L’art

Introduction : éléments d’histoire de l’art................................................................................2
Une très brève histoire de l’art (Gombrich).....................................................................................................2
La suppression des temps morts (Kundera).....................................................................................................4
Quand l’art se libère des contraintes réalistes (arraute).................................................................................4
La !uestion du pro"rès (#e"el).......................................................................................................................4
I. Comment définir l’art ?..........................................................................................................5
A. Qu’est-ce qu’une œuvre d’art ?..................................................................................................5
$. Une production humaine..............................................................................................................................%
2. La !uestion de l’utilité.................................................................................................................................%
&. Un statut social............................................................................................................................................'
B. La notion de beauté.....................................................................................................................6
$. La !uestion de l’ob(ectivité ) le beau et l’a"réable (Kant)...........................................................................'
2. Le rapport * la volonté ) le beau et le (oli (chopenhauer et +iet,sche).....................................................-
&. La norme du "o.t (#ume).........................................................................................................................../
C. La création artistique.................................................................................................................. 8
$. Le m0the de l’inspiration (Kant)................................................................................................................./
2. La création est le 1ruit d’un travail (+iet,sche)...........................................................................................2
&. Le créateur selon la ps0chanal0se (3reud).................................................................................................$4
4. La création artisti!ue est un acte de communication.................................................................................$$
%. La création et la réception artisti!ues selon +iet,sche..............................................................................$$
II. Les fins de l’art...................................................................................................................12
Introduction : La diversité des sentients est!étiques................................................................"#
A. Le beau....................................................................................................................................... "$
$. La seule rè"le est de plaire (5olière)........................................................................................................$&
2. La beauté 1ormelle ) é!uilibre et harmonie (Kant)....................................................................................$4
&. Quel!ues perspectives sur la beauté..........................................................................................................$4
(a) Le 6itsch (Kundera).............................................................................................................................$4
(b) Le beau est tou(ours bi,arre (7audelaire)...........................................................................................$%
(c) 8ion0sia!ue et apollinien (+iet,sche).................................................................................................$%
(d) 7eauté et utilité (Gautier)....................................................................................................................$'
(e) 7eauté et m0sticisme (9laton: 7audelaire: 5allarmé;)....................................................................$-
B. Le vrai......................................................................................................................................... "8
$. L’art nous éloi"ne de la vérité car les apparences sont trompeuses (9laton: +iet,sche)...........................$/
2. L’imitation de la nature est un mo0en d’accès * la vérité (<ristote).........................................................$/
&. 5entir pour 1aire vrai (impressionnistes: 5aupassant).............................................................................$2
4. L’e=pressionnisme (>an Go"h).................................................................................................................2$
%. L’e=pression des 1orces (chopenhauer: 8eleu,e)....................................................................................2&
'. L’art révèle la perception elle?m@me (5ichel #enr0)...............................................................................24
-. Le dévoilement de la terre et du monde (#eide""er)................................................................................24
/. L’art est e=pression des idées et de l’esprit (#e"el)..................................................................................2%
C. Le bien........................................................................................................................................ #6
$. L’art au service de la libération supr@me (chopenhauer)........................................................................2'
2. L’art au service de la vie (+iet,sche)........................................................................................................2-
&. L’art au service du bien (AolstoB)..............................................................................................................2-
4. Le "o.t comme 1aculté éthi!ue et politi!ue (Kant: <rendt)......................................................................2/
%. L’art au service du politi!ue (9laton: totalitarisme: art en"a"é)................................................................2/
'. <rt et distinction sociale (7ourdieu)..........................................................................................................&$
Annexe......................................................................................................................................31
%ésué............................................................................................................................................ $"
$
L’art iite-t-i& &a nature ?..............................................................................................................$'
Aoute une partie de l’art imite la nature (<rasse)..........................................................................................&4
L’art ne vise pas * imiter la nature (#e"el)...................................................................................................&%
La nature imite l’art (Goethe: Cilde)............................................................................................................&%
L’art est-i& réservé ( une é&ite ?.....................................................................................................$6
L’évolution du re"ard (Calter 7en(amin).....................................................................................................&'
D a?t?il une culture de masse E (#annah <rendt)..........................................................................................&'
L’art conte)orain* c’est n’i)orte quoi ?.................................................................................$6
Autres rearques...........................................................................................................................$+
0nesthésie et si"ni1ication des sensations (Kandins60)...............................................................................&-
Un souvenir d’en1ance de Léonard de >inci (3reud)....................................................................................&/
ensibilité et résonance (9roust)....................................................................................................................&2
Le rire.............................................................................................................................................................&2
<utres thèses..................................................................................................................................................&2
I&&ustrations et ré,érences.............................................................................................................. $-
F=emples........................................................................................................................................................&2
Gitations.........................................................................................................................................................44
7iblio"raphie.................................................................................................................................................4$
.u/ets de dissertation.....................................................................................................................'"
0ocuents et coentaires..........................................................................................................'#
Un peu de poésie............................................................................................................................................42
Gharles 7audelaire.........................................................................................................................................4&
<rthur Himbaud.............................................................................................................................................4&
9aul >erlaine.................................................................................................................................................44
+iet,sche........................................................................................................................................................44
Lautréamont...................................................................................................................................................4%
Le 1uturisme de 5arinetti..............................................................................................................................4'
Co)&éents t!éoriques...............................................................................................................'6
La philosophie de l’art de 9laton...................................................................................................................4'
La philosophie de l’art de Kant.....................................................................................................................4'
La philosophie de l’art de #e"el....................................................................................................................4/
La philosophie de l’art de chopenhauer.......................................................................................................4/
La philosophie de l’art de +iet,sche.............................................................................................................42
Introduction : é&éents d’!istoire de &’art
1ne tr2s br2ve !istoire de &’art 34obric!5
I8iaporamaJ
L’art é"0ptien a une 1onction essentiellement reli"ieuse. Kl s’a"it d’entourer le pharaon de
la représentation des choses pour !u’il soit accompa"né au paradis. 9ar consé!uent: les
représentations artisti!ues doivent restituer le plus 1idèlement possible la nature de cha!ue
chose. G’est pour!uoi cha!ue chose est représentée sous son aspect le plus caractéristi!ue
(l’Lil de 1ace: le visa"e de pro1il: le torse de 1ace: le pied de pro1il: les poissons et les arbres
de pro1il: etc.). Le raccourci
$
est donc e=clu. Grande ri"idité et esprit de tradition !ui interdit
toute innovation: sau1 * l’épo!ue d’<ménophis K> (<6henaton) !ui introduit mouvement et
libère un peu les 1ormes. 5ais cette parenthèse sera vite re1ermée.
L’art "rec s’appuie d’abord sur l’hérita"e é"0ptien: puis invente le raccourci. Les 1i"ures
idéales: éternelles: héritées de l’art é"0ptien: se voient pro"ressivement insu11ler vie et
mouvement. Mutre le raccourci: les artistes "recs parviennent * rendre le mouvement et les
$
Héduction 1rappante !ue peuvent subir une 1i"ure ou un ob(et représentés en perspective.
2
e11ets des draperies sur le corps avec une aisance remar!uable. Fn architecture: K6tinos
construit le 9arthénon vers 4%4 av. N.?G et le sculpteur 9hidias le décore par ses 1rises. Le >
e
siècle (siècle de 9ériclès) mar!ue l’apo"ée de l’art "rec. L’art romain constitue un
prolon"ement de l’art "rec: dont il s’inspire considérablement.
<vec la chute de Home et l’apparition du christianisme apparurent de nouveau= problèmes.
Une !uestion 1ondamentale 1ut de déterminer le rOle des ima"es dans la reli"ion. La 7ible
avait condamné les idoles. Les chrétiens ne voulaient donc pas de statues: mais sur la peinture
ils étaient parta"és. Gertains pensaient !u’elle pouvait rappeler au= 1idèles ("énéralement
analphabètes) les épisodes sacrés. 5ais tout le monde n’était pas de cette avis: ce !ui donna
lieu * la querelle des iconoclastes et des iconodules. Les iconodules 1inirent par l’emporter.
Une "rande partie de l’art médiéval consiste * illustrer les m0thes reli"ieu=: ce !ui soumet
les artistes * certaines contraintes mais leur donne aussi une certaine liberté d’interprétation
des m0thes bibli!ues !u’ils illustrent. L’Luvre d’art doit alors @tre comprise non comme une
pure recherche de beauté 1ormelle mais surtout comme le mo0en de transmettre un messa"e.
F= ) le Saint Matthieu de Garava"e: L’Annonciation d’<mbro"io Loren,etti. Fn architecture:
l’art "othi!ue apparaPt en Qle?de?3rance au RKK
e
siècle. La vo.te en o"ive permet d’allé"er les
édi1ices et donc de leur donner davanta"e de hauteur et de lé"èreté.
<vec la Henaissance (du RK>
e
au R>K
e
siècle): les artistes redécouvrent l’art classi!ue
("rec et romain) et le réalisme redevient une préoccupation centrale. G’est ainsi !ue les
artistes: !ui sont en m@me temps des érudits et des savants: découvrent la perspectie.
Léonard de >inci invente le sfumato: !u’il utilise pour peindre la Noconde ) ce procédé
consiste * laisser 1loues certaines parties du visa"e (notamment les commissures des lèvres et
des 0eu=) pour lui donner davanta"e de mobilité et de vie.
L’impressionnisme. Gomme * la Henaissance: les peintres renoncent * la ri"oureuse
e=actitude a1in de mieu= restituer les impressions visuelles. Kl ne s’a"it pas d’être vrai: mais
de faire vrai. Ft il 1aut par1ois @tre moins vrai pour 1aire plus vrai: comme le remar!ue
5aupassant en littérature. Glaude 5onet: bientOt re(oint par Fdouard 5anet: est un des
premiers * remettre en cause l’e=actitude 1ormelle a1in de mieu= su""érer l’impression réelle.
Mn peut donc dire !ue du début du RK>
e
siècle * la 1in du RKR
e
siècle l’art a été structuré par
le principe de l’imitation de la nature. L’impressionnisme donne rapidement naissance * trois
mouvements principau= !ui mar!uent une véritable révolution en mettant 1in * ces si= siècles
de réalisme.
9lutOt !ue de restituer les impressions réelles: >an Go"h pré1ère e=primer la manière
sub(ective dont il perSoit les choses. Kl cherche constamment * aller au?del* des simples
apparences pour 1aire apparaPtre l’T @tre U pro1ond des choses ) la vie et les convulsions de la
nature: le caractère sordide et 1ou d’un ca1é populaire: etc. L’expressionnisme de >an Go"h
et de 5unch donnera lieu au mouvement de la T nouvelle ob(ectivité U dans les années $224:
puis * l’T e=pressionnisme abstrait U !ui apparaPt dans les années $2%4 avec l’action painting
de Nac6son 9olloc6: prati!ue consistant * pro(eter la peinture sur la toile sans toucher celle?ci
du pinceau (dripping).
Gé,anne était séduit par les avancées de l’impressionnisme mais insatis1ait par l’aspect
instable et 1ra"ile de ces peintures. Kl voulait donner * l’impressionnisme un é!uilibre et une
stabilité di"ne des plus "rands che1s?d’Luvre du passé. <ussi renonSa?t?il pro"ressivement au
réalisme: se diri"eant vers une recherche purement 1ormelle d’harmonie et d’é!uilibre !ui 1ait
de lui le précurseur du cu!isme et de l’art a!strait. Gette voie 1éconde sera poursuivie par
Kandins60: 5alevitch: 9icasso: Hoth6o: oula"es;
Gau"uin: !uant * lui: s’est principalement intéressé au= couleurs et au= cultures primitives:
m. par le désir de revenir * une 1orme de pureté ori"inelle et en1antine. es recherches sont *
l’ori"ine du fauisme (dont #enri 5atisse est un "rand représentant) !ui donnera ensuite
naissance au primitiisme (mouvement Gobra: art brut: art naB1: etc.).
&
Fn architecture: la 1in du RKR
e
siècle est mar!uée par l’art noueau !ui: de l’Fspa"ne * la
7el"i!ue: tente d’introduire des 1ormes radicalement nouvelles: souples et oniri!ues: dans des
constructions utilisant des matériau= modernes (métal: verre). F= ) les constructions
d’<ntonio Gaudi en Fspa"ne: les édicules du métro parisien dessinés par #ector Guimard.
<vec son urinoir (Fountain) de $2$-: 5arcel 8uchamp inau"ure le read"#made ) un ob(et
industriel au!uel l’artiste se contente d’apposer sa si"nature. Le mouvement de la contestation
de l’art et de l’e=ploration de ses limites est en"a"é. Kl durera tout au lon" du RR
e
siècle.
5entionnons par e=emple l’art aléatoire (5orellet en peinture: Nohn Ga"e en musi!ue).
Le surréalisme: né dans les années $224: est issu du dada$sme et de la découverte de
l’inconscient par 3reud. Les peintres surréalistes (alvador 8alV et Hené 5a"ritte pour ne citer
!ue les plus connus) cherchent * e=primer le monde oniri!ue par leurs représentations souvent
étonnantes. Le surréalisme: héritier du dadaBsme: se veut révolutionnaire: 0 compris dans le
champ politi!ue par son alliance (temporaire) avec les mouvements révolutionnaires
communistes. Kl donnera ensuite naissance au lettrisme: * l’Oulipo et en1in au situationnisme.
Le situationnisme: mouvement artisti!ue le plus radical: veut mettre 1in * l’art séparé:
l’art des Luvres d’art et des artistes: en 1aveur d’un art de la vie. Kl s’a"it de 1aire de sa vie une
Luvre d’art: de T construire des situations U dans la vie !uotidienne.
La su))ression des te)s orts 36undera5
La suppression des temps morts dans l’Luvre d’art ) en musi!ue (de 7eethoven * Ghopin):
en philosophie (de #e"el * +iet,sche): en littérature (de 8ostoBevs6i * 7reton). Les musiciens
classi!ues reliaient leurs idées musicales par des transitions lon"ues et laborieuses W Ghopin
met 1in * cela en limitant son morceau * sa pure intuition: utilisant souvent une 1orme courte
(nocturne: étude). #e"el et les philosophes classi!ues ressentaient un besoin d’ordre et
d’e=haustivité: et écrivaient de lon"s: laborieu= et ennu0eu= ouvra"es W +iet,sche adopte la
1orme de l’aphorisme !ui lui permet d’écrire directement sa pensée dans toute sa pureté et sa
sin"ularité. 8ostoBevs6i et les écrivains classi!ues ressentaient la nécessité de donner de
lon"ues descriptions W cela ennuie <ndré 7reton et il 0 met 1in: s’en tenant * l’essentiel.
(Kundera: Les Testaments trahis: chap. ')
Quand &’art se &ib2re des contraintes réa&istes 3.arraute5
+athalie arraute est écrivain et criti!ue littéraire du RR
e
siècle. Flle établit un parallèle
entre l’histoire récente de la littérature et de la peinture ) de la m@me manière !u’en peinture:
avec l’art abstrait: l’élément pictural s’est libéré des conventions et de la contrainte de la
1orme réaliste: de m@me en littérature l’élément ps0cholo"i!ue s’est libéré de la vieille 1orme
réaliste des personna"es. Le nouveau roman
2
est * la littérature ce !ue l’art non 1i"urati1 est *
la peinture. +athalie arraute re(oint d’ailleurs Kundera en a11irmant !ue la morale du roman
est dans la découverte de la nouveauté.
La question du )ro7r2s 38e7e&5
Une !uestion essentielle !ue pose la considération de cette succession de courants
artisti!ues: de tendances: de préoccupations et d’Luvres d’arts est de savoir s’il e=iste un
pro"rès en art. <ssurément: il n’0 a pas un pro"rès en un sens aussi précis et ri"oureu= !ue
dans la science ou la techni!ue: car la création artisti!ue obéit * des critères et * des valeurs
moins univo!ues !ue celles de ces disciplines.
2
5ouvement littéraire des années $2'4 au!uel se rattache +athalie arraute. Mn le dé1init souvent comme une
T école du re"ard U et de l’ob(ectivité !ui s’attache * des descriptions de détails en se passant de personna"es.
Mnt appartenu * ce mouvement: outre +athalie arraute: <lain Hobbe?Grillet (La Jalousie): 5ichel 7utor:
Glaude imon;
4
Aoute1ois: du seul 1ait !u’il 0 ait une histoire de l’art: c’est?*?dire une mémoire des Luvres
passées: il ne saurait 0 avoir de pure répétition: et en ce sens nous devons admettre !u’il e=iste
nécessairement une 1orme de pro"rès. 8e plus: l’art peut @tre considéré comme une
investi"ation théori!ue au m@me ran" !ue la science: !uoi!ue il opère dans un domaine
di11érent et selon des rè"les di11érentes. Kundera considère ainsi !ue l’histoire du roman:
depuis le R>KK
e
siècle: est parallèle * celle de la science ) celle?ci étudie la nature par des
méthodes mathémati!ues: celui?ci étudie la vie humaine par la narration et l’invention de
situations concrètes (contrairement * la philosophie !ui l’étudie abstraitement). L’histoire du
roman se présente donc: selon Kundera: comme une 1orme de carto"raphie de l’e=istence
humaine: une e=ploration des possibilités d’e=istence.
#e"el a une vision encore plus inclusive du pro"rès artisti!ue ) il considère !ue l’art dans
son ensemble a évolué * travers trois "randes étapes principales: selon un pro"rès constant.
8’abord: l’art symolique cherche * réaliser l’union entre la si"ni1ication interne et la 1orme
e=térieure (art é"0ptien). 8ans l’art classique: l’é!uilibre entre le 1ond et la 1orme est atteint
(art "rec). 8ans l’art romantique en1in: la si"ni1ication interne dépasse la 1orme ) il 0 a une
nouvelle séparation entre le 1ond et la 1orme car la 1orme est devenue incapable de représenter
le 1ond (art reli"ieu=)
&
.
#e"el considère d’ailleurs !ue l’art est parvenu * sa 1in (au début du RKR
e
siècle): c’est?*?
dire !u’il ne remplit plus sa 1onction supr@me ori"inelle: il n’est plus en mesure de satis1aire
notre besoin de vérité et d’absolu. < l’art a succédé la reli"ion: puis la philosophie. Kl ne 1aut
donc pas condamner trop vite le dia"nostic hé"élien de T la fin de l’art U en se contentant de
constater l’e=plosion des arts au= RKR
e
et RR
e
siècles. Kl 1aut se demander si l’art a eu: de
nouveau: la 1onction T ontolo"i!ue U !u’il avait eue dans le passé. Le simple 1ait !ue nous
ré1léchissions sur l’art: !u’il 0 ait une esthéti!ue et une philosophie de l’art: c’est?*?dire !ue
l’on se demande T !u’est?ce !ue le beau E U: su11it au 1ond * donner raison * #e"el. L’art n’est
plus direct: immédiat et absolu: il a besoin de la philosophie comme médiation.
I. Coent dé,inir &’art ?
A. Qu’est-ce qu’une œuvre d’art ?
". 1ne )roduction !uaine
GommenSons par une évidence ) l’Luvre d’art est produite par l’homme. Aoute Luvre d’art
est un artefact: ce !ui la distin"ue dé(* de l’ensemble des choses naturelles.
#. La question de &’uti&ité
5ais ce premier critère ne su11it pas pour dé1inir l’Luvre d’art. Gar les ob(ets techni!ues
(outils: v@tements: etc.) aussi sont des productions humaines. Ge !ui semble distin"uer les
Luvres d’art des ob(ets techni!ues X et donc l’art au sens des beau=?arts de la techni!ue ou
artisanat X: c’est l’utilité ) les Luvres d’art semblent inutiles alors !ue les ob(ets techni!ues
ont tous une 1onction. #annah <rendt insiste sur ce point dans la !rise de la culture. 9our
elle: les Luvres d’art doivent @tre mises * l’écart de nos préoccupations utilitaires: sans !uoi
elles sont imman!uablement dévo0ées et réduites * néant. 5@me l’usa"e divertissant des
Luvres d’art: !ui e=plose avec leur récupération par l’industrie du loisir: est pour <rendt une
aberration !ui 1ait courir un très "rave péril * ces Luvres en les réduisant * un simple mo0en
de procurer du plaisir: occultant leur véritable sens. T 7ien des "rands auteurs du passé ont
survécu * des siècles d’oubli et d’abandon: mais c’est encore une !uestion pendante de savoir
&
#e"el: "sth#tique: vol. 2: aperSu "énéral.
%
s’ils seront capables de survivre * une version divertissante de ce !u’ils ont * dire. U
4
8’un
strict point de vue esthéti!ue: Ahéophile Gautier: le père de T l’art pour l’art U: remar!uait !ue
tout ce !ui est utile est laid (nous reviendrons sur ce point par la suite).
Fn réalité: ce critère n’est pas aussi clair !u’il paraPt. Ge n’est !ue depuis la 1in du R>KKK
e
siècle !ue le musée: !ui écarte délibérément l’Luvre d’art de tout usa"e pour la réserver * la
contemplation pure: en est devenu le lieu d’e=position privilé"ié. <vant d’entrer au musée: les
Luvres d’art avaient "énéralement une 1onction sociale: reli"ieuse ou s0mboli!ue. Les
1étiches primiti1s: les mas!ues ma"i!ues: les p0ramides: le temple "rec et les é"lises ont une
1onction reli"ieuse. Les portraits répondaient * une demande sociale venant des riches et des
puissants. Fn1in: de tout temps l’art a servi * se distin"uer et * si"ni1ier le pouvoir s0mboli!ue
et politi!ue des individus (le che1 indien est celui dont la coi11e compte le plus "rand nombre
de plumes). i l’on a(oute !ue les ob(ets techni!ues sont souvent utilisés non pas pour des
raisons prati!ues mais pour des raisons s0mboli!ues (e= ) acheter un v@tement pour se donner
un st0le plutOt !ue pour se proté"er du 1roid): la con1usion sera * son comble. (Mn pourrait
peut?@tre persister néanmoins dans cette voie en disant !ue l’Luvre d’art: si elle peut avoir
une 1onction s0mboli!ue: n’a (amais de 1onction utilitaire: contrairement * l’ob(et techni!ue:
!ui: m@me si on l’utilise aussi * d’autres 1ins: a tou(ours néanmoins une utilité prati!ue
propre.)
$. 1n statut socia&
Kl 1aut donc renoncer au critère de l’utilité pour dé1inir l’Luvre d’art. +ous pourrions
encore proposer comme critère l’unicité ) mais celui?ci est remis en cause par la possibilité:
avec la techni!ue moderne: de reproduire une Luvre d’art: et m@me par l’apparition d’Luvres
intrinsè!uement reproductibles (cinéma: photo"raphie: sculpture).
Aoute autre tentative de dé1inir l’Luvre d’art ris!ue d’@tre d’avance condamnée * l’échec )
car les artistes: depuis 8uchamp: s’in"énient * remettre en cause toute dé1inition de l’art par la
trans"ression des rè"les et des limites traditionnelles. <ussi 1aut?il sans doute se contenter de
dé1inir l’Luvre d’art * partir de son statut social ) est une Luvre d’art tout ob(et !ui est
reconnu comme tel. Ge !ui 1ait !u’un ob(et est une Luvre d’art: ce n’est pas une propriété
inhérente * cet ob(et: mais une certaine attitude !ue nous adoptons envers cet ob(et.
B. La notion de beauté
". La question de &’ob/ectivité : &e beau et &’a7réab&e 36ant5
La beauté est?elle une propriété ob(ective des choses ou est?elle seulement sub(ective E <
première vue: il semble !ue la beauté est purement sub(ective X !u’elle dépend davanta"e du
su(et !ue de l’ob(et. 8es "o.ts et des couleurs: on ne discute pas: comme dit la sa"esse
populaire. Ft il 1aut bien reconnaPtre !ue les (u"ements esthéti!ues ne 1ont pas l’unanimité ) ce
!ue l’un trouve splendide: l’autre l’e=ècre. 9ire: la m@me personne peut trouver le m@me ob(et
tantOt beau: tantOt laid: tantOt indi11érent: selon les variations de son humeur et de sa
sensibilité. 3aut?il donc tomber dans un pur relativisme E +e peut?on pas dépasser ce
relativisme pour discuter ob(ectivement des !ualités et des dé1auts d’une Luvre d’art E
Kant reconnaPt !ue les "o.ts sont sub(ecti1s: mais il distin"ue soi"neusement le beau de
l’a"réable. Fst dit beau: selon Kant: un ob(et !ui produit une satisfaction désintéressée: c’est?
*?dire une satis1action indépendante de l’existence de l’o!%et. Un ob(et (un palais: un plat de
1ruits: une 1emme) peut plaire en raison de son e=istence et de l’usa"e !ue nous pourrions en
1aire (habiter: man"er: avoir un rapport se=uel). 8ans ce cas: la satis1action est intéressée: et
on ne dit pas !ue l’ob(et est beau ) on dit !u’il est a"réable: bon: ou intéressant (con1ortable:
appétissant: e=citant). Kant dé1init donc ainsi la beauté ) on appelle beau l’o!%et d’une
4
#annah <rendt: La !rise de la culture: >K.
'
satisfaction désintéressé. Fst beau ce !ui plaPt par sa seule représentation: indépendamment
de l’e=istence de la chose.
Mn appelle intér@t la satis1action !ui est liée pour nous * la représentation de l’e=istence
d’un ob(et. Une telle représentation a donc tou(ours du coup une relation * la 1aculté de
désirer: soit en tant !u’elle est son principe déterminant: soit en tant !u’elle est tout au moins
nécessairement liée * son principe déterminant. 5ais !uand la !uestion est de savoir si une
chose est belle: ce !ue l’on veut savoir: ce n’est pas si l’e=istence de cette chose a ou pourrait
avoir !uel!ue importance pour nous?m@me ou pour !uicon!ue: mais comment nous en
(u"eons !uand nous nous contentons de la considérer (dans l’intuition ou la ré1le=ion). i
!uel!u’un me demande si (e trouve beau le palais !ue (’ai devant les 0eu=: (e peu= tou(ours
répondre !ue (e n’aime pas ce "enre de choses !ui ne sont 1aites !ue pour les badauds W ou
bien: comme ce sachem iro!uois: !ui n’appréciait rien * 9aris autant !ue les rOtisseries W (e
peu= aussi: dans le plus pur st0le de Housseau: récriminer contre la vanité des Grands: !ui
1ont servir la sueur du peuple * des choses si super1lues W (e puis en1in me persuader bien
aisément !ue si (e me trouvais dans une Ple déserte: sans espoir de revenir (amais parmi les
hommes: et si (’avais le pouvoir de 1aire apparaPtre par ma"ie: par le simple 1ait de ma
volonté: un édi1ice si somptueu=: (e ne prendrais m@me pas cette peine dès lors !ue (e
disposerais dé(* d’une cabane !ui serait asse, con1ortable pour moi. Mn peut m’accorder tout
cela et 0 souscrire ) mais l* n’est pas le problème. Fn posant ladite !uestion: on veut
seulement savoir si cette pure et simple représentation de l’ob(et s’accompa"ne en moi de
satis1action: !uelle !ue puisse @tre mon indi11érence concernant l’e=istence de l’ob(et de cette
représentation. (;) Kl ne 1aut pas se soucier le moins du monde de l’e=istence de la chose:
mais 0 @tre totalement indi11érent: pour (ouer le rOle de (u"e en matière de "o.t.
Fmmanuel Kant: !ritique de la facult# de $uger: Y 2
9ar consé!uent: l’a"réable est sub(ecti1 mais le beau est ob(ecti1. Fn e11et: ce sont les
intér@ts !ui sont sub(ecti1s et varient d’un su(et * l’autre. i la satis1action esthéti!ue est
désintéressée: elle ne dépend pas des particularités de chacun et doit @tre universelle ) un bel
ob(et doit susciter la m@me satis1action en cha!ue homme. Kant en déduit !ue le beau est
l’ob(et d’une satis1action nécessaire et unierselle.
#. Le ra))ort ( &a vo&onté : &e beau et &e /o&i 3.c!o)en!auer et 9iet:sc!e5
Gette doctrine 6antienne du désintér@t a subi di11érentes interprétations. chopenhauer la
reprend: car il voit dans la contemplation esthéti!ue ce !ui met 1in * la volonté: ce !ui nous en
libère. Gela permet de distin"uer le eau du $oli. Ge !ui est %oli stimule la volonté: alors !ue
ce !ui est !eau apaise la volonté. G’est toute la di11érence entre les représentations éroti!ues
et les représentations artisti!ues de la 1emme (entre %layoy et 5ichel?<n"e). +iet,sche
remar!ue avec malice !ue cet apaisement de la volonté est pour chopenhauer loin d’@tre
désintéressé ) il est au contraire très intéressant: car parvenir * la né"ation de la volonté est le
but supr@me dans la philosophie de chopenhauer. 5ais il 1aut bien voir !ue chopenhauer a
pris le concept de T désintér@t U en un sens di11érent de celui de Kant. 9our Kant le beau est
l’ob(et d’une satis1action désintéressée. Gela ne si"ni1ie pas !ue cette satis1action nous libère
de la volonté: mais cela si"ni1ie !u’elle est indépendante de tout intér@t.
+iet,sche oppose * ce désintér@t 6antien la conception de tendhal ) le beau est T une
promesse de bonheur U
%
. La satis1action esthéti!ue: loin d’@tre désintéressée: est étroitement
liée * nos intér@ts ) elle est * la 1ois intéressée et intéressante. La belle Luvre d’art est celle !ui
stimule la volonté et la vie. Mn retrouve ici le critère de la vie !ue +iet,sche utilise pour (u"er
toute chose. era donc beau l’art !ui stimule: sublime: embellit et divinise la vie.
Mn peut retenir de Kant l’idée !ue le (u"ement esthéti!ue ne tient pas compte de
l’e=istence de la chose: !u’il la (u"e simplement en tant !ue représentation. 5ais il 1aut:
visiblement: renoncer * l’idée !ue la beauté est indépendante de tout intér@t. La satis1action
%
G1. par e=emple &e l’amour: livre K: chap. R>KK. +iet,sche cite cette 1ormule dans la '#n#alogie de la morale:
KKK: '.
-
peut @tre indépendante de l’e=istence de la chose mais néanmoins procéder d’un intér@t
"énéral pour ce "enre de chose. Kl se pourrait !ue nous trouvions une 1emme belle: m@me si
nous ne la désirons pas: parce !ue nous avons l’habitude de désirer les 1emmes. Ft: de
manière plus "énérale: il se pourrait !ue l’ensemble de notre sensibilité esthéti!ue soit dérivée
de nos intér@ts biolo"i!ues. ’il en est ainsi: la satis1action esthéti!ue peut @tre indépendante
de l’e=istence de l’ob(et tout en dépendant d’un intér@t.
Gette criti!ue se (usti1ie aussi * partir d’un simple constat ) l’universalité du beau !ue Kant
déduit a priori ne se véri1ie pas dans les 1aits ) les (u"ements esthéti!ues concrets ne
concordent pas. 3aut?il donc en revenir au relativisme de départ E +e peut?on tout de m@me
pas: sans aller aussi loin !ue Kant: reconnaPtre !u’il e=iste une certaine ob(ectivité en matière
de "o.t: et une possibilité de discuter ob(ectivement des !ualités et des dé1auts d’une Luvre
d’art E
$. La nore du 7o;t 38ue5
G’est sur cette voie modérée !ue nous invite #ume. Gertes: les "o.ts semblent sub(ecti1s.
5ais il est par1ois évident !u’une Luvre est supérieure * une autre. Gomment concilier ces
deu= 1aits E #ume remar!ue !ue pour ressentir la beauté il 1aut développer une sensibilité:
une délicatesse du "o.t ) c’est?*?dire une sensibilité déliée: 1ine: ai"uisée: subtile: pénétrante.
Le "o.t ainsi entendu se développe avec la connaissance: l’habitude de l’Luvre: la prati!ue. Kl
re!uiert aussi la raison et la mise * l’écart des pré(u"és. Geci permet de comprendre !ue les
"o.ts diver"ent bien !ue la beauté soit ob(ective. Les bons (u"es X les connaisseurs: les
e=perts: les spécialistes X tomberont d’accord: mais ils sont rares ) car pour @tre un bon (u"e il
1aut un sens 1ort: un sentiment délicat: de la prati!ue: il 1aut savoir comparer et ne pas avoir de
pré(u"és. Les verdicts de tels hommes constituent la norme du &o't et de la !eauté.
<insi: la diversité des (u"ements esthéti!ues: 0 compris entre les di11érentes cultures !ui
ont des codes: des traditions et des "o.ts esthéti!ues di11érents: peut @tre: selon #ume:
dépassée en 1aisant appel * cette idée de l’e=pert. #ume a(oute !ue l’Luvre d’art peut @tre
(u"ée plus ou moins par1aite selon !u’elle est plus ou moins bien calculée pour atteindre sa
1in. Le but de la poésie est de plaire: le but de l’histoire est d’instruire: le but de l’élo!uence
est de persuader. 9our (u"er ob(ectivement de la valeur d’une Luvre d’art: il 1audrait donc se
pencher sur sa création par l’artiste.
C. La création artistique
". Le <t!e de &’ins)iration 36ant5
La conception la plus courante de la création artisti!ue est sans doute celle du "énie
inspiré. elon ce m0the !uel!ue peu romanti!ue: l’artiste serait une sorte d’homme
e=traordinaire !ui se verrait soudain saisi d’une inspiration divine: m0sti!ue: ine11able et
incontrOlable. G’était dé(* la conception des Grecs: et notamment de 9laton: !ui vo0ait dans
l’artiste un homme inspiré par les 5uses. <u rhapsode Kon !ui est incapable d’e=pli!uer
pour!uoi il est e=tr@mement talentueu= pour 1aire parler #omère: mais moins bon en ce !ui
concerne les autres poètes: ocrate e=pli!ue )
Ge n’est pas un art
'
(;) !ui se trouve en toi et te rend capable de bien parler d’#omère. +on:
c’est une puissance divine !ui te met en mouvement: comme cela se produit dans la pierre
!u’Furipide a nommée 5a"nétis: et !ue la plupart des "ens appellent #éraclée
-
.
9laton: (on: %&&d
'
Les Grecs ont un seul mot: techn): pour dési"ner * la 1ois l’art et la techni!ue. T <rt U si"ni1ie donc ici une
techni!ue ré"lée et maPtrisée.
-
Kl s’a"it d’une pierre naturellement aimantée !ue l’on trouvait en Grèce.
/
Le rhapsode est enthousiaste au sens ét0molo"i!ue du terme
/
: il est attiré par la 5use
comme par un aimant et: de la m@me manière !ue l’aimant transmet son pouvoir d’attraction
au= métau= sur les!uels il e=erce ce pouvoir:
la 5use: * elle seule: trans1orme les hommes en inspirés du dieu. Ft !uand par l’intermédiaire
de ces @tres inspirés: d’autres hommes reSoivent l’inspiration du dieu: eu= aussi se mettent *
la chaPne Z
9laton: (on: %&&e
Kl est 1rappant de voir !u’on retrouve la m@me ima"e che, l’écrivain américain #enr0
5iller: véritable "énie inspiré !ui raconte: dans Se*us: comment sa manière d’@tre attiraient
ceu= !ui en avaient besoin autour de lui comme un aimant W et ces personnes se trouvaient
ma"nétisées elles aussi et attiraient d’autres personnes * leur tour
2
.
Mn trouve che, Kant la m@me idée d’un don inné ) T le g#nie est la disposition innée de
l’esprit (ingenium) par laquelle la nature donne ses rè"les * l’art. U
$4
Ft Goethe illustre cette
théorie !uand il a11irme !u’il crée d’abord ses personna"es: et !ue ces personna"es se
trouvent ensuite incarner ses idées. 9lus "énéralement: il est très 1ré!uent !ue l’artiste soit
incapable de rendre compte de sa création ) il sait créer: mais il ne sait pas l’e=pli!uer. Kant
en déduit !ue les Luvres du "énie sont des modèles e=emplaires !ui 1ournissent les rè"les de
l’art et le critère du beau: bien !ue nul ne soit capable d’e=pliciter ces rè"les. Le "énie ne
connaPt aucune rè"le et ne peut e=pliciter sa création: mais ses Luvre 1ournissent néanmoins
le modèle des rè"les de l’art.
#. La création est &e ,ruit d’un travai& 39iet:sc!e5
5ais cette conception n’est?elle pas e=a"érément romanti!ue E G’est en ce sens !ue
+iet,sche l’a criti!uée. Une telle conception est rassurante (si le "énie est un don inné et
ma"i!ue: nous n’avons pas * nous reprocher notre in1ériorité par rapport * lui): elle con1orte
notre vanité et notre amour?propre )
GULAF 8U GF+KF 9<H ><+KAF. X 9ensant du bien de nous: mais n’attendant pourtant
pas du tout de nous de pouvoir 1ormer seulement l’ébauche d’un tableau de Hapha[l ou une
scène pareille * celles d’un drame de ha6espeare: nous nous persuadons !ue le talent de ces
choses est un miracle tout * 1ait démesuré: un hasard 1ort rare: ou: si nous avons encore des
sentiments reli"ieu=: une "r\ce d’en haut. G’est ainsi !ue notre vanité: !ue notre amour?
propre: 1avorise le culte du "énie ) car ce n’est !u’* condition d’@tre supposé très éloi"né de
nous: comme un miraculum: !u’il ne nous blesse pas (Goethe m@me: l’homme sans envie:
nommait ha6espeare son étoile des hauteurs lointaines W sur !uoi l’on peut se rappeler ce
vers ) T Les étoiles: on ne les désire pas U). 5ais abstraction 1aite de ces su""estions de notre
vanité: l’activité du "énie ne paraPt pas le moins du monde !uel!ue chose de 1oncièrement
di11érent de l’activité de l’inventeur en mécani!ue: du savant astronome ou historien: du
maPtre en tacti!ue. Aoutes ces activités s’e=pli!uent si l’on se représente des hommes dont la
pensée est active dans une direction uni!ue: !ui utilisent toutes choses comme matière
première: !ui ne cessent d’observer dili"emment leur vie intérieure et celle d’autrui: !ui ne se
lassent pas de combiner leurs mo0ens. Le "énie ne 1ait rien !ue d’apprendre d’abord * poser
des pierres: ensuite * b\tir: !ue de chercher tou(ours des matériau= et de travailler tou(ours *
0 mettre la 1orme. Aoute activité de l’homme est compli!uée * miracle: non pas seulement
celle du "énie ) mais aucune n’est un T miracle U. X 8’o] vient donc cette cro0ance !u’il n’0
a de "énie !ue che, l’artiste: l’orateur et le philosophe E !u’eu= seuls ont une T intuition U E
(5ot par le!uel on leur attribue une sorte de lor"nette merveilleuse avec la!uelle ils voient
directement dans l’T @tre U Z). Les hommes ne parlent intentionnellement de "énie !ue l* o]
les e11ets de la "rande intelli"ence leur sont le plus a"réables et o] ils ne veulent pas d’autre
part éprouver d’envie. +ommer !uel!u’un T divin U c’est dire ) T ici nous n’avons pas *
/
Fnthousiasme vient du "rec theos: dieu: et asthma: sou11le: et si"ni1ie donc le T sou11le divin U.
2
G1. Se*us: chap. 2.
$4
Kant: !ritique de la facult# de $uger: Y 4'.
2
rivaliser U. Fn outre ) tout ce !ui est 1ini: par1ait: e=cite l’étonnement: tout ce !ui est en train
de se 1aire est déprécier. Mr personne ne peut voir dans l’Luvre de l’artiste comment elle
s’est faite W c’est son avanta"e: car partout o] l’on peut assister * la 1ormation: on est un peu
re1roidi. L’art achevé de l’e=pression écarte toute idée de devenir W il s’impose
t0ranni!uement comme une per1ection actuelle. >oil* pour!uoi ce sont surtout les artistes de
l’e=pression !ui passent pour "éniau=: et non les hommes de science. Fn réalité cette
appréciation et cette dépréciation ne sont !u’un en1antilla"e de la raison.
+iet,sche: +umain, trop humain: K: Y $'2
5ais l’idée de don inné est aussi découra"eante pour l’artiste. G’est pour!uoi la conception
niet,schéenne: !ui insiste sur le travail de l’artiste: a aussi une valeur de stimulation
$$
. T Le
"énie: c’est un pour cent d’inspiration et !uatre?vin"t?di=?neu1 pour cent de transpiration U:
disait Ahomas Fdison. Gette interprétation du "énie tend é"alement * minimiser la distinction
entre l’artiste et les autres créateurs: comme le scienti1i!ue: l’artisan ou le technicien.
+7 ) pour évo!uer cette di11érence entre les Luvres !ui sont le 1ruit d’un lon" travail et
celles !ui sont le 1ruit de l’inspiration: on parle d’Luvres !ui T sentent l’huile U pour dési"ner
les premières de manière pé(orative (l’huile était utilisée pour les lampes !uand on travaille
tard dans la nuit) et !ui T sentent le vin U pour parler des autres.
$. Le créateur se&on &a )s<c!ana&<se 3=reud5
La ps0chanal0se éclaire la création artisti!ue d’un (our encore di11érent ) 3reud considère
!ue l’art est essentiellement d’obtenir dans un monde ima"inaire des satis1actions libidinales
!ui nous sont re1usées dans le monde réel. L’artiste est ce personna"e !ui parvient: en !uel!ue
sorte: * nous 1aire parta"er ses r@ves d’en1ants "r\ce * la T prime de séduction U: cette
per1ection 1ormelle de l’Luvre !ui nous séduit et nous permet d’identi1ier nos désirs re1oulés
au= siens. i on pousse cette interprétation (us!u’au bout: l’Luvre d’art est un s0mptOme au
m@me titre !ue le r@ve: et on peut ps0chanal0ser l’artiste * partir de son Luvre. G’est ce !u’a
tenté 3reud pour Léonard de >inci. Fn rapprochant un souvenir d’en1ance consi"né par >inci
dans ses carnets du célèbre tableau intitulé La -ierge . l’enfant: 3reud pense pouvoir montrer
!ue Léonard de >inci en est resté au stade oral et !u’il était donc homose=uel
$2
.
<u del* de ce cas sin"ulier: on peut remar!uer l’analo"ie pro1onde entre le travail du r@ve
et le travail du peintre ) dans les deu= cas il s’a"it de trans1ormer la pensée en ima"e: et on
retrouve les m@mes processus de condensation et de déplacement )
La peinture trans1orme donc un te=te en 1i"ures éni"mati!ues. Le travail du r@ve: les
opérations décrites par 3reud pour rendre compte de ce travail !ue 1ait le r@ve: trans1orment
les pensées en ima"es: tout comme un tableau. Aoutes ces opérations de condensation: de
prise en considération de la 1i"urabilité: de déplacement et d’élaboration secondaire: sont très
opératoires en ce !ui concerne l’anal0se de la peinture: pour ce travail propre de pensée de la
peinture.
8aniel <rasse: +istoires de peintures: chap. 2&
L’approche 1reudienne pose une !uestion importante concernant la manière de recevoir
une Luvre d’art ) 1aut?il la T lire U * la lumière de la vie de l’auteur: ou au contraire considérer
!u’elle en est indépendante E 8’un cOté: un "rand nombre de criti!ues et d’esthètes sont tentés
d’interpréter les Luvres d’art * partir de la vie de leur créateur a1in d’en ac!uérir une
meilleure compréhension. 8’un autre cOté: certains pensent !u’une telle approche est
inadé!uate: !u’elle constitue un détournement et un dévoiement de l’Luvre d’art. L’auteur en
e11et a mis tout ce !u’il voulait en elle: elle est censée e=ister par elle?m@me et se présenter
par elle?m@me W pour!uoi donc 0 m@ler la vie de l’auteur E Ge point de vue est notamment
dé1endu avec vi"ueur par 5ilan Kundera: par e=emple au su(et de Ka16a: dont il condamne la
$$
G1. par e=emple +umain, trop humain: K: Y $'4.
$2
G1. anne=e pour plus de détails.
$4
T ps0cholo"isation U de l’Luvre dans Les Testaments trahis. +ous devons 1aire con1iance *
l’auteur: dit?il: et apprécier les Luvres pour elles?m@mes: pour leur beauté intrinsè!ue: et non
les réduire * la vie de leur créateur.
'. La création artistique est un acte de counication
Knsistons: pour terminer: sur la dimension de communication de l’Luvre d’art. L’artiste
n’est pas un @tre isolé ) il s’insère dans une société pleine de valeurs et de codes: mue par des
recherches et des intér@ts: et !ui hérite d’une tradition bien particulière. L’artiste se situe par
rapport * ce conte=te: et en ce sens sa création peut @tre comprise comme un acte de lan&a&e
!ui utilise certains codes pour r#pondre * certains problèmes. <insi: concrètement il est
souvent impossible de comprendre une Luvre d’art sans comprendre le conte=te culturel !ui a
donné lieu * son apparition. L’Luvre d’art naPt est le 1ruit d’une épo!ue: plus encore !ue la
production sin"ulière d’un individu.
5. La création et &a réce)tion artistiques se&on 9iet:sc!e
9our terminer: évo!uons la philosophie de l’art de +iet,sche et de chopenhauer. L’idée
est !ue les di11érentes créatures ne sont séparées !u’en apparence ) toutes sont l’e=pression de
la m@me volonté 1ondamentale !ui s’e=prime dans le monde (c1. la philosophie de pino,a).
G’est une illusion: le T voile de 5a0a U: !ui nous 1ait croire * l’e=istence d’individus séparés:
au principe d’individuation (principium individuationis). 8ans certains états m0sti!ues:
notamment dans les états de transe !ui surviennent lors de 1@tes dion0sia!ues (la 1@te "rec!ue
traditionnelle: le concert de roc6
$&
ou la rave/party contemporaine): la musi!ue nous
transporte hors de nous?m@mes: et le voile de 5a0a se déchire: nous prenons soudain
conscience !ue nous 1aisons un avec le monde: !ue nous sommes traversés par une volonté
!ui nous dépasse ) nous sommes les autres: les musiciens: la pluie: le monde;
L’artiste n’échappe pas * cette rè"le ) lui aussi est une production de la nature: une
e=pression de la volonté universelle. L’art est une caté"orie ontolo"i!ue "énérale ) la nature
est artiste * cha!ue 1ois !u’elle produit des 1ormes ) la production des @tres naturels:
l’élaboration de 1ormes par nos sens: les r@ves: tout cela est art au m@me titre !ue la création
de l’artiste proprement dit. L’artiste n’imite donc pas la nature: c’est la nature !ui parle en lui:
!ui s’e=prime * travers lui. 9our +iet,sche: il s’a"it plus précisément d’é!uilibrer dans
l’Luvre d’art l’aspect dion0sia!ue (dimension de démesure et de musicalité liée * l’ivresse) et
l’aspect apollinien (dimension d’é!uilibre 1ormel et d’harmonie liée au r@ve).
Fn1in: le créateur ne s’adresse pas * un public passi1 mais * un spectateur !ui contribue
activement * la création artisti!ue. +iet,sche pense un art pour artistes. Le lecteur doit
contribuer * créer le roman !u’il lit par son ima"ination. L’art ne vise pas * entretenir le
récepteur dans une passivité morbide: mais au contraire * stimuler sa volonté: sa créativité: sa
vie: * le pousser * l’action et au dépassement de soi. L’artiste ne doit pas montrer le ciel * son
public: mais lui donner des ailes )
Attrait de l’imperfection. X Ne vois ici un poète !ui: comme tant d’hommes: e=erce un plus
"rand attrait par ses imper1ections !ue par ce !ui sous sa main s’arrondit et prend une 1orme
par1aite X c’est m@me sa supr@me incapacité: bien plus !ue la richesse de sa 1orce: !ui lui
con1ère son avanta"e et sa "loire. on Luvre n’e=prime (amais pleinement ce !u’il voudrait
vraiment e=primer: ce !u’il voudrait avoir vu ) il semble avoir eu l’avant?"o.t d’une vision:
mais (amais cette vision elle?m@me ) X mais son \me a conservé une 1ormidable
$&
9ar e=emple un concert des &oors. Nim 5orrison a été très in1luencé par la philosophie de +iet,sche: et il
concevait sans doute le concert comme une sorte d’événement dion0sia!ue. Le nom m@me du "roupe: !ui
renvoie au= portes de la perception: vient d’une 1ormule du poète an"lais Cilliam 7la6e ) ^K1 the doors o1
perception _ere cleansed ever0 thin" _ould appear to man as it is: in1inite.` (T i les portes de la perception
étaient netto0ées: cha!ue chose apparaPtrait * l’homme comme elle est: in1inie. U) (Le Mariage du ciel et de
l’enfer)
$$
concupiscence pour cette vision: et c’est d’elle !u’il tire l’élo!uence: tout aussi 1ormidable:
de son aspiration et de sa 1aim dévorante. Gr\ce * elle: il élève celui !ui l’écoute au?dessus de
son Luvre et de toutes les T Luvres U et lui donne des ailes pour atteindre les hauteurs o]
n’attei"nent (amais sans cela les auditeurs ) et ainsi: devenus eu=?m@mes des poètes et des
vo0ants: ils vouent * l’auteur de leur bonheur une admiration aussi "rande !ue s’il les avait
menés immédiatement * la contemplation de son ob(et le plus sain: de son ob(et supr@me: !ue
s’il avait atteint son but !ue s’il avait réellement vu et communi!ué sa vision. a "loire tire
pro1it de ce !u’il n’a pas réussi * atteindre son but.
3riedrich +iet,sche: Le 'ai savoir: Y -2
+iet,sche criti!ue d’ailleurs: * partir de cet idéal: la culture de son épo!ue !u’il !uali1ie
d’T h0stéri!ue U: le public restant dans un rapport T 1éminin U et passi1 1ace * un artiste !ui
n’est plus !u’un comédien;
II. Les ,ins de &’art
Introduction : La diversité des sentients est!étiques
I8iaporamaJ
? 7eau (harmonie: é!uilibre)
? beauté T pure U ) sensations a"réables ) couleurs: 1ormes: sons: "o.ts: par1ums; e= ) Dves Klein W voi= W
? harmonie ) accord ) couleurs: li"nes et 1ormes: sons. Kandins60: Klee.
? é!uilibre ) couleurs: sons; 9oussin: Hapha[l: >inci.
F= ) pa0sa"e: coucher de soleil: art abstrait: musi!ue douce: poésie (rime et mètre): peinture classi!ue.
? ublime
? 5athémati!ue ) "randeur spatiale
? nature ) ciel étoilé: monta"nes: nua"es
? architecture ) 90ramides: 9arthénon: é"lises: "ratte?ciel
? 8aniel 7uren au Gu""enheim en $2-$
? cinéma ("rand écran) ) tar Cars: etc.
? 80nami!ue ) intensité: opposition: combat (1orces: sons: couleurs)
? 9arthénon: é"lises (chopenhauer)
? temp@te: ora"e: volcan: e=plosion
? 1ilm américain
? concert de hard roc6 ou m@me classi!ue
? #u"o
? peinture ) 7acon (e=pression de 1orces: tensions)
? >rai
? imitation de la nature )
? e=actitude )
? aeu=is: 8brer: Hubens (<ristote)
? (eu d’acteur
? trompe?l’Lil
? e11ets spéciau=
? restituer l’impression ) s1umato (>inci): impressionnisme
? vérité et (ustesse de l’e=pression )
? (eu d’acteur
? >an Go"h: 5unch
? Himbaud (et l’amour in1ini;)
? dévoilement d’une vérité (ps0cholo"i!ue: e=istentielle: réaliste) )
? littérature (Kundera: +othomb: 9roust)
? >an Go"h (selon #eide""er)
? e=pression des 1orces (chopenhauer: 8eleu,e W 7acon)
? <utres plaisirs intellectuels )
? comi!ue (c1. interprétations ) 7audelaire: 7er"son)
? comédie ) 5olière: Ghaplin (plaisir pris au mal ino11ensi1)
$2
? Goluche
? bi,arre: surprise: étonnement: nouveauté: intellectuel
? urinoir de 8uchamp
? surréalisme )
? la mer est bleue comme une oran"e
? la mer: tou(ours recommencée c indécorable
? beau comme la rencontre;
? 5a"ritte: 8alV: Aan"u0: Ghirico
? 7en
? le plaisir de la ré1érence (9roust)
? beauté d’une démonstration mathémati!ue ) simplicité: e11icacité: ori"inalité: astuce
? 7ien
? héros ) épopée: tra"édie: cinéma (1ilm américain): 78
? 7ruce Cillis: Aom Gruise: 5ous!uetaires: Nean >al(ean
d concepts (aponais )
? _abi ) beauté de la si)&icité nature&&e (simplicité et sobriété: beauté rusti!ue) (solitude: simplicité:
mélancolie: nature: tristesse: diss0métrie) (repos trouvé dans l’humble mélancolie) (du transcendant)
? sabi ) beauté de l’ancien (altération par le temps: décrépitude des choses vieillissantes: "o.t pour les choses
vieilles: la salissure) (sérénité accompa"nant le plaisir de la beauté maPtrisée)
? a_are ) beauté ,u7itive de &a nature
? 0u"en ) beauté du <stérieu> (dési"ne aussi un st0le de poésie cr0pti!ue)
? i6i ) sophistication naturelle: cool: classe
Cabi et sabi su""èrent des sentiments de désolation et de solitude. Ges caractéristi!ues représentent la libération
du monde matériel et la transcendance vers une vie plus simple. Une illustration du _abi?sabi ) le culte
esthéti!ue pour les pierres.
A. Le beau
". La seu&e r27&e est de )&aire 3?o&i2re5
Le plus simple est encore de considérer !ue l’Luvre d’art vise la beauté: le plaisir. G’est
d’ailleurs le point de vue dé1endu par la plupart des artistes. L’école classi!ue 1ranSaise:
notamment: dé1endait ce principe. >o0e, 5olière )
8MH<+AF ) >ous @tes de plaisantes "ens avec vos rè"les: dont vous embarrasse, les i"norants
et nous étourdisse, tous les (ours. (;) Ne voudrais bien savoir si la "rande rè"le de toutes les
rè"les n’est pas de plaire: et si une pièce de thé\tre !ui a attrapé son but n’a pas suivi un bon
chemin. >eut?on !ue tout un public s’abuse sur ces sortes de choses: et !ue chacun ne soit
pas (u"e du plaisir !u’il 0 prend E
5olière: La !ritique de l’#cole des femmes: cène >K
Kronie du sort ) c’est * partir des Luvres de 5olière !ue l’on voulut dé1inir au= siècles
suivant les T rè"les U de l’art et du thé\tre (unité de temps: de lieu: d’action: etc.). Le
T principe de plaisir U a été dé1endu par de très nombreu= artistes: sinon tous ) 3laubert:
8elacroi=: 7audelaire: Ca"ner: tendhal; Les tenants de l’art pour l’art (Ahéophile Gautier:
3laubert: 7audelaire: 5allarmé: etc.) sont les partisans par e=cellence de la recherche de la
beauté pour elle?m@me et re1usent toute in1éodation de l’art * un principe étran"er. Mn
retrouve ce principe sous la plume de tendhal !ui voit caractérise la beauté comme T une
promesse de bonheur U.
Kl est di11icile: en revanche: de trouver une telle conception che, un philosophe X peut?@tre
parce !u’elle est trop évidente pour @tre di"ne de mention ou parce !ue le T plaisir U ou la
T beauté U restent un principe trop indéterminé. Gertes: les artistes recherchent la beauté;
5ais la !uestion est précisément de savoir ce !u’est la beauté Z
$&
#. La beauté ,ore&&e : équi&ibre et !aronie 36ant5
<u sens le plus simple: la beauté peut se dé1inir comme simple plaisir des sens: é!uilibre et
harmonie des 1ormes: des couleurs: des sons. Mn trouve cette beauté dans toute Luvre d’art )
en peinture: en musi!ue: en poésie: dans la danse: dans l’architecture; Kl s’a"it l* d’une
beauté toute simple: purement esthéti!ue au sens ét0molo"i!ue du terme (!ui relève des sens).
G’est la beauté purement 1ormelle: peut?@tre super1icielle: mais !ui peut: en raison de sa
simplicité m@me: @tre combinée avec tout autre aspect de l’Luvre.
Happelons la distinction entre le beau et le (oli ) on peut vouloir essa0er de distin"uer le
beau du (oli: c’est?*?dire au 1ond e=clure du beau certaines séductions (u"ées trop T basses U
ou charnelles. G’est ainsi !ue chopenhauer dis!uali1ie le (oli: c’est?*?dire tout ce !ui stimule
la volonté: notamment ce !ui séduit ou e=cite se=uellement. Le beau: au contraire: apaise la
volonté. 9our Kant: de manière asse, semblable: est beau tout ob(et !ui nous donne
satis1action par le T libre (eu U des 1acultés X entendement et ima"ination X !u’il suscite. Le
bel ob(et nous plaPt parce !u’il présente une or"anisation: !ui stimule notre esprit: et pourtant
nous ne comprenons pas !uel est le sens (ou le concept) de cette or"anisation. G’est ce !ue
Kant entend par une finalité sans fin. Ft 1ace * un tel ob(et notre entendement 1onctionne
librement: d’o] une satis1action esthéti!ue. Mn devine ici !ue ce sont les propriétés "énérales
d’harmonie et d’é!uilibre !ui seront * l’ori"ine d’une telle satis1action.
G’est une beauté de ce "enre !ue visent * atteindre les canons esthéti!ues ) nombre d’or:
censé constituer une proportion idéale W canons du corps humain: du visa"e humain: rè"les des
peintres dans la composition d’un pa0sa"e (teintes brunes au premier plan: etc.). Kl est
remar!uable de constater !ue la beauté peut @tre aussi bien atteinte par l’observation de ces
rè"les !ue par leur remise en cause la plus radicale Z
$. Que&ques )ers)ectives sur &a beauté
0a1 Le 2itsch 03undera1
Le concept de 6itsch est proche du concept de (oli dans l’opposition entre le beau et le (oli.
Le 6itsch dési"ne habituellement un art de pacotille: un toc clin!uant et multicolore révélateur
d’un mauvais "o.t souvent populaire. Ge concept prend un sens plus précis che, Kundera: !ui
le caractérise: dans L’(nsoutenale l#g)ret# de l’être: comme T né"ation de la merde U )
Le débat entre ceu= !ui a11irment !ue l’univers a été créé par 8ieu et ceu= !ui pensent
!u’il est apparu tout seul concerne !uel!ue chose !ui dépasse notre entendement et notre
e=périence. <utrement réelle est la di11érence entre ceu= !ui doutent de l’@tre tel !u’il a été
donné * l’homme (peu importe comment et par !ui) et ceu= !ui 0 adhèrent sans réserve.
8errière toutes les cro0ances européennes: !u’elles soient reli"ieuses ou politi!ues: il 0 a
le premier chapitre de la Genèse: d’o] il découle !ue le monde a été créé comme il 1allait
!u’il le 1.t: !ue l’@tre est bon et !ue c’est donc une bonne chose de procréer. <ppelons cette
cro0ance 1ondamentale accord cat#gorique avec l’être.
i: récemment encore: dans les livres: le mot merde était remplacé par des pointillés: ce
n’était pas pour des raisons morales. Mn ne va tout de m@me pas prétendre !ue la merde est
immorale Z Le désaccord avec la merde est métaph0si!ue. L’instant de la dé1écation est la
preuve !uotidienne du caractère inacceptable de la Gréation. 8e deu= choses l’une ) ou bien
la merde est acceptable (alors ne vous en1erme, pas * clé dans les _aters Z): ou bien la
manière dont on nous a créés est inadmissible.
Kl s’ensuit !ue l’accord cat#gorique avec l’être a pour idéal esthéti!ue un monde o] la
merde est niée et o] chacun se comporte comme si elle n’e=istait pas. Get idéal esthéti!ue
s’appelle le 2itsch.
G’est un mot allemand !ui est apparu au milieu du RKR
e
siècle sentimental et !ui s’est
ensuite répandu dans toutes les lan"ues. 5ais l’utilisation 1ré!uente !ui en est 1aite a "ommé
sa valeur métaph0si!ue ori"inelle: * savoir ) le 6itsch: par essence: est la né"ation absolue de
la merde W au sens littéral comme au sens 1i"uré ) le 6itsch e=clut de son champ de vision tout
ce !ue l’e=istence humaine a d’essentiellement inacceptable.
$4
5ilan Kundera: L’(nsoutenale l#g)ret# de l’être: >K: %
01 Le eau est tou$ours i4arre 05audelaire1
elon 7audelaire: T le beau est tou(ours bi,arre U
$4
. La beauté est irréductible * la science
et * toute théorie esthéti!ue en raison de cet élément de bi,arrerie !ui lui est nécessaire. Ft
7audelaire de démontrer son idée par l’absurde ) !u’on essaie de se représenter: dit?il une
beauté banale ) c’est impossible. Le bi,arre dans l’art est similaire * l’assaisonnement dans les
mets ) ceu=?ci ne di11èrent (sau1 en termes d’utilité ou de !uantité nutritive) !ue par l’idée
!u’ils révèlent * la lan"ue. La consé!uence principale de cette idée est de remettre en !uestion
les idées classi!ues de T canons U esthéti!ues ) le beau ne procède pas d’une composition
s0métri!ue et é!uilibrée: etc. Le désé!uilibre et la bi,arrerie peut @tre belle: elle est m@me
nécessaire * la beauté.
Fn plein RKR
e
siècle mar!ué par le pro"rès: la modernité et la révolution X rappelons !ue le
RKR
e
siècle a inventé le vélo: cet appareil !ui ne peut tenir debout !ue !uand il avance X:
7audelaire a insisté sur un autre aspect du beau ) l’Luvre d’art doit parvenir * unir intimement
en elle l’éphémère et l’éternel: comme l’illustre le poème T < une passante U.
0c1 &ionysiaque et apollinien 06iet4sche1
elon +iet,sche: la nature: cette puissance m0stérieuse * la source de toute chose: est
l’artiste par e=cellence. Mr cette nature s’e=prime: comme l’avait vu chopenhauer: comme
volonté et représentation. Le monde e=iste: d’une part: comme représentation dans l’esprit des
@tres conscients W mais il e=iste aussi comme volonté: cette volonté !ui est l’essence de toute
chose (pino,a). Ft ainsi la nature a deu= tendances 1ondamentales: deu= plaisirs
1ondamentau= ) l’apollinien et le dion0sia!ue. Ge sont ces deu= tendances !ui sont * l’ori"ine
du développement de l’art.
L’apollinien
$%
est le plaisir !ue la nature prend * l’apparence ) c’est pour!uoi elle produit
des phénomènes: c’est?*?dire des représentations. 9ar e=emple: nos sens sont de "rands
artistes: de "rands créateurs de 1ormes ) * partir de données chaoti!ues: notre Lil (et notre
cerveau) 1abri!ue 1ormes et couleurs: notre oreille 1abri!ue des sons: etc. Le monde visible est
la première apparence dont se ré(ouit la nature. < un deu=ième niveau: la tendance
apollinienne se mani1este dans le r@ve: !ui est une apparence d’apparence ) ici la nature: *
travers ses créatures: (ouit supr@mement de l’apparence. L’apollinien est donc le plaisir pris
au= belles 1ormes: au= belles apparences: et se mani1este le plus clairement dans les arts
plasti!ues.
5ais la nature e=iste aussi comme volonté: et il e=iste un plaisir spéci1i!ue * cette volonté
aveu"le et commune * tous les @tres ) le plaisir dion0sia!ue
$'
. 8ans l’ivresse et la musi!ue
notamment s’e=prime cette volonté 1ondamentale de la nature !ui traverse l’ensemble des
créatures. 8ans les états d’e=tase e=tr@mes: la créature peut sentir alors son unité pro1onde
avec le monde ) le principium individuationis: c’est?*?dire le morcellement illusoire de la
nature en di11érents individus: est alors supprimé: ce !ui produit un plaisir m@lé d’horreur.
L’état dion0sia!ue est proche de ce !ue les Grecs appelaient huris (démesure): et ils lui
opposaient précisément la modération (sophrosun)) apollinienne: !ui consiste précisément *
rester dans les limites de soi?m@me: * se connaPtre soi?m@me: etc.
+ous aurons 1ait en esthéti!ue un "rand pas lors!ue nous serons parvenus non seulement
* la compréhension lo"i!ue mais * l’immédiate certitude intuitive !ue l’entier développement
$4
7audelaire: "*position universelle de 7899.
$%
8u dieu "rec <pollon: dieu du soleil: de la lumière: de la beauté.
$'
8e 8ion0sos: dieu de la 1@te et du vin.
$%
de l’art est lié * la dualité de l’apollinien et du dionysiaque comme: analo"i!uement: la
"énération X dans ce combat perpétuel o] la réconciliation n’intervient (amais !ue de 1aSon
périodi!ue X dépend de la di11érence des se=es. (;) Ges deu= impulsions si di11érentes
marchent de 1ront: mais la plupart du temps en con1lit ouvert: s’e=citant mutuellement * des
productions tou(ours nouvelles et de plus en plus vi"oureuses a1in de perpétuer en elles ce
combat de contraires (;) (us!u’* ce !u’en1in: par un "este métaph0si!ue miraculeu= de la
T volonté U helléni!ue: elles apparaissent accouplées l’une * l’autre et: dans cet
accouplement: en viennent * en"endrer l’Luvre d’art * la 1ois dion0sia!ue et apollinienne: la
tra"édie atti!ue.
9our nous rendre plus proches ces deu= impulsions: représentons?les?nous d’abord
comme les deu= modes esthéti!ues distincts du rêve et de l’ivresse: dont les mani1estations
ph0siolo"i!ues o11rent une opposition correspondant * celle de l’apollinien et du
dion0sia!ue. (;) La belle apparence de ces mondes du r@ve !ue tout homme en1ante en
artiste consommé est ce !ue présupposent l’ensemble des arts plasti!ues et m@me: nous le
verrons: une lar"e part de la poésie. (;) I+Jotre @tre le plus intime: ce 1onds souterrain !ui
nous est commun * tous: trouve * 1aire: dans le r@ve: l’e=périence d’un plaisir pro1ond et
d’une heureuse nécessité. (;) Mn pourrait (;) dési"ner <pollon comme la superbe ima"e
divine du principium individuationis: dont le "este et le re"ard nous disent tout le plaisir et
toute la sa"esse de l’T apparence U: ensemble avec sa beauté. (;)
chopenhauer nous décrit la prodi"ieuse horreur !ui s’empare de l’homme !ue
désorientent soudain les 1ormes conditionnant la connaissance des phénomènes (;). i nous
a(outons * cette horreur l’e=tase délicieuse !ue la rupture du principium individuationis 1ait
monter du 1ond le plus intime de l’homme: ou m@me de la nature: alors nous nous donnerons
une vue de l’essence du dionysiaque !ue l’analo"ie de l’ivresse nous rendra plus proche
encore. Que ce soit sous l’in1luence du breuva"e narcoti!ue dont parlent dans leurs h0mnes
tous les hommes et les peuples primiti1s: ou lors de l’approche puissante du printemps !ui
traverse la nature entière et la secoue de désir: s’éveillent ces émotions dion0sia!ues !ui: *
mesure !u’elles "a"nent en intensité: abolissent la sub(ectivité (us!u’au plus total oubli de
soi.
+iet,sche: La 6aissance de la trag#die: Y $
dion0sia!ue apollinien
Goncepts
métaph0si!ues
obscurité
inconscient
volonté
unité 1ondamentale de la nature
clarté
conscience
représentation
morcellement de la nature en individus
<rts et
sentiments
ivresse
musi!ue
huris (démesure)
plaisir de se dissoudre dans le monde
r@ve
arts plasti!ues
sophrosun) (mesure)
plaisir d’@tre soi
F=emples
concrets
poésie l0ri!ue
<rchilo!ue
poésie épi!ue
#omère
tra"édie
0d1 5eaut# et utilit# 0'autier1
Mn pourrait penser !ue tout ce !ui est utile ou e11icace est beau ) car la nature: !ui suit le
principe d’utilité ma=imale: produit des 1ormes ma"ni1i!ues. 8e m@me: les ob(ets techni!ues
ac!uièrent une certaine beauté m@me si l’e11icacité seule est recherchée ) vo0e, une charpente
en bois ou le pro1il aérod0nami!ue d’une voiture. 5ais ce point de vue est loin de 1aire
l’unanimité. Ahéophile Gautier: le premier partisan de l’art pour l’art: avait des idées bien
arr@tées sur le rapport entre beauté et utilité )
Kl n’0 a rien de vraiment beau !ue ce !ui ne peut servir * rien W tout ce qui est uti&e est &aid:
car c’est l’e=pression de !uel!ue besoin: et ceu= de l’homme sont i"nobles et dé"o.tants
comme sa pauvre et in1irme nature. L’endroit le plus utile d’une maison: ce sont les latrines.
5oi: n’en déplaise * ces messieurs: (e suis de ceu= pour !ui le super1lu est nécessaire W et
$'
(’aime mieu= les choses et les "ens en raison inverse des services !u’ils me rendent. Ne
pré1ère: * mon pot de chambre !ui me sert: un pot chinois: semé de dra"ons et de mandarins:
!ui ne me sert pas du tout.
Ahéophile Gautier: Mademoiselle Maupin: $/&%
0e1 5eaut# et mysticisme 0%laton, 5audelaire, Mallarm#:1
Fn1in: le beau peut @tre envisa"é d’un point de vue m0sti!ue. Fn tant !u’idéal: le 7eau se
rapproche du divin lui?m@me: de l’<bsolu. Mn se souvient comment 9laton: dans le 5anquet:
1aisait de l’ascension T éroti!ue U vers la beauté une élévation m0sti!ue vers l’absolu )
8iotime ) >oil* donc !uelle est la droite voie !u’il 1aut suivre dans le domaine des choses de
l’amour ou sur la!uelle il 1aut se laisser conduire par un autre ) c’est: en prenant son point de
départ dans les beautés d’ici?bas pour aller vers cette beauté?l*: de s’élever tou(ours: comme
au mo0en d’échelons: en passant d’un seul beau corps * deu=: de deu= beau= corps * tous les
beau= corps: et des beau= corps au= belles occupations: et des occupations vers les belles
connaissances !ui sont certaines: puis des belles connaissances !ui sont certaines vers cette
connaissance !ui constitue le terme: celle !ui n’est autre !ue la science du beau lui?m@me:
dans le but de connaPtre 1inalement la beauté en soi.
9laton: Le 5anquet: trad. Luc 7risson: 2$$b?2$$c
9lotin reprendra cette anal0se du 7eau en un sens éminemment m0sti!ue. L’idée est !ue
l’art est la rencontre d’une 1orme et d’une matière: et !ue la 1orme vient d’en haut: de 8ieu:
@tre par1ait: aussi bien en termes de vérité et de bonté !ue de beauté.
9renons: si l’on veut: deu= masses de pierre placées l’une * cOté de l’autre W l’une est brute et
n’a pas été travaillée W l’autre a subi l’empreinte de l’artiste: et s’est chan"ée en une statue de
dieu ou d’homme: d’un dieu comme une Gr\ce ou une 5use: d’un homme !ui est non pas le
premier venu mais celui !ue l’art a créé en combinant tout ce !u’il a trouvé de beau W il est
clair !ue la pierre: en !ui l’art a 1ait entrer la beauté d’une 1orme: est belle non parce !u’elle
est pierre (car l’autre serait é"alement belle): mais "r\ce * la 1orme !ue l’art 0 a introduite.
Gette 1orme: la matière ne l’avait point: mais elle était dans la pensée de l’artiste: avant
d’arriver dans la pierre W et elle était dans l’artiste non parce !u’il a des 0eu= ou des mains:
mais parce !u’il participe * l’art. 8onc cette beauté était dans l’art: et de beaucoup
supérieure W car la beauté !ui est passée dans la pierre n’est pas celle !ui est dans l’art W celle?
ci reste immobile: et d’elle en vient une autre: in1érieure * elle W et cette beauté in1érieure
n’est pas m@me restée intacte et telle !u’elle aspirait * @tre: sinon dans la mesure o] la pierre
a cédé * l’art. (;) 5éprise?t?on les arts parce !u’ils ne créent !ue des ima"es de la nature:
disons d’abord !ue les choses naturelles: elles aussi: sont des ima"es de choses di11érentes W
et sachons bien ensuite !ue les arts n’imitent pas directement les ob(ets visibles: mais
remontent au= raisons d’o] est issu l’ob(et naturel W a(outons !u’ils 1ont bien des choses
d’eu=?m@mes ) ils suppléent au= dé1auts des choses: parce !u’ils possèdent la beauté ) 9hidias
1it son aeus: sans é"ard * aucun modèle sensible W il l’ima"ina tel !u’il serait: s’il consentait *
paraPtre * nos re"ards.
9lotin: "nn#ades (KKK
e
s.): >: /
L’art a tou(ours entretenu un lien étroit avec la reli"ion en raison de sa capacité * susciter
les sentiments reli"ieu=: ce !ui révèle une a11inité entre les sentiments esthéti!ues et les
sentiments éthi!ues. (Geci peut s’observer dans le 1risson particulier !ue suscite en nous la
musi!ue classi!ue reli"ieuse: par e=emple le ;equiem de 5o,art.) Ghe, les artistes du RKR
e
siècle comme 7audelaire et 5allarmé: on retrouve une idéalisation similaire du beau. <insi la
!u@te esthéti!ue de la per1ection devient une véritable recherche m0sti!ue de l’absolu. 8ans
un documentaire sur Glenn Gould (pianiste virtuose du RR
e
siècle): une auditrice a11irme !ue
cette musi!ue lui a révélé l’e=istence de l’au?del* et du paradis;
$-
B. Le vrai
L’interprétation de l’art comme un mo0en d’accès * la vérité est d’abord liée * l’idée !ue
l’art serait 1ondamentalement mim#tique: c’est?*?dire !u’il viserait * imiter la nature. Aelle
était la conception dominante de l’art pour les Grecs: et une telle interprétation ne man!ue pas
de vraisemblance. 5ais il reste * savoir ce !u’il 1aut entendre par T imitation de la nature U.
Gela peut si"ni1ier !ue l’art cherche * reproduire les apparences des choses naturelles: ou
alors !u’il essaie de reproduire: plus pro1ondément: le travail créati1 de la nature. i nous
prenons d’abord l’e=pression au premier sens: la possibilité d’atteindre la vérité par ce mo0en
peut sembler compromise ) l’apparence ne s’oppose?t?elle pas * la réalité E
". L’art nous é&oi7ne de &a vérité car &es a))arences sont tro)euses 3@&aton* 9iet:sc!e5
G’est * partir de cette interprétation de l’art comme un art des apparences !ue 9laton
criti!ue l’art. 9our 9laton: la vraie réalité n’est pas constituée par les apparences ni m@me par
les ob(ets !ue nous vo0ons tous les (ours. Fn e11et: le chat !ue (e vois n’est pas véritablement
réel: puis!u’il mourra et disparaPtra un (our: alors !ue ce !ui est véritablement réel doit @tre
éternel. La vraie réalité n’est donc pas le chat: mais l’idée du chat: !ui demeure une et
identi!ue au cours du temps: et dont les chats particuliers T participent U seulement: c’est?*?
dire !u’ils T ressemblent U * cette idée: ils s’0 rattachent. 9our 9laton: la vraie réalité n’est
donc pas le monde mat#riel des ob(ets sensibles: mais un monde id#al et abstrait peuplé
d’Kdées. 9ar consé!uent: l’Luvre d’art: !ui imite les ob(ets du monde: est éloi"née de la vérité
de trois de"rés ) par e=emple la peinture d’un lit est la copie du lit 1abri!ué par le menuisier:
!ui est lui?m@me une copie du lit idéal. 9laton criti!ue donc l’art comme l’illusion supr@me:
!ui T a(oute une couche U d’illusion * cette première illusion !u’est le monde: !ui nous
présente l’apparence des apparences. Mn retrouve d’ailleurs la m@me idée che, +iet,sche:
pour !ui l’art est un menson"e !ui nous aide * vivre en rendant la vérité supportable )
+ous avons l’art a1in de ne pas mourir de la v#rit#.
+iet,sche: <er2e: R>K: 24/
%ar quoi le m)tre donne de la eaut#. X Le mètre pose un voile sur la réalité W il donne
lieu * !uel!ue arti1ice de lan"a"e: !uel!ue indécision de pensée W par l’ombre !u’il (ette sur
les idées: tantOt il cache: tantOt il 1ait ressortir. 8e m@me !ue l’ombre est nécessaire * plus de
beauté: de m@me l’T obscur U est nécessaire * plus de clarté. X L’art rend supportable l’aspect
de la vie en la recouvrant du voile de la pensée indécise.
+iet,sche: +umain, trop humain: K: Y $%$
5ais il ne 1aut pas re(eter trop vite les apparences hors du champ de la connaissance. Les
apparences ne sont?elles pas le point de départ de toute connaissance E
$-
Ft n’0 a?t?il pas une
connaissance propre au sensible E
#. L’iitation de &a nature est un o<en d’acc2s ( &a vérité 3Aristote5
L’art peut apparaPtre comme un mo0en d’accès * la vérité si nous le considérons dans sa
dimension miméti!ue
$/
: comme le 1aisaient les Grecs. 9laton et <ristote concevaient en e11et
l’art comme une techni!ue consistant essentiellement * imiter la nature. Une telle conception
n’est pas propre au= Grecs: on la retrouve tout au lon" de l’histoire de l’art: par e=emple dans
le naturalisme de tendhal ) T un roman est un miroir !ui se promène sur une "rande route U
$2
.
elon <ristote: tout art est imitation: m@me la musi!ue )
$-
G1. le cours sur la conscience: K: 8: &.
$/
G’est?*?dire dans sa dimension d’imitation.
$2
tendhal: Le ;ouge et le noir: tome KK: chap. RKR.
$/
L’épopée: et la poésie tra"i!ue comme aussi la comédie: l’art du poète de dith0rambe et:
pour la plus "rande partie: celui du (oueur de 1l.te et de cithare: se trouvent tous @tre: d’une
manière "énérale: des imitations. 5ais ils di11èrent les uns des autres par trois aspects ) ou
bien ils imitent par des mo0ens di11érents: ou bien ils imitent des ob(ets di11érents: ou bien ils
imitent selon des modes di11érents: et non de la m@me manière.
<ristote: %o#tique: K
Le thé\tre aussi est conSu comme imitation ) la comédie imite les hommes sans "rande
vertu: les vices: les dé1auts et les laideurs: du moins ceu= !ui n’entraPnent ni douleur ni
domma"e W car seul le mal ino11ensi1 est comi!ue. La tra"édie: elle imite une action noble !ui:
par la pitié et la crainte: accomplit la catharsis (pur"ation) de ces émotions. Gette dimension
miméti!ue de l’Luvre d’art est ce !ui permet de comprendre !u’elle nous donne tant de
satis1action W car T tous les hommes désirent naturellement connaPtre U
24
.
< l’ori"ine de l’art poéti!ue dans son ensemble: il semble bien 0 avoir deu= causes: toutes
deu= naturelles.
Kmiter est en e11et: dès leur en1ance: une tendance naturelle au= hommes X et ils se
di11érencient des autres animau= en ce !u’ils sont des @tres 1ort enclins * imiter et !u’ils
commencent * apprendre * travers l’imitation X: comme la tendance commune * tous: de
prendre plaisir au= représentations W la preuve en est ce !ui se passe dans les 1aits ) nous
prenons plaisir * contempler les ima"es les plus e=actes de choses dont la vue nous est
pénible dans la réalité: comme les 1ormes d’animau= les plus méprisés et des cadavres. Une
autre raison est !u’apprendre est un "rand plaisir non seulement pour les philosophes: mais
pareillement aussi pour les autres hommes X !uoi!ue les points communs entre eu= soient
peu nombreu= * ce su(et. Mn se plaPt en e11et * re"arder les ima"es car leur contemplation
apporte un ensei"nement et permet de se rendre compte de ce !u’est cha!ue chose: par
e=emple !ue ce portrait?l*: c’est un tel W car si l’on se trouve ne pas l’avoir vu auparavant: ce
n’est pas en tant !ue représentation !ue ce portrait procurera le plaisir: mais en raison du 1ini
dans l’e=écution: de la couleur ou d’une autre chose de ce "enre.
<ristote: %o#tique: chap. K>: $44/b4?$44/b$2
Ft en e11et: puis!ue l’art est imite les choses il est un mo0en privilé"ié vers la
connaissance. <insi: la poésie vise * imiter la nature humaine: et dans cette mesure elle nous
apporte une connaissance de l’homme: !ui est m@me supérieure * celle !ue nous donne
l’histoire car la poésie dit le "énéral alors !ue l’histoire se contente du cas particulier
2$
)
8e ce !ui a été dit résulte clairement !ue le rOle du poète est de dire non pas ce !ui a
réellement eu lieu mais ce * !uoi on peut s’attendre: ce !ui peut se produire con1ormément *
la vraisemblance ou * la nécessité. Fn e11et: la di11érence entre l’historien et le poète ne vient
pas du 1ait !ue l’un s’e=prime en vers ou l’autre en prose (on pourrait mettre l’Luvre
d’#érodote
22
en vers: et elle n’en serait pas moins de l’histoire en vers !u’en prose) W mais
elle vient de ce !ue l’un dit ce !ui a eu lieu: l’autre ce * !uoi l’on peut s’attendre. >oil*
pour!uoi la poésie est une chose plus philosophi!ue et plus noble !ue l’histoire ) la poésie dit
plutOt le "énéral: l’histoire le particulier. Le "énéral: c’est telle ou telle chose !u’il arrive * tel
ou tel de dire ou de 1aire: con1ormément * la vraisemblance ou * la nécessité W c’est le but
visé par la poésie: m@me si par la suite elle attribue des noms au= personna"es. Le particulier:
c’est ce !u’a 1ait <lcibiade: ou ce !ui lui est arrivé.
<ristote: %o#tique: KR
$. ?entir )our ,aire vrai 3i)ressionnistes* ?au)assant5
G’est ce !ui 1ait dire * <mélie +othomb !ue le roman est un T concentré de réel U ) il 0 a
bien plus de réalité dans un (bon) roman !ue dans la vie réelle. Mn pourrait voir une
24
<ristote: M#taphysique: K.
2$
G1. le cours sur l’histoire.
22
#érodote (v. 4/4?42% av. N.?G.) est un historien et e=plorateur "rec. Kl est considéré comme le T père de
l’histoire U car il est le premier historien avec Ahuc0dide (v. 4'4?444 av. N.?G.).
$2
opposition entre le roman et le 1ait divers: entre la peinture et la photo"raphie ) dans un cas il
s’a"it de représenter un irréel vraisemblable: dans l’autre un réel invraisemblable. 9ar
e=emple: les photo"raphies prises au ,oom ou sous un an"le particulier nous présentent des
rapprochement de perspective étonnants. 5ais il 1aut bien voir !ue le vraisemlale nous
intéresse bien plus !ue le vrai: en tout cas dans les nombreu= domaines !ui sont le terrain
privilé"ié de l’art (ps0cholo"i!ue: e=istentiel: etc.). L’histoire de l’art nous montre
constamment !u’il 1aut bien souvent renoncer au vrai et * l’e=act si l’on veut produire le
vraisemblable: le vivant: et atteindre ainsi * une plus "rande T vérité U de la représentation )
raccourci des Grecs: perspective: sfumato de >inci: T ine=actitudes U des impressionnistes:
arti1ices rhétori!ues et littéraires: etc. Gomme dit 5aupassant: le romancier réaliste ne doit
pas tout dire: il ne doit pas être vrai mais faire vrai )
Le romancier: au contraire: !ui prétend nous donner une ima"e e=acte de la vie: doit
éviter avec soin tout enchaPnement d’événements !ui paraPtrait e=ceptionnel. on but n’est
point de nous raconter une histoire: de nous amuser ou de nous attendrir: mais de nous 1orcer
* penser: * comprendre le sens pro1ond et caché des événements. < 1orce d’avoir vu et médité
il re"arde l’univers: les choses: les 1aits et les hommes d’une certaine 1aSon !ui lui est propre
et !ui résulte de l’ensemble de ses observations ré1léchies. G’est cette vision personnelle !u’il
cherche * nous communi!uer en la reproduisant dans un livre. (;)
5ais en se plaSant au point de vue m@me de ces artistes réalistes: on doit discuter et
contester leur théorie !ui semble pouvoir @tre résumée par ces mots ) T Hien !ue la vérité et
toute la vérité. U
Leur intention étant de dé"a"er la philosophie de certains 1aits constants et courants: ils
devront souvent corri"er les événements au pro1it de la vraisemblance et au détriment de la
vérité: car )
Le vrai peut !uel!ue1ois n’@tre pas vraisemblable.
Le réaliste: s’il est un artiste: cherchera: non pas * nous montrer la photo"raphie banale de
la vie: mais * nous en donner la vision plus complète: plus saisissante: plus probante !ue la
réalité m@me.
Haconter tout serait impossible: car il 1audrait alors un volume au moins par (ournée: pour
énumérer les multitudes d’incidents insi"ni1iants !ui emplissent notre e=istence. Un choi=
s’impose donc. (;)
La vie encore laisse tout au m@me plan: précipite les 1aits ou les traPne indé1iniment.
L’art: au contraire: consiste * user de précautions et de préparations: * ména"er des
transitions savantes et dissimulées: * mettre en pleine lumière: par la seule adresse de la
composition: les événements essentiels et * donner * tous les autres le de"ré de relie1 !ui leur
convient: suivant leur importance: pour produire la sensation pro1onde de la vérité spéciale
!u’on veut montrer.
3aire vrai consiste donc * donner l’illusion complète du vrai: suivant la lo"i!ue ordinaire
des 1aits: et non * les transcrire servilement dans le p@le?m@le de leur succession.
N’en conclus !ue les Héalistes de talent devraient s’appeler plutOt des Kllusionnistes.
Gu0 de 5aupassant: T Le roman U: pré1ace * %ierre et Jean ($///)
Un e=emple 1rappant de cette idée en peinture nous est donné par le &ery d’"psom de
Géricault. Ge tableau représente une course de chevau= dans la!uelle le mouvement est rendu
par une position impossible ) les chevau= sont peints dans une position !u’ils ne prennent
(amais au cours de leur "alop.
Mn pourrait toute1ois peut?@tre opposer une chose * ces idées d’art réaliste ) les
représentations nous plaisent?elles par leur e=actitude ou: au contraire: par ce en !uoi elles ne
ressemblent pas * la chose E ommes?nous plus intéressés par une photo"raphie en couleur
!ui donne la répli!ue e=acte d’un visa"e: ou par un portrait au 1usain !ui parvient * en capter
l’essentiel E Ft: de manière similaire: n’est?ce pas: dans une métaphore: ce par !uoi l’ima"e
di11ère de ce !u’elle illustre !ui est intéressant E (>o0e, cela dans un cas concret: par e=emple
dans cette comparaison de >ictor #u"o ) T un visa"e avec beaucoup de 1ront: c’est comme un
pa0sa"e avec beaucoup de ciel U.) ans nier complètement le plaisir pris * l’e=actitude d’une
24
représentation: nous pourrions donc sans doute a(outer un plaisir pris * une analo"ie
impar1aite: et ce d’autant plus !u’elle éclaire un aspect inattendu de l’ob(et. 9ar !uoi l’on
commence * comprendre comment l’art peut produire une vérité !ui lui est propre: participer
au d#voilement du monde.
+7 ) on trouve encore la m@me idée che, le sculpteur <u"uste Hodin ) le réalisme en art
consiste * dé1ormer pour 1aire vrai. (Hodin: L’Art).
'. L’e>)ressionnise 3Aan 4o7!5
8e manière "énérale: pour ce !ui est de la nature humaine: il vaut mieu= parler
d’expression plutOt !ue d’imitation ) car révéler la nature humaine ne consiste pas en un
simple imitation: comme !uand il s’a"it de reproduire l’apparence d’un ob(et ph0si!ue W cela
consiste au contraire en un véritable travail d’e=ploration et de construction.
Un lieu privilé"ié de l’e=pression de l’intériorité humaine est ce !ue les anciens appelaient
la po#sie: c’est?*?dire en 1ait la litt#rature dans son ensemble. 5ilan Kundera: un écrivain
tchè!ue contemporain: montre dans L’Art du roman !ue l’histoire du roman européen
consiste en une e=ploration pro"ressive de l’e=istence humaine. <u R>KK
e
siècle commence
l’épo!ue moderne ) avec Galilée et 8escartes: la science (mathémati!ue et ph0si!ue) s’en"a"e
dans l’e=ploration de la nature. La passion de conna=tre s’est emparée de l’homme occidental.
5ais cette perspective laisse tout un champ ine=ploré ) le domaine de la vie: de l’e=istence
humaine. La science a complètement laissé de cOté cet aspect. G’est ainsi !ue Kundera
comprend la 1ormule de #eide""er ) l’ou!li de l’(tre. 5ais l’T @tre U: le monde de la vie: n’a
pas été oublié par tout le monde. Fn 1ait: au moment m@me o]: dans le silla"e de 8escartes:
les sciences s’en"a"ent dans l’e=ploration mathémati!ue de la nature: les romanciers
européens s’en"a"ent dans l’e=ploration littéraire de l’e=istence humaine. Ft Kundera relit
toute l’histoire du roman européen * partir de cette clé de lecture: montrant comment le roman
a successivement cherché * saisir le moi ) d’abord par les actions dans le roman d’aventures
(Gervantès et Habelais) W mais avec 8iderot: une 1aille s’ouvre entre l’homme et ses actions:
les actions ne révèlent plus l’homme W le roman ps0cholo"i!ue tente alors de saisir le moi en
restituant directement l’intériorité humaine (Hichardson: puis 9roust et No0ce) W le naturalisme
tente de son cOté de saisir l’homme * partir de son insertion dans la société et l’histoire
(7al,ac: aola: Ka16a) W en1in: les romans du RR
e
siècle nous dévoilent les T parado=es
terminau= U. < cha!ue 1ois: le roman étudie les possibilités e=istentielles. Ka16a: par e=emple:
se demande !uelles sont les possibilités d’e=istence dans le monde moderne: enserré dans le
carcan étou11ant de l’administration.
5ais l’e=pression de l’intériorité humaine ne se limite pas * la littérature. Mn comprend
aisément !ue la musi!ue soit le lieu privilé"ié de l’e=pression des sentiments humains dans
leur 1orme la plus pure. 5ais la peinture elle?m@me peut @tre un mo0en d’e=pression de
l’intériorité humaine comme T * reculons U. <vec l’expressionnisme en e11et: l’artiste nous
invite * d#tourner le regard ) l’essentiel n’est plus la chose représentée: !ui * la limite n’est
plus !u’un préte=te: ni la vraisemblance: mais bien la mani)re de voir: le regard de l’artiste:
sa manière sub(ective de percevoir le monde !u’il tente de nous restituer. Mn comprend alors
!u’on puisse parler de la T vérité U d’un tableau: m@me si celui?ci n’est pas du tout
ressemblant.
Le but de l’art n’est plus de reproduire le visible mais: comme dirait le peintre suisse 9aul
Klee: de rendre isi!le. L’artiste nous donne accès * une nouvelle manière de voir les choses:
il nous découvre le réel sous un (our nouveau. G’est en ce sens !ue l’écrivain an"lais Mscar
Cilde peut dire: en une 1ormule provocatrice: !ue ce n’est pas l’art qui imite la nature mais
la nature qui imite l’art ) car c’est l’art !ui nous apprend * voir: et nous en venons * voir la
nature elle?m@me * partir des représentations artisti!ues. Kl 1aut bien se rendre compte !ue
pour l’homme du RKR
e
siècle: le coucher de soleil n’était pas du tout un phénomène
2$
esthéti!ue. Ge sont des artistes comme Aurner !ui nous ont appris * voir la beauté de la
nature ) dans un coucher de soleil: dans un pa0sa"e ennei"é: voire dans les brumes de
Londres.
9renons !uel!ues e=emples ) le 1ondateur de l’e=pressionnisme est >an Go"h. Kl est très
clair !ue sa peinture vise davanta"e * e=primer une manière de percevoir et de ressentir les
choses (l’ambiance sordide d’un ca1é: la vibration palpitante de la nature) plutOt !ue d’en
restituer avec e=actitude l’apparence ob(ective et neutre. Fcoutons?le nous parler de ses
recherches esthéti!ues )
Qu’est?ce !ue dessiner E Gomment 0 arrive?t?on E G’est l’action de se 1ra0er un passa"e *
travers un mur de 1er invisible: !ui semble se trouver entre ce !ue l’on sent et ce !ue l’on
peut. Gomment doit?on traverser ce mur: sachant !u’il ne sert * rien d’0 1rapper 1ort E < mon
avis on doit miner ce mur et le traverser * la lime: lentement et avec patience.
Lettre de >incent * Ahéo: 22 octobre $//2
N’ai voulu susciter l’idée !ue ces "ens !ui man"ent des pommes de terre * la clarté de leur
lampe ont creusé la terre de leurs mains: ces m@mes mains avec les!uelles ils man"ent: et
ainsi cela su""ère le travail manuel et un plat honn@tement gagn#.
Lettre de >incent * Ahéo: &4 avril $//%
N’ai essa0é d’e=primer les terribles passions de l’humanité au mo0en du rou"e et du vert.
Lettre de >incent * Ahéo: / septembre $///
8ans mon tableau Le !af# la nuit (’ai cherché * e=primer l’idée !ue le ca1é est un endroit
o] l’on peut se ruiner: devenir 1ou: commettre des crimes. <lors (’ai cherché: par des
contrastes de rose tendre et de rou"e san": de dou= vert Louis R> et >éronèse: contrastant
avec les (aune et les vert?bleu durs: tout cela dans une atmosphère de 1ournaise in1ernale: de
sou1re p\le: * e=primer comme la puissance des ténèbres d’un assommoir.
Ft en m@me temps: avec un apparence de "aieté (aponaise et la bonhomie du Tartarin;
Lettre de >incent * Ahéo: 2 septembre $///
>an Go"h est sans conteste celui !ui a le mieu= parlé de son art W mais ce !u’écrit <ntonin
<rtaud n’est pas mal non plus: et vous aidera peut?@tre * comprendre la peinture de >an
Go"h )
La peinture linéaire pure me rendait 1ou depuis lon"temps lors!ue (’ai rencontré >an
Go"h !ui pei"nait: non pas des li"nes ou des 1ormes: mais des choses de la nature inerte
comme en pleines convulsions.
Ft inertes.
Gomme sous le terrible coup de boutoir de cette 1orce d’inertie dont tout le monde parle *
mots couverts: et !ui n’est (amais devenue si obscure !ue depuis !ue toute la terre et la vie
présente se sont m@lées de l’élucider.
Mr: c’est de son coup de massue: vraiment de son coup de massue !ue >an Go"h ne cesse
de 1rapper toutes les 1ormes de la nature et les ob(ets.
Gardés par le clou de >an Go"h:
les pa0sa"es montrent leur chair hostile:
la har"ne de leurs replis éventrés:
!ue l’on ne sait !uelle 1orce étran"e est: d’autre part: en train de métamorphoser.
(;)
Ne crois !ue Gau"uin pensait !ue l’artiste doit rechercher le s0mbole: le m0the: a"randir
les choses de la vie (us!u’au m0the:
alors !ue >an Go"h pensait !u’il 1aut savoir déduire le m0the des choses les plus terre?*?
terre de la vie.
Fn !uoi (e pense: moi: !u’il avait 1outrement raison.
Gar la réalité est terriblement supérieure * toute histoire: * toute 1able: * toute divinité: *
toute surréalité.
<ntonin <rtaud: -an 'ogh le suicid# de la soci#t#: $24-
22
Le peintre norvé"ien Fdvard 5unch a poursuivi cette tendance: particulièrement visible
dans son che1?d’Luvre: le !ri: !ui o11re une e=pression saisissante de l’an"oisse.
L’e=pressionnisme a donné lieu par la suite * l’e=pressionnisme abstrait: dont le principal
représentant est l’américain Nac6son 9olloc6: !ui introduisit la techni!ue du dripping: !ui
consiste * pro(eter la toile sur la peinture sans toucher celle?ci avec le pinceau. Le tableau est
alors l’e=pression directe et immédiate des mouvements de l’artiste. <vec le passa"e *
l’abstraction il devient évident !ue le but de l’artiste n’était pas la reproduction d’un donné
e=térieur mais bien l’e=pression d’une intériorité.
5. L’e>)ression des ,orces 3.c!o)en!auer* 0e&eu:e5
5ais il ne 1audrait pas croire pour autant !ue l’art est limité * cette alternative ) dévoiler la
réalité humaine ou se contenter de reproduire les apparences de la nature. <u contraire:
l’e=pressionnisme de >an Go"h nous montre !ue ces deu= éléments sont par1ois
indissociables car l’artiste e=prime un regard: c’est?*?dire la rencontre des choses: cet acte
intentionnel
2&
par le!uel le su(et rencontre l’ob(et.
F=primer ainsi la rencontre parle aussi bien du su(et !ue de l’ob(et. chopenhauer insiste
sur cette deu=ième dimension. elon lui: le monde e=iste sous deu= 1ormes ) comme volonté
et comme représentation (on retrouve les deu= "randes caté"ories de 8escartes et de pino,a
X pensée et étendue X: !uel!ue peu trans1ormées). 8’une part: nous percevons les
phénomènes: c’est?*?dire l’apparence du monde par les sens: sous le mode de l’e=tériorité et
de la spatialité W d’autre part: nous avons une e=périence intime: directe: du monde: dans son
essence: car nous sommes nous?m@mes une partie du monde. Mr ce !ue nous trouvons en
nous?m@mes n’est rien d’autre !ue la volont#. Aous nos vécus de conscience: selon
chopenhauer: relèvent de la volonté ) en e11et: comme pino,a l’avait dé(* montré: tous nos
sentiments ne sont (amais !ue des modalités ou des variations de notre désir. Gette volonté est
l’essence du monde et traverse l’ensemble des @tres: vivants ou non. 8ans la contemplation
esthéti!ue: nous percevons cette volonté dans les choses e=térieures.
<insi: pour chopenhauer: si nous aimons les arbres et l’art des (ardins: c’est parce !ue la
vé"étation e=prime la volonté "r\ce * une opposition de forces ) l’élan vital des plantes vers
les cieu= s’oppose * la pesanteur universelle. (Mn pourrait d’ailleurs remar!uer !ue les Luvres
de >an Go"h e=priment ma"istralement cette idée d’une volonté commune !ui traverse
l’ensemble des @tres: arbres: champs: monta"nes: nua"es: astres: tous animés par une
vibration commune;) 8e m@me: la valeur esthéti!ue de l’architecture réside dans le 1ait
!u’elle nous présente des oppositions de 1orces: notamment l’opposition entre la r#sistance et
la pesanteur. < partir de ce critère: chopenhauer a11irme !ue l’architecture "rec!ue classi!ue
est supérieure * l’architecture "othi!ue: car les hautes vo.tes en o"ive donnent une impression
de lé"èreté !ui occulte l’opposition entre la résistance des colonnes et la pesanteur de
l’entablement
24
.
Le philosophe 1ranSais contemporain Gilles 8eleu,e ($22%?$22%) étend cette idée d’un art
comme expression de forces * la peinture: par e=emple * celle de 3rancis 7acon ($242?$222).
8ans cette perspective: l’art n’apparaPt plus du tout comme une simple reproduction des
apparences mais au contraire comme un mo0en d’accès * la réalité pro1onde du monde: *
l’essence des choses.
2&
G1. cours sur la conscience: K: 8.
24
L’entablement est la partie !ui surmonte la colonne et !ui est constitué d’une architrave: d’une 1rise et d’une
corniche. G’est donc l’entablement (ou linteau) !ui en(ambe le vide entre les colonnes dans le temple "rec.
2&
6. L’art rév2&e &a )erce)tion e&&e-Be 3?ic!e& 8enr<5
+ous avons vu les multiples voies par les!uelles l’art nous révèle une certaine vérité ) par
la simple reproduction des apparences naturelles W par l’e=pression de l’intériorité humaine:
!u’elle soit directe (dans la littérature et la musi!ue) ou indirecte (dans la peinture) W et par le
dévoilement de la réalité pro1onde des choses et du monde. 5ais nous pouvons montrer !ue
l’art nous apporte une connaissance encore plus spéci1i!ue: et !ue lui seul peut nous apporter )
car il nous apprend non seulement ce !ue sont les choses: mais aussi ce !ue sont la perception
et la connaissance elles?m@mes. L’art donne * voir: mais il nous permet surtout de T voir U la
vision elle?m@me. 9ar un nouveau détournement du re"ard: il nous permet d’étudier notre
rapport premier au= choses ) la perception.
Fn ce sens: on peut a11irmer avec 5ichel #enr0 ($222?2442) !ue la peinture peut nous
montrer l’invisile: le percevoir lui?m@me. Mn ne regarde pas l’>uvre d’art: on re"arde selon
elle: avec elle: "r\ce * elle. Un peintre comme Kandins60: !ui a 1ait une véritable théorie
esthéti!ue dans la!uelle il étudie l’e11et de cha!ue couleur et de cha!ue 1orme sur notre
sensibilité: est l’e=emple t0pe de cet ensei"nement spéci1i!ue !ue l’art peut nous apporter
2%
.
L’art révèle par e=emple des phénomènes comme la synesth#sie ) les di11érentes sensations
sont liées dans notre esprit: m@me si elles relèvent de sens di11érents (couleurs: "o.ts: etc.).
G’est ce !u’avait remar!ué 5erleau?9ont0 ) T +ous voyons la pro1ondeur: le velouté: la
mollesse: la dureté des ob(ets X Gé,anne disait m@me ) leur odeur. U
L’e=périence esthéti!ue atteint par1ois m@me ce point sin"ulier: !ue #eide""er avait trouvé
dans l’an"oisse: o] ce !ui est perSu est la perception elle?m@me: ce !ui apparaPt est
l’apparaPtre lui?m@me: ce !ui est ouvert est l’ouverture elle?m@me. Fn ce sens l’art est une
phénoménolo"ie ) une étude des phénomènes: c’est?*?dire des apparences et de notre rapport *
elles: ou encore: tout simplement: une étude de la vie telle !u’elle se mani1este * nous.
+. Le dévoi&eent de &a terre et du onde 38eide77er5
#eide""er insiste sur deu= aspects !ue nous révèle l’Luvre d’art ) d’une part ce !u’il
appelle la terre: c’est?*?dire la matière ) la pierre du temple: et aussi la monta"ne sur la!uelle
il se trouve: l’air: le ciel et la lumière o] il bai"ne. L’Luvre d’art: contrairement * l’outil:
n’épuise pas sa matière. 8ans l’outil la matière est asservie * la 1orme. L’outil domine la
matière dont il est 1ait (elle s’e11ace et s’use): contrairement * l’Luvre !ui la révèle ) l’Luvre
met en lumière le 1ond obscur d’o] naissent les choses T concrètes U. L’Luvre met aussi bien
la matière au service de la 1orme !ue la 1orme au service de la matière ) c’est ce !ue si"ni1ie
l’union du 1ond et de la 1orme. La matérialité de l’Luvre d’art est en est une dimension
essentielle.
8’autre part: l’Luvre révèle le monde. Ge terme doit @tre compris au sens intersub(ecti1
d’un monde commun ) un monde: c’est un monde 1ait de cro0ances communes: de ré1érences
et de valeurs. Le temple "rec révèle ainsi le monde des Grecs: non seulement dans ses
dimensions reli"ieuse et artisti!ue mais aussi dans ses dimensions sociale: politi!ue et
philosophi!ue. Le monde est donc l’(tre des choses: c’est?*?dire la manière dont elles nous
apparaissent: ou encore notre rapport * elles. Les Souliers de >an Go"h e=priment l’@tre des
chaussures: * savoir leur utilité et leur fiailit#: !ui suppose une appartenance * un monde
humain et une alliance ori"inaire !ui permet d’entendre l’appel silencieu= de la terre. eul le
tableau de >an Go"h a pu montrer ce monde pa0san du travail des champs et cette présence
de la terre. <insi l’Luvre d’art a 1ait savoir ce !u’est en vérité la paire de souliers. Flle révèle
l’@tre?outil de l’outil: sa 1iabilité. L’art est la mise#en#)ure de la vérité de l’étant. L’art est
voué par essence * la vérité X et non * la reproduction du réel.
La dichotomie de #eide""er entre la terre et le monde peut @tre rapprochée de l’opposition
niet,schéenne entre le dion0sia!ue (obscurité de la terre) et l’apollinien (clarté du monde des
2%
G1. anne=e.
24
hommes). L’art est le 1ruit d’un é!uilibre pres!ue impossible entre un monde histori!ue et la
terre inhumaine.
L’art e=prime le monde. i notre monde est un non?monde: il n’est pas étonnant !ue l’art
devienne un non?art;
8. L’art est e>)ression des idées et de &’es)rit 38e7e&5
Fn1in: la thèse selon la!uelle l’art est un mode d’accès * la vérité peut @tre soutenue dans
une perspective radicalement opposée * l’idée d’un art !ui imite la nature. 8epuis 9laton: il
e=iste une tradition philosophi!ue !ui considère !ue l’art est e*pression des id#es. Kl est asse,
évident !ue l’art vise * créer des 1ormes: * incarner des 1ormes dans la matière. Le sculpteur:
par e=emple: informe la matière: il la modèle selon la 1orme !ui est dans son esprit. < partir
de cette observation: on peut considérer !ue l’art est le lieu de la révélation d’un monde idéal.
L’esprit du créateur (8ieu ou l’artiste) se révèle dans sa création (le monde ou l’Luvre d’art).
G’est * partir de cette interprétation !ue l’on peut avoir une approche carrément m0sti!ue de
l’art et de la beauté
2'
.
#e"el se situe dans la droite li"ne de cet hérita"e platonicien. <insi pour lui l’art n’imite
pas et ne doit pas imiter la nature: ce serait déchoir: car l’esprit est supérieur * la nature )
8’après l’opinion courante: la beauté créée par l’art serait m@me bien au?dessous du beau
naturel: et le plus "rand mérite de l’art consisterait * se rapprocher: dans ses créations: du
beau naturel. ’il en était vraiment ainsi: l’esthéti!ue: comprise uni!uement comme science
du beau artisti!ue: laisserait en dehors de sa compétence une "rande partie du domaine
artisti!ue. 5ais nous cro0ons pouvoir a11irmer: * l’encontre de cette manière de voir: !ue le
beau artisti!ue est supérieur au beau naturel: parce !u’il est un produit de l’esprit. L’esprit
étant supérieur * la nature: sa supériorité se communi!ue é"alement * ses produits et: par
consé!uent: * l’art. G’est pour!uoi le beau artisti!ue est supérieur au beau naturel. Aout ce
!ui vient de l’idée est supérieur * ce !ui vient de la nature. La plus mauvaise idée !ui traverse
l’esprit d’un homme est meilleure et plus élevée !ue la plus "rande production de la nature: et
cela (ustement parce !u’elle participe de l’esprit et !ue le spirituel est supérieur au naturel.
3riedrich #e"el: (ntroduction . l’esth#tique: chap. K: K: K.
<insi: toute peinture: m@me celle !ui représente la nature: est un produit de l’esprit. 5@me
la peinture hollandaise: réaliste: est en 1ait le triomphe de l’esprit sur la nature ) elle e=prime
la victoire du peintre pour saisir le 1u"iti1 dans la nature morte et dans les petites choses de la
vie !uotidienne.
L’art: pour #e"el: n’imite donc pas la nature: mais il n’en révèle !ue mieu= la vérité: car la
vérité est !uel!ue chose de spirituel. <insi la beauté n’est rien d’autre !ue la vérité m@me )
Fn disant donc !ue la beauté est idée: nous voulons dire par l* !ue beauté et vérité sont
une seule et m@me chose. Le beau: en e11et: doit @tre vrai en soi. 5ais: * 0 re"arder de plus
près: on constate une di11érence entre le beau et le vrai. L’idée: en e11et: est vraie: parce
!u’elle est pensée comme telle: en vertu de sa nature et au point de vue de son universalité.
Ge !ui s’o11re alors * la pensée: ce n’est pas l’idée dans son e=istence sensible et e=térieure:
mais dans ce !u’elle a d’universel. Gependant: l’idée doit aussi se réaliser e=térieurement et
ac!uérir une e=istence dé1inie: en tant !u’ob(ectivité naturelle et spirituelle. Le vrai: comme
tel: e=iste é"alement: c’est?*?dire en s’e=tériorisant. 9our autant !ue: ainsi !u’e=tériorisé: il
s’o11re é"alement * la conscience et !ue le concept reste inséparable de sa mani1estation
e=térieure: l’idée n’est pas seulement vraie: mais elle est é"alement elle. Le beau se dé1init
ainsi comme la manifestation sensile de l’idée. (;)
G’est pour!uoi l’entendement est incapable d’appréhender la beauté: car l’entendement:
au lieu de chercher * atteindre cette unité: maintient séparés et indépendants les uns des
autres les divers éléments dont elle est 1ormée. (;) G’est la sub(ectivité: l’\me:
l’individualité !ui 1orme le lien de cet accord et représente la 1orce !ui le maintient en
vi"ueur.
2'
G1. supra: KK: <: &: e.
2%
3riedrich #e"el: "sth#tique ($/&2): K
Conc&usion
Mn peut distin"uer deu= t0pes d’art ) l’art !ui T a(oute une couche U: !ui passe sur la réalité
le vernis de la belle apparence: l’art !ui embellit dans le seul but de plaire W mais aussi un art
!ui: * rebours: enl)ve une couche: vise * déchirer la toile du décor
2-
: * nous rendre le monde
visible: * révéler la réalité pro1onde du monde !ui nous était cachée par les apparences et
surtout par les conventions: les habitudes. Fn ce deu=ième sens: l’art est très proche de la
philosophie: et au m@me titre !u’elle il nous permet d’atteindre une vérité inattendue.
Mn peut atteindre la m@me idée par un autre chemin. < la !uestion de savoir si l’art imite la
nature: on peut di11érencier la réponse * partir de la distinction entre la nature naturante et la
nature natur#e. La nature naturante est la nature comme 1orce créatrice W la nature naturée
dési"ne l’ensemble des @tres naturels créés: c’est?*?dire les apparences. <insi l’art le plus
pro1ond ne se contente pas d’imiter la nature naturée: il imite plutOt la nature naturante: ce !ui
le conduit par1ois * contredire la nature naturée: * déchirer le voile des apparences;
2/
Goncluons avec Hodin: !ui ne (ure !ue par la vérité ) T Kl n’0 a !u’une seule beauté: celle
de la vérité !ui se révèle. U
22
C. Le bien
". L’art au service de &a &ibération su)rBe 3.c!o)en!auer5
9our chopenhauer: l’art est la solution éthi!ue supr@me: car la contemplation esthéti!ue
apaise la volonté et réalise notre secret désir: !ui est le but de l’éthi!ue ) la né"ation de la
volonté. Mn se souvient en e11et
&4
!ue pour chopenhauer: la volonté est man!ue: donc
sou11rance: et source de toute sou11rance. L’art est le remède !ui permet de nous dé1aire de
cette volonté éreintante. Le beau est ce !ui apaise la volonté: le (oli au contraire est ce !ui
1latte et stimule la volonté ) les nus: les victuailles des natures mortes hollandaises;
Gomment l’Luvre d’art parvient?elle * annihiler notre volonté E 9rincipalement en nous
montrant le caractère vain de toute volonté. Aoute velléité est condamnée d’avance * l’échec.
Gha!ue 1orme d’art montre ce m@me échec: * un niveau di11érent. chopenhauer en déduit un
classi1ication des Luvres d’art: car les 1ormes les plus supérieures sont les plus susceptibles de
nous inviter * renoncer * la volonté.
($) Mn trouve d’abord l’arc!itecture: l’art des 1ontaines et des (ardins !ui ne nous 1ont
connaPtre !ue les Kdées in1érieures (la pesanteur: la résistance: la croissance des @tres
or"ani!ues).
(2) <rrivent ensuite la scu&)ture et la )einture ) elles 1ont apparaPtre les animau= et les
hommes: c’est?*?dire des Kdées (des créatures) !ui sont des ob(ectivations plus mani1estes de
la volonté.
(&) Fn1in: la tra7édie et la )einture d’ins)iration c!rétienne sont les Luvres les plus
précieuses ) car elles ont le parado=al privilè"e de nous montrer le spectacle de l’écrasement
de la volonté: de sa conversion et de son suicide. La tra"édie doit en e11et révéler T le cOté
terrible de la vie: les douleurs sans nom: les an"oisses de l’humanité: le triomphe des
méchants: le pouvoir d’un hasard !ui semble nous railler: la dé1aite irrémédiable du (uste et de
l’innocent U. La catharsis
&$
: en éveillant la pitié et la crainte: est un mo0en pour !ue nous nous
identi1iions au héros tra"i!ue: cet @tre e=ceptionnel !ui est parvenu * percer le voile de 5a0a
2-
T 9our trouver Ila beautéJ: il 1aut crever la toile du décor U: écrit Kundera.
2/
9aul Klee utilise cette distinction dans sa Th#orie de l’art moderne ($224): p. 2/.
22
Hodin: L’Art.
&4
G1. cours sur le désir.
&$
8ont parlait <ristote. G1. supra.
2'
de l’individualisme et de l’é"oBsme: et !ui parvient ainsi * la rési"nation. La tra"édie est une
école du renoncement et de la pénitence.
Ge !ui donne au tra"i!ue: !uelle !u’en soit la 1orme: son élan particulier vers le sublime:
c’est la révélation de cette idée !ue le monde: la vie sont impuissants * nous procurer aucune
satis1action véritable et sont par suite indignes de notre attachement ) telle est l’essence de
l’esprit tra"i!ue W il est donc le chemin de la r#signation.
<rthur chopenhauer: Le Monde comme volont# et repr#sentation: upplément: chap. &-
Hemar!uons !ue la usique a un statut privilé"ié ) elle n’est pas une copie des Kdées
(1ormes) dans les!uelles la volonté s’ob(ective: mais une reproduction de la volonté elle?
m@me ) elle e=prime directement la chose en soi. Flle nous révèle l’essence du monde: *
savoir le désir: mais elle ne peut nous en délivrer. G’est pour!uoi elle reste mal"ré tout
in1érieure * la tra"édie. chopenhauer a néanmoins considérablement élevé la musi!ue en lui
donnant un statut métaph0si!ue privilé"ié: en en 1aisant le medium par le!uel nous avons un
accès direct * l’@tre.
5al"ré tout: l’art dans son ensemble est dépassé. 8e m@me !ue pour #e"el: l’art est
dépassé comme mo0en de connaissance: pour chopenhauer l’art est dépassé en tant !ue
mo0en de libération éthi!ue. Fn particulier: l’ascétisme (né"ation du vouloir?vivre par la mise
en prati!ue du renoncement) et la pitié: ce simple sentiment moral !ui nous découvre l’unité
de tous les @tres et de toutes les sou11rances: sont de meilleurs mo0ens de parvenir * la
né"ation de la volonté. L’art n’est !u’une étape dans la libération du sa"e.
#. L’art au service de &a vie 39iet:sc!e5
8ans la li"née de chopenhauer: +iet,sche envisa"e lui aussi l’art du point de vue du
T bien U: !uoi!ue en un sens bien di11érent de celui?ci. +on seulement +iet,sche prend le
contre?pied de son maPtre en a11irmant !ue le bon art est celui !ui stimule la volonté: tandis
!ue l’art !ui la nie est un art morbide: s0mptOme de décadence W mais surtout +iet,sche pense
le T bien U en un sens non moral. +iet,sche envisa"e l’art et (u"e l’art en 1onction de sa
capacité * promouvoir le bien: mais ce bien dési"ne la vie: la santé: la 1orce: et non des vertus
morales au sens classi!ue.
9ar e=emple: +iet,sche s’oppose * l’interprétation classi!ue de la tra"édie !ui: depuis
<ristote et (us!u’* chopenhauer: 0 voit une catharsis de la crainte et de la pitié: c’est?*?dire
des sentiments morau= visant * l’édi1ication du public et m@me: pour chopenhauer: au
renoncement au vouloir?vivre. < rebours: +iet,sche voit dans cet art le si"ne d’une
surabondance de vie et de 1orce !ui a poussé les Grecs * plon"er leurs re"ards dans ce !ue
l’e=istence a de plus terrible. Gette idée d’un @tre asse, 1ort pour pouvoir supporter le
spectacle tra"i!ue du monde devient: che, +iet,sche: l’idéal !ui permet de dé1inir une éthi!ue
et le T surhomme U correspondant ) il 1aut @tre capable de contempler: par?del* bien et mal: le
spectacle de ce monde absurde et cruel: et m@me d’0 prendre plaisir;
$. L’art au service du bien 3Co&stoD5
La philosophie de chopenhauer est conditionnée * ses prémisses T bouddhistes U. Léon
AolstoB ($/2/?$2$4) dé1end de manière plus "énérale l’idée !ue l’art doit @tre au service du
bien. Kl n’hésite pas * dis!uali1ier le beau ) il voit dans le simple sentiment de plaisir
esthéti!ue une caté"orie in1érieure et a11irme !ue l’art véritable n’a rien * voir avec le beau.
L’art T beau U est celui d’une société dépravée. AolstoB n’hésite pas * condamner ainsi la !uasi
totalité de l’art occidental depuis la Henaissance: !u’il considère comme un art bour"eois au
service des puissants ) il condamne ainsi 8ante: ha6espeare: Goethe: 7eethoven: et a
fortiori
&2
les tenants de l’art pour l’art: surtout !uand ils sont obscurs (7audelaire: >erlaine:
&2
< plus 1orte raison.
2-
5allarmé: Kbsen). Gar l’art est avant tout un mo0en de communi*uer les émotions: un mo0en
d’union entre les hommes. G’est parce !ue l’art est au service du bien !u’il est universel (le
bon plaPt * tout le monde). <u 1ond: l’art doit 1aire passer les conceptions reli"ieuses du
domaine de la raison au domaine de l’émotion. AolstoB est donc au 1ond reli"ieu= (il se
convertit au christianisme en $/-4): mais son christianisme est amendé et rationaliste. Kl
re(ette d’ailleurs toutes les institutions !ui s’interposent entre l’homme et la vraie moralité )
Ftat: F"lise: 1amille: etc. La courte nouvelle de AolstoB dont nous avons dé(* parlé
&&
: La Mort
d’(van (llich: illustre * merveille cette conception de l’art. < la 1in de sa vie: AolstoB: devenu
très célèbre: vivait en toute simplicité dans son villa"e 1amilial: 1u0ant l’h0pocrisie des salons
urbains. Un (our: il partit de che, lui en va"abond: prit 1roid et mourut d’une pneumonie.
'. Le 7o;t coe ,acu&té ét!ique et )o&itique 36ant* Arendt5
Kl est clair !ue l’art peut avoir une 1onction morale ou édi1iante. 5ais peut?on vraiment
a11irmer !ue c’est l* l’essentiel E Utiliser l’art * des 1ins morales: n’est?ce pas le détourner de
son ob(et propre: !ui est la beauté E Kant a a11irmé l’e=istence d’un lien plus pro1ond entre le
beau et le bien: !ui permet de voir dans la beauté le s0mbole du bien et dans le "o.t une
1aculté morale et politi!ue.
Kci encore: la clé du raisonnement de Kant est dans le caractère désintéressé de la
satis1action esthéti!ue. Fn vertu de ce désintér@t: le (u"ement de "o.t apparaPt comme une
1aculté politi!ue ) car il consiste en la capacité de mettre de cOté nos intér@ts particuliers pour
considérer ce !ui: dans une chose: doit susciter l’approbation de tous. G’est ce !ui 1ait dire *
#annah <rendt !ue T le "o.t est la 1aculté politi!ue !ui humanise réellement le beau et crée
une culture U
&4
. Gette théorie au 1ond asse, étonnante a été reprise par le penseur et homme
politi!ue 1ranSais Nean Naurès. Kl 0 a é"alement un lien étroit entre l’idée de #eide""er selon
la!uelle l’Luvre d’art est ce !ui révèle et instaure un monde commun (c1. supra) et l’idée
6antienne selon la!uelle le "o.t est la condition e=istentielle de la politi!ue.
Mn trouve encore d’autres éléments: che, Kant: !ui relient l’esthéti!ue * la morale. 9ar
e=emple: le sublime d0nami!ue est une satis1action étroitement liée * la moralité ) ce
sentiment consiste: 1ace * la puissance déchaPnée de la nature: * prendre conscience de notre
autonomie (morale) par rapport * toute cette violence: c’est?*?dire au 1ond * opposer * cette
1orce une 1orce plus "rande encore. G’est pour!uoi: e=pli!ue Kant: ce sublime?l* ne peut @tre
ressenti !ue par les hommes a0ant atteint un certain de"ré de développement moral.
5. L’art au service du )o&itique 3@&aton* tota&itarise* art en7a7é5
La conception 6antienne du lien entre le "o.t et la moralité peut sembler asse, abstraite: et
ce lien asse, ténu: surtout si on conteste l’idée de désintér@t et d’universalité !ui constitue la
clé du raisonnement. Le lien entre l’art et la politi!ue peut pourtant se comprendre en un sens
beaucoup plus simple. 8u seul 1ait !ue l’art ait une importance dans la vie des hommes: !ue
ce soit au simple niveau esthéti!ue du plaisir et du déplaisir: au niveau théori!ue ou au niveau
s0mboli!ue: le pouvoir politi!ue: s’il souhaite s’assurer une emprise aussi 1erme !ue possible
sur les esprits: doit en tenir compte. G’est ce raisonnement !ui 1ait dire * 9laton !ue le
philosophe roi devra ou bien chasser les poètes de la cité: ou bien les maintenir sous son
contrOle. Fn e11et: l’art étant miméti!ue: il permet d’accéder * une certaine vérité ) par
e=emple: la comédie nous montre des actions risibles: ridicules et honteuses. Flle est donc
utile pour nous 1aire connaPtre ces vices a1in de les éviter
&%
.
Le but supr@me de l’éthi!ue est de parvenir * l’unité: * la maPtrise de soi: c’est?*?dire *
l’accord entre la raison et les sentiments. Mr l’art est l’éducation sentimentale par e=cellence.
&&
8ans le cours sur la liberté: KK: 8: &: note ne 2.
&4
<rendt: La !rise de la culture: >K.
&%
9laton: Lois: livre >KK: /$'d.
2/
L’éducation passera donc aussi par une éducation artisti!ue. Kl s’a"it en !uel!ue sorte: pour
9laton: d’apprendre * chanter (uste et * marcher droit.
9uis!ue l’Luvre d’art a une in1luence directe sur l’e=istence humaine: le lé"islateur et le
poète sont en concurrence directe. G’est pour!uoi le philosophe roi de la cité idéale devra
chasser les artistes ou les soumettre * son pouvoir et e=ercer une censure sur leurs
productions )
9our les poètes !u’on appelle sérieu=: c’est?*?dire pour les poètes tra"i!ues: si (amais
!uel!ues?uns venaient che, nous et nous posaient cette !uestion ) T Ftran"ers: pouvons?nous
1ré!uenter che, vous: dans votre ville et votre pa0s: pour 0 apporter et représenter nos
pièces E Qu’ave,?vous décidé sur ce point E U Que répondrions?nous: pour bien 1aire: * ces
hommes divins E 9our moi: voici la réponse !ue (e leur 1erais ) T f les meilleurs des
étran"ers: nous sommes nous?m@mes auteurs de la tra"édie la plus belle et la meilleure !ue
nous puissions 1aire. +otre plan de "ouvernement n’est !u’une imitation de ce !ue la vie a de
plus beau et de meilleur: et nous prétendons !ue cette imitation est la tra"édie la plus vraie.
>ous @tes poètes: et nous aussi dans le m@me "enre. +ous sommes vos rivau= et vos
concurrents dans le plus beau drame: celui !u’une loi vraie est seule capable de produire:
comme nous en avons l’espoir. +e compte, donc pas !ue nous vous permettrons (amais si
1acilement de dresser votre thé\tre sur notre place publi!ue: d’0 introduire des acteurs doués
d’une belle voi=: !ui parleront plus 1ort !ue nous: !ui haran"ueront les en1ants et les 1emmes
et tout le peuple: et: au lieu de tenir sur les m@mes institutions le m@me lan"a"e !ue nous
diront le plus souvent tout le contraire: car on pourrait dire !ue nous sommes complètement
1ous: mous et toute la cité: si nous vous permettions de 1aire ce !ue vous demande, * présent:
avant !ue les ma"istrats aient e=aminé si le contenu de vos pièces est bon et convenable *
dire en public: ou s’il ne l’est pas. Gommence, donc: en1ants des 5uses voluptueuses: par
montrer vos chants au= ma"istrats: pour !u’ils les comparent au= nOtres: et: s’ils (u"ent !ue
vous dites les m@mes choses ou de meilleures: nous vous donnerons un chLur W sinon: mes
amis: nous ne saurions le 1aire. U
9laton: Lois: livre >KK: /$-b
Une telle idée peut sembler 1ar1elue: e=cessive et surtout cho!uante ) voil* !ue 9laton veut
censurer les arts Z 9ourtant: c’est bien ce !u’ont réalisé les ré"imes totalitaires du RR
e
siècle:
!u’ils aient été 1ascistes ou communistes. G’est d’ailleurs en ce sens aussi !ue Kundera
pouvait parler du 6itsch ) il 0 a un 6itsch communiste: et aussi un 6itsch capitaliste. Aoute
"rande idéolo"ie produit son art correspondant. Mn peut donc voir dans la philosophie de l’art
de 9laton les prémisses du totalitarisme et de l’esthétisation de la politi*ue
&'
.
L’instrumentalisation politi!ue de l’art et de la culture ne se limite pas au= cas e=tr@mes ) on
peut voir dans la dé1ense: en 3rance: de la T "rande culture U: un dispositif politique !ui
1onctionne de manière analo"ue * la m0tholo"ie histori!ue et !ui vise * produire une 1orme
d’T inté"ration U: c’est?*?dire * produire un certain consentement: voire une 1orme de
soumission ) l’homme !ui a accepté: dès l’en1ance: la supériorité d’une T "rande culture U
!u’il ne comprend pas a dé(* appris * se soumettre aveu"lément * un s0stème de valeur !ui le
dépasse ) voil* une transcendance !ui rappelle la transcendance reli"ieuse ) le dispositi1
culturel est peut?@tre se présente comme un dispositi1 politico?théolo"i!ue laBcisé. 8ernier
e=emple: * mi?chemin entre le dispositi1 artisti!ue et techni!ue au service d’une volonté
politi!ue ) l’uranisme contemporain X du phalanstère de 3ourier au panopti!ue de 7entham
en passant par la Gité radieuse de Le Gorbusier
&-
.
3aut?il pour autant récuser tout lien entre l’art et la politi!ue E Gertains pensent !ue non:
!u’il 1aut prendre acte de ce 1ait 1ondamental !ui est !ue l’art est intrinsè!uement politi!ue:
ou en tout cas !u’il a des consé!uences politi!ues. Hien n’est neutre. Kl 1aut prendre acte de ce
1ait: et opposer * l’esth#tisation de la politique une politisation de l’esthéti*ue
&/
. G’est tout le
sens de l’art en&a&é: !ui vise * dé1endre certains idéau= par des mo0ens artisti!ues. Mn peut
&'
G’est ce !ue 1ait Karl 9opper dans La Soci#t# ouverte et ses ennemis.
&-
G1. les remar!ues sur le panopti!ue dans le cours sur l’Ftat.
22
citer dans cette caté"orie l’art social !ui naPt avec le roman du RKR
e
siècle: au premier ran"
des!uels Les Mis#rales de >ictor #u"o et 'erminal d’Fmile aola. 8ans la peinture: une
Luvre comme 'uernica de 9icasso vise é"alement * dénoncer les atrocités de la "uerre a1in
de promouvoir le paci1isme. Le mouvement surréaliste mar!ue peut?@tre le paro=0sme de l’art
en"a"é. Gette avant?"arde se voulait intrinsè!uement révolutionnaire (en 1aveur d’une société
communiste): m@me si les relations entre les artistes et les institutions communistes 1urent
1luctuantes. Le surréalisme est né du dadaBsme: !ui est un mouvement artisti!ue né au cLur de
la première "uerre mondiale et par consé!uent très criti!ue * l’é"ard de la modernité et du
T pro"rès U X et donc du T "rand art U !ui e=primait les valeurs de cette civilisation. Le
surréalisme a ensuite donné naissance au lettrisme: puis au situationnisme ) les situationnistes
voulaient rompre avec l’art des Luvres d’art et des artistes: !ui est un art de musées: de
techniciens et de spécialistes: c’est?*?dire un art séparé de la vie W au lieu de cela ils voulaient
1aire de la vie m@me une Luvre d’art: et se livraient * la T construction de situations U ) c’est
ainsi !u’on vit: dans les années $2-4: de (eunes ori"inau= servir l’apériti1 dans le métro
parisien: etc. La plupart des mouvements artisti!ues en"a"és politi!uement sont plutOt de
"auche W mais n’oublions pas !u’il 0 eut des avant?"ardes artisti!ues proches du 1ascisme: tel
le futurisme né vers $242 en Ktalie autour du poète 5arinetti. 5ais les 1ascistes ne sont "uère
plus pro"ressistes en matière artisti!ue !ue les na,is: et le 1uturisme lui?m@me sera criti!ué
comme T art dé"énéré U par le "ouvernement italien.
Le RR
e
siècle: mar!ué par des con1lits idéolo"i!ues pro1onds: a vu 1leurir de multiples
théories !ui anal0saient l’art dans une perspective idéolo"i!ue et politi!ue: par1ois * un
niveau asse, subtil. 9ar e=emple: le "rand criti!ue d’art allemand Aheodor <dorno a11irme
!ue le (a,, est T 1au= U ) car sous l’apparence de la libre improvisation: le tempo de base
présente une ré"ularité r0thmi!ue. Ge n’est pas une musi!ue dissonante: et par consé!uent
elle est 1ausse car le monde contemporain est essentiellement dissonant car il est mar!ué par
les luttes de classes. Fn mas!uant cette dissonance: le (a,, occulte le con1lit dans le!uel
chacun d’entre nous devrait prendre part. La seule musi!ue authenti!ue est donc: selon
<dorno: la musi!ue dissonante héritée de la révolution de chgnber". Kl est remar!uable !ue
artre vo0ait au contraire dans le (a,, l’e=pression de la vérité e=istentielle mise * (our par sa
philosophie ) le tempo ré"ulier et la libre improvisation re1lètent en !uel!ue sorte la structure
de l’@tre humain parta"é entre une 1acticité !ui le contraint et une capacité de pro(ection de soi
!ui le rend libre.
Mn peut voir dans ces anal0ses un é"arement et dans l’art en"a"é un dévoiement de l’art
proprement dit: !ui possède son champ d’investi"ation propre: le!uel ne peut d’ailleurs
pleinement 1onctionner !ue s’il est libéré: comme disait 7reton: de T toute préoccupation
esthéti!ue et morale U
&2
. Kundera va encore plus loin ) selon lui l’esprit du roman est
précisément un esprit d’incertitude: !ui invite * suspendre le (u"ement moral: * renverser cette
détestable tendance !u’a l’homme de tou(ours vouloir $uger avant de comprendre )
uspendre le (u"ement moral ce n’est pas l’immoralité du roman: c’est sa morale. La
morale !ui s’oppose * l’indéracinable prati!ue humaine de (u"er tout de suite: sans cesse: et
tout le monde: de (u"er avant et sans comprendre. Gette 1ervente disponibilité * (u"er est: du
point de vue de la sa"esse du roman: la plus détestable b@tise: le plus pernicieu= mal. +on
!ue le romancier conteste: dans l’absolu: la lé"itimité du (u"ement moral: mais il le renvoie
au?del* du roman. L*: si cela vous chante: accuse, 9anur"e pour sa l\cheté: accuse, Fmma
7ovar0: accuse, Hasti"nac: c’est votre a11aire W le romancier n’0 peut rien.
5ilan Kundera: Les Testaments trahis: K
&/
G1. Calter 7en(amin: L’>uvre d’art . l’)poque de sa reproductiilit# technique: épilo"ue ) T La consé!uence
lo"i!ue du 1ascisme est une esthétisation de la vie politi!ue. (;) Le communisme 0 répond par la politisation de
l’art. U
&2
<ndré 7reton: Manifeste du surr#alisme: $224.
&4
5al"ré tout: il est impossible d’i"norer les rapports entre l’art et la politi!ue. +ous
pouvons anal0ser: plus "énéralement: les rapports de l’art * la société dans son ensemble.
6. Art et distinction socia&e 3Bourdieu5
L’art peut (ouer des rOles multiples selon les sociétés ) art 1unéraire che, les é"0ptiens: art
ma"i!ue dans les sociétés primitives: art e=primant les idéau= dans la société "rec!ue: art
reli"ieu= dans l’Furope médiévale: etc. Mn peut tout de m@me trouver !uel!ues "randes clés
de lecture !ui permettent d’e=pli!uer: de manière très "énérale: le rOle !ue (oue l’art dans
toute société. Fn particulier: l’art est d’abord un mo0en de distinction sociale. Le che1 iou=
se distin"ue par le nombre de plumes !ui ornent sa coi11e: le (eune bour"eois porte des
v@tements de mar!ue: une chaPne en or et une belle voiture: le vieu= bour"eois va au thé\tre
ou * l’opéra;
Le sociolo"ue 9ierre 7ourdieu ($2&4?2442) a anal0sé ce phénomène. Le concept de capital
culturel permet de comprendre en !uoi l’art contribue au capital s0mboli!ue: c’est?*?dire au
presti"e des individus. La maPtrise d’une culture est un 1acteur important de distinction
sociale: surtout en raison du 1onctionnement de l’école: notamment l’école de la 3rance du
RR
e
siècle. L’école: en e11et: n’évalue pas tant les élèves sur les critères e=plicites et o11iciels
!ue sur des attentes implicites !ui correspondent * la culture de la classe économi!uement
dominante. Ge !ui 1ait un bon élève: ce n’est pas tant sa maPtrise purement techni!ue des
connaissances ou son intelli"ence !ue sa manière de parler: de se comporter (son haitus)
ainsi !ue sa culture. La culture de la classe dominante X thé\tre: opéra: musi!ue classi!ue et
(a,,: littérature classi!ue X est bien plus valorisée scolairement !ue la culture de masse X
cinéma: roc6 et rap: romans policiers. Une !uestion !ui se pose est d’ailleurs de savoir si la
culture classi!ue est ob(ectivement supérieure * la culture populaire: ou si elle est valorisée
simplement parce !u’elle est celle de la classe dominante.
5ais ce phénomène scolaire n’est !ue la consé!uence d’un phénomène plus vaste ) le 1ait !ue
l’art a un pouvoir distincti1. Kl est 1rappant d’observer !ue les nouvelles classes dominantes
imitent les classes dominantes !ui les ont précédées et reproduisent leurs "o.ts esthéti!ues.
G’est particulièrement clair dans la 3rance du RKR
e
siècle: o] l’on voit la classe bour"eoise
adopter les critères esthéti!ues et les prati!ues culturelles de l’aristocratie. 8e m@me: selon
7ourdieu: 3laubert 1aisait 1ace * deu= champs artisti!ues constitués (l’art bour"eois et l’art
populaire): et il aurait inventé l’art pour l’art par distinction: comme mo0en de devenir
dominant au sein de son propre champ.
8e manière "énérale: il semble bien !ue l’art soit condamné * @tre instrumentalisé comme
si"ne d’un pouvoir s0mboli!ue: e=pression d’un presti"e. L* encore: la !uestion !ui se pose
est de savoir si l’art sélectionné par les élites est: de 1ait: supérieur * l’art populaire: ou s’il est
choisi sur des critères plus arbitraires comme la tradition. Hemar!uons par e=emple !u’une
condition nécessaire est !ue cet art di11ère de l’art populaire: ce !ui peut si"ni1ier par e=emple
!u’il doit @tre di11icile d’accès: obscur: voire 1ranchement ennu0eu=. Les Luvres !ui séduisent
l’ensemble de la population et !ui sont appropriées par tous ne peuvent pas (ouer un rOle de
distinction. Kl 1aut donc !ue les Luvres d’art utilisées comme mo0en de distinction aient des
propriétés analo"ues au pri= pour les ob(ets de consommation ) celui?ci est en e11et ce !ui
assure la 1onction distinctive de l’ob(et. Un v@tement co.teu= prouve automati!uement la
richesse de son propriétaire. 9our !ue l’Luvre d’art prouve la supériorité s0mboli!ue de celui
!ui la 1ré!uente: elle doit: elle aussi: co.ter en !uel!ue sorte plus cher !ue les autres;
Anne>e
%ésué
&$
Introduction : que&ques é&éents d’!istoire de &’art 3dia)oraa5
? <rt é"0ptien ) s0mbolisme. <rt "rec et romain ) raccourci: vie et mouvement. Querelle des iconoclastes et
iconodules. <rt médiéval chrétien ) interprétation des m0thes bibli!ues. Henaissance ) réalisme )
perspective et s1umato. <rt classi!ue ) é!uilibre et harmonie. Kmpressionnisme ) renoncer * l’e=actitude
pour T 1aire vrai U. F=pressionnisme ) e=pression de sentiments: d’une perception personnelle et sub(ective:
mais !ui révèle aussi la nature pro1onde des choses. F=pressionnisme abstrait. 3auvisme. Gubisme et art
abstrait. <rt nouveau. Head0?made et contestation de l’art. 8adaBsme: surréalisme: situationnisme. 9op art.
#0perréalisme. #appenin". 9hoto"raphie. Ginéma. 7ande dessinée.
? uppression des temps morts. (Kundera)
? Libération des contraintes. (arraute)
? #e"el (art s0mboli!ue: art classi!ue: art romanti!ue). Kundera.
? L’Luvre d’art * l’épo!ue de sa reproductibilité techni!ue ) perte de l’aura: chan"ement de rapport. 8e la
valeur cultuelle * la valeur d’e=position. (7en(amin)
I. Coent dé,inir &’art ?
A. Qu’est-ce qu’une œuvre d’art ?
". 1ne )roduction !uaine
? <rte1act.
#. La question de &’uti&ité
? Knutilité de l’Luvre d’art. (Kant: <rendt: Gautier)
? <mbi"uBté ) 1onctions s0mboli!ues de l’Luvre d’art. Le musée est une institution récente (1in R>KKK
e
siècle).
$. 1n statut socia&
? Ge n’est pas une propriété intrinsè!ue mais le re"ard !u’on porte sur l’Luvre !ui en 1ait une Luvre d’art
(e= ) read0?made de 8uchamp).
B. La notion de beauté
". La question de &’ob/ectivité : &e beau et &’a7réab&e 36ant5
? Le beau est l’ob(et d’une satis1action désintéressée: i.e. indépendante de l’e=istence de la chose (Kant).
Fst beau ce !ui plaPt par sa seule représentation. Le beau n’est donc pas l’a"réable ni l’utile X ni le bon
(bien moral).
? 8onc le beau est l’ob(et d’une satis1action nécessaire et universelle ) ob(ectivité et universalité du beau.
#. Le ra))ort ( &a vo&onté : &e beau et &e /o&i 3.c!o)en!auer et 9iet:sc!e5
? Le beau apaise la volonté alors !ue le (oli la stimule (chopenhauer)
? Griti!ue ) le beau est promesse de bonheur (tendhal: +iet,sche)
$. La nore du 7o;t 38ue5
? idée d’une 1inesse du "o.t plus ou moins développée.
? L’e=pert peut donner une norme: par?del* les diver"ences individuelles et culturelles.
? Mn peut (u"er ob(ectivement l’Luvre d’art selon !u’elle réussit ou non * atteindre la 1in !u’elle vise.
C. La création artistique
". Le <t!e de &’ins)iration 36ant5
? Kdée du "énie inspiré: enthousiaste: ma"nétisé. (Grecs)
? Le "énie est un don inné par le!uel la nature donne ses rè"les * l’art. 8’o] le caractère e=emplaire de la
"rande Luvre d’art. (Kant)
#. La création est &e ,ruit d’un travai& 39iet:sc!e5
? +ous cro0ons * un tel don par vanité. Fn réalité le T "énie U consiste essentiellement en travail.
(+iet,sche)
? T Le "énie: c’est un pour cent d’inspiration et !uatre?vin"t?di=?neu1 pour cent de transpiration. U (Ahomas
Fdison)
$. Le créateur se&on &a )s<c!ana&<se 3=reud5
? F=pression de désirs re1oulés ou socialement impossibles dans l’Luvre d’art ) sublimation.
? <nal0se du cas >inci ) il en serait resté au stade oral et serait donc homose=uel.
? <nalo"ie entre le travail du r@ve et le travail du peintre ) mettre une pensée en ima"e ) condensation:
déplacement: métaphore: méton0mie; (3reud: 8aniel <rasse)
? comment aborder une Luvre d’art E 1aut?il la comprendre * partir de la vie de l’auteur E ou plutOt par elle?
m@me E Kundera dé1end cette seconde attitude
'. La création artistique est un acte de counication
? L’artiste s’adresse * un public selon certains codes: dans un monde structuré par des valeurs et des
préoccupations: etc.
5. La création et &a réce)tion artistiques se&on 9iet:sc!e
? L’art est: de manière très "énérale: création de 1ormes.
? La nature est artiste ) elle est créatrice de 1ormes. +os sens sont artistes.
&2
? L’artiste comme (ouet dans la main de la nature. G’est la nature !ui s’e=prime * travers l’artiste.
? <pollinien (r@ve: belle apparence: lumière: arts plasti!ues: principium individuationis) et dion0sia!ue
(ivresse: volonté: obscur: musi!ue: rupture du principium individuationis).
? Le public est acti1: il contribue * la création de l’Luvre (dans son esprit) ) art pour artiste. Griti!ue de l’art
T h0stéri!ue U des T comédiens U de notre épo!ue ) mascarade et public passi1.
II. Les ,ins de &’art
Introduction : La diversité des sentients est!étiques 3dia)oraa5
? 7eau (harmonie: é!uilibre)
? ublime (mathémati!ue ou d0nami!ue)
? >rai (imitation de la nature: (ustesse de l’e=pression: dévoilement du T monde U)
? 9laisirs intellectuels (bi,arre: analo"ie: comi!ue: art contestataire: plaisir de la ré1érence: etc.)
? 7ien
d concepts (aponais (sabi: _abi: 0u"en: a_are)
A. Le beau
". La seu&e r27&e est de )&aire 3?o&i2re5
? Ge point de vue est surtout dé1endu par les artistes.
#. La beauté ,ore&&e : équi&ibre et !aronie 36ant5
? 7eauté 1ormelle.
? Ganons esthéti!ues.
? Kdée d’un accord entre nos 1acultés: entre entendement et ima"ination ) car nous retrouvons par les sens un
ordre !ue notre entendement conSoit. (Kant)
$. Que&ques )ers)ectives sur &a beauté
3a5 Le Eitsc! 36undera5
? Le 6itsch est le (oli: ce !ui stimule la volonté. (chopenhauer)
? Le 6itsch est la né"ation de la merde. (Kundera)
3b5 Le beau est tou/ours bi:arre 3Baude&aire5
? Le beau est tou(ours bi,arre.
? L’Luvre doit unir l’éphémère et l’éternel.
3c5 0ion<siaque et a)o&&inien 39iet:sc!e5
? 8ion0sia!ue ) e=pression de la volonté unitaire 1ondamentale du monde !ui traverse tous les individus (et
donc supprime l’illusion d’un morcellement de la nature en individus: ou principium individuationis).
L’ivresse et la musi!ue sont les 1ormes privilé"iées de cette e=pression.
? <pollinien ) plaisir pris * la belle apparence: * la 1orme: * la lumière. Kl s’e=prime dans le r@ve et dans les
arts plasti!ues.
3d5 Beauté et uti&ité 34autier5
? Aout ce !ui est utile est laid. Gar l’utile est l’e=pression du besoin: et ceu= de l’homme sont i"nobles et
dé"o.tants comme sa pauvre et in1irme nature. L’endroit le plus utile d’une maison: ce sont les latrines.
3e5 Beauté et <sticise 3@&aton* @&otin* Baude&aire* ?a&&aré5
? L’art révèle l’idée: donc la divinité. (9laton: 9lotin)
? Hecherche de l’absolu dans la beauté idéale. (9laton: 9lotin: 7audelaire: 5allarmé)
B. Le vrai
". L’art nous é&oi7ne de &a vérité car &es a))arences sont tro)euses 3@&aton* 9iet:sc!e5
? Ahéorie des Kdées ) l’Kdée de lit est le lit réel W le menuisier: en 1abri!uant un lit: en 1ait une première
copie W l’artiste: !ui copie le lit du menuisier: réalise une copie de copie: une apparence d’apparence:
éloi"née de trois de"rés de la réalité. (9laton)
? L’art est un menson"e !ui nous permet de ne pas mourir de la vérité. (+iet,sche)
#. L’iitation de &a nature est un o<en d’acc2s ( &a vérité 3Aristote5
? L’art nous apprend le vrai car il imite la nature. (<ristote)
? en un premier sens ) reproduction des apparences (<ristote: tendhal)
? en un deu=ième sens ) e=pression de la nature humaine (<ristote: Kundera)
? en un troisième sens ) e=pression des 1orces et de la nature 1ondamentale (chopenhauer: +iet,sche)
$. ?entir )our ,aire vrai 3i)ressionnistes* ?au)assant5
? F= ) s1umato: impressionnisme: romanciers (5aupassant)
'. L’e>)ressionnise 3Aan 4o7!5
? F=pression de l’intériorité humaine.
? F=pression de la manière de percevoir les choses X donc en un sens de la nature pro1onde des choses.
? Hendre visible (Klee)
? G’est la nature !ui imite l’art (Cilde)
5. L’e>)ression des ,orces 3.c!o)en!auer* 0e&eu:e5
&&
? F=pression de la volonté par les oppositions de 1orces ) monde vé"étal (élan vital vs pesanteur) W
architecture (résistance de la colonne vs pesanteur du linteau) (chopenhauer)
? F=pression de 1orces dans la peinture. F= ) 7acon. (8eleu,e)
6. L’art rév2&e &a )erce)tion e&&e-Be 3?ic!e& 8enr<5
? L’art permet de T voir U ce !u’est le T voir U: la perception.
? F= ) s0nesthésie ) plusieurs sens 1onctionnent ensemble. Une couleur T chaude U: etc.
+. Le dévoi&eent de &a terre et du onde 38eide77er5
? L’Luvre d’art dévoile la matière (la T terre U) car elle la met en valeur.
? Flle instaure aussi un monde de valeurs et de si"ni1ications.
? F= ) les souliers de >an Go"h;
8. L’art est e>)ression des idées et de &’es)rit 38e7e&5
? l’art est incarnation de 1ormes: d’idées (9lotin: #e"el)
? ceci permet de comprendre l’approche m0sti!ue de l’art (c1. supra)
Conc&usion
? a(outer une couche ou enlever une couche
C. Le bien
". L’art au service de &a &ibération su)rBe 3.c!o)en!auer5
? L’art nous libère de la volonté (chopenhauer)
? F= t0pi!ue ) la tra"édie: !ui montre l’échec 1atal de toute volonté.
? 5ais l’art n’est !u’une étape: les sentiments morau= (pitié) sont le mo0en supr@me de parvenir au
renoncement bouddhi!ue.
#. L’art au service de &a vie 39iet:sc!e5
? L’art au service du bien non moral: de la santé: de la vie ) +iet,sche.
$. L’art au service du bien 3Co&stoD5
? L’art doit servir * la communication des sentiments et donc au bien. (AolstoB) F= ) La Mort d’(van (llich.
'. Le 7o;t coe ,acu&té ét!ique et )o&itique 36ant* Arendt5
? Le "o.t: étant désintéressé: est la 1aculté de reconnaPtre ce !ui plaPt * tous. Fn ce sens c’est une 1aculté
politi!ue. (Kant: <rendt)
? Le beau est le s0mbole du bien moral ) il est l’analo"ue sensible de ce !ui est bon. F= ) un arbre T noble U
ou T austère U: une couleur T "entille U ou T modeste U: etc. (Kant)
? Le sublime est un sentiment esthéti!ue directement lié au sentiment moral: car il naPt de notre supériorité
morale sur les 1orces naturelles. (Kant)
5. L’art au service du )o&itique 3@&aton* tota&itarises* art en7a7é5
? L’art est un instrument politi!ue important. Goncurrence entre le lé"islateur et l’artiste. Le philosophe roi
devra donc e=clure les artistes de la cité ou contrOler et censurer scrupuleusement leurs Luvres. (9laton)
? F= ) 1ascisme et totalitarisme ) utilisation de l’art * des 1ins politi!ues. Fsthétisation de la politi!ue.
? <utre possibilité (en réaction) ) politisation de l’art ) art en"a"é. F= ) Les Mis#rales: 'uernica. Ft surtout
le surréalisme: !ui se voulait une avant?"arde au service de la révolution communiste. >inrent ensuite les
situationnistes: encore plus radicau=. tatut ambi"u du 1uturisme.
? <rchitecture et urbanisme. G1. panopti!ue. Gité radieuse * 5arseille. Ginéma américain comme
instrument idéolo"i!ue de propa"ande: etc. F= ) Ghaplin contre #itler.
? L’art comme e=pression de la réalité sociale et e=istentielle et des rapports politi!ues. Kdée d’un art
T vrai U par opposition * l’idéolo"ie de la classe dominante. (<dorno: artre)
6. Art et distinction socia&e 3Bourdieu5
? L’art comme si"ne distincti1 du che1: du puissant. F"lises en homma"e * 8ieu W Gratte?ciel en homma"e *
l’ar"ent.
? L’art comme mo0en "énéral de distinction.
? Les "o.ts esthéti!ues sont déterminés par des straté"ies sociales de distinction. F= ) reproduire les "o.ts
de la classe dominante.
L’art iite-t-i& &a nature ?
Coute une )artie de &’art iite &a nature 3Arasse5
Ge !ui caractérise la peinture européenne du début du RK>
e
siècle * la 1in du RKR
e
siècle:
c’est !u’elle se 1ait sous le principe de l’imitation de la nature. Gertains peintres * certains
moments pensent m@me !ue les ima"es !u’ils représentent sont vraies ) il 0 a une vérité de la
représentation. G’est en tout cas ce !ue prétend chercher et e=i"er du peintre le 3lorentin
Leon 7attista <lberti dans son te=te de $4&%: &e la peinture: o] il 1onde la théorie de la
&4
peinture classi!ue: et (’entends par l* la peinture d’imitation: !ui va depuis le te=te d’<lberti
(us!u’* l’impressionnisme X car l’impressionnisme continue * 1aire de la perspective ) il 0 a
des allées de peupliers de 5onet !ui sont de la par1aite perspective.
8aniel <rasse: +istoires de peintures: chap. &
L’art ne vise )as ( iiter &a nature 38e7e&5
9our #e"el: l’art ne doit pas chercher * imiter la nature )
8’une 1aSon "énérale: il 1aut dire !ue l’art: !uand il se borne * imiter: ne peut rivaliser
avec la nature: et !u’il ressemble * un ver !ui s’e11orce en rampant d’imiter un éléphant.
8ans ces reproductions tou(ours plus ou moins réussies: si on les compare au= modèles
naturels: le seul but !ue puisse se proposer l’homme: c’est le plaisir de créer !uel!ue chose
!ui ressemble * la nature. Ft de 1ait: il peut se ré(ouir de produire lui aussi: "r\ce * son
travail: son habileté: !uel!ue chose !ui e=iste dé(* indépendamment de lui. 5ais (ustement:
plus la reproduction est semblable au modèle: plus sa (oie et son admiration se re1roidissent:
si m@me elles ne tournent pas * l’ennui et au dé"o.t. Kl 0 a des portraits dont on a dit
spirituellement !u’ils sont ressemblants * vous donner la nausée. Kant donne un autre
e=emple de ce plaisir !u’on prend au= imitations ) !u’un homme imite les trilles du rossi"nol
* la per1ection comme cela arrive par1ois: et nous en avons vite asse, W dès !ue nous
découvrons !ue l’homme en est l’auteur: le chant nous paraPt 1astidieu=
44
W * ce moment nous
n’0 vo0ons !u’un arti1ice: nous ne le tenons ni pour une Luvre d’art: ni pour une libre
production de la nature.
#FGFL: (ntroduction . l’esth#tique
La raison pro1onde en est !ue l’art: contrairement * la nature: est un produit de l’esprit. 9ar
consé!uent il est bien supérieur * la nature et ne doit certainement pas s’abaisser * l’imiter )
8’après l’opinion courante: la beauté créée par l’art serait m@me bien au?dessous du beau
naturel: et le plus "rand mérite de l’art consisterait * se rapprocher: dans ses créations: du
beau naturel. ’il en était vraiment ainsi: l’esthéti!ue: comprise uni!uement comme science
du beau artisti!ue: laisserait en dehors de sa compétence une "rande partie du domaine
artisti!ue. 5ais nous cro0ons pouvoir a11irmer: * l’encontre de cette manière de voir: !ue le
beau artisti!ue est supérieur au beau naturel: parce !u’il est un produit de l’esprit. L’esprit
étant supérieur * la nature: sa supériorité se communi!ue é"alement * ses produits et: par
consé!uent: * l’art. G’est pour!uoi le beau artisti!ue est supérieur au beau naturel. Aout ce
!ui vient de l’idée est supérieur * ce !ui vient de la nature. La plus mauvaise idée !ui traverse
l’esprit d’un homme est meilleure et plus élevée !ue la plus "rande production de la nature: et
cela (ustement parce !u’elle participe de l’esprit et !ue le spirituel est supérieur au naturel.
#e"el: (ntroduction . l’esth#tique: chap. K: K: K.
<insi: toute peinture: m@me celle !ui représente la nature: est un produit de l’esprit. 5@me
la peinture hollandaise: réaliste: est en 1ait le triomphe de l’esprit sur la nature ) elle e=prime
la victoire du peintre pour saisir le 1u"iti1 dans la nature morte et dans les petites choses de la
vie !uotidienne.
La nature iite &’art 34oet!e* Fi&de5
Goethe ($-42?$/&2) raconte !u’après avoir vu une e=position de peintures: il voit le réel
(che, le cordonnier o] il man"e) avec les 0eu= de l’artiste: ce !ui lui procure de "randes
(ouissances (Goethe: %o#sie et v#rit#: chap. /). Mscar Cilde ($/4%?$244) en conclut: par une
1ormule provocatrice: !ue c’est la nature !ui imite l’art ) des brouillards ont e=isté pendant des
siècles W mais personne ne les a vus ainsi: ils n’e=istèrent !u’au (our o] l’art les inventa ("r\ce
* Aurner par e=emple). Mn pourrait aussi dire avec Kant !ue l’art imite la nature (l’artiste
atteint une spontanéité !ui évo!ue celle de la nature) mais !ue la nature imite l’art (la nature
44
Qui cause de l’ennui par sa monotonie: sa durée. F= ) un travail 1astidieu=.
&%
nous plaPt car elle est or"anisée: elle présente une certaine 1inalité: comme si elle avait était
créée par un @tre intelli"ent).
L’art est-i& réservé ( une é&ite ?
L’évo&ution du re7ard 3Fa&ter Ben/ain5
8ans un célèbre te=te de $2&' intitulé L’>uvre d’art . l’#poque de sa reproductiilit#
technique: Calter 7en(amin ($/22?$244) remar!ue !ue la modernité techni!ue a entraPné un
chan"ement pro1ond dans le rapport du public * l’Luvre d’art. <vec la capacité techni!ue de
reproduire les Luvres d’art X la photo"raphie permet notamment de reproduire peintures et
m@me de présenter sculptures et b\timents X: la sensi!ilité &énérale au= Luvres d’art a
évolué. 8ésormais on ne prend plus le temps de re"arder. Mn ne vénère plus une Luvre d’art:
et notre attitude * l’é"ard des créations de l’art est beaucoup plus 1roide et ré1léchie. La valeur
de l’Luvre d’art a chan"é ) on est passé d’une aleur cultuelle (valeur de culte) * une simple
aleur d’exposition. G’est ce !ue 7en(amin appelle la perte de l’aura ) l’Luvre d’art a perdu
son T aura U un peu ma"i!ue !ui était liée * son unicité: * sa présence hic et nunc (ici et
maintenant). Ge constat est proche du dia"nostic hé"élien de la T 1in de l’art U: !ui lui aussi
si"ni1iait un chan"ement 1ondamental de notre rapport * l’art.
5al"ré tout le musée reste le lieu T sacré U contemporain ) les musées sont les é"lises
d’au(ourd’hui W et d’ailleurs les é"lises sont devenues des musées. L’artiste est le nouveau
T dieu U (et peut?@tre le dernier Z). 5a"ie du créateur: caractère transcendant du "énie (c1.
te=te de +iet,sche sur le "énie).
G a-t-i& une cu&ture de asse ? 38anna! Arendt5
#annah <rendt s’interro"e sur la possibilité d’une culture de masse.
8’un cOté: le sens m@me de l’Luvre d’art est d’appartenir * un monde éternel: * l’écart des
préoccupations humaines utilitaires.
<u RR
e
siècle: on assiste * la tentative de T démocratiser U l’art. Le thé\tre est décentralisé
avec le 1estival d’<vi"non: et la Noconde se trouve imprimée sur des tee?shirts ou des tasses
de ca1é. 5ais l’art ainsi vul"arisé: pour ne pas dire 6itschi1ié: est?il encore de l’art E Gar l’art
n’est pas le divertissement: il est plutOt le contraire du divertissement. T 7ien des "rands
auteurs du passé ont survécu * des siècles d’oubli et d’abandon: mais c’est encore une
!uestion pendante de savoir s’ils seront capables de survivre * une version divertissante de ce
!u’ils ont * dire. U (<rendt)
9lus "énéralement: cette !uestion (L’art est?il réservé * une élite E) re(oint cette autre
!uestion ) 3aut?il @tre cultivé pour apprécier une Luvre d’art E
L’art conte)orain* c’est n’i)orte quoi ?
Mn peut le croire en se baladant * 9ompidou: par e=emple 1ace au= toiles d’<s"er Norn )
T un en1ant pourrait en 1aire autant Z U: entend?on souvent. 9remièrement: ce n’est pas s.r W
deu=ièmement: re(oindre la 1raPcheur de l’en1ant est un travail bien plus di11icile !u’on ne
croit W troisièmement: ce n’est pas une ob(ection: la seule !uestion est de savoir si le résultat
est beau.
5ais précisément: concernant la beauté: il 1aut reconnaPtre !ue l’art contemporain s’en
détourne souvent. 9ar1ois m@me il s’en"a"e carrément dans la recherche de la laideur. Ge
n’est d’ailleurs pas une tendance nouvelle ) !u’on son"e au= monstres du 5o0en <"e: par
e=emple les sculptures a11reuses des cathédrales "othi!ues. 5entionnons ici cette remar!ue de
&'
Hodin ) T dans l’art: est beau uni!uement ce !ui a du caract)re. Le caract)re: c’est la vérité
intense d’un spectacle naturel !uelcon!ue: beau ou laid U
4$
.
Ge !ui est laid: en art: c’est ce !ui est sans caractère: ce !ui n’o11re aucune vérité W ce !ui
est 1au=: arti1iciel: (oli ou beau au lieu d’@tre e=pressi1; G’est ce !ui ment. <utrement dit: si
le public reproche * une Luvre son cOté \pre et lui pré1ère !uel!ue en(olivure arti1icielle: il ne
se détourne pas du laid vers le beau: mais au contraire de la vraie beauté vers la vraie laideur:
c’est?*?dire le T (oli U et le 6itsch.
Autres rearques
.<nest!ésie et si7ni,ication des sensations 36andinsE<5
Le peintre russe >assil0 Kandins60 ($/''?$244) est l’un des initiateurs de l’art abstrait: *
partir de $2$4. Fn $2$$ il écrit &u spirituel dans l’art: o] il e=pose une théorie de la
si"ni1ication des 1ormes et des couleurs. Kl commence par remar!uer le lien entre di11érents
t0pes de sensations X un phénomène connu sous le nom de synesth#sie )
L’\me étant: en rè"le "énérale: étroitement liée au corps: il est possible !u’une émotion
ps0chi!ue en entraPne une autre: correspondante: par association. 9ar e=emple: la couleur
rou"e peut provo!uer une vibration de l’\me semblable * celle produite par une 1lamme: car
le rou"e est la couleur de la 1lamme. Le rou"e chaud est e=citant: cette e=citation pouvant
@tre douloureuse ou pénible: peut?@tre parce !u’il ressemble au san" !ui coule. Kci cette
couleur éveille le souvenir d’un autre a"ent ph0si!ue !ui: tou(ours: e=erce sur l’\me une
action pénible.
i c’était le cas: nous trouverions 1acilement par l’association une e=plication des autres
e11ets ph0si!ues de la couleur: c’est?*?dire non plus seulement sur l’Lil mais é"alement sur
les autres sens. Mn pourrait par e=emple admettre !ue le (aune clair a un e11et acide: par
association avec le citron.
5ais il est * peine possible d’accepter de telles e=plications. < propos du "o.t de la
couleur: les e=emples ne man!uent pas o] cette e=plication ne peut @tre retenue. Un médecin
de 8resde rapporte !ue l’un de ses patients: !u’il caractérise comme un homme d’un T niveau
intellectuel très supérieur U: avait coutume de dire !u’une certaine sauce avait
imman!uablement le "o.t de T bleu U: c’est?*?dire !u’il la ressentait comme la couleur bleue.
(;) Ge serait une sorte d’écho ou de résonance: comme cela se produit avec les instruments
de musi!ue dont les cordes: ébranlées par le son d’un autre instrument: s’émeuvent * leur
tour. 8es hommes d’une telle sensibilité sont comme l’un de ces bons violons dont on a
beaucoup (oué et !ui: au moindre contact de l’archet: vibrent de toutes leurs cordes.
i l’on admet cette e=plication: il ne 1aut pas mettre l’Lil uni!uement en liaison avec le
"o.t: mais é"alement avec tous les autres sens. Gertaines couleurs peuvent avoir un aspect
ru"ueu=: épineu=: d’autres: par contre: donnent une impression de lisse: de velouté: !ue l’on
a envie de caresser (le bleu outremer 1oncé: le vert de chrome: le carmin). 5@me la di11érence
d’impression de chaud ou de 1roid des tons de couleurs repose sur cette sensation. (;)
Fn1in l’audition des couleurs est tellement précise !u’on ne trouverait certainement
personne !ui tente de rendre l’impression de (aune criard sur les basses d’un piano ou
compare le carmin 1oncé * une voi= de soprano.
>assil0 Kandins60: &u spirituel dans l’art: >
Kl e=iste un lien particulier entre les couleurs et les 1ormes )
Kl est maintenant 1acile de constater !ue la valeur de telle couleur est souli"née par telle
1orme: et atténuée par telle autre. Fn tout cas: les propriétés des couleurs ai"u[s sonnent
mieu= dans une 1orme ai"u[ (ainsi le (aune dans un trian"le). Les couleurs pro1ondes sont
ren1orcées dans leur e11et par des 1ormes rondes (ainsi le bleu dans un cercle).
>assil0 Kandins60: &u spirituel dans l’art: >K
4$
Hodin: L’Art.
&-
Le (aune et le bleu )
8’une manière tout * 1ait "énérale: la chaleur ou la froideur d’une couleur est une
tendance au $aune ou au leu. G’est l* une distinction !ui s’opère pour ainsi dire sur le m@me
plan: la couleur conservant sa résonance de base: mais cette résonance de base devient de son
cOté plus matérielle: ou plus immatérielle. G’est un mouvement hori,ontal: le chaud sur ce
plan hori,ontal allant vers le spectateur: tendant vers lui: alors !ue le 1roid s’en éloi"ne. (;)
i l’on 1ait deu= cercles identi!ues et !ue l’on peint l’un en (aune et l’autre en bleu: on
s’aperSoit: après une brève concentration sur ces cercles: !ue le (aune irradie: prend un
mouvement e=centri!ue et se rapproche pres!ue visiblement de l’observateur. Le bleu: en
revanche: développe un mouvement concentri!ue (comme un escar"ot !ui se recro!ueville
dans sa co!uille) et s’éloi"ne de l’homme. L’Lil est comme transpercé par l’e11et du premier
cercle: alors !u’il semble s’en1oncer dans le second. (;)
i l’on essaie de rendre le (aune (cette couleur t0pi!uement chaude) plus 1roid: il prend un
ton verd\tre et perd immédiatement ses deu= mouvements (hori,ontal et e=centri!ue). Kl
prend ainsi un caractère !uel!ue peu maladi1 et surnaturel: comme un homme plein d’éner"ie
et d’ambition !ui se trouve emp@ché par des circonstances e=térieures d’e=ercer cette éner"ie
et cette ambition. Le bleu: mouvement tout * 1ait opposé: 1reine le (aune: si bien !u’en
continuant * a(outer du bleu: les deu= mouvements contradictoires s’annihilent: produisant
l’immoilit# totale et le calme. Le vert appara=t. (;)
Gette propriété du (aune: !ui a une nette tendance vers les tons plus clairs: peut @tre
amenée * une 1orce et * un niveau insoutenables pour l’Lil et l’esprit humains. < ce niveau: il
sonne comme une trompette: (ouée dans les ai"us et de plus en plus 1ort: ou comme le son
éclatant d’une 1an1are.
>assil0 Kandins60: &u spirituel dans l’art: >K
Mn peut trouver un e=emple de l’usa"e du (aune et du bleu che, >ermeer: !ui aimait
beaucoup combiner ces deu= couleurs. 8e m@me: on pourrait lister les peintres selon les
couleurs ou les combinaisons de couleurs au=!uelles ils se sont particulièrement intéressés ) le
rou"e et le vert pour 8elacroi= W le noir pour oula"es W le violet pour 5onet W le bleu de
Klein: et aussi de 9icasso W le (aune de >an Go"h: dans toute sa puissance W le rou"e et le bleu
che, Hapha[l. Les écrivains aussi 1urent par1ois 1ascinés par les couleurs ) ainsi 5elville était
si 1asciné par le blanc !u’il écrivit tout un chapitre de Moy &ic2 en e=pli!uant pour!uoi cette
couleur X !ui est celle de la baleine X nous terrorise tant. Les couleurs peuvent aussi @tre
interprétées en termes sociau= ) T dans le domaine des couleurs: le vert correspond * ce
!u’est: dans la société des hommes: la bour"eoisie ) c’est un élément immobile: content de
soi: limité dans toutes les directions U: écrit Kandins60.
1n souvenir d’en,ance de Léonard de Ainci 3=reud5
8ans ses carnets: Léonard de >inci a écrit ) T Kl semble !ue (’aie depuis tou(ours été
destinée * m’occuper du vol des oiseau=. Un de mes premier souvenirs d’en1ance est !u’étant
encore au berceau: un vautour vint * moi: m’ouvrit la bouche avec sa !ueue et plusieurs 1ois
me 1rappa avec cette !ueue entre les lèvres. U 8ans ?n Souvenir d’enfance de L#onard de
-inci ($2$4): 3reud relie ce souvenir au tableau de >inci intitulé La -ierge . l’enfant avec
sainte Anne: !ui représente la >ier"e 5arie: sainte <nne et l’en1ant Nésus. 3reud a vu dans le
v@tement de la >ier"e le contour d’un vautour: dont la !ueue toucherait les lèvres de l’en1ant
Nésus. Kl 0 voit une persistance du souvenir d’en1ance de >inci et en conclut !ue celui?ci aurait
été homose=uel: ce souvenir e=primant le 1antasme de la 1ellation.
Hemar!uons é"alement !ue le vautour était: dans la m0tholo"ie é"0ptienne: le s0mbole de
la 1éminité. Les é"0ptiens pensaient !ue les vautours étaient tous 1emelles et n’avaient pas
besoin de m\les pour se reproduire X ils étaient censés se reproduire avec le vent. F=ploitant
ce m0the: l’F"lise chrétienne a 1ait du vautour le s0mbole de la vier"e: !ui a en1anté sans
avoir eu de rapport se=uel.
&/
.ensibi&ité et résonance 3@roust5
La !uestion de la sensibilité est essentielle. La beauté est directement déterminée par notre
sensibilité: par notre capacité * la percevoir. >o0e, le 1ilm American 5eauty ) si nous étions
su11isamment sensibles: nous verrions tant de beauté dans le monde !ue ce serait * peine
supportable. o0e, donc * la hauteur de la beauté du monde ) perceve,?la Z
9roust remar!ue: avec des sentiments m@lés: !ue toute une partie du plaisir littéraire est
1ondée sur (et terni par) des ré1érences multiples * d’autres Luvres: * des sensations passées:
etc. L’esprit du lecteur est donc: la encore: la caisse de résonance !ui donne toute son ampleur
* la beauté d’une Luvre: !ui lui permet de résonner de toutes ses cordes
42
W mais ce plaisir de
la résonance est ambivalent; Le plaisir de la ré1érence devient un plaisir creu= et déconnecté
des sensations simples et vraies: déconnecté de la vie.
Le rire
9lusieurs interprétations du rire ont été données. elon 7audelaire: le rire e=prime un
sentiment de supériorité. elon 7er"son: ce !ui 1ait rire c’est T du mécani!ue pla!ué sur du
vivant U. chopenhauer: !uant * lui: distin"ue l’humour de l’ironie en vo0ant dans la seconde
la 1orme anti!ue du comi!ue: !ui passe du sérieu= au rire (un visa"e d’abord sérieu= mas!ue
en 1ait une plaisanterie) W tandis !ue l’humour: invention de la modernité: passe du rire au
sérieu=: c’est la plaisanterie !ui révèle !uel!ue chose de "rave. Kundera voit aussi dans
l’humour l’invention spéci1i!ue de la modernité: mais il met l’accent sur le 1ait !ue l’humour:
essentiellement lié * l’ambi"uBté: est le plaisir de l’incertitude )
L’humour ) l’éclair divin !ui découvre le monde dans son ambi"uBté morale et l’homme
dans sa pro1onde incompétence * (u"er les autres W l’humour ) l’ivresse de la relativité des
choses humaines W le plaisir étran"e issu de la certitude !u’il n’0 a pas de certitude.
5ilan Kundera: Les Testaments trahis: $22&
Autres t!2ses
? L’art divinise la réalité: l’embellit ) ainsi il trans1orme la sou11rance en tra"i!ue et l’absurde
en comi!ue. (+iet,sche: La 6aissance de la trag#die: Y -)
? L’Luvre d’art doit @tre mise * l’écart des préoccupations humaines mondaines. (<rendt)
? L’art comme te=te: écriture (#u"o: #e"el: chopenhauer M-;: uppléments: chap. &/)
? L’humour n’a pas tou(ours e=isté. Kl est la T "rande invention de l’esprit moderne U (Mctavio
9a,).
? L’art est une 1orme !ui se si"ni1ie elle?m@me. (#enri 3ocillon ) T Le si"ne si"ni1ie: alors !ue
la 1orme se si"ni1ie. U)
I&&ustrations et ré,érences
H>e)&es
? 90"malion est un sculpteur ch0priote de la m0tholo"ie "rec!ue. Kl avait 1ait vLu de célibat:
mais il sculpte un (our une 1emme si belle: Galatée: !u’il en tombe amoureu= et demande *
<phrodite de lui donner vie. Gelle?ci l’e=auce et 90"malion épouse Galatée: dont il aura un
1ils. +iet,sche utilise cet e=emple pour s’opposer * la conception 6antienne du beau: !ui le
conSoit * partir du T désintér@t U ) T 90"malion: en tout cas n’était pas nécessairement un
hhomme non esthéti!ueh. U
4&
? L’art é"0ptien et l’essence des choses. L’art "rec et le raccourci. La Noconde et le s1umato.
L’impressionnisme. L’e=pressionnisme. Le cubisme et l’art abstrait. Le surréalisme.
42
G1. le te=te de Kandins60 ci?dessus.
4&
+iet,sche: '#n#alogie de la morale: KKK: Y '.
&2
? <mbor"io Loren,etti: L’Annonciation ($&44) ) annonciation et représentation de
l’incarnation ) la colonne représente le Ghrist: !ui passe du 1ond d’or (in1ini divin) au sol
mesuré par la perspective (impar1aite) du carrela"e ) l’incommensurable devient mesurable.
? 3ra"onard: Le -errou (v. $---) ) la partie "auche représente ce !ui va se passer (et ce !ui
vient de se passer ) le passé et le 1utur) W on peut m@me 0 voir des s0mboles se=uels (l’an"le
du lit ressemble * un "enou: l’oreiller * des seins de 1emme: etc.).
? <rchitecture ) la p0ramide: le 9arthénon: l’é"lise (romane et "othi!ue): l’art nouveau: le
"ratte?ciel.
? 5usi!ue ) 7ach: 5o,art: Ghopin: chgnber": hard roc6: 9hilip Glass: musi!ue électroni!ue.
? La publicité ) une part ma(eure de la création artisti!ue contemporaine Z
? 6i2ê de amothrace.
? La poésie consiste * obtenir un e11et esthéti!ue en neutralisant le sens habituel des mots: en
les envisa"eant soudain sous un autre an"le !ue celui de leur utilité si"ni1iante. (< rapprocher
de la !uestion du rapport de l’Luvre d’art * l’utilité.)
? Un e=emple de convention en art ) le vert. Kl su11it de prendre !uel!ues photo"raphies pour
se rendre compte !ue le vert naturel s’accorde di11icilement avec les autres couleurs. 8’o] la
di11iculté pour les peintres de parvenir * une harmonie des couleurs dans les pa0sa"es. 9our
cela ils eurent tendance * ternir leur vert. (G1. Gombrich: +istoire de l’art: chap. 24 et 2%)
Citations
? Le poète trouble son eau pour la 1aire paraPtre pro1onde. (+iet,sche)
? Le poète mène triomphalement ses idées dans le char du r0thme ) car d’ordinaire celles?ci ne
sont pas capables d’aller * pied. (+iet,sche: +umain, trop humain: K: $/2)
? L’art 1avorise la vie en rendant l’horreur sublime et l’absurde comi!ue. (+iet,sche)
? La 1orme: c’est le 1ond !ui remonte * la sur1ace. (>ictor #u"o)
? La beauté est une promesse du bonheur. (tendhal: &e l’amour)
? Les abrutis ne voient le beau !ue dans les belles choses. (<rthur Gravan)
? Aout ce !ui est utile est laid. (Ahéophile Gautier)
? 5ette,?vous dans la t@te !u’on ne 1ait pas de pro"rès. (9icabia)
? Kl n’0 a pas de solution car il n’0 a pas de problème. (5arcel 8uchamp)
? La situation étant désespérée: tout est maintenant possible. (Nohn Ga"e)
? Le nouveau n’est pas nouveau. (7en)
? Le secret d’ennu0er est celui de tout dire. (>oltaire)
? Ge !ue le public te reproche cultive?le: c’est toi. (Gocteau)
? Kl 0 a un autre monde: mais il est dans celui?ci. (surréalistes)
? N’aime une chose simple mais elle doit @tre simple par le biais d’une complication. (Gertrude
tein)
? Gomprendre une Luvre d’art: c’est mesurer e=actement les raisons !ui nous la rendent
inintelli"ible * (amais.
? Ge n’est point avec des idées !ue l’on 1ait des vers; !’est avec des mots. (5allarmé)
? Le "o.t X bon ou mauvais X est une habitude. (5arcel 8uchamp)
? La di11érence entre un 1ou et moi: c’est !ue moi (e ne suis pas 1ou. (8alV)
? La di11érence entre les surréalistes et moi: c’est !ue moi (e suis surréaliste. (8alV)
? <vec 8ieu: tout est permis. (8eleu,e)
? <u ro0aume du 6itsch s’e=erce la dictature du cLur. (Kundera)
? Le criti!ue ne doit apprécier le résultat !ue suivant la nature de l’e11ort W et il n’a pas le droit
de se préoccuper des tendances. (5aupassant: %ierre et Jean: 9ré1ace ) T Le roman U)
? G’est Hichepin !ui a dit !uel!ue part ) L’amour de l’art 1ait perdre l’amour vrai. Ne trouve
cela terriblement (uste: mais * l’encontre de cela: l’amour vrai dé"o.te de l’art. (>an Go"h:
lettre * Ahéo: été $//-)
44
? 7ien des "rands auteurs du passé ont survécu * des siècles d’oubli et d’abandon: mais c’est
encore une !uestion pendante de savoir s’ils seront capables de survivre * une version
divertissante de ce !u’ils ont * dire. (<rendt)
? < la vérité T l’<rt U n’a pas d’e=istence propre. Kl n’0 a !ue des artistes. (Gombrich)
? Hien n’est beau !ue le vrai: le vrai seul est aimable. (7oileau: cité par chopenhauer)
? 8u sublime au ridicule il n’0 a !u’un pas. (Ahomas 9a0ne) (c1. >ictor #u"o)
? Le premier !ui compara la 1emme * une rose était un poète: le second un imbécile. (Gérard
de +erval)
? Kl n’0 a !u’une seule beauté: celle de la vérité !ui se révèle (Hodin)
Bib&io7ra)!ie
? Gombrich: +istoire de l’art.
? Kant: !ritique de la facult# de $uger.
? chopenhauer: Le Monde comme volont# et repr#sentation: Y &4.
? 7al,ac: Le !hef/d’>uvre inconnu.
? 3reud: ?n Souvenir d’enfance de L#onard de -inci.
? 5erleau?9ont0: T Le doute de Gé,anne U: in Sens et non/sens.
? +iet,sche: La 6aissance de la trag#die. +umain, trop humain: livre K: chap. K>.
? <rtaud: -an 'ogh ou le suicid# de la soci#t#.
? <rendt: La !rise de la culture: >K.
? Kundera: L’Art du roman: K.
? Kandins60: &u Spirituel dans l’art et dans la peinture en particulier.
.u/ets de dissertation
Qu’est?ce !ui permet de distin"uer une Luvre d’art d’un ob(et !uelcon!ue E
L’Luvre d’art est?elle une réalité comme les autres E
8é1inition
de l’art
Fst?il (uste de parler d’un art culinaire E
9eut?on parler d’un art industriel E
La publicité peut?elle @tre considérée comme un art E
L’art peut?il s’ensei"ner E
L’ob(et utile peut?il @tre beau E
Un ob(et techni!ue peut?il @tre beau E
Un ob(et techni!ue peut?il devenir une Luvre d’art E
D a?t?il davanta"e de sérieu= dans la techni!ue !ue dans l’art E
Qu’est?ce !ui distin"ue une Luvre d’art d’un ob(et !uelcon!ue E
L’habileté techni!ue su11it?elle * dé1inir l’artiste E
u11it?il de maPtriser une techni!ue pour @tre un artiste E
Les !ualités de l’artiste sont?elles celles de l’artisan E
Qu’est?ce !ui distin"ue la création artisti!ue et l’invention techni!ue E
<rt et
techni!ue
L’œuvre d’art est-e&&e une iitation de &a nature ?
Fn !uoi la beauté artisti!ue est?elle supérieure * la beauté naturelle E
L’art est?il le rè"ne de l’apparence E
L’art est?il une imitation de la nature ou une création E
3aire Luvre d’art: est?ce a(outer * la beauté de la nature E
<rt et nature
L’art est-i& un o<en de connaItre ?
L’Luvre d’art nous instruit?elle E
Une Luvre d’art peut?elle nous apprendre !uel!ue chose E
L’Luvre d’art nous éloi"ne?t?elle ou nous rapproche?t?elle du réel E L’art nous détourne?t?il
du réel E
Que nous donne * voir la peinture E
L’art est?il dévoilement d’une vérité E
9eut?on e=pli!uer une Luvre d’art E
<rt et
vérité
9our!uoi des artistes E
3aut?il chasser les poètes de la cité E
<rt: morale
4$
Une Luvre d’art peut?elle @tre immorale E
et politi!ue
Gomment l’art peut?il s’insérer dans la vie sociale E
L’art est?il une a11aire publi!ue E
L’art est?il un lu=e E
Les Luvres d’art sont?elles des produits de lu=e E
8ans une civilisation sans cesse trans1ormée par les innovations techni!ues: !uelle peut @tre
la 1onction de l’art E
<rt et
société
Le )&aisir est!étique su))ose-t-i& une cu&ture est!étique ?
3aut?il @tre cultivé pour comprendre une Luvre d’art E
9our "o.ter une Luvre d’art: 1aut?il @tre cultivé E
3aut?il avoir des compétences techni!ues pour apprécier une Luvre d’art E
Nu"ement
et culture
L’art est?il une activité sérieuse E
L’artiste travaille?t?il E
9eut?il 0 avoir du "énie che, un artisan E
L’artisan peut?il @tre un artiste E
Le "énie des artistes e=clut?il tout apprentissa"e E
L’artiste peut?il prétendre dominer les di11érentes si"ni1ications de son Luvre E
9eut?on admettre !ue tout homme ris!ue d’@tre artiste sans le savoir E
La copie d’une belle Luvre d’art peut?elle @tre une belle Luvre d’art E
La création
et le "énie
Le plaisir éprouvé devant une Luvre d’art est?il un plaisir spéci1i!ue E
Qu’admire?t?on dans une Luvre d’art E
9our!uoi nos pré1érences ne sont?elles pas des critères su11isants pour (u"er une Luvre
d’art E
9eut?on (u"er une culture * partir des productions de son art et de sa techni!ue E
Qu’est-ce qui ,ait &a va&eur d’une œuvre d’art ?
La valeur d’une civilisation se réduit?elle au développement de sa techni!ue E
L’art peut?il se passer de la ré1érence au beau E
Le (u"ement
et le beau
9eut?on démontrer !u’une Luvre d’art est belle E
9eut?on dire dans le domaine artisti!ue !ue T des "o.ts et des couleurs: on ne discute pas U E
Qu’est?ce !ue le mauvais "o.t E
Fst?il possible: dans le domaine des arts: d’avoir tort ou raison lors!u’on dit T c’est beau U E
9uis?(e dire en m@me temps T c’est beau U et T Sa ne me plaPt pas U E
La beauté est?elle dans le re"ard ou dans l’ob(et re"ardé E
La beauté d’un ob(et est?elle une propriété du m@me t0pe !ue ses caractéristi!ues
ph0si!ues E
Le sentiment du beau nous en1erme?t?il dans la sub(ectivité E
7eauté et
ob(ectivité
D a?t?il des arts mineurs E
L’art n’obéit?il * aucune rè"le E
Gomment convaincre !uel!u’un de la beauté d’une Luvre d’art E
Mb(ectivité et
hiérarchie
L’évolution de l’art dépend?elle de celle des techni!ues E
H>iste-t-i& un )ro7r2s de &’art* coe i& e>iste un )ro7r2s des tec!niques ?
T L’art actuel résume et (usti1ie l’art du passé. U Qu’en pense,?vous E
Le pro"rès
La nature ) !u’est?elle pour le technicien et pour l’artiste E
9our!uoi ce !ui est laid dans la vie ou dans la nature peut devenir beau dans une Luvre
d’art E
La science est une création collective: dit?on. Qu’en est?il de la création artisti!ue E
Ftc.
0ocuents et coentaires
1n )eu de )oésie
Un visa"e avec beaucoup de 1ront: c’est comme un pa0sa"e avec beaucoup de ciel. (#u"o)
La terre est bleue comme une oran"e. (9aul Fluard)
Un a11reu= soleil noir d’o] ra0onne la nuit. (>ictor #u"o)
Some are orn to s@eet delight A Some are orn to endless night (Cilliam 7la6e)
La (oie 1éconde: la douleur en1ante. (Cilliam 7la6e)
42
C!ar&es Baude&aire
Une Gharo"ne
Happele,?vous liob(et !ue nous vPmes: mon \me:
Ge beau matin diété si dou= )
<u détour diun sentier une charo"ne in1\me
ur un lit semé de caillou=:
Les (ambes en liair: comme une 1emme lubri!ue:
7r.lante et suant les poisons:
Muvrait diune 1aSon nonchalante et c0ni!ue
on ventre plein die=halaisons.
Le soleil ra0onnait sur cette pourriture:
Gomme a1in de la cuire * point:
Ft de rendre au centuple * la "rande nature
Aout ce !uiensemble elle avait (oint W
Ft le ciel re"ardait la carcasse superbe
Gomme une 1leur siépanouir.
La puanteur était si 1orte: !ue sur liherbe
>ous cr.tes vous évanouir.
Les mouches bourdonnaient sur ce ventre putride:
8io] sortaient de noirs bataillons
8e larves: !ui coulaient comme un épais li!uide
Le lon" de ces vivants haillons.
Aout cela descendait: montait comme une va"ue:
Mu siélanSait en pétillant W
Mn e.t dit !ue le corps: en1lé diun sou11le va"ue:
>ivait en se multipliant.
Ft ce monde rendait une étran"e musi!ue:
Gomme lieau courante et le vent:
Mu le "rain !uiun vanneur diun mouvement r0thmi!ue
<"ite et tourne dans son van.
Les 1ormes sie11aSaient et niétaient plus !uiun r@ve:
Une ébauche lente * venir:
ur la toile oubliée: et !ue liartiste achève
eulement par le souvenir.
8errière les rochers une chienne in!uiète
+ous re"ardait diun Lil 1\ché:
jpiant le moment de reprendre au s!uelette
Le morceau !uielle avait l\ché.
Ft pourtant vous sere, semblable * cette ordure:
< cette horrible in1ection:
jtoile de mes 0eu=: soleil de ma nature:
>ous: mon an"e et ma passion Z
Mui Z telle vous sere,: O reine des "r\ces:
<près les derniers sacrements:
Quand vous ire,: sous liherbe et les 1loraisons "rasses.
5oisir parmi les ossements.
<lors: O ma beauté Z dites * la vermine
Qui vous man"era de baisers:
Que (iai "ardé la 1orme et liessence divine
8e mes amours décomposés Z
Le Ghat
8ans ma cervelle se promène:
<insi !u’en son appartement:
Un beau chat: 1ort: dou= et charmant.
Quand il miaule: on l’entend * peine:
Aant son timbre est tendre et discret W
5ais !ue sa voi= s’apaise ou "ronde:
Flle est tou(ours riche et pro1onde.
G’est l* son charme et son secret.
(;)
Art!ur %ibaud
Le dormeur du val
G’est un trou de verdure o] chante une rivière
<ccrochant 1ollement au= herbes des haillons
8’ar"ent W o] le soleil: de la monta"ne 1ière:
Luit ) c’est un petit val !ui mousse de ra0ons.
Un soldat (eune: bouche ouverte: t@te nue:
4&
Ft la nu!ue bai"nant dans le 1rais cresson bleu:
8ort W il est étendu dans l’herbe sous la nue:
9\le dans son lit vert o] la lumière pleut.
Les pieds dans les "laBeuls: il dort. ouriant comme
ourirait un en1ant malade: il 1ait un somme )
+ature: berce?le chaudement ) il a 1roid.
Les par1ums ne 1ont pas 1rissonner sa narine W
Kl dort dans le soleil: la main sur sa poitrine:
Aran!uille. Kl a deu= trous rou"es au cOté droit.
ensation
9ar les soirs bleus d’été: (’irai dans les sentiers:
9icoté par les blés: 1ouler l’herbe menue )
H@veur: (’en sentirai la 1raPcheur * mes pieds.
Le laisserai le vent bai"ner ma t@te nue.
Ne ne parlerai pas: (e ne penserai rien )
5ais l’amour in1ini me montera dans l’\me:
Ft (’irai loin: bien loin: comme un bohémien:
9ar la nature: heureu= comme avec une 1emme.
@au& Aer&aine
5on r@ve 1amilier
Ne 1ais souvent ce r@ve étran"e et pénétrant
8’une 1emme inconnue: et !ue (’aime: et !ui m’aime:
Ft !ui n’est: cha!ue 1ois: ni tout * 1ait la m@me
+i tout * 1ait une autre: et m’aime et me comprend.
Gar elle me comprend: et mon cLur: transparent
9our elle seule: hélas Z cesse d’@tre un problème
9our elle seule: et les moiteurs de mon 1ront bl@me:
Flle seule les sait ra1raPchir: en pleurant.
Fst?elle brune: blonde ou rousse E X Ne l’i"nore.
on nom E Ne me souviens !u’il est dou= et sonore
Gomme ceu= des aimés !ue la >ie e=ila.
on re"ard est pareil au re"ard des statues:
Ft: pour sa voi=: lointaine: calme: et "rave: elle a
L’in1le=ion des voi= chères !ui se sont tues.
9iet:sc!e
T Kl 1aut avoir du chaos en soi pour en1anter une étoile dansante. U
Oh Mensch B 'ie Acht B
<as spricht die tiefe Mitternacht C
D(ch schlief, ich schlief E,
Aus tiefem Traum in ich er@achtF E
&ie <elt ist tief,
?nd tiefer als der Tag gedachtG
Tief ist ihr <eh E,
Mh homme Z Fcoute Z
Que dit le pro1ond minuit E
T Ne dors: (e dors X:
8’un r@ve pro1ond (e me réveille ) X
Le monde est pro1ond:
Ft plus pro1ond !ue n’a pensé le (our
9ro1onde est sa douleur X:
44
Lust E tiefer noch als +er4leidF
<eh sprichtF -ergehB
&och alle Lust @ill "@ig2eit
<ill tiefe, tiefe "@ig2eitBH
9laisir X plus pro1ond !ue la douleur du cLur )
La douleur dit ) va?t’en Z
5ais tout désir veut l’éternité
>eut la pro1onde: pro1onde éternité Z U
+iet,sche: Ainsi parlait Iarathoustra: La chanson ivre
Lautréaont
>oici un morceau de littérature pré?surréaliste )
<u clair de la lune: près de la mer: dans les endroits isolés de la campa"ne: l’on voit: plon"é
dans d’amères ré1le=ions: toutes les choses rev@tir des 1ormes (aunes: indécises: 1antasti!ues.
L’ombre des arbres: tantOt vite: tantOt lentement: court: vient: revient: par diverses 1ormes: en
s’aplatissant: en se collant contre la terre. 8ans le temps: lors!ue (’étais emporté sur les ailes
de la (eunesse: cela me 1aisait r@ver: me paraissait étran"e W maintenant: (’0 suis habitué. Le
vent "émit * travers les 1euilles ses notes lan"oureuses: et le hibou chante sa "rave
complainte: !ui 1ait dresser les cheveu= * ceu= !ui l’entendent. <lors: les chiens: rendus
1urieu=: brisent leurs chaPnes: s’échappent des 1ermes lointaines W ils courent dans la
campa"ne: S* et l*: en proie * la 1olie. Aout * coup: ils s’arr@tent: re"ardent de tous les cOtés
avec une in!uiétude 1arouche: l’Lil en 1eu W et: de m@me !ue les éléphants: avant de mourir:
(ettent dans le désert un dernier re"ard au ciel: élevant désespérément leur trompe: laissant
leurs oreilles inertes: de m@me les chiens laissent leur oreilles inertes: élèvent la t@te: "on1lent
le cou terrible: et se mettent * abo0er: tour * tour: soit comme un en1ant !ui crie de 1aim: soit
comme un chat blessé au ventre au?dessus d’un toit: soit comme une 1emme !ui va en1anter:
soit comme un moribond atteint de la peste * l’hOpital: soit comme une (eune 1ille !ui chante
un air sublime: contre les étoiles au nord: contre les étoiles * l’est: contre les étoiles au sud:
contre les étoiles * l’ouest W contre la lune W contre les monta"nes: semblables au loin ) des
roches "éantes: "isantes dans l’obscurité W contre l’air 1roid !u’ils aspirent * pleins poumons:
!ui rend l’intérieur de leur narine: rou"e: br.lant W contre le silence de la nuit W contre les
chouettes: dont le vol obli!ue leur rase le museau: emportant un rat ou une "renouille dans le
bec: nourriture vivante: douce pour les petits W contre les lièvres: !ui disparaissent en un clin
d’Lil W contre le voleur: !ui s’en1uit au "alop de son cheval après avoir commis un crime W
contre les serpents: remuant les bru0ères: !ui leur 1ont trembler la peau: "rincer les dents W
contre leurs propres aboiements: !ui leur 1ont peur * eu=?m@mes W contre les crapauds: !u’ils
broient d’un seul coup sec de m\choire (pour!uoi se sont?ils éloi"nés du marais E) W contre les
arbres: dont les 1euilles: mollement bercées: sont autant de m0stères !u’ils ne comprennent
pas: !u’ils veulent découvrir avec leurs 0eu= 1i=es: intelli"ents W contre les arai"nées:
suspendues entre leur lon"ues pattes: !ui "rimpent sur les arbres pour se sauver W contre les
corbeau=: !ui n’ont pas trouvé de !uoi man"er pendant la (ournée: et !ui s’en reviennent au
"Pte l’aile 1ati"uée W contre les rochers du riva"e W contre les 1eu=: !ui paraissent au= m\ts des
navires invisibles W contre le bruit sourd des va"ues W contre les "rands poissons: !ui: na"eant:
montrent leur dos noir: puis s’en1oncent dans l’abPme W et contre l’homme !ui les rend
esclaves. <près !uoi ils se mettent * courir dans la campa"ne: en sautant: de leurs pattes
san"lantes par?dessus les 1ossés: les chemins: les champs: les herbes et les pierres escarpées.
Lautréamont: Les !hants de Maldoror: Ghant premier
La beauté selon le surréalisme )
IKJl me paraissait beau comme les deu= lon"s 1ilaments tentaculi1ormes d’un insecte W ou
plutOt: comme une inhumation précipitée W ou encore: comme la loi de la reconstitution des
or"anes mutilés W et surtout: comme un li!uide éminemment putrescible Z (;) Le "rand?duc
de >ir"inie: beau comme un mémoire sur la courbe !ue décrit un chien courant après son
maPtre: s’en1onSa dans les crevasses d’un couvent en ruines. Le vautour des a"neau=: beau
comme la loi de l’arr@t de développement de la poitrine che, les adultes dont la propension *
la croissance n’est pas en rapport avec la !uantité de molécules !ue leur or"anisme
s’assimile: se perdit dans les hautes couches de l’atmosphère. (;) Le scarabée: beau comme
le tremblement des mains dans l’alcoolisme: disparaissait * l’hori,on.
Lautréamont: Les !hants de Maldoror: Ghant cin!uième
4%
Le ,uturise de ?arinetti
>oici une 1orme d’art * la!uelle nous ne sommes plus habitués ) celle de l’avant?"arde
1uturiste: !ui peut nous aider * comprendre (us!u’o] a pu aller l’enthousiasme suscité par la
modernité techni!ue )
La "uerre est belle: car elle réalise pour la première 1ois le r@ve d’un corps humain
métalli!ue. La "uerre est belle: car elle enrichit un pré en 1leurs des 1lambo0antes orchidées
des mitrailleuses. La "uerre est belle: car elle rassemble: pour en 1aire une s0mphonie: les
coups de 1usils: les canonnades: les arr@ts du tir: les par1ums et les odeurs de décomposition.
5arinetti: Manifeste sur la guerre d’"thiopie: cité par 7en(amin: opG cit.
Co)&éents t!éoriques
La )!i&oso)!ie de &’art de @&aton
La réalité véritable: ce n’est pas le monde visible constitué par les choses !ue nous
rencontrons dans le monde (chats: hommes: etc.): car ces choses sont éphémères: et la réalité
doit @tre éternelle. Ge !ui est éternel: ce n’est pas le chat: mais l’id#e de chat. <insi ce !ui est
réel: ce ne sont pas les choses mais leurs idées.
9ar e=emple: le lit véritable et éternel est l’idée de lit. Le menuisier: !uand il construit un
lit: réalise une copie de ce lit idéal. Le peintre: * son tour: réalise une copie du lit du
menuisier: c’est?*?dire une copie de copie. Kl est donc éloi"né de trois de"rés de la réalité
44
. <
ce titre: 9laton peut dé(* condamner l’art: car il nous éloi"ne de la réalité et de la vérité.
5ais l’art: en tant !u’imitation: peut tout de m@me aussi nous 1ournir certaines
connaissances. 9laton reconnaPt par e=emple !ue la tra"édie peut @tre utile: car elle représente
de "randes et belles actions !ui peuvent nous servir d’e=emple. Kl reconnaPt m@me une valeur
* la comédie: !ui représente les actions mauvaises et honteuses: car: dit?il: on ne peut
connaPtre une chose sans connaPtre aussi le contraire ) pour connaPtre les vertus il 1aut
connaPtre les vices: et la comédie peut nous aider * reconnaPtre le ridicule et le bas pour nous
"arder de le commettre.
Fn conclusion: l’art est d’une importance capitale pour la 1ormation de l’homme: surtout si
l’on tient compte de l’idéal éthi!ue selon 9laton ) il s’a"it d’atteindre l’unité: notamment
l’unité entre la raison et les sentiments. Kl 1aut soumettre l’\me (notamment les désirs et
émotions) * la raison: c’est?*?dire !u’il 1aut apprendre * aimer ce !ui est aimable et * haBr ce
!ui est haBssable. 9ar consé!uent: l’art contribue * l’éducation de l’homme et il est d’une
importance politi!ue ma(eure. <ussi le lé"islateur et l’artiste sont?ils en concurrence car tous
deu= visent * 1ormer l’homme et * représenter la vie par1aite. Le philosophe roi de la cité
idéale devra donc e=clure les artistes de la cité: ou alors les contrOler étroitement pour
s’assurer !ue leur art e=prime les bonnes valeurs et contribue * édu!uer les cito0ens comme il
le 1aut
4%
.
La )!i&oso)!ie de &’art de 6ant
Kant théorise d’abord le (u"ement de "o.t. Le (u"ement de "o.t est désintéressé: c’est?*?
dire !u’il considère la simple représentation de l’ob(et: indépendamment de son e=istence
4'
.
La satis1action esthéti!ue est donc indépendante de l’e=istence de l’ob(et et de nos intér@ts !ui
pourraient lui @tre liés. 9ar e=emple: (u"er esthéti!uement un palais: c’est considérer si sa
représentation nous procure une satis1action: et non si nous voudrions 0 habiter ou non. Gette
première caractéristi!ue 1ondamentale distin"ue le beau de l’a"réable: et aussi du bien moral:
44
9laton: ;#pulique: livre R: %2-e.
4%
9laton: ;#pulique: livre R: '4-c et Lois: livre >KK: /$-b.
4'
Kant: !ritique de la facult# de $uger: Y 2.
4'
!ui n’est pas intéressé (ce !ui est moralement bon ne dépend pas de mes intér@ts particuliers
mais: pour Kant: de la raison pure !ui me donne une loi universelle: du t0pe T tu ne dois pas
mentir U) mais !ui est intéressant ) car le bien moral me détermine * a"ir: il produit un intér@t
(purement moral) en moi. 9uis!ue le (u"ement de "o.t est désintéressé: il ne dépend pas des
intér@ts particuliers de chacun W par consé!uent le beau est l’ob(et d’une satis1action
nécessaire et unierselle
4-
.
5ais le (u"ement de "o.t est néanmoins esthéti!ue: c’est?*?dire su!%ectif
4/
. Ge n’est pas un
(u"ement de connaissance. La représentation de l’ob(et est simplement rapportée au su(et:
pour voir si elle produit en lui une satis1action. Kl 1aut donc comprendre !ue c’est un (u"ement
* la 1ois sub(ecti1 et universel ) il ne dit rien de l’ob(et: mais la satis1action !ue le su(et ressent
doit @tre ressentie par tous les su(ets. La satis1action !ui naPt de la beauté est due * un accord
des 1acultés du su(et ) c’est parce !ue la représentation de certains ob(ets s’accorde * notre
entendement !ue nous ressentons un plaisir esthéti!ue. Le plaisir 1ondamental du beau est
l’accord entre l’entendement et l’imagination. Ge plaisir naPt du lire $eu de ces 1acultés.
L’Luvre d’art présente une finalité sans fin ) c’est?*?dire !u’elle présente une certaine
or"anisation (!ui met en branle notre entendement) sans !ue l’on puisse la rattacher * une 1in
ou * un concept (ce !ui 1ait !ue notre entendement ne cesse de ré1léchir et de ne pas
comprendre). <insi: l’art imite la nature (car l’Luvre du "énie semble naturelle) et la nature
imite l’art (car elle semble or"anisée selon une 1in).
5ais le sentiment du beau n’est pas le seul sentiment esthéti!ue ) il 0 a aussi le su!lime
42
.
Le sublime est le plaisir esthéti!ue lié * la "randeur: * la démesure. Gelle?ci peut @tre de deu=
"enres ) spatiale (p0ramides: cathédrales: monta"nes et précipices: "ratte?ciel) ou intensive
(temp@te: éruption volcani!ue: ora"e). Kant distin"ue donc deu= t0pes de sublime ) le sublime
math#matique et le sublime dynamique.
Quand (e vois une p0ramide: la "randeur de l’édi1ice est telle !u’elle me su""ère l’idée
d’une "randeur in1inie W mais (e ne peu= pas me représenter l’in1ini: (e peu= seulement le
concevoir ) il 0 a ici une tension entre la raison et l’ima"ination: celle?ci ne pouvant suivre
celle?l*. Gette dissonance produit donc un désa"rément lié * la dé1aite de l’ima"ination: mais
aussi: simultanément: une pro1onde satis1action liée * la victoire de la raison. Le sentiment du
sublime est l’e=périence sensible: né"ativement: de notre nature suprasensible.
Le cas du sublime d0nami!ue est analo"ue: sau1 !u’il ne s’a"it plus de "randeur spatiale
mais de l’intensité d’une 1orce. Quand (e contemple le déchaPnement des 1orces de la nature:
par e=emple dans une violente temp@te: ces 1orces démesurées me su""èrent: en m@me temps
!ue ma vulnérabilité: ma supériorité sur toute cette nature sauva"e: "r\ce * mon caractère
moral. L* encore: (’e=périmente né"ativement la dimension suprasensible de l’homme X non
plus dans sa 1aculté de connaPtre mais dans sa 1aculté de vouloir ) * la supériorité de la raison
pure sur l’ima"ination et sur toute "randeur sensible répond la supériorité de la raison prati!ue
sur la sensibilité et sur toute 1orce naturelle.
Les sentiments esthéti!ues sont donc di11érents des sentiments morau=: mais ils leurs sont
liés. G’est très clair dans le sentiment du sublime: !ui naPt (ustement de la conscience de notre
moralité. 9lus "énéralement: le !eau est le s"m!ole du !ien moral
%4
. Le beau nous 1ournit un
analo"ue sensible de ce !u’est le bien. <insi on dit d’arbres ou d’édi1ices !u’ils sont
ma(estueu= et ma"ni1i!ues: et on dit !ue certaines couleurs sont innocentes: "entilles: tendres.
Geci s’accorde d’ailleurs avec l’idée !ue la satis1action liée au beau est nécessaire et
universelle: car tel est le bien moral. Le "o.t étant la 1aculté de discerner et de prendre plaisir
4-
(d.: Y $/ et Y '.
4/
(d.: Y $.
42
(d.: livre KK.
%4
Kant: !ritique de la facult# de $uger: Y %2.
4-
* ce !ui doit plaire * tous: indépendamment de nos intér@ts particuliers: il est une 1aculté
politi*ue 1ondamentale.
La )!i&oso)!ie de &’art de 8e7e&
9our #e"el: l’histoire du monde est une od0ssée de la conscience ) la conscience
universelle (!ui se mani1este notamment: sinon e=clusivement: en l’homme) s’aliène dans des
Luvres a1in de mieu= s’0 reconnaPtre: a1in de prendre conscience d’elle?m@me. L’art est un
des "rands mo0ens histori!ues utilisés par la conscience pour s’aliéner dans le monde: pour
s’ob(ectiver. L’art ne vise donc pas du tout l’imitation de la nature: il vise l’e=pression de
l’esprit. G’est d’ailleurs ce !ui 1ait la supériorité de l’Luvre d’art sur la nature: selon #e"el )
l’Luvre la plus misérable est supérieure au plus beau spectacle naturel car elle est une
production de l’esprit. Le beau artisti!ue: envisa"é de ce point de vue: est donc supérieur au
beau naturel.
#e"el retrace l’histoire de l’art (et de son pro"rès) * partir de cette "rille de lecture. Kl 0 eut
ainsi d’abord l’art s0mboli!ue (art é"0ptien): o] le contenu cherche la 1orme adé!uate W puis
l’art classi!ue (art "rec et romain) o] l’é!uilibre entre la 1orme et le 1ond est atteint W et en1in
l’art romanti!ue (art chrétien) dans le!uel l’idée a dépassé la 1orme et renonce * s’accorder *
elle. 5ais * l’art succèdent la reli"ion puis la philosophie comme modes privilé"iés de
compréhension de soi de la conscience universelle.
La )!i&oso)!ie de &’art de .c!o)en!auer
elon chopenhauer: le monde e=iste comme volonté et représentation
%$
) d’une part: le
monde est ce !ue nous percevons et ce !ue nous nous représentons. 5ais ceci n’est !ue
l’apparence du monde: c’est le monde comme apparence. +ous avons un autre accès au
monde: plus direct ) car nous sommes une partie du monde. Kl nous su11it donc de re"arder en
nous?m@mes pour découvrir l’essence intime du monde. Mr !ue trouvons?nous en nous?
m@mes E Une seule chose ) la volonté. L’apparente diversité de notre monde intérieur ne doit
pas nous é"arer ) tous nos sentiments: émotions: et autres états internes: ne sont !ue des
modalités de la volonté
%2
.
L’essence du monde est donc une volonté uni!ue !ui traverse l’ensemble des @tres. Gette
volonté est essentiellement sou11rance: car tout désir procède d’un man!ue: c’est?*?dire d’une
sou11rance (e= ) la 1aim: la soi1 sont des sou11rances). 8ans la représentation: le monde peur
bien sembler beau: mais en réalité il est sou11rance ) premier menson"e de la représentation.
8eu=ième menson"e ) dans la représentation: le monde apparaPt divisé en parties: la volonté
apparaPt morcelée en une multitude d’@tres vivants: alors !u’elle est 1ondamentalement
unitaire ) c’est la m@me volonté en moi et dans l’arbre: dans le bourreau et dans sa victime.
Gette apparence: cette illusion: est ce !ue chopenhauer appelle le principium individuationis:
le principe d’individuation.
8ans la contemplation esthéti!ue: il se produit une sorte de miracle ) !uand (e contemple
une belle Luvre d’art ou la nature: (e m’oublie moi?m@me dans ma contemplation. u(et et
ob(et paraissent 1usionner. Ne me rends alors compte !ue c’est la m@me volonté dans les
choses et en moi?m@me ) (e suis libéré du principium individuationis. 9ar consé!uent: (e me
trouve en m@me temps libéré de ma volonté: c’est?*?dire de mes intér@ts particuliers. G’est en
ce sens !ue chopenhauer interprète l’idée 6antienne de satis1action désintér@t: !u’il reprend *
son compte. Ge critère lui permet de distin"uer le beau de ce !ui n’est !ue (oli ) le beau apaise
%$
Mn peut voir l* une autre manière d’e=primer le dualisme de Kant (phénomène et noumène): de pino,a et de
8escartes (pensée et étendue): ou m@me de 9laton (Kdées intelli"ibles et choses visibles).
%2
Gette idée encore peut se comprendre * partir de pino,a ) la (oie est un désir non entravé (ou accroissement de
puissance): la tristesse est une volonté entravée W l’espoir est un désir accompa"né d’incertitude: la crainte une
aversion (c’est?*?dire l’envers d’un désir) accompa"née d’incertitude W l’amour est le sentiment éprouvé pour
l’ob(et du désir: la haine le sentiment éprouvé pour l’ob(et d’une aversion: etc.
4/
la volonté: alors !ue le (oli la stimule au contraire. 9ar consé!uent: la contemplation artisti!ue
nous o11re le mo0en de parvenir au but éthi!ue supr@me: * savoir la né"ation de notre propre
volonté: tout comme le préconise aussi le bouddhisme.
< partir de cette vision des choses: chopenhauer classe les di11érents arts selon leur
capacité * réaliser ce but: * nous libérer de la volonté. L’architecture et le pa0sa"isme sont des
1ormes d’art primitives: car elles nous présentent des 1ormes élémentaires de la volonté
(monde minéral et vé"étal) par l’opposition entre d’une part la pesanteur universelle et d’autre
part la résistance (de la colonne) ou l’élan vital (de la plante). 9einture et sculpture sont
supérieures: car elles nous présentent des ob(ectivations un peu plus élaborées de la volonté
(animau=: @tres humains). 5ais l’art culmine dans la tra"édie: car celle?ci: en nous présentant
la volonté humaine au= prises avec le destin: et son échec inéluctable: nous invite directement
* renoncer * la volonté. < noter aussi !ue la musi!ue occupe une place particulière: car elle
e=prime directement la volonté elle?m@me: sans passer par la représentation. La musi!ue nous
donne donc directement accès * l’essence pro1onde du monde.
Aoute1ois l’art dans son ensemble n’est pas le meilleur mo0en pour parvenir * la libération.
La morale est au?dessus de lui ) la pitié: !ui nous découvre l’unité de tous les @tres et de toutes
les sou11rances: est le meilleur mo0en: au?del* de l’art: de se libérer de la volonté. Ft c’est la
vie ascéti!ue !ui permet de mettre en prati!ue le renoncement * la volonté au!uel l’Luvre
d’art nous invite.
La )!i&oso)!ie de &’art de 9iet:sc!e
’inspirant de chopenhauer: +iet,sche distin"ue deu= tendances 1ondamentales de la
nature !ui sont * l’ori"ine du développement de l’art ) l’apollinien et le dion0sia!ue. Ges deu=
principes s’opposent: mais leur opposition est 1éconde: et !uand ils parviennent * un é!uilibre
l’art atteint son point culminant. L’apollinien: du dieu "rec <pollon: divinité du soleil: de la
clarté et de la beauté: dési"ne le plaisir pris * la belle 1orme: * la belle apparence ) c’est la
puissance du r@ve et des arts plasti!ues. Le dion0sia!ue au contraire: de 8ion0sos: dieu du
vin: de l’ivresse et de la 1@te: dési"ne le plaisir pris dans l’e=pression de la volonté ) c’est la
puissance musicale par e=cellence. (chopenhauer avait noté !ue la musi!ue e=prime
directement la volonté.) <(outons !ue l’apollinien va de pair avec le sentiment des limites de
l’individu et le souci de la mesure (modération: tempérance: tous ces termes traduisant le "rec
sophrosun)): tandis !ue le dion0sia!ue est le plaisir pris: au contraire: * la né"ation des
limites: du principium individuationis: * l’huris (démesure)
%&
.
La philosophie niet,schéenne de l’art peut ensuite se résumer en !uel!ues mots ) l’art est
une puissance menson"ère: mais il ne 1aut pas le condamner pour autant. Gar la valeur
supr@me n’est pas la vérité mais la vie. La !uestion: comme tou(ours che, +iet,sche: est de
savoir s’il 0 a stimulation ou né"ation de la vie. Le critère pour (u"er l’art sera donc
e=clusivement le critère de la vie: de la santé: de la 1orce. Fst bon l’art !ui e=prime la vie et
!ui la stimule ) #omère: ha6espeare: Goethe pour ne citer !ue les plus "rands. Fst nuisible
au contraire: et s0mptOme de décadence: l’art !ui provient de la maladie et !ui réprime la vie
et la volonté ) le roman de 3laubert: la philosophie de 9ascal et de chopenhauer: la musi!ue
de Ca"ner.
%&
Ges vues sont e=primées dans La 6aissance de la trag#die: Y $.
42