You are on page 1of 18

FASOVIAT

Bimensuel des nouvelles des Viateurs du Faso
N°: 30

A LA UNE

Sommaire
Transport et
Modernité p.2

Journée solidarité
Au préscolaire p.3

La fête de Noël p.4

Récollections p.5-6

Ministère d’un
Retraité de 78 ans p.7

Noël à Banfora p.8-9

Amitié p.10

Nouvelles pèle-mêle p.11

Bonne année p.12

Premier janvier La communauté Etienne Champagneur après leur récollection
à Pouytenga p.13

Extrait du message
Du Président p.14

Visite des Mages p.15

Les Vœux p.16

Nouvel an à
Banfora p.17

Bénédiction p.18
La communauté Saint Viateur de Banfora

PARUTION: Novembre, décembre 2018 et janvier 2019

1
Transport en commun à Ouagadougou

Depuis notre arrivée en 1999, il y a des circuits de taxis qui demandent maintenant 300 francs pour
le trajet le jour et 1000 francs, la nuit. Pour atteindre la bonne destination, on peut prendre un ou
deux taxis selon le lieu où nous voulons aller. Il n’y a pas de taxi compteur dans la ville. Une
compagnie a tenté sa chance, mais elle a fait faillite. En 2014, le transport en commun par bus a
été mis en place dans la ville de Ouagadougou et c’est en 2018 qu’elle a commencé à Bobo
Dioulasso. Notre école est sur la ligne 9, arrêt Saint Viateur 1 ou l’arrêt Saint Viateur 2. Le ticket
est de 200 francs. Depuis le premier novembre 2018, nous avons une hausse d’essence de 75
francs par litre. Maintenant le litre d’essence fait 684 francs cfa, soit 1.61$ (taux 1$=425 F cfa).

Modernité et Tradition se côtoient
Pendant que le Québec se bat contre le froid et la
neige, au Burkina, en brousse, en absence
d’électricité, on espère dormir dans la fraîcheur. Le
propriétaire d’une case traditionnelle en banco
(brique de terre) avec un toit en paille a installé la
climatisation. La chambre est disponible. Nous
sommes prêts pour accueillir les membres du
nouveau Conseil provincial et du nouveau Conseil
général. Communiquez-nous vos dates pour faire la
réservation de la case que vous voyez sur la photo.

2
Journée solidarité au préscolaire et primaire

Le mercredi 19 décembre 2018, les élèves ont été sensibilisés à partager avec les plus pauvres en
apportant des anciens jouets ou vêtements. Félicitations au frère Directeur, le frère Victor
ZONGO, et au service d’aumônerie de l’école, les confrères Gabriel OUÉDRAOGO et Benjamin
KONE, pour cette activité.

Voici la file des donateurs et donatrices. Les parents ont été sensibilisés et à leur
tour, ils ont aidé leurs enfants à donner un objet qu’ils aimaient.

Après un sketch où un enfant partage avec un enfant pauvre, à tour de rôle,
chacun, individuellement, vient apporter son don et salue la personne.

La récolte partira dans quatre structures : deux orphelinats, une « Caritas »
paroissiale et une école primaire en brousse.
3
La fête de Noël pour le préscolaire et le primaire

Le vendredi 21 décembre 2018, il y a eu une messe qui a regroupé tout le préscolaire et le
primaire, suivie par l’Arbre de Noël où Papa Noël est venu donner des cadeaux aux enfants du
préscolaire. Cette activité a été planifiée en collaboration avec l’Association des Parents d’Élèves,
le directeur et son équipe pédagogique, et avec le soutien de l’aumônerie. Tous les enfants ont
bien mangé ensemble le midi.

Un petit de 4 ans a dit à sa maman que ce n’est pas le vrai père Noël car à la télé, il est gros et blanc et
lui est maigre et noir… N.B. Le Papa Noël était l’un de nos élèves de la terminale scientifique, Lionel
YAMEOGO et l’enfant est Épiphane Nathanaël W. KABORE du préscolaire.
4
Les différentes récollections de l’AVENT

Le frère Hermann PALE a animé la récollection pour les Étudiants JEC de l’Université de Koudougou

Frère Hermann

La communauté Louis Querbes de Dassasgho est allée à Koubri au Monastère.
Durant la récollection,
nous avons salué
Samuel Kima (un ancien
de Ouaga) et Etienne
Palm (un ancien de
Banfora) qui, tous deux,
cheminent maintenant
pour devenir
Bénédictins. La
pastorale vocationnelle
des Viateurs sème
partout.
L’intérieur de l’église a été refait.
. Jocelyn, Samuel, Etienne, Jean-Marc

La communauté Saint Viateur de Banfora est allée au
Centre Diocésain pour vivre leur récollection.
Photo après la récollection

5
La Communauté ETIENNE CHAMPAGANEUR de SAABA
à l’école de « l’obéissance à la suite du Christ »

« Et aussitôt il obligea les disciples à monter dans la barque et à le devancer sur l’autre
rive, pendant qu’il renverrait les foules. Et quand il eut renvoyé les foules, il gravit la
montagne, à l’écart, pour prier. Le soir venu, il était là, seul. » (Mt, 23-24)
A l’instar du Maître de la mission, les frères de la Communauté Etienne Champagneur de Saaba
(communauté des étudiants de la Fondation du Burkina Faso), ont rangé livres et cahiers
académiques pour se tourner, vers Dieu qui tient sa promesse envers Israël, en faisant lever en son
sein le Soleil de justice, la Lumière du monde. C’est justement dans la logique d’une préparation
profonde à l’accueil de l’avènement du Verbe de Dieu dans notre monde que, sous la direction
spirituelle du Frère Amos, moine bénédictin de Koubri, les Viateurs de Saaba sont entrés dans une
plus grande intimité avec Dieu, sous l’orientation de « l’obéissance à la suite du Christ », à
l’occasion de leur recollection du temps de l’Avent, toute première recollection des pionniers de
cette nouvelle communauté. C’était du 08 au 09 décembre 2018.

Pour mieux focaliser notre attention sur le
vécu de l’obéissance, le prédicateur, Frère
Amos a, en deux enseignements, voulu que
nous nous rappelions de l’identité de la
personne consacrée. Nous ne sommes guère
de simples agents pastoraux, mais bien plus
des êtres appelés à être des martyrs (témoins)
vivants du Christ au milieu de notre monde,
en vivant le mieux possible les qualités du
Christ : pauvre, chaste, obéissant, priant,
communautaire, missionnaire, en un mot une
vie de sainteté, dans notre Sequela Christi. Et
pour mieux avancer dans cette suite du
Le prédicateur, le père Amos, Bénédictin, Christ, il nous faut nous soutenir, d’où le
avec le f. Fulbert BAMAZE, étudiant en philosophie.
caractère primordial de l’aspect
communautaire et fraternel dans la vie religieuse, pour éviter d’être « une simple ONG » selon ses
termes. Car c’est la vie fraternelle qui constitue le premier apostolat de la vie religieuse. C’est cette
vie fraternelle qui nous aide à mieux chercher la face du Seigneur, dans une quête permanente de la
paix et du bonheur, qui passe inéluctablement par l’obéissance radicale et authentique à la volonté
de Dieu qui emprunte parfois la médiation de ceux qui sont investis d’un service d’autorité. C’est en
cela que nous accueillons et mettons en pratique la Parole de Dieu.

C’est par la Célébration eucharistique du deuxième dimanche de l’Avent, première Eucharistie
célébrée dans la chapelle de notre communauté, que cette récollection a pris fin, et nous avons
expérimenté une fois de plus, la joie fraternelle autour d’un repas.

F. HIEN Irénée, csv

6
Le ministère d’un retraité de 78 ans

Le père Jean Marc est très disponible pour la paroisse Notre Dame de Fatima de Dassasgho.
Durant l’Avent, il a fait sept (07) séances de confessions en paroisse et dans les CCB, des
séances de trois à quatre heures de façon continue avec trois à huit prêtres. Jean-Marc a
aussi présidé la messe et assuré les confessions des membres de la chorale Saint Alphonse
de la communauté de Saint Gérard de Dassasgho. Fidèle au curé d’ARS, Jean-Marc ne
refuse jamais ce service qui est très demandé au Burkina Faso; il en est ainsi, tous les
matins, après la messe, il reçoit en confession des personnes et quelque fois dans la
journée quand des personnes viennent le voir.

Si vous vous demandez ce que fait Jean-Marc aussi, il est le supérieur local de la résidence
de 12 personnes, il est le maître des quatre postulants et il va les jeudis au noviciat pour
donner un cours sur le CREDO. En plus, il a hérité de la tâche de l’archiviste et il est le
secrétaire du Conseil de la fondation. Il a accepté aussi d’être accompagnateur spirituels
pour plusieurs jeunes : des rédemptoristes, des jeunes professionnels et aussi des confrères
CSV.

Félicitations Jean-Marc pour ta fidélité.

7
NOËL ANTICIPÉ A L’ETABLISSEMENT LOUIS QUERBES DE BANFORA
Le samedi 22 décembre 2018, ce fut
le jour choisi par l’aumônerie pour
célébrer la naissance du petit Jésus,
notre Sauveur. Cette messe fut
célébrée par le Père Macaire
SANDOUIDI, csv Supérieur de la
Fondation et Curé de la paroisse
Saint-Viateur de Banfora, concélébrée
Sandouidi Macaire, curé, Ogudo Kingsley, diacre, Zongo Camille par le Père Wilfried SIMFEYA, Don
Orion. Le président de la célébration fut assisté par le diacre Kingsley OGUDO, csv et ce fut lui qui
a dit l’homélie. Cette célébration fut vivante grâce aux bons soins des chargés de la liturgie et les
beaux chants de la chorale Santa Maria de
l’EloQ. Nous notons également la
présence des membres de l’administration
et quelques parents invités, ainsi que
certains professeurs.

Après cette belle célébration, place fut
faite aux diverses prestation des différents
mouvements, en outre le défilé de mode
auquel notre confrère Kingsley a participé
pour motiver les élèves.

Cette fête fut très merveilleuse, car elle a
été organisée par le bureau des élèves, pilotée par le Frère Nicolas DONGO, Educateur Principal.
Ceux-ci ont pris l’initiative d’organiser un mini-marché pour que cette journée soit plus belle. Au
menu on avait des brochettes, Atiéké, poissons, frites, alocos, et comme boissons, de la sucrerie et
du bandji.

A 16h ce fut le grand choc entre
les élèves filles du premier cycle
(JUVENTUS) et celles du second
cycle (BARCELONE). Devinez
vous-même le score… A la fin du
match celles du premier cycle
(JUVENTUS) ont remporté la
victoire au tir au but par 5 buts à 2
contre leurs grandes sœurs
(BARCELONE).

F. Arnaud Tougma,csv

8
L’EMMANUEL DANS NOTRE HISTOIRE…
Une fois encore l’Emmanuel surgit dans notre histoire humaine. Il est venu dans notre histoire
humaine pour que nous puissions le suivre pour aller vers le Père.

La solennité de la Nativité a été un point culminant dans la vie de la communauté locale de Banfora.
Cette rencontre avec l’Homme-Dieu a été précédée d’une récollection le 23 décembre dans
l’intention de lui aplanir les chemins qui mènent vers nos cœurs.

Dans la nuit du 24 décembre, c’était la messe de la veille ; une priante célébration présidée par le
Père Macaire SANDOUIDI, curé de la paroisse. Le réveillon a eu lieu en communauté en présence
des agents pastoraux de la paroisse. Ce fut un grand moment de réjouissance où chacun pouvait
esquisser des pas de danse.

Après la messe du jour, une ambiance inédite s’est instaurée en communauté avec un chant fétiche
du frère Benjamin OUEDRAOGO : « toucher le plafond, on va toucher le plafond… » Cette
ambiance s’est soldée par un repas fraternel. Puisse la joie de ce jour nous permettre de pénétrer les
profondeurs abyssales du mystère de l’Incarnation.
Frère Nicolas DONGO, csv

Ouédraogo Benjamin, Tougma Arnaud, Zongo Camille, Dongo Nicolas, Traoré Venceslas, Yabe Jean-Baptiste
La joie de vivre en communauté, un pas de danse pour chanter la VIE.

9
JE CROIS EN L’AMITIE

Voilà quatre ans que, par simple curiosité pour la première
année et par le truchement de mes supérieurs pour les trois
dernières années, je vis chaque été les « Camps de l’Amitié »
au Burkina Faso. Un camp, ou mieux, une école de vie,
ponctuelle certes, mais qui a réussi à consolider en moi une
conviction : l’homme est fondamentalement bon. Sinon, d’où
vient que nous soyons peinés quand nous fautons contre le
prochain ? D’aucuns m’objecteront la satisfaction ou le plaisir
que certains affichent ou disent tirer à faire souffrir autrui. Mais au fond, qui, dans ces conditions,
peut dire que son for interne n’est point troublé ? J’en veux pour preuve les nombreuses confessions
de réputés malfrats qui, abandonnant un instant leur orgueil, reconnaissent avoir frémis à la pensée
de leur acte. Est-ce par peur des possibles sanctions pénales ou autres ? Est-ce la conscience
collective qui les gronde ? Ou est-ce leur conscience propre ou le souvenir qu’ils ont de ce qu’ils
sont « principiellement », des êtres bons qui les rattrape ? Dans tous les cas, le fait est que la bonté,
quoique parfois profondément enfouie ou parfaitement dissimulée en quelques hommes, est ce qui
commande l’être et l’agir de l’homme.

C’est cette bonté même qui nous meut, en direction de l’autre, en relation avec l’autre pour partager
et bonifier notre humanité. Exit ici les relations éphémères basées sur des intérêts souvent pas
catholiques. Cette relation humaine, qui part de la bonté et finit dans la bonté, n’est autre que
l’AMITIE. Ah, amitié ! Ce mot n’est certes pas le plus beau phonème, mais il est pour moi l’un des
meilleurs concepts du Français, en ce qu’il renferme justement une relation toute faite de bonté
entre des êtres de bonté, les hommes. Mieux, ce mot décrit pour moi la base de toute vie
communautaire. Celui qui est le premier membre de nos communautés, le Christ Jésus, notre
premier frère, nous appelle ses amis et non plus serviteurs, car il n’y a pas de fraternité
communautaire, ni même familiale, sans amitié. C’est pour cela d’ailleurs que nos confrères
devraient être ou devenir nos premiers amis, sans fermer la porte à nos amis d’hier, d’aujourd’hui et
de demain.

Et si l’amitié découle de la bonté de l’homme,
elle se décline dans la vérité, dans la justice,
dans l’engagement ou le don de soi, dans le
respect mutuel, dans la communication et dans
la prière, car l’amitié par excellence est celle
qui nous lie à Dieu. Et quand je considère tout
ce qui précède, je ne peux que décliner ma
conviction : Je crois en l’amitié ! Et vous ?

Frère Irénée HIEN, étudiant en philosophie, 2ième année

10
Nouvelles pêle-mêle
 Les 27 et 28 décembre 2018, il y a eu le deuxième Chapitre de la fondation du Burkina
Faso. L’ordre du jour était le plan stratégique de la fondation, le lancement des activités
de l’Association, l’adoption des règlements pour la prochaine élection du Supérieur de
la fondation et de deux Conseillers. Il y a eu aussi la présentation et des échanges sur
les états financiers de la fondation. Le Chapitre a eu lieu au Centre Paam Yoodo géré
par les Jésuites.

 Les cours dans nos écoles ont repris le vendredi 4 janvier 2019. Nous avons eu une
semaine et quatre jours de congé. Finies les vacances, on resort le crayon rouge.

 Des travaux ont été entrepris durant le congé de Noël au sein du groupe scolaire Saint
Viateur. Un système d’évacuation des eaux des robinets du primaire, la réparation de
tableaux de ciment avec l’ajout d’arboisine et la peinture dans les trois classes du
préscolaire. Merci à tous nos bienfaiteurs qui nous permettent de bien entretenir notre
école.

En 2019, les fils et filles de Mgr Charles Lavigerie fêtent leurs 150 ans
d’existence. Le peuple du Burkina Faso doit son évangélisation par ces
hommes et ces femmes qui ont donné leurs vies pour l’Afrique. Ils ont
fait un travail merveilleux à différents niveaux autant pour la création
du système de la santé, de l’éducation, de la valorisation des langues
des différentes ethnies et la lutte contre les mariages forcés. Les sœurs
blanches ont aidé à la création de trois congrégations autochtones : les
Sœurs de l’Immaculée Conception de Ouagadougou, les Sœurs
d’Annonciation de Bobo Dioulasso et les Sœurs Notre de Dame du Lac
de Ouahigouya.

11
Pour toi, mon cher frère en Viateur que je n'ai pas encore
rencontré,
Pour toi, mon aîné Viateur qui m'a transmis un peu du Charisme
querbésien, m' "enfantant" ainsi en Viateur,
Pour toi mon promotionnaire, avec qui j'ai vu le jour dans la grande
Famille querbésienne,
Pour toi, mon jeune frère Viateur avec qui j'espère entretenir vive la
flamme du flambeau querbésien transmis à nos aînés africains par
nos fondateurs,
Pour toi mon futur confrère, providentiel don du Maître de la
Mission, avec qui j'espère bâtir des lendemains reluisants pour ma
Communauté Viatorienne,
Pour toi, frère, voici la prière d’un petit frère pour ses confrères bien
aimés en ce nouvel an.

Donne-nous, O maître des temps,
assez d’Amour pour aimer ceux et celles
que Tu as mis autour de nous, sans les juger.
Donne-nous assez d’Humilité,
afin que nous puissions reconnaître nos faiblesses, nos erreurs, nos manquements
et que nous acceptions Ton aide
et celle que Tu nous envoies par les autres.
Donne-nous assez de Patience pour savoir attendre ton heure,
Et accorder à nos frères le temps nécessaire à leur conversion.
Donne-nous assez de Persévérance
pour ne pas abandonner et lâcher ta main,
même dans les moments troubles.
Donne-nous assez de Discernement,
afin de connaître la différence entre le bien et le mal,
et de lire convenablement tes signes dans les temps.
Donne-nous assez de Fermeté
afin que nous soyons capables
de nous imposer une bonne discipline de vie.
Donne-nous assez de Reconnaissance pour que nous puissions Te remercier, Te louer, Te
bénir, Te rendre grâce pour tout ce que Tu fais et feras pour nous,
en cette nouvelle année, fruit de ta grâce.
Telle est ma prière pour toi,
Mon frère en Viateur, En ce nouvel an.
Dieu nous garde ensemble ! F. Irénée Hien, Csv

12
Le premier janvier dans la famille du frère Richard KOLOGO

Les neveux et nièces du frère Richard avec des membres de sa famille, son frère aîné en chemise rouge.

J’ai été le premier janvier avec des confrères
faire une randonnée dans ma ville natale
« Pouytenga » qui signifie « ville du Partage ». Je
suis né dans une famille catholique de 5 enfants
dont je suis le quatrième. Après l’obtention de
mon BEPC, j’ai fait des études en comptabilité à
Bobo Dioulasso et à Kougougou. Actuellement, je
suis titulaire d’une licence en science
économique et de gestion avec l’option gestion.
Après mes vœux en septembre 2018, on m’a
demandé de servir au Groupe Scolaire Saint
Viateur dans le domaine de la comptabilité
matière. En d’autre terme, je suis chargé de la
gestion de stock et d’approvisionnement. Je suis
heureux de cette tâche. Cela a été très agréable
Benjamin Koné, Jocelyn Dubeau, la maman et Richard de revoir ma famille que je n’avais pas revu
depuis septembre. Malheureusement, mon père était absent, il est retourné travailler en
Côte d’Ivoire. Ce fut de grandes retrouvailles et j’étais joyeux de partager cette joie avec
mes confrères. Bonne et heureuse année à tous.
Richard KOLOGO, csv
13
Extrait du message du président de Burkina Faso à l’occasion du nouvel an 2019

Chers amis du Burkina, je vous propose des extraits du discours du Président, Rock KABORE,
pour vous partager les défis que nous avons à relever au Burkina Faso. Comme vous le savez, la
situation actuelle avec les djihadistes dans la sous-région n’est pas facile à gérer pour notre pays
et les espoirs nés lors du départ de Blaise Compaoré n’ont pas encore été répondus. La société
civile souhaite rapidement des changements. Dans ce contexte, nous comptons sur vos prières
et vos différents soutiens afin que nous soyons de véritables témoins du Christ.
Chers compatriotes
Au seuil de l’année 2019, je vous adresse mes vœux de santé et de
prospérité, dans la paix et la cohésion sociale. L’année 2018 qui
s’achève a été entre autres marquée au plan national par la
répétition des attaques terroristes sur notre territoire et la
multiplication des revendications syndicales dans un contexte de
reprise de la croissance économique que nous devons amplifier.
(…) Il me plait de saisir l’occasion que m’offre ce message à la
Nation pour saluer l’engagement et la détermination de nos Forces
de Défense et de Sécurité dans l’exécution quotidienne de leurs
missions. (…) L’attaque qui a eu lieu à Toéni ce 27 décembre,
comme toutes les autres attaques terroristes nous interpellent, tout
doit être mis en œuvre pour que le retour à la sécurité soit une
réalité pour notre peuple. C’est pourquoi, j’ai décidé, apr ès délibération en Conseil des ministres ce
matin, et conformément à l’article 58 de la Constitution, d’instaurer l’état d’urgence à compter du
1er janvier 2019 dans les régions de l’Est, du Sahel, et dans les provinces de la Kossi, du Sourou, du
Koulpélogo, du Kénédougou et du Lorum. Le cadre de l’état d’urgence permettra à nos Forces de les
combattre avec plus d’efficacité et de résultats.

Peuple du Burkina Faso
L’année qui s’achève a connu une effervescence sur le front social, autour des préoccupations de la
vie chère et des questions des rémunérations des différents fonctionnaires . (…) J’invite tous les
partenaires sociaux à une trêve, en privilégiant le dialogue social pour la satisfaction de leurs plates -
formes revendicatives. (…) En dépit des difficultés rencontrées ces dernières années, la situation
économique du pays s’améliore sensiblement, grâce aux efforts des régies de recettes, aux
investissements structurants et au dynamisme du secteur privé. La bonne tenue des finances
publiques est à poursuivre pour nous permettre de continuer à faire des bonds qualitatifs. (…) De
même, il est de la responsabilité du Gouvernement de renforcer la lutte contre la corruption, la fraude
et le blanchiment des capitaux. Des mesures énergiques seront prises pour me ttre fin à ces fléaux qui
impactent négativement le développement du pays. (…)

Chers compatriotes
L’année 2019 s’ouvrira avec un agenda très chargé en raison des nombreuses réformes à engager au
plan politique avec l’adoption de la Constitution de la Vème République, et aux plans économique et
social pour développer les capacités de résil ience de nos populations. Ces ré formes permettront
également d’améliorer les performances des secteurs public et privé dans la mise en œuvre des plans
et programmes de développement. Au plan social, 2019 verra aussi l’opérationnalisation de la
gratuité de la planification familiale afin de permettre à notre pays de mieux assurer la capture du
dividende démographique conformément aux objectifs de développement durable. (…) Je félicite les
actrices et acteurs du monde rural dont l’ardeur au travail associée à la relative bonne pluviométrie
nous a permis d’enregistrer les bons résultats de la campagne agricole écoulée.

Peuple du Burkina Faso, Chers Compatriotes
J’ai l’intime conviction qu’unis et déterminés, nous traverserons ces moments difficiles. Bonne et
heureuse année 2019.

F. Jocelyn Dubeau, burkinabè d’adoption

14
La visite des Mages à Saaba

La communauté Louis Querbes de Dassasgho est allée célébrer l’Épiphanie avec celle de
Saaba, dénommée Etienne Champagneur. A cette occasion, la communauté Louis Querbes
accueillait deux regardants qu’on nomme ici des vocandis. Ce fut l’occasion pour eux et les
postulants de visiter la nouvelle résidence.
Un crucifix de l’artiste Mona est installé dans la chapelle des confrères de Saaba. Le frère
Yvon Rolland l’avait envoyé par le frère Jocelyn lors de son dernier congé au pays pour la nouvelle
résidence des étudiants. Le frère Jocelyn retourne en juin prochain, il a une valise vide à remplir à
son retour pour les besoins de la nouvelle sacristie et pourquoi pas une porte pour le futur
tabernacle?

Photo des deux communautés, courage pour nos 7 étudiants et bon
discernement pour les postulants et les vocandis.

15
Les vœux de la nouvelle année par le Cardinal de Ouagadougou

Le 3 janvier passé, Monseigneur
Philippe Ouédraogo a rassemblé
l’ensemble des agents pastoraux de
son diocèse pour transmettre ses
vœux pour la nouvelle année. Il a
repris les mots du Pape François
invitant à la sainteté dans le
quotidien. Il a regroupé environ 500
personnes : les congrégations
religieuses du diocèse, l’ensemble
des prêtres et le conseil diocésain
des laïcs. L’activité à commence à
9h00 pour terminer à 15h00.

Les vœux du Père Jean Marc à sa communauté locale

Dimanche le 6 janvier, le père Jean-Marc, dans une rencontre communautaire a partagé ses vœux
de la Nouvelle Année. Il s’est inspiré du Projet de vie de sa communauté locale qui veut vivre la
valeur de la communion fraternelle. Il a rappelé le thème du Projet : ‘’Enracinés dans la Parole,
annonçons Jésus-Christ aux périphéries’’.

Au Groupe Scolaire St-Viateur, où travaillent quotidiennement dix confrères sur douze, les jeunes
et les adultes qui se situent dans la périphérie sont, dit-il, ceux et celles qui vivent en marge de la
foi. Nous les rejoignons par notre conduite fraternelle, notre témoignage de la bonne amitié -
notre premier apostolat - , et aussi par la bonne discipline que nous obtenons.
Ses vœux se sont concentrés sous la forme d’une prière pour ses frères demandant à Dieu de
donner l’amour (ne pas juger), l’humilité (reconnaître ses faiblesses et accepter l’aide des autres),
la patience (savoir attendre l’heure de Dieu et le temps de la conversion des autres), la
persévérance (ne pas abandonner dans les moments troubles), le discernement (faire la différence
entre le bien et le mal), la fermeté (nous imposer une bonne discipline), et la reconnaissance pour
remercier et bénir Dieu pour tout ce qu’il a fait et fera en cette Nouvelle Année, fruit de sa grâce.
F. Jocelyn Dubeau,csv
16
NOUVEL AN À BANFORA

VEILLEE DU 31 DECEMBRE : 4 HEURES POUR DIEU

Venus de tous les quatre points de
Banfora, c’est à travers des pas de
danses et avec des cris de joie que les
fidèles de la paroisse ont manifesté leur
joie pour le don du nouvel an accordé
par le Seigneur. En effet la joie se lisait
sur les visages car chacun voyait ses
vœux exaucés durant l’année écoulée et
cela était un motif d’action de grâce.
Cette nuit de louange fut dirigée par le P.
Macaire SANDOUIDI animée par les
grands maîtres et chantres à savoir Eléakim, le Frère Peter et M. AKAKPO. Elle était ponctuée par
des interventions nous invitant à la paix, à la joie et à la solidarité. Nonobstant le froid qui mordait,
les fidèles ont répondu favorablement. La veillée a débuté à 21heures et a pris fin à 23heures et
par la suite enchaînée par la messe pour finir à minuit vingt et cinq minutes.

Veillée de prière et d’action de grâce, elle fut un moment de joie de partage de fraternisation de
consolidation des liens.
Frère Arnaud TOUGMA,
csv
LE 1ER JANVIER A LA PAROISSE SAINT-VIATEUR

Tout est bien, qui finit bien. En cette solennité de Marie
Mère de Dieu, les paroissiens ont répondu présent à la
célébration. Fils et filles de Marie ; mère du Sauveur,
nonobstant la fatigue, ils sont venus confier à la Vierge
Marie leurs projets et leurs activités de la Nouvelle Année.
La messe fut présidée par l’Abbé Roger SEOGO, directeur de
la radio Teriya, concélébrée par le Père Macaire
SANDOUIDI, curé de la paroisse et l’Abbé Didier SAMNE,
économe diocésain.
L’enseignement fut fructueux invitant à la prudence, à la
vigilance et à l’amour du prochain durant l’année 2019.
C’était également l’occasion pour chacun de présenter ses
excuses pour les éventuelles offenses faites durant l’année
écoulée et se recommander aux prières des uns et des
autres pour mieux faire, mieux agir et mieux être durant
l’année 2019.

Frère Arnaud TOUGMA, csv
..le Père Macaire entrain de louer le Seigneur

17
On se souvient de la bénédiction de la nouvelle résidence de Saaba, le 17 novembre 2018

La cérémonie a commencée à l’extérieur sous la présidence du père Sandouidi Macaire

Les communautés voisines, le comité des laïcs de la paroisse et des amis y étaient présents.

Le tout a terminé avec un
rafraîchissement dans la salle
communautaire.
La communauté se nomme
Etienne Champagneur à
l’honneur du premier Français
clerc de Saint-Viateur, fondateur,
arrivé au Canada en 1847.

18