You are on page 1of 18

LA PESTE

A)INTRODUCTION
 la peste est une maladie infectieuse décrite depuis l'antiquité  elle est due a yersinia pestis ou bacille de ersin! bacille " #RA$ N%#ATI& immobile'capsul('e)tremement *irulent+  C'est une maladie a déclaration obli,atoire a l'éc-elle nationale et internationale  .a peste est une /oonose des ron,eurs! elle se transmet a l'-omme par piqure de puces infectées ' c'est une maladie a 0 ACT%UR1 2

.e rat! la puce! l'-omme+
 Il est classique de décrire 0 ,rande pandémies dans l'-istoire de la peste 2 34la premi(re! la peste 5ustinier'de 6Ie au 6IIIe si(cle+ 74.A 1%COND% OU 8%1T% NOIR% DU 39%$% %T 7:%$$% 1I%C.%+ 04.A 0%$% ACTU%..% ;UI A D%<UT% AU CONTUR1 D% .A C=IN% %N 3:>? %..% AT%INT Actuellement l'Afrique! l'Amerique'l'Asie  l'Al,érie a déclare des cas de peste dans la @ilaya d'Oran en 7AA0!BAans Cpres le dernier cas  .a peste est considéra par l'O$1 comme une maladie ré émer,ente dans le monde  .ors d'une épidémie! la transmission peut se faire par *oie respiratoire inter -umaine si l'un des malades est atteint d'une lésion respiratoire ou*erte+  l'indi*idualisation de 0 aspects cliniques 2 peste bubonique' peste pulmonaire' peste septicémique est classique+  Un dia,nostic d'ur,ence est nécessaire de mani(re a mettre en place les mesures pré*enti*es! il repose sur la $%% du yersinia pestis soit par l'e)amen direct ou par culture dans les prél(*ements Dpus du bubon! crac-at) ou par -émoculture ' la sérolo,ie est trop tardi*e et incertaine ' .a 8CR est une mét-ode sensible+ %n post mortem des prél(*ements peu*ent Etre Fustifie  pestis est naturellement résistance au) < lactamines'sensible au) aminosides ' cyclines! quinolones' Trimit-oprimes' sulfamet-o)a/ole' a la rifampicine

a deu)i(me pandémie tue en %urope de 7B " ?A millions de personnes D0A " ?A H de la population) entre 30?: et 30B7+ #uy de C-auliac en 30?: décrit les deu) formes maFeures de la maladie! la peste bubonique et la peste pulmonaire+ De cette période date le premier traitement! incision et cautérisation Du bubon+ %lle se prolon.uérir pratiquement tous les suFets atteint ' si le d. .Iépidémie de peste de $arseille en 397A et celle de $oscou en 3993  Un si(cle plus tard sur*ient la troisi(me pandémie qui débute %n C-ine *ers 3:BB et qui diffuse " partir de =on.I-omme et le rat+  Cette épidémie créa en Inde seulement 30 millions de morts+ .a peste est une maladie a potentiel épidémique qui Fustifie un D#C précoce et e)i. oL ersin identifie! en Fuin 3:>?! le bacille dans les bubons de 8estiférés! puis de cada*res de rats+ ersin reproduit la peste par Inoculation c-e/ le rat et conclut " lIidentité de la maladie c-e/ .c est posé " temps  la peste a lon.e FusquIau J6IIIe si(cle marqué par .a premi(re! la peste de 5ustinien! débute en G.e TRT antibiotique et le TRT symptomatique est tr(s efficace et permet de .ypte et ra*a.e4le 8ourtour méditerranéen du 6Ie au 6IIIe si(cle+ 8rocope en fait la 8remi(re description clinique+  .a peste reste une maladie dIactualité! C) %tiolo.temps! été la maladie infectieuse ayant la plut -aute mortalité! actuellement le pronostic est bien meilleur et en fonction de la précocité deTRT  . Kon.e une déclaration obli.e premier *accin anti pesteu) est mis au point par =affMine en 3:>9 et la transmission par la puce est démontrée 8ar 1imond en 3:>:+ %n 3>??! $eyer et ses collaborateurs Démontrent la sensibilité de 8asteurella pestis " la streptomycine et %n 3>?9 " Antananari*o D$ada.atoire au) autorités sanitaire nationale et inter nationale afin de lances une enquEte épidémiolo.ie .ascar)! #irard obtient la premi(re #uérison dIun cas de peste pulmonaire par cet antibiotique qui Demeure touFours le traitement de référence+ .ique pour identifie la source et les personnes e)posées+  Des *accins contre la peste ont pendant un temps! été utilises mais leur efficacité n'a pas été prou*ée <)--istorique  1on -istoire moderne se di*ise en trois pandémies+  .

ine .eurs et les mammif(res+ .TURAUJ + pestis est aéroanaérobie facultatif+ Il pousse sur des milieu) usuels %n donnant des colonies plus petites que celles des autres %ntérobactéries+ .a lenteur du Dé*eloppement dans ce milieu et lIabsence de trouble différencient + pestis des autres entérobactéries+ 1ur .ent 8at-o.U%1 Il e)iste trois *ariétés d' + 8estis 2 orientalis! antiqua et medie*alis! Distin.% A #RA$ N%#ATI& De 3!B Pm sur A!? Pm+ Il présente en culture! des formes coccobacillaires associées " des formes bacillaires " bouts ronds en Courtes c-aOnettes de trois " cinq éléments! " #ram né.atif! Immobiles Famais fla.34A.a plupart de ces facteurs sont codés par trois plasmides! .ellés Dcontrairement " + pst et + etcl)! CARACTNR%1 CU.(ne de la peste+ .mentées+ 1on aptitude au .O#I.ile et des dépTts floconneu)+ .rap-ique' des souc-es sont .lycérol est liées l'ori.élose ordinaire! + pestis produit apr(s 0S -eures dIincubation De petites colonies claires " peine *isibles ' en ?: -eures ces colonies Attei.rap-iques différentes 8%1TI1 n'est pas protéolytique et ne produit pas d'indole son acti*ité fibrinolytique serait lies a sa *irulence 4la fermentation du ..uliers et non pi.%NC% + pestis poss(de plusieurs facteurs de *irulence importants pour sa 1ur*ie c-e/ la puce! les ron.ent pat-o.éo.e .olia'afrique centrale) &ACT%UR1 D% 6IRU.lycérol positif sont des souc-es des foyers anciens Dmon.lissement! quand on .éo.uables par certains caract(res bioc-imiques et correspondants " des répartitions .U%1 + pestis apparaOt dans les cultures usuelles comme un petit bacille COCCO <ACI.enre ersinia comprend trois esp(ces! + pestis! + pseudotuberculosis D + pst) et + enterocolitica D + etcl) De)4 + 8seudotuberculosis <) et fait partie des %nterobacteriaceae+ CARACTNR%1 $OR8=O.e plasmide pCD3 permet lIin-ibition de lIinterféron c et du tumor .nent 7 mm de diam(tre+ %lles sont rondes! crémeuses! " bords Ré.a pousse! est tr(s é*ocatrice+ CARACTNR%1 <IOC=I$I.a température de culture optimale est 7940A QC! $ais il pousse sur lIeau peptonée de 47 QC " R ?B QC+ Il tol(re des p= De B " >!S! %n milieu liquide! la culture! tout en restant limpide! produit en ?: -eures un *oile fra.(ne ersinia pestis ou bacille de ersin De)48asteurella pestis) est lIa.

elés DS mois) et les déFections de puces+ D) 8AT=O#%NI%2 4a la suite de l'inoculation par piqure de puce ' l'infection s'installe au ni*eau du ## satellites réalisant une suppuration locale Dbubon) et un tableau to)ique .ocytose et d'AC spécifique Il e)iste é.erme To)ino.I%U %JTGRI%UR Dans le milieu e)térieur cIest un bacille sensible " la c-aleur! au 1oleil et " la dessiccation+ Il est tué par c-auffa.(nes codent pour plusieurs facteurs de *irulence! 8ermettant la fabrication dIune endoto)ine lipopolysacc-aridique et .aniques! il sur*it plusieurs semaines+ 1a sur*ie %st prolon.(ne DIen*eloppe &3! qui permet la résistance " la p-a.es+ .ermes D0seulement sont spécifiques) 4l'A# de l'en*eloppe Dt-ermolabile) A# somatique Dt-ermostable) .enese2 8%1TI1 élabore 7to)ines2 4une e)oto)ine proteique'-ydrosoluble ' t-ermolabile 4une endo to)ine lipo polysacc-aridique non soluble! elle a un tropisme neurolo.ique et *asculaire+ 1UR6I% %N $I.Iabsorption de fer e)o.e la bactérie de la p-a.alement un A# 6I +A#6+ %T U qui seraient le support de la *irulence du .(nes qui codent lIanti.ée dans les terriers " lIabri du soleil et de la dessiccation D0 mois! commission an.laise des Indes pour la peste)! dans les Cada*res .ra*issime' déterminant une atteinte multi *iscérales ' notamment les poumons' .Iabsence dIanticorps polonisant! et la to)ine murine DIautres .(ne! facteur de croissance essentiel pour de Nombreuses bactéries+ 8ropriété anti.(ne réalisant un tableau .'A# de l'en*eloppe 'qui prot(.ocytose en .e " SA QC en 3A minutes+ Il est sensible au) antiseptiques usuels! au) sulfamides %t au) antibiotiques+ Dans lIeau ordinaire! il résiste de 3A " 7A Fours! 3 semaine dans de lIeau de mer! 7A " 0A Fours dans lIeau distillée+ Dans les liquides or.énéral dans lesquelles les polysacc-arides capsulaires et les to)ines de 8%1TI1 Foue un rTle important 4.e plasmide p&ra contient les .énique2 43SA# sont connus! beaucoup étant communs a d'autres .Necrosis factor a produit par les macrop-a.a dissémination peut se faire par *oie -émato.

eurs et des conditions écolo.a contamination -umaine reste un accident de cette c-aine le réser*oir sau*a.éo.eurs ' leur puces spécifiques et leur en*ironnement Dterri(re) 8ériodiquement ' du fait de la dynamique de la population des ron.rap-ique2 4les /ones de peste présumés ou probable et les foyers pesteu) connus sont nombreu)' mais le nombre de cas de peste est peu important .e et se)e2 .es puces transmettent la peste a l'-omme lors d'un repas san.énéral Répartition .e et le se)e ne semblent pas influencer la récepti*ité de la peste+ C'est essentiellement la profession et le mode de *ie qui Foue un rTle ' les professions e)posées sont celle au contact des ron.ie de la peste est d'abord représente par la c-aine rat4puce ou plutTt ron.roupées lors d'une épidémie)  lors d'une épidémie 'la transmission peut se faire par *oie respiratoire inter -umaine si l'un des malades atteint d'une lésion respiratoire ou*erte A.'épidémiolo.es surtout Dforesteries' trappeurs' c-asseurs) ou les compteurs' et les rurau) en .eurs sau*a.ique ' le risque épidémique des autres esp(ces des ron.ue D) Gpidémiolo.-anistan!a/erdaidFan'russie'Asie centrale' c-ine' *itnam!Afrique de l'est DMynia)'$ada.a contamination par *oie respiratoire conduit ' apr(s une incubation tr(s courte a une pneumopat-ie in*asi*e a*ec Vd(me lésionnelle responsable d'une détresse respiratoire ai.ique2 =abituellement 0 mét-odes2 .'C.ie réser*oir4transmission2 .ion d'IRAN 'Murdustain'en inde' af.ascar' Amérique de sudDbrésil) 'ouest des états unis' %n 3>:7 O$1 comptait 930cas de peste -umaine dont 0S mortels se repartissent entre l'Afrique de l'ouest et du sud! l'asie du sud et du sud 4est! l'Amérique+ $odalités épidémiolo.eures Drats urbains) et de puces et notamment puces ant-ropop-iles risquent alors d'Etre implique  .es comporte des petits ron.eurs W puce .a peste est encor présente dans certain ré.uin Dcas ..

es cas -umains n'e)istent que parmi les professions e)posées Dc-asseur) en contact a*ec les ron.'IN6A1ION2 %lle est e)trEmement rapide Dqq -eurs) et bruyante la tQ atteint 0>!B 4?AQC en quelque =%UR1! accomompa.a peste anadémique est la contamination dIun .U%2 .U%2 .U%2 .eurs domestiques n'inter*iennent pas et l'infection n'atteint pas les -abitations+ .U%2 >A A >BH des cas de peste ' la pénétration du .anisme se fait par l'intermédiaire de piqure d'une puce infectée il s'a.ion Directe Dpeste pulmonaire) localisation pulmonaire secondaire au cours d'une peste bubonique en relation a*ec les conditions climatique Dfroid -umidité) 04la peste ANAD%$I.U1 T%$8ORAIR% et les cas plus nombreu) si la contamination inter -umaine se produit Dectoparasitoses -umains' peste pulmonaire) on parle alors de peste anademo épidémique modalité la plus meurtriere D) %TUD% C.erme dans l'or.es ron.e inter-umain+ %.34.INI. D:"3AFours) sont rapportées ' elles sont e)ceptionnelles+ 74.née de frissons et de .A 8%1T% %ND%$I.% 1% RA8ROC=% D% .A 8%1T% <U<ONI.'indi*idualisation de 0 aspects cliniques peste bubonique 'peste pulmonaire 'et peste septicémique est classique nous les conser*ant quoi que le 0 eme type soit plus une forme é*oluti*e des 7 précédentes mEme dans les septicémies dites primiti*es qui sont en fait des formes bubonique " bubon inapparent a) .eurs sau*a.A 8%1T% %8ID%$I.es en foyers d'en/ootie' c'est le type de peste que le rencontre au) %tats4Unis l'épidémisation inter -umaine est possible 74.U%2 Ou deu) modalités peu*ent e)ister2 Contamination par l'inter*ention massi*e des ectoparasites -umains Dpeste bubonique) ou bien par conta.A 8%1T% %ND%$I.roupe " Une mEme source! sans conta.it d'une maladie par inoculation 34INCU<ATION2 %lle est silencieuse est dure de7 " 9 Fours D<oyce) ou de 3 " S Fours Dmollaret) des incubations plus courtes Dqq -eurs) ou plus lon..U% $AI1 1ON CARACT%R% %1T 8.

estifs 2 la persistance de *omissement est *ariable! une diarr-ée abondante succ(de a la constipation initiale! la soif est intense et il e)iste une oli.énéral ' de cép-alée de nausées elle peut Etre discr(te + 048%RIOD% D'%TAT2 .uinale ou de la ré.ion a)illaire a*ant l'e)istence de toute tuméfaction .ADI% son apparition est précoce 7A"0AH des patients décri*ent des douleurs et une tentions de la ré.a description d'un facies particulier Dfacies pestica) n'a en fait rien de pat-o.e <U<ON2 %1T .'incoordination motrice est le si.ion in.'endoto)ine est é.itation ou stupeur ' *oir typ-ose .*omissement 'parfois ces symptTmes sont précédée d'un malaise .e ds le territoire lymp-atique drainant la ré.e coma est de mau*ais pronostic .A $A.nomonique 'il traduit l'installation brutale d'une maladie infectieuse sé*(re 'la fQ peut Etre continue !rémittente ou irré.% $AITR% 1 $8TO$% D% .es localisations parotidiennes! sous cla*iculaire ' epitrocc-leennes' poplitées! sous pectorales mediastinales sont plus rares Des formes a*ec bubon retro péritonéau) décou*erte a la laparotomie sont rapportées Ce bubon est -abituellement unique! les localisations multiples ne sont cependant pas e)ceptionnelles rapportées ds 3BHdes cas .uino4 fémorale est le plus fréquemment atteint 6iennent ensuite les ré.ions a)illaire D7AH) puis cer*icales D3AH) sous ma)illaire surtout .#I.ion in.U%1 DU 1 NDRO$% TOJI.es 7X0 présentent une AD8 palpable ds les 7 premiers Fours de la maladie ce bubon donc a rec-erc-e précocement 'le bubon si(.ion du point de pénétration de bacille 'que l'on peut parfois retrou*e ds la ré.iques a type de CI6D .U%2 1eraient dues a la to)ine pesteuse ' ces manifestations sont nombreuses ' *ariables' in*ersion du cycle nyct-émérale! délire ' a.urie+ a l'e)amen! on peut noter une discr(te =8$! une conFoncti*ite discr(te est fréquente + .alement responsable des manifestations -émorra.%1 $ANI&%1TATION1 N%URRO.ne le plus fréquent Ddémarc-e ébrieuse du début puis lenteur et incoordination des $6T1 *olontaires)' on y rattac-e des troubles de la parole Ddysart-rie) des troubles sensorielles D-allucinations auditi*es ou *isuelle) peu*ent se *oir .uli(re reste au) alentours de 0>!B4?AQc il peut a*oir dissociation du pouls Il e)iste des troubles di.

ors de localisation cer*icale! l'Vd(me est tr(s important au ni*eau du *isa.iques De)trEme conta.uérison spontanée D3A"7AH) est possible ' elle est lon.ra*ité Dmortalité Cte 2 en l'absence de TRT précoce) mais surtout par ses caract(res épidémiolo.nes .énérau)! une diminution de l'aspect p-le.a peste pulmonaire primiti*e 2 ou pneumo peste est la localisation I de yersinia pestis sur le poumon' est la forme maFeure de l'infection par sa .it de la peste pulmonaire secondaire' touFours mortelle par ailleurs' elle peut prendre l'aspect d'une pneumonie franc-e lobaire ou pluri lobaire ou d'une bronc-o4pneumopat-ie %lle est " l'ori.$ONAIR% .iosité) lies surtout " des facteurs climatiques D-umidité et froid) .lotte! entraine une dyspnée parfois intense ?4%6O.nes .ression rapide des si.nes .ue ' marque parfois par des morts subites 4l'AT<t-erapie'qui est la une ur...e et du cou! mais aussi de la .es caract(res du bubon sont *ariable 2 mobile au début rapidement ad-érer au) tissus *oisins! son *olume est *ariable D3"3Acm) difficile " apprécier en raison de la periadenite fréquente' elle est constamment douloureu)! la peau en re.A 8%1T% 8U.ard est éryt-émateu)! .énérau) alors que le bubon n'é*olue rarement *ers la suppuration 'AT< bien codifiée é*ite les C$81 +l'apparition d'une éosinop-ilie a la p-ase de con*alescence est de bon pronostic+ B4CO$8.ence 'a radicalement transformes le pronostic! elle entraine une ré.ICATION12 .énérau) s'a.UTION2 4en l'absence de TRT! les si.moneu) du bubon qui s'ou*re ds la peau 4la &Q tombe alors ' le bubon *a suppurer plusieurs semaines ' mais le bacille pesteu) n'y est plus retrou*ée' la con*alescence est lon.ue' s'amorce au : eme Four par une diminution des si.es complications locales sont pour la plupart -istoriques 2 infection secondaire du bubon a*ec escarre et perte de substance! *oir ulcention *asculaire' complications oculaire! endocardite' ort-rite'marasme pesteu) 4Une Complication est cependant redoutable car elle permet la dissémination de la maladie par épidémisation inter-umaine2 il s'a.ine des épidémies de peste pulmonaire primiti*e2 par In-alation de yersinia pestis b) .ra*ent on note des troubles cardio *asculaires! le déc(s sur*ient -abituellement apr(s une semaine d'é*olution lors d'un syncope brutale ou apr(s une courte p-ase comateuse 4la .

enique ou lésionnel ou bien lors d'une syncope  .le tableau se constitue 04.es 1i.'e)pectoration! d'abord banale! de*ient rapidement framboisé Dconsistance et couleur du sirop de framboise)2 %lle fourmille de y4 pesties .'aspect radiolo.'%6O.es 1i.UTION2  1ans TRT elle est fatale en 7" 0 Fours! dans un tableau de défaillance cardiaque par Vd(me pulmonaire 2 cardio.nes radiolo.'INCU<ATION2 %lle est plus br(*e que dans la peste bubonique D7"0Fours) elle n'est par fois que de quelques -eures 34.r(s de la réanimation .'IN6A1ION2 %lle est brutale a*ec un cloc-er t-ermique 2 ?A4?3Qc! un malaise .nes .ique est le R 16T celui d'une pneumonie ou d'une bronc-opneumonie! a*ec parfois ca*itation! pou*ant faire é*oquer une T<C pulmonaire ?4.nes p-ysiques pulmonaire 2 sont pau*res! parfois absent on note parfois un frottement pleural! des rCles parenc-ymateu) ou un souffle tubaire .'AT<pie ne sera efficace pas si elle est précoce! mal.De 3>9B " 3>9: !: cas ont été rapportés dans l'état du nou*eauYme)ipe au) U1A' d'autres cas rapportés ds ce pays montrent qu' ils sur*iennent surtout parmi le personnel de laboratoire manipulant les cultures de yersinia pestis ou les animau) infectes e)périmentalement ds les autres foyers de peste cependant! la contamination se fait leR s*t par contact rapproc-é a*ec un cas de peste bubonique ou de peste pulmonaire secondaire ! ou alors " partir d'indi*idu présentent une peste pulmonaire primiti*e 34.ré les pro.énéral! des cép-alées! des nausées ou des *omissements 8arfois e)iste une sensation d'oppression t-oracique sans tou) ni dyspnée l'e)pectoration est banale Des si.iques de pneumonie peu*ent e)ister " ce stade! précédant alors la manifestation clinique respiratoire ' 3:" 7?.A 8=A1% D'%TAT2 .énérau) sont ceu) de toute peste sé*(re au) quels se suraFoutent des 1 d'atteinte respiratoires2 Oppression t-oracique! tac-ypnée superficielle! cyanose et tou) .

ite locoré.A 8%1T% 34&OR$% 1%.it d'une peste bubonique " bubon cliniquement imperceptible Dbubon cac-ée de Uri.énérau)+ 4l'autre aspect est celui de Z pestis minor Zou tout les si.%1 &OR$%1 A $ANI&%1TATION CUTAN%1 .ne to)ique! CI6D! le coma sur*ient rapidement et préc(de de peu le déc(s! ces manifestation sont celle d'un c-oc endoto)inique+ Un trt AT< précoce et des mesures de réanimation peu*ent mettre une .e début est brutal a*ec &Q?AQc si.c).énérau) présent mais peu intense) 4la peste le*issime de lé.U% Il s'a.%1 &OR$%1 C.ulopat-ie de consommation a*ec manifestation cutanées et *iscérales lors d'une CI6D  .nes .ON .nes sont minime DAD8' si.U%1 D% .ionale au point d'inoculation il n'ya pas de si.alement des formes c-roniques a*ec des bubons suppures ou non! é*oluant par poussées inflammatoires ne modifiant pas le comportement normale des malades! bien qu'étant la cause d'un certain de.A 8%1T% 1%8TIC%$I.uin de 8%1TI1 est constante la peste primiti*e septicémique est par contre ' discutée +en fait il s'a.A &OR$% &OUDRA ANT% pestis siderans Cette forme correspond a une peste septicémique a*ec c-oc endoto)inique! cliniquement les malades serraient frappes brutalement au cours de leur acti*ité! tomberaient rapidement ds le coma et sont emportées en quelque -eures  .nes .ré de faiblesse et d'anémie 74&OR$% 1 $8TO$ATI.A #RA6IT%  &OR$%1 <%NI#N%1 on en compte trois 2 4la peste ambulatoire de nopier Dmolaret) se présente a*ec une *ésicule a*ec une lymp-an.U%  .%1 &OR$%1 C=RONI.U% 2 DB " 3AH des cas) A la p-ase or.A &OR$% =%$ORRA#I.-t) mais touFours retrou*e " l'autopsie Z peste " bubon inapparent de DuFardin4 <eaumet/ Z+ .uérison! on rencontre plus fréquent cette forme c-e/ l'enfant et le NR1+ .anique' la pullulation san.it le plus sou*ent d'une coa.er réalise un aspect encore plus fruste  .U%1 1impson " décrit des cas lesquels la peste suit une marc-e c-ronique depuis son début ' l'autopsie décou*re des abc(s ds les poumons! le foie et la rate semblable " ceu) qu'on trou*e c-e/ les petits animau) Il y' a é.INI.

lent ou -émorra.ne la périp-érie! il apparait s*t sur cette dernier une couronne de pustule l'ensemble aboutit " un ulc(re torpide  .it en fait de la localisation mediastinale de *olumineuse AD8 pesteuses   .alement possible Z*ariole pesteuseZ ces lésions cutanées semblent a*oir été fréquente au cours de la peste ZnoireZ du moyen C.ite tantTt elles ré.nalé+  .ine bacteriemique) Une éruption pustuleuse .% .ique et brunCtre+ %lle finit pour s'ou*rir et l'ulcération aboutit " une plaque rou.it d'une lésion primaire Des lésions secondaire peu*ent apparaitre! notamment ds les pestes buboniques .e .ine pseudomembraneuse! " différencier de l'an.% C=AR<ON 8%1T%UJ 1ucc(de l'é*olution de la p-lyct(ne précoce la sérosité initialement opalescent de*int sero Wsan.énéralisée est é.daliennes! allant de la sin.ressent sans séquelle! tantTt elle é*olue *ers le c-arbon pesteu) 8%1TI1 est retrou*e ds le liquide de la lésion cutanée il s'a.A 8=.a forme an.ner de lymp-an. CT%N% Appariant " la fin de la période d'in*asion! touFours a*ant le bubon elle constitue par une petite *ésicule contenant une sérosité ric-e en .1oit " type de p-lyct(ne! soit " type de c-arbon! succédant " la p-lyct(ne! ces lésions correspondent -abituellement au point de pénétration du bacille .a forme osseus*e 2 ostéomyélite pesteuses .ée a*ec bubons cer*icau) et manifestation amy.ineuse ou omy.ermes et peut s'accompa.le -ypertrop-ie " l'an.ine dip-térique .a.ra*es Dulc(re nécrotique! c-arbon lors des métastases suppurées secondaire d'ori.dalienne 2 " inoculation p-aryn.A &OR$% #A1RO INT%1TINA.A &OR$% $%DI1TINA.% Il s'a.'e)istence d'une forme #I primaire de la peste a*ec l'aut-entique bubon au ni*eau ##s mésentériques! " été tr(s contro*erse ' par contre l'intensité des manifestations #I au cours de la peste bubonique a*ec *mts et diarr-ées incessantes! présence de san. ds les *mts ou ds les selles ' sensibilité et météorisme abdominal indi*idualise cliniquement cette forme ' l'ict(re n'a été que rarement si.eCtre! circonscrite ou difuse! rapidement nécroses en son centre! cependant que la nécrose .

o4encép-alique ou décours d'une peste bubonique n'est pas rare .(e 2 la localisation ménin.a .ite secondaire 2 est considérée comme une localisation air 7 Au) cours d'une peste bubonique! apprissent une ou 7 semaines Apr(s le bubon surtout si le TRT a été mal conduit On la rencontre aussi au cours de la septicémie pesteuse .ite ai.ue! .a forme du suFet antérieurement *acciné2 1ur*ient A distance de la *accination anti pesteuse! peu*ent Etre de meilleurs pronostics %48RONO1TIC2 4la peste a lon.irait alors de ménin.a mortalité de la peste bubonique non traitée *arie sui*ant les épidémie et les pays+ 4le tau) de mortalité est plus éle*é c-e/ les patients ayant une peste pulmonaire secondaire! des bubons a)illaires ou multiples une -émoculture positi*e ou un trt inadaptée ou plus de SA ans+ .e NR1 fait touFours une forme .CR retrou*e 4pestis! une pléiocytose neutrop-ile! une -ypo.a ménin.ée ou R rarement menin.a forme del'enfant2on distin.ra*issime! 16T septicémique d'emblée  .uérisons des parturientes! a*ec accouc-ement " terme ou presque! d'un enfant normal+ .e Nné2 peut " infecté Dseules les conditions de *ie du Feune enfant peu*ent l'e)poser moins que l'adulte au risque d'infection Y.temps été la maladie infectieuse ayant la plus -aute mortalité+ .ie est celle d'une ménin.ON .a symptomatolo. .ra*ité de cette forme pour l'embryon ou le fVtus est donc " considérer+  .'e)amen du .'A#%  .lycoroc-ie et une -yperprot(inorac-ie Cette ménin.ite pesteuse primiti*e n'est pas! tout comme la septicémie pesteuse I6e' il s'a.a forme menin.ue2 Y.a forme de la femme enceinte2 %lle conduit le R s*t " l'a*ortement mais depuis l'(re des At<! on décrit des .a peste pulmonaire était mortelle " 3AAH a*ant l'arri*ée des AT<+ .a forme oculaire2y4pestis peut pénétrer par la conFoncti*e! donnant alors une conFoncti*e purulente unilatérale a*ec AD8 pré auriculaire D'autres manifestations oculaires sont possibles Dirido Wcyclite! Mératite! panop-talmie [++) 04&OR$% 1%.ite pesteuse 7air2! au cours d'une peste " bubons inapparents  .

ique 2 4 /one endémique 4notion d'épidémie Ar.ique 2 A partir des prél(*ements 2 pus de bubon Dpeste bubonique)! crac-ats Dpeste pulmonaire)! -émoculture Dpeste septicémique)! apr(s transport sur milieu .uant " la pCR en temps réel! .ées contre l'A.4 le pronostic est bien meilleur et en fonction de précocité de TRT en débutant le trt a*ant de 97 -eures pour une peste bubonique et a*ant la 3B-eurs pour une peste pulmonaire primiti*e est pratiquement la r(.ument clinique 24peste bubonique 4peste pulmonaire 4peste septicémique Ar.I1A 4 la mise en culture etl'identification de y+p Actuellement! des tests D#C rapides sur blondelettes détectent l'A.élose! les principale mét-odes de D#C de la peste sont2 4l'obser*ation au microscope d'un frottis apr(s coloration de .c é*oqué !sa confirmation ne peut Etre que biolo. &3 Ils se présentent sous forme de blondelettes immunoc-romatique Ils sont capable de détecter en 3B mn des concentrations l'A.ion -abituellement indemne . Xml minimum ils ont une durée limite d'utilisation de 73Fours " SA c A la sensibilité et la spécificité sont 3AA\ .e trt de*ra e débuté rapidement tant pour le malade que pour é*iter la conta.ument biolo. f 3 ils permettent de dépister la peste Ils utilisent des AC monoclonau) diri.ion! qui est! comme on l'a *u ! tr(s important en cas de peste pulmonaire par e)emple Alors! un D#C d'ur.ion en elle est totalement inconnue le d.ique ' .c ' ceci d'autant plus que la rapidité des transports aériens peut permettre 2 un malade en incubation de débuté sa malade ds une ré.ion d'endémie ou lors d'épidémie! il en et autrement en ré.ram! montre présence de coccobacille #ram 4! ou bipolaire en coloration de @ayson ou de #iemsa+ 4la détection de l'A. &3sp(cifique de y pestis par %. & 3 de A!B m.le+ &) DIA#NO1TIC2 34DIA#NO1TIC 8O1ITI&2 1i le D#C peut facile en ré.'important est donc de penser au d.I1A 4détection de l'AC &3 par %.ence est nécessaire de mani(re " mettre les mesures pré*enti*es+ AR#U$%NT épidémiolo.

ra*ite des si.énérau) associe au bubon doit faire écarter 4les adénites ai.c est difficile+ On pourrait le poser de*ant la .énérau) ' le caract(re de l'e)pectoration Zsirop de framboiseZ sinon ' on é*oque surtout 2 4les pneumopat-ies nécrosantes DMlebsielles! .c D-émoculture) #) TRAIT%$%NT2 <UT D% TRT2 4réduction de la morbidité la létalité par d.ionella pneumop-ile! *oir tbc) 4en milieu tropicale! en de-ors de la notion d'épidémie! c'est surtout les pneumonies tropicales ai.icale  Ds les localisations atypiques! de nombreu) d.ion inter-umaines et d'épidémies+ .es localisations abdominales Drétro péritonéales) peu*ent simuler une ur.ues banales 4les adénites spécifiques Dtbceuse ' *énériennes' filarienne'neoplasique ' mdies de Nicolas &a*re ' tularémie)  .nes .c'est une mét-ode sensible dont les résultats sont reproductible! mais elle doit " encore é*aluée dans les conditions de terrain 4la sérolo..'importance des si.c précoce et un trt immédiat des cas suspects+ 4limiter les formes pulmonaires secondaires! source de conta.ue Dparasitaire! bactérienne) 4de*ant la peste septicémique " bubon inapparent 2 .c peu*ent Etre é*oqué a*ant de penser " la peste+ 4de*ant la peste pulmonaire2 1ur*enant au cours d'une peste bubonique! la localisation pulmonaire ne pose aucun probl(me d.c est difficile -ors de tout conte)te épidermique+ On peut é*oquer2 4 une &T 4paludisme %n l'absence de notion d'épidémie! c'est le labo qui faire le d.ence c-irur.nes .c est facilement é*oqué+ 4en de-ors de ces 7cas ' le d.ermes anaérobies! e)ceptionnellement " le.! poumon! rate! moelle osseuse) peu*ent Etre Fustifiées+ 74DIA#NO1TC DI&%R%NTI%.e d.s+ %n période épidémique le d.2 4de*ant la peste bubonique2  .ie est trop tardi*e et incertaine Dréactions croisés) 4en post mortem des prél(*ements D.

Ienfant de plus de 9 ans) et lIo)ytétracycline D0AA m. en dose de c-ar.ACTA$IN%1 mais reste sensible au) aminosides Dstreptomycine! Manamycines) au) cyclines! au) c-loramp-énicol! au) quinolones ' sulfamet-o)a/oles! trimet-oprimes! " la rifampicine+ 34.XF pour . ]M.e c-loramp-énicol est lIantibiotique de c-oi) lorsque le traitement Nécessite une bonne pénétration tissulaire comme dans les $énin.XF c-e/ lIenfant de plus de 9 ans) sont Recommandés en traitement per os . ? foisXF c-e/ .'action spectaculaire de la streptomycine sur toute les formes de la peste ' " constitué l'une des plus remarquables acquisition de l' atb Dose2 BA m.ie .ie cutanée 7 Manamycine2 %st é.a tétracycline D7 .alement une alternati*e en cas de contre4indication de .XM.Xsulfamét-o)a/ole ?AA m.%1 AT< 2 y pestis est naturellement résistant au) < .XM.ique pour identifier la source et les personnes e)posées TRT CURATI& 2 $oyens et indication2 a4 .XM.XS .e cotrimo)a/ole Dtrimét-oprime :A m. ]F les 9 Fours sui*ants %ffets secodaires 2 To)icité coc-leo *estibulaire To)icité rénal ' aller.4déclarer rapidement au) autorités sanitaires la suspicion d'un cas de peste+ 4lancer une enquEte épidémiolo.a durée du traitement %st dIau moins 3A Fours ou de 0 Fours au moins apr(s lIobtention de lIapyre)ie+ . ]K# ]5 en deu) inFection en I$ ou en perfusion ds les 0 premiers Fours ' puis 7Am.) %st efficace " la dose de ? comprimés par Four pendant B " 33 Fours 8our la peste bubonique et 3B Fours au moins pour la peste 8ulmonaire et septicémique+ Il peut Etre associé " la place des .a streptomycine+ 1a posolo.e 8uis de 3B m.ie est de BA m.ites! les pleurésies! les myocardites et les endop-talmies+ Il Constitue é.per os ou par *oie *eineuse pendant au moins 3A Fours+ .alement efficace 0 W tétracyclines2 8osolo.Iadulte et 3B47B m.XM.A 1TR%8TO$ CIN% 2 .XF en ? prises pour lIadulte et 7B4BA m.

U%1  .XF c-e/ lIenfant et le nou*eau4né) et .es 6Etements! les draps! les ser*iettes du malade ainsi que tous ses 8roduits biolo.! selles! urines! crac-ats! pus+++) doi*ent _tre désinfectés et décontaminés+ %n cas de peste bubonique! la Désinsectisation des locau)! de la literie et des *Etements est Obli.a dure de trt est de 3A F A.iques Dsan.Cyclines au c-loramp-énicol ou " la streptomycine &luoroquinolones ciproflo)acine' oflo)acine! le*oflo)a*ine l'intérEt des fluoroquinolones ds les formes septicémiques .e port de blouses! de .a Manamycine a été testées a*ec succ(s dans quelques cas+  Deu) Gtudes récentes! sur la sensibilité in *itro d' + 8estis! menées en Afrique du 1ud et au 6ietnam ont montré lIintérEt des Cép-alosporines de 0e .a prop-yla)ie repose sur lIisolement des malades D3A Fours) dans Une c-ambre " pression né.ants! de bottes! de masque et de .Iapparition de résistance au) antibiotiques de référence! 1treptomycine en 3>S9! c-loramp-énicol et tétracycline! et la $ise en é*idence dIune souc-e multi résistante " $ada.XM.XM.AD%1 .alement recommandée par lIO$1 " la dose de 7AA m.ique trt des coua.lycosides! la .ascar en 3>>9 par acquisition dIun plasmide transférable rendent Nécessaire lIétude de sc-émas t-érapeutiques modernes+  <ien que + pestis soit sensible in *itro " la pénicilline! cet Antibiotique est peu efficace en clinique+ Il est é. en 7 ou ? prises per os le premier Four puis 3AA m.XF en 0 inFections I6 ou I$ c-e/ lIadulte et S49!B m.énération Dcéfota)ime et ceftria)one)! des 8enems Dimipen(me et faropenem) ainsi que des fluoroquinolones DCiproflo)acine! oflo)acine et lé*oflo)acine)+ .XF les Fours sui*ants+ 1%ROT=%RA8I% 2 actuellement abandonnée TRT AD5U6ANT 2 4le repos au lit 4trt symptomatique Wré-ydratation Wcorrection des troubles cardio4 *asculaire Wdes troubles neurolo.entamicine D04B m.T%RNATI6%1 T=GRA8%UTI.alement peu sensible Au) macrolides! y compris les plus récents Da/it-romycine! Clarit-romycine et ro)it-romycine)+ 8armi les autres Amino.a do)ycycline est G.ulopat-ie de consommation .ati*e si possible Dpeste pulmonaire)+ .'incision des bubons ne sera réalisé que s'il e)iste une suppuration ou une fluctuation 8rop-yla)ie 3) $%1UR%1 D% 8RG6%NTION 6I14^46I1 D%1 $A.atoire+ .

% .U1ION .eurs! due " un coccobacille " #ram Né.e Cotrimo)a/ole D74? cpXF) ou la tétracycline D3B m.nante mais Indispensable+  .a *accination nIest pas recommandée par lIO$1+ %lle est indiquée pour les personnes soumises " une e)position prolon.XF) sont les Antibiotiques -abituellement prescrits pendant : Fours+ 0)8RO8= .a c-imio prop-yla)ie est recommandée c-e/ les suFets4contacts dIun $alade et c-e/ le personnel médical en contact a*ec un malade ou Un suspect ainsi que c-e/ le personnel de laboratoire+ .eurs est une mesure contrai.es dans les foyers in*étérés! et la lutte Contre les rats dans les foyers temporaires+  Il comprend é.alement la dératisation et le contrTle des Car.e $atériel utilisé est " usa.a peste est un drame " trois acteurs! ` le rat! la puce et le bubon a+ CIest une /oonose des ron.XM..a peste bubonique et la pneumo peste sont les formes communes+ %lle reste redoutable par sa conta.lement sanitaire international+ CONC.ra*ité! mEme si le traitement Antibiotique a réduit sa létalité de :A H+ .e pronostic repose sur un dia.atoire! soumise au R(.%CTI6%  .a *accination 8lusieurs *accins sont disponibles mais aucun ne donne enti(re satisfaction+ %n pratique cIest le *accin inacti*é de lIInstitut 8asteur D7 inFections " 3 mois dIinter*alle a*ec rappel tous les S mois) qui est utilisé+ .ée+ .a peste est une maladie " déclaration obli.iosité et sa .a sérot-érapie est abandonnée+ .nant+ Celui4ci et les suFets contacts doi*ent bénéficier dIune c-imio prop-yla)ie+ .a désinsectisation des -abitations! des a*ions! des na*ires! des 6é-icules et des *oya.eurs sau*a.unettes est obli.nostic rapide et un traitement adapté précoce associant streptomycine et cycline+ ..atif! intracellulaire facultatif! transmise par la piqbre dIune puce+ .Iéducation sanitaire et lIélé*ation du ni*eau dI-y.e unique+ 7)8RO8= .atoire pour le personnel soi..i(ne sont les 8réalables " toute action de prop-yla)ie collecti*e+ %lle repose sur la sur*eillance et le contrTle des populations $urines! ron.AJI% CO.AJI% INDI6IDU%.aisons des bateau)! des trains+++ .