You are on page 1of 19

EPIDEMIOLOGIE GENERALE

DES MALADIES TRANSMISSIBLES

Professeur Agrégé R. BELLAAJ


Dr F. MAHDI ± AHU
Médecine Préventive
PCEM 1 ± Thème 7
2008 - 2009

m
ÕBJECTIFS EDUCATIÕ ELS

1. Identifier les maillons constitutifs de la


chaîne de transmission des maladies
infectieuses ;
2. Définir le pouvoir pathogène d¶un
germe et des différentes composantes ;
3. définir l¶expression « réservoir de
germe » ;
4. Décrire les modes de transmission des
maladies transmissibles ;
5. Enumérer les facteurs susceptibles de
constituer des causes favorisantes de ces
maladies et indiquer pour chaque
groupe de facteurs de maillon de la
chaîne de transmission sur lequel il agit.
6. Décrire brièvement les modalités
d¶expression clinique et épidémiologique
des maladies transmissibles 3
I TRÕDUCTIÕ

è Etude des mécanismes de transmission


et des circonstances de survenue des
maladies provoquées par un organisme
vivant pathogène spécifique chez
l'homme.
è Le terme "maladie transmissible"
("communicable disease" en anglais)
est plus approprié que le terme
"maladie contagieuse".


I- La chaîne Epidémiologique
I-1- L'agent pathogène ou infectieux
è Õrganisme et notamment micro-
organisme vivant capable de produire
une infection ou une maladie infectieuse
chez l'homme (virus, bactérie, parasite).
è Le pouvoir pathogène dépend de :
 son état "saprophyte" ou "pathogène";
 sa rapidité de multiplication in vivo;
 sa capacité de produire une toxine
 son pouvoir de résistance en dehors de
l'organisme;
 nombre d'unités capable de provoquer une
infection;
 son tropisme particulier pour certains tissus ou
organes.
è Le pouvoir pathogène est mesuré par
divers indicateurs:
 ©  ©© 
 ©  ©
© 
 ©   ©
 ©  © © ^
I- La chaîne Epidémiologique
I-2- Réservoir de germe:
è Cette expression désigne l'être vivant
(homme ou animal) chez lequel le germe
vit et se multiplie
è Cette notion ne fait pas de distinction
entre "hôte définitif" et "hôte
intermédiaire".
è Par extension, les arthropodes les plantes,
et même le milieu inerte (sol) peut jouer le
rôle de réservoir de germe (cas du bacille
tétanique qui survit plusieurs années dans
le sol).
è Par ailleurs, lµHomme est un réservoir de
germe soit lorsqu'il est malade, soit
lorsqu'il est porteur sain.

Œ
I- La chaîne Epidémiologique
I-3- Mode de transmission :

è 2 types de maladies:
Les maladies à "cycle ouvert"
transmises directement ou
indirectement.
Les maladies à "cycle fermé"
transmises que de façon indirecte.
è 2 modes de transmission :
transmission direct : Transfert
direct et immédiat d'agent
infectieux d'un réservoir de germe
par une porte d'entrée à un sujet
réceptif:
transmission indirect :Existence
d'un intermédiaire entre le
réservoir de germe et le sujet
réceptif. Cet intermédiaire peut être
un milieu inanimé (véhicule) ou un º
être animé (vecteur).
I- La chaîne Epidémiologique
I-4- Le terrain réceptif

èRéceptivité est conditionnée par


l'existence
d'une voie de pénétration du
germe:
orifice naturel (oral, nasal, génital)
ou orifice artificiel (effraction cutanée à
l'occasion d'injections, cathéters..);
l'absence de moyens de défense
de l'organisme (Cf. résistance).
èLa résistance est conditionnée par :
 l'existence de moyens de défense
non spécifiques de l'organisme
l'existence de moyens de défense
spécifiques = IMMUNITE (cellulaire
ou humorale) /
soit passive,
soit active : après avoir
 contracté la maladie

 ou bien après vaccination.
I- La chaîne Epidémiologique
I-5- Les circonstances
favorisantes ou Facteurs de risque
èÚ ©  
 §   
 ©
 
  ©  ©
  ©  

  ©       :
o mauvais état de l'assainissement (évacuation des
eaux usées, eau potable),
o pauvreté, faible niveau de ressources, faible
niveau d'instruction.
èÚ  ©© 
 Y : vulnérabilité aux âge extrêmes de la vie
(enfance et vieillesse).
 Ú ©      : (malnutrition,...).
 Ú © © : pollution et
infection respiratoire aiguë...

a
I- La chaîne Epidémiologique
I-6- Classification des
maladies transmissibles
a- Maladies transmises de personne à
personne:
è Maladies transmises    © :
rougeole, coqueluche, tuberculose,
rubéole, méningite...
è Maladies transmises   © :
fièvre typhoïde, choléra, poliomyélite...
è Maladies transmises  ©  
 : gale, trachome, M.S.T.
b- Anthropozoonoses : maladies communes
à l'homme et à l'animal : brucellose, rage,
échinococcose.
c- Maladies transmises par des vecteurs
(arthropodes): Paludisme, Leishmaniose,
rickettsioses,...
d- Maladies diverses : tétanos, hépatites
virales.

II- LES MODALITES
EPIDEMIOLOGIQUES

II-1- L'infection chez l'individu :


3 modalités cliniques chez l'individu :
è Ú   ©©
èÚ   ©
èÚ ©  
II-2- L'infection dans la collectivité :
    
  
c -   
    -------------   

m
III- CÕ CLUSIÕ :

La connaissance des mécanismes de


transmission des maladies
infectieuses permet d'expliquer la
diffusion d'une maladie donnée à
l'échelle d'une collectivité et de
choisir ainsi les moyens de lutte
(préventif et curatif) les plus
appropriés.

mm
PRÕPHYLAXIE GE ERALE
DES MALADIES
TRA SMISSIBLES
ÕBJECTIFS
EDUCATIÕ ELS

m3
I TRÕDUCTIÕ


  
     
 
    
    
 
èLe réservoir de germe  
     
    
èLe mode de transmission 
  !  
!  
èLe sujet réceptif
m
I- PRÕPHYLAXIE CE TREE SUR
LE MALADE = ACTIÕ SUR LE
RESERVÕIR DE GERME
m  ©©  
! ©
è  ©   "
è  ©  ©     © 
#© © ©$  © %
& ' © 
( '   © 
©    ©)   © 
 ©  © © 
 © ©   %
' © ©)   ©  © ©%
©©   ©   ©
 ©©  ©
  ©   *
©    "
 ©© © ©
© ©© © 
§ 
©    © 
 © ©   % m^
II-PROPHYLAXIE CENTREE SUR
L'ENTOURAGE (SUJETS RECEPTIFS)

m ' © ©© ©©


'    ©+
 ©  
è  ©©© ) ©
 © © 
©
 ©%
è ©     )
 ©  ) ©#©
 © ©%
èÚ 
©  
 
 
* 
 ,   © 
 -  © 
! ©
& .* /  © © 
 ©    mŒ
!!!  .0ÚY !1 
,2 Ú§'' Y1,§!,,!1

Concerne les maladies à mode de


transmission indirecte et consiste à
assainir le milieu environnant:
èeau potable de bonne qualité;
èévacuation hygiénique des eaux
usées;
èhygiène hospitalière;
èlutte contre les vecteurs, insectes et
rongeurs


IV- E UETE E CAS
D'EPIDEMIE
Les étapes de cette enquête sont les suivantes :
1- Vérifier le diagnostic des premiers cas par des
examens appropriés (clinique, bactériologique, .).
2- Déclarer les cas aux autorités sanitaires.
3- Rechercher activement d'autres cas passés
inaperçus dans la population
4- Rechercher une cause commune qui pourrait
expliquer l'apparition des cas.
5- Déterminer un profil des personnes atteintes
6- Classer les cas d'après le temps et l'endroit
d'apparition de l'incidence. Ce travail consiste à :
èétablir l'incidence en fonction du temps, par
exemple évolution de l'incidence (nombre de cas)
journalière en cas de choléra, mensuelle pour la
tuberculose...
è établir une courbe de l'épidémie
7- Compléter l'enquête en effectuant des
prélèvements sur:
 les individus (malades, suspects, échantillon de
non suspects),
 sur les véhicules possibles de l'agent pathogène
(aliments, eau, objets)
 et en recherchant dans la communauté les
réservoirs naturels et les vecteurs naturels
(anophèles, bulins, animaux...). m
IV- E UETE E CAS
D'EPIDEMIE
8- Etudier les conditions de l'environnement telles
que la distribution d'eau, d'aliments, les
concentrations de personnes (fêtes...), la
manipulation de véhicules possibles (eau, aliments).
9- Analyser la situation et avancer une hypothèse
sur l'origine de la maladie et ses voies de
propagation en vue d'établir un programme de
lutte.
10- Etablir un programme et mettre en place les
moyens pratiques de lutte. Ces mesures doivent
viser :
èl'agent pathogène
èles voies et moyens de transmission
èEducation sanitaire dont le thème est en rapport
avec la maladie en question et en entreprenant toute
mesure spécifique susceptible de lutter contre la
maladie (vaccination par exemple).
11- Vérifier l'efficacité des mesures entreprises par
l'observation épidémiologique de l'évolution de
l'incidence qui doit diminuer en fonction du temps.
12- Surveiller de manière continue la population
pour détecter toute nouvelle apparition de cas.

ma
V - CÕ CLUSIÕ
èLa participation du médecin
praticien à la lutte contre les
maladies transmissibles ne doit pas
s'arrêter au traitement du cas
patient.
èLe médecin praticien constitue un
élément primordial pour la lutte
contre ces maladies au niveau du
dépistage, diagnostic et traitement,
et des mesures prophylactiques
envers l'entourage sans oublier bien
sûr la déclaration obligatoire de ces
maladies.