CONDITIONS DE FONCTIONNEMENT DES RADARS

INTRODUCTION

Radiocommunication

et

détection

Le principe général d¶une liaison de Radiocommunication
Bruit Message d¶informat ion Système émetteur Signal Rapport S/B Système récepteur Message d¶information

Le pb ??? Transmettre un message entre deux points (un signal modulé)

La qualité de récupération du message est mesurée par :
S 2 (t ) R ! 10 log 10 B 2 (t )

X X

moyens de traitement. les méthodes.En détection. Le signal émis interagit avec un obstacle et donne lieu à la formation d ¶un signal secondaire « ECHO » . principes et systèmes sont identiques à ceux employés en télécommunication mais la nature du problème considéré est très différente.

Les principales structures d¶émission rencontrées sont les suivantes : 1er cas : Systèmes mono statiques (J=0) OBSTACLE Signal non chargé d¶information SYST EMET ECHO SYST RECEPT interaction .

2ème cas : Systèmes bistatiques Signal non chargé d¶information SYST EMET J ECHO SYST RECEPT OBSTACLE interaction .

.3ème systèmes multistatiques OBSTACLE SYST EMET Signal non chargé d¶information J1 J 2 ECHO 2 Centre de gestion et d¶exploitati on des données S1 REC 1 S2 SN REC 2 ECHO 1 JN «««. ECHO N REC N .

Comparaison entre les différents systèmes * Le monostatique est le plus simple * Le multi .statique est complexe mais il est efficace La détection Identification Calcul du signal ECHO relève de la théorie de DIFFRACTION .

Théorie générale de diffraction nécessite : .Nature de l ¶obstacle « Difficile » !!! Très faible énergie complexité Deux points de vue peuvent être adoptés .

Détection pure On cherche seulement à détecter la présence de l ¶écho dans le bruit (dans le récepteur) Si l ¶écho est identifié   l ¶obstacle est détecté En pratique : S/B est très faible   Pd et Pfa .A.

Pd et Pfa sont définies à partir d ¶un seuil k Conclusion .Pour un rapport S/B donné . on peut calculer Pd .ayant fixé Pfa.

Bruit S/B Signal Pd en relation Seuil Pfa .

90 0.80 0.999 0.50 0.98 0.40 0.35 0.99 0.72 0.Pd 0.30 0.10 0.20 0.05 4 6 8 10 12 14 16 18 10-4 10-5 10-6 10-3 10-12 10-7 10-810-9 10-10 10-11 S/B Courbes de détection pour une cible non fluctuante .995 0.95 0.70 0.998 0.

on mesure ensuite : * Sa distance (retard de l ¶écho/signal émis) * Sa direction : ((U.Conclusion : Si l ¶obstacle est détecté. U et N : direction de l ¶antenne * éventuellement sa vitesse radiale dr .N).

Par identification à un catalogue Comparaison des paramètres extraits avec un catalogue après détection 2.Par reconnaissance des formes Analyser le signal écho et chercher à extraire des informations sur l ¶obstacle : grosseur.Reconnaissance d ¶obstacle 1. nature des matériaux constitutifs . forme détaillée.B.

Par imagerie On envisage que les systèmes RADAR .3.

N) * Mesure de sa vitesse (Effet DOPPLER ) * Exploitation fine du signal pour « Reconnaissance des formes » .RAdio RAdio Detection And Ranging RADAR est un appareil qui permet de : * Détecter la cible * Préciser sa distance R et sa direction (U.

N) Récepteur R . Pfa et Pd B.Détection de la cible : S/B.Mesure de la distance R R (t ! 2 C D ¶ou (t R!C 2 Cible Emetteur ((U.A.

en supposant celle-ci très directive.C-La mesure de direction est donnée par l¶axe de l¶antenne. l U 3dB U : ouverture en degrés à mi-puissance l : dimension d¶antenne en mètres P : longueur d¶onde en mètre .

5 GHz) et l=14m. .P U } 70 l Exemple : pour P=20cm (1.1m seulement. on obtient aussi U=1° avec l=2. on a U=1° pour P=3cm (10GHz) .

Schéma le plus simple d ¶un RADAR Emetteur Récepteur Indicateur Emetteur Duplexeur Récepteur Indicateur Antenne Antennes .

Difficultés de pointage simultané des deux antennes Solution Utilisation d ¶un DUPLEXEUR .Nécessité de deux antennes .Inconvénient du montage N°1 N° .

le modulateur qui fournit à l ¶étage de puissance l ¶énergie nécessaire à son fonctionnement .Indicateur : appareil qui présente les informations du radar Duplexeur : aiguilleur électronique (alternat) L ¶émetteur : se compose de deux parties: .le ou les étages hyperfréquences .

indicateurs de présence ou de vitesse.Capteurs. . météorologie. contrôle du trafic..Utilisation des radars : . détection de pollution. . détection et inventaire des ressources naturelles.

Les RADARS sont classés en deux catégories Radars à impulsions Pulse radar Radars à ondes continues C.W radars .

LE RADAR A IMPULSIONS Duplexeur Signal de fréquence f0 X f0 Emetteur TR Vers Récepteur X Signal impulsionnel A 0 TR -Principe- .

X X t TR TR L ¶émetteur envoie des impulsions brèves (qcq nanosecondes à qcq centièmes de secondes) X : la durée des impulsions TR : la période de répétition .

La puissance crête 2.L¶énergie contenue dans une impulsion émise 3.La sensibilité 6.Les grandeurs importantes à considérés sont : 1.Distances Ambiguës .La longueur d¶onde utilisée : P 5.Distance Aveugle 7.La puissance moyenne émise 4.

QcQ W <Pc <MW 2. X peut varier de 100ns à 10µs environ. 3.1.L¶énergie contenue dans une impulsion émise w ! Pc .X En pratique.La puissance moyenne émise Pc X w Pm ! ! TR TR .La puissance crête Pc : c¶est la puissance émise pendant l¶impulsion de durée X.

Pm peut varier de quelques mw à quelques Kw. 4.fR ! 1 TR fR est généralement comprise entre 100Hz et quelques dizaines de KHz.La longueur d¶onde utilisée : P quelques mètres a quelques mm .

B du récepteur et T la température absolue.La sensibilité La puissance du signal reçu qui conduit à une valeur donnée (souvent 3 dB) du rapport S/B en sortie du récepteur. T0=290 K Le bruit qui prend naissance dans le récepteur est du type blanc et gaussien.5. gaussien PBe ! kT(f . A.Soit (f la L.

on a : P s ! k (f F F est le facteur de bruit du récepteur F>1 Tout ce passe comme si on avait un bruit (F-1)PB supplémentaire à l¶entrée du récepteur supposé parfait). .Si le récepteur était parfait. et de G  en sortie une puissance : GPBe ! kT(fG ! PBs En pratique.

PBe PBe Récepteur de FGPBe gain réel G Facteur de bruit F
+

Récepteur parfait de gain G FPB=FkT(f

FGPBe=PBs

(F-1)PBe

b-Si on ajoute un signal S, de puissance PS à l¶entrée du récepteur, le rapport S/B en sortie est :

G . PS PS S ! ! B kT ( f . F G . F . PBe

Alors, la sensibilité est la puissance PS un signal qui conduit à une valeur donnée de S/B jugée limite pour la détection. Appelons (S/B)0 cette valeur.

P ! kT(fF.(S / B)0 S
Exemple : pour un récepteur de largeur de bande (f=1MHz, et de facteur de bruit F=8dB, on trouve, à température ambiante (17°Cp290°K)

Ps } 5.10 14 watt

pour (S/B)=3dB

Cela met en évidence l¶extrême sensibilité des récepteurs et la nécessité de les protéger 6- Distance Aveugle on ne peut effectuer de mesures pendant la durée X de l¶impulsion d¶émission :

(t eX

: réception impossible

Les distances telles que 2R/CeX ne peuvent être mesurées. On les appelle distances aveugles :

CX Re 2

ne peuvent être examinées

En pratique

Impulsion émise

X 0 W0 10%W0 0 X X+(tdesio Ionisation du TR de protection du récepteur désionisation

. le train d¶échos reçu coïncide avec les impulsions émises. distance aveugle effective : C R e (X  (t désion ) 2 Cette relation est plus contrainte que la relation théorique précédente et conduit à ne pouvoir détecter les cibles trop proches 7.Alors.Distances Ambiguës Ce sont les distances telles qu¶en présence d¶une cible donnée.

m Rôle de l ¶antenne à l ¶émission ???? .Notion de Gain .EQUATION DE PROPAGATION DU RADAR Problème de la portée d ¶un Radar R  réception de signaux très faibles Rôle de l ¶antenne RADAR???? Convertir l ¶énergie électrique une onde e.

dE (U . Ee 4T énergie émise par cette antenne dans une direction donnée Gain =_____________________________________________ énergie qui serait émise dans cette direc par une ant iso . * ) ! d .

t .Rôle de l ¶antenne à la réception ???? Notion de surface effective c c c Signal radioélectrique émis par une source O c c c c c L ¶énergie émise par la sce O à t=0. se trouve donc répartie à t sur une sphère de rayon C.

La mise en marche de l ¶antenne par cette énergie Aiguillage vers le récepteur La quantité d ¶énergie recueillie par l ¶antenne dépend de ses caractéristiques .La densité d ¶énergie à une distance D de la source O est alors par unité de surface : dE 1 dE ! dS D 2 d.

Exp : soit une antenne « ouverture plane à loi d ¶éclairement uniforme » G. dS 4T dS A : surface effective ou surface radioélectrique de l ¶antenne ER : énergie captée par l ¶antenne .P2 A! 4T 4TS ! 2 P dE GP2 dE E R ! A. ! .

Réflexion des ondes par une cible. Notion de surface équivalente Une cible se comporte comme une antenne Cible rerayonnement L ¶énergie réémise par une cible dans la direction du radar est extrêmement variable. elle dépend de l ¶orientation de la cible par rapport au radar .

N.B : La fréquence a un effet sur la réflexion On définit la faculté de rerayonnement d ¶une cible par sa surface équivalente W énergie réémise par la cible dans la direction du radar W = ---------------------------------------------------------------la densité d ¶énergie qu ¶elle perçoit .

avion intercontinental 50 à 100 m2 .avion moyen 2 à 10 m2 .petit avion à réaction 0.5 m2 à 2 m2 .Les valeurs de surfaces équivalentes couramment admises sont : .transport léger 10 à 20 m2 .moyen courrier 30 à 50 m2 .

P A! 4T .EQUATION DE PROPAGATION Ou équation de bilan énergétique liant Er à l ¶Ee On considère un radar de caractéristiques: * gain d ¶antenne G * surface effective de l ¶antenne * puissance crête émise Pc * durée de l ¶impulsion émise X + une cible de W placée à une distance D 2 G.

cette énergie serait répartie uniformément dans ttes les directions A une distance D du radar.L ¶énergie émise à chaque impulsion par le radar est : PcX Si l ¶antenne est omnidirectionnelle.X ¨ dE ¸ ! c © ¹ ª dS º0 4T D 2 . la densité d ¶énergie traversant une surface unitaire serait alors : P .

X ¨ dE¸ Ec !W© ¹ ! c .W ª dSº1 4T D2 . elle capte W fois la densité d ¶énergie : ¨ dE © ª dS ¸ ¹ º1 et le réémet de manière omnidirectionnelle L ¶énergie captée par la cible s ¶écrit donc : P . par hyp.X ¨ dE ¸ .G © ¹ ! ª dS º1 4T D 2 La cible est de W.G.Par définition du gain G Pc .

G.La densité d ¶énergie réémise par la cible.X 1 ¨ dE ¸ ! .X . © ¹ ! ª dS º 2 4T D 2 4T D 2 4T D 2 L ¶antenne du radar capte une énergie : G.P2 .G 2 .P2 ¨ dE ¸ ¨ dE ¸ Er ! A© ¹ ! © ¹ 4T ª dS º 2 ª dS º 2 Finalement Pc . est au niveau du radar donc à la distance D de la cible Ec Pc .W Er ! (4T )3 D 4 .W .

X .En pratique. il faut tenir compte : * des pertes dans la propagation du signal * des pertes dans les circuits hyperfréquences du radar * des pertes dues au traitement du signal dans le récepteur * des pertes dans l ¶extraction du signal et l ¶exploitation de l ¶information * des pertes dues au mouvement de l ¶antenne.L (4T ) .P2 .W Pc .G Er ! 3 D 4 . 2 .

.

Application pratique de l ¶équation de propagation Le besoin d ¶adopter par les radaristes d ¶une méthode de calcul simple « DECIBEL DB » Définition du décibel ou ¨E ¸ ¨ E1 ¸ © ¹ ! 10 log10 © 1 ¹ ©E ¹ ©E ¹ ª 2º ª 2 ºd ¨P ¸ ¨P ¸ 1¹ © ¹ ! 10 log10 © 1 ¹ ©P ©P ¹ ª 2 ºd ª 2º Nous adopterons les unités MKSA et nous exprimons le rapport .

¨ Er ( joules ) ¸ © ¹ © 1( joule) ¹ ! 10 log.

G 2 .W .P2 .Er ºd ª ¨ P .X .

L ¸ ¹ ¹ º .Er dB / Joule ! 10 log© c 3 4 © ª (4T ) .D .

10 log(4.X )  2.10 log(G )  2.10 log( D )  10 log( L)) .T )  4.Er dB / Joule ! 10 log( Pc .10 log(P )  10 log(W ) (3.

10 log(G ) ! (G ) dB ou GdB 10 log( L) ! ( L) d ou Ld 10 log( Pc .T ) ! 33d 10 log( D ) ! Dd / m .X ) ! ( Pc .X ) d / Joule 10 log(P ) ! (P ) d / m 10 log(W ) ! (W ) d / m2 30 log(4.

L=8dB. G=45dB. P=10cm + Pc. G2=90dB P=0. X=2µs.Exemple 1 : Pc=10MW. W=1m2.105 = 57 dB D4=228 dB L=8 dB (4T)3=33 dB Er=-186 dB/Joule 103 0 228 8 33 -289 90 20 .X=20 Joules=13dB 13 G=45dB.1m=-10dB P2=-20dB W=1m2 = 0dB D=5. D=500km.

il faut ajouter le bruit du radar .25 10-13 W Le récepteur radar doit être très sensible   utilisation des sensibilités de l ¶ordre 10-15W La sensibilité du récepteur n ¶est pas un seuil de perception du signal.Ordre de grandeur des signaux perçus par les radars Exp 1 : Pc(signal reçu)=1.

La puissance de bruit d ¶un récepteur de facteur de bruit 4 dB et de bande 1 MHz est : B ! F .(F K ® .To ! 204dB ± ¯(F ! 60dB ± ! 4dB F ° B=-130 dB/W=10-13 W .K .To .

il est accompagné d ¶un bruit non négligeable Cette méthode ne tient pas compte du filtrage du bruit et du signal par le récepteur radar .On voit donc que les niveaux du signal utile et du bruit du récepteur sont comparables Le signal ne parvient pas seul au radar.

* en déformant le signal utile . * en créant des signaux qui peuvent être pris pour des signaux utiles.Conclusion Le problème radar est celui de la reconnaissance d ¶un signal en provenance d ¶une cible lorsqu¶il est mélangé avec du bruit Le bruit vient perturber la détection du signal utile et ceci de plusieurs manières : * en venant se superposer au signal utile et le masquer.

Aspect aléatoire du bruit Le bruit est généralement qualifié par sa puissance ou sa densité spectrale On lui attribue une formulation mathématique (besoins pratiques) n(t ) ! V (t ) cos.FILTRAGE EN PRESENCE DE BRUIT EQUATION DU RADAR 1.

2Tft  N (t ) .

Puissance moyenne d ¶un bruit .(f B : puissance moyenne du bruit K : constante de Boltzman TB : température équivalente du bruit (f : bande d ¶observation . .Effet du filtrage Un des paramètres du bruit directement accessible à la mesure est : la densité spectrale b b : la puissance émise dans une bande de fréquence unitaire ! .2.

b ! B / (f 3.traitement du signal en présence de bruit Ampli Filtrage ou traitement cohérent Détection ou traitement non cohérent Seuil ou critère de décision .

Le problème du radariste est donc de discerner le signal utile dans le bruit qui l ¶entoure * Le filtrage aura pour but « d ¶atténuer » au maximum le bruit tout en préservant le signal * La détection a pour rôle de mettre le signal sous une forme compatible à la comparaison avec n seuil Décider que le signal est un signal utile. c ¶est-à-dire un écho en provenance d ¶une cible placée dans le champ d ¶observation du radar .

Gr RADAR D .EQUATION DU RADAR A.Détection d ¶une cible silencieuse (W) Gt .

le bruit qui accompagne le signal a pour densité spectrale : bo ! F . o Pc .F . . et si le radar n ¶est soumis à aucun brouillage artificiel. o .D 4 .W S¸ ¨ © ¹! ª º ( 4T )3.G 2 .P2 . .X .L .Si la cible observée par le radar n ¶émet aucun signal parasite.

G : gain de l ¶antenne du radar P : longueur d ¶onde utilisée W : surface équivalente de la cible Pc : puissance crête émise X : durée de l ¶impulsion émise (ou analysée) (S/B) rapport signal sur bruit imposé au radar F : facteur de bruit du radar K : constante de Boltzman To : température de référence normalisée = 290°K D : distance cible radar L : pertes sur le signal utile .

.des pertes subies par l ¶onde dans son trajet aller et retour ou pertes atmosphériques. .des pertes dues au traitement du signal (filtrage.des pertes à la réception entre le point de mesure du gain de l ¶antenne et le point de référence. circuits spéciaux) et à l ¶exploitation de l ¶information. . etc .des pertes dues au mouvement de l ¶antenne et à la forme de son faisceau.Le coefficient de pertes L tient compte : .des pertes à l ¶émission entre la sortie de l ¶émetteur et le point de mesure du gain de l ¶antenne. . .

Gr D RADAR bB(R) .Détection d ¶une cible brouilleuse (W) GB Gt .

peut être porteuse d ¶un brouilleur émettant du bruit dans la bande du radar bB .GB G.F+b1 Généralement b1>>b0 (sinon le brouilleur ne sera pas efficace) .Dans certains cas. GB le gain de l ¶antenne du brouilleur dans la direction du radar b=b0+b1=K.To. .D 2 4T l bB : la densité spectrale du bruit émise par le brouilleur. 4T .P2 1 b1 ! . la cible observée par le radar.

D 2 .X .P b $ b1 $ ( 4T ) 2 .P2 .GB .L Equation de propagation Equation du radar sur une cible brouilleuse Pc .2 bB .L' bB .G.D 4 . © ¹! ª B º (4T ).D 4 .X .l Pc .GB .W 1 ¨S¸ .W Er ! (4T )3.G 2 .G.

G : gain de l ¶antenne du radar W : surface équivalente de la cible Pc : puissance crête émise X : durée de l ¶impulsion émise (S/B) : rapport signal sur bruit imposé au radar bB : densité spectrale du bruit émis par le brouilleur GB : gain du brouilleur dans la direction du radar D : distance cible radar L ¶ : pertes sur le signal utile .

Détection d ¶une cible dans un milieu brouilleur * gri Di Gr D bi(R) * Gi W .

li : les pertes atmosphériques retour et hyper réception .Di : distance brouilleur radar ..Ge son gain à l ¶émission .bi : la densité spectrale de bruit émise par chaque brouilleur .gri : le gain à la réception dans la direction de chaque brouilleur .Gi : le gain de chaque brouilleur dans la direction du radar .Gr : son gain maximum à la réception .

 .F 4T . (4T ) 2 .T0 .P2 1 .Gi . 0.Gi gri .bi .Di2 4T li Soit comme g ri ! E i .Gr Si Ei est le taux de lobes secondaires bi .F .P2 E i .GR b!§  K . b ! § bi  b0 !§ .li Di2 .

X .D 4 .L Equation du radar dans un milieu brouilleur S Pc .Gr .Ge .Ge .Gi .E i .P2 .T0 .W Er ! ( 4T )3.F ¹ ©§ © (4T ) 2 .L ¨ ¸ 2 bi .li .Gr .X .D 4 .W ! B ( 4T )3.P © ¹ .P2 .D 2 ¹ i ª º .et comme Pc .GR  K .

.CELLULE DE RESOLUTION D¶UN RADAR A IMPULSIONS C¶est le volume compris entre deux calottes sphériques (de centre : le radar). distantes de CX/2 (X : durée d¶impulsion). et qui s¶appuie sur le contour à ±3dB du lobe d¶antenne.

GMAX 3dB CX/2 Ce volume est aussi appelé : volume de confusion du Radar. le radar ne peut séparer leurs échos leurs échos à la réception. mais si deux cibles y sont contenues. Toute cible contenue dans ce volume donne lieu à un écho (car l¶énergie incidente y est significative). .

Exemple X émission écho 1 X Cible à la distance R1 Cible à la distance R2 écho 2 (t1=2R1/C (t2=2R2/C X Ht .

Si l¶écart temporel qui sépare deux échos : 2 Ht ! (t2  (t1 ! ( R2  R1 ) C est inférieur ou égal à la durée d¶impulsion X. Ht e X   2 ( R2  R1 ) e X C D ¶ou CX R2  R1 e 2   confusion CX/2 est la profondeur du volume de confusion . l¶écho reçu est unique et les cibles ne peuvent être distinguées l¶une de l¶autre.

nous allons en examiner quelques types les plus significatifs. LE RADAR PANORAMIQUE OU DE VEILLE PLANE . et les fonctions qu¶ils doivent assurer.DIFFERENTS TYPES DE RADAR Les radars se différencient entre eux par la manière dont ils explorent l¶espace à l¶aide de leur antenne.

l¶espace est exploré par une rotation continue du faisceau radar autour d¶un axe vertical. les vitesses de rotation d¶antenne sont de l¶ordre de 6 tours par minute pour les radars à grande portée. Le volume exploré est de forme torique. Le volume exploré est fonction : y de la forme du diagramme d¶antenne y de la portée du radar . L¶exploration de l¶espace est effectuée de manière régulière . 12 à 15 tours par minute pour les radars de moyenne portée.Dans ces radars.

Les informations sont présentées sur un tube cathodique (Scope PPI) panoramique. (Panoramic Position Indicator) NORD NORD B U OUEST EST OUEST A U EST TR SUD SUD .

. Le point A figure le Radar. La déviation sur le rayon AB est telle que le spot parcouru par un rayon pendant le temps qui sépare deux impulsions émises. un rayon lumineux AB tourne en synchronisme avec l¶antenne.Sur le scope. et la longueur AB est graduée en distance.

.

.Le diagramme de l¶aérien assure une large couverture verticale dans une section angulaire horizontal étroit (forte ouverture en site et faible ouverture en gisement). de façon à prendre en compte tous les obstacles dans un même gisement. quel que soit leur site.

(N) B Distances ambiguës (E) (W) A (S) .

: Zone des distances aveugles : échos de sol proche : nuages : obstacles mobiles : Obstacles fixes .

. à partir des informations du radar panoramique.LE RADAR DE SITOMETRIE Dans ce cas. le faisceau d¶antenne est orienté de telle manière que sa plus faible ouverture soit dans le plan vertical. L¶exploration de l¶espace est obtenue par balancement du réflecteur après une orientation préalable dans un secteur déterminé.

Ce secteur choisi d¶après les indications du radar panoramique est indiqué à l¶opérateur qui peut alors agir sur la position de l¶aérien. L¶altitude est mesurée en prenant le centre de plot en site. .nuage Cibles échos de sol limites du balayage Le scope est peu rémanent de façon à pouvoir changer rapidement de secteur exploré. les cibles sont identifiées par leur distance.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful