GEJ4 C142 Du premier couple humain 1.

Je dis : « Ami, tu viens de parler de la colère et de la vengeance de Dieu, de sa justice et de Son amour exactement comme un parfait aveugle jugerait de la splendide harmonie des couleurs de l'arc-en-ciel ! 2. N'as-tu donc pas encore saisi que chacun des cinq livres de Moïse, tous les prophètes et tous les écrits de David et de Salomon ne peuvent être compris que selon leur signification spirituelle et intérieure ?! 3. Crois-tu donc sérieusement que Dieu a fait chasser Adam du Paradis par un ange brandissant dans sa main droite une épée flamboyante ? Je te le dis, quand bien même une telle vision serait apparue à Adam, elle n'était que la représentation exacte de ce qui se passait en Adam lui-même, donc nécessaire par là même à l'acte de son éducation et à la fondation de la première religion et de la première Église parmi les hommes de cette terre. 4. Mais il n'y eut jamais nulle part sur terre un Paradis matériel où les poissons seraient arrivés tout cuits dans la bouche de l'homme ! Il devait comme aujourd'hui les attraper et les faire griller, puis les manger avec mesure : mais si l'homme récoltait avec diligence les fruits que la terre portait pour lui et s'en constituait une réserve, alors chacune des contrées de la terre qu'il cultivait devenait un vrai paradis terrestre ! 5. D'ailleurs, que serait-il advenu de l'homme et de sa formation spirituelle s’il avait vécu dans un paradis d'oisifs et de goinfres sans jamais se soucier de rien, si, comme Je l'ai dit, les meilleurs fruits lui étaient tombés dans la bouche, s'il n'avait eu qu'à se coucher sur l'herbe très tendre et à désirer pour que tout fût là à l'instant et qu'il n'eût qu'à ouvrir la bouche pour que les meilleurs morceaux y entrassent tous seuls ?! Avec une telle éducation, quand l'homme eût-il accédé à la nécessaire indépendance de son existence ?! Je te le dis, avec l'idée que tu te fais du Paradis, l'homme ne serait et ne saurait à cette heure encore rien de plus qu'un bœuf mis à engraisser ou qu'un polype qui suce la vase du fond de la mer. 6. Ainsi donc, que représente l'apparition de l'ange portant l'épée de flamme ? Que signifie cette image ? L'homme était nu : car jusqu'ici, nul homme n'est encore venu au monde vêtu. Même si, tout comme cette ânesse qui est ici, il n'avait pas eu d'enfance selon le corps, puisque, selon le corps, il était né exactement comme cette ânesse, et bien qu'il eût une taille de plus de douze pieds, et Eve presque autant, il était cependant encore, dans son expérience primitive de ce qu'était la terre, un enfant à qui il restait à acquérir l'intelligence, essentiellement par l'expérience. 7. Dans la chaleur du printemps, de l'été et de l'automne, il pouvait encore se contenter de sa peau nue : mais l'hiver venu, il commença à souffrir du froid et se demanda dans sa conscience, que Dieu éveillait toujours plus par une influence tant spirituelle que naturelle : "Où suis-je donc ? Que m'est-il arrivé ? Tout était si agréable, et à présent j'ai froid et les vents blessent ma peau !" Il dut évidemment se trouver un gîte abrité des vents et chercher à couvrir son corps avec le feuillage des arbres. Ce travail forcé rendit la pensée plus alerte et lui donna un certain ordre. 8. Mais il commençait à avoir faim ; car les branches des arbres et des arbustes étaient pour la plupart dépouillées. Il partit très loin chercher sa nourriture et trouva des arbres encore chargés : il récolta leurs fruits et les rapporta dans la grotte qui lui offrait une demeure sûre. Il se dit alors, dans sa conscience déjà plus éveillée : "La terre est à présent sous l'effet d'une malédiction, et toi, l'homme, tu ne peux plus trouver ta nourriture qu'à la sueur de ton front !

9. Mais lorsque le premier homme de cette terre eut passé son premier hiver dans sa grotte, sur les hauteurs qui bordent la partie nord-est de la Terre promise, dont fait également partie notre Galilée, il eut le loisir, avec son épouse, de regarder en lui-même et de se sonder plus profondément. Il se découvrit alors le besoin d'une compagnie plus nombreuse. Il lui fut enseigné en rêve ce qu'il avait à faire afin de trouver cette compagnie, et à la suite de cet enseignement, il engendra d'abord Caïn, et bientôt Abel, puis Seth. 10. Cependant, ce fut la femme qui mit en lui la première idée de la conception : car elle reçut la première en songe la vision de la manière dont la conception devait s'effectuer. Nous ne poursuivrons pas sur cette question, mais Je te le dis, Mon ami Stahar, tout se passa très naturellement, et il n'y eu là jamais rien qui fût contre nature. Quant à Moïse, il a vu que tout cela ne pouvait arriver que par la volonté de Yahvé : il a reconnu, grâce à l'Esprit divin, que toute cette progression très naturelle sur le chemin de l'expérience était guidée par Moi, c'est-à-dire par Mon esprit, et c'est pourquoi, par des images appropriées, il a toujours représenté Dieu aux côtés de ce premier couple humain et a également personnifié Mon action en la décrivant par des images très brèves, mais pourtant appropriées, et qui étaient alors, comme il se doit, d'un usage courant, car de telles images ont toujours été nécessaires pour guider les gens et les peuples. 11. En outre, il est bien évident que Dieu et les anges savaient ce qu'ils faisaient et ont pris soin de faire naître le premier couple humain dans l'une des contrées les plus fertiles du monde. 12. Lorsque, par la suite, des événements naturels que Dieu laissa survenir à dessein contraignirent les premiers hommes à quitter leurs premiers vergers pour chercher plus loin sur la terre, la cause n'en fut pas quelque colère divine, mais seulement l'amour de l'homme, afin que ses sens devenus quelque peu paresseux pussent se réveiller et qu'il se mît au travail, élargissant ainsi son expérience. 13. Lorsque Adam, son épouse et ses fils comprirent qu'il y avait à manger presque partout dans le vaste monde, ils entreprirent de grands périples qui leur donnèrent une assez bonne connaissance de l'Asie et de l'Afrique. Leur expérience s'enrichit ainsi encore de toutes sortes de choses. Guidés en secret par l'esprit de Dieu, ils revinrent à leur premier Éden et s'y établirent, et c'est de là qu'est issue la population de toute la terre. 14. Réponds-Moi dans ton cœur : cela ressemble-t-il en quoi que ce soit à de la colère ou à une vengeance de Dieu ! »