You are on page 1of 23

Définitions et Unités de base

I. Fréquence, Période et Longueur d’onde
Au départ, les particules élémentaires (molécules d’air) sont équidistantes. Sous l’effet du mouvement alternatif de la membrane, les particules se mettent en mouvement, s’entrechoquent et donnent naissance au champ sonore (champ acoustique). L’onde sonore se forme et se propage par le fait que les molécules d’air s’entrechoquent entre elles. Les particules s’éloignent au moment du choc et reviennent à leur position de repos par la suite. Quand les particules sont rapprochées, il y a une zone de pression. Lorsqu’elles sont éloignées, il y a une zone de dépression. Pression

Zone de pression temps Dans ce cas, f1= 2 f2. f1 est donc une harmonique de f2. Zone de dépression

f2 = 400 Hz
t

Représentation temporelle (en fonction du temps)
P.Dubois 2009 Technique Son 1

Définitions et Unités de base
a) b) c) La distance qui sépare deux zones de pression ou deux zones de dépression est : la longueur d’onde (mètre) Pour un observateur, le temps qui s’écoule entre deux zones de pression ou de dépression est : la période T (seconde) La vitesse à laquelle se propagent ces zones de pression ou de dépression est appelée : célérité c (m/s). C’est le rapport entre la longueur d’onde et la période :

c=

T

C = 340 m/s à 20°C dans l’air

d)

La fréquence f est le nombre de périodes perçues par unité de temps (seconde)

f=

1 T

l’unité est le hertz (Hz)

Le spectre de fréquences (l’étendue des fréquences) audible par l’oreille humaine s’étend de 20 Hz à 20 KHz e) La longueur d’onde est liée à la célérité par la formule :
Technique Son 2

P.Dubois 2009

Définitions et Unités de base
= c f
l’unité est le mètre (m)

f (Hz) T (ms) (m) Il

20 50 17

1000 1 0,34

20000 0,05 0,017

est important de mémoriser ces quelques chiffres pour aborder les mécanismes d’acoustique architecturale et instrumentale. ex : Le mobilier (table, chaise, console…) représente selon ses dimensions, un obstacle ou non à la propagation du son. La comparaison entre la longueur d’onde d’une fréquence et la dimension d’un objet doit devenir un réflexe.

100 Hz

200 Hz

500 Hz

1 KHz

5 KHz

10 KHz

P.Dubois 2009

Technique Son

3

Définitions et Unités de base
On peut décomposer le spectre des fréquences audibles par l’oreille humaine en 4 bandes :  les basses fréquences (LF: Low Freq)  les bas médiums (low mid)  les hauts médiums (high mid)  les hautes fréquences (HF: High Freq)

20 à 200 Hz 200 Hz à 2 KHz 2 KHz à 6 KHz 6 KHz à 20 KHz

« Valeurs approximatives »

En dessous de 20 Hz, on trouve les infra basses qui se ressentent plus qu’elles ne s’entendent. Au delà de 20 KHz, on entre dans le domaine des ultrasons. Certains humains entendent des sons supérieurs à 20 KHz.

Exemple de différentes bandes de fréquences :

Shannon Wright « Trumpets on new year’s Eve » 2009

P.Dubois 2009

Technique Son

4

Définitions et Unités de base
II. Pression acoustique
Toute source en vibration génère une onde sonore dont la pression s’additionne et se retranche alternativement à la pression atmosphérique : cette pression est appelée : pression acoustique. Cette pression acoustique excite le tympan. Sa périodicité nous renseigne sur la fréquence du signal et son amplitude sur la valeur du niveau sonore. La pression acoustique se mesure en Pascal (Pa). info : 1 Pa = 10 microbars

ex :

la sensibilité d’un microphone est donnée en mV/Pa. C’est le rapport entre le niveau électrique de sortie du microphone et la pression sonore incidente. Plus la sensibilité sera élevée, moins on aura besoin de préamplifier le signal issu du microphone. Les microphones dynamiques ont une sensibilité de l’ordre de : 1 à 5 mV Les microphones électrostatiques ont une sensibilité de l’ordre de : 10 à 20 mV

P.Dubois 2009

Technique Son

5

Caractéristiques d’une source et Perception
I. Hauteur
L’oreille humaine perçoit les fréquences s’étendant de 20 Hz à 20 Khz. A la valeur physique de la fréquence est liée la sensation physiologique de hauteur sonore. Quand on multiplie (ou divise) par 2, une fréquence, on définit un intervalle appelé octave : la différence de hauteur perçue entre 200 et 400 Hz est la même qu’entre 400 et 800 Hz alors que la différence de fréquences est 2 fois plus élevé dans le second intervalle que dans le premier. Cette constatation est surtout valable dans la zone sensible de l’oreille (200Hz à 4KHz). En perception sonore, ce n’est donc pas la différence mais plutôt le rapport fréquentiel qui est important. C’est pourquoi, on utilise une abscisse logarithmique. (Pour que les fréquences de même rapport soient équidistantes sur l’échelle) Echelle logarithmique :

f 50 100 200 400 800 1600 3200 6400 …

de 100 à 800 Hz par octave

P.Dubois 2009

Technique Son

6

Caractéristiques d’une source et Perception
a) Son pur A chaque signal sonore correspond une forme d’onde particulière qui peut être décrite graphiquement pour illustrer l’évolution de la pression acoustique dans le temps. ex de son pur : diapason frappé doucement.

Pression 400 Hz

Pression

t

400 Hz

f

Représentation temporelle

Représentation fréquentielle

P.Dubois 2009

Technique Son

7

Caractéristiques d’une source et Perception
b) Son complexe En fait, les sons présentent généralement une forme d’onde périodique mais rarement sinusoïdale. Par opposition aux sons purs, on les appelle sons complexes.

Pression

Pression

2f ……… t

f

3f

………

f

Tout son complexe périodique peut être décomposé en une somme de sons purs dont les fréquences sont des multiples entiers de la fréquence la plus basse f : 2f, 3f….. C’est une décomposition en série de Fourier.

P.Dubois 2009

Technique Son

8

Caractéristiques d’une source et Perception

La fréquence la plus basse est appelée fondamentale ou harmonique 1 100 Hz sinusoïdal 100 Hz triangulaire

• • •

Les fréquences multiples entiers sont appelées harmoniques (2f, 3f, 4f….) Les fréquences qui ne font pas partie de la série harmonique (2,4f ; 3,6f….) sont appelées partiels inharmoniques Un signal rectangulaire peut être obtenu par l’addition de fréquences harmoniques impaires (f, 3f, 5f…) 100 Hz rectangulaire

II. Niveau sonore

Le plus faible niveau sonore d’un signal de 1000 Hz perceptible pour l’oreille humaine -5 -12 2 correspond à une pression acoustique = 2.10 Pa ou une intensité acoustique de 10 W/m Cette valeur correspond au seuil d’audition. Le plus fort niveau admissible d’un même signal est d’environ 20 Pa ou Ia = 1 W/m 2 Cette valeur correspond au seuil de la douleur. Le rapport entre le niveau le plus fort et le niveau le plus faible est appelé la dynamique. En pression acoustique, on a un rapport de 10
+6

• •

entre le max et le min!

P.Dubois 2009

Technique Son

9

Caractéristiques d’une source et Perception
Au delà d’un niveau minimum, chaque fois que l’on multiplie l’intensité sonore d’un facteur 10, on perçoit globalement un doublement de la sensation sonore. On obtient donc une échelle de 12 niveaux. Il s’agit d’une progression logarithmique à base 10, l’unité de mesure est le Bel et la référence, l’intensité du seuil d’audibilité. Pour une plus grande précision, on introduit 10 subdivisions par Bel, on obtient donc 120 niveaux appelés décibels (dB).

N = 10 Log

Ia 10 12

l’unité est le décibel (dB)

D’où un niveau de pression sonore : (Ia est proportionnelle au carré de la pression)

N = 20 Log

P 2.10
-5

l’unité est le décibel (dBspl)

P est la pression mesurée dans le lieu avec un sonomètre Comme c’est un calcul de pression, l’unité deviendra le dBspl (sound pressure level)

P.Dubois 2009

Technique Son

10

Caractéristiques d’une source et Perception
Progression logarithmique à base 10 : -4 Entre 2 bruits à 10 Pa et 10 Pa, le tympan vibre 100 000 fois plus fort mais on n’a pas la sensation que le son est 100 000 fois plus fort; Le niveau sonore est proportionnel au Log Ex : La dynamique de la parole est de 35 dB (pas de spl) Parole de 45 dBspl à 80 dBspl

Soit un appareil X : Si Ue > Us : X est un atténuateur Si Ue = Us, le gain est nul Si Ue < Us : X est un amplificateur

Ue

X

Us

Le rapport de tension va être exprimé en dB : G = 20 Log X Nous venons d’exprimer une valeur en dB d’un rapport, ce qui nous donne un gain ou une atténuation. Il faut pouvoir exprimer un niveau absolu en dB et pour cela, il faut se donner une référence qui sera fixée à 0 dB. On dira que l’on x dB au dessus ou en dessous de cette référence.

P.Dubois 2009

Technique Son

11

Caractéristiques d’une source et Perception
En audiofréquence, le 0 dB correspond à la tension en volt qui, appliquée aux bornes d’une résistance de 600 ohms, engendre une puisssance dissipée de 1 mW.

U=RxI

Loi d’Ohm

U : tension en Volt (V) R : Résistance en Ohm (Ω) I : Intensité en Ampère (A) On a également la puissance : P=UxI P = U 2/ R La puissance s’exprime en watts U = √ P x R donc U = 0,775 V, on dira que 0 dBm équivaut à 0,775 V Donc 0,775 V devient la référence de tension et 20 Log 0,775 / 0,775 = 0 Les américains et les japonais utilisent le v à la place du m Les allemands utilisent le u à la place du m Conclusion : +6 dB veut dire augmenter de 6 dB +6 dBm veut dire un niveau de 0,775 x 2 soit 1,55 V

P.Dubois 2009

Technique Son

12

Caractéristiques d’une source et Perception
Rappel formules logarithmiques : Log (a x b) = Log a + Log b Log a2 = 2 x Log a Log (a / b) = Log a – Log b Si Log A = B, alors A = 10B Valeurs logarithmiques simples à retenir : X (Rapport) 1 2 10 100 1000 Log X Log 1 = 0 Log 2 = 0,3 Log 10 = 1 Log 100 = 2 Log 1000 = 3 G(dB) = 20 Log X 0 6 dB 20 dB 40 dB 60 dB

On peut en déduire: X = 4 donne X = 2x2 donc G = 20 Log(2x2) = 20 Log2 + 20 Log2 = 12 dB X = 5 donne X = 10/2 donc G = 20 Log(10/2) = 20 Log10 – 20 Log 2 = 14 dB G = 54 dB donne 60 dB – 6 dB donc X = 1000/2 = 500 G = 12 dB donne 6 dB + 6 dB donc X = 2x2 = 4

P.Dubois 2009

Technique Son

13

Caractéristiques d’une source et Perception
III. Dynamique d’une modulation
Le rapport entre les niveaux forts et les niveaux faibles d’une modulation (d’un signal) est appelé dynamique. Les fortes modulations ne doivent pas atteindre le niveau maxi (saturation) et l’écoute des faibles modulations ne doit pas être gênée par la présence de bruit de fond. En général, il faut que les faibles niveaux de la modulation soient situés au moins 20 dB au dessus du niveau de bruit de fond.
Ecrêtage (Saturation, surcharge) Réserve de dynamique 10 à 30 dB

Niveaux Forts (Nominal)
Rapport Signal Maxi/ Bruit

Dynamique

Niveaux Faibles 20 dB Bruit de fond

P.Dubois 2009

Technique Son

14

Caractéristiques d’une source et Perception
La dynamique d’un son doit être adaptée au confort d’écoute de l’auditeur et au support de diffusion. Ex : FM, CD, appartement, voiture, auditorium… On peut modifier la dynamique d’un son à l’aide d’un compresseur, d’un limiteur, d’un expander qui sont les 3 principaux traitements de dynamique. Ces traitements ne sont pas des effets sonores comme la réverbération, l’écho, le vocoder…; ils ne modifient pas le timbre de la source sonore.

IV. Niveau nominal
Les crêtes maximales d’une modulation devraient se situer le plus près possible du niveau maxi des équipements sans risque de l’atteindre. On a donc décider de fixer, pour chaque équipement, des niveaux de référence suffisamment éloignés des niveaux maxi : ce sont les niveaux nominaux. En pratique, on essaiera de ne pas les atteindre mais on acceptera de pouvoir les dépasser de quelques dB par accident. Ex : Niveau micro = - 60 dBm (0,775mV) => Sensibilité nominale d’une entrée micro Niveau ligne = + 4 dBm (1,2V) => Sensibilité nominale d’une entrée ligne (Pro) Niveau ligne = - 10 dBm (1,2V) => Sensibilité nominale d’une entrée ligne (consumer)

P.Dubois 2009

Technique Son

15

Caractéristiques d’une source et Perception
V. Indicateurs de niveaux de modulation

Le preneur de son doit mesurer 2 grandeurs: a) Le niveau maxi des crêtes de modulation qu’il doit connaître pour ne pas dépasser la réserve des équipements Crête-mètre (Peak Meter) b) Le volume sonore qu’il essaie d’apprécier en faisant une mesure moyenne du signal VUmètre (Volume Unit Meter) Le Vumètre est gradué en dB (de -20 dB à +3 dB) et en % (0 à 100%); 100%  0 dB Les temps de montée et de descente de l’aiguille sont de 300 ms. Le Vumètre permet d’apprécier une valeur moyenne d’un signal Le Crête-mètre est gradué en dB (de -50 dB à +5 dB) Le temps de montée est de 10 ms et le temps de descente = 1,5 s pour laisser au preneur de son le temps de lire la crête. Le Crête mètre permet d’apprécier une valeur instantanée (transitoire) Attention, quand le Vumètre indique 0 dB, le crête-mètre indique lui -8 dB (par exemple avec un signal de référence de 1000 Hz)

P.Dubois 2009

Technique Son

16

Caractéristiques d’une source et Perception
VI. Dynamique comparée de plusieurs sources et supports sonores
120

100
80 60 40 20
Salle de concert (85 dB) Enregistrement Analogique sans réducteur de bruit (60 dB)

Orchestre Enregistrement (75 dB) numérique (90 dB)

Disque vinyl (50 dB)

Radio FM (45 dB)

0

P.Dubois 2009

Technique Son

17

Caractéristiques d’une source et Perception
VII. Sensation sonore en fonction de la fréquence
La sensibilité de l’oreille n’est pas la même à toutes les fréquences ISOSONIE : Même sensation de niveau sonore ≠ Niveau sonore Par rapport à un signal de 1000Hz perçu à un certain niveau, on remarque qu’une même sensation sonore (sensation de niveau) aux fréquences basses et aigües ne peut être obtenue que si l’on augmente ce même niveau dans des proportions importantes. Courbes de Fletcher et Munson : Ce sont les courbes isosoniques (courbes d’égale sensation sonore). Ces courbes montrent que pour avoir la même sensation de niveau qu’un son de 1000 Hz à 40 dB, un signal de 50 Hz doit être augmenté à 70 dB. Fletcher et Munson ont défini le Phone : équivalent du niveau sonore mais traduit pour la façon dont perçoit l’oreille humaine.

Sur les courbes de pondération de F&M, on voit que la sensibilité de l’oreille est:
- bonne entre 500 et 5000 Hz - s ’atténue fortement aux basses fréquences - plus linéaire aux fréquences élevées (80 à 100 dB)
P.Dubois 2009 Technique Son 18

Caractéristiques d’une source et Perception
C’est pourquoi une flûte piccolo émerge facilement d’un orchestre. L’effet Loudness sur un système Hi-Fi permet de mieux entendre les fréquences basses et aigües lorsque l’on écoute à bas volume. (compensation du défaut de notre oreille). Par contre, il ne faut pas oublier de le désactiver en cas de volume soutenu!!

VIII.Le Timbre
Le timbre est un mélange de diverses fréquences à des intensités différentes. Il permet de distinguer un son parmi d’autres, de même intensité et de même hauteur. Il dépend autant des composantes spectrales (les diverses fréquences composant un son), que de l’évolution du signal dans le temps.

a) Composantes spectrales
Le timbre dépend de: - l’intensité de la fondamentale et des harmoniques - la présence ou l’absence de certaines harmoniques

ex: Clarinette, accordéon, harmonica favorisent les harmoniques impaires Hautbois favorise les harmoniques paires

P.Dubois 2009

Technique Son

19

Caractéristiques d’une source et Perception
Un spectre de bruit est composé de composantes quelconques, il n’y pas d’harmoniques: c’est par exemple, le bruit d’échappement de l’air comprimé. Deux spectres de bruit nous intéressent particulièrement: - le bruit rose est composé de toutes les fréquences, l’énergie est constante pour chaque bande de fréquences. Il est utilisé pour ajuster les niveaux de diffusion dans les locaux d ’écoute (studio, salle de cinéma, de concert…)
Niveau (dB)

Pink Noise
fréq (Hz) 50 100 200 400 800 1600………….

- le bruit blanc est aussi composé de toutes les fréquences. Le nombre de fréquences doublant d’un octave à l’autre, l’énergie croît linéairement de 3dB par octave. Il est surtout utilisé comme source sonore pour mesurer les performances acoustiques des salles.

P.Dubois 2009

Technique Son

20

Caractéristiques d’une source et Perception
Niveau (dB) 3dB

White Noise
fréq (Hz) 50 100 200 400 800 1600………….

b) L’enveloppe dynamique du signal Niveau

Enveloppe dynamique Signal sonore

temps

Attaque Evolution
P.Dubois 2009

Extinction
Technique Son 21

Caractéristiques d’une source et Perception
L’enveloppe dynamique d’un signal sonore est caractérisée par: - son attaque Le rôle de l’attaque est primordial, en particulier dans la formation du timbre. Le contenu spectral des transitoires d’attaque se rapproche de celui d’un bruit; la suppression de l’attaque d’un instrument rend difficile sa reconnaissance. - son évolution L’évolution participe à l’organisation du son en favorisant et/ou en supprimant certaines harmoniques. - son extinction Le mode d’extinction sera influencé par l’acoustique du lieu et en particulier par sa réverbération.

IX. La Réverbération
La réverbération est la persistance du son dans une salle après extinction de la source. Elle est due aux nombreuses réflexions des ondes sonores sur les différentes parois et obstacles. Par convention, le temps de réverbération est le temps que met le son pour décroître de 60 dB après extinction de la source. Une trop longue réverbération nuit à la clarté des sons émis. Les sons transitoires sont masqués par le prolongement des sons.

P.Dubois 2009

Technique Son

22

Caractéristiques d’une source et Perception
Dans une salle, les chemins parcourus par une onde sonore entre la source et l’auditeur sont infinis. Si une source S émet une impulsion sonore, un auditeur ou un microphone placé à une certaine distance reçoit successivement: l’onde directe, la première réflexion qui a suivi le plus court chemin les réflexions 2,3,4… qui sont de plus en plus rapprochées entre elles avec une énergie qui diminue avec la distance parcourue, le nombre de réflexions… les innombrables réflexions qui deviennent indissociables et qui forment le champ diffus. A l’emplacement de l’auditeur ou du micro, 2 champs sonores se superposent : le champ Direct (comprenant l’onde directe) le champ Réverbéré (comprenant tout le reste) Quand: Champ direct = Champ réverbéré, on est à la distance critique Pour estimer la distance critique d’une salle, un exercice consiste à écouter une source sonore et à reculer jusqu’à percevoir l’acoustique du lieu. Puis d’une plus grande distance, se rapprocher jusqu’à percevoir une remontée significative du niveau du son direct. A la valeur moyenne des deux approches correspond la distance critique.

P.Dubois 2009

Technique Son

23