You are on page 1of 1

Paris , le 31 mai 2011 

COMMUNIQUE DE PRESSE 

SYNERGIE­OFFICIERS  est  affligé  par  la  décision  de  la  Cour  de  Cassation 
relatives aux gardes à vue prises avant  le 15 avril 2011, qui  les juge contestables et 
ouvre  ainsi  la  voie  à  des  annulations  en  masse  de  milliers  procédures  pourtant 
conduites sous l’égide de magistrats de la République ! 

SYNERGIE­OFFICERS  dénonce  encore  une  fois  l’insécurité  juridique  créée 


artificiellement par des hauts magistrats cooptés qui se substituent au Parlement, seul 
organe représentatif de l’expression de la volonté générale dans une démocratie. 

SYNERGIE­OFFICIERS  rappelle  que  les  victimes  et  leurs  familles  sont  en  droit 
d’attendre  de  la  part  de  la  justice  de  leur  pays  protection  et  sécurité.  Ce  type  de 
décision  traduit  bien  le  mépris  des  prélats  de  l’ordre  judiciaire  pour  le  vulgaire 
justiciable. 

SYNERGIE­OFFICIERS est extrêmement inquiet de l’impact social que va générer 
une  telle  décision...  Casser  des  procédures  pénales  sur  des  problèmes  de  forme, 
même limitativement énumérés, revient tout simplement à remettre des criminels en 
liberté, sans autre forme de procès ! 

Encore  une  fois,  SYNERGIE­OFFICIERS  déplore  que  les  policiers  fassent  seuls, 
avec abnégation et conscience, une application raisonnée et raisonnable des lois de la 
République  et  soient  désignés  comme  les  boucs  émissaires  de  l’insécurité  alors  que 
leur travail est méticuleusement saboté par l’absence volontaire de réponse pénale. 

SYNERGIE­OFFICIERS ne peut accepter qu’une société puisse autant mépriser les 
victimes  pour  la  seule  satisfaction  de  la  création  d’un  gouvernement  des  juges  et 
souhaite véritablement que nos responsables politiques, élus de la République, seuls 
légitimes à créer le Droit, reprennent la place que la Constitution leur a accordée au 
sein de notre République. 

Le Bureau National