Episode 20: Rêvez de vôtre pays – Première partie

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. Louange à Allah, Seigneur de l’univers et que Ses grâces et Sa paix soient accordées à Son prophète Mohammed. Nous poursuivons ensemble le projet des “Bâtisseurs de la vie” après avoir terminé la première étape, celle du brisement des chaînes. Nous nous sommes testés nous-mêmes et nous avons trouvé que nous étions capables de changer et de réagir. Après avoir monté des projets et assisté à leur succès, nous avons commencé la seconde étape que nous avons appelée “l’étape de la renaissance”. Nous l’avons comparée au décollage d'un avion et nous avons dit que, pour décoller, ce dernier avait besoin de sa puissance maximale. Pour prendre son élan, ses moteurs tournent à plein régime, il consomme la plus grande proportion de carburant et il parcourt une grande distance sur la piste de décollage. Les passagers, avec leurs ceintures attachées, sont tous concentrés et attentionnés à cause de l’importance du moment. Ainsi, le décollage est la partie la plus difficile du vol. Mais ce que nous cherchons n’est pas de remonter un peu au-dessus de notre niveau mais de nous envoler bien haut, pareil à un avion qui doit s’élever à trente-cinq mille pieds car s’il plane bas, sa consommation en carburant augmentera à cause de la force contraire des vents et il risque ainsi de tomber. Nous ne visons pas une renaissance ordinaire, nous en voulons une forte en vue de laquelle nous devons faire tous les sacrifices nécessaires. Nous devons en faire le rêve de notre vie et parvenir à la renaissance de nos pays pour dire à Allah au Jour de la Résurrection que nous étions associés dans ce projet. Ce qu'il nous faut c'est une renaissance dans tous les domaines : Nous voulons passer de l'état d'humiliation à celui de la gloire et de la fierté. Nous transférer du sous-développement économique vers le monde de la recherche scientifique, des inventions et de la prédominance dans le domaine industriel. Nous voulons changer le mauvais état économique et le chômage accru en une économie prospère. Nous voulons abandonner la faiblesse et la dépendance culturelle pour avoir notre propre culture d’où nous pouvons puiser. Passer d'un art en déclin à un autre raffiné. Pallier la maladie et la faiblesse pour avoir la santé physique et psychique.

-

-

-

Cela ne veut en aucune manière dire que tout ce que nous avons est mauvais, au contraire, nous avons des choses excellentes qu'il faut préserver et développer. Quant à la renaissance que nous désirons accomplir, elle doit avoir comme unique cadre l’adoration d’Allah; nous n'agissons pas pour faire concurrence aux autres, toute notre intention et notre dévouement ne visent que l’agrément d’Allah. La semaine dernière nous avons dit que pour y arriver, il faudra avoir de la volonté. Nous avons discuté la manière de son développement. C’est dans ce but que nous avons proposé le projet du marathon de 42 kilomètres à effectuer en une ou plusieurs semaines. Ce qui est merveilleux est que des milliers de personnes nous ont contactés sur le site, par téléphone ou par fax. L’idée n’était pas de marcher pour épuiser nos corps mais plutôt pour prouver notre disposition à agir à ce sujet de renaissance, c'est donc le gage de notre sincérité. Si vous allez sur le site, vous y verrez ce que les gens ressentaient, les idées qui leurs sont venues et toutes les louanges et les invocations qu'ils ont pu adresser à Allah pendant la marche.

Je vous donne des exemples : 1. Des jeunes gens ont marché de Chébîn-al-Kum à Tanta. 2. D'autres de Caire ont marché depuis les pyramides jusqu'à Helwân. 3. D’autres ont marché du bâtiment de la division militaire de la communication au Caire jusqu’à l’autoroute Caire-Alexandrie. 4. Des jeunes gens du Yémen, du Centre de “Al-Akhilaa” pour l’enseignement du Coran, disent ne pas dormir après la salat du Fajr (de l’aube) et passer deux heures à étudier le Coran. Ensuite, ils marchent trois heures en se récitant ce qu’ils ont mémorisé. 5. Ils nous ont appelés de partout : d’Algérie, de Jordanie, du Qatar, du Liban, de Bahreïn, du Maroc, du Yémen, des Émirats, d’Angleterre, de France et de Finlande. 6. Il y en a de ceux qui, en Algérie, se sont fixés dix endroits d’où ils se sont élancés pour se rencontrer à un point final. 7. Au Liban, des jeunes gens de Tripoli et d’autres de Beyrouth se mirent d’accord pour se rencontrer à mi-chemin et faire connaissance. 8. Des jeunes gens de Syrie portèrent des tee-shirts portant l’inscription “Ensemble nous bâtissons la vie” et se mirent d’accord avec une association caritative pour parrainer le marathon. Ils partirent de la rue Khaled ibn Al-Walid et marchèrent la distance entière. 9. Même des filles et des femmes ont parcouru la distance en un seul jour. 10.Et malgré la chaleur dans certains pays comme le Qatar et le Bahreïn, des jeunes hommes et des jeunes filles ont fait la marche.

En voyant des jeunes gens et même des femmes réagir ainsi, je réalise que l’espoir est là et que nous devons réussir. Mais, en même temps, je reproche à ceux qui n’ont pas marché en leurs disant : “ Ne saviez-vous pas que nous avions commencé à travailler sérieusement ? Nous devons faire un effort dix fois plus grand que celui de l’étape passée, un effort extraordinaire. Pourquoi ne l’avez-vous pas fait avec nous ?” Cette histoire de marche est comme l’histoire de Talût et de Goliath à propos desquels Allah dit dans la sourate “Al-Baqara” (La Vache) –ce qui peut être traduit comme : “Talût a dit : “Voici : Allah va vous éprouver par une

rivière : quiconque y boira ne sera plus des miens ; et quiconque n’y goûtera pas sera des miens ; -passe pour celui qui y puisera un coup dans le creux de sa main.” Ils en burent sauf un petit nombre d’entre eux.” (TSC[i], Al-Baqara ‘La Vache’ : 249). C’était un test pour leur sérieux et leur
volonté, les soldats reçurent l’ordre de ne pas boire. Bien qu'ils étaient assoiffés. Lorsqu’ils se trouvèrent devant Goliath ceux qui avaient bu dirent –ce qui peut être traduit comme : “Nous voilà sans force aujourd’hui contre Goliath et ses troupes.” Les autres qui n’avaient pas bu dirent –ce qui peut être traduit comme : “Combien de fois une troupe peu nombreuse a, par la grâce d’Allah vaincu une troupe très nombreuse.” Ces derniers avaient démontré la force de leur volonté devant la soif et c’est ainsi qu’ils purent triompher. Je demande à ceux qui n’ont pas marché de le faire, notre projet n’est pas encore terminé et la marche lui est appropriée. A ceux qui n’ont pas marché et aux autres également, je vais lire ce message extrêmement émouvant, pour montrer à quel point la substance de cette “Umma” et de nos jeunes gens est pure et formidable. C’est une de nos sœurs palestiniennes, appelée Sarah ‘Âdel, qui me l’a envoyé. Le message de Sarah :

" Mon frère Amr Khaled… Assalamu Alaykum Wa Rahmatu Allah Wa Barakatuh… J’aimerai vous faire savoir que j’ai accompli la marche des 42 kilomètres en un jour et demi, et de façon individuelle. J’habite la Palestine et il ne s’y trouve pas une distance de 42 kilomètres à parcourir sans barrières. Même si elle existait, j’aurai eu peur de la faire seule à cause de l'absence de sécurité due à l'occupation que nous vivons. Après avoir vu l’épisode au sujet de la volonté, j’ai décidé de faire la marche. Mais où…? Dans notre corridor de quinze mètres de longueur que j'ai mesuré moi-même. J’en ai fait 2100 parcours en un jour et une nuit, j’inscrivais le nombre sur une feuille. J'effectuais quatre kilomètres par heure mais le premier et les dix derniers furent les plus pénibles. J’étais tellement épuisée que je ne ressentais plus mes pieds. Les louanges et les invocations que j'adressais continuellement à Allah, me poussaient vers l'avant. Cet effort physique m’a fait penser à celui des Compagnons à l'époque du Messager d’Allah (BP sur lui). J'en ressens encore la fatigue, mais la joie de l’avoir accomplie pour Allah me fait oublier la douleur. J’ai, en même temps pendant la marche, mémorisé par cœur les plus beaux noms d’Allah qui étaient inscrits sur un tableau au mur devant moi. J’ai même eu de l’inspiration pour un poème en anglais que je mettrai prochainement sur le site "amrkhaled.net". Enfin, mon frère, je voudrais vous exprimer mon bonheur d’être parvenue ainsi à un état spirituel suprême; je sentais que je planais en haut, j’en pleurais la nuit, je disais tout le temps “Subhân Allah wa bi hamdih” (Louanges à Allah de par Sa grâce). Je vous demande enfin si vous m’acceptez dans l’avion parmi vous ? ” Je n'arriverai pas à commenter et dire combien cette jeune fille est formidable. Mais je lui dis à propos de ces kilomètres que tu n’as pas pu effectuer au dehors, que l'un des buts de notre renaissance est que tu puisses le faire. Nous changerons cet état des choses qui t'en ont empêchée. Je te dis également que tu es la première à monter dans l’avion. Un autre jeune homme nommé Mohammad Ziyad m’a écrit comme Sarah. Il dit : Le message de Mohammed :

“Étant atteint au pied, le médecin m’avait recommandé de me déplacer sur deux béquilles et l'autre jambe.
Depuis plus de deux ans, je ne fais pas plus de cent mètres par jour, mais après l’épisode et grâce à Allah, je marche maintenant une heure et demie. Avec deux béquilles et un seul pied, j’ai parcouru 10 kilomètres et je compte terminer les 42 kilomètres dans deux ou trois jours au plus. Je vous demande de prier pour moi pour que je puisse y parvenir.” Imitez ces exemples, jeunes gens ! Voyez-vous comment la “Umma” de Mohammad (BP sur lui) est toujours en bon état ? Voyez-vous ces merveilleux exemples de jeunes gens de cette “Umma” ? Le Prophète (BP sur lui) a dit : «Le bien demeurera en moi et en ma “Umma” jusqu’au Jour de la Résurrection.» Ce que ces jeunes gens ont accompli est une simple preuve de ce que la volonté peut faire. Procédons maintenant à notre renaissance... avec cette même simplicité. Mais par quoi commencer ? Je me suis trop fatigué à penser à la manière de commencer, je ne me suis d'ailleurs jamais autant fatigué que pour la préparation des épisodes des “Bâtisseurs de la vie”. Nous sommes face à un sujet très important, il s’agit de la renaissance d’une nation. Donc, j’ai pensé, tout d’abord à monter certains projets et venir vous les dicter chaque semaine. Nous aurions par exemple traité le problème du chômage et lui aurions trouvé une solution et ainsi de suite… Mais je me suis repris et me suis dit que c’était une grande erreur parce que cette renaissance ne m’appartient pas à moi seul mais à nous tous. D'ailleurs le slogan du programme est “Ensemble, nous bâtissons la vie”. Ce n'est pas des paroles en l'air car nos projets de la première étape n’ont réussi que parce que nous nous tenions les mains. Donc ce n'est pas à moi seul de décider du sujet de la renaissance, nous sommes tous concernés et, ensemble nous déciderons du sort de notre projet.

Lorsque j’ai pensé à vous guider en vous recommandant de faire telle ou telle chose, je me suis rappelé le Messager d’Allah (BP sur lui) au jour de la bataille de “Badr” quand il disait à ses compagnons : «Conseillezmoi, ô vous les gens.» Est-ce toi, ô Messager d’Allah, qui demandes conseil ?! “Abu Bakr”, “Omar” et “AlMiqdâd ibn ‘Amr” se levèrent pour parler et dirent de choses utiles mais le Prophète leur demanda de s’asseoir, il voulait entendre l’avis des “Ançâr” qui étaient les habitants originaux du pays. “Sa‘d ibn Mu‘âdh” un de ces derniers dit : “C’est comme si tu voulais notre avis à nous, ô Messager d’Allah. Il lui répondit : «Oui.» Sa‘d” dit : Va à l’avant, ô Messager d’Allah, fais la paix avec qui tu veux et la guerre avec qui tu veux. Prends de nos biens ce que tu veux et laisse nous ce que tu veux.” Le Messager se réjouit et son visage s’éclaira. Bien qu’il fût le Prophète et le chef, il voulait entendre l’avis des gens et pensait le respecter. Ainsi lorsque la décision d'entreprendre la bataille leur revenait, ils n'hésitaient pas à risquer leur sang. J’ai donc fini par constater que le projet devait naître parmi nous tous. La renaissance proviendra de nous et nous la ferons aboutir selon nos conceptions. Vous rappelez-vous l’épisode où nous avons parlé de l’imagination et dit que le premier pas vers le succès était un rêve qui devait emplir votre être et votre vie jusqu’à ce qu’il vous soit difficile de voir la différence entre l’imagination et la réalité, parce que du point de vue psychologique il n’y a pas de différence entre les deux ? Si vous arrivez à convaincre votre subconscient d’une idée imaginaire jusqu’à ce qu’elle le domine, il la concevra comme étant réelle et devra la réaliser. Nous avons également conseillé à celui qui cherche à réussir d’imaginer une idée et de la traiter comme réelle. Le Messager (BP sur lui) agissait ainsi avec ses Compagnons. Il leur évoquait si souvent le Paradis qu’ils firent de très grands sacrifices pour y accéder. Ils se transformèrent d’une génération qui gardait les moutons en une génération qui dirigeait les nations. Le projet de la semaine : Notre projet sera d’imaginer nos pays dans vingt ans… C’est ainsi que le rêve commence… Comment imaginez-vous le Caire dans vingt ans ?… Damas… Bagdad… Al-Quds… Al-Duwha… Jeddah… ? Le début de la renaissance doit être un rêve qui emplit nos êtres et envahit nos sentiments… Nous l’écrirons pour le rendre tangible entre nos mains… Le problème de la renaissance est qu’elle existe seulement dans nos paroles et n’est pas une chose concrète que nous pouvons toucher avec les mains. Nous pourrons le faire en mettant nos idées et nos rêves sur papier… Vous nous l’enverrez, nous voulons vos idées à tous, les filles, les garçons, les savants, les hommes d’affaire, les femmes au foyer, les femmes actives, les enfants… Nous sommes actuellement faibles et séparés, manquant de nourriture, incapables de cultiver nos terres et de protéger nos pays… Nous importons notre nourriture et nos médicaments, nous vivons beaucoup de malheurs. Nous savons tous donc où nous en sommes. Et nous sommes sur le point de savoir ce que nous voulons devenir. Rêvons de cet état. Vous les jeunes, imaginez comme vous le voulez, l’état dans lequel vous aimeriez voir la “Umma” après vingt ans. Et surtout, il ne faut pas laisser le doute vous atteindre en se demandant si vos rêves pourront vraiment se concrétiser. Je vais vous donner des exemples pratiques pour vous prouvez que tout succès débute par un rêve : 1 - Le Canal de Suez : Quelqu’un aurait-il pu imaginer que la liaison entre la Mer Rouge et la Mer Méditerranée pouvait être possible ? La distance est de 101 kilomètres, qui aurait pu imaginer cela 150 ans plus tôt… Eh bien un homme en avait rêvé. Il a rêvé de raccourcir le trajet autour de l’Afrique, bien qu’il y eut des problèmes matériels, l’argent était la dernière chose dont il fallait se préoccuper. Le rêve et l’idée importaient le plus. Il a ramené la carte et l’a étudiée au point que le rêve lui emplit son être. Sûrement les gens s’étaient moqués de lui, lorsqu’il leur avait présenté son idée. Creuser un canal de 150 kilomètres n’était pas chose commune il y a 150 ans. L’Égypte vit actuellement des revenus du canal de Suez grâce à un rêve. Israël également creuse un canal de la Mer Rouge à Ghazza pour prendre la place de celui de Suez. Ils rêvent et nous ne le faisons pas. Ils ont présenté les adjudications sous prétexte de mettre fin aux tunnels qui permettent le trafic clandestin des armes. Mais pourquoi donc dans ce cas ils en creusent un de 25 kilomètres de largeur !!! Pour contrecarrer le trafic des armes un mètre leur aurait suffit !

C’est le rêve qui fait mouvoir les personnes et leur donne l’énergie nécessaire à sa concrétisation. 2 - Le haut barrage : Le but du projet du haut barrage était d’économiser l’eau pour multiplier la production par trois. Ce rêve hantait l’esprit des Égyptiens et inspirait leurs chansons folkloriques. Pour le réaliser, ils pensèrent emprunter à la Banque Internationale qui refusa à cause de l’énorme bienfait qui en aurait résulté pour l’Égypte. Il s’ensuivit la nationalisation du canal de Suez et les hostilités à trois (l’Angleterre, la France et Israël) contre l'Égypte en 1956. Mais les Égyptiens ne désespéraient pas parce que le rêve leur appartenait et ils étaient prêts à tous les sacrifices. Tout commence par un rêve qui domine la personne jusqu'à ce qu'il se réalise. 3 - Les deux mosquées saintes (de la Mecque et de Médine) : Il y a 50 ans, elles avaient un aspect complètement différent de l'aspect actuel. Une personne a rêvé de rapprocher les gens d’Allah grâce à l’aménagement des deux endroits et en y rendant leur séjour plus agréable et plus aisé… Comment y est-elle arrivée ? Par le rêve. La différence est énorme entre l’état des mosquées avant et après. 4 - Le quartier du centre de Beyrouth : qui avait été complètement détruit et dévasté pendant la guerre au point que celui qui y possédait un magasin souhaitait le vendre à 1000$ seulement. C'était un quartier mort. Tout le monde cherchait une nouvelle région à développer. Mais une personne rêva de rénover cet endroit et d’en faire un tout à fait neuf. Aujourd’hui, le prix d’un magasin y vaut des millions. 5 - L’enseignement en Chine : Le nombre d'analphabètes dépassait les millions en Chine… Un simple enseignant voulu changer cet état des choses parce qu'il pensait qu'il ne pourrait pas y avoir d'essor dans cette situation. Il rêva de faire disparaître cet analphabétisme en deux mois. Il eut l’idée de faire un essai. Il rassembla les étudiants des écoles et demanda à chacun d’enseigner vingt analphabètes parmi les habitants du village pendant l’été contre l’abolition de leurs frais scolaires… A la fin de l’été, l’analphabétisme avait complètement disparu du village. L’enseignant pensa proposer l’idée au gouvernement et l’expérience fut étendue à travers toute la Chine. L’analphabétisme fut aboli dans les deux mois de d’été. Ils n’étaient pas les premiers à avoir exécuté cette idée. Nous les musulmans sommes une nation qui a reçu l'ordre de lire, ainsi le Messager (BP sur lui) avait demandé à chacun des prisonniers de “Badr” d’acheter sa liberté en enseignant à lire et à écrire à dix Musulmans. La plupart des Musulmans de Médine étaient analphabètes. Par ce moyen, le Prophète supprima l’analphabétisme de 700 des Compagnons en une semaine parmi lesquels “Zaïd ibn Thâbet” qui a plus tard assemblé le Coran. 6 - La coupe mondiale : Cette idée formidable est née chez un avocat français qui avait pensé à rassembler les peuples dans un seul endroit et approfondir leurs relations. Nous sommes cependant les premiers à devoir le faire puisque Allah (que Son nom soit glorifié) nous dit –ce qui peut être traduit comme : “Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre connaissiez.” (TSC, Al-Hudjurât ‘Les Appartements’) Son idée avait un but social mais le sport était le meilleur moyen de la réaliser. Il pensait rassembler les peuples en un événement culturel unitif. Il a poursuivi son idée tout en étant un petit avocat peu riche. Et bien qu’il soit mort son idée dure jusqu’à présent. 7 - Il y avait également un Japonais appelé Toyota : dont le père possédait un petit entrepôt. Il s’en allait tous les jours visiter et regarder pendant des heures une exposition de fameuses machines américaines... Le propriétaire de l’exposition remarqua sa présence et lui demanda son âge. Il répondit : “Vingt deux ans.” Il s’informa également du métier de son père et, à la réponse du jeune homme qu’il était propriétaire d’un petit entrepôt, l’homme lui dit : “Et pourquoi viens-tu si souvent ? Même si tu restes cent ans, tu n’apprendras rien parce que les Japonais n’arriveront jamais à faire des machines pareilles.” Toyota s'irrita énormément et dit : “Comment peux-tu être japonais et penser de cette façon peu ambitieuse ? Je te promets que dans vingt ans je serai propriétaire de la plus grande usine d’automobiles et que j’exposerai mes produits chez toi. Il a effectivement fondé la compagnie “Toyota” dont les ventes, après dix ou quinze

ans, étaient supérieures à celles des trois plus grandes firmes de voitures américaines réunies. Les trois avaient produit neuf millions de voitures en 1990 contre 11 millions pour Toyota seule. Cette réussite avait commencé par un rêve… Le début de la renaissance est un rêve qui occupe l'esprit des gens et domine leurs sentiments au point de les rendre prêts au sacrifice et à la mort pour son but. Même ceux qui se croient négatifs et que rien ne peut les préoccuper à part leurs enfants, chérissent leur rêve plus lorsqu’ils en ont un. Le problème vient de ce que les gens pensent qu’il ne peut y avoir de changement et que l’état actuel est irréversible. Mais, ils réagissent favorablement lorsqu’ils découvrent le contraire. Les États-Unis par exemple ont réalisé un rêve difficile, celui de se poser sur la lune. Imaginez-vous un homme qui rêve d'aller sur la lune ! Que pouvaient dire les gens de lui ? Naturellement “un fou”. Ils ont monté ce rêve à la vue du relâchement des gens après que leur pays fût devenu riche. Ils exposèrent un rêve qui devait raviver l’énergie des gens. Que doivent-ils penser après leur ascension ? 8 - Il y eut un jour un autre rêve qu’aucun cerveau ne pouvait concevoir. Un jour, quarante Compagnons seulement se trouvaient dans la maison de “Al-Arqam ibn Al-Arqam”. Ils s'y cachaient et ils représentaient, dans la petite ville de la Mecque entourée de montagnes, tout l’Islam qui existait sur terre. Un verset qui leur fut révélé disait –ce qui peut être traduit comme : “Et nous ne t’avons envoyé qu’en miséricorde pour l’univers.” (TSC, ‘Al-‘Anbiya’ ‘Les Prophètes’ : 107). Imaginez-vous à cet instant les sentiments des quarante Compagnons, de “‘Ammâr ibn Yâssir”, de “Bilâl” qui étaient torturés dans le désert et entendaient un verset leur disant qu’ils représentaient l’espoir pour l’humanité entière. Ce verset fut révélé à la Mecque, spécialement en ce temps, parce que Allah voulait attirer l’attention des Musulmans vers l’espoir qu’ils recherchaient, pour les inciter au rêve.

Envoyez-nous donc vos rêves, même individuellement. Mais cela sera plus efficace si vous les discutez en groupe entre jeunes dans une mosquée, entre membres de famille ou entre voisins d’immeuble etc… Ecrivons nos rêves. Nous voulons faire éclater toute notre énergie humaine. Nous voulons l’association des innovateurs, des talentueux et des Musulmans qui vivent à l’étranger. Ecrivez-nous tous, Musulmans et Chrétiens. Nous n’accepterons pas de rêves qui ne comprennent pas nos frères chrétiens qui vivent parmi nous… Nous attendrons également les messages des Musulmans qui vivent à l’étranger et ne comptent pas revenir. Envoyez-nous vos rêves pour l’Angleterre, la France, l’Allemagne et les autres pays et comment vous aimeriez les voir dans vingt ans. L’essentiel est de rêver ensemble et de ressortir un seul rêve. Il y a deux conditions pour le rêve : 1. Ne pas rêver de choses inutiles à la renaissance de nos pays comme par exemple de faire des sousmarins volants ou des rues planant dans l’air. 2. Nous ne voulons pas non plus des concepts généraux, comme : Nous voulons rénover l’enseignement… Mettez les détails des rêves avec toutes leurs retouches.

Comment voulez-vous voir les mosquées et quel est le nombre que vous aimeriez y voir ? La partie de la mosquée assignée aux femmes, comment doit-elle être conçue, lui garder sa surface ou l’agrandir ?… Voulez-vous que l’enseignement soit gratuit ou payé et dans ce dernier cas qui doit le payer ? Comment voyez-vous le tourisme ? Ne me dites pas que vous le refusez, parce qu’il est utile et sert à faire connaître nos pays, notre civilisation et notre islam au monde. Si vous n’arrivez pas à écrire, écoutez l’histoire du cheval : Un homme avait un cheval sur lequel il comptait dans son travail bien qu’il fut vieux et que ses jours étaient comptés. Un jour le cheval tomba dans un puits et l’homme essaya de le retirer mais en vain. L’homme commençait à perdre espoir car l’appareillage nécessaire pour sauver ce vieux cheval valait beaucoup plus

cher que lui. Il décida alors, malgré son amour pour le cheval, d’assembler les habitants du village pour combler le puits, y enterrer le cheval vif et lui éviter ainsi plus de souffrances. De toute façon il allait mourir. Effectivement, ils commencèrent à combler le puits tandis que le cheval criait et pleurait. Mais l’homme, qui également commençait à souffrir, demanda à ses voisins de jeter la terre de loin pour ne pas assister à la souffrance du cheval. Peu après, n’entendant plus la voix de ce dernier, l’homme pensa qu’il était mort sous le choc. Il se rapprocha et vit que le cheval rejetait sous ses pieds la terre que les gens lui lançaient sur le dos et se mettait dessus. Il s’élevait ainsi peu à peu et l’espoir grandissait tandis que les gens continuaient à lui lancer de la terre jusqu’à sa sortie. Et nous alors, il y a longtemps que la poussière nous a été jetée dessus et nos pleurs ne servent plus à rien. Arrêtons donc ces pleurs et faisons quelque chose. Il n’est pas possible que la sagesse du cheval soit supérieure à celle de l’être humain devant qui Allah fit prosterner les Anges en honneur à son intellect. Notre épisode d’aujourd’hui est l’axe de la seconde étape. Il nous faut faire quelque chose. Nous sommes tous associés. Les gouvernements ne doivent plus se charger de tout, nous devons également agir. Vous êtes capables de générer des idées formidables. Il faut savoir qu’Allah a dit au Prophète :

“Vous entrerez dans la Mosquée sacrée si Allah veut, en toute sécurité, ayant rasé vos têtes ou
coupé vos cheveux, sans aucune crainte.” (TSC, Al-Fath ‘La Victoire’ : 27). Allah leur a dit cela en un
temps où il était difficile de le croire. Mais Allah le leur a promis et leur a dessiné le rêve en entier avec les détails les plus précis à propos de la coupe des cheveux… Et la promesse d’Allah s’exauça. Un autre exemple avec –ce qui peut être traduit comme : “Lorsque vient le secours d’Allah ainsi que la victoire, et que tu vois les gens entrer en foule dans la religion d’Allah” (TSC, An-Naçr ‘Le Secours’). Le terme “tu vois” le rendait tangible aux Musulmans de ce temps là. Il y en a qui disent que ce sont là les promesses d’Allah à Son Prophète, mais d’où saurons-nous que nos rêves se réaliseront ? Nous avons reçu également des promesses que la renaissance musulmane aura lieu. Quel honneur sera-ce pour nous de la voir se réaliser par nos mains : “Allah a promis à ceux d’entre vous qui ont cru et fait les

bonnes œuvres qu’Il leur donnerait la succession sur terre comme Il l’a donné à ceux qui les ont précédés. Il donnerait force et suprématie à leur religion qu’Il a agréée pour eux. Il leur changerait leur ancienne peur en sécurité. Ils m’adorent et ne m’associent rien…” (TSC, AnNoûr” ‘La Lumière’ : 55.)
Donc, cela n’est pas un rêve mais une réalité. Ainsi, lorsque je vous dis rêvez de l’état de vos pays dans vingt ans, cela est aussi de la réalité. Allah a promis mais c’est à nous de rêver et de bouger. Nous devons être sincères dans notre intention envers Allah, sans viser à détruire une terre ou à nous mettre contre quelqu’un. Notre but sera d’étendre la miséricorde et de mériter la rétribution pour la renaissance : “Et nous ne t’avons envoyé qu’en miséricorde pour l’univers ” Prenez l’exemple de “‘Omar ibn AlDjamûh” qui, bien que boiteux, ne manqua pas de s’associer aux Musulmans et dit au Messager : “Laissemoi participer à la guerre avec vous, je veux toucher le Paradis de mon pied boiteux.” Nous désirons également la participation des hommes d’affaires et des professeurs d’université pour monter un rêve unique. Nous réussirons si Allah le veut et nous sommes pleins d’espoir. Essayez de toutes vos forces et nous attendons vos réponses pour déclarer notre renaissance ensemble. A la semaine prochaine et que la paix et la miséricorde d’Allah vous soient accordées.

[i] TSC : Traduction des Sens du Coran. Cette traduction est celle du sens courant le plus connu jusqu'à présent de la sourate sus mentionnée. Lire la TSC ne remplace nullement sa lecture en arabe, la langue de révélation du saint Coran.