You are on page 1of 12

adition - Enra

- Tr

LE PETIT DAUDET
c

ns

inn
Bon se

eme
nt
LIGUE DU SUD
Périodique gratuit - N°84 - liguedusud.fr - décembre 2017

LA LIGUE DU SUD
AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL DE VAUCLUSE

LA LIGUE DU SUD
AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL DE VAUCLUSE

P O U R UNE UNION
DES DROITES !
É
voquer la droite fran- n’a jamais assumé ce qu’elle était, à pas uniquement moral, mais qu’il
çaise est en soi un long savoir ce courant politique défen- est aussi le fruit d’une collusion
programme qui nous dant la promesse de l’universel et d’intérêts entre nos dirigeants
amène obligatoire- l’ancrage dans le particulier. politiques et le monde affamé
ment à repenser aux Admettons que depuis cette pé- de la finance. Nos gouvernants,
multiples divisions riode, la droite française a peu Macron en tête, sont prêts à tout
qui ont conduit à sa perte ou du changé. Et pourtant si cette droite pour se vendre et dans le même
moins à l’éloigner un peu plus du n’a guère évolué, la situation de temps pour vendre la France à nos
pouvoir, laissant gouverner à sa notre pays est quant à elle devenue concurrents directs étrangers, et
place une gauche inconséquente alarmante  :  crise migratoire, isla- particulièrement aux monarchies
et dévastatrice. Dès la Révolu- misation, substitution de popula- du Golfe Persique. D’ailleurs, la
tion française la droite française tion, atteintes portées à la famille caractéristique intrinsèque de ce
assumait sa défaite politique et et au droit des enfants, idéologisa- système politico-financier est qu’il
intellectuelle, pour ensuite lais- tion de l’éducation nationale, des- a toujours quelque chose à vendre,
ser gouverner sans état d’âme un truction de notre outil de défense se moquant bien des notions de
Napoléon Bonaparte et se perdre nationale, soit autant de fléaux souveraineté et de patriotisme.
plus tard dans une interminable qui risquent d’être dévastateurs C’est ce que confirme le journa-
guerre des chefs entre légitimistes pour notre Civilisation. Remar- liste François Reloujac  : «  Depuis
et orléanistes. Finalement depuis quons bien que le délitement de deux décennies, nous n’avons plus
la Révolution, la droite française notre patrimoine commun n’est qu’à la tête de l’Etat comme de l’éco-
dossier union des droites
nomie en France que des liquida-
teurs qui osent encore parler de la
France. Ça s’appelait autrefois des
traîtres. D’autant plus qu’ils se font
payer  !  ». C’est ainsi que chaque
jour qui passe, notre chère et belle
France se voit dépouillée de ses
savoir-faire ancestraux, de ses en-
treprises de pointe ou des brevets
de ses chercheurs, de ses terres
fertiles victimes de la prédation
immobilière à outrance, ou encore
de son patrimoine agricole et vi-
nicole. Comment peut-on raison-
nablement imaginer qu’un pays
survive au vol de ses ressources et
de son patrimoine ? Il en va même
jusqu’à notre dette publique, qui voulons inciter la droite française bonnes volontés, car ce qui nous
est désormais détenue en majorité de conviction à redresser ses cou- unit, la France et son identité, est
par des capitaux étrangers ce qui leurs. C’est pour cette raison que plus fort que ce qui peut nous di-
met en péril, à plus ou moins court nous en appelons une fois pour viser. Et nous pouvons tous agir
terme, nos marges de manœuvre toutes à l’union des droites ! à l’échelle qui est la nôtre comme
et la capacité de la France à assurer en atteste l’expérience des élus de
ses propres décisions budgétaires. De plus nous avons pleinement la Ligue du Sud qui n’ont cessé
conscience que cette union ne de se battre pour mettre en place
Le combat qui s’offre à la droite est pourra se faire autour d’un parti une protection minimale de nos
donc d’une impérieuse nécessité si exclusif, qui fort de son succès, concitoyens contre l’islamisation,
nous ne souhaitons pas assister les s’arrogerait immédiatement le bé- en combattant toute forme de
bras ballants à l’éradication de la néfice de cette entente et reprodui- communautarisme, ou en pré-
France et au triomphe d’une caste rait les mêmes logiques partisanes, servant le pouvoir d’achat de nos
politico-financière déracinée et néfastes à toute idée de concorde. administrés par un allégement des
sans attache. Sachez, dans tous les La grande victoire de la droite ne taux des contributions locales, ou
cas, que La Ligue du Sud ne se ré- peut être le fait des seuls partis, en assurant le quotidien des ci-
sout pas à cette défaite et que plus mais repose sur cette capacité à toyens grâce au renfort des polices
que jamais elle entend être l’aiguil- pouvoir se fédérer autour d’un municipales efficaces et détermi-
lon de cette droite de conviction projet commun  : la France. C’est nées dans leur action.
chère à l’esprit de la France et à pourquoi cette union des droites
son identité nationale comme lo- aura à cœur de respecter les dif- Devant les nouveaux combats po-
litiques que nous devrons néces-
LA LIGUE DU SUD NE SE RÉSOUT PAS À CETTE sairement mener face à la majorité
présidentielle en place, la droite
DÉFAITE DE LA FRANCE, MAIS NOUS AVONS ne peut plus se permettre d’être de
nouveau divisée et partagée, car
PLEINEMENT CONSCIENCE QUE NOUS NE la France n’y survivrait sûrement
POURRONS MENER CE COMBAT SEULS ! pas.

cale. Mais nous avons pleinement férentes sensibilités qui la consti- La Ligue du Sud reste donc à votre
conscience que nous ne pourrons tuent. De même, nous ne croyons entière écoute et espère que vous
mener ce combat seuls  ! Fort de pas à l’arrivée d’un homme provi- saurez répondre amplement à cet
l’expérience de nos nombreux dentiel qui d’un coup de baguette appel d’union et de concorde, car
élus, qu’ils soient conseillers mu- magique rendrait possible cette comme le disait Patrick Buisson,
nicipaux, conseillers départemen- union. Vous l’avez donc compris, «  il est temps de rendre au peuple
taux, maires et même député, nous nous avons besoin de toutes les sa dignité de sujet politique ».
qui êtes-vous

XAVIER FRULEUX
« la Ligue du Sud apparaît comme l’alternative aux
éternels protestataires cantonnés aux rôles de râleurs professionnels »
Comme le disait très justement Jean Bodin, «Il n’est de richesses que d’hommes». La Ligue du Sud se satisfait de trouver
ainsi dans ses rangs des militants aux profils très variés apportant, chacun selon leur expérience et leur charisme propre,
leur pierre à l’édifice de reconstruction politique, intellectuelle et morale dont notre pays a tant besoin. Nous avons sou-
haité leur donner la parole afin de mieux les connaître. C’est à Xavier Fruleux que revient l’honneur d’inaugurer cette
rubrique. Marié et père de cinq enfants, Xavier Fruleux est un militant patriote depuis plus de vingt ans. Il travaille aux
côtés de Marie-Claude Bompard, avec laquelle il est élu conseiller départemental depuis 2015.

Conseiller départemental de Vaucluse pour le canton le sachent : le social en France est toujours destiné aux
de Bollène, pouvez-vous nous préciser le sens de votre mêmes catégories de personnes. Dans le Vaucluse, le
combat au sein de cette assemblée ? RSA a presque doublé en 10 ans, tandis que l’Aide aux
Élus en mars 2015, nous avons tout d’abord contribué à Personnes Âgées n’a cessé de diminuer !
chasser la gauche socialiste qui était aux manettes dans
notre département, en battant un dinosaure vauclusien Depuis la dernière élection présidentielle, nous as-
de ce parti, Jean-Pierre Lambertin. Et l’on peut dire que sistons à une recomposition du paysage politique
l’ambiance n’est plus exactement la même au sein de cette local comme national. Selon vous, quel rôle peut
assemblée puisque le sectarisme de cette gauche idéo- jouer la Ligue du Sud dans ce contexte ?
logue a disparu. Notre combat n’est malheureusement De par son expérience incontestée dans la saine ges-
pas prêt d’être terminé, tant la soumission de la fausse tion des collectivités qui lui ont été confiées par les
droite actuellement en place, à la bienpensance et au électeurs,  comme par la ligne politique restée in-
politiquement correct imposés par la gauche, est impor- changée depuis tant d’années, la Ligue du Sud a fait
tante. Notre mission consiste donc à demeurer vigilants la preuve qu’elle montrait le bon chemin. Enraci-
et à dénoncer la politique de gauche menée par la droite. nement, bon sens, vérité, proximité, service, voi-
là quelques caractéristiques du combat que nous
Pouvez-vous nous donner des exemples de ces dérives menons dans l’honneur et la fidélité à nos valeurs.
et de vos réactions ? Certes nous ne promettons rien que nous ne puis-
A de nombreuses reprises j’ai dénoncé fermement sions tenir, mais nous réalisons ce que nous promet-
la politique menée par le département en matière de tons. Ainsi, à droite, la Ligue du Sud apparaît comme
construction de  logements sociaux dans nos villes et l’alternative aux mouligasses, prisonniers du prêt-à-
nos villages. Le Vaucluse se plaçant tris- penser imposé par la gauche. Gestionnaire modèle,
tement à la sixième place des dépar- la Ligue du Sud  apparaît aussi comme l’alternative
tements les plus pauvres de France, il aux éternels protestataires cantonnés aux rôles de râ-
convient de mettre un terme à l’ap- leurs professionnels.
pel d’air formidable que constitue Mais une chose est sûre, tant que l’union des patriotes
la construction  de nouveaux  HLM sincères ne se réalise pas, tant que les droites parti-
toujours  destinés aux mêmes po- ront divisées au combat, les tenants de l’euro-mon-
pulations venues d’ailleurs  ! dialisme aussi bien socialistes que libéraux, ont de
D’autre part  notre combat beaux jours devant eux ! Et Macron le premier ! Je
contre l’installation de mi- lance donc un double appel  : le premier,  à destina-
grants dans notre dépar- tion de tous les patriotes : Assez de divisions, travail-
tement, mais aussi notre lons ensemble pour que la défense de la France et des
opposition à l’augmenta- Français d’abord puisse un jour être mise en œuvre
tion des impôts, ou encore au plus haut niveau. Le second,  à destination de
la lutte contre le gaspillage toutes les bonnes volontés désireuses de nous aider à
de l’argent public constituent diffuser notre message et notre action dans les villes
les priorités de notre action au et les villages vauclusiens en se présentant, pourquoi
service des Vauclusiens. Car il pas,  aux élections locales  ! Divisés nous subirons,
faut bien que nos compatriotes unis nous gagnerons !
assemblée nationale

MARIE-FRANCE LORHO
UN DÉPUTÉ AU SERVICE
DE LA NATION ET DU VAUCLUSE

I 4 MOIS
l aura fallu peu de temps à Surtout, et c’est bien trop
Marie-France Lorho pour rare pour être souligné,
se familiariser avec son
nouveau mandat de député. 50 INTERVENTIONS Mme Lorho a été le seul dé-
puté à défendre cette France
Depuis son arrivée officielle au
Palais Bourbon en tant que dé-
12 QUESTIONS ÉCRITES qui se rêve érigée de libertés
locales, contrepoids évidem-
puté Ligue du Sud de Vaucluse,
le 22 août 2017, ses statistiques
99 AMENDEMENTS ment utile aux lourdeurs d’un
Etat administratif  : «  contre
sont dignes d’intérêt. A titre de 6 PROPOSITIONS DE LOI la société administrative, il
comparaison, les deux députés faut laisser aux acteurs lo-
LREM de Vaucluse, Jean-Fran- caux des outils permettant
çois Cesarini (1ère circonscrip- mandat qu’elle n’a d’ailleurs pas de garantir leur liberté  ».
tion) et Adrien Morenas, (3è cir- abandonné puisqu’elle est toujours Et le député Ligue du Sud de
conscription), n’ont encore jamais conseillère municipale d’Orange. conclure  : «  espérons donc que
pris la parole en hémicycle et ne Forte de cette expérience, elle a les libertés communales seront
sont les auteurs d’aucun amende- alors critiqué vertement l’abandon respectées  ». Faisant sienne la
ment ni d’aucune proposition de par l’Etat et le ministre en charge pensée d’un Charles Maurras
loi, alors que le député LR sortant de la cohésion des territoires de qui n’hésitait pas à dire que
Jean-Claude Bouchet ne fait guère nos espaces communaux qui se «  l’extraordinaire n’est que la
mieux avec ses seules 10 inter- voient de plus en plus privés de splendeur du normal et du fa-
ventions et ses 0 amendement ou leurs compétences, au profit des milier  », Marie-France Lorho
proposition de loi. Les statistiques communautés de communes ou reste avant tout un député de
font de Marie-France Lorho l’un d’agglomération  : «  penser les in- terrain, attachée au nord-Vau-
des 150 députés les plus actifs de tercommunalités comme un moyen cluse, au localisme et à la
l’Assemblée nationale. de dépouiller de force les communes France, car les deux sont loin
de leurs prérogatives est une erreur d’être séparables.
Bref, vous l’aurez compris Ma- majeure ».
rie-France Lorho est un député
indépendant qui se bat pour la
Nation mais n’en oublie pas pour
autant sa circonscription. A ce
titre, dernièrement notre député
a fait une remarquable interven-
tion en commission des lois pour
dénoncer les dérives ineptes de
la loi Notre, portée en son temps
par Emmanuel Macron lorsqu’il
était encore ministre. Mme Lorho
a rappelé avec force son attache-
ment viscéral au mandat local  :
«  Comme beaucoup d’entre vous,
j’ai d’abord été une élue locale  »,
opinion

PAS DE DROIT AU RETOUR
POUR LES DJIHADISTES !
échec », comme l’a affirmé récemment un
avocat au barreau de Paris, donc que c’est
la France qui aurait le devoir de les juger.
Pourtant à y regarder de plus près, il faut
se rappeler que ces dix dernières années,
la France a investi 43 milliards d’euros
dans les quartiers dits difficiles. 85% des
habitants ont bénéficié d’une ouverture
vers l’emploi. 12 millions d’heures d’in-
sertion ont été fournies, et 150.000 em-
plois ont été proposés aux habitants de
ces quartiers. Alors comment peut-on
légitimement accuser la France d’avoir
produit ces monstres  puisqu’elle leur a
tout offert : sa nationalité, son Histoire,
son école, ses joies et ses rêves  ? D’ail-
leurs comment ne pas être littéralement
choqué par le récent comportement

D
d’Emmanuel Macron le 13 novembre
epuis maintenant plusieurs Merah, où le frère du terroriste n’a éco- dernier, se rendant le matin même aux
semaines, nos très chers pé que de vingt ans de prison, avec une commémorations en hommage aux
journalistes ergotent sur la très vraisemblable libération sous huit victimes du terrorisme islamiste, pour
nécessité ou non de rapatrier ans pour bonne conduite, l’idée d’un l’après-midi inaugurer un nouveau pro-
les Français de Daech, devant la recu- jugement de ces Français de Daech pa- gramme d’aide aux banlieues, véritable
lée significative des djihadistes en Iraq rait bien suicidaire. Autre temps, autre terreau de l’islamisme.
comme en Syrie. Ces Français de Daech mœurs, me direz-vous. En 1962, les
ne sont ni plus ni moins que ces hommes partisans de l’Algérie française n’ont pas Pour les partisans du rapatriement, ce
et femmes qui ont volontaire- serait aussi la condition sine
ment quitté père et mère pour
rejoindre la Syrie et les rangs
« EN 1962, LES PARTISANS DE qua non pour assurer un pro-
cès digne, comme le voudrait
de l’Etat islamiste, afin d’ache- L’ALGÉRIE FRANÇAISE N’ONT la pseudo tradition du pays des
ver leur endoctrinement ou leur Droits de l’Homme. Parce qu’il
formation militaire. Ce sont PAS EU DROIT À TANT D’ÉGARDS. » est normal aux yeux des mora-
ceux-là même qui se sont réjouis lisateurs de tout poil d’assurer la
des nombreux attentats perpétrés sur le eu droit à tant d’égards. D’ailleurs, cette dignité de ceux qui n’en ont jamais eu en-
sol français et qui souhaitaient mettre guerre d’Algérie n’est pas totalement vers leurs victimes et la France.
la France à genoux. En un seul mot, ce achevée puisque comme l’affirme Régis
sont des traîtres. Leur chef d’inculpa- Guillem : « elle se poursuit d’une manière Vous l’aurez donc compris, la question
tion : intelligence avec l’ennemi. Faut-il beaucoup plus intense car les descendants du rapatriement de ces djihadistes ne
alors les rapatrier ? La réponse est dans des barbares d’hier ont décidé d’éliminer doit pas se poser. D’ailleurs il est impos-
la question : NON. purement et simplement ce que l’on ap- sible de les considérer encore comme
pelle l’Occident  ». Désormais, les djiha- des Français. Comment croire naïve-
Pourtant la petite caste parisienne de la distes se voient offrir l’hospitalité fran- ment qu’ils pourraient être assimilés
chancellerie réfléchit bien aux moyens çaise et l’indulgence de la justice lorsque à la Nation  ? S’ils devaient de nouveau
juridiques appropriés pour anticiper les patriotes de 1962 qui défendaient fouler le sol français, un seul jugement
leur retour sur le sol français, afin qu’ils le drapeau français n’avaient le choix pourrait s’appliquer  : la loi du Talion.
puissent échapper à leurs bourreaux qu’entre le poteau d’exécution ou l’exil. Malheureusement, sur les 700 terroristes
kurdes et iraquiens. L’argument princi- d’origine française présents en Iraq et en
pal qui est répété à tout va  : ce serait à Pourquoi la France devrait-elle juger Syrie, 35% sont déjà de retour au pays,
la France de les juger ! Et oui, la justice ces djihadistes  ? Les arguments avan- dont 45% n’ont pas à ce jour été inquiétés
les considère encore comme des Fran- cés par la chancellerie consistent à dire par la justice. Autant dire qu’ils sont en
çais à part entière, comme si de rien que c’est la France qui aurait enfanté de liberté pour le plus grand danger de nos
n’était. Lorsque l’on voit le dernier procès ces monstres, et qu’ils seraient «  notre concitoyens.
chroniques de l’islamo-gauchisme

DJIHADISTES : LES ÉLUS COMMUNISTES
HOSTILES AU CONTRÔLE DU RSA !

I
l y a quelques semaines, Sonia En effet, lors d’un vote sur la conven-
Nour, collaboratrice d’élus à la tion liant la Caisse d’Allocation
Courneuve, défrayait la chro- Familiale avec le Conseil départe-
nique en assimilant à un « mar- mental de Vaucluse, Yann Bompard
tyr  » le terroriste qui a assassiné a rappelé une fois encore, qu’il fal-
deux jeunes filles à la gare Saint lait supprimer les aides sociales aux
Charles de Marseille. Mise à pied bénéficiaires partis faire le djihad
par le maire de la commune, elle a au Proche-Orient, et parfois égale-
été réintégrée dans ses fonctions par ment, en France. Il s’est ainsi appuyé
référé du tribunal administratif de sur un article du « Figaro » en date
Montreuil. Le motif est que le maire du 25 octobre 2017 dans lequel le
n’avait pas respecté la procédure journal estimait notamment que importante, elle n’est malheureuse-
disciplinaire. Même si ce jugement 20% des djihadistes français sur le ment pas de la compétence du dé-
peut légitimement scandaliser, il sol Syrien percevaient encore leurs partement… à l’inverse du contrôle
ne juge pas, sur le fond, des propos aides sociales et que le montant, a à la fraude aux aides sociales.
scandaleux tenu par cette collabora- minima¸ de ce détournement s’éle-
trice. (voir ci-contre) vait à 2 millions d’euros entre 2012 Et enfin, dans la «  droite  » ligne de
Cependant, à Orange, la conseillère et 2017… Ainsi, on peut légitime- Fabienne Haloui, André Castelli, élu
municipale d’opposition Fabienne ment se demander si, par absence communiste et ancien vice-président
Haloui, s’est fendue sur les réseaux d’un contrôle drastique de ces aides, du Conseil départemental (tout de
sociaux d’un très sincère message de ces montants ont servi à financer les même), s’éleva contre cette dénon-
soutien… non pas à la famille des attentats de Charlie Hebdo, de Nice, ciation du « djihadisme », explicitant
victimes, mais à Sonia Nour. Cette de Paris, de Marseille ou d’ailleurs. qu’il était scandaleux que l’on assi-
position pourrait nous surprendre milât les politiques publiques de so-
si nous n’étions déjà pas au cou- Sur un sujet aussi grave et qui de- lidarité à du soutien au terrorisme…
rant que, depuis bien longtemps, vrait réunir l’accord de tous les cou-
les communistes français ont trou- rants politiques, l’unanimité ne fut Dans un pays ensanglanté par le
vé dans les jeunesses islamisés leur pas de mise. L’élue socialiste d’Avi- terrorisme islamiste, demander un
nouvelle ou dernière « armée de ré- gnon Darrida Belaïdi s’éleva d’abord contrôle des prestations sociales
serve » pour paraphraser Lénine… contre des propos jugés extrémistes. versées aux candidats au djihad, fait
On aurait pu penser que la prise Sylvie Fare, élue écologiste rappela établi, est quelque chose de scan-
de position de Fabienne Haloui est qu’il fallait d’abord s’inquiéter des daleux d’après les élus de gauche…
isolée chez les cadres communistes détournements des grands patrons. On en reste coi. Mais on comprend
vauclusiens… Il n’en est rien. Si cette question est effectivement également pourquoi de moins en
moins en de Vauclusiens votent
pour eux. On pourrait également
se questionner sur les causes de ces
réactions pavloviennes… Fort heu-
reusement, ce n’est pas notre métier.

Nous devons seulement nous rap-
peler que la gauche, dans son com-
plet spectre comme dans son his-
toire, est – par sa lâcheté ou par sa
volonté- l’agent le plus zélé de la
destruction de la France et de son
peuple.
chroniques de l’islamo-gauchisme
Communiqué de Jacques Bompard du 9 novembre 2017
« FABIENNE HALOUI NOUS FAIT DE LA PEINE »
Q
uelle mouche a bien pu piquer Fabienne Haloui,
notre si sympathique conseillère municipale com-
muniste, pour prendre publiquement fait et cause
pour Sonia Nour ?
Il est vrai que l’idéologie communiste dont nous commémo-
rons le triste centenaire de la prise de pouvoir en Russie n’est
pas la meilleure formation pour appréhender la valeur de la
vie humaine. Le terrorisme islamiste rivalise encore de loin
avec le sanguinaire bilan des communistes qui avoisine les
100 millions de morts. Révélatrice d’une gauche débousso-
lée qui n’y retrouve plus son marxisme au milieu des conflits
religieux, ethniques et sociaux, Fabienne Haloui nous fait
de la peine. Militante sans doute sincère et naïve de la cause
universaliste, la voilà complice de propos communautaristes,
insultants et vulgaires. Comment les légitime-t-elle car Sonia
Nour se justifie, mal, mais ne s’excuse pas  ? Il semble que
Fabienne Haloui soit l’un des nombreux souffles qui sonnent
l’hallali de la vieille extrême-gauche qui finira soit dans la
collaboration comme en 1940, soit dans le long cortège de
l’Histoire des « idiots utiles », selon le mot de Lénine. Heu-
reusement quelques communistes orangeois, que nous avons
toujours plaisir à croiser car ils sont fidèles à leurs engage-
ments de jeunesse mais restent de bon sens, ne sont pas tom-
bés dans le piège du négationnisme de la réalité.

QUAND SAINT PLENEL FAIT DU RAMADAN
E
dwy Plenel, saint patron autoproclamé des journa- dans les faits ennemis de la France historique. Au fond, ce
listes de l’investigation orientée, est au centre d’une qui motive « l’islamo-gauchisme » d’Edwy Plenel et d’une
bagarre médiatique des gauches françaises. A la frange de l’extrême-gauche, ce n’est pas une réelle amitié
suite de la révélation des agressions sexuelles pré- pour les musulmans, ni même une compassion suscitée par
sumées du prêcheur islamiste Tariq Ramadan, le patron de une injustice sociale qui n’existe pas. Ce qui dresse Edwy
Mediapart peine à faire oublier sa complaisance coupable Plenel dans son éternel discours de procureur de la France
vis-à-vis des communautaristes musulmans pour lesquels et de l’Etat, de ce qui la fonde et de son histoire, c’est la
il a pris fait et cause. Pris à partie par Charlie Hebdo au haine froide et objective de celui qui s’est juré la perte irré-
mois de novembre, le journaliste militant a peu apprécié médiable de la culture dont il est lui-même issu. Poussant
d’être soumis à l’exercice de la caricature. Lui qui n’a jamais la haine de soi et du pays jusqu’à son absurde, Edwy Plenel
hésité à livrer en pâture ses ennemis fera toujours cause commune non avec
politiques à l’aide de révélations direc- des amis idéologiques apparents mais
tement retranscrites à partir des fiches avec tous ceux qui incarnent de fait
de police, joue les outrés en prétextant l’anti-France. Quand Saint Edwy fait du
que Charlie Hebdo participe à une Ramadan, il a l’impression de réparer
campagne résumée par une obsession : la plus grande des injustices en portant
«  la guerre aux musulmans, la diabo- sur le pavois les supposées victimes de
lisation de tout ce qui concerne l’islam la domination française. Le cas pour-
et les musulmans.  » Pour lui, il existe rait devenir psychiatrique si ce maso-
une gauche laïciste et xénophobe in- chisme ne se contrebalançait pas d’un
carnée par Manuel Valls qui s’en prend profond narcissisme nourri notam-
injustement aux musulmans, ces der- ment par la considération des foules
niers étant vus comme les «  damnés mahométanes. Bref, Edwy Plenel est
de la terre  » contemporains. N’ayant le grand apôtre de l’islamo-gauchisme
rien renié des méthodes de subversion qui s’achète une bonne conscience au
trotskystes de sa jeunesse, Edwy Plenel compte de l’avenir même du pays. C’est
fait alliance objective avec tous ceux un traître honteux, mais il reste un
qui se déclarent dans le discours ou traître, donc un ennemi.
comme disait Pépin…

ASTUCE : POUR LA PROVENCE, LA LUTTE CONTRE
L’INSÉCURITÉ PASSE PAR LA DÉPÉNALISATION DU VOL
Dans le quotidien La Provence, un article du mois d’octobre s’inquiète de la hausse de la délinquance des mineurs non accom-
pagnés. Une augmentation très importante ces derniers mois des vols, des actes de recel et des trafics relatifs aux stupéfiants
inquiète les services de la préfecture de police de Marseille. Ce papier met donc en lumière un phénomène inquiétant qui
mobilise les policiers de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ). Seulement le journaliste ne veut pas véritablement s’en
prendre à la délinquance, ni même savoir d’où elle provient, et ce qui explique la présence massive de ces fameux mineurs non
accompagnés qui, comme le révèle l’article, ne sont souvent pas mineurs…
Au contraire, dès le titre : « Voler, un impératif pour pallier le manque de prise en charge ? », l’auteur s’emploie à inverser les
rôles élémentaires de la vie en société pour justifier les actes délictuels, et peut-être un jour criminels. Pour lui, s’il y a des vols
et des agressions, ils sont dus au manque de place et de lits dans les centres d’hébergement pour mineurs. Nulle part, il n’est
question que les auteurs répondent de leurs actes. Seuls la société et l’Etat sont mis en cause dans cet article très orienté qui ne
sert encore qu’à justifier l’intolérable.
La délinquance n’est qu’une conséquence de la carence des services sociaux pour notre Rousseau de La Canebière. Si Valjean
partait au bagne il y a 150 ans pour le vol d’un pain, il serait bon de raison garder et de ne pas tomber dans les excès démago-
giques d’un gauchisme au rabais, prêt à justifier toutes les insécurités tant qu’elle ne le concerne pas.

EMMANUEL MACRON EN MARCHE… ARRIÈRE
Il est vrai que l’histoire ne manque pas de sel. Lorsque Emmanuel Macron était en-
core ministre sous l’ère Hollande, il avait promu avec fracas la loi Notre qui achevait
de donner le coup de grâce aux communes. Ces dernières se voyaient en effet pri-
vées d’un certain nombre de compétences qui étaient alors confiées manu militari,
sans aucune concertation avec les maires, aux communautés de communes. La loi
Notre ne faisait que confirmer l’institutionnalisation officielle d’un nouvel échelon
du millefeuille territorial à travers l’intercommunalité. Or, au lendemain du Congrès
des Maires de France où l’accueil du président Macron a été loin d’être chaleureux, ce
dernier a annoncé qu’il ne verrait pas d’un mauvais œil de revenir sur la loi dont il fut
pourtant l’auteur. Faute avouée, à moitié pardonnée ! En effet, le transfert des com-
pétences eau et assainissement des communes vers les intercos pourrait être retardé
à 2026, si toutefois 25% des communes représentant 20% des habitants le désiraient.
Emmanuel Macron ou l’art d’être En Marche … arrière. Mais lorsque cela s’exerce
dans le sens du bien commun et de la démocratie communale, ce n’est que moindre
mal. A noter que l’inconnu ministre de la Cohésion des territoires, M. Jacques Mé-
zard, aurait affirmé à demi-mots à des élus locaux réunis à Valence, que si E. Macron
ne renonçait pas au transfert de la compétence eau vers les intercos, il quitterait le
gouvernement lors du prochain remaniement ministériel. Rien que ça ! Sauf que le
remaniement a eu lieu et qu’il est toujours là. A t-il eu gain de cause ou sa promesse
n’a-t-elle engagé que ceux qui l’ont reçue ? La suite d’ici 2020 ou 2026.

RAVE PARTIS À COLOMBEY
Si chaque mois de mai sur la croisette à Cannes il est possible de retrouver toutes les stars de cinéma, il faut attendre le 9
novembre à Colombey-les-deux-Eglises pour avoir le pendant politique. Et le dernier défilé politique à Colombey a été parti-
culièrement réussi cette année puisque tous les partis y étaient représentés, du P.S. au F.N. en passant bien sûr par L.R.E.M. Si
Anne Hidalgo a tenté une récupération socialiste de la figure gaulliste, elle a en revanche eu plus de mal à apparaître comme la
nouvelle incarnation charismatique sauveuse de la France, ayant déjà beaucoup de mal à se faire accepter des Parisiens. Quant
aux Républicains, ils ont été très forts car ils ont su exposer à Colombey tout leur éventail d’opportunisme et d’insincérité, de
Maël de Calan à Laurent Wauquiez en passant par Florence Portelli ou Hervé Gaymard qui a d’ailleurs refusé de justifier sa pré-
sence comme si lui-même ne savait pas réellement pourquoi il était là. Quant aux frontistes, Colombey avait pour eux toute la
saveur d’un congrès socialiste (depuis le temps qu’on vous dit que le F.N. est à gauche) puisque les pro-Philippot accompagnés
de leur chef de file ont trouvé maille à partir avec les frontistes pro-gaullistes tendance Marine. Bref le F.N. révélait son appar-
tenance au système. Quant à Macron, il avait réussi à convaincre son ministre, Geneviève Darrieusecq, de faire le déplacement,
pour montrer que L.R.E.M. était plus gaulliste que tous les autres. Reste à savoir s’il y aura autant de personnalités le 11 mars
prochain sur la tombe du Lieutenant-Colonel Bastien-Thiry !
Police & justice
VIOL : À 13 ANS C’EST LÉGAL !
L
e 8 novembre dernier, la Mais là où le bât blesse, c’est que enfant est pourtant encore soumis
cour d’assises de Meaux, jamais dans le Code pénal n’appa- à l’autorité parentale et n’est pas en-
en Seine-et-Marne, acquit- raît une disposition permettant de core considéré en droit comme un
tait un homme de 30 ans, distinguer la définition du viol en citoyen.
pourtant accusé de viol sur une raison de l’âge de la victime. Cela
fillette de 11 ans. En effet, aucun signifie donc que si aucun des Comment ne pas voir dans ces pro-
des quatre critères définissant positions provoquantes, un
le viol, à savoir la violence, la EN FRANCE abandon manifeste de toute
contrainte, les menaces ou la
surprise n’a été retenu. Conclu-
260 VIOLS / JOUR morale et le triomphe en
apothéose des idéaux liber-
sion : à 11 ans, le rapport sexuel 9 PERSONNES VIOLÉES / HEURE taires hérités de mai 1968  ?
serait consenti. Bien évidem- Mai 1968 n’était en effet que
ment, qui ne serait pas scanda- 30 PLAINTES l’exaltation d’une jouissance
lisé par cette décision de justice VICTIMES : 60 % DE MINEURS matérielle ou sexuelle im-
? Comment peut-on légalement médiate, inscrivant qui plus
tolérer qu’une enfant, qui plus est quatre critères évoqués plus haut est son tréfonds politique dans une
de 11 ans, puisse accepter libre- n’est retenu, l’âge de la victime n’au- radicalité revendicative et dévas-
ment un rapport sexuel alors que la ra alors aucune importance, et la tatrice. Et à vouloir détruire la so-
majorité dans notre pays n’est qu’à relation sexuelle sera jugée comme ciété, on démolit ce qui la fonde, et
18 ans  ? Comment la justice a-t- consentie. avec elle la morale et tout esprit de
elle pu être naïve à ce point pour justice. C’est pour cela que visible-
ne pas voir le viol qui se cachait Afin de calmer l’incendie, Mme ment l’âge de 13 ans pour définir
derrière cet acte  ? La justice vient Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat la limite légale d’un consentement
donc d’envoyer un signal fort à à l’Egalité entre les femmes et les sexuel ne choque ni la chancellerie
l’ensemble des prédateurs sexuels : hommes, a répondu qu’elle réflé- ni la sphère politicienne, tellement
vous ne risquez rien ! chissait à un projet de loi contre les détachées du sort de nos conci-
violences sexuelles et sexistes, mais toyens qu’elles ne perçoivent même
Pourtant depuis 1994, le viol est que pour autant il ne lui pas la banalité du mal qu’elles pro-
condamné de 15 ans de réclusion appartenait pas de com- meuvent.
criminelle, ou de 20 ans lorsqu’il menter les décisions de
y a circonstance aggravante, par justice. Drôle de ministre Et puis n’est-il pas possible de dé-
exemple si la qui ne cesse de donner celer dans cet aliénation de nos re-
victime a des leçons de féminisme pères politiques, juridiques et mo-
m oi ns patenté à tout le monde raux, l’influence implicite de l’islam
de 15 mais ne souhaite pas ré- puisque le Coran rappelle qu’il est
ans. agir lorsqu’une fillette de possible d’épouser une fillette de six
11 ans subit un viol nié ans, comme le fit Mahomet ?
par la justice. Ce-
rise sur le gâteau, Hannah Arendt disait  : «  S’il ne
il se pourrait que cesse de penser, tout être humain
cette loi définisse peut agir en barbare  ». C’est bien
le consentement le risque qui menace nos magis-
sexuel d’un en- trats et nos législateurs. Il est donc
fant à partir de grand temps de rétablir la défense
l’âge de 13 ans. du bien commun, du bon sens et
Rendez-vous de la justice en France. Sinon, nous
compte  : 13 serons condamnés, à terme, à un
ans  ! Âge délitement civilisationnel et moral
où tout de notre patrimoine commun.
lectures

PLONGÉE EN EAUX TROUBLES
DANS LE MONDE DE LA PROPAGANDE
dominante, donneuse de leçons le histoire qui prend comme point
matin et mercenaire l’après-midi. central le licenciement de notre
pauvre journaliste, un acte défini
Etrillant les grands financiers qui comme « un Jugement dernier pro-
se sont emparés de la presse fran- fane », rien de moins... Si le lecteur
çaise et se sont achetés au rabais parvient à faire abstraction du côté
les grandes consciences huma- larmoyant de notre chère narra-
nistes de la bien-pensance, Aude trice, qui a tout de même obtenu
Lancelin dresse un portrait savou- le Prix Renaudot 2016 en guise de
reux de la propagande officielle, consolation, le pamphlet demeure
entre rancœur personnelle et té- un excellent document pour
moignage lucide sur « la servitude mettre à jour le caractère corrom-
des médias  ». Dans un chapitre pu et délétère de la presse française.
titré «  La domesticité publique  », Les portraits au vitriol de Matthieu
l’auteur n’hésite pas à dénoncer Pigasse, «  l’arlequin de l’ogre  », de

E
la corporation à laquelle elle ap- Jean Daniel, rebaptisé « le Narcisse
lle aurait pu s’appeler Va- partient. «  On ment beaucoup sur de Blida », de Bernard-Henri Lévy,
lérie Trierweiler et écrire le métier de journaliste, écrit-elle. appelé « Bernard » par les intimes,
dans Paris Match. Elle s’ap- L’un des plus honnis, et en même et des « amis du journal » en géné-
pelle Aude Lancelin et a temps des plus enviés qui soient. ral, constituent des pages ludiques
dirigé les pages Idées de L’Obs et Toute une nuée de ressentiments et instructives. Aude Lancelin ar-
Marianne. Elle aurait pu être la l’accompagne, pointant la servilité rache le rideau des unes et braque
compagne malheureuse d’un pré- inhérente à ceux qui l’exercent, leur le projecteur sur le buffet des cou-
sident de la République de gauche. collusion odieuse avec les pouvoirs, lisses  : «  La proximité entre tous
Elle est devenue celle de Frédéric leur façon de chasser en meute, leur ces personnages, lorsqu’elle vous
Lordon, l’idéologue de Nuit de- inconsistance aussi. La réalité est était révélée, donnait le sentiment
bout. Cependant Valérie Trierwei- pire encore. Rien n’oblige au fond le puissant que la presse, sous son ap-
ler et Aude Lancelin ont le point journaliste à devancer les opinions parence de diversité, n’était qu’une
commun d’avoir écrit les deux grégaires, à mordre là où il faut, même nappe phréatique de certi-
pamphlets marquants du quin- à anticiper les attentes supposées tudes communes, d’intérêts puis-
quennat Hollande, et les deux ont des maîtres d’une rédaction, ni de samment liés, de visions en réalité
le style du règlement de compte ceux qui les manœuvrent, plus haut semblables, qui prenaient le soin
qui suit le chagrin d’amour. encore. Et pourtant la plupart le de se partager en différents fleuves
font. Comme un seul homme, sans dans les kiosques, seulement pour
Sur fond d’affaire Gayet et de scoo- qu’aucun ordre n’ait à être formelle- les besoins du commerce, et l’amu-
ter, Valérie Trierweiler a révélé ment donné. » C’est donc cette at- sement de la galerie. La réalité du
au monde entier l’être méprisant mosphère épouvantable des rédac- milieu entier tenait dans cette pro-
et cynique qui se cachait sous un tions parisiennes où prospèrent miscuité-là. Celui qui s’en étonnait
physique de fonctionnaire ron- les « propagandistes du néant », et était sur la mauvaise pente, celui
douillard, notamment avec la la comédie sociale qu’ils jouent, qui la refusait, déjà une sorte d’en-
fameuse expression des «  sans- qu’Aude Lancelin s’amuse à racon- nemi.  » La presse, organe de pro-
dents  ». Virée de L’Obs pour dis- ter par le menu. pagande et ennemie de la pensée ?
sidence gauchiste vis-à-vis d’un Première nouvelle, pourrait-on se
pouvoir étiqueté socialiste, Aude Xavier Niel, vu comme « l’ogre des moquer. Au-delà de ce constat en
Lancelin narre la lâcheté et la col- télécoms  », est sans aucun doute forme d’évidence, le livre met en
lusion avec le pouvoir de la presse le grand méchant de toute cette scène la véritable guérilla urbaine
ligu
e du
sud
qui prend pour décor les ruines de
la gauche : le camp néo-conserva-
teur, atlantiste et libéral, affronte
LA VIE DE LA LIGUE
le camp islamo-gauchiste, col- Notre mouvement à la suite de l’as-

DÉFENDRE
lectiviste et anti-sioniste comme semblée générale du 6 novembre se
au bon vieux temps de la guerre réorganise et souhaite donner une
nouvelle impulsion à ses actions.

LES GENS D’ICI
froide.
Une grande campagne d’adhésion et
de publicité verra le jour dès le début
Le monde libre est ni plus ni moins de l’année 2018. Des dîners-débats,
le procès de la presse de gauche des conférences, des galettes des rois
dressé par l’une de ses enfants seront organisées pour permettre
chéries, entrée en rébellion parce aux militants et sympathisants du
département de se rencontrer, de
que déchue. Agrégée de philoso- partager et d’agir sur le terrain.
phie, enseignante puis journaliste, Véritable bulletin de liaison et de
Aude Lancelin dit venir d’une motivation, Le Petit Daudet s’as-
famille vendéenne catholique et treint d’ores et déjà à devenir une re-
contre-révolutionnaire « par at- vue plus régulière et plus complète,
ouverte sur la vie militante et l’en-
tache autant que par snobisme  ». couragement des bonnes initiatives.
Intime de Pierre Manent qui lui Christophe Lombard, membre du
fait découvrir les textes de Carl bureau en charge du développement
Schmitt et de Leo Strauss, amie de des sections locales et des adhésions
Philippe Muray dont la nécrologie nous parle des actions à venir.

JACQUES BOMPARD
en 2006 faillit lui coûter sa place,
LPD : Vous venez de prendre des responsabilités au sein de la Ligue du Sud. Quel
Aude Lancelin professe une sensi- est votre état d’esprit à l’orée de cette nouvelle aventure ?
bilité qui la pousse vers « les grands CL : L’objectif de notre mouvement est de se développer et de profiter de ces pé-
chrétiens rouges ou paradoxaux, riodes dégagées de l’impératif électoral pour se restructurer et établir de nouvelles
comme Pier Paolo Pasolini et Gil- bases de départ. Lorsque je parle de nouveautés, je tiens à rassurer tout le monde
bert Keith Chesterton  ». Elle rap- en précisant qu’il ne s’agit pas d’un quelconque aggiornamento idéologique, mais
porte que sa « blondeur nordique » bien plutôt d’organisation. Nous sommes conscients que la Ligue doit vivre et
rayonner de Bollène à Cavaillon, et nous voulons nous en donner les moyens.
et ses «  amitiés jugées suspectes  »
la voient soupçonnée de déviation LPD : Vous avez le sentiment que la Ligue doit agir en-dehors de ses places fortes ?
droitière à ses débuts. Finalement, CL : Les villes d’Orange et de Bollène grâce à Jacques Bompard, à Marie-Claude
c’est vers Karl Marx, Pierre Bour- Bompard, et à leurs élus, sont de magnifiques figures de proue qui tirent le mou-
dieu et Alain Badiou que sa plume vement vers sa finalité : mettre en œuvre une politique locale de bon sens. La pré-
penchera, même si la politique sence de quatre élus au département de Vaucluse, et d’un député au Palais Bour-
de la table rase l’effraie et que son bon, achèvent de démontrer que la Ligue du Sud rencontre de manière régulière
et à tous les échelons l’adhésion des électeurs vauclusiens. Au-delà, il nous faut
christianisme l’a enracinée dans
travailler à constituer des socles solides et motivés dans les villes et villages à l’en-
un « pessimisme anthropologique » tour de ces bastions. Nous ne sommes pas dans l’esprit de la redoute, mais de la
indéfectible. conquête. C’est pourquoi nous lançons une campagne d’adhésion avec le slogan
traditionnel de la Ligue du Sud : « Défendre les gens d’ici ». Du nouveau matériel
Le monde libre, titre tiré du nom de propagande sera bientôt disponible pour le premier trimestre 2018.
du consortium d’actionnaires for-
mé par le triumvirat Bergé-Pi- LPD : En quelque sorte, vous voudriez muter le mouvement en parti ?
CL : Non, nous ne sommes pas et nous ne voulons pas être une superstructure
gasse-Niel, c’est un peu Les dé-
déracinée et totalitaire. Nous n’en avons ni la volonté ni les moyens. Le bon sens
combres version gauche caviar, le nous commande de nous reposer avant tout sur nous-mêmes et notre propre va-
style en moins, l’actualité en plus. leur militante. Je ne suis pas là pour donner des ordres, mais pour aider les sec-
A lire dans le train en emmenant tions locales à s’articuler de manière harmonieuse afin qu’elles disposent des outils
les enfants chez mamie pour les pour se battre là où elles sont implantées. Le but est aussi de favoriser l’échange
fêtes de Noël. d’informations et la formation entre les différents militants et élus de la Ligue. En
somme, nous appliquons le fameux principe de subsidiarité. L’échelon supérieur
n’intervient que pour pallier un manque ponctuel, mais l’action part de la base.
Le monde libre
Ainsi, nous organisons en février un dîner-débat à Cavaillon, et j’invite chaque
de Aude Lancelin section ou groupe de militants à créer ce type d’initiative là où ils se trouvent. Pour
Editions J’ai Lu (2017) le reste, je reste à la disposition des bonnes volontés.
6,70 euros christophe.lombard@orange.fr
EN AVANT, CALME ET DE DROITE !
S
i je me permets de modifier légèrement la doc- des Jacobins et n’ont jamais su sortir de cette fascination
trine du Cadre noir, c’est parce qu’elle résume par- morbide pour les idées de l’adversaire. Honteuse de ses ori-
faitement la ligne d’action qui a toujours mené mon gines et d’elle-même, la droite est à la fois multiple dans sa
engagement politique. Vous me pardonnerez, au culture et constante dans ses mauvais choix. Reniant ses
passage, de parler de ma personne, mais j’y suis principes un à un, elle n’a longtemps maintenu que l’hon-
contraint de par le sujet qui nous préoccupe dans le numéro neur en s’engageant dans des batailles perdues provoquées
présent. L’union des droites, que nous appelons une nouvelle par les utopies mortifères de la gauche. Depuis deux siècles,
fois de nos vœux ici même, est sans aucun doute un cheval de oubliant la recherche du bien commun et le pragmatisme qui
bataille nécessaire dans le contexte actuel. Pour preuve, je la fondent, la droite s’est enfermée dans le culte du chef et
ne suis pas le seul à plaider cette cause à l’heure du de l’homme providentiel. Laissant le soin du pays
grand délitement des partis politiques, ceux-là à sa vaine espérance, elle a préféré les ors et
mêmes qui ont confisqué la Vème république la futilité à l’humilité du combat. Me voi-
dans leurs serres puissantes, et dont l’ergot là tombé dans l’auto-flagellation alors  ?
sanguinolent les incite à plus d’humili- Je n’ai pas regret à le dire, je sais d’où je
té. La formation de la plateforme «  Les viens et d’où je tire sur la position enne-
amoureux de la France » portée par Ni- mie : oui, je suis de droite. Je l’assume
colas Dupont-Aignan et le duo formé avec fierté et sérénité. Pour autant, je
par Robert et Emmanuelle Ménard ap- revendique le devoir d’inventaire et de
puie mon propos. critique positive, pour reprendre le mot
de feu Dominique Venner. Avec mon ex-
Ainsi nous ne cherchons pas à faire montre périence d’élu local et de parlementaire, je
d’originalité lorsqu’avec Marie-France Lo- sais que la renaissance ne peut provenir que
rho, député, nous adressons à tous les élus de de la base même et des électeurs. Alors lorsque
droite de Vaucluse un appel à l’union. Nous prenons j’appelle à l’union des droites autour de l’enraci-
même le soin de préciser que cette union ne doit pas s’en- nement, des libertés, du localisme et de la véritable démo-
tendre sous le mode du parti unique et monolithique auquel cratie, je ne veux pas simplement être le porte-voix d’une
le financement de notre démocratie donne tous les pouvoirs. idée fédératrice. Au contraire, je souhaite être de nouveau
La Ligue du Sud est née du constat de l’atmosphère délétère le militant convaincu d’un redressement possible du pays,
du parti politique jacobin et totalitaire. D’essence fédéraliste,
les droites françaises ont embrassé la ferveur centralisatrice
LIGUE DU SUD
et j’espère surtout vous compter à mes côtés dans le combat
qui nous attend.le bon sens au service du bien commun

jacquesbompard.fr
LIGUE DU SUD
le bon sens au service du bien commun

❏ Je souhaite être contacté par Jacques Bompard ou son représentant
❏ J’adhère à la Ligue du Sud
adition - Enra
- Tr c
❏ Adhésion simple : 20 € ❏ Adhésion couple : 30 €
ns

inn
Bon se

eme

❏ Adhésion de soutien (à partir de 150 €) : ……… €
nt

❏ Adhésion bienfaiteur : 1 000 € ❏ Ou plus : ……… € (dans la limite de 7 500 €)

❏ Je souhaite aider financièrement la Ligue du Sud : LIGUE DU SUD
❏ Montant libre : ………. € chèques à l’ordre de M. le mandataire financier de La Ligue Du Sud.

Nom : ………………………………………………………………………………………………………………… Prénom : …………………………………………………………
Adresse : …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
AU CONSEIL
LA LIGUE DU SUD
Ville : …………………………………………………………………………………………………………………… Tél.DÉPARTEMENTAL DE VAUCLUSE
: ………………………………………………………
Courriel : ………………………………………………………………………………………………@……………………………………………………………………………………

LA LIGUE DU SUD
AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL DE VAUCLUSE