Sommaire

Chapitre1............................................................................................................... 4 Données générales sur la région et le domaine....................................................4 1. Monographie de la région..................................................................................5 1.1. Situation géographique................................................................................5 1.2. Données climatiques...................................................................................6 a) Température...............................................................................................6 b) Hygrométrie :..............................................................................................7 c) Insolation :...................................................................................................7 d) Les vents : ..................................................................................................8 e) Pluviométrie :..............................................................................................8 1.3. Données édaphiques et reliefs ....................................................................8 a) Sol :..............................................................................................................8 b) Reliefs :........................................................................................................8 c) Ressources en eau :.....................................................................................8 1.4. Synthèse...................................................................................................... 8 2. Présentation de l’exploitation.............................................................................9 2.1. Localisation.................................................................................................. 9 2.2. Historique :..................................................................................................9 2.3. Plan parcellaire..........................................................................................10 2.4. Moyens de production................................................................................11 a) Moyens humaines :....................................................................................11 b) Locaux et équipements :............................................................................11 c) Cultures pratiquées :.................................................................................14 ..........................................................................................................................15 ChapitreII ........................................................................................................... 16 La conduite technique de la tomate....................................................................16

1. Généralités sur la tomate.................................................................................17 1.1. Introduction...............................................................................................17 1.2. Exigences de la culture..............................................................................17 a) Température :............................................................................................17 b) Humidité relative :.....................................................................................17 c) Lumière :....................................................................................................18 d) Sol :............................................................................................................ 18 2. Installation de la culture...................................................................................18 2.1. Variété cultivée et porte greffe..................................................................18 2.2. Préparation du sol.....................................................................................19 2.3. Désinfection du sol.....................................................................................20 2.4. Perforation des trous de plantation et désinfection de la structure de la serre..................................................................................................................20 2.5. Plantation...................................................................................................21 a) Réception des plants :................................................................................21 b) Plantation :.................................................................................................21 3. Conduite de la culture......................................................................................22 3.1 Emplacement des crochets .......................................................................22 3.2 Palissage..................................................................................................... 23 a) Les étapes de palissage :...........................................................................23 b) Intérêts de palissage :.............................................................................24

c) Précautions à prendre:..............................................................................24 3.3 Ebourgeonnage...........................................................................................25 3.4 Effeuillage...................................................................................................26 a) Avantage:...................................................................................................27 b) Contraintes : .............................................................................................27 3.5 Couchage....................................................................................................28 3.6 Pollinisation ..............................................................................................29 a) Pollinisation mécanique :...........................................................................29

b) Pollinisation biologique :............................................................................29 3.7 Désherbage et évacuation des déchets......................................................30 3.8 Aération.......................................................................................................31 3.9 Récolte....................................................................................................... 31

Chapit re1 Données générales sur la région et le domaine. .

Cette dernière est délimitée au nord par la commune rurale de Sidi Bibi. Et le domaine Commentaire : . Figure 1: Carte représentant la localisation géographique de la commune rurale de Khmis Ait Amira. à l’Est par le cercle de Biougra. Monographie de la région 1.1. au sud par la commune rurale Inchaden.. Situation géographique Mon stage a été effectue dans une des exploitations situées dans le province de Chtouka Ait Baha précisément dans la commune rurale de khmiss Ait Amira à 40km de la ville d’Agadir.1. et à l’Ouest par l’océan Atlantique.

Et aussi elle a un climat doux vue sa proximité de la mer.5 36 32 22 Température moyenne Moy.71 17. Moy. et max.91 14.5 3 Maxima 23.93 11. Le tableau 1 présente les moyennes des températures mensuelles absolues (minima et maxima) et mensuelles moyennes (min. .4 14 23 9 16 25 9 17. 1.66 13.9 17.8 19.9 11.5 26 12.69 29.32 9.4 9.5 9.88 10. montrent que le climat est semi-aride.4 13.4 3.37 10.4 25 37 40 26 28 39 42 39.9 27.56 18.52 12.2. et max.5 6 20 14 (Source : ORMVA/SM CATV Ait Amira) Les mois les plus froids étant décembre et janvier et les mois les plus chauds étant avril.8 26. Min Max Amplitude 6.On remarque que la zone de Khmis Air Amira se trouve dans une zone caractéristique elle est protégée des vents froids par le haut Atlas et des vents chauds par l’anti Atlas.7 10 14 14 12 14 13 13.5 23.) enregistrées pendant l’année 2006.9 3.6 8. Tableau 1: Moyennes des températures mensuellesmoyennes et absolues (minima et maxima) et mensuelles moyennes (min.) enregistrées pendant l’année 2006 Température absolue Mois Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Commentaire : Minima 2. a) Température Données climatiques Les données climatiques générales obtenues auprès du centre météorologique.03 8.3 12.46 28. août et septembre.12 22.

64 46. elle connaît une diminution pour reprendre sa valeur minimale pendant les mois mai et juin.5 44 93 47 90.21 90. b) Hygrométrie : L’hygrométrie annuelle moyenne est de l’ordre de 70%. ceci est dû à la localisation de la Commune Rurale près de la zone côtière. Min Moy. Tableau 2: Les moyennes des hygrométries mensuelles minimales (min) et maximales (max) enregistrées pendant l’année 2006 Mois Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Commentaire : Hygrométrie moyenne (%) Moy. Tandis que pendant la période du chergui.7 81 46. La moyenne hygrométrique annuelle (75%) est élevée.6 52. c) Insolation : La moyenne annuelle calculée au cours des quatre dernières années est de l’ordre de 2900 heures d’insolation/année.5 89.1 57.6 84. À partir du mois d’Avril.47 89. Max 44.9 43 90 41 83 39 87 (Source : ORMVA/SM CATV Ait Amira) On voit bien que les hygrométries moyennes mensuelles ne changent pas beaucoup au cours de l’année varie entre (39-57) pour la moyenne minimale et entre (81 et 93) pour la moyenne maximale.2 90 51. l’hygrométrie ne dépasse pas 15%.3 53 91.On remarque que l’amplitude thermique atteint son maximum pendant le mois d’Octobre jusqu’au mois de mars. . La région est donc bien ensoleillée.

En effet. une teneur faible en phosphore assimilable et une teneur faible à moyenne en potassium assimilable. De même. Elle est nulle pendant les mois de mai. Ces conditions peuvent être résumées en : Température modérée (19°C en moyenne) . alors que sa répartition est irrégulière pendant les autres mois. juillet. mais quand même il ya une partie assurée par l’eau de barrage de Youssef Ben Tachafin. e) Pluviométrie : La pluviométrie moyenne des 5 dernières années (allant de 2002 jusqu’au2007) est de l’ordre de 172. c) Ressources en eau : Les ressources en eau pour les périmètres irrigués sont en grande partie des eaux souterraines. il y a aussi l’existence d’infrastructures facilitant la commercialisation tel le port. l’océan joue un rôle tampon adoucissant la température et augmentant l’humidité relative (la Commune est loin de 10 Km de l’océan). le marché de gros.4. Hygrométrie favorable (70% en moyenne). juin. les stations de . l’aéroport.d) Les vents : Les vents du Nord-Est en hiver et du Sud-Est en été sont accompagnés d’une augmentation de température et une baisse importante d’hygrométrie. le sol est caractérisé par une texture légère avec une faible teneur en matière organique.44. Parmi les conditions favorables. b) Reliefs : Les reliefs sont en général des plaines. Les vents NordOuest adoucissent et mettent ainsi la bande côtière à l’abri des gelées.3. Données édaphiques et reliefs a) Sol : Dans cette région. sa latitude lui confère un bon ensoleillement durant toute l’année. 1. La texture sablonneuse du sol lui confère une faible capacité de rétention en eau. Synthèse La région et notamment la Commune Rurale de Khmiss Ait Amira présente des conditions climatiques favorables pour l’installation de plusieurs cultures pendant toute l’année. Ensoleillement important (2900 h/an en moyenne) . août et septembre. Ces conditions sont exprimées par la position géographique de la région. 1.

on trouve aussi les contraintes qui peuvent être résumées en :  Ressources en eau limitées .  Forte fluctuation des prix des produits horticoles. Présentation de l’exploitation 2.  Contingences d’exportation surtout vers l’Union Européenne . est une exploitation à vocation maraîchère. Actuellement le domaine reparti en deux fermes indépendantes MOUH MOUH 34 d’une superficie de 17ha et MOUH MOUH 32. elle est fondé sur une superficie totale de 6ha loue en 1992.13 ha. Historique : Le domaine MOUH MOUH. 2. A côté de ces atouts.54ha est la superficie occupée par les serres.1. où j’ai passé mon stage dont 9. .2.  Ensablement et salinité des eaux souterraines .conditionnement et les groupes exportateurs. puis elle a connu une extension en 1996 par la location de 7 ha et en 2002 elle a connu une grande extension de 17ha. Localisation Figure 2 : localisation de la ferme dans la commune rurale d'Ait Amira 2. Khmiss Ait Amira.

Plan parcellaire Figure 3: le plan parcellaire de la ferme Commentaire : L’échelle n’est pas respectée.3. .2.

La figure 4 montre la structure organisationnelle de la ferme : Figure 4 : la structure organisationnelle de la ferme.5Dh/jour. Et pour les ouvriers ils sont disponibles toutes l’année car ils sont apprécies par le salaire journalier élevée. Commentaire : La structure organisationnelle est très simple. par rapport aux autres fermes qui est de 50Dh/jour. et on remarque que le gérant est celui qui s’occupe du déroulement du travail dans l’exploitation à l’aide des conseils de directeur technique qui est le propriétaire. b) Locaux et équipements : i) Puits : .4. Et seulement le propriétaire voie les choses en loin.2. 62. Moyens de production a) Moyens humaines : La ferme est connue par une stabilité apparente au niveau de la gestion elle est bien gérée par un système qui se caractérise par l’absence de beaucoup de responsables. au niveau de la ferme c’est le gérant qui a toute la responsabilité.

Photo 1: Le puits de la ferme ii) Locaux : Tableau 3: Bâtiments de la ferme Nombre 1 18 4 10 1 1 Désignation Bureau Chambres ouvriers Magasins Toilettes Stockage de l’eau potable Station fertigation Commentaire : On remarque la disponibilité des toilettes en vue d’améliorer la propreté de la ferme. .

Photo 2: magasin d’engrais Photo 3: station de fertigation iii) Espace de stockage des caisses : Photo 4: espace de stockage des caisses. iv) Matériaux : Tableau 4: matériaux de la ferme Désignation Nombre 1 1 25 4 4 Véhicule de gérant Camion Sape Fourche Râteau .

99 ha Culture courgette courgette courgette Tomate Tomate Tomate Tomate courgette variété Basilica Basilica Basilica Calvi Calvi Calvi Calvi Basilica .Pelle Couteau Sécateur Scie Pince Echasse aluminium Echasse Grande caisse de récolte Thermomètres Autres matériaux 2 60 36 3 6 1 8 580 2 -- Commentaire : On remarque l’absence de gros matériel.69 ha 0.67 ha 0.66 ha 0. Tableau 5: Répartition de chaque culture dans les serres de la ferme. Or il est très utile surtout pour la préparation du sol.69 ha 0. à titre d’exemple le tracteur. c) Cultures pratiquées : Le tableau 5 montre la culture pratiqué et la surface de chaque serre. N° serre 01 02 03 04 05 06 07 08 Superficie en 0.69 ha 0.99 ha 0.66 ha 0.

99 ha courgette Tomate Tomate Tomate Basilica Calvi Calvi Calvi .99 ha 0.99 ha 0.09 10 11 12 0.54 ha 0.

ChapitreII La conduite technique de la tomate .

Le chergui engendre un temps sec et chaud qui peut entraîner un grand allongement du pistil empêchant l’auto pollinisation. Généralités sur la tomate 1. la tomate est une culture importante sur le plan nutritionnel. une difficulté de nouaison. la formation de fleurs fasciculées et la formation d’un feuillage abondant au détriment de la production des fruits.2. Introduction La tomate (Lycopersicon esculentum). elle permet de donner des fruits de bon calibre et sans défauts de coloration. La culture de la tomate a toujours occupé une place privilégiée au sein de secteur des primeurs au Maroc.  Les températures optimales pour la tomate sont : Températures diurnes : 20-25°C Températures nocturnes : 13-17°C Température du sol : 14-18°C b) Humidité relative :  L’humidité relative de 75 % est la valeur optimale pour la tomate. une ramification des bouquets. agronomique et socio-économique.  Les températures inférieures à 10 °C causent un raccourcissement des entrenœuds.  Une température supérieure à 30 °C induit la formation de β carotène qui est un pigment donnant une coloration jaune-orange aux fruits. En effet. alternes et à pétiole réduit. Ses fruits sont des baies à différentes couleurs et dimensions selon les variétés. . 1. imparipennées.1.  Les températures élevées peuvent avorter l’inflorescence et favoriser la croissance de la plante. un ralentissement de croissance et de développement des plantes. Exigences de la culture a) Température : La température constitue le facteur le plus déterminant dans la production de la tomate. Elle a des feuilles composées.1. appartient à la famille des solanacées.

iii.1. La texture sablonneuse ou sablo-limoneuse est préférée par la tomate. Variété cultivée et porte greffe Le domaine « MOUH MOUH 32 » a choisi pour la campagne 2007-2008 la tomate ronde variété Calvi pour les raisons suivantes : ♣ La tomate ronde est comptée parmi les produits maraîchers qui ont un large marché à l’extérieur. Cependant. ce qui en induit des carences. elle est exigeante en énergie lumineuse dont un manque peut inhiber l’induction florale et réduire la germination du pollen d) Sol : i. elle s’adapte mieux au sol profond bien aéré et bien drainé.5 g/L de sels totaux. je tiens à signaler que le rendement de la campagne précédente dépasse les 300 tonnes par ha ♣ D’après les années dernières on constate que la variété s’adapte très bien aux conditions climatiques et elle a un taux de floraison élevé. ainsi un taux de fécondation très important. Installation de la culture 2. Mn. 2. Une humidité relative très élevée associée à une température élevée donne lieu à une végétation intense avec allongement des entre-nœuds et favorise le développement des maladies cryptogamiques notamment le botrytis et le mildiou. Structure et texture La tomate est indifférente en matière de sol.  Une salinité de 4g/L induit une baisse de 25 % du rendement. ♣ Les coûts de production de cette variété sont moins élevés que les autres variétés comme la variété Petinza qui nécessite beaucoup de mains d’ouvres ♣ Elle a Un très grand rendement. Zn et Cu. soit 2. cependant. sur les sols basiques certains micro-éléments sont peu disponibles à la plante tels Fe. le rendement baisse de 10 %. salinité  Lorsque la conductivité électrique est de 4mmhos/cm. cependant. . pH La tomate est indifférente au pH du sol. c) Lumière : La tomate est indifférente à la photopériode. ii.

verticilliose et fusariose. Et il faut vérifier que l’eau a atteint les 50cm de profondeur. Le paillage généralisé permet :  L’arrêt de la poussée des mauvaises herbes dans les interbillons  Un meilleur échauffement du sol en absorbant les rayons lumineux  Faciliter le nettoyage de la serre  Garantir la propreté de la serre  Faciliter le travail et surtout les traitements.2. . Beaufort : Porte greffe performant. Cette opération est faite avec un équipe qui contient 20 ouvriers et 2 caporaux pendant une durées de 5heures par ha. Et puisque le sol de l’exploitation est sablo limoneux le problème de l’asphyxie ne se pose pas même si la quantité d’eau apportée est très importante. nématodes. Préparation du sol Après l’arrachage de la culture précédente on procède à la récupération des crochets et des clips afin de les réutiliser. puis on procède au désherbage et au nettoyage des serres dont on a éliminé les débris et touts les déchets de la culture précédente.  Lutter contre les nématodes en augmentant la température du sol.L’utilisation des porte-greffes est parmi les méthodes de lutte contre les attaques dues aux nématodes et les maladies cryptogamiques et virales. « D’après le gérant de la ferme » 2. Dés la fin du nivellement on procède à faire une irrigation par aspersion jusqu’à ce que toute la surface de la serre soit humectée pour faciliter la propagation de fumigant. Le labour est suivi d’un nivellement qui se fait à l’aide des râteaux. Le labour suffit par les ouvriers avec un rapport de 9 ouvriers par ha à l’aide des sapes de telle sorte à atteindre une profondeur de 30 à 40cm. Cette opération est nécessaire car elle permet d’avoir une couche du sol bien meuble et aérée. Après la réinstallation des rampes on procède à couvrir le sol avec un film plastique blanc qui est très important pour réussir la désinfection du sol. Utilisé pour sa résistance à : Tabac mosaïque virus. racine liégeuse. Le porte-greffe utilisé dans la ferme est :. Avant de commencer le labour on ramasse les rampes d’irrigation pour ne pas les affecter avec les sapes.

Désinfection du sol Après on effectue la désinfection du sol dans le but d'éliminer tous les microorganismes tels que les nématodes. 2. et lorsqu’elle quitte la plante. Après cette opération il est déconseillé d’entrer à l’intérieur de la serre avant deux semaines après traitement. les bactéries. Nivellement du sol sous les rampes à l'aide des mains ou bien à l’aide de deux morceaux de fil de fer. Interrompre le cycle biologique de la mineuse. C'est-à-dire 30cm en total.3. sachant que la mineuse finit son cycle dans le sol.  Assurer l’éclairage des parties inférieures des plantes par la réflexion de la lumière incident et par la suite l’élimination des gouttes d’eau stagnantes sur les feuilles qui constituent une source de contamination par les champignons. Perforation des trous de plantation et désinfection de la structure de la serre Après le passage d’au moins trois semaines après la désinfection du sol on procède à préparer les billons de plantation en suivant les étapes suivantes :  La perforation des trous de plantation de telle sorte à enlever le film plastique de 15cm de part et d’autre de la rampe. La structure de la serre comprend le filet. elle tombe directement sur le paillage et serra détruite par les rayons solaires ou bien au cours des traitements. ainsi que tous les ennemis de la culture de tomate.3 dichloropropène 93% à raison de 150l / ha dans une quantité d’eau de 40m3 d’eau. l’opération est faite par le stationnaire et les ouvriers. En effet. c'est pour cela qu'on utilise le produit chimique condor-F dont la matière active est 1. les billons et aussi les poteaux. .4. les champignons. Suggestions : La désinfection du sol est considérée parmi les opérations les plus dangereuses ce qui veut dire l’obligation de l’intervention des spécialistes. On procède à sa désinfection parce qu’elle peut contenir plusieurs ravageurs et différents pathogènes.  Lutter contre les mauvaises herbes qui constituent des plantes hôtes intermédiaires de certains ravageurs comme les acariens. telles que les graines de mauvaises herbes. mais ce n’est pas le cas dans la ferme . 2.

A la pépinière et juste avant le livraison des plants. Au moment de la plantation.40dh/plant conduit deux bras et de 3dh /plant conduit 1 bras. un trempage des plants a été fait dans une solution qui contient « Previcur N » dont la matière active est "Propamocarbe" à 200cc/hl comme étant un moyen préventif contre les maladies de la fonte de semis. La plantation a été faite en lignes simples. b) Plantation : Les plants sont livrés par ‘International Nursery’ avec un coût de 3. avec une densité de plantation de 9000plants/ha en moyenne. En dehors des bons de livraison des plants. Par la suite une irrigation est recommandée pour assurer une bonne levée de ces plantules. et une distance interrampes de 270cm. Plantation a) Réception des plants : Les plants de tomate sont livrés par International Nursery Maroc. Et aussi on a fait une plantation en zigzague . il ne faut pas endommager les plants ou couvrir leur partie greffée afin de limiter les risques de pourriture de collet. un plant dans un côté et le voisin dans l’autre côté de la rampe. On les a plantés avec une distance interplants de 40 cm. dont la conduite est sur deux bras. Avant la plantation.Et juste avant la plantation on a fait développement des racines. aussi le produit «Pelt 44» dont la matière active est méthylthiophanate est utilisé contre la fusariose et la verticiliose à une dose de 200g/hl.5. une pré-irrigation pour faciliter le 2. la pépinière doit aussi envoyer une liste de traitements phytosanitaires effectués sur les plants de tomate durant tout leur stade pépinière. . un traitement préventif contre la mouche blanche avec un insecticide de nom commercial « ACTARA » et de la matière active THIAMETOXAME 25% avec la dose de 20g/hl. La camionnette qui transporte les plants doit être bâchée avec du filet pour éviter l’attaque par la mouche blanche.

dans chaque serre on a arraché plus de 400 plants affectés par le virus TYLCV. Conduite de la culture 3. 3.Une équipe de 12 ouvriers peut faire la plantation d’un ha dans une demijournée. L’opération est faite à la tache. dans une journée il faut installer presque 750 crochets par chaque ouvrier. Cette opération et aussi faite à la tache 6 billons par ouvrier par jour. Suggestions : Cette opération faite à la tache afin de faire vite mais la liberté des ouvriers qui font qu’entrer et sortir de la serre à cause de la température élevée et ça entraine l’entrée de la mouche blanche à la serre . L’extrémité inférieure de la ficelle doit être enfouie juste à côté du plant. Photo 5: Plant infecté par le TYLCV . c'est-à-dire 3000 ficelles par ouvrier par jour.1 Emplacement des crochets Les ouvriers munis des roseaux ont été désigné pour placer les crochets sur les fils de fer tendus à 3m du sol. Ces crochets ont été bobinés par de la ficelle noire d’une longueur de 6 à 8 m et qui permettra de la libérer au fur et à mesure surtout pendant le couchage. le problème a été observé après.

. et pour éviter les blessures de l'apex qui rendent ce dernier plus sensible aux coups de chaleur. La ficelle descend directement de la bobine qui est déjà placée au-dessus de chaque plante. Il est préférable d’effectuer cette opération après 10 h à 11 h du matin. et aussi ils sont facile à enlever vers la fin de campagne. Autre avantage de l’emplacement de clips c’est qu’il est une opération très facile à faire et ne prend pas de temps. a) Les étapes de palissage :  Faire un simple enroulement de deux ficelle autour de chaque bras.2 Palissage Après 10 jours de la plantation on procède au palissage qu’est une intervention technique qui consiste à faire garder la tige verticale. Après il faut attacher les deux bras par une petite ficelle de 15cm de telle sorte à faire un attachement sous forme de 8 entre les deux bras de la plante. On a pu observer. une amélioration de la croissance des plants. Presque on le refait chaque quatre jour. Puis on fait le palissage normal au fur et à mesure du développement des plants. lorsque la plante devient souple dans le but d’éviter les cassures du bourgeon apical.Autre problème c’est qu’après le passage d’à peu prés une semaine après la plantation on a observé des plants cassés au niveau des points de greffage à cause de premier palissage qui a été fait un peu tard. traduite par leur élongation et leur croissance en diamètre. 3. Donc la solution de deux problèmes c’est de faire l’installation des crochets avant la plantation. s'attachant à la ficelle et entourant la partie apicale de la plante juste sous la feuille la plus rigoureuse (identique au principe de tuteurage). Pour permettre aux plants une croissance plus rapide. La distance entre deux clips est d’environ 40cm. vers le 4eme palissage on a remplacé le palissage normal par le placement de clips: qui sont des petits anneaux en plastique. quelques jours après. enroulant manuellement la plante autour de la ficelle en passant par les entre-nœuds. le sens préférable est celui de l’aiguaie d’une montre de gauche à droite. l’autre bout de la ficelle est enfoncé dans le sol près du collet de la plante d’une profondeur d’environ 20 cm.

Palisser avant de tailler. si on casse la tête du plant on peut repartir sur un autre axillaire. il ya une mauvaise qualité de travail surtout . récoltes …). c) Précautions à prendre: Il faut toujours enrouler dans le même sens. Eviter de palisser en début de la journée. Les ouvriers préfèrent travailler à la tache pour accélérer le travail. Garder les fruits sains. Suggestions : Le travail des échassiers est lent. Une meilleure aération des plantes. Un gain d’espace. Une équipe de 20 ouvriers peut effectuer l’opération pour un hectare pendant les premiers palissages dans 5heures 30minutes et 4heures pendant les stades avancés. ébourgeonnage. et propres en empêchant leur contact avec le sol. La facilité des entretiens : (effeuillage. la plante est turgescente donc cassante. Cette période est par contre très favorable à l’effeuillage. Ne jamais attacher ou coincer les feuilles ni les bouquets avec les tiges par la ficelle (risque d’attaque par botrytis). Cependant. traitement.Photo 6: L’installation de clips juste sous la feuille b) Intérêts de palissage :  Le soutien de la plante en lui permettant de supporter la charge des fruits.

L’opération permet de garder un seul axe pour chaque bras. Les bourgeons sont sectionnés à environ 1cm de leur point d’insertion dans la tige à l’aide de couteaux tout en les désinfectant dans l’eau de javel. Les grandes blessures au niveau des tiges peuvent constituer éventuellement une porte d’entrée des agents pathogènes. Le petit essai suivant montre l’importance de l’ébourgeonnage qui se manifeste dans un gain de diamètre de la tige.3 Ebourgeonnage Il consiste à éliminer tous les bourgeons qui naissent à l’aisselle des feuilles afin de favoriser la croissance du bourgeon apical qui est le point de départ de la tige. Je signale ici que vers la fin de campagne on n’aura pas un ébourgeonnage proprement dite. Le premier ébourgeonnage a été réalisé vers le douzième jour après la plantation. et favoriser sa croissance surtout en longueur.quand le palissage est associé avec le couchage on observe des plants cassés. Tableau 6: importance de l'ébourgeonnage Plante ébourgeonnée Diamètre de la tige mesurée en même place 5 mm 6. à partir de début de mois avril. 3. la floraison et la maturation des fruits. et donc de la vigueur. les suivants ont eu lieu au fur et à mesure de la croissance de la plante. Donc il faut dans ce cas contrôler la qualité du travail. Un ébourgeonnage tardif peut engendrer un affaiblissement des plants à cause de : •Une concurrence entre la croissance des bourgeons.5 mm 7 mm Plante non Date de mesure ébourgeonnée 5 mm 6 mm 6mm 23 / 10 / 2007 26 / 10 / 2007 29 / 10/ 2007 . mais il y aura le pincement de la tête des bourgeons axillaires en laissant une feuille puis deux puis trois feuilles et ainsi de suite. et cela pour protéger les bouquets des coups de soleil nuisible. •Une perte considérable des éléments nutritifs exportés par ces bourgeons. et à chaque fois qu’il y a apparition des nouveaux bourgeons.

Pour une équipe de 20ouvriers l’opération peut être effectuée pour un hectare dans 4heures. et aussi pour assurer une bonne aération. il est effectué avant la récolte dans les buts d’accélérer la maturation des fruits et faciliter la récolte et le couchage. car il faut vérifier que les cochets d’ébourgeonnage sont absents.Source : l’exploitation Bourgeon à éliminer Figure 5: la procédure d'ébourgeonnage Commentaire : A partir de tableau on remarque que les plants ayant subit un ébourgeonnage deviennent de plus en plus vigoureux que les autres non ébourgeonnés...4 Effeuillage Il se fait pour maintenir un équilibre entre les feuilles et les fruits. Mais malheureusement il n y’a pas cette vérification alors on a rencontré beaucoup des cochets d’ébourgeonnage qui n’ont pas été éliminés. puisque ces derniers sont une porte d’entrée de la pourriture grise. Et en général. insolation et une meilleure ventilation entre les plantes (minimiser les risques des maladies cryptogamiques.). c’est pour cela la qualité de travail est très importante. 3. Suggestions : Les contraintes de l’ébourgeonnage sont les mêmes que celles du palissage. Cette opération consiste à : .

Botrytis…) è Facilité de récolte et de couchage. c’est au moins 10 ouvriers qui peuvent compléter l’opération. Dans le cas de travail à la tache toujours on rencontre une mauvaise qualité de travail. èDiminution du risque de propagation de certaines maladies fongiques (Ex: Oïdium. Mais dans le cas de travail normal. leur enlèvement provoque la carence de cet élément et par suite la nécrose apicale. et ça va provoquer la diminution de la photosynthèse chez les plants en questions. Parfois quelques ouvriers font un effeuillage sévère. b) Contraintes : Les feuilles basales constituent un lieu de stockage des éléments nécessaires aux fruits. puis les suivants ont été effectué à l’aide des sécateurs.•Eliminer les vieilles feuilles •Eliminer les feuilles basales qui touchent le sol •Eliminer les feuilles malades •Eliminer les feuilles qui se trouvent sous le bouquet. Généralement dans le cas de travail à la tache une équipe de 6 ouvriers peut compléter l’effeuillage d’un hectare dans une journée. notamment le calcium. a) Avantage: è Bonne aération de la plante. . Suggestions : Il faut faire un effeuillage à ras pour ne pas laisser les points de départ des maladies comme la pourriture grise causée par Botrytis cinerea. et bonne coloration des fruits. Le premier effeuillage a été effectué à la main et il a lieu dès l’apparition du 10eme bouquet. Mais ce n’est pas le cas dans notre ferme.

car on a 5 échassiers qui s’occupent de l’opération de couchage. Suggestions : Les échassiers font vite pour gagner de temps. Cette technique est toujours accompagnée de palissage et d’ébourgeonnage. •Les clips dispersés ici et là-bas. • Les déchets d’ébourgeonnage sont partout. elle est réalisée par l’équipe des échassiers. Photo 7: plants de tomates après couchage Les trois opérations sont toujours associées et sont effectuées à la tache à raison de 4 billons pour chacun dans une journée. . la serre se trouve dans un état catastrophique . c’est pour cela vers la fin de la journée. Dans la ferme le problème de main d’œuvre ne se pose pas.5 Couchage Le couchage est une technique qui consiste à faire descendre les plantes lorsqu’elles atteignent le fil de fer en couchant leur partie basale à quelques centimètres au dessus du sol. à la sortie des échassiers. pouvant atteindre le crochet pour dénouer la ficelle et la placer plus loin au niveau du fil de fer afin de prolonger la récolte sur une longue période et de maximiser le rendement. Cette opération se fait au fur et à mesure de la croissance des plants et la maturité des fruits pour faciliter la récolte en maintenant tous les plants à la même hauteur. •Des plants tombés sur le sol.3.

Mais le problème c’est qu’on a des plants qui tombent au sol. une équipe des ouvriers secouent les plants et frappent les fils de fer supportant la culture avec des cannes. au haut l’ancienne ruche et la nouvelle au bas . Trois ouvriers peuvent faire l’opération pour un hectare durant 40 minutes.) Les ruches sont contrôlées quotidiennement et devraient être renouvelées au plus tard 50 jours. On peut savoir si le bourdon a visité la fleur ou pas en observant des taches brunes sur les fleurs. b) Pollinisation biologique : Bombus terrestis est un insecte social largement utilisé comme pollinisateur.6 Pollinisation a) Pollinisation mécanique : Pour favoriser la sortie du pollen. On a installé 5 à 6 ruches/ha. Une ruche peut rester active pendant 7à8 semaines si elle est bien entretenue (fermer les ruches la veille du traitement et ne les ouvrir que 24h après ou bien les faire sortir de la serre lors de l’utilisation d’un insecticide dangereux. Photo 8: 2 Ruches de bourdons .•Quelques plants cassés surtout dans les extrémités des billons. Cette opération est privée pour le début de campagne quand les fils de fer ne sont pas encore trop lourds à cause de poids des plants. Cette pratique est faite aux heures chaudes de la journée. Cet auxiliaire libère le pollen. 3.

Faites en sorte que la ruche reste sèche. 3. La tache marron apparaît peu de temps après le passage du bourdon. . L'élimination de ces mauvaises herbes se fait manuellement par les ouvriers à l'aide des sapes.i) Manipulation des ruches : A la réception : maniez toujours les ruches avec précaution. Toujours à l’ombre. Peu importe que la tache soit de couleur clair ou obscure. En général. Si sur le calice il ya des taches marron. ii) Vérifier la pollinisation : Avec précaution.7 Désherbage et évacuation des déchets Le problème des mauvaises herbes n'est pas trop posé à l'intérieur des serres. prenez quelques pétales par le côté. elles seront fécondées. Maintenez-les toujours droites. Laissez-les toujours à l’ombre. Ce n’est pas grave . Et je signale que c’est le gardien du jour qui s’occupe du nettoyage de la route principale. quand ces fleurs seront mûres. quelques heures après. sur une base solide. Mais les adventices qui se développent à l'entourage des serres présentent un milieu favorable pour la colonisation des mouches blanches ainsi que les acariens. Chaque 10jours ils font un tour sur toute la ferme pour enlever les mauvaises herbes qui poussent dans les allées. le bourdon a visité la fleur. Vérifiez ensuite les taches dans les fleurs qui se fanent. A l’endroit le plus frais et le plus ventilé de la serre. Cela signifie que la fleur a été pollinisée par le bourdon. L’installation : le plus prés possible du sol. dans les deux cas. il ne se détache pas. quand on tire sur le pistil de ces fleurs avec précaution. Source : Bio Pol Maroc : Elevage de bourdons pour la pollinisation des tomates. la fleur a été visitée et elle produira un fruit. mais pas sur le sol. Souvent on verra que les fleurs les plus jeunes n’ont pas encore été visitées. ne la placez pas sous un tube d’arrosage ou bien sous les gouttières.

souvent plus de 25 individus.8 Aération L’aération des serres dans l’exploitation est assurée par le filet (10*20) qui entoure les serres des quatre côtés sur une hauteur de 5m. Suggestions : Lors de l’évacuation on est obligé d’ouvrir la porte de la serre.9 Récolte Pendant la récolte les ouvriers se divisent en deux équipes . la première contient 5 individus les plus qualifiés et les plus anciens et qui vont s’occuper de triage. ces derniers sont ceux qui vont faire la récolte. 3. 3.Photo 9: adventices à l'entourage des serres L’évacuation des débris d’effeuillage et ébourgeonnages se fait par les grosses caisses . Autre problème c’est que parfois on se trouve devant une situation très grave: les débris d’effeuillage qui restent à l’intérieur ou bien à l’extérieur de la serre sans les nettoyer pendant 4 à 5 jours. dans la première étape il ya le rassemblement des débris dans des amas puis les faire sortir vers l’extérieur à l’aide des caisses dans la deuxième étape et enfin les charger dans le camion pour les acheminer en dehors de la ferme. Il permet aussi d’éviter l’entrée des insectes (surtout les aleurodes qui transmettent le virus TYLC) et d’autres ravageurs à l’intérieur de la serre. donc on a les ravageurs qui entrent à la serre. . l’autre contient le reste des ouvriers. les trieurs.

. Les ouvriers utilisent des sots dans lesquelles ils mettent les fruits pour les amener vers les caisses.Les tomates sont récoltées avec pédoncule dont la présence constitue une garantie pour l’importateur en lui indiquant la fraîcheur du produit.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful