You are on page 1of 20

Les droits de première génération:

droits politiques et civils

Click to edit Master subtitle style

Droits de l’homme

3/31/12

Présentation

L'histoire des droits de l'homme est aussi ancienne que celle du droit, qu'il s'agisse de coutumes non écrites ou de codes gravés dans la pierre. Enracinés dans des convictions religieuses ou philosophiques, souvent obtenus à l'issue

de combats politiques ou de luttes sociales, les droits de l'homme, " droits humains " ou "droits de la personne humaine" expriment la reconnaissance

En effet, l’idée de la liberté est très ancienne dans l’histoire elle fut connue par les grecs, les romains et beaucoup d’autres peuples anciens mais elle ne prend son aspect moderne qu’avec les courants de la pensée des siècles de la lumière et depuis, elle ne cesse pas de progresser… Pendant les 18ème et le 19ème siècles en Europe et pendant le 20ème siècle dans le reste du monde notamment en Afrique et en Asie l’idée de la liberté et les concepts y afférents sont devenus un pair et un connexe avec la

3/31/12

Les droits civils et politiques reposaient pour l’essentiel sur des préoccupations politiques et découlaient du constat que l’Etat tout-puissant ne devait pas posséder un pouvoir sans limite. Ce sont des droits que l'individu peut opposer à l'État, qui ne peut agir en un sens contraire pour limiter ou supprimer ces droits ou libertés. Les deux idées centrales étaient, donc, celles de liberté individuelle et de protection de la liberté individuelle contre les violations de l’Etat.

3/31/12

Les raisons d’apparition

La Grèce antique ainsi que Rome connurent l’idée de la liberté et son aspect politique qui est la participation au pouvoir et à la prise des décisions et cela fut conforté par des pratiques démocratiques connues.

La liberté comme idée a connu plusieurs stations et de différentes postures, au départ à la Grèce antique

3/31/12

Par la suite fut évoquée la liberté et ses rapports avec l’individu en trois dimensions : politique, sociale et économique, ces trois dimensions définissent le domaine d’action de l’Etat et favorisent le débat sur la portée de la liberté en tant que donnée présente et scellée à l’existence de l’Etat, de la société et de l’individu.

Dans la société moderne, Ces droits ont fait leur première apparition “théorique”

aux 17e et 18e siècles en Grande

3/31/12

Un siècle plus tard exactement, les révolutions en Europe des peuples qui vivait sous la tyrannie et le despotisme des dirigeants des différents pays : le règne de Louis 16 en France et le colonialisme des anglais en Amérique donna lieu à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen qui proclamait l’égalité universelle.

3/31/12

Le « cylindre

» de Cyrus

En Perse, sous le règne de Cyrus le

Grand (vie siècle av.

J.C) qui, après sa

conquête de Babylone en -539, fit exécuter le cylindre de Cyrus, découvert en 1879. Ce document est parfois mentionné comme la « première charte

des droits de l'homme ». En 1971, l'Organisation des Nations unies (ONU) l'a traduit dans toutes ses langues officielles. Le cylindre décrète les thèmes normaux

Dans l’antiquité

Des droits naturels ou intrinsèques à l'homme sont déjà explicitement mentionnés dans plusieurs textes:

chez Platon, parlant d'un homme intérieur qu’il faut toujours protéger.

dans les Pensées de Marc-Aurèle, reprenant Platon.

dans des textes religieux (comme les Dix Commandements, qui

commandent le droit à la vie, à

3/31/12

L’époque moderne

Les droits politiques et civils sont désormais protégés et valorisés par des textes et des réglementations qui les imposent et les confirment en tant qu’acquis pour l’humanité toute entière. Parmi ces textes là on retrouve:

3/31/12

Les Grands textes anglais (XIII-XVIIe siècles)

Avec cette définition , on peut remonter au moins jusqu'au Moyen Âge pour trouver les premières manifestations, concrètes et avec des effets réels dans les pratiques, de l'idée des droits de l'homme.

La Grande Charte (1215). Ce texte est important mais n'a été véritablement utilisé qu'à partir du xviie siècle comme instrument contre l'absolutisme

royal des Stuart

3/31/12

La déclaration des Droits de Virginie (1776)

La première Déclaration des droits de l’homme est celle de l’État de Virginie , écrite par George Mason et adoptée par la Convention de Virginie le 12 juin 1776 (appelée en anglais le Bill of Rights américain).

Elle a été largement copiée par Thomas Jefferson pour la déclaration des droits de l’homme incluse dans la Déclaration d'Indépendance des États-

3/31/12

Unis de 1776 par les autres colonies

La déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen

(1789)

L’Assemblée nationale française, dès qu’elle s’est déclarée constituante, décide de rédiger une déclaration. La notion de droit de l'homme restera pratiquement stable pendant près d'un siècle, puis, sous l'influence de la prise

en compte de problèmes sociaux et après plusieurs décennies, les droits dits de « deuxième génération » (ou « droits-créance » garantis par l'État

La déclaration universelle des Droits de l'Homme

(1948)

La place de l'organisme des Nations unies dans la légitimation et la promotion des droits de l'homme est essentielle. Le qualificatif d'universel a été inscrit dans le titre de la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 à l'ONU à l'initiative de René Cassin.

Après avoir voté la Déclaration universelle des droits de l'homme,

Les droits consécutifs

La première génération des droits de l'homme est celle des droits civils et politiques. Ce sont des droits opposables à l'État, qui ne peut agir en un sens contraire pour limiter ou supprimer ces droits ou libertés. On les nomme ainsi les "libertés résistance". Historiquement, ces droits, déjà embryonnaires dans la Constitution coutumière anglaise, se sont

Les

libertés individuelles : qui

consistent pour chaque individu « à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas

à autrui ». On peut compter parmi ces dernières :

la liberté physique, dont en premier lieu le droit à la vie, puis l'interdiction de l'esclavage, l'interdiction de la torture et des peines inhumaines ou dégradantes et l'interdiction de la détention arbitraire (Habeas corpus) appelée aussi sûreté (Montesquieu) ;

les libertés familiales (liberté

3/31/12

Les libertés politiques, c'est-à-dire

le

droit de vote

;

le droit de résistance à l'oppression ;

le droit de réunion pacifique ...

3/31/12

Elles recouvrent entre autres les libertés des cultes, de conscience, de l'enseignement, de communication, d'association, etc.

Aujourd'hui, les deux types de libertés sont mêlés, notamment en raison d'une revendication et d'une protection concomitantes.

3/31/12

La philosophie des droits de l'homme n'a de cesse de s'interroger sur leur existence, leur nature et leur justification:

Les droits de l'homme sont des prérogatives dont les individus ou des groupes sont titulaires. L'État et les institutions sont tenus de les respecter et de les faire respecter.

Les droits de l'homme sont inaliénables (personne ne peut les perdre, temporairement ou définitivement, volontairement ou non)

3/31/12

Les droits de l'homme sont universels

Merci pour votre attention

Travail élaboré par:

§ Dorra Jrad § Safouene Marzouki § Chedli Dhouibi § Jawher Jouini

GL 2/3

3/31/12