You are on page 1of 8

7 tables rondes pour 7 thèmes

14 h 15 - 16 h Pour élaborer des engagements, pour dire aujourd’hui : « Concrètement, dans les mois qui viennent, Qu’est-ce qui doit changer? Qu’est-ce qu’on va faire pour que ça bouge ? Qui faut-il mobiliser ? Comment le faire ? … etc. … »

1. 2.

Polyhandicap et grande dépendance Accessibilité des transports et du bâti

3.
4. 5. 6.

Scolarisation

Vie professionnelle

Accès à la culture, aux sports et aux loisirs Vie intime, vie amoureuse et sexualité 7. Petite enfance

Principe posé par la loi sur le thème : •Assurer à l’élève, le plus souvent possible, une scolarisation en milieu ordinaire au plus près de son domicile •Garantir la continuité d’un parcours scolaire, adapté aux compétences & aux besoins de l’élève en y associant étroitement les parents.

Contexte : La scolarisation des élèves porteurs d’un handicap est a priori un droit. Ce n’est pas si simple, les établissements « non adaptés » souvent rechignent faute de moyens ou de volonté, les établissements « spécialisés » manquent de place … Concrètement, pour les jeunes, quelle serait la bonne solution ? Existe-t-elle ? Peut-on faire évoluer les choses et comment ?

Déroulement : Tour de table, préoccupations de chacun Bien fondé de cette commission, les difficultés Décalage entre les textes officiels et ce qui se passe dans la réalité Les points positifs, expériences réussies Que souhaiteriez-vous que l’on retienne de ces échanges ? des engagements ?

Principe posé par la loi du 11 février 2005 et applicable en 2011
« L’accès à tout pour tous » La mise en application de la loi de 2005 en matière d’accessibilité est en route depuis maintenant plusieurs années. 2015 approche à grand pas et la mise en accessibilité du bâti, des espaces et équipements publics est un enjeu essentiel à la pleine participation des personnes en situation de handicap à la vie sociale ! Comment accompagner la mise en oeuvre de la loi afin de permettre à chacun de jouir de la liberté d’aller et venir selon sa volonté et ses potentialités, de manière autonome ?

Ce thème vous tient à coeur, venez en débattre , partager vos expériences et vos convictions. Voici l’occasion d’échanger des points de vue et d’élaborer des projets collectifs d’actions locales

Notre société affiche une volonté d’être plus inclusive, un grand espoir pour tous ceux qui du fait d’un handicap sont tenus en marge de notre communauté.
Les personnes en situation de handicap peuvent-elles désormais accéder et pratiquer des activités sportives, artistiques et culturelles. Si oui, y trouvent-elles comme tout un chacun un outil de promotion individuelle, d’intégrations sociale, un espace de solidarité ? Accès, Pratique, Epanouissement challenge à 3 volets indissociables. personnel, un

Un pari difficile à tenir malgré tous les moyens mis en oeuvre. Des progrès, certes, mais des obstacles encore nombreux restent à lever. Les citoyens que nous sommes ont peut-être eux aussi un rôle à jouer. Permettons-nous de devenir acteurs de ce chantier et venons échanger nos observations de terrain.

Adjoindre les termes de sexualité et de handicap met en lumière des questions qui nous concernent tous, valides ou dépendants : qu’est-ce, pour chacun de nous, qu’une sexualité satisfaisante ? Que disent les personnes en situation de handicap de leurs besoins, de leurs attentes ? Prend-on en compte leurs désirs, leurs demandes exprimées ou latentes ? Comment concilier dépendance et vie amoureuse ou sexuelle ? Quelles perceptions l’entourage familial et professionnel ont-ils de l’intimité de ceux qu’ils accompagnent ? Quelle place réserve-t-on à ces questions dans le champ social et dans les domaines professionnels? Voici certaines des interrogations que nous pourrons partager lors de cette table ronde, elles restent immanquablement ouvertes

Si ... je pouvais laisser mon enfant … à quel moment ? pour … (activité) je voudrais, j’aurais besoin/envie, l’idéal serait ... Ce qui m’aiderait, me rassurerait ce serait …

Présentation du projet “ Handi Sitting ” mené par l’Avramsp Echanger & faire émerger questions, craintes, réticences … les obstacles qui empêcheraient/inquièteraient les parents pour oser , se risquer à confier leur enfant dans le cadre d’un temps de “ handi sitting ” Faire émerger idées, propositions, réponses qui favoriseraient la confiance pour faire appel à un tel service s’il existait.

FORMATIONS RQTH INSERTION VIE AU TRAVAIL AMENAGEMENTS MAINTIEN DANS l'EMPLOI MILIEU ORDINAIRE MILIEU PROTEGE

Où en sommes-nous depuis octobre 2007? (Pays beaujolais, Val de Saône) six ans après la loi de février 2005

Des avancées des réalisations positives ?
Mais aujourd’hui encore des personnes à convaincre des entreprises à informer des places à revendiquer des dysfonctionnements à dénoncer

Avec des acteurs variés qui témoigneront : Handi'Calade, chef d'entreprise, syndicaliste, d'insertion, travailleur en situation de handicap.

réseau chargé

Avec un horizon : « La singularité de chaque humain se situe moins dans ce qu’il a reçu de la nature que dans l’usage qu’il a été capable d’en faire en participant à la communauté humaine » A. Jacquard

Comment agir demain au plus près du terrain ? Des sigles... Qui fait quoi ?

-principe posé par la loi sur le thème Les lois de 2002 et de 2005 n’ont pas posé de principes différents pour les personnes très dépendantes. (En proposant cette table ronde, il n’est pas
dans nos intentions de faire de la discrimination positive à propos de ces personnes, ni de distinguer les droits des personnes en fonction de tel ou tel aspect de leur personnalité.)

Si la loi de 2005 s’appliquait aujourd’hui véritablement et sans nouvelles arcanes administratives visant à une moindre prise en charge et à de nouvelles économies, ou lorsqu’elle devra s’appliquer en tous points, des effets spectaculaires peuvent être attendus dans le cadre de la compensation du handicap (plus le handicap est lourd, plus la compensation doit être importante !). -les enjeux du thème Nous proposons à chacun d’échanger, de se saisir des témoignages des autres, de s’interpeller, de nous poser, au grand jour, les questions les uns aux autres, à propos de ces personnes particulièrement dépendantes, sur les phénomènes d’exclusion et d’enfermement, sur l’oubli et le déni. Ces personnes polyhandicapées et celles qui sont ou sont devenues gravement dépendantes d’autrui ne subissent-elles pas plusieurs fois le handicap ? Leur extrême dépendance n’est-elle pas devenue leur handicap essentiel ? N’est-ce pas leur dépendance qui fait la différence avec les autres, et qui provoque la différence de moyens mis en œuvre pour que leur vie en tant qu’humain soit aussi riche que pour tout autre ?