Elevage Caprins / Chèvres Essaouira 2011

DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT AGR

Présenté par : ………………………………………………… Date : ………………………………………………….

DOSSIER DE DEMANDEDE FINANCEMENT AGR 1

I.

Identification du porteur de projet :

Raison sociale :…………………………………………………………………... Appellation commerciale :……………………………………………………….. Adresse du siège social :………………………………………………………...... ……………………………………………………………………………………...... Code postal ……………………….Ville :……………………………................. Téléphone :……………………………………Fax :….………………………..... e-mail :……………………………………………………………………............. Nom, Fonction et téléphone de la personne en charge du suivi du dossier : ………………………………………………………………………………....... Date de création de la structure :……………………………………………....... Date du démarrage du projet :….……………………………………………...... 1.1 Statut juridique : coopératives.  à préciser) : coopérative ………………………. ; ( 1.2 Domaine d’activités : Agriculture  Aménagement Artisanat Culture Développement social  Environnement Autres (à préciser) Formation  Loisirs Média communication  Petite industrie Social  Tourisme

1.3 Description du fonctionnement de la structure (but de votre structure, vos activités) : ………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… 1.4 Réalisations en matière de développement durant les 5 dernières années: Secteur Lieu de réalisation Nombre des bénéficiaires Enveloppe budgétaire Partenaire principal Date de réalisation Taux de réalisation

2

Femmes Hommes

du projet %

II.

DESCRIPTIF DU PROJET PRESENTE :

1. INTERET DU PROJET : Au Maroc, l’élevage représente une grande part du PIB agricole, qui se situe entre 25 et 30 %. Cette activité, qui joue encore un rôle socio-économique important, concerne 70 % de la population rurale. 18 % des agriculteurs tirent leur revenu exclusivement de l'élevage. L’élevage de petits ruminants pèse quelque 21 millions de têtes, dont 5 millions de caprins, est pratiqué par environ un million d’exploitations agricoles. De grands territoires pastoraux et sylvopastoraux contribuent à l’alimentation de ce cheptel, et en particulier les zones de montagne. Dans les zones de montagnes, l’élevage de chèvres et de moutons sont prédominants, et jouent un rôle socio-économique important. Les caprins font preuve d’une grande plasticité et sont présents dans les parties les plus pauvres, où les ovins ne peuvent survivre. Ce cheptel caprin, qui exploite les zones de montagne, est destiné à la production de viande. Il faut faire confiance aux races caprines locales, adaptées aux conditions difficiles. Il est même possible d’améliorer leurs performances à partir d’une sélection faite au sein même des troupeaux. L’expérience de la coopérative ………………………………….., dans le domaine du développement de l’élevage caprin dans les régions d’essaouira, est très encourageante. Il s’agit d’une action de développement, élaborée spécialement pour cette région enclavée, qui a permis à l’Association d’accumuler une expérience riche au niveau technique, pédagogique et organisationnel. Dans ce texte, nous présentons notre projet d’élevage des chèvres : les caractéristiques du projet, le plan d’action, les résultats escomptés et les contraintes à surmonter.

2. CARACTERISTIQUES DE LA REGION: Avec un effectif de 1,5 millions de têtes (31% de l’effectif national), le caprin joue un rôle socio-économique très important dans le Haut et l’Anti-Atlas. De ce fait, et dans l’objectif de monter un projet de développement de l’élevage caprin, nous allons vous présenter les caractéristiques de cette région. La région s’étend sur une superficie d’environ 5,5 millions d’ha dont les parcours, forêts et incultes occupent 72%. Elle renferme la totalité de l’arganeraie nationale L’effectif caprin est constitué principalement de la race locale, et se concentre dans les zones de montagne. Cet élevage est de type extensif, se basant sur les ressources sylvo-pastorales. 3

Les paramètres zootechniques se caractérisent par une grande diversité et varient dans les intervalles suivants : Taux de fertilité : 64 à 98% Taux de fécondité : 67 à 98% Taux de prolificité : 102 à 105% Taux de mortalité : 8 à 36% pour les jeunes (0-6 mois) et 1 à 7% pour les adultes. La productivité pondérale par UZ varie de 9 à 17 kg vif/an.

 Caractérisation des élevages caprins dans la région d’étude Effectif du cheptel par espèce.

4

 Principales zones de concentrations du cheptel caprin. Le cheptel caprin se trouve concentré, principalement, dans les zones de montagnes et de parcours (zones défavorables). Les Communes Rurales concernées par ces concentrations sont les suivantes :

 Taille du troupeau caprin. La région est caractérisée par la présence de petits troupeaux ne dépassant pas 30 têtes dans la majorité des cas.  Evolution des effectifs caprins. L’évolution des effectifs caprins montre une tendance globale à la hausse. Cette augmentation est estimée pour la période 1994-2003 à 3.6%.  Races et types d’animaux. La race locale domine les effectifs. Ce sont généralement des animaux de profils droits, de petites tailles, de proportions moyennes, très habiles, marcheurs et grimpeurs, à aptitude viande. Toutefois, d’autres races ont été introduites dans quelques localités. C’est le cas de :  La race Draâ et la race Aït Yacoub (originaires respectivement de la vallée de Draâ et de Tata) à Tiznit et Essaouira.

5

 Des

essais

d’introduction

de

la

race

alpine

à

Essaouira.

 Description des systèmes de production. Le système d’élevage caprin qui prévaut dans la région est de type extensif dépendant presque entièrement des parcours hors et sous forêts. Exception faite du Haouz où l’on rencontre en plus du système pastoral (80%), le système agro-pastoral (20%).  Mode de conduite du troupeau caprin.  conduite alimentaire. L’alimentation est basée presque exclusivement sur les ressources sylvo-pastorales des parcours. Le cheptel y pâture toute l’année. Généralement, le recours au surplus n’a lieu qu’en périodes de sécheresse, de disette ou de chevrottage. Ce supplément est basée, selon les régions, sur la distribution de l’orge, la paille, la pulpe d’argan (cas de Tiznit et Essaouira), la luzerne, les noyaux et déchets des dattes broyés (cas de Guelmim), les chaumes (cas de Guelmim, DPA Marrakech et ORMVA Haouz), l’herbe desséchée et les branches de chêne vert et de thya (cas de Chichaoua pour la période de chevrottage).  Conduite sanitaire et dominantes pathologiques. Les dominantes pathologiques chez les caprins dans la région n’ont jamais fait l’objet d’une étude épidémiologique. Toutefois, les observations au niveau des abattoirs, lors de campagnes prophylactiques, ou à l’occasion de consultations individuelles chez les éleveurs, ont permis de dégager un ensemble de maladies rencontrées dans la régions dont les principales sont les parasitoses internes et externes, les entherotoxémies, les avortements , l’ecthyma contagieux, les helminthoses respiratoires (ORMVA Haouz), la variole caprine (cas de Guelmim), et le piétin (Souss Massa). Malgré l’incidence économique de ces maladies et leurs répercussions sur la croissance, la perte de poids et la mortalité, aucune conduite sanitaire n’est pratiquée par l’éleveur. En effet, cette conduite est limitée aux campagnes gratuites menées par le Ministère de l’agriculture.  Conduite de reproduction. La conduite de reproduction est marquée par la présence permanente des mâles avec le troupeau durant toute l’année. On note l’absence de la notion du sexe-ratio au niveau des élevages, ce ratio est de 11 dans la région du Haouz. Les chevrottages s’étalent sur toute l’année avec concentration durant les périodes d’automne (octobre-novembre) et de printemps (mars– avril). L’âge au premier chevrottage oscille entre 12-13 mois (cas du Haouz et Essaouira), 14-15 mois (cas de Guelmim et de Souss Massa). Le nombre de mises bas peut atteindre dans certains cas 2 par année (cas Essaouira). L’intervalle entre chevrottage varie de 7 à 12 mois. 6

2.1.

JUSTIFICATION DU PROJET ET SES OBJECTIFS :

Le problème central de la production agricole dans cette région réside dans la faiblesse des rendements des cultures et des productions animales. Les méthodes traditionnelles d'élevage ne permettent pas d'exploiter pleinement le potentiel productif des animaux (type métis). Les quelques paramètres suivants reflètent la situation :  Une mortalité importante des différents acteurs,  Un faible taux de reproduction,  Une faible performance pondérale, 25 kg (mâles adultes) et 22 Kg (femelle adulte),  Une faible production laitière . Un tel constat n'est pas étonnant, si l'on sait que le secteur caprin a fait l'objet de peu d'actions de développement, malgré son rôle socio-économique incontesté. Compte tenu de cette situation et de la demande de quelques éleveurs, notre coopérative voudra réaliser dans le cadre du dit projet un programme riche et diversifié dont les actions sont d'ordre technique, pédagogique et organisationnel:  L'encadrement technique des éleveurs au niveau de la conduite des troupeaux (santé, alimentation, reproduction, sélection, aménagement des chèvreries, ...).  La formation des éleveurs avec la collaboration de la DPA,  La valorisation des produits caprins,  L'organisation des approvisionnements,  Une équipe technique dynamique. 2.2. QUELQUES CONTRAINTES :

Les potentialités de développement de l'élevage caprin dans la région d’Essaouira existent. Cependant, plusieurs problèmes et contraintes sont à surmonter pour faciliter cette action de développement.  Au niveau structurel : La géographie et l'histoire de cette région du Maroc en ont fait une zone enclavée, qui doit faire face à de nombreuses difficultés. Les difficultés d'accès ne facilitent pas les échanges avec les autres régions du pays (débouchés pour les produits agricoles et approvisionnements). Mais, le problème des infrastructures est encours de résolution avec les stratégies du Ministère de l’Equipement pour le monde rural. Dans cette région, nous sommes en présence d'une population qui a des attitudes prudentes et réticentes faisant partie de sa stratégie face à celles des intervenants extérieurs (administration, techniciens...) : l’intermédiation des effectifs de la coopérative atténuera ce phénomène et assurera une meilleure communication. 2.3. Localisation de l’action (lieux précis du déroulement si lieu unique, préciser) 7

……………………………………………………………………………………. …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… 2.4. Présentation des partenaires de l’action : (Préciser partenaires associés au projet, techniques, financiers).

 DPA Essaouira ;  Commune…………… ;  Autres associations locales. 2.5. Quelle est la suite de votre projet ? (Comment s’inscrit-il dans une dynamique à plus long terme ?)

 Augmenter le nombre des éleveurs chaque année,  A court terme ( 1 à 2 Ans), nous envisageons de créer une unité de production de fromage de chèvres pour la valorisation du lait produit par les éleveurs. 2.6. Calendrier de réalisation :

• Durée de votre projet : …………………………………………………. • Date prévisionnelle de début de l’opération :……………………...... • Date prévisionnelle de fin de l’opération :……………………….……

2.7. Activités/ composantes

Budget prévisionnel du projet : Apport personnel % Contribution INDH % Micro crédit % Total

Total 3. Evaluation : 3.1- En quoi votre projet s’inscrit-il dans les objectifs de l’INDH ?  Activité Génératrice de Revenus : Assurer un revenu stable pour la population locale des éleveurs (10 éleveurs en première phases):

8

o Santé : Diminution de la mortalité et du manque à gagner : encadrement vétérinaire en collaboration avec les services administratives locaux, o Alimentation :Des conseils sur la conduite alimentaire des troupeaux sont prodigués. o L'organisation des achats groupés d'aliments (économie d'échelle) et d'autres intrants. o Sélection : les actions de tri, de réforme, d'identification des animaux et du choix des reproducteurs (chevrettes d'élevage...) vont permettre la constitution des premiers noyaux de sélection chez 10 éleveurs. o Aménagement et construction des chèvreries : Equipement de plusieurs chèvreries avec des mangeoires mobiles et fixes. o Une formation de qualité : L'action de formation a un double objectif, elle vise l'amélioration de la technicité des éleveurs. Il s'agit d’une formation individualisée des bénéficiaires (dans leurs exploitations), et une formation en groupe (sessions organisées au niveau de la Coopérative ………………….) et ce pratiquement dans tous les domaines dont a besoin l'élevage caprin: la santé animale, l'alimentation et la sélection etc.

3.2- Sur quels critères d’évaluation quantitatifs et qualitatifs pourrez-vous apprécier l’impact de votre projet ? Les indicateurs de performance actuels :  Le niveau de vie : les éleveurs de caprins aujourd’hui ne valorisent pas leur troupeaux et les bénéfices réalisés sont négligeable;  La production de viande : Les éleveurs produisent et vendent des chevreaux âgés (plus d'un an) maigres (environ 20 kg) et à des prix très bas (350 à 400 Dirhams).  La production du lait : La chèvre produisait à peine le volume minimum pour allaiter son chevreau. A travers la mise en œuvre de notre projet nous cherchons :  La diminution de l’exode rurale dans la région d’Essaouira,  La garantie d’un revenu direct pour les éleveurs, et des emplois indirects pour les jeunes de la région (vente aliments, transport,…)  A ce que les éleveurs encadrés vendent leurs chevreaux jeunes (5 à 8 mois) à un poids élevé (25 à 30 kg) et à un prix intéressant (700 à 1000 Dirhams par tête).  L’amélioration de la production du lait, même si c'est un processus lent, (sans introduction du sang étranger), l'éleveur va commencer à traire ses chèvres et en tire plus que le besoin des chevreaux : plus qu’un litre par jour. Il faut remarquer que le lait est un produit intéressant pour les paysans car en plus de l'amélioration qu'il apporte au niveau de la nutrition de la famille, il peut assurer une recette quotidienne durant plusieurs mois par an (Fromage).

9

4. Durabilité du projet : 4.1. Qui assurera le fonctionnement du projet ?  Le porteur : La liste des membres adhérents à la coopérative :     Le comité de gestion, de direction: ………………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………………  Le partenaire : ………………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………………  Autres à préciser : Recrutement d’un technicien en élevage pour assurer un suivi régulier des éleveurs : de préférence des jeunes de la région pour une meilleure synergie avec la population locale. 4.2. Quelles sont les garanties de pérennité du projet ? • Produit/secteur: o Valorisation de la production locale, o Des produits Bio dont la demande ne cesse de s’accroitre, o Encadrement de proximité et partenariat fructueuse, o Volonté des différentes partenaires à réussir les actions tracées.

4.3. Nombre d’emplois à créer : o Emplois directs: 10 Eleveurs, o Emplois indirects : 10 Voir plus.

PLAN D’AFFAIRES PREVISIONNEL: 10

1. ORGANISATION COMMERCIALE  Fournisseurs fournisseurs Société XXXXX Souks Régionaux Vendeurs grossîtes DPA (Dons) Prix d’achat unitaire en DH 200,00 à 300,00 DHS 1.6 1.80 1.50 1.95 Modalités de paiement Au comptant

Matières ou services - Animaux (caprins) Aliments :  Orge 80  Déchet des dattes  Pulpe Arganier  Paille Clients

Au comptant

Produits ou services Ventes Caprins Ventes Lait chèvres

clients Particuliers, boucher et commissionnaires Particuliers

Prix de vente unitaire moyen en DH 1000,00 10,00

Modalités de paiement Au comptant Au comptant

 La commercialisation. Il faut noter l’absence de circuits organisés de commercialisation des animaux. Celle-ci est marquée par l’existence d’un réseau d’intermédiaires (spéculateurs) et se fait habituellement dans les souks hebdomadaires avoisinants ou à partir d’autres provinces (cas de Guelmim où les bouchers s’approvisionnent à partir du souk de Had Dra dans la provice d’Essaouira). La vente est conditionnée par la conjoncture de trésorerie de l’éleveur. De ce fait, les animaux présentés à la vente n’ont pas subi d’engraissement et sont généralement jeunes, chétifs à faible poids (8-12 kg poids vif) ; ceci ne permet pas de procurer à l’éleveur un bénéfice. Le prix de vente de la viande varie de 55 à 65 dhs/kg.

1. Matériel d’exploitation 11

Nature « 20 » mangeoires mobiles et fixes Petits outillage TOTAL

Etat Neuf

Coût (HT) 20000,00 10000,00 dh 30000,00

2. matériel, mobilier de bureau : Existant « propriété de la coopérative » ; 3. matériel informatique : Existant « propriété de la coopérative » ;

1. FONDS DE ROULEMENT DE DEMARRAGE : CHARGES Aménagement Chévreries Achat des Caprins Achat d'aliments Soins vétérinaires Charges du personnel Déplacement/ Transport Petits outillages Total Arrondi a MONTANTS EN DH OBSERVATIONS 25000.00 2500 / Eleveur 50000.00 (200*250) pour la première bande de 6 mois 25000.00 Chaque chèvre consomme 250,00 dh pendant 6 mois donc en aura 100*250=25000,00 dh 5000.00 Soins Anuuel 400,00 / Mois 25000.00 Salaires De 12 Mois « Technicien » 20000.00 Loyer de 12 mois 10000.00 1000.00 Dhs / Eleveur 160000.00 160000.00

ETUDE ECONOMIQUE ET COMMERCIALE : ETUDE TECHNIQUE : I-1 Les Caprins : a/- Données de base : -Poids moyen initial des antenais…………………………………...…6- 8 kg -Gain moyen quotidien…………………………………………… …..0,5 g -Poids final……………………………………………………………..18- 20 kg -Nombre de bandes………………………………………………………..02 -Nombre de têtes à engraisser/bande…………………………………….. .100 -Total des têtes à engraisser………………………………………………..200 b/- –données techniques : 12

Les besoins alimentaires pour l’engraissement des Caprins sont : 200,00 Dhs par caprin / 06 mois. • Besoin en Chèvreries et en petites Matériel :

Les besoins en aménagement des chèvreries pour les 10 éleveurs sont de l’ordre de 1000,00 dhs par chèvrerie:  Abris pour les animaux ;  endroit de stockage des aliments ;  Petits matériels : 500 DH IETUDE ECONOMIQUE ET COMMERCIALE : 1. Définition du produit ou du service : Le projet consiste en l’acquisition de 30 jeunes caprins et leur engraissement pendant -6 mois puis les commercialisés. 2. Descriptif du marché cible: • délimitation géographique du marché cible ;

Notre marché couvre essentiellement la ville d’Essaouira et ses régions. • type de clientèle visé ;

Les clients visés sont les bouchers en premier lieu à hauteur de 70% et les commissionnaires à hauteur de 30%. • points clés du marché ciblé sur le plan de la consommation ; La demande accrue sur la viande des chèvres pendant l’année ; Les fêtes (Aides al Adha, …) L’absence de barrières à l’entrée du marché. Les bienfaits sanitaires du produit. 3. Positionnement de l’offre de l’entreprise : Afin de répondre à nos objectifs commerciales, nous envisageant de mettre en œuvre la stratégie commerciale suivante : - Le marché cible : Essaouira et régions ; - La communication commerciale (fidéliser les clients) ; - Notre large expérience dans le domaine et notre reconnaissance dans la ville (relationnel, notre image dans le marché) ; - Prix compatible avec le pouvoir d’achat de la région (rapport qualité/prix) 13

La vente directe sur le marché locale et les souks voisins. Evolution du chiffre d’affaires : Année 1 Année 2 Année 3 1000 *100= 100.000,00 200*1000= 200000,00 300*1000= 300000,00 Dhs Dhs Dhs

Années Montant

SECTION VI. PLAN FINANCIER : ILe CPC prévisionnel : 1 100000,0 0 2 3

COMPTES DE PRODUITS ET CHARGES (DH H.T.) I-PRODUITS D´EXPLOITATION Ventes de marchandises en l´état TOTAL CHIFFRE D'AFFAIRES II-CHARGES D´EXPLOITATION Achats D’alimentation Achats de jeunes caprins Autres charges externes (transport) Charges de personnel TOTAL CHARGES D'EXPLOITATION III-RESULTAT

200000,0 300000,00 0

30000,00 5000,00 24000,00 59000,00 41000,00

60000,00 90000,00 10000,00 15000,00 24000,00 24000,00 94000,00 129000,00 106000,0 171000,00 0

Gain par Eleveur : 41000 / 10 = 4100,00 DHS / 1ére année 106000 / 10 = 10600,00 DHS / 2éme année 171000 / 10 = 17100,00 DHS / 3éme année.

14

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful