suite de symbole ak étant aléatoire, le signal e(t) est


aléatoire et ne possède pas de transformée de Fourier

Calcul de la densité spectrale de puissance (DSP) :


transformée de Fourier de la fonction d’auto-corrélation 21
Exemples de « modulation en bande de base » (Codes en ligne) :
Codages NRZ , RZ et biphase
(les symboles ak sont supposés indépendants)

Codage NRZ binaire (Non Retour à Zero) :

h(t) Impulsion de base


m(t) = {1, 0, 0, 1, 1,
1}
horloge
+V

t 0 Ts
Ts 2Ts 3Ts 4Ts 5Ts 6Ts

eNRZ(t
) 1 0 0 1 1 1 0
+V Bit 0
-V
+V
t Bit 1
-V 0

1 bit  1 symbole donc Tb = Ts 22


1
Densité spectrale de puissance du
code NRZ binaire : 0.8

V²/Hz
0.6
 sin fTs  
2
1/Ts
S NRZ  f   V TS  
2
 0.4
 fTS 
2/Ts
0.2

En prenant : D=10 kbit/s, Tb=Ts=0.1ms 0


et V=100v 13 dB
-10

-20

dBV/Hz
• annulation du spectre tout les k/Ts -30
(pas de synchronisation directe)
-40
• largeur du lobe principal : 2/Ts
-50
• lobes secondaires : bande passante
infinie x 104
-3 -2 -1 0 1 2 3
fréquence en Hz

23
Codage RZ binaire (Retour à Zero) :

h(t) Impulsion de base


m(t) = {1, 0, 0, 1, 1,
1}
horloge
+2V

t 0 Ts
Ts 2Ts 3Ts 4Ts 5Ts 6Ts

eRZ(t)
1 0 0 1 1 1 0
+2V Bit 0

+2V
t Bit 1 Ts
-2V 0

1 bit  1 symbole donc Tb = Ts

24
0.25
Densité spectrale de puissance du
code RZ binaire : 0.2

2
V 2Ts  fT 
  sin c s   
S RZ  f   0.15

V²/Hz
4   2 
0.1
V 2  
2


fT 
   sin c s      f  k 
4 k    2   Ts  0.05

0
1/Ts 2/Ts
En prenant : D=10 kbit/s, Tb=Ts=0.1ms
et V=100v 0
-10
-20
• spectre de raie (synchronisation
directe possible) dBV/Hz -30
-40
• largeur du lobe principal : 4/Ts
-50
• lobes secondaires : bande passante -60
infinie
-70

x 104
4 25
-4 -3 -2 -1 0 1 2 3
fréquence en Hz
Codage Biphase (code Manchester) :

h(t)
m(t) = {1, 0, 0, 1, 1,
1} +V
horloge
Bit 1
0
Ts/2 Ts
t
Ts 2Ts 3Ts 4Ts 5Ts 6Ts -V

eNRZ(t
) 1 0 0 1 1 1 h(t)
+V
+V
Bit 0
t 0
-V Ts/2 Ts

-V
1 bit  1 symbole donc Tb = Ts

26
0.7

V²/Hz
Densité spectrale de puissance du 1/Ts
code biphase : 0.6

0.5

0.4
 sin fTs  
2 2
  fT  
Sbiphase f   V 2TS   sin  s      0.3

  2   fTS  0.2

0.1

0
2/Ts
En prenant : D=10 kbit/s, Tb=Ts=0.1ms
et V=100v 0
10 dB
-10
• spectre non nul à la fréquence

dBV/Hz
symbole (synchronisation directe -20
possible)
-30
• largeur du lobe principal : 4/Ts
-40
• lobes secondaires : bande passante
-50
infinie
• absence de composante continue -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4
x 104
Fréquence en Hz
1
0.9
Spectre des différents 0.8 code NRZ
codes en lignes code RZ
0.7
code biphase (Manchester)

V²/Hz
0.6
0.5
0.4
0.3
0.2
0.1
0 0 1 2 3 4 5 6
fréquence en Hz x 104

Conclusion sur les codes en lignes :


• la bande occupée par les signaux est infinie
•90% de l’énergie totale est incluse dans le lobe principal dont la largeur conditionne la bande
passante minimale du canal de propagation
• présence d’un spectre non nul à la fréquence symbole : possibilité de régénérer à la
réception le signal d’horloge symbole
• présence d’une composante continue : impact sur les circuits d’alimentation de la chaîne
• génération de codes en lignes : aisée grâce aux circuits logiques combinatoires et
séquentiels 28
Code Miller
• Suppression d’une transition du signal sur 2 par rapport
au Manchester

Pour réduire le spectre on peut,


à partir du Manchester simple,
supprimer une transition sur
deux, que celle-ci soit ou non
significative, on obtient alors le
code dit Delay Mode ou Miller.
En appliquant cette règle, on
constate que les 1 ont une
transition au milieu du temps bit
et les 0 pas de transition. Mais
un 0 suivi d'un 0 a une transition
en fin du temps bit. 29
Codes bipolaires
• Codage d’un seul type de bit ex. le ‘1’

Une réduction encore plus


significative du spectre peut être
obtenue en ne codant qu'un
type de bit (par exemple les 1 )
et en alternant leur polarité pour
éliminer la composante
continue. Cependant, lors de
longues séquences de 0, ou de
1, il n'y a pas de transition
(risque de perte de l'horloge) ce
code est appelé code bipolaire.
30
Codes bipolaire HDBn (Haute Densité Binaire d’ordre
n)

• Problème des longues suites de 0


• Solution : Bit de viol et bit de bourrage

31
Codes bipolaire HDBn (Haute
Densité Binaire d’ordre n)
Pour éviter de longues séquences sans transition (suite de 0), les codes HDBn
(Haute Densité Binaire d'ordre n) sont des codes bipolaires dans lesquels, si le
bit de rang n + 1 est à zéro, on le remplace par un bit particulier. Ce bit, sans
signification numérique (bit électrique), viole la loi d'alternance des bits (bit de
viol). Ce viol de polarité permet de le distinguer des bits significatifs. Pour
respecter la loi d'alternance du codage (composante continue à zéro), les bits
de viol doivent alternativement être inversés (comme les bits à 1). De ce fait,
les bits de viol peuvent ne plus être en viol par rapport au dernier bit à 1. Dans
ce cas, pour éviter la confusion, on introduit un bit supplémentaire, dit bit de
bourrage, qui rétablit le viol. Ainsi, en HDB3, les séquences de 4 bits à zéro
successifs peuvent être codées : B00V ou 000V (V signifiant Viol et B
Bourrage). HDB3 est utilisé dans les liaisons spécialisées louées
I. Généralités.

II. Transmission en bande de base.


2.1. Modulation en bande de base ou codage en ligne.
2.2. Filtrage en bande de base.
a) Exemple de la transmission d’un signal dans un canal réel
b) Conception des filtres d’émission et de réception

III. Modulations numériques.

IV. Codage de canal.

33
2.2. Filtrage en bande de base.

a) Exemple de la transmission d’un signal dans un canal réel :

Canal de
propagation réel Signal numérique
(cable coaxial, paire reçu ?
torsadée …)
Signal numérique émis
en bande de base

Effets du canal :
• ajout de bruit
• distorsion du signal transmis (phénomène
d’écho, filtrage passe-bas du canal à bande
limité)

34
Exemple : signal NRZ 10Kbit/s donc Tb = Ts = 100µs avec canal bruité de
bande passante = 2kHz

1.5
1.0
0.5
horloge 0.0
-0.5
-1.0
-1.5
0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0 1.2 1.4

1.5
1.0
0.5 0 0 0 1 0 1 0 0 1 1 0 1 1 0
Signal émis 0.0
-0.5
-1.0
-1.5
0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0 1.2 1.4
bruit
1.5
1.0
0.5
0.0
Signal reçu -0.5
-1.0
-1.5
0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0 1.2 1.4

Temps en msec

Distorsion du signal par filtrage passe-bas : le signal émis est à


spectre infini, il se propage dans un canal à bande limitée,
ainsi, toutes les composantes spectrales ne sont pas
transmises 35
1.5
1.0
0.5

Signal émis 0.0


-0.5
-1.0
-1.5
0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0 1.2 1.4

1.5 Débit binaire = 10kbit/s


1.0
0.5
Réponse impulsionnelle 0.0 3Ts
du canal -0.5
-1.0
-1.5
Ts = Tb = 0.1 ms
0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0 1.2 1.4

1.5
1.0
0.5
0.0
Signal reçu -0.5
-1.0
-1.5
0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0 1.2 1.4

Temps en msec
Symboles n° 1 2 3

La réponse impulsionnelle du canal s’étale sur 3Ts.


Le symbole n° 1 s’étale sur les symboles suivants n° 2 et 3

IES : Interférences Entre Symboles 36


Schéma du système
Code
utilisé Séquence binaire en ligne
émise
emetteur

Canal de
propagation
(bande de base)

Séquence binaire
reçue décision

Récupération de
l’horloge binaire
récepteur

Le signal émis est à spectre infini Filtre d’émission ( réduction de la bande


passante du signal, mais génération d’IES )

Le signal à l’entrée du Filtre de réception (réduction de la puissance


récepteur est bruité de bruit par filtrage passe-bas)

37
Amélioration de la chaîne de transmission

Code Filtre
Séquence binaire en ligne d’émission
émise
emetteur

Canal de
propagation
(bande de base)

Séquence binaire Filtre de


reçue décision
réception

Récupération de
l’horloge binaire
récepteur

La conception des filtres doit être effectuée avec les critères suivants :
• filtrage d’émission du signal numérique : diminution de la largeur de bande du signal émis
• filtrage de réception du signal en sortie du canal : réduction de la puissance de bruit (erreur
binaire)
• le filtrage global doit assuré une condition d’IES nulle et minimiser la puissance de bruit 38
I. Généralités.

II. Transmission en bande de base.


2.1. Modulation en bande de base ou codage en ligne.
2.2. Filtrage en bande de base.
a) Exemple de la transmission d’un signal dans un canal réel
b) Conception des filtres d’émission et de réception

III. Modulations numériques.

IV. Codage de canal.

39
b) Conception des filtres d’émission et de réception :

 Filtrage d’un signal idéal (sans code en ligne):


 Hypothèse 1 : signal m(t) = {1, 0, 1, 1}
 Hypothèse 2 : les éléments de signal associés aux éléments binaires
seront des impulsions de Dirac (cas idéal) (Tb = Ts)

e(t)   ck   t  kTb 
k 1

horloge où ck  1;1

t
Ts 2Ts 3Ts
Ge(f)= rect2B(f)
e(t)
1 0 1 1
+V
-B B f
t
-V
s(t) =?
40
 Filtrage d’un signal idéal :
Réponse impulsionnelle :

sin 2Bt 
g e t   2 B   2 B  sin c2Bt 
Réponse fréquentielle :

2Bt

Ge  f   rect2 B  f  ge(t)

TF-1 t
Ge(f)= rect2B(f)

ge(t)
-B B f

t
1 1 1
 
1
B 2B 2B B

41
 Filtrage d’un signal idéal :

filtrage = convolution

 Ge(f)= rect2B(f)
e(t)   ck   t  kTb 
k 1 s(t)  e(t)  ge  t 
où ck  1;1 f
-B B

s(t)   ck   t  kTb   g e  t 
k 1


s(t)   ck g e  t  kTb 
k 1

42
 Filtrage d’un signal idéal : 
ge(t)

s(t)   ck g e  t  kTb 
k 1
Détection échantillonnée 
1

1 1 1
B 2B 2B B
tous les kTb = k 0,1ms
B  1 Tb B  1 2Tb B  1 4Tb
1 0 1 1 1 0 1 1 1 0 1 1

0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5

Tb 2Tb 3Tb Tb 2Tb 3Tb Tb 2Tb 3Tb

1 1 ERREURS
1 1 1 1 1 I.E.S
1

Seuil à 0 Seuil à 0 0
0 0 0
0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5
 Filtrage d’un signal idéal :

 Pour B=1/Ts Détection sans


erreur tous les kTs

 kT 
1 T g s   0  k  0
 s  2 
2B 2
g 0  1
 2Ts  3Ts  Ts  Ts Ts Ts 3Ts 2Ts
2 2 2 2

 Pour B=1/2Ts Détection sans


erreur tous les kTs

1 g kTs   0  k  0
 Ts
2B g 0  1
 4Ts  3Ts  2Ts  Ts Ts 2Ts 3Ts 4Ts
44
 Pour B=1/4Ts Détection avec erreur 
Interférence Entre Symbole

g kTs   0  k  pair
1
 2Ts g kTs   0  k  impair
2B
g 0  1

 8Ts  6Ts  4Ts  2Ts 2Ts 4Ts 6Ts 8Ts

La sortie s(t) aux instants kTs


dépend dans ce cas des IES
impulsions à l’instant t mais aussi
des impulsions adjacentes.

45
Critère de Nyquist temporel :
Pour permettre une transmission sans IES, la
bande passante du canal de propagation doit

g kTs   0  k  0
vérifier : 1
B
g 0  1
2Ts
1
Pour le cas particulier : B
2Ts

la réponse impulsionnelle g(t) du canal vérifie :

G f 
Critère de Nyquist fréquentiel :
G0
Le spectre de la réponse impulsionnelle admet
le point :  1 G0  G 0 
 ,  2
 2TS 2  f
comme centre de symétrie impaire 1
2Ts

Filtre utilisé dans les normes telecoms : filtre en cosinus surélevé


46
Ts = 0,1ms fs = 10
kHz
G f 
1  0
0.9
Filtre en cosinus
0.8
surélevé
0.7   0.5
0.6
0.5
 1
0.4
0.3

0.2
 : Facteur de 0.1
retombée ou roll-off 0
-10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

fréquence (kHz)

   1   1 
Ts
1  sin  2 2 f TS  1 ,  f 
lärgeur spectrale 
1 
2    2TS 2TS
2TS
G f   1
TS , 0 f 
2TS
0 , ailleurs
47
Filtre en cosinus
surélevé Ts = 0,1ms fs = 10
kHz
1

 0 0.8

0.6

0.4

0.2

-0.2

-0.4
-0.4 -0.3 -0.2 -0.1 0 0.1 0.2 0.3 0.4

  0.5
temps (ms)

 1

 t    t 
sin   cos 
Filtre à phase linéaire, temps de
g t    TS 
  TS 
propagation de groupe constant
t  2 t 
2

TS 1   
 TS 
48
 Filtrage d’un signal REEL :

 Hypothèse 1 : signal m(t) = {1, 0, 1, 1}


 Hypothèse 2 : les éléments de signal associés aux éléments binaires
seront des fonctions portes idéales
horloge horloge

t t
Tb 2Tb 3Tb Tb 2Tb 3Tb
eréel(t) eidéal(t)
1 0 1 1 1 0 1 1
+V +V
Filtre de Nyquist, en
cosinus sur-élevé
t t
-V -V


eidéal (t)   ck   t  kTb 
HN(f)
eréel (t)   ck rect Tb  t  kTb  G1(f)
k 1
1

0. 9

0. 8 s(t)
=
0. 7

k 1
0. 6

0. 5

ck  1;1
0. 4

0. 3

où ????? 0. 2

ck  1;1
0. 1

où -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

49
 Filtrage d’un signal REEL :
 G1(f) = fonction réciproque de G(f) qui permet d’obtenir eidéal(t) à partir de eréel(t)

eidéal(t) eréel(t)
1 0 1 1 1 0 1 1
+V +V

HN(f)
t g(t) t G1(f)
-V -V 1

0. 9

= = 0. 8

0. 7 s(t)
rect Tb  t 
0. 6

1 0. 5

G f 
0. 4

0. 3

0. 2

0. 1

-10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Filtrage en bande de base à l’émission

g  t   rect Tb  t  
TF
 G  f   Tb sinc  fTb 

1 fTb
G1  f    G1  f   G  f   1
Définition d’un filtre
Tb sin  fTb  « blanchissant »

 Ensemble filtres « blanchissant » G1(f) ET Nyquist HN(f) = Traitement identique à


celui du filtrage d’un « signal idéal »
50
 Filtrage d’un signal REEL :

 Gabarit « idéal » de G1(f) : filtre « blanchissant » :


1.8
1 fTb
G1  f   1.6

Tb sin  fTb 
Tb =
0,1ms 1.4

fb = 10 1.2

kHz

Amplitude
1

0.8

0.6

1 1 0.4

2Tb 2Tb 0.2

0
1 -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1
 fréquence (kHz)
Tb sinus cardinal Filtre Blanchissant Tb
 Largeur du filtre blanchissant :
1
BN 
2Tb
51
 Filtrage d’un signal REEL :

 Gabarit « REEL » de G1(f) : filtre « blanchissant » :

1.1

Tb = 0,1ms 1

fb = 10 kHz 0.9

0.8
1
1     3,5kHz 0.7
2Tb 0.6

1
1     6,5kHz
0.5

0.4
2Tb
0.3
1
1
1    1    0.2
2Tb 2Tb 0.1

1
-10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
1
 fréquence (kHz) 1
Tb
Tb roll-off=0,3 2Tb

52
 Répartition émission-réception du filtrage en bande de
base : Nécessité de filtrer en émission pour réduire la
largeur spectrale du signal, et nécéssité de filtrer en
réception pour réduire le bruit
Filtre Filtre de Nyquist ?
blanchissant
Codage Ge(f)
message en ligne 1

0. 9

0. 8

numérique Modulation 0. 7

0. 6

0. 5

0. 4

en bdb 0. 3

0. 2

0. 1
Canal de
0

propagation
-10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

GR(f
message
)
1

0. 9

0. 8

Numérique reçu 0. 7

0. 6

0. 5

0. 4

après décision 0. 3

0. 2

0. 1

-10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Action conjuguée des 2 filtres = Filtre de Nyquist ?


action unique filtre de Nyquist

Ge  f   G R  f   H N  f 
Partage du filtrage
entre émission et
Ge  f   G R  f 
réception 53
 Conclusions sur le filtrage en bande de base :

Filtre Demi- Nyquist


Racine carrée de
Filtre cosinus
blanchissant
Codage HN  f 
message en ligne
1

0. 9

0. 8

0. 7

numérique Modulation
0. 6

0. 5

0. 4

0. 3

en bdb -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
0. 2

0. 1

0 Canal de
propagation

HN  f 
message
1

0. 9

0. 8

0. 7

Numérique reçu 0. 6

0. 5

0. 4

0. 3

après décision -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10


0. 2

0. 1

Partage du filtrage Square root raised


entre émission et Cosine
réception

Ge  f   G R  f   H N  f 
54
 Conclusions sur le filtrage en bande de base :
 Fonction de transfert = module et une phase Conséquence sur réponse
impulsionnelle :
 t   t    t  t0     t  t0  
sin    cos    sin    cos  
 b T  bg t 
T  T   T 
ge  t     b b


t
1 4 2
t 2 e


 t  t0   t  t 
2

Tb Tb 1  4 0
Tb T 2
b

 Filtres CAUSAUX  Réalisables (filtres numériques)

1 0.8

Tb = 0,1ms 0.8 0.6

fb = 10 kHz 0.6 0.4

0.4
0.2
0.2
0
0
-0.2
-0.2 -0.4 -0.3 -0.2 -0.1 0 0.1 0.2 0.3 0.4
-0.4 -0.3 -0.2 -0.1 0 0.1 0.2 0.3 0.4
tem ps (m s)
temps (ms)

55
 Diagramme de l’œil :
 Diagramme de l’œil : permet de juger visuellement de la qualité d’une
transmission numérique.

Visualisation du signal numérique reçu sur un oscilloscope à mémoire :


- en synchronisant la base de temps avec l’horloge du signal
numérique

Signal reçu

Voie Y Trigger

horloge

t
Tb 2Tb 3Tb 56
 Diagramme de l’œil :
 Diagramme de l’œil : permet de juger visuellement de la qualité d’une
transmission numérique.

0 0.05 0.1 0.15 0.2 0.25 0.3 0.35 0.4 0.45 0.5 0.55 0.6 0.65 0.7 0.75 0.8 0.85 0.9 0.95 1 1.05 1.1 1.15 1.2 1.25 1.3 1.35 1.4 1.45 1.5 1.55 1.6 1.65 1.7 1.75 1.8 1.85 1.9 1.95 2 2.0

Tb = 0,1ms
fb = 10 kHz

-0.1 -0.05 0 0.05 0.1


57
 Diagramme de l’œil :
 Diagramme de l’œil : permet de juger visuellement de la qualité d’une
transmission numérique.

0 0.05 0.1 0.15 0.2 0.25 0.3 0.35 0.4 0.45 0.5 0.55 0.6 0.65 0.7 0.75 0.8 0.85 0.9 0.95 1 1.05 1.1 1.15 1.2 1.25 1.3 1.35 1.4 1.45 1.5 1.55 1.6 1.65 1.7 1.75 1.8 1.85 1.9 1.95 2 2.0

Tb = 0,1ms
fb = 10 kHz

-0.1 -0.05 0 0.05 0.1


58
 Diagramme de l’œil :
 Diagramme de l’œil : permet de juger visuellement de la qualité d’une
transmission numérique.

0 0.05 0.1 0.15 0.2 0.25 0.3 0.35 0.4 0.45 0.5 0.55 0.6 0.65 0.7 0.75 0.8 0.85 0.9 0.95 1 1.05 1.1 1.15 1.2 1.25 1.3 1.35 1.4 1.45 1.5 1.55 1.6 1.65 1.7 1.75 1.8 1.85 1.9 1.95 2 2.0

Tb = 0,1ms
fb = 10 kHz

-0.1 -0.05 0 0.05 0.1


59
 Diagramme de l’œil :
 Diagramme de l’œil : permet de juger visuellement de la qualité d’une
transmission numérique.

0 0.05 0.1 0.15 0.2 0.25 0.3 0.35 0.4 0.45 0.5 0.55 0.6 0.65 0.7 0.75 0.8 0.85 0.9 0.95 1 1.05 1.1 1.15 1.2 1.25 1.3 1.35 1.4 1.45 1.5 1.55 1.6 1.65 1.7 1.75 1.8 1.85 1.9 1.95 2 2.0

Tb = 0,1ms
fb = 10 kHz

-0.1 -0.05 0 0.05 0.1


60
 Diagramme de l’œil :
 Diagramme de l’œil : permet de juger visuellement de la qualité d’une
transmission numérique.

Tb = 0,1ms
fb = 10 kHz

0 0.05 0.1 0.15 0.2 0.25 0.3 0.35 0.4 0.45 0.5 0.55 0.6 0.65 0.7 0.75 0.8 0.85 0.9 0.95 1 1.05 1.1 1.15 1.2 1.25 1.3 1.35 1.4 1.45 1.5 1.55 1.6 1.65 1.7 1.75 1.8 1.85 1.9 1.95 2 2.0

Instants
d’échantillonnage

 Jitter
des
Tb
Cas du filtre en cosinus surélevé : passages
 = 1  BN = 1/Tb à0
 œil ouvert : bonne transmission
 Décision facile  bon TEB
Marge
-0.1 -0.05 0 0.05 0.1
maximale 61
 Diagramme de l’œil :
 Diagramme de l’œil : permet de juger visuellement de la qualité d’une
transmission numérique.

Tb = 0,1ms
fb = 10 kHz

0 0.05 0.1 0.15 0.2 0.25 0.3 0.35 0.4 0.45 0.5 0.55 0.6 0.65 0.7 0.75 0.8 0.85 0.9 0.95 1 1.05 1.1 1.15 1.2 1.25 1.3 1.35 1.4 1.45 1.5 1.55 1.6 1.65 1.7 1.75 1.8 1.85 1.9 1.95 2 2.05

Instants

Cas du filtre de Nyquist : d’échantillonnage

 = 0,3 Jitter
 œil moins ouvert : bonne des
transmission passages
 Décision facile  bon TEB à0
 Jitter important
Marge
maximale
-0.1 -0.05 0 0.05 62
0.1
 Diagramme de l’œil :

 Diagramme de l’œil : permet de juger visuellement de la qualité d’une


transmission numérique.

Tb = 0,1ms
fb = 10 kHz
0 0.05 0.1 0.15 0.2 0.25 0.3 0.35 0.4 0.45 0.5 0.55 0.6 0.65 0.7 0.75 0.8 0.85 0.9 0.95 1 1.05 1.1 1.15 1.2 1.25 1.3 1.35 1.4 1.45 1.5 1.55 1.6 1.65 1.7 1.75 1.8 1.85 1.9 1.95 2 2.05 2.1 2.15 2.2

Critères non respectés critères respectés

Cas du filtre de Nyquist :


BN = 1/(2,3Tb)
 œil fermé : bande trop étroite
 Décision difficile  I.I.S.
-0.1 -0.05 0 0.05 0.1
63
 Conclusions sur le filtrage en bande de base :

 Le spectre d’un signal numérique après filtrage par un cosinus surélevé et filtre
blanchissant est modifié de manière très importante (fréquence de coupure du
filtre)

Signal NRZ non filtré Signal NRZ filtré en bdb


1 1

0.8 0.8

0.6 0.6

0.4 0.4

0.2 0.2

0 0
0 5 10 15 20 0 5 10 15 20

0 5 10 15 20 0 5 10 15 20
0 0
-2
-2
-4
-6 -4
-8
-10 -6
-12 -8
-14
-16 -10
-18 -12
-20
-22 -14
-24 -16
-26
-28 -18
-30 -20

Tb = 0,1ms fb = 10 kHz Tb = 0,1ms fb = 10 kHz

64
diagramme de l'oeil/filtrage Nyquist SQRC à l'émission
0.5

Séquence Code Filtre


0.4

binaire en ligne d’émission


0.3

émise 0.2

0.1
emetteur

amplitude
0

-0.1

-0.2

-0.3

-0.4
Canal de
-0.5
propagation 0 1
time (second) -5
2
x 10
(sans bruit)

Séquence Filtre de
diagramme de l'oeil/filtrage Nyquist SQRC à la réception après filtrage optimal

binaire décision
réception
reçue 1

0.5

Récupération de
amplitude
0
l’horloge binaire
récepteur -0.5

-1
IES nulle à la réception 65
0 1 2
time (second) -5
x 10
diagramme de l'oeil/filtrage Nyquist SQRC à l'émission
0.5

0.4

Séquence Code Filtre


0.3

0.2
binaire en ligne d’émission 0.1
émise

amplitude
0

-0.1
emetteur
-0.2

-0.3

-0.4

-0.5
0 1 2
time (second) -5
x 10
diagramme de l'oeil après bruitage
Canal de 1

propagation
(avec bruit) 0.5

amplitude
0

-0.5

-1

Séquence Filtre de
binaire décision 0 1
time (second)
x 10
2
-5

réception diagramme de l'oeil/filtrage Nyquist SQRC à la réception après filtrage optimal


reçue
1.5

Récupération de 0.5

l’horloge binaire

amplitude
0

récepteur
-0.5

-1

diagramme de l’œil ouvert à la réception -1.5 66


0 1 2
time (second) -5
x 10