N° 270 Bulletin d’information de la Commission des Affaires étrangères du Conseil national de la Résistance iranienne 31 mars 2008

La nouvelle année iranienne a été célébrée en présence de Maryam Radjavi, présidente
élue de la Résistance iranienne, dans sa résidence d’Auvers-sur-Oise, au nord de Paris le
20 mars. Des centaines de membres et de partisans de la Résistance, ainsi que des amis
auversois, ont pris part à la célébration et sont venus présenter leurs voeux à Mme Radjavi
et à son mouvement pour la nouvelle année. Dans son message à la nation, retransmis par
satellite en Iran, Mme Radjavi a salué les Iraniens pour leurs protestations continues tout au
long de l’année et a énuméré les acquis de la Résistance.
Extraits de l’intervention de Maryam Radjavi :
L
’année qui vient de s’écouler a vraiment
été une année d’avancée et de fierté pour
la Résistance iranienne, et de défections et de
déclin pour le régime des mollahs, signe du début
de son implosion et de son renversement.
Cette année notre pays enchaîné a connu
des vagues incessantes de manifestations. Les
émeutes de l’essence ont embrasé les villes,
les universités et les usines, où ont retenti les
slogans de la Cité d’Achraf : “Nous sommes
des femmes et des hommes de combat. Venez
vous battre et nous vous combattrons” et “la
liberté est notre droit inaliénable.”
Pour les mollahs, l’année dernière s’est
terminée aussi amèrement qu’elle avait
commencé avec les résolutions 1747 et 1803 du
Conseil de sécurité. Les mollahs ont tout essayé
pour empêcher leur adoption, allant de la prise
d’otage de marins britanniques, jusqu’à tromper
les agences de renseignement américaines sur
leurs activités nucléaires secrètes. Mais ils ont
échoué.
En réalité, c’est la Résistance qui les
en ont empêchés, en faisant une révélation
majeure qui a porté un coup extrêmement dur
à leur programme atomique, sur la production
d’ogives nucléaires et de la Bombe. Un coup
si dur qu’Ahmadinejad a déclaré que tout a
CÉLÉBRATION DE NOROUZ, LE NOUVEL AN IRANIEN
Avancée de la Résistance,
impasse des mollahs, échec de la complaisance
Message du Nouvel An
de Maryam Radjavi
Les Iraniens défient les
mollahs en célébrant le
festival du feu
page 4
Dans une conférence de presse à la
Chambre des Communes le 11 mars,
des parlementaires britanniques ont
appelé Londres à respecter une décision
de justice ordonnant de retirer les
Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) de
la liste des organisations interdites.
Le comité britannique parlementaire
pour la liberté en Iran a publié un
communiqué à la fin de la conférence
Des parlementaires appellent Londres à
respecter la loi en retirant l’OMPI de la liste noire
De g. à dr. : la Baronne Verma, Brian Binley, Lord Waddington, Lord Corbett, Hossein Abedini, la Baronne
Turner et Lord Archer
dont voici des extraits :
« La Commission d’Appel des Organisations
Proscrites (POAC) en novembre dernier a
jugé que cette interdiction était “perverse”
et devait “être écartée”. Le jugement a eu
lieu après que 35 parlementaires aient
lancé une démarche en justice pour lever la
proscription touchant l’OMPI. La demande
d’appel du gouvernement a été rejetée.
Suite page 2
Suite page 3

IRAN LIBERATION - 31 MARS 2008
commencé en été 2002 avec les révélations
sur les installations de Natanz et d’Arak
par les Moudjahidine du peuple (OMPI).
Ahmadinejad a été humilié partout où il est
allé, de l’université Columbia à New York à
l’université Polytechnique de Téhéran et dans
les rues d’Irak.
Le show électoral du Majlis
Les élections du Majlis (parlement) des mollahs
ont parachevé l’uni-polarisation et le repli sur
soi de la théocratie. Avant tout, ces élections
ont été un grand NON du peuple à la tyrannie.
C’est une défaite cuisante pour les despotes.
Plus de 95% des Iraniens ont boycotté ce
show électoral. Selon les chiffres officiels du
régime, le taux de participation à Téhéran a
été de 26%. Le député le mieux élu n’a obtenu
que 11,5% des voix et le dernier seulement
6%. La situation en province est la même. Le
plus grand nombre de voix remportées tourne
autour de 10% des électeurs.
Ils ont ensuite annoncé que les « tenants
des principes » qui soutiennent Ahmadinejad
avaient remporté plus de 70% des voix. Les
bandes vaincues, comme la celle de Khatami,
sont dans une situation pathétique. On leur
a concédé un maximum de 30 sièges, soit
moins de 15% des 290 sièges du Majlis.
Qui sont les nouveaux députés?
A Téhéran, qui est un microcosme du pays
avec ses 30 sièges, sur les 19 élus au premier
tour, 18 sont des partisans d’Ahmadinejad
et le 19
e
appartient à une faction pro-
Khamenei. Le second tour n’arrangera pas
les choses. Il s’agit d’un Majlis de bourreaux
et de tortionnaires. Un député, Rouhollah
Hosseinian, a salué l’ancien vice-ministre du
Renseignement Saïd Emami, responsable
des meurtres en série d’une centaine
d’intellectuels, comme un grand martyr !
On peut aussi parler de Fatemeh Alia, une
femme qui a personnellement torturé de très
nombreuses femmes Moudjahidine dans la
prison d’Evine. Il y a encore le mollah Morteza
Agha-Tehrani, un commandant des agents en
civil du Vevak qui est le mentor des membres
du cabinet d’Ahmadinejad. En province, la
situation est la même.
Les mollahs sous pression
On peut mieux comprendre ces élections,
si l’on prend en compte que le régime a été
soumis à des pressions venant de six côtés :
1. des défections internes dans les plus
hautes sphères, et un repli sur soi de plus en
plus prononcé du régime ;
2. des sanctions économiques et des
résolutions, en particulier au Conseil de
sécurité ;
3. l’inscription du ministère de la Défense
et des organes affiliés, des gardiens de la
révolution et de la force terroriste Qods, ainsi
que les principales banques du régime, sur la
liste noire du terrorisme et de la prolifération
des armes de destruction massive ;
4. l’impasse en Irak, en particulier avec les
Conseils de l’Eveil qui sont entrés en action
comme élément sécuritaire et militaire de
premier plan ;
5. le départ d’un allié clé du régime en Europe,
à savoir Jacques Chirac, et la dernière prise
de position de l’Union européenne sur les
élections en Iran, qu’elle a jugées « ni libres,
ni équitables » ;
6. Le statut et les avancées de la Résistance
dans le pays et à l’étranger pour faire
reconnaître la Troisième Voie. Cette solution
à la crise iranienne rejette la poursuite de la
politique de complaisance tout comme une
intervention militaire étrangère. Elle prône en
revanche un changement démocratique en
Iran par le peuple et sa Résistance.
Ce pouvoir unipolaire a pris forme en
juin 2005 avec l’arrivée d’Ahmadinejad à la
présidence, et il parvient à maturité avec ces
« élections » du Majlis.
Quelles perspectives ?
A présent la question est de connaître la
raison et l’objectif pour lesquels Khamenei
a “élaboré” un Majlis de tortionnaires et de
criminels ? Est-ce pour préserver le statut
quo? Ou bien est-ce pour préparer davantage
d’aventurisme et de guerre ?
Khamenei a déclaré dans son message
immédiatement après le premier tour qu’un
Majlis «engagé, d’élite, opposé à l’Arrogance
occidentale et puissant» a vu le jour, malgré
«l’adoption d’une résolution», «le boycott
électoral», «la direction du pays noircie», « le
peuple effrayé par la menace d’une attaque de
l’ennemi», «des allégations sur des élections
malsaines» et «une population désillusionnée
et indifférente».
Ce que veut dire Khamenei, c’est qu’il se
prépare à défier tous les modèles qui ne sont
pas compatibles avec le fascisme religieux.
Le lendemain dans son message de
félicitation au guide suprême, Ahmadinejad
qualifiait ces élections de «défense de jouir
des capacités d’acquérir l’énergie atomique
avec une puissance exemplaire».
La situation est telle qu’elle a poussé l’UE
et les Etats-Unis à affirmer l’illégitimité de ces
élections et à annoncer qu’elles n’avaient été
« ni libres, ni équitables ».
Nous nous réjouissons du changement
de position de l’Union européenne que nous
considérons comme un tournant imposé par
le régime.
En fait, le Conseil national de la Résistance
iranienne et son président, Massoud Radjavi,
n’ont cessé de dire depuis le 20 juin 1981
que nous voulons une élection basée sur la
souveraineté populaire et non sur le pouvoir
absolu des religieux. En septembre 2003,
au nom de la Résistance, j’ai appelé à un
référendum pour un changement de régime
sur la base du vote libre de la population.
Les acquis de la Résistance
En ce qui concerne le peuple iranien et sa
Résistance, 2007 a été une année d’avancées
et de conquêtes de nouveaux sommets. On
peut dire que les plus grands complots pour
maintenir le régime et détruire la Résistance
ont été neutralisés à travers :
1. le soutien matériel et moral généreux
des Iraniens en Iran et à l’étranger, qui
s’est manifesté par exemple lors du grand
rassemblement de 50.000 personnes de l’été
dernier à Paris ;
2. les efforts inlassables de nos frères et sœurs
à la Cité d’Achraf et dans le travail sans répit
du CNRI, de ses membres et de ses partisans
à travers le monde ;
3. les victoires judiciaires, spécialement
l’annulation de l’étiquette terroriste en Grande-
Bretagne;
4. les résolutions au Parlement
Message du Nouvel An ...
Suite de la page 1

IRAN LIBERATION - 31 MARS 2008
européen, à l’Assemblée parlementaire
du Conseil de l’Europe et de sa commission
des Affaires juridiques et des droits de
l’homme en soutien aux jugements rendus
par la Cour européenne de Luxembourg et
du Royaume-Uni ;
5. le soutien de plus de 1500 parlementaires
européens et des comités parlementaires
en faveur de la Résistance iranienne et
de la Troisième Voie pour un changement
démocratique en Iran ;
6. la prise de conscience par la communauté
internationale des menaces terroristes et
nucléaires de la dictature religieuse en tant
que principale menace pour la paix et à la
sécurité, comme nous le déclarons depuis 30
ans ;
7. Les résolutions au Parlement européen et
les rapports des missions des Nations Unies
et des rapporteurs spéciaux de l’ONU sur le
statut légal de l’OMPI en Irak, y compris le
récent rapport de la Mission d’assistance de
l’ONU pour l’Irak sur le statut des membres
de l’OMPI en tant que personnes protégées
en vertu de la IV
e
convention de Genève et la
réitération du principe de non-refoulement, qui
constitue le pilier des lois sur les réfugiés ;
8. Le grand congrès de solidarité à Achraf et
la déclaration de 450.000 Irakiens dans la
province de Diyala en Irak ;
9. Le soutien de 3000 cheikhs de tribus ;
10. Le soutien de 300.000 chi’ites du sud de
l’Irak et un mouvement politique majeur des
Oulémas chi’ites pour la défense d’Achraf ;
11. le soutien sans compter de tous les
partis démocratiques, courants nationalistes,
groupes et personnalités chi’ites, sunnites,
kurdes et turkmènes en Irak, au point que,
excepté pour les agents des mollahs et
leurs alliés, la plupart des Irakiens et des
forces nationalistes considèrent l’OMPI et
la Résistance iranienne comme des alliés
stratégiques et un soutien pour la paix, la
sécurité et la liberté.
Le changement est inévitable
La Résistance iranienne est la force du
changement. En s’appuyant sur sa base
sociale et sa lutte inlassable, elle avance
dans une position offensive. Elle instaurera la
liberté en Iran. Le régime des mollahs touche
à sa fin. La complaisance et les concessions
sont doublement contre productives et futiles.
En cette nouvelle année, dans ses activités
non-stop, le régime passera par des points
fragiles qui finiront par faire s’écrouler sur lui
toute cette politique.
La POAC a conclu que :
- L’OMPI n’est pas engagé dans des actes
terroristes en Iran ou ailleurs depuis août
2001.
- En mai 2003, l’OMPI en Irak a désarmé.
- Il n’existe aucun document indiquant
que l’OMPI a obtenu ou cherché à obtenir
des armes ou à reconstruire une capacité
militaire.
- Il n’existe aucune preuve de “préparation”
au terrorisme ou d’encouragement à
commettre des actes de terrorisme.
Le refus du gouvernement de respecter
le jugement intervient à un moment où le
régime exerce une répression féroce de la
jeunesse. Il continue d’exporter l’intégrisme
et le terrorisme - en particulier en Irak et
en Afghanistan. Il poursuit aussi son projet
d’armes nucléaires.
Les parlementaires condamnent le
dynamitage de la station de pompage d’eau
de la Cité d’Achraf en Irak où réside l’OMPI,
par les agents du régime iranien le mois
dernier. M. Jean Ziegler, Rapporteur spécial
de l’ONU sur le droit à l’alimentation, a dit
qu’en vertu d’un accord entre les autorités
De g. à dr.: La Baronne Verma, David Drew, Lord Clarke, Lord Corbett, Hossein Abedini, la Baronne Turner et Roger Gale
irakiennes et l’OMPI en 2003, les résidents
d’Achraf sont sous la protection de la Force
Multinationale en Irak. En 2004, les Etats-
Unis ont reconnu un statut de personnes
protégées aux membres de l’OMPI en vertu
des conventions de Genève, signifiant qu’ils
ne doivent pas être déportés, expulsés,
rapatriés, ni déplacés à l’intérieur de l’Irak.
Alors que la répression se renforce, les
parlementaires ont noté une montée de
l’opposition. Des centaines de protestations
hostiles au pouvoir ont eu lieu depuis le début
de l’année en Iran.
Les parlementaires condamnent la
complaisance du gouvernement qui aide le
régime à se maintenir en place. Londres et
l’UE doivent soutenir la Troisième Voie de
Maryam Radjavi, présidente-élue du CNRI,
qui recherche un changement démocratique
par le peuple iranien.
L’OMPI est un allié de la communauté
internationale dans sa résistance à
l’intégrisme islamique. Londres doit
appliquer la décision de justice ordonnant
de lever la proscription pour signaler au
peuple iranien que nous nous tenons à ses
côtés pour un changement démocratique.»
Les parlementaires appellent ...
Suite de la page 1

UE: des élections “ni libres ni équitables”
Agence France Presse, 17 mars
Les élections législatives qui viennent
de se tenir en Iran “n’ont été ni libres,
ni équitables”, a déclaré la présidence
slovène de l’Union européenne dans
un communiqué publié à Bruxelles.
L’UE exprime “sa profonde
préoccupation devant le fait que
les procédures électorales dans la
République islamique d’Iran ont été au-
dessous des standards internationaux
et que le processus électoral n’a pas
permis des élections véritablement
concurrentielles”, a indiqué la
présidence slovène.
Elle souligne “son profond regret et
sa déception” devant la disqualification
par les autorités iraniennes, avant
le scrutin, d’un grand nombre de
candidats. Ces exclusions “constituent
une claire violation des normes
internationales”, estime-t-elle.
“En conséquence, les élections
n’ont été ni libres, ni équitables”,
déclare la présidence de l’UE.
Des résultats encore partiels des
législatives confirment l’emprise des
conservateurs sur le Parlement iranien
avec une majorité des deux tiers.
“Le peuple iranien mérite un
véritable choix démocratique sur
l’avenir de son pays”, déclare la
présidence de l’UE.

IRAN LIBERATION - 31 MARS 2008
Pour davantage d' informations, consultez notre site· www.ncr-iran.org
L
es Iraniens ont célébré le festival du feu ou Chahar Chambeh Souri, que les mollahs redoutent parce que la population prend possession
de la rue et transforme systématiquement les festivités en protestations. A Téhéran, les jeunes
n’ont absolument pas tenu compte du déploiement impressionnant des forces de sécurité et ont fêté
en groupes, mixtes, ce festival millénaire. Des feux ont été allumés à travers la capitale. Les rues
étaient bondées malgré l’omniprésence policière. En province, à Khoy les véhicules de police ont
fait office de feux de joie. A Khomein, ville combien symbolique, on a sauté par-dessus les feux aux
cris de “A bas la dictature et vive la liberté”. A Sanandaj les jeunes criaient “Mort à Ahmadinejad!”
Beaucoup de femmes ont participé avec des rondes et des farandoles autour des feux, rythmés
par des slogans hostiles aux mollahs. A Chiraz malgré un couvre feu officieux en raison de trois
semaines de grèves étudiantes, les jeunes ont illuminé la nuit. A Ahwaz, il y avait des agents plantés
tous les 100 mètres. Pourtant pas un instant les pétards n’ont cessé de résonner. Oroumieh, sous le
couvre feu, a soudain explosé de joie à 19h00 à la barbe des forces de sécurité qui ne s’attendaient
pas à une telle ferveur.
Nombreuses arrestations
Durant tout le festival une loi martiale non déclarée a été imposée, renforcée dans certains quartiers
de Téhéran par de nombreux raids sur les commerces. Des centaines de jeunes, filles et garçons,
ont été arrêtés. Dans la seule ville de Bandar Abbas dans le sud, 300 jeunes ont été interpellés
dans la rue. Le chef de la police de la province de Semnan dans le nord-est a déclaré que « pour
le dernier mercredi de l’année nous avons procédé à 75 arrestations. » Dans la province de Qom
c’est 120 personnes qui sont tombées dans les mailles du filet, dénoncées par les forces de sécurité
comme des fauteurs de troubles et qui seront poursuivies en justice, pour avoir fait éclater des
pétards ou avoir sauté, filles et garçons, par-dessus des feux de joie.
Téhéran - Unités anti-émeutes déployées pour
contrôler les jeunes célébrant le festival du feu
qui a tourné en protestation générale contre
les mollahs
Les Iraniens défient les mollahs au Festival du Feu
Auvers-sur-Oise à l’heure du Nouvel An iranien
L
e nouvel an iranien n’est pas passé inaperçu à Auvers-sur-Oise.
La communauté iranienne l’a célébré dignement samedi après
avoir festoyé autour du feu au cours de la semaine.
Mardi 18 mars, plusieurs centaines d’Iraniens, mais aussi des
voisins s’étaient réunis dans leur fief d’Auvers-sur-Oise, rue des
Gords. Il s’agissait en effet de fêter l’entrée prochaine dans l’année
1387 du calendrier perse. La fête du feu, tradition ancestrale, consiste
à allumer des feux et à sauter par-dessus, en appelant « la couleur
orange du feu à brûler l’année finissante et la couleur rouge à donner
de l’énergie pour la nouvelle », explique Afchine Alavi, membre du
Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI résistance au
régime des mollahs, ndlr.)
En présence de Maryam
Radjavi, célèbre Présidente du
CNRI, et de Jean-Pierre Béquet,
le maire fraîchement réélu qui
fit une visite-éclair, on pouvait
déguster des brochettes de
viande et du « Ache », une soupe
traditionnelle très revigorante. Une
fête cathartique, étourdissante,
sur fond de musique orientale et
de feux d’artifice et autres pétards
indispensables à cette joyeuse
célébration.
Quatre jours plus tard, samedi
22 mars, une cérémonie plus
Céline Zychowski - La Gazette du Val d’Oise, 26 mars
solennelle avait lieu, pour célébrer «Norouz», le nouvel an proprement
dit, qui coïncidait cette année avec l’anniversaire de la naissance du
prophète Mahomet. «Ce qui n’arrive qu’une fois par siècle environ ! »,
entend-t-on à plusieurs reprises.
Sous l’œil des caméras de la télévision de la Résistance iranienne,
« Le visage de la liberté », diffusée sur le câble et évidemment interdite
en Iran, plusieurs personnalités de la communauté musulmane sont
intervenues comme le recteur de la mosquée d’Evry, Cheikh Khalil
Merroun, Ghaleb Ben Cheikh, président de la conférence mondiale des
religions pour la paix et présentateur de l’émission « Islam » sur France
2, Rose Gomis, maire-adjointe de St Denis (93) et beaucoup d’autres
invités venus d’Irak, de Palestine, du Sénégal …, tous présents avec
une intention commune, au-delà de la fête : « résister à l’intégrisme et
au fascisme religieux », affirme Maryam Radjavi. Comme il se doit la
fête s’est poursuivie autour d’un bon repas à l’iranienne.
(En haut) Maryam Radjavi recevant le maire d`Auvers-sur-Oise, Jean-
Pierre Béquet, feurs à la main, brillamment réélu. (En bas) Les invités
sautant par-dessus les feux de joie (Photos et légende d`Iran Libération.)