You are on page 1of 45

//////// Étude

////////
1

Gaz de schiste et autres Gaz non conventionnels : nouvelles ressources, nouveaux enjeux
Ladislas Smia
Analyste ISR

InTroDucTIon
Dans un contexte de prix élevés de l’énergie, des solu- tions alternatives aux énergies traditionnelles émergent progressivement. armi elles, les ga! de sc"iste, #et de mani$re plus générale, les ga! non conventionnels%, pour- raient pro&iter de l’importance de leurs réserves dans de nom'reuses régions pour jouer un r(le croissant dans l’approvisionnement énergéti)ue mondial. les ga! non conventionnels ont jus)u’ici été développés essentiellement en améri)ue du nord, en réponse * la 'aisse de la production de ga! conventionnel. l’exploi- tation de ces ressources a été rendue possi'le par les innovations de sociétés américaines #utilisation com'inée des tec"ni)ues de &orages "ori!ontaux et de &racturation "ydrauli)ue, en particulier%. ces tec"ni)ues suscitent actuellement de nom'reuses controverses en raison de leurs impacts environnementaux et sociaux en améri)ue du nord, mais également en europe. les pro'lémati)ues de pollution de l’eau, d’occupation des sols et d’impact sur le c"angement climati)ue, sont les points les plus &ré)uemment mis en avant. +algré ces controverses, l’exemple américain, )ui a permis une mutation pro&onde des é)uili'res de prix de l’énergie du &ait du découplage entre prix du ga! et du pétrole, est désormais sérieuse- ment envisagé par les responsa'les politi)ues de nom- 'reux pays. l’o'jecti& du présent document est d’apporter un éclairage sur les consé)uences sociales et environnementales liées * l’exploitation de ces ressources.

Gaz de schiste //////// Étude

////////

position de la recherche extra-financière sur les ga! non convenTIonnels
suite à l’analyse des différents impacts sociaux et environnementaux associés à l’exploitation des az non conventionnels! nous retenons la position suivante :
- Dans les cas les plus &avora'les #exploitation dans des !ones &ai'lement peuplées, exploitation dans une !one su&&isamment réglementée et contr(lée, utilisation des meilleures tec"ni)ues disponi'les, 'on "istori)ue de l’opérateur en mati$re de sécurité%, nous estimons )ue ces ris)ues supplémentaires peuvent .tre su&&isamment encadrés. Dans ces cas, nous retiendrons pour les ga! non conventionnels une position analogue * celle des ga! conventionnels. - Dans les autres cas #exploitation en !one &ortement peuplée, man)ue de transparence sur les tec"ni)ues utilisées, réserves sur les syst$mes de contr(le, mauvais "istori)ue sur la sécurité%, le recours * ces ressources entra/nera un 'iais négati& dans l’analyse sociale et environnementale des exploitants concernés.

,  de fa"on

énérale! nous considérons #ue le az $en se su%stituant à des sources d’éner ie plus polluantes comme le char%on ou le fioul& peut 'tre! selon les pays! une solution de transition dans la lutte contre le chan ement climati#ue(

Dans le cas particulier des ga! non conventionnels, nous estimons )ue le recours * cette ressource peut se su'stituer * l’utilisation de sources plus polluantes - su'stitution au c"ar'on pour la production d’électricité, - su'stitution * des importations en provenance de pays aux réglementations environnementales moins strictes, - su'stitution * des modes de transport )ui alourdissent le 'ilan environnemental #&uites dans les pipelines, consommation d’énergie importante du lng%. D$s lors, le recours au ga! non conventionnels peut permettre une réduction des émissions de ga! * e&&et de serre.

,  cette

position fera l’o%)et d’un suivi dans le temps! afin de :

,  l’exploitation

des az non conventionnels présente toutefois des ris#ues supplémentaires par rapport aux isements traditionnels : ris)ue de
contamination des nappes p"réati)ues, pro'lémati)ue d’occupation des sols, impact climati)ue supérieur au ga! conventionnel. Dans l’état actuel des connaissances, nous estimons )ue les mesures prises par les opérateurs pour limiter ces impacts doivent .tre examinées au cas par cas -

- prendre en compte les rec"erc"es les plus récentes sur les impacts locaux, en particulier sur la ressource en eau 0 - s’assurer )ue le développement de ces ressources #ga! non conventionnel, mais également ga! conventionnel% permet e&&ectivement d’assurer une transition vers un mix énergéti)ue plus dura'le, sans &reiner le développement des énergies renouvela'les et de solutions d’e&&icacité énergéti)ue. ces deux derni$res solutions doivent selon nous demeurer prioritaires et sont d$s lors &ortement &avorisées dans nos analyses.

*

+uestions , réponses auTour Des ga! non convenTIonnels
- #uoi correspondent les . az non conventionnels
conven+.me s’il n’existe pas de dé&inition o&&icielle des ga! non conventionnels, ces derniers sont en général dé&inis comme l’ensem'le des ga! dont l’extraction du sous-sol nécessite des tec"ni)ues spéci&i)ues.

trois principaux types de az non conventionnel sont actuellement distin ués :

les az de réservoirs compacts

ces ga! sont tr$s proc"es des ga! conventionnels, * l’excep- tion du &ait )ue la 1 roc"e réservoir 2 )ui les contient est tr$s peu perméa'le, compli)uant l’exploitation de la ressource.

les az de schiste

les ga! de sc"iste sont localisés dans une 1 roc"e m$re 2 #lieu de &ormation des "ydrocar'ures%, car ils n’ont pas encore migré vers une 1 roc"e réservoir 2, comme les ga!

tionnels ou les ga!//////// de réservoirs compacts. Dans la //////// Étude Gaz de )uasitotalité des cas, cette roc"e m$re a&&ic"e une schiste perméa'ilité encore plus &ai'le )ue les ga! de réservoirs compacts.

les char%on

az

de

ces ga! s’apparentent au ga! de sc"iste, * l’exception du &ait )ue la roc"e m$re est une veine de c"ar'on.

actuellement, ces trois ga! sont les seuls * &aire l’o'jet d’une exploitation * l’éc"elle industrielle. en plus de ces ga!, les "ydrates de mét"ane #un ga! associé * des molécules d’eau% sont généralement considérés dans la catégorie des ga! non conventionnels. Toute&ois, l’exploitation de cette derni$re ressource devrait rester au stade expérimental dans les années * venir. Dans tous les cas, )u’il s’agisse de ga! conventionnel ou non, la ressource exploitée est toujours du ga! 1 naturel 2, c’est-*-dire principalement du mét"ane #c4 3%.
www.mirova.com

ces ressources seront-elles amenées à )ouer un r/le important dans l’approvisionnement éner éti#ue mondial .
actuellement, seule l’améri)ue du nord a développé une production importante de ga! non conventionnels. l’exploita- tion de ces ressources a permis aux 6tats-unis de conserver une production proc"e de leur consommation et d’éviter le recours * des importations. les ga! non conventionnels y représentent actuellement 37 8 de la production de ga! et pourraient atteindre pr$s de 9: 8 d’ici 57 ans. cette tr$s &orte croissance sera en particulier liée * la production de ga! de sc"iste car les productions de ga! de réservoirs compacts et de ga! de c"ar'on devraient pour leur part rester sta'les dans les proc"aines années. au niveau mondial, le potentiel de ressources en ga! non conventionnel nécessite encore d’.tre étudié. l’ agence internationale de l’énergie #aIe% estime )ue ces ressources pourraient potentiellement dou'ler les réserves en ga!.

+uelles sont les consé#uences de l’exploitation des az non conventionnels sur la ressource en eau .
le ris)ue le plus &ort concerne la pollution consécutive aux opérations de &racturation "ydrauli)ue. en e&&et, des &uites souterraines potentielles liées * des dé&auts de cimentation des puits ou, en sur&ace, associées au transport des produits de &racturation et des eaux usées, peuvent entra/ner une contamination des nappes p"réati)ues. si des cas de conta- mination ont déj* &ait l’o'jet d’une condamnation, il s’agit de cas isolés, )ui illustrent certaines mauvaises prati)ues liées au man)ue d’expérience des opérateurs et des pouvoirs pu'lics sur ces nouvelles ressources. +.me si une attention ren&orcée doit .tre apportée * ces )uestions de sécurité, il sem'le inadé)uat de remettre en cause l’ensem'le de la &ili$re pour ces raisons.

+uelles sont les l’exploi- tation des

nuisances locales associées az non conventionnels .

à

+uelles sont les techni#ues utilisées pour pouvoir exploiter ces ressources .
les principales di&&icultés rencontrées dans l’exploitation de ga! non conventionnels sont liées * la &ai'le perméa'ilité des roc"es. en e&&et, dans l’exploitation des ga! conventionnels, il 1 su&- &it 2 de réaliser un &orage vertical, le ga! contenu dans le réservoir remontant naturellement du &ait de la di&&érence de pression. en ce )ui concerne les ga! non conventionnels, l’utilisation d’un &orage vertical seul ne permettrait dans la plupart des cas )ue de récolter une )uantité marginale de ga!, emp.c"ant de renta'iliser l’exploitation. la com'inaison d’innovations tec"nologi)ues a permis de surmonter ces di&&icultés -

Du &ait de la &ai'le perméa'ilité des roc"es contenant ces res- sources, l’exploitation des ga! non conventionnels nécessite la réalisation de sites de &orage * intervalles tr$s rapproc"és. +.me avec les tec"ni)ues de &orages "ori!ontaux et de puits multilatéraux, il est nécessaire de réaliser ; * 3 &orages par <m5 sur des sur&aces tr$s étendues #plusieurs milliers de <m5%. = titre d’illustration, &in 5::>, le 1 ?arnett s"ale 2, au Texas, comptait ;5 ::: puits permettant l’exploitation des ga! de sc"iste. l’exploitation d’un seul site nécessite des opérations de &orage 53"@53 pendant A * ;5 mois et entre 3 B:: et A A:: passages de camions. +.me si certaines mesures permettent d’atténuer ces nuisances #utilisation d’é)uipements moins 'ruyants, construction de murs permettant de limiter l’impact sonore%, l’exploitation de ces ressources reste tr$s invasive et rencontre déj* de &ortes oppositions dans les régions &ortement peuplées #c(te nord-est des 6tats-unis, europe%.

0

fracturation hydrauli#ue

la premi$re innovation est le recours * la &racturation "ydrau- li)ue. cette tec"ni)ue consiste * injecter dans le sous-sol * &orte pression des )uantités importantes d’un mélange d’eau, de sa'le et de produits c"imi)ues. le mélange crée des &issures dans la roc"e, permettant d’augmenter arti&iciel- lement sa perméa'ilité. Dans la plupart des cas, la &ractura- tion "ydrauli)ue sur un &orage vertical n’est cependant pas su&&isante pour extraire des )uantités importantes de ga!.

l’exploitation des az non conventionnels peut-elle 'tre compati%le avec la lutte contre le chan ement climati#ue .
4ors &uite de mét"ane, les ga! non conventionnels ont un 'ilan co )uasiment similaire au ga! conventionnel. 5 Toute&ois, il existe des incertitudes sur l’existence de &uites de mét"ane 5 supplémentaires )ui pourraient alourdir le 'ilan co des ga! non conventionnels par rapport au conventionnel. Dans tous les cas, de la m.me mani$re )ue pour les ga! conventionnels, les ga! non conventionnels ont un 'ilan co

puits horizontaux

la deuxi$me innovation est la réalisation de puits "ori!ontaux permettant de maximiser la sur&ace de contact entre la roc"e contenant le ga! et le puits de &orage. la partie "ori!ontale de ces &orages a généralement une longueur comprise entre ; et 5 <m. cette tec"ni)ue est utilisée de &aCon com'inée avec la &racturation "ydrauli)ue. De nom'reuses &racturations sont réalisées sur la section "ori!ontale du puits, ce )ui permet d’en maximiser le rendement.

D’autres tec"ni)ues, comme les puits multilatéraux, )ui permettent la réalisation de plusieurs puits "ori!ontaux * partir d’un seul site de &orage, sont aussi &ré)uemment utilisées dans l’exploitation de ces ressources.

ils peuvent avoir un r(le * jouer de &aCon transitoire dans la réduction des émissions de co .in&érieur * celui du c"ar'on pour la production d’électricité. our cette raison.'onées. 5 5 . en complément de mesures d’e&&icacité énergéti)ue et du développement d’énergies &ai'lement car.

** *9 1 i +u’appelle-t-on az non conventionnels . Dans certaines condi. sa'les%. F"angement climati)ue 3 I 5 Destion de l’eau 3 I B Hccupation des sols et nuisances locales 9 1 8oint de vue des différentes parties prenantes 7 I . oI seront produits les "ydrocar'ures.g$ne &orment ainsi de l’eau par com'inaison avec l’oxyg$ne #4 o%% et les molécules de car'one. Réglementations 7 I 5 Industrie 7 I B Société civile . cette catégorie.so++aIre 1 1 +u’appelle-t-on az non conventionnels . Da! de réservoirs compacts #tight gas% . la proportion de mati$re organi)ue peut s’élever jus)u’* . sont "a'ituellement détruites par des 5 organismes vivants #ex . I 5 Da! de sc"iste #shale gas% . rotégées de l’oxyg$ne et des organismes vivants dans ce milieu. 5empérature > 8ression N o 2 C 3oche mère H . Tec"ni)ues B I 5 6tapes de production B I B FoGts 2 1 8rincipaux impacts environnementaux et sociaux 3 I . )ui englo'e des ressources tr$s variées. les mati$res organi)ues. le mélange de mati$res minérales et de mati$re organi)ue &orme ainsi la &uture roc"e m$re. 2 Il n’existe pas de dé&inition précise des ga! non conventionnels. proximité d’em'ouc"ure de grand &leuve transportant de nom'reux dé'ris végétauxJ%.me. 5.'actéries aéro'ies% ou s’oxydent..5 12 .sées de car'one #c%. une tr$s &ai'le partie de ces mati$res organi)ues #K:. I B Da! de c"ar'on #CBM% . * 5 8. elles peuvent ainsi . Réserves 5 I 5 roduction 0 1 5echni#ues et co6ts d’extraction B I . du co . la ressource exploitée est par contre la m.nnexes <i%lio raphie 2 7 7 A A 4 E > 7 > . comme expli)ué ci-apr$s.A . d’a!ote #n% et d’oxyg$ne #o %. I . essentiellement compo. signalons )ue certains acteurs consid$rent )ue le terme 1 non conventionnel 2 n’est plus pertinent * partir du moment oI ces ressources sont exploitées de &aCon signi&icative au stade industriel.3 . la formation des réservoirs de az et de pétrole le pétrole et le ga! sont issus de la trans&ormation de mati$res organi)ues #algues. d’"ydrog$ne #4%. les molécules d’"ydro. planctonJ% dans un processus )ui dure plusieurs millions d’années. ces ga! non conventionnels di&&$rent des ga! conventionnels de par leur emplacement dans le sous-sol.9 *: 5: 5. étape 1 : le dép/t de matière or ani#ue =céan = leur mort. puis)u’il s’agit principalement de mét"ane #c4 3%.tions #climat c"aud. se dé&inie plus par opposition au ga! conventionnel. Toute&ois.tre préservées.. I 3 4ydrates de mét"ane * 1 3éserves et production 5 I . . 8% se dépose 5 5 au &ond des mers et se mélange * des mati$res minérales #argiles.

com .mirova.www.

les di&&érences entre ga! conventionnel et ga! de réGsearzvoirs compacts étant asse! réduites.te. www. également l’orthographe Coal Bed Methane. les molécules les plus volatiles s’éc"appent dans l’atmosp"$re.les sa'les 'itumineux de l’at"a'asca au canada. c’est cette accumulation )ui constitue le gisement d’"ydrocar'ures. la roc"e poreuse contenant les "ydrocar'ures est appelée roc"e réservoir.mulent sous cette couverture. des sédiments se déposent sur cette roc"e m$re. la seule di&&érence avec le ga! conventionnel vient du &ait )ue la roc"e réservoir a une &ai'le perméa'ilité.Natixis A+ @ AIL. 7:: m et B ::: m. les molécules s’accu. en s’en&onCant. de marneJ% avec une géométrie permettant d’emp.Synt"$se des di&&érents types de ga! conventionnels et non conventionnels 1 i * Gaz de schiste $shale as& la particularité des ga! de sc"iste par rapport aux ga! conven. les ga! de réservoirs compacts. ?i ure 1 . étape 0 : la mi ration et le piè e +. plus lég$res )ue l’eau.Total M Natixis A+. les molécules les plus lourdes s’oxydent sous &orme de 'itume pr$s de la sur&ace #c&. les ga! de sc"iste sont (3) c . la température et la pression augmentent. car ils ont réalisé leur migration vers une roc"e réservoir. sous le poids des couc"es successives. Source . ces augmentations de températures et de pression conduisent * des réactions c"imi)ues )ui trans&orment les molécules de car'one et d’"ydrog$ne en <érog$ne. ce )ui rend plus di&&icile l’exploitation du réservoir.Gaz de schiste //////// Étude //////// 4ydrocar'ures étape * : la sédimentation endant plusieurs millions d’années.tionnels provient du &ait )ue ces ga! n’ont pas encore réalisé leur migration et sont donc encore présents dans la roc"e m$re.mirova. % Fouverture imperméa'le Roc"e réservoir Roc"e m$re (%) &ésidus de tailles $ariables pro$enant de l’érosion de roches' résidus d’acti$ités organi(ues (co(uillages) ou résultats de réactions chimi(ues (e" ) certains carbonates). plus grand gisement de 'itume connu * ce jour%. 5::9. remontent vers la sur&ace en se déplaCant dans les interstices et les porosités des roc"es )u’elles rencontrent. Nous retiendrons ici le terme « gaz de charbon ». !nne"e # concernant les di érentes méthodes de comptabilisation des réser$es. si elles rencontrent une couc"e imperméa'le #composée de sel. en revanc"e. la pression est telle )ue les molécules d’"ydrocar'ures. si rien ne les arr.com . certains pays compPtéa'triloislent ces ressources dans leurs réserves de ga! conve n t ionnel. Oortes concentrations 1 i 1 Gaz de réservoirs compacts $ti ht as& Fonventionnel Réservoirs de )ualité Réservoirs de mauvaise )ualité Oacilité de développement ?onne perméa'ilité Non conventionnel Da! de réservoir compact Da! de c"ar'on 4ydrates de mét"ane Qolumes Da! de sc"iste Parges volumes ?esoin de tec"nologies plus avancées les ga! de réservoirs compacts #tight gas en anglais% sont asse! proc"es du ga! conventionnel.c"er toute migration. Da! étrole Lau Fouverture imperméa'le Hydrocarbures 9 Roc"e m$re Roc"e réservoir Sources . et les ga! de c"ar'on. entre 5 ::: m et 7 ::: m de pro&ondeur. la roc"e m$re s’en&once de )uel)ues m$tres * )uel)ues centaines de m$tres par millions d’années. les ga! de réservoirs compacts sont généE au ralement situés * une pro&ondeur comprise entre . puis en "ydrocar'ures #pétrole et ga!%.me si la roc"e m$re est tr$s peu perméa'le. les trois principaux ga! non conventionnels )ui &ont aujourd’"ui l’o'jet d’une exploitation signi&icative sont les ga! de sc"iste.

7:: m et B ::: m. //////// Étude //////// Gaz de .généralement situés * une pro&ondeur comprise schiste entre .

l’ agence internationale de l’énergie #aIe% estime impro'a'le l’apparition de production signi&icative d’"ydrates de mét"ane dans les 57 proc"aines années. )ui se sont 1 associées 2 * des molécules d’eau dans certaines conditions #&ortes pressions. &ai'les températures.. )ui peut se retrouver sous la &orme de poc"e . Source . les opérations entra/nent des émissions involontaires de mét"ane dans l’atmosp"$re.le grisou. de nom'reux climatologues ont exprimé la possi'ilité de 'oucles de rétroaction 1 positives 2 . 1 i 2 hydrates de méthane les "ydrates de mét"ane sont une 1 autre 2 ressource de ga! non conventionnel présentant des réserves potentiellement tr$s importantes #plusieurs &ois supérieures aux réserves de ga! conventionnel%. organe de ré&érence sur le c"angement climati)ue%.tre produit lors de l’exploitation de mines de c"ar'on. 5:: m de pro&ondeur. 5:. la prospection de ces ressources est encore tr$s récente et n’a été réalisée )ue sur les 'assins déj* en exploitation aux 6tats-unis. notons )ue si ces ressources devaient .me si ces 'oucles de rétroaction sont mentionnées dans les rapports du gIec #groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. ces émissions.les "ydrates de mét"ane. +. selon leur )uantité. il existe un ris)ue signi&icati& )u’en parall$le de l’extraction de mét"ane. les ga! de c"ar'on sont généralement produits dans des veines de c"ar'on trop pro&ondes ou de trop mauvaise )ualité pour en exploiter le c"ar'on. &ai'les )uantités de mét"ane%.certaines ressources en ga!.tre tr$s peu pro&ondes.>5 tcm%. Il existe toute&ois un )uatri$me type de ga! non convention. mais certaines &ormations peuvent . cette étude se &ocalise donc sur ces trois ressources.. cependant. il s’agit alors du ga! de c"ar'on. sont par&ois également considérés comme des ressources non conventionnelles. Il peut aussi . signalons en&in )ue ces "ydrates de mét"ane sont un sujet de préoccupation. en e&&et. en anglais%# sont présents dans les veines de c"ar'on. pour Coalbed Methane. = noter . dans l’étude de l’évolution du climat. pourraient 5 &ortement dégrader le 'ilan co de cette ressource. comme les ga! acides* #sour gas. .Illustration de la localisation géologi)ue des ga! non conventionnels ga! de sc"iste.le réc"au&&ement de la plan$te entra/ne la &onte de pergélisols. le mét"ane étant un ga! avec un potentiel de réc"au&&ement 5glo'al 57 &ois supérieur au co . en anglais%. a&in de limiter les ris)ues d’explosion et de &ournir une source d’énergie pour l’exploitation de la mine. leurs consé)uences sur l’évolution du climat ne sont pas )uanti&iées dans les scénarios du gIec. la moitié de ces réserves prouvées est localisée aux 6tats-unis. ?i ure * . )ui li'$rent du mét"ane )ui vient * son tour accentuer le réc"au&&ement climati)ue. les ga! situés en !one arcti)ue ou les ga! en o shore pro&ond.tre exploitées. les "ydrates de mét"ane sont des molécules de mét"ane issues de la décomposition de mati$res organi)ues.tre développés dans les années * venir. * seulement )uel)ues centaines de m$tres.tre a'sor'é par le c"ar'on.nel .1 i 0 Gaz de char%on $c<@& les ga! de c"ar'on #CBM. ces gisements sont généralement situés entre >:: m et . 4 Disement ga! de c"ar'on Fouverture Disement conventionnel Roc"e réservoir conventionnel Roc"e m$re contenant du ga! de sc"iste Roc"e réservoir peu perméa'le Disement Da! de réservoirs compacts +igration du ga! au &il des temps géologi)ues +igration du ga! au &il des temps géologi)ues * i réserves et production * i 1 réserves3 les réserves prouvées de ga! non conventionnels ne représentent )ue 3 8 des réserves prouvées totales de ga! #KE tcm sur un total de . ga! de réservoirs compacts et ga! de c"ar'on sont les seuls ga! non conventionnels actuellement exploités et )ui devraient continuer * . ce processus de trans&ormation du mét"ane en "ydrate de mét"ane a concr$tement lieu sous des sols gelés en permanence #pergélisols ou perma&rost% et dans les sédiments océani)ues. le processus de &ormation du c"ar'on impli)ue en e&&et la production de mét"ane. le ga! peut également .Natixis A+ @ Total.

(#) +l n’e"iste pas réellement de terminologie consacrée en ran.tre e"ploités sans traitement particulier. . 0n anglais' on trou$e aussi les termes Coal 1eam 2as' Coal Mine Methane (CMM).me si ce terme ait aussi ré érence au gaz généré lors de la distillation de la houille en co/e) ou encore de « gaz de couche ».ais pour désigner les gaz de charbon (CBM). -n parle sou$ent de « gaz de houille » ( m. -n trou$e (*) 3es gaz acides sont des gaz contenant' en plus du méthane' des tau" de sul ure d’h4drog5ne (6*1) ou de dio"4de de carbone (C-*) trop importants pour .

on parle en général en milliards de m$tres cu'e #'cm pour billion cubic meters% ou en mille milliards de m$tres cu'e #tcm pour trillion cubic meters%. . organismes consid$rent néanmoins )ue l’acronyme +?tu le 'aril est une unité de volume . 4ors "ydrates de mét"ane. la consommation ou les réserves de ga!. donner un ordre de grandeur. +l peut acilement . toe. soit pres)ue un dou'lement des ressources en ga!.est des 6tats-unis%.3 tep. De m. our )uanti&ier la production. D’autres 'assins sont en cours de développement. l’exis. +.:A tep%. cette ➜ <aril unité étant tr$s petite. TR"%. ar exemple. Oayetteville #en ar<ansas% et le +arcellus s"ale #dans le nord. ce 'assin reste le plus développé avec pr$s de .tre convertis en énergie.. la ré&érence au poids n’étant utilisée )ue comme analogie .tcm our comparer les consommations d’énergie entre di&&érentes sources d’énergies #&ossiles ou non%. on parle en général de milliers de our )uanti&ier la production. pour les éner ies fossiles! les principales unités utilisées sont : ➜ tonne é#uivalent pétrole $tep& ➜ <cm.aci&i)ue pourraient a&&ic"er des réserves compara'les au +oyen orient ou la russie.:B tep%. on parle également de <tep #.tre con ondu a$ec le M du s4st5me international d’unités (ui signi ie million. la tonne é)uivalent pétrole est une unité d’énergie. le M signi ie millier. gtep #. . ces ressources présentent également l’intér. en &aisant certaines "ypot"$ses sur le contenu énergéti)ue du ga!. 'aril de pétrole K:. De nom'reux serves de pétrole. .ment 4aynesville #* la &ronti$re du Texas et de la louisiane%. pour tonne o oil e(ui$alent%. gj. ➜ @<tu A une autre unité &ré)uemment utilisée pour la production % de ga! est le British 7hermal 8nit . :A: j. on parle en général en 'arils de pétrole. en moyenne. le U?arnett s"aleU au Texas est le 'assin "istori)ue oI s’est développée l’exploitation des ga! de sc"iste.:9 tep%. et non de milliers de ?tu.me énergie )u’une tonne de pétrole. Des e&&orts consé)uents doivent encore . +R". )ui poss$dent actuellement l’essentiel des réserves. des !ones comme l’améri)ue du nord ou l’asie. la consommation ou les ré. le 'aril signi&ie 1 million 2 de ?tu et non 1 millier 2 de ?tu%%.5 ::: puits en 5::>. les ga! de sc"iste. la consommation mondiale de pétrole est actuellement entre >: millions et 9: millions (%) Cette unité correspond 9 la (uantité de chaleur nécessaire pour éle$er la température de 'arils par jour #m'@j%. on trouve &ré)uemment les "ypot"$ses sur le contenu énergéti)ue du pétrole. et encore plus dans le reste du monde. Oigure 3% sont présents dans de nom'reux 'assins.t important pour les pays consommateurs )ui pourraient ainsi ren&orcer la diversi&ication de leurs sources d’approvisionnement.?tu #+?tu% ou de millions de ?tu #++?tu%. si ces ressources venaient * .me )ue pour le 'aril.t de redistri'uer les ressources géograp"i)uement. )ui. gR". contre 3:3 tcm pour le ga! conventionnel. d’une li$re anglaise d’eau d’un degré :ahrenheit 9 la pression constante d’une atmosph5re.tre réalisés pour )uanti&ier les ressources de ga! non conventionnels dans le reste des 6tats-unis.. tep de ga! est une )uantité de ga! permettant de dégager la m. tep S 3. on peut prix exprimés en T@+?tu. Tj% et le R" #<R". il s’agit systémati)uement de retenir )u’en moyenne .79 litres. comme nous allons le voir. our millions de ?tu.tre exploitées massivement.les unités permettant de #uantifier les éner ies fossiles les unités standards pour mesurer l’énergie sont le joule #et ses dérivés . . une &ois ces limites prises en compte. le joule est plus une unité utilisée de mani$re académi)ue 0 le R" est une unité principalement utilisée pour l’électricité.9 gj. 'aril S . les 'cm et les tcm peuvent .+j. (%%) 3e M de MBtu pro$ient 9 l’origine du s4st5me de numération romain o.. on parle en général en 1 tonne é)uivalent pétrole 2 #tep ou en anglais. l’aIe parle de B>: tcm de ressources ultimes restantes.tre converti en énergie.tence de ressources importantes dans des pays di&&érents des exportateurs traditionnels présente un intér. devraient devenir la principale source de production aux 6tats-unis #c&. 'cm de ga! K>57 ::: tep. en &aisant certaines les prix du ga! en particulier. notam. +tep #. ?tu K . nul doute néanmoins )ue les ressources ultimes de ga! non conventionnels sont tr$s importantes. our peut toute&ois .me si cette unité ressem'le * une unité de poids.

permettant non seulement de compen. la production de ga! non conventionnels contri'ue déj* * .t croissant pour les ga! de sc"iste.B:: 'cm aux 6tats-unis. selon le minist$re de l’énergie américain. * i * production si les ga! non conventionnels ne représentent )ue 3 8 des réserves prouvées. &aite pres)ue exclusivement en améri)ue du nord. en 5::>. les 6tats-unis et le canada représentaient 9: 8 de la production mondiale de ga! non conventionnels .tionnel #KA7 8 de la production de ga! non conventionnels%. sur une production mondiale de KB ::: 'cm%.Répartition géograp"i)ue des ressources en ga! conventionnel et non conventionnel cette tendance. cette part devrait continuer * cro/tre dans les années * venir. plus )ue tous les autres ga! non conventionnels. la production de ga! non conventionnels s’est. mais aussi d’accro/tre la production totale de ga! naturel aux 6tats-unis de 57 8. les ga! de sc"iste devraient conna/tre une tr$s &orte croissance. répartis entre le ga! de sc"iste. B. pour l’instant. si les productions de ga! de réservoirs compacts et les ga! de c"ar'on devraient rester relativement sta'les dans les 57 proc"aines années.Natixis A+ @ AIL.5 8 de la production mondiale en 5::> #K3:: 'cm. ?i ure 0 . soit pr$s de la moitié de la production nationale. les ga! de réservoirs compacts représentaient en 5::> la principale source de production de ga! non conven. soit environ un tiers de la production nationale.ser le déclin de la production de ga! conventionnel. 5::9. Toute&ois.:: 20 7: 15 : 10 5 0 1990 2030 Non conventionnel autres ressources ultimes restantes 2000 2010 2020 Fonventionnel autres ressources ultimes restantes Da! de sc"iste Réservoir compact Da! conventionnel Non conventionnel réserves prouvées Fonventionnel réserves prouvées Da! conventionnel o shore Da! de c"ar'on Alas<a Source . aux 6tats-unis.7: tcm 25 . les projections de l’aIe prévoient une contri'ution proc"e de 5: 8 * l’"ori!on 5:B7. . expli)ue l’intér..7 8%. le ga! de réservoirs compacts et un peu de ga! de c"ar'on 0 .A: 'cm au canada. suivis par les ga! de c"ar'on #K5: 8% et les ga! de sc"iste #K. essentiellement du ga! de réservoirs compacts.%.57: 4istori)ue 5:: rojections 30 . rendue possi'le par une "ausse du prix du ga! et de nouvelles tec"ni)ues d’exploitation #c&.

les réser.mirova. pour voir le ga! remonter naturellement dans le tuyau de &orage.ro&il de production de ga! naturel aux 6tats-Vnis notons )ue si l’émergence des ga! de c"ar'on.Natixis A+ @ V. 0 i techni#ues et co6ts d’extraction 0 i 1 techni#ues avant de détailler les tec"ni)ues d’exploitation de ga! non conventionnel.5. la production de ga! de réservoirs compacts existe depuis plus de 7 3: ans aux 6tats-unis. l’extraction de ga! conventionnel utilise un principe relativement simple. et surtout des ga! de sc"iste. reprécisons le mode d’extraction du ga! conventionnel.me si. cette exploitation nécessite de tr$s &ortes compétences tec"ni)ues.com . en prati)ue. une liste des acteurs présents dans l’exploitation des ga! non conventionnels est présentée en annexe B. Lnergy In&ormation Administration. est relativement récente.voirs de ga! étant sous pression. il 1 su&&it 2 de connecter le réservoir * la sur&ace * un &orage vertical. www. 5:.S.Source . m. ?i ure 2 .

. Il a donc été nécessaire de &aire appel * d’autres tec"ni)ues pour exploiter ces ressources..tre plus ou moins connectés entre eux.c"ant toute circulation de li)uides. est &ré)uente pour les a)ui&$res. (<) +nitialement' les gaz de réser$oirs compacts correspondaient' au" =tats>8nis' au gaz pré> sent dans des réser$oirs a$ec une perméabilité in érieure 9 ?'# m@.me mani$re. ces pores peuvent . de sa'le #K7 8% et de produits c"imi)ues #W:. l’aptitude d’un &luide #li)uide ou B les ga! de réservoirs compacts< et les ga! de sc"iste sont situés dans des roc"es avec une &ai'le perméa'ilité. cette représentation est tout aussi erronée. produits permettant de maintenir le sa'le en suspension dans l’eau. c’est également souvent le cas pour les ga! de c"ar'on. les produits c"imi)ues servent * &aciliter l’opération . mais les pores sont isolés les uns des autres. appelée 1 &racturation "ydrauli)ue 2. il est nécessaire de créer arti&iciellement cette perméa'ilité.me )ue pour les roc"es réservoirs d’"ydrocar'ures. elle ne permet pas de présumer de la &acilité * exploiter la ressource.le mythe de la caverne un réservoir de ga! ou de pétrole est souvent représenté comme une 1 caverne 2 souterraine. cette représentation est tr$s éloignée de la réalité. !uAourd’hui' on parle plus largement de gaz de réser$oirs compacts pour les gaz présents dans une roche . c’est-*-dire des pores dans la roc"e 0 la perméa%ilité. oI se trouveraient localisés les "ydrocar'ures.5 8% * "aute pression et en grande )uantité . on utilise en général deux param$tres ga!% * circuler dans la roc"e. D$s lors. plus le &luide pourra circuler &acilement dans la roc"e%. ou de rivi$re souterraine. microDarcy%. produits permettant de réduire les pertes par &rottements.l’eau sous pression permet de &racturer la roc"e et le sa'le de maintenir les &ractures ouvertes. la tec"ni)ue utilisée. les a)ui&$res sont des roc"es souterraines avec une porosité et une perméa'ilité su&&isante pour permettre la circulation d’eau.mD.car'ures contenu dans une roc"e. n< . en e&&et. Pe sa'le permet de les &ractures ouvertes Roche réservoir Oracturations "ydrauli)ues réser$oir (comme les gaz con$entionnels)' mais pour les(uels il n’est pas possible d’e"ploiter le gise> ment a$ec les techni(ues d’e"traction traditionnelles.me de la roc"e. un puits vertical traditionnel ne permettrait d’extraire )u’une tr$s &ai'le )uantité de ga!. si une &orte porosité indi)ue un potentiel important d’"ydro. certaines roc"es #comme les pierres ponces volcani)ues% poss$dent une 'onne porosité. mesurée en pourcentage. mesurée en Darcy #milliDarcy . acide c"lor"ydri)ue permettant de dissoudre les morceaux de roc"es présents dans le tuyau. ➜ ➜ la porosité. cette aptitude du &luide * circuler dans la roc"e va dépendre aussi de la viscosité du &luide #plus la viscosité est &ai'le. consiste * injecter dans le gisement un mélange d’eau #K97 8%. cela permet au ga! de circuler. )ui représente le volume des vides. un réser. cette représentation sous &orme de caverne souterraine. )ui représente le niveau d’interconnexion des pores et donc.voir est en réalité une roc"e avec des pores permettant aux "ydrocar'ures de se loger * l’intérieur m. De m.Sc"éma de principe de la &racturation "ydrauli)ue la fracturation hydrauli#ue our rendre renta'le l’exploitation des ga! présents dans des roc"es peu perméa'les.de la m. ?i ure 9 . pour caractériser un réservoir.'iocides limitant la croissance des 'actéries . puis)ue le &luide circule mal au sein de la roc"e. D$s lors. emp.

elle a été introduite commer. 4alli'urton a&&irme )ue depuis les années 3:. permettant d’extraire K.. 5:.E tcm #9: tcm de ga! ont déj* été consommés depuis le dé'ut de l’exploitation du ga!%.Source . . elle est aussi &ré)uemment utilisée pour l’exploitation des ga! de c"ar'on.cialement par la société américaine 4alli'urton * la &in des années .tion des ga! de sc"iste et des ga! de réservoirs compacts. le recours * la &racturation est systémati)ue dans l’exploita. cette tec"nologie est également utilisée pour améliorer le taux de récupération de gisements traditionnels.93:. Il est important de noter )ue la &racturation "ydrauli)ue n’est pas une tec"nologie nouvelle.Natixis A+ @ IO Lnergies nouvelles.. de ga! comme de pétrole. plus d’un million de &racturations ont été réalisées.

. les puits multilatéraux comptent généralement entre A et > puits. 5:. d’améliorer e le taux de récupération. et est par&ois utilisée dans l’exploitation des ga! de c"ar'on. il est aujourd’"ui possi'le de réaliser plusieurs &orages directionnels * partir d’un seul site. Roc"e réservoir Oorage directionnel 1: puits multilatéraux 6 Source .tre inclinés de )uel)ues degrés par rapport * la verticale. avec cette tec"ni)ue. les réservoirs d’"ydrocar'ures peuvent avoir des géométries tr$s varia'les.Natixis A+ @ IO 6nergies nouvelles. 5:.Vtilisation com'inée des tec"ni)ues de &racturation "ydrauli)ue et de &orage "ori!ontal c’est la com'inaison des tec"ni)ues de &racturation "ydrauli)ue et de &orage "ori!ontal. un &orage directionnel permet d’orienter la direction du &orage. les puits conventionnels pouvaient déj* . )ui a pris son essor au cours des années 5::: dans le U?arnett s"aleU au Texas.959 au Texas. oI la section en pro&ondeur sera * l’"ori!ontal par rapport * la section verticale. la partie "ori!ontale mesure en général aux alentours de . ?i ure A . il est possi'le de réaliser jus)u’* une vingtaine de &orages * partir d’un seul site.Sc"éma de principe des &orages directionnels K. t. Dar e"emple' en utilisant cette techni(ue' des orages onshore permettent d’atteindre des zones pour les(uelles il aurait été nécessaire de .fora es horizontaux ou directionnels les &orages directionnels sont une autre tec"ni)ue ayant permis d’améliorer considéra'lement les taux de récupération pour les réservoirs avec une &ai'le perméa'ilité. en prati)ue. * 5 <m Réservoir Source . a&in de maximiser la sur&ace de contact entre un puits de &orage et un gisement. le sc"éma ci-contre illustre une utilisation com'inée des deux tec"ni)ues. la tec"ni)ue de &orage directionnel permet de réaliser des &orages. permet également d’augmenter la )uantité de ga! extraite par un seul site. dans le cadre de l’exploitation des gisements conventionnels. a&in d’optimiser un site de &orage. m. ainsi. de plus en plus &ré)uente dans l’exploitation des ga! de réservoirs compacts. cette utilisation com'inée permet de multiplier les &racturations "ydrauli)ues le long de la section "ori!ontale du &orage #B: &racturations en moyenne pour une section "ori!ontale de . appelée 1 puits multilatéraux 2 #multi>Cell pad en anglais%. n’a connu un développement commercial signi&icati& )u’* partir des années . d’améliorer tr$s &ortement le taux de récupération.. elle permet de réduire les coGts et le nom're de sites d’exploitation. cette tec"ni)ue. )ui a été expérimentée d$s .li)ue. Il est désormais possi'le d’utiliser de &aCon com'inée les tec"ni)ues de &orages "ori!ontaux et de &racturation "ydrau. ::: m% et donc.me si des distances 'ien plus importantes sont possi'les #le record dépasse les . (B ) 3es orages directionnels permettent également d’atteindre des gisements con$entionnels mais situés sous des zones di iciles d’acc5s. l’utilisation com'inée de ces tec"ni)ues est devenue )uasi-systémati)ue dans l’exploitation des ga! de sc"iste. )ui a permis une exploitation renta'le des ga! de sc"iste.: ::: m de longueur%. cette tec"ni)ue.9>:..B KB ::: m ?i ure 4 . ::: m * 5 ::: m..7: m Kdi!aines de m$tres Oracturations Oorage "ori!ontal .Natixis A+ @Total.

0n anglais' on utilise en général le terme multi>Cell pads.ais de puits en cluster' de puits multidrains ou multibranches. réaliser un orage o shore a$ec une techni(ue de orage $ertical traditionnel. www.com .(E) -n parle également en ran.mirova.

Il est également nécessaire de construire une route permettant d’accéder * cette !one. m. ne nécessite . 11 0 i * étapes de production7 lus concr$tement. réalisation du fora e la partie verticale du &orage est similaire * un &orage traditionnel de ga! ou de pétrole #avec notamment plusieurs tu'es en acier entourés de ciment.. il &aut reproduire ces installations * de nom'reuses reprises. elles tendent * .Natixis A+ @ F"esapea<e @ Statoil. K B ::: m uits "ori!ontaux . il est nécessaire d’installer . les industriels estiment )ue 9: 8 des puits )ui seront construits utiliseront les trois tec"ni)ues com'inées. ?i ure 7 . et en particulier grXce * l’utilisation massive de la &racturation "ydrauli)ue. l’utilisation de &orages directionnels avec recours * la &racturation "ydrauli)ue est moins &ré)uente.Fouverture d’une !one donnée par plusieurs puits utilisant les tec"ni)ues de &orages directionnels.tration. = titre d’illus. cepen.dant.tre propre ou relativement polluée et nécessiter des traitements particuliers.Lxemple de puits multilatéraux cette tec"ni)ue de puits multilatéraux est également utilisée en com'inaison avec la &racturation "ydrauli)ue et les &orages "ori!ontaux. 5:. précisons )u’une &ois le &orage réalisé et avant de commencer * produire du ga!. ?i ure B . selon les réservoirs. cette étape dure environ un mois. aux 6tats-unis.Natixis A+ @ Total.tares. * 3 sites de production par <m5. . l’impact sur l’occupation des sols peut . permettant d’isoler le &orage des sols )u’ils traversent%. 5::>. cette étape est caractérisée par la présence d’une tour de &orage #derric/% permettant de réaliser le &orage. et donc entre six et dou!e mois pour la réalisation d’une installation standard comptant six puits multilatéraux. tractopellesJ% sont utilisés pour réaliser ces opérations. ?racturations 8uits horizontaux Source . )ui accueillera les di&&érents é)uipements nécessaires * l’exploitation du gisement. * 5 <m Source . pour exploiter un gisement.tionnel se déroule en plusieurs étapes - . les ga! de réservoirs compacts utilisent sensi'lement les m.tre potentiellement tr$s important #c&. la tr$s &orte croissance de la production de ga! de sc"iste aux 6tats-unis n’a été possi'le )ue grXce * la com'inaison de ces tec"ni)ues. our les ga! de c"ar'on. cette étape de &orage dure environ un * deux mois pour la réalisation d’un seul puits "ori!ontal. d$s lors. la seule di&&érence vient du &ait )ue. l’eau peut . de puits multilatéraux et de &racturation "ydrauli)ue spécificités d’exploitation par az comme déj* mentionné. les gisements étant étendus sur plusieurs di!aines de milliers de <m5. Oigure 9 ci-apr$s%.tre plus utilisée.me si elle tend aussi * . la com'inaison de ces trois tec"ni)ues permet d’optimiser les rendements #c&.pas de recours systémati)ue * des &orages "ori!ontaux. préparation de la zone d’exploitation $le pad en an lais& la premi$re étape consiste * niveler une !one d’environ 5 "ec.mes tec"ni)ues d’exploitation )ue les ga! de sc"iste.. ainsi.tre meilleure et. Des é)uipements de terras.sements #'ulldo!ers. il est souvent nécessaire de pomper des )uantités importantes d’eau présentes naturellement dans les veines de c"ar'on. l’exploitation d’un puits de ga! non conven. ces tec"ni)ues permettant d’améliorer le rendement des puits. en sur&ace. la perméa'ilité de la roc"e peut . concernant les ga! de c"ar'on. dans le U+arcellus s"aleU. la partie "ori!ontale est réalisée avec des outils spéci&i)ues. artie 3%.tre de plus en plus utilisées. les ressources en ga! non conventionnels étant généralement tr$s di&&uses. selon les cas. * 5 <m .

tre réutilisée pour réaliser d’autres &racturations #pour la réalisation d’autres puits dans le cas de puits multilatéraux% ou envoyée en station de traitement. elle pourra .: ::: et B: ::: mB d’eau sont envoyés dans le sous-sol.7 8 et >: 8%. une partie tr$s varia'le de ces )uantités d’eau remonte * la sur&ace #entre .Tout d’a'ord. l’étape de &racturation du gisement peut commencer. fracturation isement du une &ois le &orage réalisé.. entre . le mélange d’eau.asp" . (F) 3a société Chesapea/e propose sur son site +nternet des $idéos illustrant les di érentes étapes de production d’un gisement de gaz de schiste ) http )GGCCC. la section "ori!ontale du tu'e de &orage est per&orée en plusieurs points a&in de permettre la cir. une &ois le tu'e per&oré. l’eau récupérée est stoc<ée dans des conteneurs et dans des 'acs de rétention.comGMediaG0duca> tional>3ibrar4G!nimationsGDagesGde ault.ch/. de sa'le et de produits c"imi)ues est envoyé * "aute pression dans le &orage a&in de créer les micro&issures dans la roc"e.culation de &luides entre le tu'e et le gisement.

tre testé avant d’..3 une &ois les opérations de &racturation terminée. l’exploitation des ga! de c"ar'on nécessite souvent une étape supplémentaire de pompage des )uantités importantes d’eau présentes naturellement dans les veines de c"ar'on.tre nettoyé .: T@+?tu et . en sur&ace des é)uipements de terrassement sont nécessaires ainsi )ue des camions permettant de réaliser le transport des déc"ets.. illustre donc )ue la production de ga! * partir de ga! non conventionnels entra/ne des coGts de production * la "ausse. ces coGts sont * comparer ➜ aux ga! ayant déj* été produits #dont le coGt de production était in&érieur * 7 T@+?tu%.E: T@+?tu et 9 T@+?tu.Natixis A+ @ AIL. comme expli)ué dans la partie précédente..7 T@+?tu et A T@+?tu%. en sur&ace.5: T@+?tu pour . . 5::9. l’ aIe estime le coGt de transport par pipeline entre :.: * .:-.te de puits #en anglais rac tree ou christmas tree% et les réservoirs permettant de stoc<er la ressource extraite. @ise production en une &ois toutes ces opérations de 1 pré-production 2 réalisées. . le puits peut . A &orages "ori!ontaux avec &racturation "ydrauli)ue% 8ré-production #activité intensive sur le site d’exploitation& . terrassement du 'ac de rétention.: T@+?tu et 3. il ne reste plus sur le site )u’une t.. ➜ aux ga! conventionnels #dont les coGts sont compris entre :.5 .-3 ans 8roduction #activité réduite sur le site% . = noter )u’au 'out d’un certain temps.: .. 5:.. donc.E: T@+?tu pour le transport par gnl. en prenant en compte toutes les opérations de traitements des eaux. ➜ et aux ga! acides 1our gas #dont les coGts oscillent entre B. le site doit . on constate )ue les ga! non conventionnels #ga! de réservoirs compacts 7ight. .B: T@+?tu et .Tyndall Fentre.tre re&racturé. 1* 5a%leau 1 : Lstimation de la durée d’exploitation d’un site d’exploitation de ga! de sc"iste #puits multilatéraux.: T@+?tu%. ::: <m et entre B.tre mis en production. l’ aIe estime par exemple )ue les 'assins de ga! de sc"iste actuellement en exploitation sont renta'les pour un prix du ga! #"ors transport% compris entre B T@+?tu et A T@+?tu. la tour de &orage a laissé sa place * de nom'reux camions permettant de pomper le mélange dans le &orage. cette réalité ne permet toute&ois pas de conclure )ue l’exploitation des ga! non conventionnels entra/ne une "ausse des prix de vente du ga!. ga! de sc"iste 1hale et ga! de c"ar'on CBM% devraient avoir des coGts de production compris entre 5. le &orage doit également . C.FoGts de production des di&&érents types de ga! sur la Oigure . a&in d’accro/tre sa production.envoi des déc"ets en traitement. la Oigure . nettoya site e et test du . ?i ure 1: . il est nécessaire d’ajouter des coGts de transport.7 ans Source . dure également un * deux mois pour un seul puits "ori!ontal et.shore pro&ond Arti)ue Da! acide Da! de c"ar'on Da! de sc"iste Réservoir compact Fonventionnel Da! déj* produit : 5 3 A > . en prenant en compte ces di&&érents param$tres.tre réalisé par pipeline ou par des unités de conversion du ga! en gnl permettant de transporter le ga! par 'ateau.7 ans. ces opérations durent un * deux mois pour un site de production.@<tu Source . le puits produit alors du ga! naturel pendant .. entre six et dou!e mois pour la réalisation de six puits.cette opération de &racturation du gisement. le transport peut .. = ces coGts de production. 0i0 co6ts l’ agence internationale de l’énergie &ournit une estimation des coGts de production des ga! non conventionnels par rapport aux autres types de ga!. le ta'leau suivant synt"étise les durées d’exploitation standards d’un site de ga! de sc"iste.

a recours massivement * des importations par pipeline de russie.t soutenu pour les ga! de sc"iste de la part de nom. les 6tats-unis avaient "istori)uement une production de ga! conventionnel permettant de couvrir leurs 'esoins. des di&&érences importantes existent sur le prix du ga! entre di&&érentes !ones de consommation. ?i ure 11 .'reux responsa'les politi)ues. les prix sont généralement &ixés par des contrats long terme indexés sur le prix du pétrole. de norv$ge et d’algérie. cependant.unis a néanmoins 'ouleversé ces prévisions. sur ces deux !ones.nue insu&&isante pour &aire &ace * la "ausse de la demande 0 la production us permettant toute&ois d’assurer entre >: 8 et 9: 8 de la demande.5. le prix du ga! est compl$tement décorrélé des coGts de production et est généralement indexé via des contrats long terme sur le prix du pétrole. du +oyen orient. terminaux gnl%. de russie #J%. ayant des ressources ga!i$res extr. d’Indonésie. cette décorrélation entre prix du ga! et du pétrole )ue per.Natixis A+ @ ? . d’australie.met l’exploitation des ga! non conventionnels.6volution du prix du ga! par rapport au prix du pétrole . l’essor des ga! 10 non conventionnels a permis aux 6tats-unis de réduire le recours aux importations et d’éviter )ue les prix du ga! aux 6tats-unis s’alignent sur les prix prati)ués au japon.me. comme expli)ué. ➜ le Dapon le japon et la corée du sud sont "istori)uement les grands consommateurs de ga! de la région asiati)ue. expli)uent l’intér..ment limitées. la 'aisse de production de ga! conventionnel dans les années 5::: auraient dG entra/ner une &orte "ausse des imports de gnl et donc.9>3-5:. Source . une "ausse des prix sur la !one. justi&iant des prix d’ac"at plus importants pour cette !one. le paradoxe Y la 'aisse du prix du ga! a été renta'ilité de ces telle )u’elle a dégradé la . ainsi )ue la pro'lémati)ue de l’indépendance énergéti)ue. le ga! est di&&icile * transporter et nécessite la construction d’in&rastructures lourdes #pipelines. l’essor non anticipé des ga! non conventionnels aux 6tats. ces deux pays n’ont pas de ressources ga!i$res et sont isolés des grandes !ones de production. la production est deve. Ils ont dG mettre en place un recours massi& au gnl importé de +alaisie. 5:.les prix du az = l’inverse du pétrole. au cours des années >:. les pri" du gaz ont connu une é$olution similaire au" pri" du pétrole. on distin ue énéralement trois randes zones de consommation : ➜ l’europe ➜ les états-unis l’europe de l’ouest. D$s lors. 15 $/ MBtu $/ MBtu 10 5 0 1980 0 198 0 $ 15 10 5 1990 2010 Gaz tats!"#$s Pétrole 2000 1990 Gaz %a&o# Gaz Euro&e 2000 Pétrole 2010 1ur ces graphi(ues' on constate (ue depuis *??B (date 9 la(uelle les gaz non con$entionnels ont connu une orte croissance en !méri(ue du Nord)' le pri" du gaz au" =tats>8nis s’est ortement décorrélé des pri" du pétrole' contrairement au Hapon et 9 l’0urope' o.

la Oigure .exploitations.B illustre la tr$s &orte corrélation entre prix du ga! et cours de l’action de la société c"esapea<e. . l’un des principaux exploitants de ga! de sc"iste aux 6tats-unis.me jus)u’* a&&ecter la renta'ilité des sociétés investies sur ces gisements. allant m.

cette option. il existe de gros désé)uili'res entre les pays possédant les réserves de ga! et les pays les consommant. +ais m. notons )u’entre 5::7 et 5:. néanmoins.' :rame' @.com . 0n $iolet ) l’é$olution du cours boursier de la société Chesapea/e' un des principau" e"ploitants de gaz de schiste au" =tats>8nis. 2 i principaux impacts environnementaux et sociaux 2 i 1 chan ement climati#ue Il existe actuellement un dé'at autour de l’impact des ga! non conventionnels sur le c"angement climati)ue.' Meinshausen' N. l’utilisation de ressources supplémentaires non conventionnelles ne peut .' Mnutti' &. au niveau mondial.mirova. d$s lors. certains acteurs consid$rent )ue les réserves actuelles en ga! conventionnel sont déj* largement su&&isantes pour dépasser les o'jecti&s d’émissions de co 5 et )ue. M.' :rieler' M. ainsi. B. aurait toute&ois demandé des e&&orts tr$s importants. Source . il est certain )ue les ressources conventionnelles seraient su&&isantes pour répondre * la demande dans les vingt proc"aines années. mais dont le 'ilan co 5 est supérieur * celui du ga! 0 une tr$s &orte amélioration de l’e&&icacité énergéti)ue et@ou l’accroissement de la production d’énergie renouvela'le. la 'aisse de la production de ga! conventionnel aurait pu . et. ils auraient vocation * limiter en priorité le recours au 5 c"ar'on #plus intensi& en co % et non le recours au ga!.nationale de l’énergie attri'ue cette 'aisse.tre compati'le avec la lutte contre le I c"angement climati)ue . * un 1 trans&ert majeur 2 du J c"ar'on vers le ga! dans la production d’électricité. d’autre part. l’ agence inter. )ui ne correspondent pas aux politi)ues mises en place pour le moment aux 6tats-unis. dans une opti)ue de lutte contre le c"angement climati)ue.' &aper' 1. C.:. * une amélioration de l’e&&icacité énergéti)ue dans les transports. Deux sortes de considération entrent en compte ➜ l’augmentation de la taille des réserves de ga! ne serait pas compati'le avec la lutte contre le c"angement climati)ue ➜ le 'ilan co des ga! non conventionnels serait 5 supérieur au 'ilan des ga! conventionnel. (I) Koir en particulier' 9 ce suAet' l’étude publiée dans la re$ue Nature ) Meinshausen' ture?I?#F.tre compensée par - ➜ l’importation de ga! li)ué&ié dont le 'ilan co 5 est supérieur au ga! produit sur place #en raison des opérations de trans&ormation et de transport supplémentaires% 0 un recours accrG au c"ar'on dont les réserves sont a'ondantes aux 6tats-unis. conclure )ue le c"oix des 6tats-unis d’exploiter les ga! non conventionnels a un impact négati& sur le c"angement climati)ue n’est donc pas si évident. d’une part.?i ure 1* : 6volution comparée des cours du ga! naturel aux 6tats-Vnis et de la société F"esapea<e 2007 2008 2008 2009 2009 2010 2010 2011 2011 2012 2013 0n $ert ) l’é$olution du pri" du gaz au" =tats>8nis.?loom'erg. 12 ➜ ➜ l’au mentation de la taille des réserves de az estelle compati%le avec la lutte contre le chan ement climati#ue . )ui aurait été évidemment la plus &avora'le au niveau climati)ue. www.me si de tels e&&orts étaient déployés.' 6are' L. si les 6tats-unis n’avaient pas eu recours aux ga! non conventionnels. our le ga!. les émissions de co5 énergéti)ues des 6tats-unis ont 'aissé de E 8.

t. N !llen' M. > 2reenhouse gas emission targets or limiting global Carming to *OC > *??J >#?. .#?3IGna> (J) :inancial 7imes > 1hale gas boom helps slash 81 emissions > *3 mai *?#* ( ht tp)GG CC C . htmlPa"zz*!-g$#B+#).H. co mGint lGcmsGsG?G3 aa#J *?? >a< eb >## e# >b< *#>??# << e abd c? .

9A7-5:.Natixis A+ @ AIL. 5:. depuis le milieu des années 5:::..4istori)ue et projections de la consommation d’énergie aux 6tats-Vnis 3000 Toute&ois. +.7 Dt FH5 . retardant le développement des énergies renouvela'les et la mise en place de mesures d’e&&icacité énergéti)ue. 0 19'5 2025 1985 2005 étrole F"ar'on Nucléaire Da! Agrocar'urants Autres renouvela'les = travers les arguments exposés dans le Ta'leau .me si les économies d’énergie et les énergies renouvela'les a&&ic"ent des 'ilans co5 'ien plus &avora'les. 5:.me si le ga! a&&ic"e un meilleur 'ilan car'one )ue les autres éner. our les az de schiste. . on pourra constater une réduction signi&icative de l’intensité co 5 du pays.Synt"$se des principaux arguments en &aveur et * l’encontre d’un recours * de nouvelles ressources en ga! 2000 8our 1500 Eontre . le %ilan co* des az non conventionnels est-il supérieur au %ilan des az conventionnels . Lnergy In&ormation Administration. ?i ure 12 : Lstimation des émissions de ga! * e&&et de serre par com'usti'le #. Pe c"ar'on est un com'usti'le * 'as coGt.5 pour les taux de croissance 5:. a réalisé une revue des sources d’émissions supplémentaires liées * l’extraction de cette ressource. si demain. on voit * travers ces deux exemples )ue.-5::9% . Vne réduction de la consommation de ga! induirait mécani)uement un recours accrG au c"ar'on.9>7 F"ar'on .l’urgence de limiter le recours au c"ar'on appara/t d’autant plus &orte )ue cette énergie a connu la plus &orte croissance au cours des dix derni$res années. en particulier dans les pays ayant un &ort recours au c"ar'on. il reste une source importante de ga! * e&&ets de serre. Pa découverte de nouvelles ressources contri'ue * réduire le prix des énergies &ossiles. la c"ine réussit * réduire ses consommations de c"ar'on en exploitant les ga! non conventionnels présents dans son sous-sol. . M 5:B7. dont les réserves sont tr$s importantes. Source . 1000 500 Pe ga! a&&ic"e un 'ilan car'one deux &ois in&érieur au c"ar'on pour la production d’électricité. il est toujours di&&icile de déterminer si la découverte de nouvelles réser ves en ga! va contri'uer * augmenter le recours aux énergies &ossiles ou va permettre de limiter le recours au c"ar'on. un centre de rec"erc"e anglais sur le c"angement climati)ue.997 étrole Da! 5::7 Source .Natixis A+ d’apr$s ? .. le c"ar'on est ainsi devenu. 5:. la principale source de ga! * e&&et de serre devant le pétrole. le Tyndall centre. le recours aux ga! non conventionnels n’est pas a priori &orcément incompati'le avec des stratégies de réduction des émissions de co5 . = noter . . 2500 5a%leau * . . les tec"ni)ues d’extraction des ga! non conventionnels sont sensi'lement di&&érentes de celles utilisées pour les ga! conventionnels.: 7 : ..9E7 .9A7 .gies &ossiles.. m. on comprend )ue la réponse * la )uestion 1 l’augmentation de la taille des réser ves de ga! est-elle compati'le avec la lutte contre le c"angement climati)ue Y 2 ne peut . le rapport conclut )ue 19 De la m. comme expli)ué en partie B.S.?i ure 10 . le ta'leau suivant illustre les principaux arguments de c"acune des approc"es.tre tranc"ée par un calcul simple.me &aCon.. et V.9E.5 pour les données .

cédé d’extraction. le transport de l’eau et des eaux usées.me ordre de grandeur )ue pour les ga! de sc"iste.: 8 le 'ilan glo'al du ga!. on peut estimer )ue les émissions supplémentaires associées * l’extraction de ces ga! sont du m. en approc"e 1 cycle de vie 2. rappelons )ue le ga! naturel extrait est composé pres)u’ex. les tec"ni)ues d’extraction étant relativement similaires pour les az de réservoirs compacts et les az de char. sont comprises entre : 8 et B 8.clusivement de mét"ane. l’agence de l’environne. ces émissions supplémentaires sont en grande majorité dues aux pro. aucune 5 . par ordre d’importance.les émissions supplémentaires. cependant. les autres sources signi&icatives d’émissions sont.ment et de la +a/trise de l’6nergie #aDe+e% estime )ue . 8 de &uites supplémentaires alourdit de . Toute&ois. et le traitement des eaux usées.cédés de &racturation "ydrauli)ue. le rapport Tyndall ne prend pas en compte d’éventuelles &uites additionnelles de ga! pendant le pro. our donner un ordre de grandeur. la moindre &uite supplémentaire a des consé)uences tr$s signi&icatives sur le 'ilan car'one du ga!.%on. cette )uestion est donc tr$s sensi'le. le mét"ane ayant un potentiel de réc"au&&ement glo'al 57 &ois supérieur * celui du co . le &orage "ori!ontal.

14 Lstimation Lstimation Lstimation Lstimation Lstimation Lstimation ris#ue de phréati#ues 'asse "aute 'asse "aute 'asse "aute pollution des nappes Da! conventionnel Da! non conventionnel ➜ F"ar'on les polluants Fom'ustion roduction #extraction.com .estimations Natixis A+. ::: >:: A:: 3:: 5:: : +.liser des 1 'oues 2 de &orage.'reuses criti)ues #c&. les opérateurs doivent s’assurer )u’aucune connexion n’est possi'le entre le &orage et les nappes p"réa. lors des opérations de &orage et d’exploitation des ga! non conventionnels. ces 'oues sont généralement toxi)ues. ces 'oues sont généralement composées d’eau ou d’"uile.:. ainsi )ue de di&&érents produits c"imi)ues.ti)ues.Lstimation des émissions de ga! * e&&et de serrepour la production d’électricité #ga! conventionnel. > Dour le charbon' les tranches hautes correspondent 9 des centrales a$ec une e icacité de 3E R c’est>9>dire 9 une estimation du parc de centrales installées dans le monde S les tranches basses correspondent 9 une e icacité de <F R i. 2 i * Gestion de l’eau au-del* des aspects climati)ues.e. (#? ) 3a production d’électricité est l’utilisation (ui ait le plus de sens pour la comparaison du gaz et du charbon. ce )ui.me s’il existe des énergies moins émettrices de co5 )ue les ga! non conventionnels. (##) 0n utilisant des h4poth5ses di érentes' une étude dédiée 9 cette (uestion du rappelons toute&ois )ue d’autres moyens de produire l’électricité.pd ) www.étude n’a * ce jour )uanti&ié ces &uites sur un éc"antillon représentati& de puits.mirova. seule une étude réalisée par des c"erc"eurs de l’université de cornell #4o[art" r. l’utilisation du ga! reste plus per&ormante )ue celle du c"ar'on en mati$re d’émissions de co5 #c&. a&in de contr(ler la pression dans le &orage et d’évacuer les dé'ris de roc"e &orée. les émis.tre évaluée en &onction des contextes locaux. la pertinence du recours * ces ressources doit . 5:.shore Réacteur * eau lég$re Drande etite Fmissions de az à effets de serre $ e#( E=*.:: B: B: . ont des émissions de co 5 'ien in&érieures * la production d’électricité * 'ase de ga!.7 5: 7 Source . transport.me si cette étude a reCu de nom.prendre en particulier si ces nouvelles ressources permettent. en e&&et. nous estimons )ue l’exploitation des ga! non conventionnels peut . de remplacer d’autres ressources plus polluantes. par rapport au ga! conventionnel.: . le #? grap"i)ue suivant illustre. il est nécessaire de c"erc"er * com.GHh& 33: 3:: . on constate )ue dans tous les cas. 5::E. en particulier en raison de craintes de contamination des nappes p"réati)ues et des consommations d’eau jugées tr$s importantes.. 5:. entra/ne une "ausse des émissions #en 5 é)uivalent co % du ga! de sc"iste. en particulier les énergies renouvela'les ou le nucléaire. &uites de mét"ane% > Dour le gaz' les tranches hautes correspondent 9 des centrales a$ec une e icacité de <? R 9 sa$oir une estimation basse de l’e icacité du parc de cen> trales installées dans le monde S les tranches basses étant assimilées 9 une e icacité de E? R correspondant au" centrales 9 gaz les plus per ormantes. les ga! non conventionnels &ont l’o'jet de nom'reuses controverses liées * l’eau. R.les %oues des fora es : comme pour les &orages traditionnels. annexe 5%. ou non. en approc"e 1 cycle de vie 2. de l’ordre de 5: 8.sions de ga! * e&&ets de serre en approc"e 1 cycle de vie 2 associées * la production d’un <R" électri)ue pour c"a)ue com'usti'le. 0n e et' ces deu" énergies sont tr5s utilisées dans le monde pour produire de l’électricité a$ec une grande le"ibilité. divers polluants peuvent a&&ecter l’intégrité de ces nappes - . orgGs4stemG ilesGpd GNaturalQ2asQ3C!Q8pdateQ?I*B##. il est nécessaire d’uti. Dans c"a)ue cas.% a tenté de &aire l’exercice. +.6missions de FH5 par source d’énergie #analyse du cycle de vie% Sources d’éner ie 5echnolo ie Tur'ine * ga! circuit ouvert Tur'ine * ga! * cycle com'iné "otovoltaZ)ue Fentrale * 'iomasse Terrestre 6olienne Nucléaire 4ydroélectricité . pour la production d’électricité . les centrales charbon les plus per ormantes. Source . en prenant en compte ces di&&érents éléments. FH 5@<R" . Da! naturel Solaire ?iomasse ?i ure 19 ..tre compati'le avec la lutte contre le c"angement climati)ue. 3:: g e). on peut retenir )ue l’étude consid$re )ue les &uites supplémentaires de mét"ane liée * l’exploitation des ga! de sc"iste vs les ga! conventionnels sont de l’ordre de 5 8. 5a%leau 0 . de sels ou d’autres particules permettant d’améliorer la densité des 'oues.Fommission européenne. annexe 5 pour plus de détail sur les "ypot"$ses de calcul%##. 5:: . > 3e dégradé de l’estimation haute des gaz non con$entionnels correspond 9 l’incertitude sur l’e"istence de uites de méthane supplémentaires. non conventionnel et c"ar'on% . d’apr$s ADL+L.

5 8% est injecté a&in de &racturer la roc"e. par l* m. .CorldCatch.les fluides de fracturation : comme évo)ué précédemment.li)ue. de sa'le #K7 8% et de pro. l’ajout de produits c"imi)ues a pour o'jecti& d’améliorer l’e&&icacité de la &racturation et. puis d’emp. lors de la &racturation "ydrau. un mélange d’eau #K97 8%.duits c"imi)ues #W :.mes conclusions sur la comparaison gazGcharbon ) @BGLorldCatch +nstitute > Comparing 3i e> C4cle 2reenhouse 2as 0missions rom Natural 2as and Coal T *?## (http)GGCCC.me. et de permettre au ga! de s’écouler dans le puits. . la renta'ilité du puits.c"er les &ractures de se re&ermer.bilan car> bone du gaz réalisée par la @eutsche Ban/ et le LorldCatch +nstitute' arri$e au" m.

3es inhibiteurs de dépUt permettent une répartition homog5ne du sable dans le luide.8 le &luide de &racturation contenant * la &ois des produits c"imi)ues et des éléments naturels dangereux pour la santé "umaine...38 :.A58 :. ainsi. m.:78 Acide c"lor"ydri)ue :. -n retrou$e ce t4pe de produits notamment pour le traitement de l’eau' dans des netto4ants ménagers ou dans des agents de dégi$rage.L A. 5:. plom'.?i ure 14 : Fomposition des produits c"imi)ues dans la &racturation "ydrauli)ue Réduction des pertes par &rottements Sa'le 7.:. 3’acide chlorh4dri(ue permet de dissoudre certains t4pes de roches' a in d’amé> liorer la perméabilité du gisement.:. grXce * ces in&ormations. Source .. sul&ure d’"ydrog$ne +ercure.tion "ydrauli)ue pertur'e la &ormation. arsenic Radium. il est essentiel d’éviter )u’il se retrouve en contact avec des nappes p"réati)ues utilisées comme source d’eau pota'le. -n retrou$e ce t4pe de produit notam> ment pour le traitement de l’eau et des sols' ou comme absorbant dans les couches pour bébés.:78 Famion pompe injectant l’eau pour la &racturation 3es antimicrobiens permettent d’é$iter l’apparition de bactéries dans le réser> $oir' ce (ui détériorerait les rendements. "élium. composés organi)ues volatiles Source . poussée notamment par l’agence gouvernementale des 6tats-unis pour l’environnement #e a%. on sait désormais )ue les &luides contiennent des su'stances dangereuses ou cancérig$nes. ét"ane%.Natixis A+ @ IO 6nergies nouvelles. Récupération des eaux usées B Iappe phréati#ue Fiment Acier Oluides issus de la &ormation Saumure Da! naturel #mét"ane. Depuis 5:. 5a%leau 2 : Lxemples de polluants 1 naturels 2 apparaissant dans des gisements 8olluants Jxemples . -n retrou$e ce t4pe de produits notam> ment pour le traitement de l’eau' comme désin ectant ou pour la stérilisation médicale concernant les anti>microbiens. la pu'lication volontaire des produits c"imi)ues utilisés est devenue la norme c"e! les industriels.:B8 In"i'iteur de dép(t :..me si elles sont présentes en &ai'le )uantité. Additi&s c"imi)ues ?i ure 1A : rincipaux ris)ues de contamination des nappes p"réati)ues Antimicro'ien :. 3es produits de réduction des pertes par rottements permettent de limiter la puissance utilisée pour inAecter le luide. lors)ue )ue l’on &ait circuler de l’eau dans ces &ormations. a!ote. uranium 1A aux 6tats-unis. . l’industrie c"erc"e actuellement des solutions de su'stitution. 5:. "ydrocar'ures aromati)ues polycycli)ues.les éléments naturels : les argiles ont la caractéristi)ue de retenir la mati$re organi)ue. -n retrou$e ce produit' notamment dans les piscines ou dans les netto4ants ménagers. FH5. suscitant de nom'reuses interrogations du c(té des populations. celle-ci peut remonter c"argée de toxi)ues et polluer les nappes p"réati)ues. la composition de ces produits c"imi)ues est longtemps restée protégée par le secret industriel. Da! Traces 6léments radioacti&s +atériaux organi)ues Acides organi)ues. or la &ractura.538 ➜ les possi%ilités de connexion entre les fora es et les nappes phréati#ues Lau 93.. les minéraux lourds et les éléments radioacti&s. a&in de réduire la dangerosité de ces produits. t"orium.

on peut segmenter les ris)ues de contamination en trois catégories . la 1 cimentation 2 des tu'es doit . il y a un ris)ue de voir une partie du &luide injecté remonter le long du trou réalisé pour le &orage. il &aut * la &ois éviter )ue les &luides circulant * l’intérieur du &orage ne se retrouvent en contact avec la nappe p"réati)ue. elle est d’autant plus cruciale avec la &racturation "ydrauli)ue. si la )ualité d’un casing est incontourna'le pour un &orage traditionnel #a&in d’éviter notamment )ue les 'oues de &orage ne contaminent les nappes p"réati)ues%. 5:. les opérateurs installent plusieurs tu'es en acier #casing% entourés de ciments spé. en e&&et. @ AIL. 5:. contaminant alors la nappe p"réati)ue. conventionnels ou non..@an#ue puits .tre réalisée avec un soin particulier.Natixis A+ @ Total. d’étanchéité des les &orages pétroliers et ga!iers. Disement Source . traversent les nappes p"réati)ues )ui se situent en général * plusieurs centaines de m$tres de la sur&ace. et s’assurer )ue des &luides ne remontent pas 1 derri$re 2 le tu'e en acier.5.ciaux. mais * l’extérieur du casing.5 . si cette cimentation n’est pas réalisée correctement. . a&in d’isoler le &orage des nappes p"réati)ues.

certains cas de dé&aut de cimentation ont déj* entra/né des pro'l$mes de contamination des nappes p"réati)ues. en particulier . peuvent créer des pro'lémati)ues locales de compétition avec d’autres usages. www. la d’eau. de l’eau est inAectée dans le orage' a in d’augmenter la pression dans le réser$oir et d’améliorer les rendements. l’étanc"éité de ces 'assins est généralement assurée par des 'Xc"es en plasti)ue. une &ois la &racturation e&&ectuée. Des actions de la part des opérateurs en mati$re de dialogue avec les communautés locales et de mise en place des meilleures tec"ni)ues disponi'les sont attendues de la part des opérateurs.tre * nouveau utilisée pour la &racturation "ydrauli)ue. ces consommations d’eau. entre les incertitudes sur les rendements des puits et les di&&érences de )uantités d’eau * utiliser selon la géologie.nelles d’"ydrocar'ures )ui. comme l’illustre la Oigure . augmentant d$s lors les ris)ues de détérioration des 'arri$res en acier et en ciment. 17 +algré ces &ortes variations d’un gisement * l’autre.5: . cette )uestion des consommations d’eau doit donc . m. sur les puits déj* réalisés. mais ne sem'le pas de nature * remettre en cause l’ensem'le de la &ili$re. .5. ::: et B ::: m de pro&ondeur et les &ractures ne dépassant pas.. +. ce point doit &aire l’o'jet d’un suivi de la part du régulateur.com (#3) Koir http)GGCCC. mais il existe des ris)ues de dé&auts d’étanc"éité des 'assins. Dans les !ones en situation de stress "ydri)ue. = noter )ue d’ici &in 5:. mais se situe généralement entre . il sem'le inadé)uat de remettre en cause l’ensem'le de la &ili$re pour ces raisons.: ::: * B: ::: mB. .5. cette tec"ni)ue nécessite des volumes d’eau et des pressions 'eaucoup plus importantes )ue pour les &orages traditionnels. les &ourc"ettes de consom. on peut toute&ois retenir )ue la &racturation "ydrauli)ue &ait appel * des volumes d’eau plus importants )ue des exploitations tradition. il s’agit de cas isolés )ui illustrent certaines mauvaises prati)ues liées au man)ue d’expérience des opérateurs et des pouvoirs pu'lics sur ces nouvelles ressources. il appara/t peu pro'a'le )ue la &racturation de la roc"e engendre des &ractures jus)u’aux nappes p"réati)ues situées * )uel)ues centaines de m$tres de pro&ondeur 0 la &racturation ayant lieu entre .sée localement. une partie de l’eau revient en sur&ace.me si une attention ren&orcée doit . selon les conditions géologi)ues. les industriels c"erc"ent * augmenter le recyclage des eaux de &racturation. ?i ure 17 : Lstimations des consommations en eau par type d’énergie étrole de réservoir compact étrole conventionnel avec &racturation étrole conventionnel Da! de sc"iste Da! de réservoir compact Da! conventionnel avec &racturation Da! conventionnel nappes phréati#ues 5 our les &orages les plus pro&onds. en mai 5:..3: mB@T\ V noter ) pour les pétroles' les chi res comprennent les B 9 #B m3G7H néces> saires au ra inage.Natixis A+ @ AIL. ces travaux devraient apporter des éléments nouveaux pour l’évaluation de ces ris)ues. Source .:: . l’e a doit rendre pu'lics les premiers résultats d’une nouvelle étude sur l’impact de l’exploitation des ga! de sc"iste sur les eaux souterraines#3.9. restent 'ien in&érieures aux consommations d’eau #< pour l’agriculture.tre analy.tre apportée aux )uestions de sécurité.moins. .epa.me si elles peuvent e&&ectivement entra/ner des pro'lémati)ues dans certaines régions. dans des !ones arides.connexion entre la zone de fracturation et les consommation en eau ➜ Gaz de schiste et az de réservoirs compacts le volume d’eau nécessaire * un &orage et * sa &racturation "ydrauli)ue varie selon la géologie des !ones d’exploitation et la longueur du puits.mirova. le volume d’eau )ui remonte # loCbac/ Cater% est compris entre . a&in de limiter les 'esoins en eau.go$Gh stud4G. la grande majorité de l’eau peut . néan. créant ainsi de potentiels c"emins vers la sur&ace#*. 5:. d’autres activités industrielles ou les consommations par les communautés locales. les eaux usées c"argées de particules en suspension passent par des 'assins de décantation sur site. en t"éorie. en e&&et. . une &ois traitée.+an)ue d’étanc"éité des 'assins de décantation comme évo)ué précédemment. comme l’agriculture. a&in de réduire ces consommations.en e&&et. Dour les pétroles' les tranches hautes correspondent au" opérations de récupération assistées' o. une centaine de m$tres. aucun cas avéré de pollution de ce type n’a été relevé jus)u’ici.mation d’eau ramenées * la production sont asse! larges pour les "ydrocar'ures. en &onction de la disponi'ilité de la ressource en eau.sapea<e s’est vu in&liger une amende de 9:: ::: T pour contamination des eaux dans le comté de ?rad&ord. ainsi. ces ris)ues sont largement compara'les * d’autres activités industrielles. Dans les deux cas.7 et >: 8 de l’eau injectée.@auvaise estion de l’eau en surface B Deux pro'lémati)ues de gestion de l’eau en sur&ace peuvent a'outir * une contamination des nappes p"réati)ues . certains scienti&i)ues soulignent le ris)ue )ue la &racturation "ydrauli)ue puisse accentuer des &ractures naturelles existantes. la société c"e.+anipulation et ac"eminement des eaux usées en sur&ace l’ac"eminement des eaux résiduelles vers des unités de traitement engendre des ris)ues de déversements accidentels 0 ris)ues )ui augmentent les unités de traitement ne sont pas situées aux a'ords du site. : 5: 3: A: >: .

* la &ois d’un point de (#*) Koir notamment Larner et al. vue économi)ue et sociétal. > 2eochemical e$idence or possible natural migration o Marcellus :ormation brine to shalloC a(ui ers in Denns4l$ania > *?#*. &ésumé disponible sur http)GGCCC. (#<) &appelons (u’au ni$eau mondial' l’agriculture représente W F? R de la consommation .pnas.orgGcontentG#?JG3?G##JE#.via'ilité du projet peut .tre remise en cause.

tion ont déj* donné lieu * des condamnations d’opérateurs. avec un 1 mitage 2 du paysage vu du ciel#B. la sur&ace utilisée n’est plus )ue :.t d’!lleghen4' Denns4l$anie Z3at ) W<#'B? S 3on ) W>FJ'#JX (http)GGgoo. Toute&ois.3IX (http)GGgoo.glGmapsGBzun8).tre contenu dans des gisements contenant d’importantes )uantités d’eau. l’eau extraite nécessite toute&ois des traitements spéci&i)ues.glGmapsGCEI\! par e"emple. l’impact local de gisements tr$s rapproc"és peut . l’impact visuel vu du sol dépendra &ortement du lieu d’implantation du projet .. les dé&is tec"ni)ues * relever sont compara'les * d’autres activités industrielles. l’impact serait encore plus signi&icati& si ces tec"ni)ues n’étaient pas utilisées. l’impact sur les paysages peut sem'ler important. cette eau devant .:: * .glGmapsG?*3:@ ou http)GGgoo. il &aut ajouter les routes d’acc$s et les corridors permettant de &aire circuler eau. la mise en production d’un gisement de ga! de sc"iste ou de ga! de réservoirs compacts nécessite de réaliser entre . De plus. Il en résulte )ue m. ces c"i&&res prennent en compte la réalisation de puits "ori!ontaux multilatéraux permettant de réduire l’occupation des sols.➜ spécificités des az de char%on (#E) V titre de comparaison' les acti$ités agricoles $ues du ciel peu$ent également a$oir des impacts impressionnants ) http)GGgoo.3 * .me si un site d’exploitation seul occupe une taille relativement réduite. si ce point nécessite une attention ren&orcée de la part du régulateur.tre asse! signi&icati&.me avec des opérations de &racturations.relie&. les gisements de ga! de c"ar'on sont généralement producteurs.5 "ectare. Cha(ue t[che blanche correspond 9 un site d’e"ploitation. la sur&ace utilisée est comprise entre un et deux "ectares #soit un carré de . vu du ciel. les activités agricoles ont pro&ondément modi&ié les territoires#E. et non consommateurs d’eau. . il ne sem'le pas de nature * remettre en cause l’ensem'le de la &ili$re. outre les villes.7: m de c(té% 0 en p"ase de production. m. si. la tec"ni)ue de &racturation "ydrauli)ue pose des ris)ues nouveaux de contamination des ressources en eau. a&in d’encadrer les prati)ues des exploitants. et 3 sites d’exploitation par <m5 sur des sur&aces tr$s importantes #plusieurs milliers de <m5%. végétation. Des cas de contamination dus * une mauvaise )ualité de réalisa. il est important de garder en t.tre extraite avant de pouvoir exploiter le gisement. ga! et électricité.te )ue de nom'reuses activités "umaines ont un impact important sur le territoire. le ga! de c"ar'on a pour particularité d’.glGmapsG#pYn*) ou dans le Marcellus shale' dans la or. 2 i 0 occupation des sols et nuisances locales occupation des sols la sur&ace occupée par un site d’exploitation de ga! non conventionnels est relativement restreinte - ➜ 1B pendant la p"ase de &orage et de &racturation. si cet impact vu du ciel peut sem'ler impressionnant. = cette sur&ace. cette tec"ni)ue tendant * devenir la norme. densité de populationJ (#B) Koir par e"emple les orages dans le Barnett shale' au Nord de :ort Lorth' 7e"as ]3at ) W33'#* S 3on ) W>JF. ➜ cependant.

nelles. le ga! non conventionnel pose donc des pro'lémati)ues similaires * celles rencontrées par le solaire ou l’éolien. en particulier. au-del* des nuisances locales.sionnée pour les populations locales peut . signalons toute&ois )ue les séismes induits ne sont pas spéci&i)ues aux ga! non conventionnels et )u’il s’agit d’un p"énom$ne )ui a déj* été o'servé de nom'reuses &ois pour l’exploitation . l’ex. contre des valeurs de l’ordre de 5 'cm@<m5 pour les gisements conventionnels #jus)u’* 7 'cm@<m5%. lors de la mise en eau ou de la vidange rapide de grands 'arrages ou lors d’exploitation mini$re.Dans tous les cas. en&in. autres impacts l’exploitation des ga! non conventionnels serait également suscepti'le de causer des séismes de &ai'le amplitude.tre considéra'le.5 mois de &orage. il est certain )ue l’exploitation de ces ga! est 'ien plus invasive )ue celle des ressources convention.me si des e&&orts ont été réalisés par certains opérateurs pour limiter les nuisances #utilisation d’é)uipements moins 'ruyants. pour c"a)ue site d’exploitation. la g.:3 'cm@<m5 * :. au glo'al. l’ aIe estime par exemple )ue la densité des ressources ultimes en ga! de sc"iste américain est comprise entre :.ploitation des ga! de sc"iste nécessite une augmentation importante du tra&ic de camions. la réalisation de &orages tr$s rapproc"és et de routes d’acc$s peut avoir des consé)uences importantes sur la 'iodiversité locale. d’"ydrocar'ures conventionnels. de nom'reuses nuisances sont associées * l’exploitation des ga! non conventionnels. les ressources en ga! non conventionnel sont 'eaucoup plus di&&uses.A 'cm@<m5. nuisances locales au-del* de la )uestion du niveau d’occupation des sols. un site d’exploitation oI seront localisés A puits "ori!ontaux nécessitera donc A * . Dans le cas des 6tats-unis. nécessitant un plus grand nom're de &orages pour exploiter la ressource. = cette &ai'le concentration des ressources vient s’ajouter la pro'lémati)ue de la &ai'le perméa'ilité. comme il est nécessaire de reproduire les sites d’exploitation avec une densité de l’ordre de . aux nuisances associées aux opérations de &orage. m. a&in de &inancer la remise en état des in&rastructures routi$res. l’exploitation des ga! non conventionnels nécessite des &orages plus rapproc"és sur des sur&aces plus étendues )ue les ga! conventionnels.ne occa. l’exploitation de ces ressources reste &ortement invasive. cette "ausse du tra&ic peut nécessiter une adaptation des in&rastructures routi$res. la réalisation d’un seul site d’exploitation nécessiterait entre 3 B:: et A A:: passages de camions. Tout d’a'ord. réalisation de murs permettant de limiter l’impact sonoreJ%. en mati$re d’occupation des sols. certains 6tats américains ont ainsi mis en place des taxes spéci&i)ues pour les opérateurs ga!iers. * 3 sites par <m5. les opérations de &orage sont une source importante de pollution sonore et lumineuse. 53 "eures sur 53. c"a)ue puits "ori!ontal nécessite un * deux mois de &orage.

Néanmoins. tantes. le pays européen aux ressources en ga! de sc"iste les plus importantes. circulation de camions% ont lieu pendant A * . comme dans certains 6tats amé. Pa ologne.l’6tat de Ne[ _or<. de nom'reuses réglementations verraient le jour. l’injection souterraine dans le cadre d’une &racturation "ydrauli)ue n’a jamais été soumise * réglementation.= titre d’illustration.KS 8rincipales ré lementations Pes réglementations encadrant l’exploitation des ga! de sc"iste di&&$rent selon les 6tats américains. les 6tats-Vnis représentent les ^ de la production mondiale de ga! non conventionnel *: FANADA our rappel. le Fanada représente K. mais sans recours * la &racturation "ydrauli)ue.: d’un moratoire interdisant l’utilisation des tec"ni)ues de &racturation "ydrauli)ue. les propriétaires terriens 'éné&iciant des revenus d’exploitation de leur sous-sol.tre relativement mineure dans des !ones &ai'lement peuplées. m. a contrario.me si des e&&orts peuvent . cette pro'lémati)ue peut . avec la Orance.sives #&orages. si l’exploitation de ces ressources venait * cro/tre.99E. la &racturation "ydrauli)ue est autorisée..per les exploitations. l’Lnergy olicy Act a apporté des précisions )uant * la dé&inition de l’injection souterraine. Réserves potentielles tr$s impor- Depuis juin 5:. la Four d’appel du .tre encadrée par le Sa&e Drin<ing Rater Act. Tout d’a'ord. "istori)uement.rait prendre &in proc"ainement. )ui poss$de des réserves importantes de ga! de sc"iste. l’L A a déclaré )ue ces ris)ues étaient &ai'les et en 5::7. 6TATS-VNIS our rappel. Fette décision a été con&irmée par le nouveau gouvernement en juin 5:.e circuit déclara )ue la &racturation "ydrauli)ue utilisée pour la production de ga! de c"ar'on en Ala'ama était 'ien une injection souterraine et devait donc . mais * l’6tat. Dans le droit &ranCais par exemple. 8.7 8 de la production mondiale de ga! non conventionnel Pe `ué'ec a décidé d’un moratoire sur la &racturation "ydrauli)ue dans l’attente d’un rapport complet sur l’impact environnemental de l’exploitation des ga! de sc"iste. Dans le reste du pays. avec la ologne. a décidé en décem're 5:.tre réalisés pour amoindrir ces impacts.5 mois.ricains. notons )ue les propriétaires américains poss$dent les ressources mini$res situées sous leur sol. Seuls les travaux d’exploration pourront continuer. HPHDNL Lxploitation en cours de développement. 9 //////// i point de vue des différentes parties prenantes 9 i 1 ré lementations Gaz de schiste //////// Étude les positions sur l’exploitation des ga! de sc"iste varient selon les pays et vont de l’interdiction * l’autorisation. il n’en va pas de m. Pa Orance serait. Fette décision de justice est * l’origine d’une étude menée par l’L A sur les ris)ues associés * la tec"ni)ue de &racturation "ydrauli)ue pour l’eau pota'le. Fette particularité américaine a permis de rapidement dévelop. l’exploitation des ga! de réservoirs compacts du jona" Oield dans le Ryoming est accusée d’avoir entra/né un tr$s &ort déclin de la population de certains oiseaux #sage grouse%. la Orance a interdit l’utilisation de la &racturation "ydrauli)ue sur son territoire. . Llle n’était pas régie par le Sa&e Drin<ing Rater Act. l’exploitation des ga! non conventionnels nécessite la réa. ORANFL Aucun site en cours d’exploitation. le pays européen aux ressources en ga! de sc"iste les plus importantes. en en excluant explicitement la &racturation "ydrauli)ue sans diesel.. F4INL Lxploitation encore peu développée. en passant par le moratoire. ces derni$res n’appartiennent pas au propriétaire terrien. dans des !ones plus &ortement peuplées #c(te nord-est des 6tats-unis. D’autre part. toujours en vigueur. ce moratoire. notons cependant )u’une "ausse des contr(les engendrerait des délais et des coGts liés au recrutement et * la &ormation d’experts capa'les d’inspecter les installations et d’évaluer les ris)ues. sur c"a)ue site. des opérations inten. serait. europe%. a&in d’encadrer les prati)ues et de minimiser les ris)ues environnementaux et sociaux. au glo'al. = noter . ces réglementations restent généralement souples et ont clairement contri'ué * l’essor des ga! de sc"iste aux 6tats-Vnis. Ln 5::3. Pe gouvernement polonais ré&léc"it * des incitations &iscales pour &avoriser le développement des ga! de sc"iste. pour.me puis)ue d$s lors )ue le sous-sol contient des ressources mini$res. D’apr$s les déclarations du gouverneur de l’6tat de Ne[ _or<.. les nuisances restent importantes.lisation de sites d’exploitation * intervalles tr$s réguliers #. Ln . cette )uestion est déj* en train de devenir un &rein important au développement de la ressource.5. * 3 sites par <m2%.

com . www..5e lan )uin)uennal du gouvernement c"inois a donné le &eu vert * l’exploitation du ga! de sc"iste.//////// Étude //////// Gaz de schiste Ln 5:.mirova. le ..

➜ les écarts importants entre les di&&érentes réglementations et entre les points de vue des parties prenantes illustrent 'ien le caract$re &ortement su'jecti& de l’appréciation de cette tec"ni)ue. n’est pas considérée comme un enjeu majeur par l’industrie. en &onction des nouvelles données scienti&i)ues. l’industrie met par ailleurs &ré)uemment en avant )ue les produits c"imi)ues utilisés ne représentent )u’un &ai'le pourcentage de la solution injectée #W.mirova. en&in.arc électri)ue.com .Gaz de schiste //////// Étude //////// 9 i * industrie l’industrie pétroli$re et ga!i$re souligne les aspects positi&s de l’exploitation des ga! non conventionnels. 'on nom're d’ong et d’acteurs de la société civile sont &ortement opposés * l’exploitation des ga! non conventionnels. Il sem'le tr$s peu pro'a'le de voir émerger un consensus sur ces sujets. la multitude de camions nécessaires * l’ac"eminement de l’eau #propre et usée% et des autres matériaux et é)uipements.gaslandthemo$ie. ris)ues d’accident de la route%. )uant * elle. ces ris)ues existent néanmoins aussi pour le conventionnel. &racturation par propane. le développement de ces ressources &reine l’essor des énergies renouvela'les et la mise en place de mesures d’e&&icacité énergéti)ue.me * moyen@ long terme. m. www. la &racturation "ydrauli)ue.naissant l’existence de &ai'les ris)ues environnementaux. les dé&auts de cimentation des puits sont considérés comme le ris)ue principal. mais * éc"elle plus réduite.tre revue dans le temps. tout en recon. les produits c"imi)ues utilisés lors de la &racturation "ydrauli)ue présentent des ris)ues de pollutions des sols et des nappes p"réati)ues pouvant entra/ner des pro'l$mes sanitaires. puis)u’il s’agit d’une tec"ni)ue éprouvée et utilisée depuis les années 3: dans les &orages d’"ydrocar'ures conventionnels.:. 9 i 0 société civile cependant. sans eau et sans produits c"imi)ues%.comGabout>the> ilmGmedia>/it. a notamment contri'ué * lancer la polémi)ue en &ilmant un citoyen américain résidant dans une !one d’exploitation des ga! de sc"iste et mettant le &eu * son ro'inet d’eau. la position retenue par +irova en introduction de cette étude se veut * l’écoute de ces di&&érents points de vue et sera suscepti'le d’. du &ait de la multiplicité des &orages pour les ga! non conventionnels. 8% et les volumes d’eau peuvent . engendre des nuisances pour les riverains #nuisances sonores. le recours au ga! de sc"iste présente des avantages en termes de réc"au&&ement climati)ue et &acilite la transition vers une économie &ai'lement car'onée ➜ ➜ l’exploitation des ga! de sc"iste détériore des paysages en raison de la multitude de puits * &orer et des in&ras.tre réduits par des traitements et par des e&&orts de raD #ex . pointant ainsi du doigt les éventuelles contaminations en mét"ane des ressources en eau#F. les arguments les plus souvent avancés par la société civile sont les suivants - *1 ➜ ➜ les volumes d’eau nécessaires * la &racturation "ydrauli)ue sont tr$s importants. en particulier. (#F) @es images du ilm' et notamment la sc5ne du eu et du robinet' sont disponibles sur le site internet du ilm ) http)GGCCC.tructures routi$res * construire. toujours selon l’industrie. les ga! non conventionnels ont un impact négati& dans la lutte contre le c"angement climati)ue. le documentaire 1 gasland 2 sorti en 5:.

comment définit-on les réserves d’hydrocar%ures $ az! pétrole! char%on&.: 8 de c"ances )u’ils soient extraits dans les conditions économi)ues et tec"nolo. ** 6tant donné leur dé&inition.rellement 'aisser les réserves. mais c’est généralement sur le calcul de ces réserves )ue les industriels c"oisissent ou non d’exploiter un gisement. indépendamment de la possi'ilité tec"ni)ue ou économi)ue de les exploiter.les ressources ultimes ne doivent pas .tion de leurs réserves prouvées. aux)uelles ont été ajouté les volumes de ga!.gi)ues actuelles. de pétrole ou de c"ar'on déj* découverts et pour les)uels on estime )u’il existe . les ressources en place correspondent * l’intégralité du pétrole contenu dans les réservoirs.cation par les industriels. si l’exploitation &ait natu. concernant les réservoirs identi&iés. on parle généralement de trois types de réserves - ➜ ➜ réserves prouvées $1p ou pB:& on parle de réserves prouvées pour les volumes de ga!. les ressources ultimes restantes correspondent * ces ressources ultimes L ce )ui a déj* été produit.me pour les acteurs privés. on parle de ressources ultimes. . les réserves prouvées > pro'a'les > possi'les prennent en compte des )uantités additionnelles correspondant aux volumes de ga!. di&&érents &acteurs peuvent permettre d’augmenter leur taille.tre con&ondues avec les ressources en place. de pétrole ou de c"ar'on déj* découverts et pour les)uels on estime )u’il existe 9: 8 de c"ances )u’ils soient extraits dans les conditions économi)ues et tec"nologi)ues actuelles.tre découverts et mis en exploitation 0 ➜ les tec"ni)ues d’extraction peuvent s’améliorer permettant d’augmenter le taux de récupération des "ydrocar'ureb 0 (%) Dour le pétrole con$entionnel' par e"emple' ce tau" de récupération est en mo4enne de 3B R' a$ec des écarts tr5s importants selon les gisements.me. seules ces réserves prouvées &ont systémati)uement l’o'jet de pu'li.annexes annexe 1 . Production cumulée Réserves prouvées (1P) Réserves probables (2P) Réserves possibles (3P) Ressources potentielles Ressources ultimes ➜ réserves prouvées > pro%a%les > possi%les $0p ou p1:& De m. ➜ ➜ réserves prouvées > pro%a%les $*p ou p9:& les réserves prouvées > pro'a'les correspondent aux réserves prouvées. ces ressources ultimes correspondent aux réserves . les réserves renta'les pour un 'aril * . le montant de ces réserves n’est pas systémati)uement pu'lié.t * modi&ier l’estimation de leurs réserves pour ajuster leur production. our )uanti&ier tous les "ydrocar'ures )ui seront exploités sur terre.:: T sont 'ien plus importantes )ue pour un 'aril * 5: T% 0 pour le pétrole. le pro'l$me est le m.tre constamment réévaluées. en e&&et. 5 et B > des ressources )ui restent encore * découvrir. Dour le gaz con$entionnel' le tau" de récupération est généralement proche de I? R. pour les)uelles le montant des réserves est un param$tre important de la valorisation de l’entreprise. . ces réserves ont vocation * . les conditions économi)ues peuvent c"anger #pour le pétrole par exemple. cette classi&ication s’appli)ue pour les ressources conventionnelles et non conventionnelles de ga!. ces acteurs peuvent avoir intér. n? . en particulier - Ressources ultimes restantes ➜ de nouveaux gisements peuvent . les )uotas de production des pays de l’o e #5@B des réserves mondiales% étant &ixés en &onc. de pétrole et de c"ar'on. de pétrole ou de c"ar'on déj* découverts et pour les)uels on estime )u’il existe 7: 8 de c"ances )u’ils soient extraits dans les conditions économi)ues et tec"nologi)ues actuelles.

comme le 'ilan car'one de l’aDe+e par exemple.e. ::: >:: A:: 3:: 5:: : g e). De m.mations se 'asent sur tr$s peu de sites de production et les données sont &ortement contestées par les industriels.me dans le cas de l’utilisation d’un rg sur . ?i ure 1B .. R. pour plusieurs raisons - * #ue le char%on . alors )ue la )uasi.totalité des études utilise un rg sur . cette conclusion a reCu de nom'reuses criti)ues des industriels%%.les az de schiste peuvent-ils 'tre plus émetteurs en co Des c"erc"eurs de l’université de cornell.me si ces c"i&&res étaient avérés. +. lcétude estime également )ue cette conclusion peut dans certains cas . ce )ui reste 'ien meilleur )ue le 'ilan environnemental du c"ar'on. l’étude conclut )ue le ga! non conventionnel * un impact é)uivalent * celui du c"ar'on.me. ont pu'lié en 5:. les ga! de sc"iste ont un impact entre 5: 8 et . l’étude estime )ue l’"ori!on de 5: ans est plus pertinent car il est nécessaire de réduire &ortement les émissions de ga! * e&&et de serre dans les proc"aines décennies. lcune des plus pres.. 8%. au glo'al. www.. 5:. alors )ue les valeurs généralement admises utilisent un taux 'ien plus &ai'le #K. la principale conclusion de l’étude est d’estimer )ue les ga! de sc"iste ont un impact plus &ort sur le c"angement climati)ue )ue le c"ar'on. en d’autres termes. com'ustion% tr$s important dans l’étude #5 * A 8%.%. 3es tranches basses correspondent (uant 9 elle 9 une e icacité de E? R' i. transport. non conventionnel et c"ar'on% ➜ de l’étude insiste sur la prise en compte d’un potentiel réc"au&&ement glo'al # rg% sur 5: ans. les autres &uites de mét"ane sont les m. ce c"oix ne correspond toute&ois pas aux prati)ues standards des évaluations %%% environnementales . le point réellement nouveau apporté par cette étude est la mesure des &uites supplémentaires liées aux procédés d’extraction spéci&i)ue des ga! de sc"iste.mes pour le ga! conventionnel et pour le ga! de sc"iste. ces esti.com . ces &uites supplémentaires n’alourdissent le 'ilan co5 du ga! de sc"iste )ue de 5: 8 par rapport au ga! conventionnel. dans l’étude.7 8 par rapport au c"ar'on dans l’étude cornell. 3es tranches basses correspondent 9 une e ica> cité de <F R' c’est>9>dire au" centrales charbon les plus per ormantes.:. ce c"oix n’est pas sans consé)uence car. sans prendre en tion seulement le 'ilan co5 du ga! de sc"iste.3: 8%. mais aussi celui du ga! conv ces estimations sur le ga! compte le rendement des centrales électri)ues. alors )ue la plupart des études. l’étude estime )ue seule l’étape de réalisation du puits engendre des di&&érences de &uites de mét"ane entre le ga! conventionnel et le ga! de sc"iste. en prenant en compte ce rg sur 5: ans.:: ans.mirova.Lstimation des émissions de ga! * e&&et de serre pour la production d’électricité #ga! conventionnel. d’autres &acteurs viennent alourdir le 'ilan du ga! #comme la prise en compte de rg supérieurs aux valeurs recom. transport. en e&&et.annexes annexe * .tre également vraie pour le ga! conventionnel.estimation Natixis A+ d’apr$s ADL+L. au" centrales 9 gaz les plus per ormantes. Dour le charbon' les tranches hautes correspondent 9 des centrales a$ec une e icacité de 3E R' 9 sa$oir une estimation du parc de centrales ins> tallées dans le monde. a&&ic"e .mandées par l’I cc ou la comparaison des deux énergies par contenu énergéti)ue.:: ans. un point important est )ue le ga! conventionnel a&&ic"e dans cette étude un 'ilan également 'ien plus dé&avora'le )ue dans la plupart des autres études #-. une étude sur les impacts de l’exploitation des ga! de sc"istes sur le c"angement climati)ue #4o[art" r. le 'ilan du ga! de sc"iste ne serait )u’environ 5: 8 supérieur * celui du ga! conventionnel. 3:: . &uites de mét"ane% Dour le gaz' les tranches hautes correspondent 9 des centrales a$ec une e icacité de <? R' c’est>9>dire 9 une estimation basse du parc de centrales installées dans le monde. Source . 3e dégradé de l’estimation haute des gaz non con$entionnels correspond 9 l’incertitude sur l’e"istence de uites de méthane supplémentaires. Da! conventionnel Da! non conventionnel F"ar'on Fom'ustion roduction #extraction.tigieuses universités américaines. cette conclusion a reCu de nom'reuses criti)ues. cependant. 5:: . . FH 5@<R" Lstimation Lstimation Lstimation Lstimation Lstimation Lstimation 'asse "aute 'asse "aute 'asse "aute *0 ➜ +. 5:. )ui est le principal usage pour le)uel ces deux énergies sont en compétition%. il multiplie par trois l’impact des &uites de mét"ane. cet écart s’expli)ue par un taux de &uite sur l’ensem'le du cycle de vie #extraction. cette étude ne remet pas en )ues- en&in.:: 8 supérieur au c"ar'on.

notamment en &onction des c"oix mét"odologi)ues et des incertitudes sur les &uites de mét"ane. . (%%) Koir en particulier' sur le site des producteurs de gaz et de pétrole américains ) http)GGCCC. ces valeurs doivent .orgG*?##G?BG i$e>things>to>/noC>about>the>cornell>shale>stud4G (%%%) 3e choi" standard d’un D&2 sur #?? ans est lié au ait (ue le CCN8CC (Con$ention cadre des Nations unies sur le changement climati(ue) recommande' dans le cadre des in$entaires nationau"' d’utiliser les pou$oirs de réchau ement global sur #?? ans.entionnel. conventionnel allant * l’encontre de la plupart des sources de ré&érence. ce point &ait l’o'jet d’un suivi spéci&i)ue de la part de notre é)uipe de rec"erc"e extra-&inanci$re.energ4indepth.tre prises avec recul. l’approc"e suivie par les c"erc"eurs de cornell permet toute&ois d’insister sur les incertitudes existant sur les impacts environnementaux du ga!.

`uic<silver Resources Inc Range Resources Forp.annexes annexe 0 . Gaz de schiste d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d d Gaz de réservoir compacts d d d Gaz de char%on d d d *2 . Anadar<o etroleum Forp Apac"e Forporation F"evron Forp Fonoco "illips Devon Lnergy Forporation Lxxon +o'il Forp 4ess Forp +arat"on Hil Forporation Hccidental etroleum Forp.exemple de sociétés présentes dans les az non conventionnels 8ays Australie F"ine F"ine ?résil Orance Italie Norv$ge Lspagne Royaume-Vni Royaume-Vni Royaume-Vni Fanada Fanada 6tats-Vnis 6tats-Vnis 6tats-Vnis 6tats-Vnis 6tats-Vnis 6tats-Vnis 6tats-Vnis 6tats-Vnis 6tats-Vnis 6tats-Vnis 6tats-Vnis Société Santos Pimited etro F"ina Sinopec HDd etroleo e Das Total Lni Statoil Repsol _ O ?D Droup ? Royal Dutc" S"ell A Fanadian Hil Sands Sucor Lnergy Inc.

.7 .:% .@&ile@IO enfflesf"ydrocar'uresfnonfconventionnels. extrait "ttp-@@ec.&r@private@>>@ &ield-&ic"ier@guidese&acteursedemissionsevA.: octo're 5:.epa.Lstimation des émissions de ga! * e&&et de serre par com'usti'le #. extrait de "ttp-@@&oto[e'.A .3 . extrait de "ttp-@@[[[..eu@energy@energyepolicy@doc@:.gov@"&study@4Oestudy nale7:>.Lstimations des consommations en eau par type d’énergie ?i ure 1B . extrait de "ttp-@@[[[.%.ipcc.E .A .Vtilisation com'inée des tec"ni)ues de &racturation "ydrauli)ue et de &orage "ori!ontal ure 7 .pd& extrait de *9 Ta?le Des IllusTraTIons ?i ?i ?i ?i ?i ?i ?i ?i ?i ure 1 : Synt"$se des di&&érents types de ga! conventionnels et non conventionnels ure * : Illustration de la localisation géologi)ue des ga! non conventionnels ure 0 : Répartition géograp"i)ue des ressources en ga! conventionnel et non conventionnel ure 2 : ro&il de production de ga! naturel aux 6tats-Vnis ure 9 . extrait "ttp-@@[[[.9E.c"@pd&@assessmentreport@ar3@syr@ar3esyre&r. "ttp-@@[[[.2olden &ules or a golden age o gas.gov@&orecasts@aeo@ pd&@:B>B85>5:. extrait de "ttp-@@[[[.Gaz de schiste //////// Étude //////// ?I?lIogra 4Ie ade@e #5:.B .org@media@[eo[e'site@5:. novem're% .5egoldenrulesreport.[orldenergyoutloo<.75.> 5B .com@ +eDIas@+eDIaseInOos@7:E:@Or@ToTal-ga!-nonconven.Synt"$se des principaux arguments en &aveur et * l’encontre d’un recours * de nouvelles ressources en ga! ?i ure 12 .9>3-5:.3es gaz non con$entionnels' des ressources pour le utur. 5@ goldenrules@Reo5:.ac.Fouverture d’une !one donnée par plusieurs puits utilisant les tec"ni)ues de &orages directionnels.1tatistical re$ieC o Corld energ4.d.org@pu'lications@&reepu'lications@pu'lication@name..Lstimation des émissions de ga! * e&&et de serre pour la production d’électricité #ga! conventionnel. non conventionnel et c"ar'on% 7 A > > 9 .5% .pd& <p #5:.: . cornell university.% .Lstimation de la durée d’exploitation d’un site d’exploitation de ga! de sc"iste #puits multilatéraux.@.pd& chesapeaGe ...en.i&penergiesnouvelles.pd& de tyndall centre #5:.. A &orages "ori!ontaux avec &racturation "ydrauli)ue% ?i ure 1: ..-5::9% ?i ure 19 . statoil.eia.Lstimation des émissions de ga! * e&&et de serre pour la production d’électricité #ga! conventionnel.Changements climati(ues *??F' rapport de s4nth5se.Fomposition des produits c"imi)ues dans la &racturation "ydrauli)ue 5a%leau 2 .6volution du prix du ga! par rapport au prix du pétrole . extrait de "ttp-@@[[[.com@&r@nosproduire-9::. #u. avril% . non conventionnel et c"ar'on% 5a%leau 0 ..0"plorer et produire > :ormation d’un gisement.5 sur energies@petrole@explorer- commission européenne #5::E% .eOI- u(s( ener y information administration #5:.europa.Sc"éma de principe des &orages directionnels ure A .6missions de FH5 par source d’énergie #analyse du cycle de vie% ?i ure 14 .:.5 .association'ilancar'one.E .3es h4drocarbures non con$entionnels. extrait de "ttp-@@[[[.. et #5:.!nnual energ4 -utloo/.% .:5.pd& aie #5::9% -utloo/. o natural gas rom shale aie (*?##) > C-* 0missions rom :uel Combustion *?## > 6ighlights.8ne politi(ue de l’éner> gie pour l’0urope..3:.pd& epa #5:.4istori)ue et projections de la consommation d’énergie aux 6tats-Vnis 5a%leau * .."tml .tionnel.6volution comparée des cours du ga! naturel aux 6tats-Vnis et de la société F"esapea<e ?i ure 10 .2uide des acteurs d’émissions' chapitre *.eenergyepolicye&oreeuropee&r. statoil #5::>%.Lorld 0nerg4 hoMarth r( H(! s( r( #5:.5% .tyndall. &r@content@do[nload@E:9B.::.3EE@version@.iea. o."tml ifp éner ies nouvelles #5:.Methane and the green> house>gas ootprint ormations.Lxemples de polluants 1 naturels 2 apparaissant dans des gisements ?i ure 1A .com@statisticalrevie[ total #5:.com@&oto[e'@grid.pd& aie #5:. .:% .pd& @rin/ing Later de lane. de puits multilatéraux et de &racturation "ydrauli)ue 5a%leau 1 .1hale gas ) a pro$isional assess> ment o climate change and en$ironmental impacts. extrait de "ttp-@@[[[. ?i ure 1* . extrait de "ttp-@@[[[.&[xYarc"iveIdS7::3asearc"Sm arcellus total #s. novem're% .Sc"éma de principe de la &racturation "ydrauli)ue ure 4 .Lxemple de puits multilatéraux ure B .Dlan to 1tud4 the Dotential +mpacts o 64draulic :racturing on &esources.. +anc"ester. 6d.: .E .u<@sites@ de&ault@&iles@tyndall-coopes"aleegasereporte&inal.7 .5% .FoGts de production des di&&érents types de ga! ?i ure 11 .!ip Giec #5::E% . extrait de "ttp-@@[[[.rincipaux ris)ues de contamination des nappes p"réati)ues ?i ure 17 .7 .total....total.5859.'p. consulté le "ttp-@@[[[..5 .% .

www.mirova.com .

51x1S .SSJ5 @. il convient de véri&ier si l’investisseur est légalement autorisé * souscrire dans un H FQ+ 0 en particulier la souscription des H FQ+ gérés par +irova Lnvironment and In&rastructure est strictement réservée * des investisseurs avertis répondant aux crit$res dé&inis dans leur r$glement. la &iliale de Natixis Asset +anagement.E7AB3 aris Fedex . Natixis Asset +anagement exclut des &onds )u’elle g$re directement toute entreprise impli)uée dans la &a'rication.Agrément A+O nh9: ::9 5. Pes H FQ+. les &rais et le pro&il de ris)ue et de rendement relati&s * l’investissement dans un H FQ+ sont décrits dans le Document d’In&ormations Flés pour l’Investisseur #DIFI% de ce dernier.tre modi&ié ultérieurement.i+irovaeRI . Natixis Asset +anagement et +irova Lnvironment and In&ras. il est précisé )ue ce traitement dépend de la situation individuelle de c"a)ue client et )u’il est suscepti'le d’. Pes H FQ+.3 RFS aris B93 A3> 5. ni de l’utilisation )ui pourrait en . réala'lement * tout investissement.A 5.B ARIS VNL Lx LRTISL Rende!-vous sur [[[. Il constitue une présentation conCue et réalisée par Natixis Asset +anagement * partir de sources )u’elle estime &ia'les. ne sont pas soumis * l’agrément de l’Autorité des +arc"és Oinanciers et peuvent adopter des r$gles d’investissement dérogatoires décrites dans le r$glement.IO 1I?3. préala'lement * la souscription.tructure se réservent la possi'ilité de modi&ier les in&orma. Qous deve! prendre connaissance du DIFI ou du r$glement. )uai d’Austerlit! . Fe document est produit * titre purement indicati&. Pe DIFI ou le r$glement et les documents périodi)ues sont disponi'les sur demande aupr$s de Natixis Asset +anagement ou de +irova Lnvironment and In&rastructure. )uai d’Austerlit! .mirova.tre tenues responsa'les de toute décision prise ou non sur la 'ase d’une in&ormation contenue dans ce document. JIN13=I@JI5 . Natixis Asset +anagement et +irova Lnvironment and In&rastructure ne sauraient . un prix ou * une notation d’un H FQ+ ne préjugent pas des résultats &uturs de ce dernier. gérés par +irova Lnvironment and In&rastructure. Pes ré&érences * un classement.tre utilisé dans un 'ut autre )ue celui pour le)uel il a été conCu et ne peut pas .tre interprétée comme possédant une )uelcon)ue valeur contractuelle. gérés par Natixis Asset +anagement. Pes per&ormances passées ne sont pas un indicateur &ia'le des per&ormances &utures. Dans le cadre de sa politi)ue de responsa'ilité sociétale et con&ormément aux conventions signées par la Orance.S53PE5P3J Société par actions simpli&iée au capital de 77: ::: g Agrément A+O nhD :5 :.tions présentées dans ce document * tout moment et sans préavis et notamment en ce )ui concerne la description des processus de gestion )ui ne constitue en aucun cas un enga.GJ@JI5 Société anonyme au capital de 7: 3B3 A:3.tre &aite par un tiers. @irova( 3esponsi%le investin @irova est une mar#ue de Iatixis .tre remis.EA g RFS aris B59 37: EB> . Aucune in&ormation contenue dans ce document ne saurait . Dans l’"ypot"$se oI un H FQ+ &ait l’o'jet d’un traitement &iscal particulier.B @13=N. )ui doit vous . cités dans ce document ont reCu l’agrément de l’Autorité des +arc"és Oinanciers ou sont autorisés * la commercialisation en Orance ou éventuellement dans d’autres pays oI la loi l’autorise.com Suive!-nous .gement de la part de Natixis Asset +anagement ou de +irova Lnvironment and In&rastructure. Pes c"i&&res cités ont trait aux années écoulées. Il ne peut .//////// Mirova I s!iri " #hou"hts $1 AQLRTISSL+LNT Fe document est destiné * des clients pro&essionnels au sens de la Directive +IO. Pes caractéristi)ues.sset @ana ement( P’activité de &inancement des in&rastructures est gérée par +irova Lnvironment and In&rastructure. I.tre reproduit. di&&usé ou communi)ué * des tiers en tout ou partie sans l’autorisation préala'le et écrite de Natixis Asset +anagement.I.E7:. le commerce et le stoc<age de mines anti-personnel et de 'om'es * sous munitions.