Le GN minimal Le GN minimal est constitué d'un déterminant et d'un nom commun ou seulement d'un nom propre.

Les déterminants qui précèdent le nom indiquent son genre et son nombre. Ils peuvent être de natures variées : - un article défini, indéfini ou partitif ; - un déterminant (ou adjectif) possessif, démonstratif, indéfini, numéral, interrogatif ou exclamatif. Ex. : la fille ; un fils ; du chocolat ; son père ; cette robe ; chaque jour ; deux mois ; Quelle vue ! Quels amis ? Le groupe verbal Les grammairiens utilisent les dénominations "groupe" et "syntagme" de manière assez semblable. Ces deux termes désignent un ensemble de mots qui sont tous en relation avec un élément central appelé "noyau". Le groupe verbal est un groupe dont le noyau est un verbe. Le groupe verbal s'analyse lui-même en plusieurs groupes. Exemple : Le petit garçon mange une tartine. Le petit garçon = groupe nominal sujet. mange une tartine = groupe verbal. lui-même composé de : mange = 3e personne du singulier de l'indicatif présent. une tartine = groupe nominal complément d'objet direct. On voit donc apparaître un nouveau groupe nominal à l'intérieur du groupe verbal. Il ne faut pas confondre leur emboîtement, certains auteurs donnent des numéros GN1, GN2, etc. La description du groupe verbal doit faire apparaître les différents compléments du verbe ( complément d'objet direct, attribut de l'objet, complément circonstanciel, complément absolu, complément d'agent), un second niveau doit décrire les différents mots ou groupes occupant ces fonctions ( groupe nominal, groupe adjectival, groupe pronominal). Pour être complète, la description sera exhaustive sur le mot noyau : le verbe (action ou état, conjugaison selon la terminaison, les voix du verbe, les modes, les temps (du verbe), la personne du verbe, le nombre, les tours (négatif, interrogatif, etc.). La plupart de ces caractéristiques donnent lieu à des entrées que vous pouvez consulter en cas de besoin. Le groupe nominal sujet (GNS) Le groupe nominal sujet peut être un nom propre, un nom commun, un pronom ou un groupe de mots. C’est un élément obligatoire. Il est toujours exprimé sauf devant un verbe à l’impératif où il est sous-entendu. Et il est généralement placé au début de la phrase. Exemple : * Un nom propre : Fatima parle au téléphone. * Un groupe de mots : Les élèves vont à l’école. * Un pronom : tu parles beaucoup. * Sous-entendu : viens ! (Tu viens.)

Complément d'objet direct Le complément d'objet direct est le mot (ou groupe de mots) qui se joint au verbe sans préposition pour en compléter le sens. C'est un complément de verbe. Il représente l'être ou la chose qui reçoit directement l'action que fait le sujet. Pierre mange une pomme. Une pomme est mangée par Pierre. Le maçon construit une maison. Une maison est construite par le maçon. Pour reconnaître le complément d'objet direct, on pose après le verbe la question "qui?" ou "quoi?". Pierre mange quoi? Une pomme. Le maçon construit quoi? Une maison. On observe que le complément d'objet direct est le mot qui devient sujet lorsqu'on tourne la phrase au passif (voir voix du verbe).

. V Mod Adv Ce monsieur parle très lentement. Sa fonction : modificateur (Mod) .Il est non mobile. Elle entraîne. tout se déroula dans le calme. . Adv + GPrép Il agit différemment des autres. Adv + GPrép Heureusement pour lui. A.C'est un syntagme adverbial dont le noyau est un adverbe.Il est effaçable.un pronom : Elle le peigne. Sous forme de GPrép. transitifs indirects et ceux qui n'acceptent pas de complément (direct ou indirect) sont appelés intransitifs. ceux qui demandent un complément d'objet indirect. Adv Il l'embrassa tendrement. un adjectif. GAdv C'est par hasard qu'ils se sont vus. Le groupe adverbial . Mod Phrase Par la suite. Mod Phrase Ensuite. . 2.Il modifie un verbe.Le complément d'objet direct peut être : . Voici ses différentes constructions : 1. un adverbe ou une phrase. . . il accepta de partir. La cause est considérée comme la source ou l'origine d'un autre fait. provoque d'autres événements.un infinitif : Il veut partir. GAdv Il l'embrassa très tendrement. Mod Adj Tout en ce monde moderne est étrangement fou. Voir accord du participe passé. Adv Il habite ici. . Les verbes qui demandent un complément d'objet direct sont appelés transitifs directs.un nom : Il boit un verre. GAdv Elle habitait tout près. La position dans la phrase du complément d'objet direct est capitale pour régler l'accord du participe passé conjugué avec "avoir". B. Sous forme de GAdv. il accepta de partir.une proposition : Il pense qu'il viendra demain. V Mod Ces jeunes parlent vite. Cause et conséquence Le vent a soufflé très violemment : un arbre est tombé fait A fait B 1) La cause est un fait qui se produit avant un autre.

elle était peinée de le voir si profondément contrarié. Moyens d'exprimer la cause a) Elle ne lui dit rien : elle savait sa susceptibilité. en raison de grâce à (seulement avec un nom ou un pronom). il y renonça.2) La conséquence est un fait qui se produit après un autre. cause avancée : une cause est repoussée en premier. Groupe verbal à l'infinitif introduit par une préposition. le produit de faits précédents. f) Sa mère. b) Il s'était fié par optimisme à sa chance. pour. Il s’agit d’une cause subjective qui permet de justifier un raisonnement. complément criconstanciel de cause du verbe. Cette subordonnée est précédée d'une virgule à la différence de la déterminative.. vu que. Elle contient une idée de reproche. parce que. pleurant de rage. le fruit.). Complément de l'adjectif introduit par une préposition comme en b et en c. du fait que cause incontestable puisque La cause est déjà connue ou censée être connue de la personne à qui l’on parle. Proposition subordonnée conjonctive. comme. à sa chance. C'était difficile parce qu'il y avait beaucoup de monde autour des tribunes. qui le connaissait.. Elle est le résultat. h) Il se sentait responsable de son échec. la cause est introduite par un deux-points explicatif. avec (peut être négatif) . la cause réelle est donnée ensuite sous prétexte que soit que (. Proposition coordonnée.. Proposition indépendante juxtaposée. ne lui en a pas parlé.. e) La foule étant trop dense. Il s'irritait d'avoir négligé le conseil qu'on lui avait donné d'aller retenir sa place.. prétexte (cause fausse) choix (alternative) entre deux causes équivalentes cause réfutée. mais il s'était fié.) 3. Patrick voulait s'approcher car il n'y voyait pas. Il se sentait responsable de son échec. étant donné que.. La foule étant trop dense. Les différentes conjonctions de subordination de cause cause simple (ou réelle) La cause est souvent ignorée de la personne à qui l’on parle. 1. le plus souvent introduite par car. Il s'irritait d'avoir négligé ce conseil. complément circonstanciel de cause du verbe ou de l'attribut du sujet.. par optimisme. Non qu'il ait refusé. Sa mère qui le connaissait ne s'en étonna pas. g) C'était difficile parce qu'il y avait beaucoup de monde. à cause de.) : cause non que (. mais aussi par d'autres adverbes qui ne sont pas des conjonctions de coordination. Elle ne lui dit rien : elle savait sa susceptibilité.. pleurant de rage c) Elle était peinée de le voir contrarié.). soit que (. Proposition subordonnée relative explicative. d) Patrick voulait s'approcher car il n'y voyait rien. Les différentes locutions prépositionnelles qui introduisent des groupes nominaux ou verbaux cause simple cause positive Le résultat est considéré comme heureux du fait de. Groupe verbal au participe présent ou au gérondif. il y renonça. 2. L'expression de la cause. mais parce que (. Groupe nominal introduit par une préposition.

La subordonnée de condition : [.... c'est de travailler).... tu réussiras (réussirais). (Académie) La subordonnée avec si : ... prétexte cause liée à un degré. sans (peut-être aussi positif) sous prétexte de à force de L'expression de la condition Observons : • SI action 1 -------------------------------------------.] subordonnée de condition (d'hypothèse ou de supposition).ou réussi.> action 2 1 2 Si tu travailles. Prends le parapluie. pénible... j'oublierai cet incident.... Pourvu que tu fasses le nécessaire...... par manque de... Pour peu que tu travailles. = conjonction ou locutions conjonctives]: • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • à (la) condition que (+ subjonctif) à moins que (+ subjonctif) à supposer que (+ subjonctif) alors même que au cas où (+ conditionnel) dans l'hypothèse où dans la mesure où dans le cas où (+ conditionnel ) en admettant que (+ subjonctif) en supposant que (+ subjonctif) même si pour le cas où (+ conditionnel) pour peu que (+ subjonctif) pourvu que (+ subjonctif) quand même (+ conditionnel) Quand bien même (+ conditionnel) sauf si si si ce n'est que sous (la) condition que (+ subjonctif) supposé que (+ subjonctif) Exemples : A condition que vous changiez d'attitude. Au cas où une complication se produirait.... à une intensité ou à une répétition à cause de (seulement avec un nom ou un pronom).... principale [. au cas où il pleuvrait..... faites-moi venir.. le résultat sera meilleur..... faute de... cause négative Le résultat est considéré comme défavorable.. ( la condition pour "réussir".... tu réussiras.

• Gérondif détaché : En travaillant davantage. Si tu travaillais. tu réussirais. il réussirait. en cas de panne d'électricité. . • Adjectif détaché : Sérieux. • Participe détaché ou apposé : Compris. • • • • • • infinitif précédé de : à (la) condition de à moins de sans sauf à dans l'hypothèse de Proposition indépendante au conditionnel : Tu travaillerais. tu réussirais. tu réussiras. ces conseils te serviront toujours. tu réussiras Si tu as travaillé. Autres moyens pour exprimer l'hypothèse ou la condition : • Préposition + Groupe nominal : Achète des bougies. tu réussis. tu aurais réussi.• • • • • • • Si + présent --------------------------------> présent ou futur simple Si + imparfait de l'indicatif ----------------> présent du conditionnel Si + plus-que-parfait de l'indicatif -----------> passé du conditionnel Si tu travailles. Si tu avais travaillé. tu réussirais.