You are on page 1of 14

La Ve République

La nouvelle constitution
Durant l’été 1958 la constitution est rédigée par
un groupe de spécialistes.
En septembre s'ouvre la campagne
référendaire: les gaullistes, la droite, le centre,
une partie de la gauche se prononce en faveur
du « oui ».
Le 2 septembre le « oui », triomphe et la
constitution est ratifiée.

il désigne le premier ministre. Conseil économique et social) est en retrait. préside le Conseil des ministres. • Le texte de 1958 prévoit un partage de la fonction exécutive entre le premier ministre et un président arbitre .• De Gaule impose la restauration des pouvoirs du président. Sénat. • Le président est élu pour 7 ans. Le premier ministre dirige le gouvernement. on « rationalise » le parlement. • Le pouvoir exécutif est mis en valeur:. • Le pouvoir législatif (Assemblée Nationale. signe les décrets et peut dissoudre l’Assemblée.

La décolonisation • En 1958 les Français aspirent que de Gaulle trouve une solution au conflit algérien. • Une association entre les anciennes colonies africaines et la métropole semble préférable (cela s’impose en Afrique noire) • En 1958 la constitution établit une communauté entre la France et les colonies africaines mais en 1960 elle disparaît. • il estime que la décolonisation est inéluctable. • Les colonies deviennent indépendantes. mais les accords de coopération permettent à la France de conserver l'essentiel de ses intérêts en Afrique noire .

• En 1959 il confie de gros moyens militaires au général Challe pour combattre les rebelles musulmans. les choses sont difficiles. • Mais 16 septembre.• En Algérie. • De Gaulle hésite et sa politique est ambiguë: tantôt il lance le plan de l’industrialisation de l'Algérie et de l’intégration des 9 millions de musulmans à la France. tantôt il propose au FLN de conclure la paix des braves. il proclame le droit de 1'autodétermination de 1’Algérie. .

• En juin 1960 s’ouvrent les premières négociations infructueuses avec le GPRA. • Le 22 avril 1961 une seconde crise secoue la V République. • Quatre généraux organisent un putsch et tentent à organiser une vaste rébellion contre Paris et de Gaulle . • Gaulle organise un referendum pour soumettre sa politique d'autodétermination à l’approbation de l’opinion publique: le 8 janvier 1961(le résultat est 75% de oui).

• La répression est sévère. • La question de Sahara où la France expérimente la bombe atomique et exploite le pétrole. .• Le putsch s'écroule le 25 avril. • En mai 1961 la négociation reprend avec le GPRA. est délicate.

• le GPRA accorde à la France des garanties: • . le 8 mars 1962. • l'exploitation du pétrole du Sahara. La fin du conflit • Un accord s’est trouvé à Evian. . • La métropole ratifie l'accord par le referendum du 8 avril 1962 (90% de oui). • promet de respecter les biens des Européens qui pourront opter entre la nationalité algérienne et celle française. • La France accepte que l'Algérie devienne indépendante.pour ses installations militaires.

• Un putsch militaire manque de peu l’assassinat de De Gaulle. • Au printemps 1962 entre européens et autorités françaises.• Le 1er juillet. les algériens ratifient ces accords par referendum. le 22 août 1962. • Le FLN exerce des représailles sur les musulmans fidèles d la France. • La liquidation de 1'OAS par la police provoque la mise en place d'une juridiction d'exception. • L'OAS (organisation armée secrète) inspirée de l’extrême droite cherche à empêcher l’application des accords. la Cour de Sûreté de l'Etat. la tension monte. .

La crise de l'automne 1962 • Depuis avril 1962 De Gaulle nomme G. • Le 28 octobre le referendum dit 61. • A l'automne. Pompidou premier ministre de la France. • Avec la fin de la guerre d'Algérie beaucoup estiment que De Gaulle n'est plus indispensable. maintient le referendum et dissout l'Assemblée. déclare inconstitutionnel ce procédé. une crise violente éclate entre le président et les partis politiques. de Gaulle refuse de s'incliner.7% de « oui » à de Gaulle. • De Gaulle propose une réforme essentielle de la constitution: faire élire le président au suffrage universel. • Le Conseil d'Etat. .

• La France dispose d'une bombe atomique dès 1960. puis la bombe H en 1968. • Il cherche relever le prestige de la France. • En mars 1966 le général exige le départ du sol français des bases militaires de l'OTAN. • On encourage une forte industrie d'armement.marins nucléaires. . • La France prend ses distances à l'égard des USA. bombardiers et sous . La Ve République au temps du gaullisme • La Ve République de Gaulle impose une évolution vers le présidentialisme et un style gouvernemental majestueux.

A. • la position de de Gaulle n'est pas tellement solide. • La politique de grandeur sous-entend en fait une industrie moderne. .• Les relations avec les pays arabes sont excellentes. de Gaulle entretient des relatons excellentes. • En 1964 elle reconnait la Chine Populaire. • Avec la R. • La campagne électorale de 1965 marque un tournant dans la vie politique française.F.

du général de Gaulle • Au printemps 1968 éclate une crise politique. • La crise gagne vite le Quartier Latin. Mai 1968 et le départ. • A l’initiative de jeunes ouvriers des grèves gagnent les usines à partir du 14 mai. .paralysie de l’économie et des transports. • Le 3 mai après 4heures d’affrontement on procède à 127 arrestations. • Des(surtout à Nanterre) s’inspirant des idées maoïstes mènent une agitation vigoureuse. • Les étudiants lancent une grève générale et les professeurs les suivent.

mais les temps ont changé. • Certains projets du général déconcentrent les électeurs de la majorité.• C'est l'impasse. • La rentrée universitaire s'effectue difficilement. • Les élections du 23 et 30 juin sont un triomphe pour l’UDR. L e 30 mai de Gaulle lance un appel à la mobilisation des sympathisants gaullistes et dissout l'Assemblée Nationale. • Une importante manifestation préparée par les gaullistes sur les Champs Elysée. . • C'est le reflux.

• Mal préparé le referendum du 27 avril 1969 est un échec. • Le « non » l'emporte par 53 %.• Une vaste et complexe réforme régionale provoquant une quasi disparition du Sénat. . Aussitôt le général démissionne. • Giscard d'Estaing rejoint l'opposition en faveur du non au referendum.