P. 1
Facteurs relatifs au faible poids de naissance au CHUA gynécologie obstétrique de Befelatanana (RAKOTOZANANY L.E, RABARIJAONA L.P, RAKOTOMANGA JDM - 2004)

Facteurs relatifs au faible poids de naissance au CHUA gynécologie obstétrique de Befelatanana (RAKOTOZANANY L.E, RABARIJAONA L.P, RAKOTOMANGA JDM - 2004)

|Views: 957|Likes:
Published by HayZara Madagascar
Le faible poids de naissance (FPN) représente un problème majeur de santé publique aussi bien dans les pays en voie de développement que dans les pays développés, il constitue probablement le facteur le plus important de mortalité néonatale, ainsi qu’un déterminant significatif de la mortalité postnéonatale et de la morbidité infantile [3].
Cette étude rétrospective a pour objectif d’étudier la fréquence et les facteurs relatifs au faible poids de naissance au CHUA Gynécologie Obstétrique de Befelatanana.
Au total, 984 nouveau-nés avec leur mère ont fait l’objet de cette étude sur une période de six mois (janvier 2003- juin 2003), parmi les 984 nouveau-nés étudiés, 127 nouveaunés sont de FPN, soit un taux de FPN de 12,9%. Les facteurs significativement associés à la survenue de FPN étaient : l’âge gestationnel inférieur à 37 semaines d’aménorrhée (SA), le nombre de consultations prénatales (CPN) inférieur à 3, la taille maternelle de moins de 150 cm, la primiparité le statut matrimonial célibataire de la mère et l’intervalle intergénésique inférieur à 24 mois.
Une attention particulière doit être portée sur ceux de ces facteurs qui peuvent être prévenus.
******************************
RAKOTOZANANY L.E, RABARIJAONA L.P, RAKOTOMANGA JDM - 2004
Le faible poids de naissance (FPN) représente un problème majeur de santé publique aussi bien dans les pays en voie de développement que dans les pays développés, il constitue probablement le facteur le plus important de mortalité néonatale, ainsi qu’un déterminant significatif de la mortalité postnéonatale et de la morbidité infantile [3].
Cette étude rétrospective a pour objectif d’étudier la fréquence et les facteurs relatifs au faible poids de naissance au CHUA Gynécologie Obstétrique de Befelatanana.
Au total, 984 nouveau-nés avec leur mère ont fait l’objet de cette étude sur une période de six mois (janvier 2003- juin 2003), parmi les 984 nouveau-nés étudiés, 127 nouveaunés sont de FPN, soit un taux de FPN de 12,9%. Les facteurs significativement associés à la survenue de FPN étaient : l’âge gestationnel inférieur à 37 semaines d’aménorrhée (SA), le nombre de consultations prénatales (CPN) inférieur à 3, la taille maternelle de moins de 150 cm, la primiparité le statut matrimonial célibataire de la mère et l’intervalle intergénésique inférieur à 24 mois.
Une attention particulière doit être portée sur ceux de ces facteurs qui peuvent être prévenus.
******************************
RAKOTOZANANY L.E, RABARIJAONA L.P, RAKOTOMANGA JDM - 2004

More info:

Published by: HayZara Madagascar on Apr 15, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

10/29/2015

pdf

text

original

Le placenta, premier organe à se développer au cours de l'embryogenèse, autonome

et transitoire va permettre le développement de l'embryon puis du fœtus pendant la vie

intra-utérine. Une surface totale d'échange d'environ quatorze mètres carrés et un réseau

sanguin long de quarante à cinquante kilomètres sont deux caractéristiques du placenta

humain à terme qui reflètent l'intensité des échanges entre la mère et le fœtus au cours de la

grossesse. Le placenta humain est caractérisé par l'invasion majeure du trophoblaste le

conduisant au contact du sang maternel (placentation hémochoriale) (figure 2) et par

l'intensité et la spécificité de ses fonctions endocrines. Ces hormones jouent un rôle

essentiel dans l'établissement et le maintien de la grossesse, l'adaptation de l'organisme

maternel, la croissance et le développement du fœtus et dans le mécanisme de la

Aorte

- 6 -

parturition. Le placenta humain est un placenta de type villeux, dès 3 semaines après la

fécondation, l'unité structurale et fonctionnelle du placenta humain : la villosité choriale est

en place dans sa structure définitive. Le placenta joue tout d'abord un rôle essentiel par ses

messages hormonaux pour prévenir l'organisme maternel de la grossesse et l'adapter à

celle-ci. De nombreuses hormones placentaires vont ensuite relier et supplanter le système

endocrine maternel pour permettre le bon déroulement de la grossesse et la croissance

fœtale. Cependant le placenta reste encore un organe mal connu [16,17].

Figure 2 : Représentation schématique des villosités choriales : Le placenta humain
comporte deux types de villosités: des villosités crampons, ancrées dans l'endomètre
maternel par des colonnes de cytotrophoblastes extravilleux qui vont migrer et envahir
l'endomètre (CTEV), et des villosités flottantes dans les espaces intervilleux (EIV) remplis
de sang maternel, elles sont constituées d'un axe mésenchymateux contenant les vaisseaux
fœtaux et recouvert d'une couche interne de cytotrophoblastes villeux (CT) et d'une couche
externe multinucléée, le syncytiotrophoblaste (ST).

La croissance fœtale est un phénomène remarquable par son intensité, elle résulte

de facteurs génétiques et environnementaux intriqués à la fois d'origine fœtale, maternelle,

funiculaire et placentaire. Sa régulation est complexe et encore mal connue mais les

facteurs environnementaux, essentiellement nutritionnels, semblent jouer un rôle

prépondérant. La croissance fœtale est de ce fait indissociable d'un bon développement et

d'un bon fonctionnement du placenta. La croissance fœtale est donc tributaire de l'apport

en substrats énergétiques et en O2, elle dépend du bon développement et du bon

fonctionnement du placenta. Hormones placentaires et facteurs de croissance apparaissent

comme des médiateurs clefs de l'apport énergétique au fœtus, lui-même sous la

- 7 -

dépendance de la coopération materno-placentaire. Une bonne compréhension de la

croissance fœtale et de sa pathologie est donc indissociable d'une étude approfondie de la

physiologie placentaire [16,17].

2.5. Liquide amniotique

Le liquide amniotique dans lequel baigne le produit de conception est un milieu

vivant, riche en possibilités de renouvellement et échanges, et jouant un rôle important

dans la vie même, et le développement du fœtus in utero. L’intérêt physiologique présenté

par le liquide amniotique réside essentiellement dans le rôle qu’il joue en intervenant chez

le fœtus directement dans le métabolisme de l’eau, et indirectement sans doute dans le

déroulement régulier des échanges divers qui assurent la vie et la croissance du produit de

conception [21].

2.6. Etiologies de l’hypotrophie fœtale

Le poids de naissance dépend de nombreux facteurs tels que les facteurs

génétiques, raciaux, nutritionnels, utérins et placentaires mais également de certaines

pathologies associées à la grossesse et aux habitudes toxiques de la mère. Par ordre de

fréquence, les étiologies sont classifiées comme suit :

- 35 % : syndrome vasculo-rénal,

- 10 % fœtopathies infectieuses : CMV, rubéole, toxoplasmose, syphilis, parvovirus

B19.

- 10 % chromosomiques et géniques,

- 5 % toxiques (alcool, tabac, héroïne)

- 5 % grossesses multiples

- 4 % maladie maternelle : diabète, néphropathie, cardiopathie,

- 1 % placentaires : artère ombilicale unique, insertion vélamenteuse du cordon.

- Malnutrition maternelle, si l’index pondéral est inférieur à 1,2 il y a risque de

donner naissance à des RCIU

- Dans 30 % des cas, la cause n'est pas retrouvée.

A côté de ces « étiologies », qui sont directement à l’origine de l’hypotrophie

fœtale, il existe un certain nombre de « facteurs de circonstances » cours desquelles

l’hypotrophie est plus souvent observée. Ces facteurs sont : la primiparité, les antécédents

d’avortement spontané, les antécédents familiaux d’hypotrophie, le faible niveau socio-

- 8 -

économique du ménage, l’insuffisance de la surveillance prénatale, la petite taille

maternelle [22,24,25,26,27,2829,30,31,32,33,34]. Certains facteurs agissent sur le poids

de naissance en aggravant une malnutrition maternelle chronique, tels que les fléaux

naturels, les guerres et la tradition.

D’autres études montrent également que les enfants nés après assistance médicale à

la procréation (AMP) ont un risque très accru d’être hypotrophiques, bien que cet état soit

souvent lié à la survenue des grossesses multiples, les singletons sont également concernés

[35].

2.7. Mécanismes étiopathogéniques de l’hypotrophie fœtale

Les mécanismes des anomalies de croissance fœtale sont multiples, complexes et mal

connus, cependant, deux grands mécanismes étiopathogéniques semblent être retenus

actuellement, la diminution de la vascularisation du fœtus, quel que soit le niveau de la

perturbation, et les maladies fœtales primitives [22,23,36,37,38].

2.7.1. La diminution de la vascularisation du fœtus

Elle peut être due à une pathologie maternelle, une anomalie funiculaire, et à une

pathologie placentaire.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->