L'ÉNIGME DE LA VIE

Michel Morange P.U.F. | Revue philosophique de la France et de l'étranger
2004/3 - Tome 129 pages 285 à 289

ISSN 0035-3833

Article disponible en ligne à l'adresse:

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------http://www.cairn.info/revue-philosophique-2004-3-page-285.htm

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Morange Michel , « L'énigme de la vie » , Revue philosophique de la France et de l'étranger, 2004/3 Tome 129, p. 285-289. DOI : 10.3917/rphi.043.0285

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour P.U.F.. © P.U.F.. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - ubc - - 142.103.160.110 - 11/11/2011 05h30. © P.U.F.

Pour citer cet article :

Document téléchargé depuis www.cairn.info - ubc - - 142.103.160.110 - 11/11/2011 05h30. © P.U.F.

U. p.142. La question fut posée de manière répétée dans les années 19301940.160.cairn.11/11/2011 05h30. la vie était caractérisée par la présence chez les êtres vivants de structures moléculaires particulières. complétée d’une postface en 2003 en collection de poche. plusieurs réponses différentes. Chercher ce qui caractérise les êtres vivants. n 3/2004. Paris. Michel Foucault pensait même que la question n’avait pas existé avant l’essor de la biologie comme science au début du XIXe siècle2. Les mots et les choses. Les réponses alors apportées furent différentes. © P.F. S’il est une question philosophique qui devrait être au cœur des interrogations de tous les biologistes. p.142. 289 o Document téléchargé depuis www. Notre objectif sera de prolonger la réflexion de Georges Canguilhem en décrivant les transformations de cette question pendant le XXe siècle. et donc l’activité professionnelle de tous ceux qui s’y adonnent. lors de ce qui apparaît rétrospectivement comme l’aube de la révolution moléculaire3.info .103. « Vie ». autant que la nature des réponses ont changé au cours des siècles. © P. .103. 23 (p. Pour Erwin Schrödinger4.U. et son état actuel. La Découverte . en seulement quelques décennies.11/11/2011 05h30.info . L’accélération générale des connaissances. Histoire de la biologie moléculaire. Georges Canguilhem. t.F. 546-553 de l’édition de 1989).ubc . Encyclopaedia Universalis.. Revue philosophique.110 . 2. Michel Foucault (1966).. a permis que se succèdent. 285 à p. Paris. Erwin Schrödinger (1944). 3.L’ÉNIGME DE LA VIE 1. 4. Document téléchargé depuis www. c’est bien celle de la vie.ubc . Cambridge. est nécessaire pour justifier l’existence même de la biologie comme discipline autonome.160.110 . art. en particulier en biologie.cairn. et les distingue des objets matériels. Georges Canguilhem a montré1 que la question « Qu’est-ce que la vie ? » a une histoire : l’urgence avec laquelle il fallait y répondre. Gallimard. Michel Morange (1994). 139. rééd. Cambridge University Press). What is Life ?.

3.info . Jacques Monod (1970). Le hasard et la nécessité. elle révélait son ignorance des progrès récents de la biologie.142. . entre la biologie et la chimie.103.U. The Century of the Gene. La question « Qu’est-ce que la vie ? » appartenait désormais au domaine de la philosophie morte. Ernest Kahane (1962). Il faut d’abord y voir très certainement une désillusion devant les réponses proposées par les biologistes moléculaires.142. le vitalisme et le spiritualisme. François Jacob faisait remarquer que l’on n’interrogeait plus la vie dans les laboratoires3. La question « Qu’est-ce que la vie ? » était devenue taboue. et appelait sur celui qui la posait une forte réprobation . Le Seuil. Il aurait été presque inconcevable de la poser à un étudiant en biologie : le faire ne pouvait que décontenancer celui (ou celle) auquel elle était adressée.286 Michel Morange 1. Paris. Revue philosophique. Max Delbrück voyait dans le pouvoir d’autoréplication des êtres vivants une loi constitutive du monde vivant1. Si l’énigme de la vie trouve son origine dans l’existence d’une information génétique. Harvard University Press. 12 de l’édition de poche. p.info .cairn. 4. 5.F. La caractérisation de plus en plus précise des organismes situés à la frontière entre la vie et la non-vie.U.ubc . François Jacob (1970). © P.cairn. Evelyn Fox Keller (2000).F. comment se fait-il que le décryptage complet de cette information nous en apprenne si peu sur les êtres vivants5 ? Où se cache ce mystérieux programme génétique dont les premiers biologistes moléculaires avaient supposé Document téléchargé depuis www. p. La logique du vivant. Ce qui est tout à fait remarquable en ce début de XXIe siècle est le retour au premier plan dans le monde scientifique de cette question.. Certains biologistes allèrent plus loin et affirmèrent que « la vie n’existait pas »4. Les biologistes moléculaires pensaient que l’énigme de la vie avait été résolue2 : les êtres vivants étaient caractérisés par une chimie particulièrement complexe. © P. Cambridge. 289 o Document téléchargé depuis www. La vie n’existe pas. Science. Paris.11/11/2011 05h30. Max Delbrück (1937). et l’existence d’une information génétique transmise fidèlement au cours des générations. estompèrent peu à peu la frontière entre la vie et la non-vie.11/11/2011 05h30.. 168. Les raisons de ce retour d’une question occultée pendant plusieurs décennies sont diverses. Les signes en sont nombreux : par exemple. « A physicist’s renewed look at biology : Twenty years later ». elle constitue fréquemment aujourd’hui le titre d’ouvrages et d’articles.160. Gallimard. Éditions rationalistes. n 3/2004. 1314-1315. 285 à p. 2.160.110 .110 . « Preliminary write-up on the topic “Riddle of Life” ».103. et celle des mécanismes moléculaires fondamentaux du vivant. tels les bactériophages. 320. in (1970).ubc . p. et une inclination pour les ennemis de la biologie moderne. Paris.

Revue philosophique. ils sont capables de se reproduire avec variations.ubc . Quand elles le sont.U. liées aux conditions particulières dans lesquelles la vie s’est développée sur la Terre ? Si la question « Qu’est-ce que la vie ? » est à nouveau posée.142. ils sont en échange permanent avec l’environnement dont ils utilisent la matière et l’énergie pour assurer le renouvellement de leurs constituants . Henri Atlan (1999).info . parmi les caractéristiques des êtres vivants terrestres actuels. il faut ajouter les travaux sur la vie artificielle. selon tous les auteurs. Trois propriétés des êtres vivants sont étroitement associées. .142. Le monde vivant actuel a été précédé par un ou plusieurs mondes vivants. La fin du « tout génétique » ? Vers de nouveaux paradigmes en biologie. Paris. qu’il contrôlait entièrement la vie et le développement des organismes1 ? La lecture du grand livre de la vie n’en a pas révélé la trace. Christoph Adami (1998).cairn. D’ailleurs la vie a préexisté à l’invention d’une information génétique ayant la forme que nous connaissons aujourd’hui. Introduction to Artificial Life.110 . et celles qui sont contingentes.info . Odile Jacob.110 . à la vie : les êtres vivants sont formés de molécules (macromolécules) chimiques particulières .103. Marie-Christine Maurel et PaulAntoine Miquel (2001). Programme génétique : concept biologique ou métaphore ?. n 3/2004.11/11/2011 05h30. 289 o Document téléchargé depuis www.. Paris. actuellement en plein essor.160.cairn.ubc . elles ne mettent pas en avant la ou les mêmes caractéristiques3. INRA Éditions . de formes de vie extra-terrestres. Qu’est-ce que la vie ? 50 ans après la double hélice. Springer.160. capables de le devenir ? Enfin. New York. 2.L’énigme de la vie 287 1. peutêtre. © P.U. Quelle que soit la forme exacte de ces premiers mondes vivants.11/11/2011 05h30. des réponses n’y sont pas pour autant toujours apportées. 3. L’attri- Document téléchargé depuis www. celles qui sont constitutives du phénomène de vie.F. p. Faut-il se contenter de rechercher des formes de vie extra-terrestres analogues à celles connues sur la Terre en faisant l’hypothèse que toute forme de vie doit nécessairement ressembler à celles que nous connaissons déjà ? Ou doit-on essayer de dégager. © P. ou utilisant même des mécanismes tout à fait différents (comme des surfaces minérales) pour assurer la reproduction des structures et des fonctions. 285 à p. Michel Morange (2003). Quelles sont les relations entre les formes de vie que l’on peut créer dans un ordinateur2 et les formes de vie traditionnelles ? Sont-elles aussi « vivantes » ou.103.F.. les recherches. la nature de cette « chimie complexe » qui serait l’explication de la vie est devenue bien plus floue. possédant peut-être un seul type de macromolécules. Paris. ont quasi naturellement conduit à s’interroger à nouveau sur ce qu’est la vie. Kimé. À ces évolutions internes au domaine de la biologie.

L’achèvement des premiers grands programmes de séquençage a montré que ce qui caractérise la vie. ou de savoir si la liste ainsi établie est complète. Ousia . le pouvoir de reproduction avec variation. coll. La théorie de l’évolution : une logique pour la biologie. Paris.U. Oxford. Bruxelles. est liée au développement de la théorie darwinienne de l’évolution. chez Aristote. bution de ces trois propriétés aux êtres vivants n’est pas nouvelle1. La dernière caractéristique spécifique des êtres vivants. n 3/2004. 2. la biologie. Ricard Solé et Brian Goodwin (2000). Histoire de la notion de vie. constitutive même du phénomène vivant. Patrice David et Sarah Samadi (2000).F. 285 à p. André Pichot (1993). Basic books (Perseus books) . mais la manière dont ces constituants s’auto-organisent pour générer les structures et les fonctions complexes des organismes vivants.110 . Là où les opinions divergent. il manque encore une vraie théorie de la vie.103..U. Il est certainement bien imprudent de vouloir s’immiscer dans un débat aussi vif. Il existe un consensus assez fort chez les biologistes aujourd’hui que ces trois caractéristiques sont étroitement associées à l’état « vivant ». © P. Bernard Feltz. L’étude de ces processus d’auto-organisation serait du ressort d’une nouvelle famille de sciences. © P.11/11/2011 05h30. Flammarion. 289 o Document téléchargé depuis www.ubc .info . Pour d’autres. Par exemple. Oxford University Press.info . de dire celle qui serait fondamentale. Stuart Kauffman (2000). la nature des constituants et l’activité chimique. dont la structure est en partie codée dans le génome. l’observation que les êtres vivants sont en perpétuel échange.160. les sciences de la complexité. Investigations. 3.F. au début du XIXe siècle. « Tel ». liées aux conditions particulières qui régnaient à la surface de la Terre lorsque les premières formes vivantes se sont développées. avant de jouer un rôle particulièrement important dans la construction d’une science du vivant. M. elle aussi faite dès l’Antiquité.142. et donc en perpétuel « déséquilibre ». New York.) (1999). Signs of Life : How Complexity Pervades Biology. .288 Michel Morange 1. Gallimard. seraient.160.110 . ce n’est pas la nature de ses constituants de base. coll. sera très fortement valorisée par le courant vitaliste.142. « Champs Université ». Crommelinck et Philippe Goujon (éd. Revue philosophique. De même. métabolique. alimenté en permanence par l’afflux de nouvelles Document téléchargé depuis www.. Autoorganisation et émergence dans les sciences de la vie. elles. les darwiniens considèrent que le pouvoir de reproduction avec variation est à la base des phénomènes vivants2 .11/11/2011 05h30.ubc . c’est quand il s’agit de les ordonner. Paris.103. aujourd’hui en plein développement3. L’idée que ce qui caractérise les êtres vivants est leur structure et leur organisation trouve ses racines dans l’Antiquité.cairn. avant d’être réinterprétée au XIXe siècle comme une « anomalie » thermodynamique. p.cairn.

U.info .cairn.F.160. dans ces trois caractéristiques fondamentales sur lesquelles s’accordent les biologistes..U. © P. .cairn. même si les êtres vivants sont des êtres complexes. Nul doute que la découverte d’une vie extra-terrestre aurait un impact « philosophique » encore plus grand que celle des « sauvages d’Amérique » n’a eu. 289 o Document téléchargé depuis www.142. © P.160.ubc . n’apporteront pas beaucoup à la compréhension des phénomènes vivants.F. ce qui ne veut pas dire que ces théories. sur la pensée européenne. à condition précisément de renoncer à vouloir que l’une soit plus fondamentale que les autres. pendant plus de trois siècles. des échanges métaboliques riches et le pouvoir de reproduction – dont rien ne nous permet de dire qu’elles étaient « forcément » appelées à se lier.L’énigme de la vie 289 École normale supérieure. n 3/2004.110 .. sous leurs différentes formes.info .11/11/2011 05h30. p. Nous ne pensons pas que les théories de la complexité soient « la » solution de l’énigme de la vie .ubc .103. La vie est le résultat d’un couplage entre trois caractéristiques – des structures complexes.11/11/2011 05h30.103. Il nous semble que la réponse à la question « Qu’est-ce que la vie ? » est déjà là. Document téléchargé depuis www.142. observations : risquons-y nous cependant en conclusion.110 . Revue philosophique. le plus important est que nous disposons aujourd’hui – ou que nous disposerons d’ici peu – des instruments permettant de rechercher les marques de la vie sur d’autres planètes de notre système solaire. et même sur des planètes tournant autour d’autres étoiles. Michel MORANGE. Être complexe n’est pas cependant être vivant. Au-delà de ces spéculations. Ce couplage a permis d’engendrer un processus historique qui a lui-même généré les caractéristiques associées aujourd’hui aux êtres vivants. 285 à p.