You are on page 1of 2

L’égocentrisme de Percevale

Chrétien de Troyes est considéré comme le plus grand romancier


du Moyen Âge. Son oeuvre s’échelonne entre 1160 et 1190. L’essentiel
est constitué par des romans en vers, comme «le Chevalier à la
charrette», ou comme« le Conte du Graal, qui sont à l’origine« d’une
efflorescence mythiaue et littéraire» . Perceval c’est la dernière œuvre
de Chrétien restée inachevée mais, aussi c’est l’œuvre le mieux structré
du poète, qui irrite et fascine à la fois par ses énigmes. Dés
l’introduction est posée l’opposition de la chevalerie chrétienne,
incarnée par Philippe d’Alsace(à qui Chrétien dédie son livre) et de la
chevalerie mondaine, qui n’a pas la charité et qu’illustre Alexandre le
Grand: cette opposition sera celle qui confronte Perceval, le simple et l’
élu, et Gauvain, l’habile probablement voué à l’échec. D’où deux
parties : la première est l’initiation de Perceval ( à la chevalerie, à
làmour, au Graal) et la seconde est l’ histoire de Gauvain dans une
cascade d’ aventures qui le détournent de sa quête et finissent par
l’enfermer dans un châteu de l’ autre Monde, où il semble promis à
une captivité sans fin. En effet, Perceval a introduit dans la littérature
française un héros neuf, « sens passé littéraire et vierge de toute
éducation chevaleresque et courtoise » .Perceval est un jeune homme
qui ignore les régles de l’univers dans lequel il s’ aventure(à cause de
l’absence de education). Oppossé à Perceval , Gauvain est « le parfait
chevalier courtois» qui réajust les réaction et les régles de
comportement chevaleresque.Perceval est un don Quichotte jeune, qui
s’ignore lui-même et qui oublie son but. Sans Dieu et sans famille, il
essaie de se retrouver lui-même dans la chevalerie. En chaque bataille,
il gagne et promit la vengeance ce qui conduira à
l’égocentrisme. « Jeune rustre gallois encore ignorant des lois du
comportement chevaleresque» le protagoniste a comme distinction
d’être au départ différent de la norme culturelle ambiante. Mais il
renonce à son identité clanique « d’être un rustre galois» et adopte un
principe de comportement fondamentalement hostile à la faction du
Graal. Aussi, le protagoniste ignore son passé et les liens familiaux.
Mais à travers tous les moments d’ignorance, Perceval évoulera de
l’égocentrisme fondamental à l’altruisme qui s’affirme dans la scéne du
Chevalier Vermeil. Ses aventures se transforment dans un voyage
initiatique au cours duquel il accède «par l’expérience de son péché
personnel, au mystère de la Passion ». Chrétien commence avec son
oeuvre «un processus de christianisation qu’il n’ose mener à son terme
et que d’autres vont poeusuivre jusqu’à ses conséquences extrémes.
Dans cette poéme, l’auteur est plus objectif, «il note les gestes et les
discours des personnages sans les découvrir de l’intérieur et sans
révéler à l’ auditoire les motivations intimes de leur comportement».
Percevale conserve longtemps sa mentalité archaique ce qui fait dàns
lui l’un des les meilleurs chevaliers du monde.