P. 1
les Berbères

les Berbères

|Views: 1,625|Likes:
Published by abou9othoum

More info:

Categories:Types, Research, History
Published by: abou9othoum on Jun 25, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

03/24/2013

pdf

text

original

À part quelques rares utilisations pour la notation de textes longs, les tifinaghes touaregs ont souvent été
utilisés pour des inscriptions sur des objets (bijoux, armes, tapis, etc.), pour des déclarations amoureuses
et pour des épitaphes. Toute transcription commence par la formule « awa nekk [Untel] innân », c’est-à-
dire « c'est moi [Untel] qui ai dit ».

Il semblerait qu'un homme sur trois et une femme sur deux l'écrivent sans hésitation. Depuis peu, les
tifinaghes sont utilisés comme support pédagogique pour la campagne contre l'analphabétisme.

Il n'y a pas d'ordre pour énoncer les lettres de l'alphabet. Mais une formule mnémotechnique, citée par
Foucauld (1920), contient toutes les lettres ou presque : « awa näk, Fadîmata ult Ughnis, aghebbir-nnit ur
itweddis, taggalt-nnit märaw iyesân d sedîs .» (« C'est moi, Fadimata, fille d'Oughnis : sa hanche ne se
touche pas, sa dot est de seize chevaux. »)

Néotifinaghes

Néotifinaghe

Exemple d'écriture néotifinaghe

Caractéristiques

Type

Alphabet

Langue(s)

Langues berbères

Historique

Époque

1980 - actuellement

Système(s)
parent(s)

Protosinaïtique

Phénicien

Libyque

Tifinagh

Néotifinaghe

Encodage

Unicode

U+2D30 à U+2D7F

ISO 15924

Tfng

À la fin des années 1960, une association culturelle, l'Académie berbère (AB), se forma en Algérie dans le
but d'établir un alphabet standard sur la base des tifinaghes diffusés au Maroc et en Algérie, afin de le faire
revivre et de pouvoir transcrire l'ensemble des dialectes berbères.

Salem Chaker, professeur de l'INALCO, proposa une révision de cet alphabet (v. Tafsut. 1990 n° 14.).
D'autres systèmes ont été proposés par l'association Afus Deg Wfus (Roubaix), la revue Tifinagh (éditée au
Maroc), par le logiciel d'Arabia Ware Benelux Arabia Ware Benelux et l'IRCAM, et sont relativement
similaires.

Normalisation internationale (Unicode)

À compter de la version 4.10 de la norme Unicode, les caractères tifinaghes sont codés dans la
plage U+2D30 à U+2D7F. Il y a 55 caractères définis dans la norme mais nous savons qu'il existe un
nombre beaucoup plus grand de caractères qui ne font pas partie de la norme Unicode.

Représentation Unicode des glyphes (de gauche à droite)
Code +0 +1 +2 +3 +4 +5 +6 +7 +8 +9 +A +B +C +D +E +F

U+2D30

U+2D40

U+2D50

U+2D60

U+2D70

Voici un tableau comparatif entre les glyphes et les translittérations en caractères latins et arabes.

Codes couleur

Couleu
r

Signification

Tifinaghe de base selon l'IRCAM
Tifinaghe étendu (IRCAM)
Autres lettres tifinaghes
Lettres Touareg modernes
Ces cases ne devraient pas être utilisées

Lettres simples (et lettres modifiées)

Code Glyphe Unicod

e Translittération

Nom

Latin Arabe

U+2D30

a

ا

ya

U+2D31

b

ب

yab

U+2D32

bh ٻ

yabh

U+2D33

g

گ

yag

U+2D34

gh ڲ

yagh

U+2D35

dj

ج

yaj selon
l'Académie
berbère

U+2D36

dj

ج

yaj

U+2D37

d

د

yad

U+2D38

ض

yadh

U+2D39

ض

yadd

U+2D3A

ض

yaddh

U+2D3B

e

ه

yey

U+2D3C

f

ف

yaf

U+2D3D

k

ک

yak

U+2D3E

k

ک

yak touareg

U+2D3F

ⴿ

kh

خ

yakhh

U+2D40

h
b ھ
ب

yah
= yab
Touareg

U+2D41

h ھ

yah selon
l'Académie
berbère

U+2D42

h ھ

yah touareg

U+2D43

ح

yahh

U+2D44

æ (ɛ)

ع

yaʿ

U+2D45

kh

خ

yakh

U+2D46

kh

خ

yakh
touareg

U+2D47

q

ق

yaq

U+2D48

q

ق

yaq touareg

U+2D49

i

ي

yi

U+2D4A

j

ج

yazh

U+2D4B

j

ج

yazh de
l'Ahaggar

U+2D4C

j

ج

yazh
touareg

Code Glyphe Unicod
e

Translittération

Nom

Latin Arabe

U+2D4D

l

ل

yal

U+2D4E

m

م

yam

U+2D4F

n

ن

yan

U+2D50

ny

ينyagn
touareg

U+2D51

ng ڭ

yang
touareg

U+2D52

p

پ

yap

U+2D53

u
w

و

ۉ

yu
= yaw
Touareg

U+2D54

r

ر

yar

U+2D55

ṛ ڕ

yarr

U+2D56

gh (ɣ)

غ

yagh

U+2D57

gh (ɣ)

غ

yagh
touareg

U+2D58

gh (ɣ)
dj

غ
ج

Ayer yagh
= yaj de
l'Adrar

U+2D59

s

س

yas

U+2D5A

ص

yass

U+2D5B

sh (ʃ)

ش

yash

U+2D5C

t

ت

yat

U+2D5D

ط

yath

U+2D5E

ch (tʃ)

شتyach

U+2D5F

ط

yatt

U+2D60

v ۋ

yav

U+2D61

w

ۉ

yaw

U+2D62

y

ي

yay

U+2D63

z

ز

yaz

U+2D64

z

ز

Tawellemet
yaz
= yaz
harpon

U+2D65

زدyazz

U+2D6F

+w

ۥ+

marque
delabio-
vélarisation

=
Tamatart
=
2D61

Digrammes (ligatures possibles)

Code Glyphe Unicod

e Translittération

Nom

Latin Arabe

U+2D5C
U+2D59

ⵜⵙ

ts

ستyats

U+2D37
U+2D63

ⴷⵣ

dz

زدyadz

Code Glyphe Unicod

e Translittération

Nom

Latin Arabe

U+2D5C
U+2D5B

ⵜⵛ

tch (tʃ)

شتyatch

U+2D37
U+2D4A

ⴷⵊ

dj

جدyadz
h

Croyances berbères

La mythologie berbère et les croyances berbères concernent les croyances des
premiers Berbères d'Afrique du Nord. Celles-ci sont influencées, et ont elles-même influencé les croyances
des autres peuples de la région : Phéniciens, Grecs, Romains.

Croyances concernant la mort

Tombes et pratiques funéraires

Les Berbères et leurs ancêtres (Capsiens et Ibéromaurusiens) croyaient à la vie après la mort. Tout
d'abord, ils enterraient leurs morts dans des trous à même le sol. Quand ils se rendirent compte que les
animaux pouvaient les déterrer, ils se mirent à les brûler, dans des trous plus grands. Plus tard, ils ont brûlé
les corps dans des tombeaux, tumulus, monuments funéraires en pierres, et autres tombes. Ces tombes,
d'abord simples, ont évolué vers des formes plus élaborées, comme les tombes pyramidales, dans
lesquelles n'étaient enterrées que les personnalités les plus importantes. La pyramide berbère la plus
connue est celle de Medghassen.

L'archéologie révèle que les corps des morts étaient peints en rouge, pratique d'origine capsienne. Ils
étaient enterrés avec des œufs d'autruche, des bijoux et des armes. Ils pouvaient être enterrés dans
un linceul ou brûlés en position fœtale. Les Guanches quant à eux momifiaient leurs morts.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->