Les technologies SDH/SONETet WDM

:
Les transmissions sur fibre optique

La technologie SDH / SONET
2
La technologie SDH / SONET
Résumé
Le besoin croissant en bande passante oblige les opérateurs a reconsidérer
périodiquement leurs architectures « back bones » pour offrir continuellement des offres
associées aux besoins des entreprises et des particuliers. En télécoms ce fût d’abord les
services de téléphonie qui obligèrent les opérateurs à moderniser leurs infrastructures,
on se souvient du réseau X.25 puis RNIS. Depuis plus d’une décennie c’est le besoin en
capacité de transfert de données qui a stimulé les investissements avec les réseaux
ATM/FR, PDH et SDH, ces derniers étant compatibles avec leurs aînés pour garantir une
interopérabilité des systèmes de communications.
De nos jours les besoins en bande passante deviennent tellement considérables que les
dernières architectures ne suffisent plus à combler la demande ce qui oblige les
opérateurs à relancer leur investissement sur des réseaux datas à haut débit comme le
D/WDM par exemple. En effet la convergence vers le tout IP devient de plus en plus
évidente, VoIP, ToIP, visioconférence, SAN, …
Les réseaux ATM ne peuvent pas et ne peuvent plus offrir suffisamment de débits pour
continuer leurs développements.
Les architectures PDH principalement conçues pour la téléphonie sont aujourd’hui
« obsolète » par leurs coûts de fonctionnement beaucoup trop important.
Les architectures SDH conçues pour être stables et de grande capacité doivent être
modifiées pour suivre l’évolution de l’économique et des technologiques.
Les nouvelles architectures entièrement optique et tout numérique comme WDM offrent
des capacités tellement plus importantes qu’elles pourraient remplacer rapidement tous
ces réseaux déjà existants.
En effet on peut supposer que si la convergence tout IP s’accélère alors les réseaux ATM,
FR et PDH deviendront obsolètes très rapidement.
Beaucoup de technologies se sont développées autour de ses architectures actuelles pour
offrir une multitude de services comme : POS , RPR, …, mais la tendance forte de
convergence sur le tout IP et le besoin d’interopérabilité à l’échelle planétaire pourrait
bien faire émerger une solution unique clé en main pour offrir à terme du haut débit
jusqu'aux portes de l’abonné.
C’est dans ce sens que Cisco déploie ses architectures métro WAN/LAN, basées sur du
DWDM.
DWDM est normalisé par l’UIT-T et l’IETF rédige un draft sur du GMPLS over WDM ce qui
montre la volonté des acteurs de l’Internet et des réseaux datas à effectuer un grand
saut vers des réseaux à vraiment très haut débit, un saut que les opérateurs ne pourront
pas manquer.
3
La technologie SDH / SONET
Abstract
Synchronous Optical Network (SONET) is a standard for optical telecommunications
transport. It was formulated by ECSA for ANSI, which sets industry standards in the
United States for telecommunications and other industries. SDH technology (Synchronous
Digital Hierarchy) is equivalent in Europe and was designed by the ITU.
The comprehensive SONET/SDH standard is expected to provide the transport
infrastructure for worldwide telecommunications for at least the next two or three
decades.
The increased configuration flexibility and bandwidth availability of SONET provides
significant advantages over the older telecommunications system. These advantages
include the following :
- Reduction in equipment requirements and an increase in network reliability
- Provision of overhead and payload bytes (the overhead bytes permit management
of the payload bytes or an individual basis and facilitate centralized fault
sectionalization.
- Definition of a synchronous multiplexing format for carrying lower level digital
signals (such as DS-1, DS-3 in PDH) and a synchronous structure that greatly
simplifies the interface to digital switches, digital cross connect switches, and add-
drop multiplexers.
- Availability of a set of generic standards that enable products from different
vendors to be connected
- Definition of a flexible architecture capable of accommodating future applications,
with a variety of transmission rates.
In brief, SONET/SDH defines optical carrier (OC) levels and electrically equivalent
synchronous transports signals (STSs) for the fiber-optic-bases transmission hierarchy.
Benoît Champy, Alexandre le-Faucheur 4
La technologie SDH / SONET
Sommaire
IINTRODUCTION...................................................................................................... 7
I.1EN FRANÇAIS / IN FRENCH : .........................................................................................7
I.2EN ANGLAIS / IN ENGLISH : .......................................................................................... 7
IIRAPPEL DE PHYSIQUE............................................................................................. 9
II.1PROPAGATION DES ONDES EM......................................................................................... 9
II.2LOI DE DESCARTES................................................................................................. 10
IIIRAPPEL SUR LES FIBRES OPTIQUES.......................................................................... 11
III.1LA FIBRE OPTIQUES À SAUT D’INDICE................................................................................. 13
III.2LA FIBRE OPTIQUE À GRADIENT D’INDICE.............................................................................. 18
III.3LES EFFETS NON LINÉAIRES DE LA FIBRE OPTIQUE......................................................................21
III.3.1L’effet Kerr optique :...............................................................................21
III.3.2Diffusion de Raman (1928) :........................................................................ 21
III.4LE PHÉNOMÈNE DE DISPERSION, D’ATTÉNUATION D’AMPLIFICATEUR.......................................................22
III.5L’ESTIMATION DE LA LARGEUR DE BANDE PASSANTE...................................................................25
III.6PMD (POLARIZATION MODE DISPERSION) ET LES FIBRES UTILISÉS EN TÉLÉCOM............................................26
III.7LA TECHNOLOGIE DES SOURCES LUMINEUSES...........................................................................27
III.8CONCLUSION...................................................................................................... 29
IVWDM & DWM...................................................................................................... 30
IV.1PRINCIPE DU WDM/DWDM...................................................................................... 32
IV.1.1Rappel général sur les réseaux....................................................................32
IV.1.2Les principaux composants optiques existant...................................................32
IV.2L’ARCHITECTURE EN WDM........................................................................................ 36
IV.2.1Architecture Passive Optical Network (PON)....................................................36
IV.2.2Architecture Broadcast-Selected Network (BSN)...............................................37
IV.2.3Architecture Wavelength Routing Network (WRN).............................................38
IV.3LA TOPOLOGIE RÉSEAU............................................................................................. 39
IV.4LES LIAISONS USUELLES DU DWDM................................................................................. 39
IV.4.1Liaison point à point :...............................................................................39
IV.4.2Liaison multipoint en anneau......................................................................40
IV.5EVOLUTION DU WDM............................................................................................. 41
IV.6LES DÉBITS ACTUELS EN DWDM...................................................................................42
IV.7CONCLUSION D/WDM............................................................................................ 43
VL’ARCHITECTURE SDH/SONET................................................................................. 45
V.1HISTORIQUE ET PRÉSENTATION....................................................................................... 45
V.1.1SDH La motivation..................................................................................... 45
V.1.2PDH vers SDH........................................................................................... 46
V.2SDH............................................................................................................. 48
V.2.1La structure DU MULTIPLEXAGE SYNCHRONE.....................................................49
V.2.2L’architecture du réseau SYNCHRONE.............................................................52
V.2.3ASPECT physique / les headers de la STM........................................................58
Benoît Champy, Alexandre le-Faucheur 5
La technologie SDH / SONET
V.2.4Les alarmes............................................................................................. 65
V.3DIFFÉRENCES SDH ET SONET..................................................................................... 66
V.4CONCLUSION...................................................................................................... 68
VITRANSPORT DE DONNEES SUR SDH.......................................................................... 70
VI.1LES EXIGENCES DU MARCHÉ......................................................................................... 71
VI.1.1Du côté de l’utilisateur :...........................................................................71
VI.1.2Du côté de l’opérateur : ...........................................................................72
VI.2LES TECHNOLOGIES DE TRANSPORT SUR SDH.........................................................................73
VI.2.1IP sur ATM sur SDH/SONET.......................................................................... 73
VI.2.2IP sur PPP sur SDH: Packet Over SONET........................................................... 78
VI.2.3Autres solutions : .................................................................................... 85
VI.3LES TECHNOLOGIES ÉMERGENTES AU NIVEAU LIAISON.................................................................... 86
VI.3.1Ethernet Over SONET................................................................................86
VI.3.2RPR (Resilient Packer Ring) : 802.17..............................................................91
VIILE MARCHÉ / LES OFFRES OPÉRATEURS...................................................................97
VII.1LES OFFRES OPÉRATEURS..........................................................................................99
VII.2LES ÉQUIPEMENTS CONSTRUCTEURS : .............................................................................. 100
VII.2.1Terminal Multiplexer..............................................................................101
VII.2.2Regenerator (STE: System Termination Equipment).........................................102
VII.2.3ADM (Add-Drop Multiplexer).....................................................................102
VII.2.4Atm over sdh........................................................................................ 104
VII.2.5Équipements hybrides ............................................................................105
VII.2.6Ethernet Over SONET..............................................................................107
VII.2.7POS.................................................................................................... 108
VIII CONCLUSION................................................................................................. 109
VIII.1EN FRANÇAIS / IN FRENCH : ...................................................................................109
VIII.2EN ANGLAIS / IN ENGLISH : .................................................................................... 110
IXLISTE DES FIGURES............................................................................................ 111
XBIBLIOGRAPHIE.................................................................................................113
XIWEBOGRAPHIE.................................................................................................114
XIILISTE DES ACRONYMES......................................................................................116
XIIIGLOSSAIRE..................................................................................................... 119
XIVINDEX........................................................................................................... 123
XVANNEXES........................................................................................................ 126
6
La technologie SDH / SONET
I INTRODUCTION
I.1 En français / In french :
La hiérarchie courante PDH (Hiérarchie Numérique Plésiochrone) a évolué principalement
pour répondre à la demande de la téléphonie (voix). La disponibilité de la bande passante
a conduit à la prolifération des nouveaux services, autres que la voix, principalement pour
les besoins des clients professionnels. L'offre de ces nouveaux services a entraîné à son
tour la nécessité pour les opérateurs télécoms de pouvoir assurer la flexibilité de fournir
de nouvelles connexions ou de distribuer dynamiquement la capacité.
La croissance du trafic, la complexité des systèmes et l'arrivée de nouveaux acteurs dans
le domaine des télécommunications donnent à la planification des grands réseaux de
transport une importance toute particulière. L'introduction du multiplexage en longueurs
d'onde dans le but d'augmenter d'une part les capacités de transmission et d'acheminement
mais également la flexibilité et la rentabilité des systèmes, conduit de plus en plus à une
optimisation des systèmes existants et à une meilleure intégration et adéquation des
systèmes de nouvelle génération.
Cette évolution fait surgir des problèmes de modélisation et d'optimisation auxquels les
méthodes de planification utilisées jusqu'à aujourd'hui ne semblent pas pouvoir répondre.
L'intérêt scientifique est alors d'adapter et de concevoir des algorithmes sur les différents
problèmes clefs de la planification (acheminement adaptatif, allocation et partage des
ressources, optimisation, ... ) prenant en compte les contraintes et la spécificité d'un
réseau de transport basé sur la hiérarchie numérique synchrone (SDH) et les technologies
photoniques comme le multiplexage en longueurs d'onde (WDM).
I.2 En anglais / In english :
Recent global changes in government structures and resulting economic pressures,
increased competition and growing private networks have forced telecommunications
service providers throughout the world to increase their operating efficiency. Long-
7
La technologie SDH / SONET
established analog transmission systems that proved inadequate were gradually replaced
by digital communications networks.
In many countries, digital transmission networks were developed based upon standards
collectively known today as the Plesiochronous Digital Hierarchy (PDH).
PDH has some shortcomings: provisioning circuits can be labor-intensive and time-
consuming, automation and centralized control capabilities of telecommunication
networks are limited, and upgrading to emerging services can be cumbersome. A major
disadvantage is that standards exist for electrical line interfaces at PDH rates, but there
is no standard for optical line equipment at any PDH rate, which is specific to each
manufacturer.
Reconfiguring PDH networks can be difficult and labor-intensive - resulting in costly,
time-consuming modifications to the network whenever new services are introduced or
when more bandwidth is required. The situation was particularly difficult in North
America, where a plesiochronous system (T-Carrier) was in place. Utilizing the
technological advances and associated reductions in cost since plesiochronous systems
were introduced, Bellcore (the research affiliate of the Bell operating companies in the
United States) proposed a new transmission hierarchy in 1985.
Bellcore’s major goal was to create a synchronous system with an optical interface
compatible with multiple vendors, but the standardization also included a flexible frame
structure capable of handling either existing or new signals and also numerous facilities
built into the signal overhead for embedded operations, administration, maintenance and
provisioning (OAM&P) purposes. The new transmission hierarchy was named Synchronous
Optical Network (SONET). The International Telecommunication Union (ITU) established
an international standard based on the SONET specifications, known as the Synchronous
Digital Hierarchy (SDH), in 1988.
8
La technologie SDH / SONET
II RAPPEL DE PHYSIQUE
II.1 Propagation des ondes EM
La propagation des ondes électromagnétiques en direction d’un axe x, se déplaçant à
une vitesse v dans un milieu n et tel que v = c / n, c vitesse de la lumière, est par
donnée :
0
) (
1
) (
2
2
2 2
2
=
c
÷
c
dt
f
v dx
f
La forme générale de la solution de cette équation différentielle linéaire homogène (à
coefficients constants) aux dérivées partielles du second ordre est : ) ( ) (
2 1
vt x f vt x f + + ÷
, de plus ces solutions sont nécessairement de la forme d’une exponentielle réelle ou
imaginaire.
Remarque :
Cette solution est aussi la solution générale des équations des ondes sphériques
transversales, c’est à dire :
2
2
2
) (
.
t
f
f v
c
c
= A , avec l’opérateur : Af, le Laplacien de f(x,y,z)
et pour solution : ) ( ) (
2 1
vt z y x f vt z y x f + + + + ÷ + + ¸ | o ¸ | o . Pour résoudre cette
équation les conditions aux limites se doivent d’être définies.
On appelle onde progressive plane une onde de la forme : ) (
1
vt x f ÷ ( ) (
1
vt z y x f ÷ + + ¸ | o
dans le cas à 3 dimensions). Une onde se propageant sur l’axe x à la vitesse v, les
surfaces d’ondes sont perpendiculaires à la direction de l’axe x.
Si f() est une fonction périodique de type sinusoïdale alors la solution peut s’écrire sous
la forme complexe : )) ( exp( . ) , (
1
t kx i A t x f e ÷ = .
k représente le vecteur d’onde :
)
`
¹
¹
´
¦
=
=
ì t
e
/ 2 || ||
). / (
k
n v k
, n représente le vecteur unitaire de
direction, dans le cas à 3 dimensions n est formé des composantes : (o, |, ¸), ì la
longueur d’onde et e la pulsation du signal.
9
La technologie SDH / SONET
Si v et e ne sont pas liés alors il n’y a pas de dispersion du signal f(), en revanche si elles
le sont alors il faut différencier 2 vitesses :
La vitesse de phase : Vp = e/k
La vitesse de groupe : Vg = de / dk
Pour comprendre le phénomène physique lié à la dispersion d’un signal il faut expliquer
que :
La vitesse v est liée à la vitesse de la lumière c dans le vide par : v = c / n, n étant
l’indice du milieu considéré. Dans un milieu dispersif : v(e) = c / n(e) ce qui implique
que c et v sont liés. Pour une onde constituée de plusieurs fréquences, les composantes
spectrales de cette onde dans un milieu dispersif ne vont pas avoir des comportements
similaires.
Ces deux vitesses sont liées par la relation de Rayleigh :
|
.
|

\
|
÷ =
ì
ì
d
dVp
Vp Vg .
ì la longueur d’onde dans le milieu. Cette relation a un sens si
l’information est contenue dans le paquet d’onde.
ì est définie par : ì = v.T, v la vitesse de propagation de l’onde et T sa période. Ce qui
est logique sachant que : k = 2t/ì et ||k|| = e / v => ì = 2tv / e = v / f = v.T
II.2 Loi de Descartes
La Formule de Descartes pour la réflexion et la réfraction d’onde lumineuse entre deux
milieux : ) sin( . ) sin( .
2 2 1 1
u u n n = , n1 et n2 les indices des milieux, u1 et u2 les angles
d’incidences aux surfaces par rapport à la normale.
L’angle critique A :
2
1
) sin(
n
n
= A
pour lequel la réflexion devient totale.
On définit le chemin optique entre une source S et un point M quelconque par :
}
=
M
S
dx n SM . ] [ , n étant l’indice du milieu traversé.
Le chemin optique est une ré-écriture de la loi de Snell-Descartes (permettant de traiter
d’autres problèmes d’optique).
1
0
La technologie SDH / SONET
III RAPPEL SUR LES FIBRES OPTIQUES
Il existe différentes fibres optiques et on en dénombre principalement 2 :
- Saut d’indice
- Gradient d’indice
Les atouts majeurs de la fibre optique :
- Faible coût, car la silice est une matière bon marché.
- Pour une même section de câbles à base de conducteurs métalliques on peut
mettre 50 fois plus de fibres optiques.
- L’amélioration croissante des lasers et des circuits optoélectroniques permet
d’augmenter les distances et les débits sur ce type de support.
Voici une coupe d’une fibre optique à saut d’indice:
On distingue les fibres à saut d’indice où l’indice est constant à l’intérieur du cœur, et
constant à l’intérieur de la gaine, avec une variation à la surface de séparation
1
1
Y
X
Cœur, milieu n1(X)
Z
Gaine, milieu n2
La technologie SDH / SONET
(interface : gaine/cœur) et les fibres à gradient d’indice où l’indice, maximum le long de
l’axe du cylindre, décroît à l’intérieur du cœur jusqu'à la gaine.
Le principe d’utilisation des fibres optiques est simple. Pour les fibres à saut d’indice, on
cherche le meilleur angle d’ouverture pour que le vecteur d’onde se réfléchisse sur
l’interface entre le cœur et la gaine. Pour les fibres à gradient d’indice, on fait traverser
la lumière dans les différents milieux jusqu'à la faire réfléchir sur la dernière interface
cœur/gaine.
Pour permette une propagation correcte on cherche toujours à calculer l’angle
d’ouverture pour optimiser la transmission de la lumière :
O.N. (Ouverture numérique ou N.A. : Numerical Aperture) :
A = 2 . . .
1
n N O
, avec
2
1
2
2
2
1
2n
n n ÷
= A .
L’Ouverture Numérique correspond au sinus de l’angle d’ouverture (ou angle
d’acceptante) :
sin(uam) = O.N avec :
|
|
.
|

\
|
|
.
|

\
|
÷ =
2
1
2
1
1 . .
n
n
n N O
Exemple :
n2 = 1.5 et A = 1%, alors :
O.N : 0,21 => uam = 12 deg.
Angle critique : 8 deg (0,14 rad).
Nous allons maintenant effectuer un rappel de physique sur le déphasage dont nous
utiliserons plus tard le résultat pour expliquer d’autres phénomènes.
Nous allons traiter le problème du déphasage aux interfaces par Descartes :
k (vecteur d’onde du champ E) arrive avec un rayon incident i et avec : u = t/2 - i
k’ (vecteur d’onde du champ E’) traverse avec un rayon réfracté r tel que : n1.sin(i) =
n2.sin(r).
k’’ (vecteur d’onde du champ E’’) repart avec un rayon réfléchi i.
Si i s A (angle critique) alors pas de déphasage, ¢ = 0.
Si i > A (<=> u < A car : i + u = t / 2), alors :
) cos( 2 ) cos( 1
) cos( 2 ) cos( 1
' '
r n i n
r n i n
E
E
+
÷
=
1
2
u
r
i
N2
N1
k
k’
k’’
La technologie SDH / SONET
Or ( ) ) ( sin
2
1
1 ) ( sin 1 ) cos(
2
2
2
i
n
n
r r ÷ = ÷ = => cos(r) est un imaginaire pur car : n1/n2 > 1 !
Le rapport E’’/E étant complexe cela implique que ¢ = 0.
Posons :
- ( ) 1 ) ( sin
2
1
) cos(
2
2
÷ = = i
n
n
j t r
- ¢
0
l’argument du complexe : n
1
.cos(i) – n
2
.t (argument du numérateur E’’/E).
Le déphasage ¢ sera égal à 2¢
0
puisque E’’/E est le rapport d’un complexe conjugué, de
plus le module de E’’/E = 1 pour la même raison (ce qui est logique en cas de réflexion
totale).
Le déphasage ¢
0
a pour équation :
) ( cos
) ( tan ) 0 tan(
2 2
1
2
2 2
i n
n
i ÷ ÷ = ¢
Voici le déphasage en fonction de l’angle de propagation et d’incidence :
Cette démonstration nous sera utile pour expliquer l’installation des modes dans une
fibre optique à saut d’indice et permet en même temps de considérer les problèmes
physiques qui rentrent en compte dans le calcul d’une fibre optique (bande passante,
distance de transmission).
III.1 La fibre optiques à saut d’indice
Si la longueur d’onde dans le vide est : ì
0
alors le vecteur d’onde associé vaut : k
0
= 2t /
ì
0
. La longueur d’onde de cette même onde se propageant dans un milieu n1 est : ì =
ì
0
/ n1, avec comme vecteur d’onde associé : k = k
0
.n1
Voici un schéma expliquant les déplacements des ondes électromagnétiques dans la
fibre :
Benoît Champy, Alexandre le-Faucheur 1
3
uc = \(2A) t/
2
t/
2
t
u
¢
t/
2
t/
2
t
i
i
c
¢
u, l’angle de
propagation
de l’onde
dans la fibre
n
X
Z
X
n2
n1
¢, déphasage à l’interface
k, vecteur
d’onde
ì
n = indice
des milieux
La technologie SDH / SONET
Une façon de traduire l’expression du vecteur d’onde est de dire :
- Une onde progressive se déplace selon l’axe z et a pour longueur d’onde : ìp =
2t / k0.n1.cos(u).
- Une onde stationnaire et transversale qui s’installe sur l’axe x.
On ne tiendra pas compte pour le moment du déphasage et nous ne nous intéressons
qu’aux ondes stationnaires transverses car elles sont les seules à remplir les conditions
nécessaires de continuités électriques sur la surface de contact cœur/gaine.
On peut alors construire la distribution spatiale du champ électrique suivant l’axe z et x
comme indiqué sur la figure suivante :
Voici un exemple de déplacement du mode N=1 dans la fibre à saut d’indice :
La distribution du champ le long de la direction transverse ne change pas quand l’onde
se propage dans la direction axiale.
Cette distribution constitue un mode car il y a un déphasage de 2tN sur la distance AB
du champ électrique avec sa distribution spatiale sur z.
Ici par exemple nous avons représenté le mode 1 (Nmax = 2), ce qui signifie que sur un
« zig-zag » complet l’onde se propageant suivant l’axe des z aura parcourue : 4t (2 fois
plus que le mode 0 où mode propre) et pendant ce même temps l’onde transverse aura
parcourue : 4t (2 fois plus que le mode propre).
Le problème des modes :
Le problème des fibres à saut d’indice est que malheureusement plusieurs modes
peuvent s’installer ce qui va entraîner un étalement (dispersion) du signal en sorti de la
fibre.
1
4
Z
X
n2
n1
k, vecteur d’onde, de longueur d’onde associée : ì=ì
0
/n1 
(longueur d’onde dans le vide)/(indice du milieu).
Distance AB
Z
Champ électrique
résultat dans la fibre
de longueur d’onde
ìp = 2t / k
z
u
a
a
La technologie SDH / SONET
Un mode correspond à l’installation d’une onde stationnaire sur l’axe x. Puisqu’une onde
stationnaire n’est qu’une longueur onde multiple de la période spatiale : 2a (diamètre du
coeur), On va chercher à calculer le nombre de modes possible dans la fibre pour une
largeur de fibre de 2a.
Sur la distance AB :
Projection sur z : ìp = 2t / k
z
=> |AB| = 2ìp => ìp.k
z
= 4t
Projection sur x : la distance parcourue est de : 4a
Donc : 4a / N = 2t / k
x
, N représente le nombre de modes => 4.a.k
0
.n
1
.sin(u) = 2tN. Cette
dernière équation permet de déterminer le nombre de modes possibles dans la fibre.
Le mode N est le mode correspondant à la distribution de champ électrique le long de
l’axe x tel que le déphasage soit de 2tN après avoir parcouru un « zig-zag » complet de A
à B.
Ce déphasage fait introduire les notions de vitesse et groupe et de phase, on a déjà
démontré que le déphasage est lié à l’angle de propagation de l’onde électrique.
Si seul mode 0 traverse la fibre alors on peut en déduire en sortie que la largueur de
l’étalement du signal de sortie sera nulle, c’est donc une onde parfaitement adaptée au
cœur donc la Vg = Vp = c / n1.
Pour le mode 1 il y aura une différence entre ces deux vitesses car l’angle de
propagation u sera plus important à l’interface gaine/cœur ce qui changera la vitesse de
groupe qui s’écrira : (c / n1).cos(u) => dispersion du signal.
Remarque :
Pour l’instant nous avons négligé grands nombres de paramètres et phénomènes
physiques comme :
- Le coefficient de réflexion
- Les effets de peau
- Les conditions aux limites à l’interface pour l’homogénéité du champ électrique
- La variation d’indice en fonction de la longueur d’onde
- L’effet Kerr optique, l’effet Raman
- La dispersion des modes de polarisation (PMD)
Nous allons maintenant compléter la formule du calcul du nombre de modes en fonction
du déphasage à l’interface : | = 4.a.k
0
.n
1
.sin(u) + 2¢ = 2tN, 2¢ car il y a deux réflexions
sur un « zig-zag » complet.
a = Rayon du cœur
k
0
= 2t / ì
0
n
1
= indice de milieu du cœur
u = angle de propagation.
On cherche maintenant à calculer le nombre maximum de modes Nm.
Pour cela on sait que : 4.a.k
0
.n
1
.sin(u) + 2¢ = 2tN.
4.a.k
0
.n
1
.sin(u
N
m) + 2¢(u
N
m) = 2tNm
Or on sait que : u
N
m ~ ucritique => ¢(u
N
m) ~ 0, puisque les angles sont proches.
Pour s’assurer que les angles u
N
m et ucritique sont proches et pas égaux (à cause des
risques de variations locales d’indices) : 4.a.k
0
.n
1
.sin(u
critique
) = 2t(Nm + 1)
On définit le nombre maximal de modes par la formule :
1
5
La technologie SDH / SONET
A + ÷ = 2 . . .
4
1
1
0
a n Nm
ì
,
2
1
2
2
2
1
2n
n n ÷
= A , a le rayon du cœur de la fibre et ì
0
longueur
d’onde dans le vide.
Lorsque la fibre optique à un nombre Nm > 1 on dit qu’elle est MULTIMODE en revanche
si Nm = 0 alors la fibre est dite MONOMODE.
Lien entre la vitesse de groupe, de phase et le nombre de modes. On rappelle que la
vitesse de groupe est la vitesse de propagation de l’information. La vitesse de phase est
définie par : Vp = c / n1, avec c = vitesse de la lumière.
On montre que Vg (vitesse de groupe) a une valeur différente pour chaque mode N tel
que :
( ) ( )
|
.
|

\
|
+
+
A ÷ =
2
1 1
1
1
Nm
N
n
c
N Vg
Nm = mode maximal.
La vitesse de groupe : Vg = Vp.cos(uc) et Vg(N) = Vp.cos(uN).
ì
ì
ì
ì
u
ì
ì
d
dVp
Vp n
n
d
dVp
Vp d
dVp
Vp Vg c ~ ÷ ¬ ÷ = ¬
|
.
|

\
|
÷ =
1
2
1 1 ) cos( .
parce que A ~ 1 - n2 / n1
)) ( . 1 ( ). ( . ) ( .
2 2 2
A A ÷ = => = A A ¬ = A A c
ì
ì c
ì
ì
c Vp Vg
d
dVp
Vp
d
dVp
Vp
.
Cela montre que la vitesse de groupe est liée aux indices qui traduit deux phénomènes:
- Une légère variation d’indice aux interfaces va faire varier l’angle de
propagation par un déphasage ce qui va favoriser l’installation de modes.
- Une variation locale d’indice dû au matériau va engendrer une dispersion du
signal et cette dispersion est liée à la longueur d’onde.
c est lié à la longueur d’onde et aux indices => c(ì, A).
Ci dessous une représentation de la propagation des modes dans le temps. Nous verrons
plus loin dans le rapport les phénomènes qui se produisent dans les fibres optiques et
leurs conséquences.
1
6
La technologie SDH / SONET
La sortie d’une impulsion lumineuse dans une fibre optique à saut d’indice sera donc de
la forme suivante :
Le signal de sortie est plus étalé ce qui risque d’engendrer de l’interférence entre
symboles si les impulsions de départs ne sont pas suffisamment espacées. Cet étalement
est dû aux différentes vitesses de groupes dans la fibre.
Remarque : Plus N sera grand et plus la vitesse de groupe sera lente. Donc pour éviter la
dispersion on utilise de préférence des fibres MONOMODES.
Nous allons représenter la distribution spatiale transversale de ces modes.
1
7
Diamètre cœur
Z
Effet Kerr Optique
¢
ì
t
Intensité lumineuse
At At + retard des modes
La technologie SDH / SONET
La figure ci dessus est partiellement fausse car il faut tenir compte du déphasage à
l’interface. Pour donner un sens à la réfraction totale, le déphasage a été introduit, il
faut comprendre ce phénomène comme une réflexion totale parfaite mais à une distance
dx de l’interface cœur/gaine. Ce qui signifie que l’allure du champ électrique sera plus
étalé.
Ce qui permet d’expliquer, les détériorations des signaux à la sortie de la fibre, pourquoi
les modes s’installent dans la fibre, etc…
III.2 La fibre optique à gradient d’indice
Cette fois-ci on ne cherche plus à réfléchir sur toutes les interfaces mais à
réfracter le rayon. Cette réfraction va entraîner une diminution de l’amplitude du champ
1
8
M
-
3
M
-
2
M
-
1
M
-
0
Champ E Mode0
Mode1
Z
X
X
X
M
-
3
M
-
2
M
-
1
M
-
0
Champ E Mode0
Mode1
Z
X
X
X
dx
La technologie SDH / SONET
électrique dans la fibre sans altérer son chemin (pas de déphasage). Le parcours du
champ est guidé le long de la fibre.
On montre que si la fibre a beaucoup d‘indice alors le chemin lumineux sera une
sinusoïde.
Si le rayon du cœur « a » le permet, suivant u
0
(angle d’ouverture), il y aura plusieurs
modes possibles de propagation. Les fibres à gradient d’indice sont aussi MULTIMODES et
l’amplitude de ces modes dépendent principalement de u
0
.La période spatiale Lp ainsi
que la vitesse de groupe Vg sont les mêmes quelque soit le mode. C’est la caractéristique
principale de ses fibres :
-La vitesse de propagation (pas de dispersion) : Vg = c / n(0).
- La longueur spatiale : Lp = 2t / g,
a
g
A
=
2
, a rayon du cœur de la fibre et A la
variation relative d’indice maximum. Il est important de remarquer que la période
spatiale est donc indépendante de l’angle d’ouverture.
- Chemin optique :
|
.
|

\
|
z
Lp
A
t 2
sin . max avec Amax = sin(u
0
) / g, 0 < Amax s a. Pour que Amax
= a, il suffit que : A = |
.
|

\
|
÷ = 2 1 ) sin(
2
0
0
n
n
gaine
u , avec n0 : indice du centre du cœur.
A cet angle on peut lui associer l’angle d’acceptance :
) sin( ) sin(
0 0
u u n am =
.
Remarque :
Lp équivaut au ìp de la fibre à saut d’indice.
Pour une fibre à gradient d’indice on écrit n(x) (la variation d’indice dans le cœur) :
] ) . ( 1 )[ 0 ( ) (
2 2 2
x g n x n ÷ = ,
a
g
A
=
2
. Ce qui explique pourquoi les modes se propagent à
la même vitesse.
1
9
Z
0 ; n(0)
1 ; n(1)
2 ; n(2)
-1 ; n(1)
-2 ; n(2)
n
Rayon incident d’entré : u
0
X
Cœur
X
Z
Z
Diamètr
e
La technologie SDH / SONET Epita Telecom 2004
Le problème des modes :
Il est possible d’avoir des modes dans une fibre optique à gradient d’indice. En effet
entre chaque couches du cœur il y a réfraction et réflexion donc si le rayon du cœur le
permet (4.a.k
0
.n
1
.sin(u) + 2¢ = 2t.N) des modes peuvent s’y propager. Les modes se
propageront en revanche tous à la même vitesse et auront la même période spatiale.
Expliquons pourquoi les modes se déplacent tous à la même vitesse de groupe :
Le chemin optique est parcouru à une vitesse de groupe constante tout le long de la
fibre. Dans le cœur (n(0)) la vitesse est de : c / n(0), dans le milieu 1 (n(1)) la vitesse est
de : c / n(1) (plus rapide car n(1) nécessairement plus faible) mais la trajectoire à
parcourir est augmentée de : cos(u
1
) – cos(u
0
) car l’indice n(1) est inférieur à n(0), etc …,
et ça dans chaque milieux du cœur.
Comme le gradient d’indice dans le cœur suit une courbe parabolique quasi continue il y
aura par conséquent une interface de réflexion totale pour chaque angle de propagation
donné. La définition d’un mode est l’installation d’une onde transverse stationnaire ce
qui implique que certains angles de propagation sont possibles seulement.
Comme la longueur spatiale Lp est définie par : 2t / g et que la constante g est le
coefficient canonique de notre parabole de gradients (voir remarque précédente) alors la
longueur spatiale est nécessairement fixe.
On en déduit que la vitesse de groupe est constante avec différentes vitesses de phases
dans une fibre à gradient d’indice et vaut : c / n(0).
De plus nous avons vu précédemment que la période spatiale était indépendante de
l’angle d’entrée ce qui implique que les modes auront aussi la même période spatiale et
donc la même vitesse de groupe.
Remarque :
En réalité Amax varie en fonction de u
0
et du nombre de modes. Ce phénomène est mis
en évidence par les courbes rouges et bleues sur la figure ci-dessus. Seule la longueur Lp
est constante.
L’expression de la bande passante d’une fibre à saut d’indice est complexe.
On peut cependant manipuler l’expression de la bande passante des fibres optiques à
saut d’indice pour trouver une approximation grossière de la forme :
BP = K / At.
At =Ad / Av, la variation de vitesse est particulièrement liée à la variation d’indice =>
c(ì, A) => At = L / Vg.c(A).
Reste à approximer : c(A). A est de forme parabolique :
2
) . (
) 0 ( 2
) ( ) 0 (
2
2
2 2
a g
n
a n n
=
÷
= A
Une légère variation A entre deux milieux va s’exprimer par : A
2
/2.
At = L / Vg.A
2
/2
BP ~ K / L / Vg.A
2
/2 soit [Vg.K.A
2
/2] / L
Ce n’est plus le phénomène des modes qui limite la BP mais la dispersion du matériau et
ses variations d’indices : c(ì, A).
2
0
Gaine de milieu : n
gaine
Les différents milieux
de la fibre.
Z
Diamètr
e
u
0
La technologie SDH / SONET
III.3 Les effets non linéaires de la fibre optique
III.3.1 L’effet Kerr optique :
Sous l’action d’un champ lumineux intense, l’indice de réfraction d’un milieu
transparent accuse une variation considérée en première approximation comme locale et
instantanée.
Cette modification provient de la création de dipôles induits dans le matériau par
déplacement du « centre de gravité » des électrons. Ce phénomène non linéaire est
connu sous le nom d’effet Kerr optique.
La loi de Kerr est définie par : ) ( ) ( )) ( , (
2
t I n n t I n
NL
+ = e e .
n(e) est l’indice de réfraction du matériau, I(t) est l’intensité lumineuse (W/m
2
), n2 un
coefficient non linéaire de réfraction fixé à : 3,2.10
-29
m
2
/W pour la fibre en silice.
Le déphasage auto-induit correspondant à ce phénomène est donné par la relation :
L I n
NL
. . ). / 2 (
2
ì t = u , L est la longueur du champ lumineux sur lequel ce déplace
l’intensité I(t).
Les effets sont : Lorsque le champ électrique comporte plusieurs fréquences (vecteurs
d’onde), l’indice de réfraction peut se trouver plus ou moins modulé par l’intensité
résultante, via la non linéarité et en fonction de la dispersion. Cela a pour effet
d’accroître les faibles fréquences de l’enveloppe du champ en cours de propagation. On
appel cela l’amplification paramétrique.
III.3.2 Diffusion de Raman (1928) :
Nous avons vu l’effet Kerr optique qui modifie la trajectoire d’un champ lumineux. Ce
phénomène est dit passif car il n’y a pas de déplacement d’énergie entre le champ
lumineux (électrique) et la fibre (diélectrique).
La Dffusion de Raman Stimulé (DRS) consiste en un transfert d’énergie vers d’autres
fréquences optiques (Stokes et Anti-Stokes) que celle d’excitation (qui doit être de
l‘ordre des THz). L’effet de Raman ce produit lorsque l’effet Kerr est déjà lui même
important (40t radians environ).
Le principe est de pouvoir amplifier dans les fréquences d’excitations en utilisant l’effet
photon/phonon (à 13,2 THz pour la silice) de Raman de la fibre optique. Ce système est
très instable mais permet de prolonger la distance de transmission.
Ce système est sensible aux variations de vitesses dans les fibres biréfringentes (·
Vitesse axiale et transversale différente), on cherche d’ailleurs à maximiser ces
différences.
Voici un résultat d’amplification Raman contrôlé :
La figure du haut est le spectre de la pompe (· le Laser) avec sa fréquence Stoke
(fréquence stimulée dans la fibre). La figure du bas est le spectre en sortie de la fibre, la
2
1
La technologie SDH / SONET
fréquence Anti-Stoke a permis d’amplifier le signal de la pompe sur la fibre tout en
supprimant sa fréquence Stroke.
Figure 1 - Raman DRS
Ces phénomènes physiques bien que compliqués à modéliser et à mettre en œuvre
permettent d’augmenter la longueur de transmission des fibres optiques et plus
particulièrement les fibres MONOMODES.
Remarque :
Les fibres dopées à l’erbium sont des amplificateurs optiques qui combinent le principe
de l’émission stimulée (tel que Raman) dans l’erbium et les propriétés guidantes de la
fibre, ce qui permet de s’affranchir des étapes de conversions optiques/électroniques et
aussi d’augmenter les débits.
III.4 Le phénomène de dispersion, d’atténuation
d’amplificateur
Rappelons l’atténuation en fonction de la longueur d’onde de la fibre en silice :
2
2
La technologie SDH / SONET
Figure 2 - Fourchettes des longueurs d'onde
Les fibres ALLWave
TM
permettent d’avoir une largeur de bande plus importante (dans le
procédé de fabrication on retire les impuretés). En télécommunication on utilise surtout
les bandes de 1,3 µm et 1,5 µm pour transmettre l’information.
La silice est un matériau dispersif, les fibres optiques utilisées dans les
télécommunications sont définies entre autres par l’UIT-T G.652. On rappel que la
dispersion est définie suivant la figure ci-dessous (silice) :
Figure 3 - Dispersion de la silice
A la longueur d’onde 1310 qm la dispersion est nulle. On approche la courbe par
l’équation du premier ordre suivante :
22
10 .
1310
1 ) (
÷
|
.
|

\
|
÷ ÷ =
q
ì
ì D .
2
3
La technologie SDH / SONET
On remarque que la dispersion autour de la fenêtre à : 1,5 µm devient gênant pour les
transmissions optiques, pour cela l’UIT-T a défini le standard G.653.
Ces fibres optiques sont dites : DSF (Dispersion Shifted Fibre), elles décales le zéro de
dispersion dans la fenêtre à 1550 qm.
Enfin une approximation de la distance maximale de propagation dans la fibre (en
présence de dispersion chromatique) est donné par :
2
). (
1
max
BP D
D
ì
=
, Ou BP est la bande passante.
Soit 1000 Km pour 2,5 Gbit/s et 60 km pour 10 Gbit/s à 1,55 µm. Cependant ces distances
sont à nuancer parce qu’il existe des systèmes d’amplifications (comme : Raman,
Brillouin, etc…).
Je vais finir par un tableau récapitulatif des principaux types d’amplifications passifs :
Figure 4 - Les applications passives sur fibre optique
Ces amplifications sont passives. On prend une portion de fibre en silice on la coupe à
une certaine distance on lui juxtapose une autre fibre dopée qui va ré amplifier le signal
durant sa traversé et on fait cela plusieurs fois.
Le problème avec ce type d’amplificateur c’est que le signal n’est pas re synchronisé ni
reformé ce qui en limite l’utilisation. En télécoms vu les longueurs d’ondes utilisées c’est
l’amplificateur Raman qui est le plus utilisé.
D’ailleurs on utilise des fibres dopées à l’Erbium (EDFA : Erbium Doped Fiber Amplifier)
pour ce type d’amplification.
Voici à quoi ressemble un amplificateur EDFA :
2
4
La technologie SDH / SONET
III.5 L’estimation de la largeur de Bande Passante
Nous allons expliquer succinctement le calcul de la Bande Passantepour les fibres
optiques.
La largeur est inversement proportionnelle à l’étalement.
On définit par BP = A / At la largeur de bande.
At correspond à l’étalement du signal reçu par rapport à la largeur du signal émit et A
une constante.
On appel :
ì
ì
2
2
c
c
÷ =
n
c
D le coefficient de dispersion du matériau. Si D < 0, alors les
composantes de longueur d’onde plus grandes de +Aì/2 circulent plus vite que celle plus
petites de -Aì/2 et dans ce cas le retard engendré est de :
2
2
) (
.
.
ì
ì
ì
c
c
A = A
n
c
L
t . Aì
étant la largeur du signal à mi-hauteur ce qui signifie que Aì est la largueur de l’émission
de la source lumineuse de longueur d’onde ì.
c la vitesse de propagation dans le milieu, L la longueur de la fibre.
La variation d
2
n / (dì)
2
varie en fonction des matériaux utilisés (figure : 3).
Remarque :
Si Aì est important (ex : DEL) alors on montre que le produit BP.L. à tendance a être
constant.
Si Aì est faible (source monochromatique) alors on montre que le produit
L B
reste
constant.
Ex : Dans une fibre à saut d’indice alimenté par une DEL : At = L/V.A => At = L.n/c.A =>
BP = A.c.A/L.n => BP.L = A.c/n.A.
La variation d’indice en fonction de la longueur est propre à chaque cœur.
Pour la silice : 1,45
ì = 850 nm => d
2
n/(dì)
2
~ 3.10^10 / m
2
On montre que les longueurs d’onde les mieux adaptées pour la transmission dans une
fibre en silice sont comprises autour de : 1,2 et 1,5 µm.
Donc les meilleures fibres optiques sont les fibres MONOMODE : à saut d’indice avec seul
mode possible, le mode 0. Elles ont une largeur de bande > 10 GHz et une faible
2
5
La technologie SDH / SONET
atténuation. En revanche, il est très difficile aujourd’hui de poser ces fibres et d’installer
les répéteurs sur la fibre. En effet les distances sont de l’ordre du µm ce qui nécessite
une grande précision, de plus ses systèmes sont très sensibles aux impuretés. Lors de la
pose des fibres il faut faire attention au rayon de courbure pour éviter que l’onde soit
réfléchie.
III.6 PMD (Polarization Mode Dispersion) et les fibres utilisés
en télécom
Le PMD regroupe les phénomènes de biréfringence (différentes vitesses de propagation
en fonction de l’axe de propagation) et couplage de modes.
Ces phénomènes vont donc retarder les transmissions en créant de la dispersion.
L’inconvénient de la biréfringence est qu’elle déforme les signaux durant leur
propagation ce qui est ennuyeux pour détecter un signal TOR, de plus cela peut
engendrer de l’interférence entre symboles.
On estime que le phénomène PMD est inversement proportionnel au carré du débit. Pour
compenser ce phénomène on est obligé de répéter le signal (comprendre régénérer) ce
qui va entraîner des délais de transmission plus grand et des appareils actifs.
Remarque :
La technologie des fibres dopée à l’erbium a la propriété d’amplifier de façon régulière
les signaux autour de 1,55 µm.
Le PMD doit être inférieur à 0,5 ps / (km)
1/2
pour avoir des débits de 10 Gbit/s (STM à 64
kbit/s) sur 400km, recommandations UIT-T G652.
Les différentes fibres de l’UIT utilisés dans les télécoms :
G653 (1997) : F.O. Monomode à dispersion décalé (DSF) : typiquement on décale le zéro
de la dispersion de la bande à 1310 qm (celui de la silice) vers la bande à 1550 qm.
Les fibres DSF ne sont plus/pas utilisées dans les systèmes DWDM car la largueur de bande
est trop faible pour offrir suffisamment de longueurs d’onde. De plus ces systèmes sont
sensibles au phénomène FWM que nous expliquerons plus loin.
G655 (1996) : DOF/NZ-DSF : Dispersion Optimized Fiber, ce type de fibre optique
monomode permet d’avoir un PMD de 3 µs/qm/km sur la largueur d’ondes de : 1300 –
1700 qm. Elles sont utilisées dans le DWDM car ne sont pas soumissent au phénomène
FWM et permettent des débits supérieurs à 10 Gbit/s.
Nous avons vu que l’effet Raman permet d’amplifier un signal d’une largueur de bande
bien déterminée en créant en parallèle un transfert d’énergie vers une fréquence Stoke.
Lorsque dans les fibres DSF on transmet plusieurs longueurs d’onde sur une longue
distance un phénomène similaire se produit :
Le multiplexage à quatre longueurs d’ondes (FWM : Four Way Mixing).
Si on souhaite transmettre : ì1 et ì2 alors on risque de voir apparaître 2 autres longueurs
d’onde de valeurs symétriques : 2ì2 - ì1 et 2ì1 - ì2.
LE FWM est sensible aux :
- Nombres de longueurs d’ondes
2
6
La technologie SDH / SONET
- La puissance lumineuse
- PMD (la plupart des systèmes DWDM limite leur débit à :OC-48/STM-16)
Le FWM est donc un autre facteur limitant des fibres optiques « classique » tels que DSF.
L’UIT dans sa recommandation G692 définie le taux d’erreur bit à 10
-12
qui le rapport
signal sur bruit optique.
III.7 La technologie des sources lumineuses
Les DELs.
C’est une jonction PN (autre que du silicium ou
germanium) câblée en inverse et qui procure un
rayonnement de photons à une longueur d’onde
prédéterminer en fonction de la jonction et de son
espacement.
La longueur d’onde est donné par :
Egap
24 , 1
= ì ,
En général le composé chimique est de l’arséniure
(arsenic) de gallium (GaAs) ou du phosphure de Gallium
(GaP).
Ce composé chimique est en général dopé pour émettre un rayonnement dans la longueur
d’onde souhaité.
Malheureusement les DELs ont une largueur à mi hauteur trop importante pour être
utilisées dans les systèmes à haut débit. En pratique, elles sont utilisées avec les fibres à
saut d’indice MULTIMODES et à gradient d’indice.
On peut cependant retrouver un système de DEL dans les transmissions à haut débit
lorsqu’on à besoin de plusieurs longueurs d’onde (dans ce cas on filtre à la sortie de la
DEL sur différentes longueur d’onde).
Les LASERs
Il existe beaucoup de LASER.
C’est encore une jonction PN câblée en
inverse (ça peut être du GaAs dopé
différemment).
Cet fois-ci on fait résonner une cavité pour
la longueur d’onde ì correspondant au
maximum du spectre d’émission (Surfaces
réfléchissantes espacées de longueur
multiple de ì/2, voir surface de Fabry-
Perot). Le grand avantage des LASERs c’est
d’avoir une source lumineuse en accord de
phase (cohérente) et monochromatique.
2
7
La technologie SDH / SONET
Le grand inconvénient c’est que les LASERs doivent fonctionner par intermittence sinon
on risque de faire « griller » la jonction (courant inverse très important > 5A). Il existe 2
principaux types de LASERs :
à semi-conducteur (VCSEL, DFB, DBR, etc..), le critère décisif de cet technologie est
l’accordabilité en longueur d’onde.
à fibres (Actuellement technologie pas utilisée en Télécom).
2
8
III.8 Conclusion
Dans cette partie nous avons commencé par rappeler les principaux phénomènes
physiques qui permettent de décrire une fibre optique comme, le déphasage, la
réflexion/réfraction, etc.., puis nous avons présenté les deux principaux types de fibre
en expliquant leur avantages physiques qui justifient leur débits.
Nous avons vu ensuite que le principal facteur de limitation technologique de débit est
la dispersion du matériau avec sa courbe associée mais il y a aussi les phénomènes de
biréfringence et de couplage de modes dont l’exposé sort du cadre de ce rapport.
Enfin nous avons synthétisé les principales technologies utilisées pour amplifier/répéter
le signal optique dans la fibre ainsi que les principales sources lumineuses utilisées.
Je tiens à faire remarquer cependant que l’étude de ces phénomènes est du domaine de
la recherche et non des télécommunications.
Dans cette première partie je n’ai pas parlé des débits parce qu’ils dépendent de
plusieurs facteurs par exemple le multiplexage en longueur d’onde, j’ai cependant
expliqué comment calculer approximativement la bande passante d’une fibre optique.
Ceci permettra au lecteur de mieux appréhender les différents problèmes techniques qui
peuvent se produire lors du déploiement d’un réseau optique par exemple.
Remarque :
La fibre optique peut-être très
dangereuse pour les yeux, petit calcul
vaut mieux qu’un grand discourt :
Rayon de la pupille : 1 mm
Puissance d’une ampoule standard : 100
W.
Puissance maximum dans la fibre 100
mW.
Rayon en sortie du laser : 10 qm
2 9
3
2 3
) 10 . 10 .(
10 . 100
) 10 .(
100
÷
÷
÷
=
t t
, soit un
rapport de l’ordre du million, donc la
concentration est telle qu’elle est
capable de brûler de petites surfaces de
l’œil comme par exemple, la partie la
plus importante : la pupille.
2
9
La technologie SDH / SONET
IV WDM & DWM
Rappel :
f
v
= ì
V est la vitesse dans un milieu N tel quel : v = c / n et f est la fréquence de la longueur
d’onde.
Donc une longueur d’onde de 1550 qm correspond à une radiation de fréquence : f =
3.10
8
/1550.10
-9
= 193,1 THz.
La bande passante est très abondante dans cette région, il est donc intéressant de
multiplexer pour occuper au mieux le spectre des infra-rouges.
Remarque :
Le spectre visible des couleurs pour l’œil humain est compris entre : 0,3 et 0,8 µm.
Aujourd’hui encore on transmet des signaux TOR dans les F.O., en revanche des études
sérieuses sont en cours de développement pour utiliser les 3 modulations numériques
classiques : ASK, FSK et PSK.
A l’origine le WDM a été utilisé pour optimiser les débits sur les fibres déjà existantes
afin d’améliorer le R.O.I. En effet d’autres techniques ont été développées pour
augmenter le débit comme l’OTDM (Optical Time Division Multiplexing) et le CDM (Code
Division Multiplexing) mais ils n’ont pas été retenus car ils nécessitent l’installation
d’appareils plus coûteux et plus compliqués à manager comme : La synchronisation du
time slot, etc...
Un autre avantage du WDM c’est que les canaux peuvent transmettre toutes sortes
d’informations ce qui permet d’avoir un réseau d’une très grande flexibilité.
L’appellation DWDM : Dense WDM signifie que les différentes longueurs d’onde sont très
rapprochées de l’ordre du 1qm. DWDM alloue de 40 à 160 canaux par fibre optique en
fonction de l’écart entre ì (longueur d’onde).
Les ì doivent suivrent l’équation suivante en DWDM : 193,1 +n *{0,0125; 0,025 ; 0,05}
en fonction de la largeur des canaux {12,5 GHz; 25 GHz; 50 GHz} (Référence UIT).
Une première application du D/WDM est par exemple de faire passer de l’ATM, du SDH et
de l’IP sur les différents canaux sans avoir à ré-investir dans de la fibre optique, tout
simplement en optimisant l’existant.
On peut citer quelques records mondiaux du WDM/DWDM :
42 * 40 Gbit/s (3,28 Tbit/s) sur 300 km (Lucent 2000)
40 Gbit/s sur 65 km (Alcatel 1998)
64 * 5 Gbit/s sur 7200 km (Lucent 1997)
3
0
La technologie SDH / SONET
132 * 20 Gbit/s sur 120 km (NEC 1996)
Principe physique du multiplexage/démultiplexage:
L’utilisation simple de prismes permet le multiplexage et le démultiplexage.
L’avantage de cette technique est qu’elle est entièrement optique, elle sera donc moins
coûteuse à déployer dans une architecture tout optique (PON) qui ce développe de plus
en plus (voir architecture des réseaux DWDM chez Cisco).
Voici un autre exemple plus complet :
Figure 5 – Mux/Demux optique (source Cisco)
Dans le prisme chaque longueur d’onde a son propre chemin optique, elles ne
superposent plus en sorite du prisme. En sortie du prisme un système de lentilles
redirigent chaque longueurs d’onde vers le cœur de chaque fibres optiques.
Remarque :
Aujourd’hui les recherches s’orientent vers du tout optique afin de réduire au minimum
les coûts et de maintenir une chaîne de transmission cohérente et homogène.
Les MUX/DEMUX optiques existent aujourd’hui et sont couramment répondus.
Dans cette partie nous allons utiliser les termes :
Répéteur, lorsque l’on ré amplifie et l’on reforme le signal lumineux. En général c’est un
appareil électronique/optique.
Amplificateur, lorsqu’on ré amplifie simplement le signal sur la ligne de transmission.
Typiquement une fibre dopée à l’erbium réalise cette opération.
Réalité économique (source CISCO/DWDM), la motivation :
L’explosion de la demande de bande passante dans les réseaux est due à l’augmentation
du trafic data, plus précisément IP.
3
1
Ensemble de Prismes
La technologie SDH / SONET
Aux USA, les providers rapportent que leurs BP double tous les 6 à 9 mois. Ce qui
correspond à l’augmentation de 300% l’an du trafic Internet quand en même temps le
trafic voix ne progresse que de 15%.
Figure 6 - Projection des trafics aux US (Cisco)
Pendant que le trafic augmente, les réseaux eux se complexifient. En effet on trouve sur
les backbones du trafic TDM (voix, fax , etc..), des paquets (IP) ou encore des cellules
ATM/FR. En plus on trouve aujourd’hui une forte demande pour de la VoIP/ToIP, du
streaming vidéo et les SANs (Storage Area Networks).
IV.1 Principe du WDM/DWDM
IV.1.1 Rappel général sur les réseaux
La première génération de réseaux est basée sur les technologies cuivre et micro-ondes
comme par exemple : Ethernet, satellites, etc..
La seconde génération de réseaux est basée sur les liens cuivre et micro-ondes mixés
avec de la fibre optique. Ces réseaux sont hétérogènes électriques/optiques, en effet le
switching et le routage s’effectue dans le domaine électrique et les transmissions sur la
fibre. SONET/SDH est un réseau de cette génération.
La troisième génération de réseaux est le WDM. En WDM nous verrons par la suite la
communication s’effectue de bout en bout en optique ce qui a l’avantage immédiat de
réduire les coûts (à court/long terme) et la maintenance mais aussi de supporter des
débits plus importants.
IV.1.2 Les principaux composants optiques existant
Les OXC (Optical Cross Connect)
Les S/DWR (Static/Dynamic Wavelength Router)
Les ADM (Add/Drop Multiplex)
3
2
La technologie SDH / SONET
Les Coupler (Coupleurs)
Je tiens à prévenir le lecteur que j’ai utilisé ses termes en fonction des connaissances
que j’ai pu acquérir durant mes recherches. Ces termes sont souvent employés de façon
ambiguë dans la littérature et chez les constructeurs, il ne faut donc pas s’attarder sur
leurs dénominations mais bien sur leurs fonctions dans un réseau optique. Le terme
générique OXE (Optical eXchange Equipement) permet de les désigner indifféremment.
IV.1.2.1 Coupler
Le principe des ces appareils est de diviser (splitter) la lumière arrivant d’une source en
plusieurs sources qui seront re dirigées dans des fibres optiques.
Ce type d’appareil est très simple à réaliser techniquement et est entièrement optique.
L’inconvénient c’est que l’intensité lumineuse sortante est elle même diminuée de –3 dB
(c’est à dire divisée de moitié).
On utilise en général un coupleur étoile passif (passive star coupler) dans les réseaux
WDM.
Un coupleur NxN est placé au centre du réseau, les terminaux (end-node) sont reliés à
une entrée pour émettre des informations et à une sortie du coupleur pour recevoir les
informations des autres terminaux.
Ce type d’appareil est principalement utilisé pour les réseaux dits: BSN que nous
verrons plus loin.
Exemple de star coupler :
Exemple d’un coupleur simple :
3
3
NxN
ì-2-3-4
ì-
1
ì-
2
ì-
3
ì-
4
ì-1-3-4
ì-2-1-4
ì-2-3-
1
La technologie SDH / SONET
Exemple d’un Tree/Star coupler :
IV.1.2.2 ADM
L’ADM est un appareil avec un port d’entrée, de sortie, d’ajout et de retrait. Le principe
des ADMs est de re-router une ou plusieurs longueurs d’onde du port d’entrée vers le port
de retrait. On peut ajouter des signaux à la sortie de l’ADM par l’intermédiaire du port
d’ajout.
Les ADMs peuvent être re-configurable (dynamic) et sont en général tout optique.
Un exemple d’ADM dynamique : AOTF (Acoustooptic Tunable Filter) dont le principe est
expliqué par le schéma suivant :
ì
1
ì
2
ì
3
ì
1
ì
2
ì
3
ì
1
ì
3
ì
2
Narrowband
Polarization
Converter
Polarizing
Beam
Splitter
Polarizing
Beam
Splitter
Ces appareils sont à la base des routeurs en longueur d’onde.
Voici à quoi peut ressembler un ADM :
IV.1.2.3 S/DWR
3
4
La technologie SDH / SONET
Le principe est de changer de longueur d’onde lorsqu’on change de réseau.
Il existe 2 types d’architectures de WR :
- Static Wavelength Router
- Dynamic Wavelength Router
Le Static WR :
On utilise une matrice de routage en longueur d’onde entre N entrées et N sorties avec
N ì. Un exemple de SWR : Le WGR : Waveguide Grating Router.
Le WGR est composé de 2 stars coupler interconnectés suivant un tableau discordant qui
répartissent les longueurs d’onde dans différents guides d’ondes.
L’intérêt d’un tel routage c’est qui peut être fabriqué sur un chip à bas coût.
Le Dynamic WR :
Le DWR peut quant à lui router un signal du port d’entré (une longueur d’onde) vers
n’importe quel port de sortie indépendamment des autres signaux de n’importes quelles
longueurs d’onde sur le même port.
Le principe du DWR c’est la combinaison de : DEMUX + SWITCH + MUX avec switch
paramétrable :

3x3
switch
3x3
switch
ì1

ì
1

ì
1

ì1

ì
1

ì
1

ì
2

ì
2

ì
2
ì
2

ì
2

ì
2

ì
1

2

ì
1

2

ì
1

2

ì
1

2

ì
1

2

ì
1

2

IV.1.2.4 OXC
On commande le basculement des transmissions, cela peut servir par exemple pour faire
du full/half duplex commander pour optimiser les débits en cas de problème sur une
fibre.
Principe :

On commande la commutation ou non du signal sur une autre fibre optique. C’est un peu
le principe de changement de rails pour un train.
Ce type de cross connect est le composant le plus facile et le moins cher à fabriquer, il
est à la base des switchs.
3
5
La technologie SDH / SONET
Un cross connect n’est cependant pas un Wavelength Router car il ne peut pas distinguer
de différences entre des longueurs d’onde sur un même port d’entré.
Voici un exemple d’utilisation d’OXC :
Optical
Cross
Connect
(OXC)
wavelength
converter
Ici l’OXC est utilisé pour convertir des longueurs d’onde, il peut donc servir à réaliser un
SWR.
Remarque :
Nous avons vu que tous les composants de base des réseaux WDM sont où peuvent être
des composants à 100% optiques, cela signifie qu’il est possible de développer des
réseaux WDM à bas prix.
L’ADM permet à tout moment d’ajouter ou d’enlever des ì sur la fibre optique. Il en
existe principalement deux sortes : Les Fixed WADM et les Reconfigurable WADM.
L’OXC (Optical Cross Connect) est une technique de switching qui permet aux longueurs
d’onde d’aller dans n’importes quelles fibres optiques en fonction du besoin et de la
configuration de l’OXC. Ces appareils ont la possibilité d’être managés (SNMP) et
programmables.
IV.2 L’architecture en WDM
Voici un schéma reflétant le principe du D/WDM :
G signifie l’amplificateur à fibre optique dopée à l’erbium.
Lien classique multi-canaux, utilisation d’une liaison Point à Point.
Nous avons déjà rencontré tous les éléments constituants ce type d’architecture.
IV.2.1 Architecture Passive Optical Network (PON )
3
6
MUX G DEMUX
ì
ì
ì
ì
ì
ì
ì
ì
EDFA
F.O.
La technologie SDH / SONET
Un lien bidirectionnel est établi entre le serveur et les usagers (ONU : Optical
Network Unit). Ce type d’architecture pourrait être celui des futurs providers Internet
par exemple.
L’avantage c’est d’avoir une architecture tout optique, ce qui est à la fois son
inconvénient car il faut pouvoir garantir une durée de vie relativement importante pour
un développement à grande échelle.
IV.2.2 Architecture Broadcast-Selected Network (BSN)
1
2
N
ì
1
ì
2
ì
N
1
2
N
ì
1…ì
N
ì
1
…ì
N
ì
1
…ì
N
Transmitters Combiner(s)/Splitter(s) Receivers
Ce type d’architecture est basée sur des composants optiques simples. L’architecture est
complétement réalisée par des mirroirs, lentilles, etc …
Voici un exemple d’architecture physique/logique de BSN :

star
coupler
1
3
2 4
ì
5
ì
7

ì2ì3

ì
6
ì
7

ì1ì3

ì0ì2
ì4ì5

ì4ì6
ì0ì1

ì
0

1
2
3
4
1
2
ì1

ì
4

ì5

ì
2

ì3
ì
6

ì7
Cette architecture est en plus multi-hop c’est à dire qu’on ne communique pas
directement sur la même longueur d’onde. C’est un cas assez particulier d’utilisation
d’un BSN, on préférera en effet un single-hop qui correspond à l’architecture physique.
Cela montre cependant que toutes les configurations possibles de réseaux sont
envisageables.
3
7
DEMUX
ì
ì
ì
ì
Entreprises
/Université
s
La technologie SDH / SONET
Ce type d’architecture petmet d’avoir des connections de type :
- One to one
- One to many
- One to all
L’avantage de cette technologie est qu’elle permet les broadcast, multicast ce qui est
toujours d’actualité dans les réseaux (application partagée, visioconférence, etc…).
Elle est tout optique ce qui implique que le réseau sera plus robuste (exception de fibres
cassés/coupées). Architecture très simple à manager, en effet seul les equipements
terminaux sont à monitorer.
L’inconvénient c’est qu’elle est limitée au nombre de sous porteuses WDM, de plus le
fait même de broadcaster use le support et oblige d’utiliser des termianux plus
performants.
Ce type d’architecture n’est donc souhaitable que dans des réseaux DWDM dans un
environnement LAN/MAN.
Dans une architecture BSN tous les types de topologies sont possibles, en effet avec des
coupleurs passifs en étoile ont peut réaliser des topologies Bus, étoiles et anneaux.
Pour réaliser cela on utilise le même principe de port d’entrée (pour le broadcast) et le
port de sortie (pour l’émission). On s’aperçoit alors que la topologie n’intervient dans les
réseaux BSN.
IV.2.3 Architecture Wavelength Routing Network (WRN)
2
1
3
4
ì
1
ì
2
end-node
wavelength
router
Dans cette architecture on cherche à optimiser les longueurs d’onde.
Pour cela on construit de petits réseaux n’utilisant qu’un certain nombres de ì uniques.
Les routeurs de bordure sont chargés de convertir les ì entre chaque réseaux pour éviter
les conflits (on parle d’active shifting). L’intérêt étant de pouvoir créer une grande
connectivité et de ré utiliser les ì ce qui permet de construire de grands réseaux.
Les routeurs en longueur d’onde sont tout optique eux aussi.
3
8
Problème
d’assignation
La technologie SDH / SONET
Nous voyons sur le schéma que le routage en longueur d’onde oblige les routeurs à créer
des tables de routages en longueurs d’onde pour décaler (basculer) ces dernières
lorsqu’un conflit risque de ce produire. Deux techniques sont à envisager :
- Assignation statique (Matrice de routage)
- Assignation dynamique (Routeur reconfigurable)
Les différents composants constituants ces types de réseaux sont le S/DWR et les ADM.
IV.3 La topologie réseau
La topologie physique peut être de la forme :
Bus, Anneau, Etoile et Maillé.
Cela dit la topologie usuelle à notre époque des réseaux D/WDM est en anneau.
Avant l’apparition des fibres EDFAs la topologie étoile était la plus couramment utilisée.
Nous avons vu que certaines topologies étaient liées ou pas aux composants les
constituants, l’étude des topologies n’a donc pas d’intérêt particulier à être détaillé.
Petit complément sur le vocabulaire :
Il existe deux visions pour faire circuler l’information sur le support physique : Single-Hop
et Multi-Hop.
En single-hop : Aucune conversion optoélectronique n’est faite, les données traversent le
réseau directement de la source au destinataire. Les BSNs sont en général des réseaux
single-hop.
En multi-hop : On utilise un petit nombre de ì qui sont commutés, soit en longueur
d’onde, soit en fibre optique ou en conversion de longueur d’onde. Les ì changent
lorsqu’elles traversent un host (hop). Il n’y a plus de communication directe. Les WRNs
sont des réseaux multi-hop.
Il est cependant possible de trouver des BSNs en multi-hop et des WRNs en simple-hop
bien que cela soit plus improbable du simple fait de leurs architectures physiques
propres.
IV.4 Les liaisons usuelles du DWDM
IV.4.1 Liaison point à point :
Utilisation type : SAN, Data Center, Backup, etc…
Conception simple.
3
9
A B
Fibre Optique
La technologie SDH / SONET
Ces réseaux permettent d’avoir des débits très importants (> 40 Gbit/s) sur de très
grandes distances (quelques centaines de kilomètres) avec une possibilité de restauration
de fonctionnement très rapide.
Le nombre d’amplificateur optique peut être réduit à moins de 10, ce qui réduira
d’autant les coûts de déploiement.
La protection/sécurisation de la ligne en P to P est en général assuré par une paire de
fibre :
- Une fibre par sens de communication
- Une fibre de secours par sens de communication
De plus pour assurer une plus grande fiabilité on peut utiliser un ADM sur le lien pour re-
router les paquets si un équipement terminal venait à tomber en panne :
Figure 7 - PtoP + ADM Source (Cisco)
IV.4.2 Liaison multipoint en anneau
2 variantes existent : étoile sur anneau et maillé sur anneau
Les flèches rouges et bleus
représentent l’architecture
Maillée sur anneau.
Exemple d’utilisations :
étoile maillé
4
0
Sortie : Gbit/s
Sortie : Gbit/s
Sortie : Gbit/s
Paire de fibre
La technologie SDH / SONET
Raccordement de
clients sur site
principal
Transport de flux (ToIP,
VoIP)
Stockage centralisé Trafic : any to any
Protection en WDM/Anneau :
On peut utiliser 2 où 4 paires de fibres en fonction du niveau de sécurisation des liens.
Explications :
Figure 8 - UPSR/ BLSR (Source Cisco)
UPSR BLSR
MAN WAN
Protection dédié Protection partagé
En UPSR (Unidirectional Path Switched Ring) (2 fibres par anneau) une fibre est utilisée
pour un sens de communication. Si une fibre casse on peut toujours communiquer avec
son correspondant en utilisant le sens inverse normal de communication (RX au lieu de
TX), ce qui offre une redondance limitée.
En BLSR (Bidirectional Line Switched Ring) (4 fibres par anneau) si une fibre casse, on ne
va pas surcharger toute la fibre mais seulement une partie ce qui va limiter
l’engorgement du trafic, ce qui peut jouer considérablement si plusieurs réseaux en
anneaux sont interconnectés.
Ce type d’architecture est utilisé dans les backbones SDH/SONET pour offrir une
complète redondance.
IV.5 Evolution du WDM
Il existe d’autres évolutions possibles du WDM en cours de développement comme :
L’optique sans fil (OW : Optical Wireless)
Solitons
OW Principe :
Benoît Champy, Alexandre le-Faucheur 4
1
G
Récepteur
EDFA-
Amplificateur
Télescope Télescope
La technologie SDH / SONET
Solitons : (Exemple la société : algety en France)
L’idée est de maintenir la forme d’une impulsion tout au long de sa propagation dans la
fibre (donc de lutter au maximum contre la PMD).
Rappel : v=c / n, n l’indice du milieu et n varie d’après l’effet Kerr optique : n = n0 +
n2.I
2
.
On cherche à compenser les effets de dispersions chromatiques de la fibre par le
coefficient n2 (non linéaire) pour maintenir la linéarité de l’indice du milieu.
Une certaine forme d’intensité lumineuse permet de faire évoluer le coefficient n2 de tel
sorte à garder l’indice n constant.
L’inconvénient du soliton c’est que le signal doit être amplifié périodiquement (les fibres
EDFAs suffisent ?).
En revanche pour les systèmes WDM il convient car le signal peut être amplifié plusieurs
fois parce que peu déformé par la fibre.
Soliton devrait permettre de garantir de bon débit sur de longues distances
IV.6 Les débits actuels en DWDM
On trouve souvent dans la littérature la notion de bande :
Bande C : 1525 - 1565 qm
Sous bande C Bleu : 1525 – 1545 qm
Sous Bande C Rouge : 1545 – 1565 qm
Bande L : 1570 – 1620 qm
Sous Bande L Bleu : 1560 – 1585 qm
Sous Bande L Rouge : 1585 – 1620 qm
A l’heure actuelle on arrive à faire passer jusqu'à 160 canaux par bande avec un
espacement de 25 GHz. L’UIT-T à définie des espacements jusqu'à 12,5 GHz de large, ce
qui signifie que l’on peut espérer avoir jusqu'à 320 canaux si bien sûr la technologie le
permet (cela fait quand même un joli petit LAN).
10 Gbit/s x 320 = 3200 Gbit/s, Oui le DWDM a un avenir certain ! Surtout lorsque l’on sait
que la technologie utilisée est entièrement optique donc à terme à faible coût.
Techniquement on peut trouver sur de grandes distances, c’est à dire avec une partie
ré-amplifiée, des débits allant jusqu'à 100 Gbit/s sur 100 km (40 canaux => 100 GHz).
Les débits sont importants, très important et aujourd’hui on est encore loin d’atteindre
la limite de bande passante que ce support peut offrir. Parler de débit en WDM n’a pas
d’intérêt en soit car plusieurs combinaisons sont possibles et de toutes les façons on
n’utilise pas le support au maximum de sa capacité.
C’est pour cela que les équipementiers offrent des équipements télécoms de 2,5 à 10
Gbit/s, afin de créer/anticiper la demande de bande passante pour les grands comptes et
favoriser ainsi le développement d’architectures MAN par exemple : Ethernet 10 Gbit/s,
pour encourager et soutenir l’investissement qui obligera ainsi les opérateurs à
moderniser leurs réseaux backbones nationaux / internationaux.
Remarque :
En DWM, le 2,5 Gbit/s est l’unité « de base » des débits possibles.
Ainsi WDM-16 canaux = 16 x 2,5 Gbit/s.
4
2
Lase
r
EDFA-
Amplificateur
Télescope Télescope
La technologie SDH / SONET
l’UIT-T préconise un TEB/BER de 10
-12
au minimum, certains constructeurs garantissent
jusqu’à 10
-14
.
- Ethernet/câble => 10
-9
: 100 Mbit/s => 10 sec x 100 M = 10
9
=> 1 erreur bit / 10 sec.
- WDM 10
-12
=> 100 Gbit/s => 10 sec x 100 G = 10
12
=> 1 erreur bit / 10 sec.
Donc bien évidemment les lignes deviennent plus « sûres » et l’on comprend pourquoi on
laisse à une couche réseau supérieure le soin de détecter, voir, corriger une erreur de
bit.
IV.7 Conclusion D/WDM
Je n’ai pas parlé de la technologie OPS (Optical Packet Switching) qui est développée en
Europe qui permet de faire du switching dynamique en longueur d’onde avec re-
synchronisation. Je laisse le soin au lecteur de découvrir et de se renseigner sur cette
technologie.
Je n’ai pas parlé non plus du Coarse WDM (CWDM) qui n’est que du WDM simplifié ce qui
ne change en rien les architectures que nous avons vues précédemment.
Nous avons appris quels sont les principaux types d’appareils utilisés de nos jours dans
une architecture WDM, on aura retenu qu’il est préférable d’utiliser des appareils tout
optique à des appareils Optoélectroniques, pour des questions de coûts et de mise en
œuvre.
Ces principaux appareils sont :
- Les OXC (Optical Cross Connect)
- Les S/DWR (Static/Dynamic Wavelength Router)
- Les ADM (Add/Drop Multiplex)
- Les Coupler (Coupleurs)
On aura remarqué qu’en WDM toutes les architectures physiques et de liaisons sont
possibles mais cependant les constructeurs ont adopté une topologie physique en anneau
qui correspond bien aux réseaux MAN, la liaison quand à elle dépend des besoins
spécifiques de l’utilisateur (ex : SAN, point à point, etc.…).
Enfin nous avons constaté que les débits en WDM ne cessent continuellement
d’augmenter ce qui signifie que cette technologie est encore loin d’avoir atteint ses
limites liées à sont support physique qu’est la fibre optique.
Le WDM est donc la seule technologie capable de fournir du très haut débit sur des
distances importantes. Les ordres de grandeurs sont de quelques dizaines de Gbit/s sur
quelques centaines de kilomètres.
Le constructeur Cisco offre des services pour des réseaux MAN/LAN basés sur la
technologie D/WDM. Ces solutions s’appellent-le : metro WDM, dont l’architecture
générale est donnée sur la figure suivante :
4
3
La technologie SDH / SONET
Figure 9 - L'avenir le Metro WDM (Cisco)
Le metro WDM la nouvelle génération de réseaux optiques à très haut débit de chez Cisco
série ONS-1500.
Le metro WDM devrait permettre d’avoir des débits allant jusqu'à : 40 Gbit/s sur 100 km,
on parle alors de long-haul DWDM.
Des études sont menées pour offrir le même débit sur des distances supérieures à 100
km, on parlera alors de Ultra-long-haul DWM.
Pour plus d’information allez sur le site :
http://www.cisco.com/univercd/cc/td/doc/product/mels/cm1500/
4
4
La technologie SDH / SONET
V L’ARCHITECTURE SDH/SONET
Avant de commencer l’étude des architectures SDH & SONET nous allons faire un
dans un premier temps un petit rappel historique sur les motivations et les besoins
d’une architecture synchrone.
Dans un deuxième temps nous allons exposer la hiérarchie SDH dans son ensemble,
car bien trop complexe pour être détaillé dans ce rapport.
Nous terminerons sur les différences entre SDH et SONET.
V.1 Historique et Présentation
V.1.1 SDH La motivation
Voici les besoins les importants qui ont motivé le développement de SDH :
Un système de multiplexage flexible permettant une grande facilité de réorganiser
l’information (ou train d’informations) avec la possibilité par exemple de transport des
trains à débits variables.
Un système permettant d’insérer/extraire des affluents, réorganiser le multiplex sans
effectuer l’ensemble des opérations de MUX/DEMUX (comme PDH) tout en transportant
plusieurs trames différentes comme ATM.
Un système permettant la gestion, le contrôle et la maintenance de ses équipements
tout en garantissant des débits importants.
Un système inter opérable donc une normalisation complète et internationale. SDH
normalise une famille d’interfaces de lignes optiques qui permettent cette
interopérabilité). Cette interconnexion de systèmes nécessite la normalisation de la
trame, des paramètres optiques et des règles d’exploitation de réseaux.
A la fin des années 80 (1988) la hiérarchie numérique synchrone (SDH) fût développée
dans le but d’unifier les structures réseaux mondiales, donc de réduire les coups de
management des réseaux et d’éliminer les inconvénients de la hiérarchie PDH.
SDH est construit sur les niveaux 1 et 2 du modèle OSI.
4
5
La technologie SDH / SONET
Nous verrons par la suite que la couche 1 est voisine des architectures WDM décrit dans
le chapitre précédemment pour une architecture optique évidemment, dans ça version
actuelle SDH ne spécifie pas l’utilisation de DWDM.
Dans ce chapitre seule l’architecture physique optique est à considérer (bien que SDH
spécifie aussi bien des interfaces optiques et électrique).
La couche 2 gère tout le multiplexage et le contrôle de ligne (les alarmes).
Rappel des débits binaires de la hiérarchie numérique synchrone (SDH) :
niveau de la hiérarchie
numérique synchrone
débit binaire
hiérarchique (kbit/s)
1 155 520
4 622 080
16 2 488 320
64 9 953 280
V.1.2 PDH vers SDH
Sur le site web de Gartner Dataquest, on trouve un classement des équipements en
fonction de leur génération :
- 1G : hiérarchie numérique plésiochrone et équipements asynchrones.
- 2G : hiérarchie numérique synchrone / synchronous optical network (SONET),
D/WDM et DXC (Digital Cross Connect).
- 3G : Equipement optique optimisé pour les réseaux datas, SDH nouvelle génération,
optical switches et le metro WDM.
Remarque :
Le DXC est un équipement optoélectronique qui s’occupe de faire changer de longueur
d’onde un signal optique. C’est l’équivalent à un OXC en optoélectronique.
Il existe actuellement dans le monde 3 réseaux optiques hauts débits synchrones.
Il y a le SDH définie par l’ETSI : SDH (ETSI), le SDH propre au japon : SDH (Japon) et le
SONET (Amérique du nord).
Les différents débits de la 1G sont indiqués sur la figure suivante :
4
6
La technologie SDH / SONET
La 3G quand a elle défini des débits allant jusqu'à 40 Gbit/s.
SONET SDH (ETSI japon)
OC-3 (155 Mbps) STM-1 (155 Mbps)
OC-12 (622 Mbps) STM-4 (622 Mbps)
OC-48 (2.5 Gbps) STM-16 (2.5 Gbps)
OC-192 (10 Gbps) STM-64 (10 Gbps)
OC-768 (40 Gbps) STM-256 (40 Gbps)
On remarque qu’en PDH le canal de base est de 64 kbit/s (1 octet / 125 µs), cela vient
du fait que les opérateurs nationaux avaient utilisé la modulation PCM (8000 Hz * 8
bit/s/Echantillons) pour encoder la voix sur leurs réseaux de transports.
La hiérarchie PDH consiste en un multiplexage de base de canaux de 64 kbit/s.
En Europe le nombre de canaux multiplexé est de 32 (30 utiles) contre 24 en Amérique du
Nord et au Japon.
Ce premier multiplexage s’appelle le multiplex de base.
Le problème du PDH c’est l’architecture de multiplexage successif des multiplex qui
oblige l’équipement à dé multiplexer extraire/rajouter un canal puis re multiplexer le
tout pour l’envoyer sur le réseau de transport.
De tel équipement coûte cher et la demande des utilisateurs étant tournée de plus en
plus vers le monde entier et la data, alors la non compatibilité des équipements entraîne
des coûts supplémentaires aux opérateurs qui doivent être réduit au maximum car
inutile.
4
7
397200 kbit/s
97728 kbit/s
32064 kbit/s 44736 kbit/s
274176 kbit/s
564992 kbit/s
139264 kbit/s
34368 kbit/s
6312 kbit/s
1544 kbit/s
8448 kbit/s
2048 kbit/s
64 kbit/s
x4
x4
x4
x4
x4
x4
x6
x7
x3
0
x2
4
x3
x5
La technologie SDH / SONET Epita Telecom 2004
Le besoin en bande passante étant croissant surtout en Europe avec l’ouverture des
marchés de l’Est, mais aussi la Chine et les autres pays émergeant, il a fallu que l’UIT-T
standardise un certain nombre de procédés pour éviter que l’erreur commise sur le PDH
ce reproduise.
Pour cela l’UIT-T standardisé plusieurs systèmes :
SDH
SONET
Comme le standard nord américain est le plus ancien, les deux ne sont pas pleinement
compatible mais en revanche, cette fois on peut plus facilement les interconnecter.
En effet le débit de base est de 51,84 Mbit/s pour SONET (STS/OC-1) alors qu’il est de
155,520 Mbit/s pour SDH (STM-1).
Ce problème est facilement ré solvable car leurs débits sont multiples de 2 les uns par
rapport aux autres.
V.2 SDH
Nous allons expliquer comment fonctionne la Hiérarchie Numérique Synchrone (SDH) en
expliquant séparément les parties qu’il la compose.
Pour cela nous allons résumer les principales avis de l’UIT-T, qui sont :
- G.703 : Jonctions Numériques.
- G.707 : Interface de nœud pour SDH.
- G.783 : Les blocs fonctionnels des équipements de SDH.
- G.803 : Architecture des réseaux de transport.
- G.957 : Interfaces optiques pour les équipements relatifs à SDH.
- G.958 : Systèmes de la ligne numérique fondés sur SDH.
Nous allons commencer par expliquer la structure du multiplexage de SDH d’après les
recommandations de l’UIT-T.
Je tiens à informer le lecteur que certaines parties de ce chapitre sont directement
prises des recommandations :
- G.707 pour la hiérarchie des multiplexages.
- G.803 pour la hiérarchie synchrone.
Avant de commencer l’exposé je voudrais attirer l’attention du lecteur sur un point très
important :
Les trames synchrones hauts débits sont construites par multiplexage synchrone de
l’entité de base. Cette entité de base définit implicitement toutes les trames hauts
débits, la limitation n’est plus que technologique. Cette propriété est au cœur de la
hiérarchie SDH.
C’est pour cela que nous allons dans un premier temps étudier le multiplexage puis dans
un deuxième temps nous allons voir comment est organisé les échanges d’horloge qui
garantissent le haut débit.
4
8
La technologie SDH / SONET Epita Telecom 2004
V.2.1 La structure DU MULTIPLEXAGE SYNCHRONE
T1517950-95
× 1
× N
× 3
× 3
× 1
× 1
× 3
× 4
× 7
× 7
STM-N AUG
AU-4 VC-4
AU-3 VC-3
C-4
C-3
C-2
C-12
C-11
VC-3
VC-2
VC-12
VC-11
TU-3
TU-2
TU-12
TU-11
TUG-2
TUG-3
139 264 kbit/s
(Voir la Note)
6312 kbit/s
(Voir la Note)
2048 kbit/s
(Voir la Note)
44 736 kbit/s
34 368 kbit/s
(Voir la Note)
C-n conteneur de niveau n
multiplexage
alignement
traitement de pointeur
mappage

1544 kbit/s
(Voir la Note)
NOTE - Cette figure indique les affluents décrits dans la Recommandation G.702 associés aux conteneurs C- x.
Il est également possible de traiter d'autres signaux, tels que ceux en mode ATM (voir 10.2).
Figure 10 - Le multiplexage SDH (UIT-T G.707)
Le schéma n’étant pas explicite nous allons ajouter un exemple d’utilisation et d’écrire
le principe de la hiérarchie synchrone :
4
9
La technologie SDH / SONET
T1517970-95
VC-1
TU-1
TUG-2
VC-3
AU-3
AUG
STM-N
conteneur-1
VC-1 POH conteneur-1
VC-1
VC-1 VC-1
TU-1 PTR
TU-1 PTR TU-1 PTR
TUG-2 TUG-2
VC-3 POH
VC-3
SOH AUG AUG
association logique
association physique
AU-3 PTR
AU-3 PTR AU-3 PTR VC-3
VC-3
NOTE - Les zones non ombrées sont en phase. La mise en phase entre zones non ombrées et zones
ombrées est définie par le pointeur (PTR) et indiquée par la flèche.
Figure 11 - Exemple de multiplex (UIT-T)
Nous allons maintenant expliquer le déroulement de l’opération de multiplexage :
1) Le conteneur : correspond simplement aux données à transmettre. Le conteneur
mappe les données selon un format bien précis.
NB : Il peut contenir des trames PDH où ATM par exemple.
2) le conteneur virtuel (VC) : un header est rajouté au conteneur d’origine. Ce header
porte le nom de POH et il va permettre d’assurer la continuité du débit en ajoutant un
sur débit en fonction du conteneur précédent. Le conteneur virtuel effectue un
alignement des conteneurs.
Une fois que ce traitement effectué le nouveau paquet ce dirige vers l’unité affluente
(TU).
3) L’unité affluente (TU) : Ce charge de synchroniser le VC avec les équipements SDH et
de multiplexer les VCs ensembles, cela ce traduit par le rajout d’un pointeur pour la
synchronisation. Ce pointeur indique l’emplacement du VC dans la trame considérée.
NB : Dans notre exemple, on multiplexe 4 TUs.
5
0
La technologie SDH / SONET
Lorsqu’on a plusieurs données à transmettre les TUs peuvent être multiplexés dans un
groupe, ce groupe s’appelle : un groupe d’unité affluente (TUG).
4) Le TUG : A pour rôle de multiplexer des TUs de niveaux différents dans la hiérarchie
synchrone. Les pointeurs rajoutés sur l’unité affluente (TU-PTR) permettront de
retrouver l’information (TU) dans un TUG.
NB : Sur l’exemple on ne voit pas l’intérêt du TUG car on ne multiplexe qu’on seul canal,
le C-11. En effet le TUG-2 a la possibilité de multiplexer :
- 4xTU-11
- 3xTU-12
- 1xTU-2
A ce moment nos informations sont donc dans un multiplex. Les informations d’origines
ne sont plus en « phase » avec la source car il faut gérer les POHs des VC inférieurs. Pour
cela nos groupes d’unités affluentes vont de nouveau être réalignés par un conteneur
virtuel en suivant le même principe que décrit précédemment.
A partir de ce niveau de la hiérarchie les équipements sont dits de niveau : « supérieur »
et auront donc des propriétés spécifiques. Inversement les équipements précédemment
cités sont dits : « inférieur ».
NB : le TUG-3 est de niveau supérieur et a la possibilité de multiplexer :
- 7xTUG-2
- 1xTU-3
5) Le VC-3 d’ordre supérieur : il est chargé de multiplexer des TUG-2 ou bien (ou
exclusif) des C-3. Il va donc contenir lui aussi un header POH.
à ce niveau dans la hiérarchie on peut ajouter des conteneurs (C) plus important comme
par exemple le C-3.
Le nouveau multiplex qui va être ainsi créé ne sera pas synchronisé comme les Tus, donc
on le transmet à un niveau encore supérieur de la hiérarchie pour former un nouveau
groupe. Ce nouveau groupe spécial s’appelle : l’unité administrative (AU).
6) l’unité administrative (AU) : Le but de cette unité est de synchroniser (AU3-PTR) et
multiplexer le flux venant du VC (dans notre cas le VC-3) et de préparer la formation du
STM de sortie (pour créer le SOH).
NB : l’AU-3 multiplexe 3xVC-3. l’AU-4 multiplexe 1xVC-4.
A ce stade de la hiérarchie deux possibilités sont possibles et dépendent du groupe
d’unité administrative.
7) groupe d’unité administrative (AUG ) : Ce groupe est constitué de façon homogène de
NxAU-4 ou de NxAU-3. Le but de ce groupe est de créer le STM-N avec un header SOH
associé. Le SOH est un header de sur débit pour la section (en rapport à la couche
liaison).
Le STM de niveau 1 (STM-1) a un débit de : 155520 kbit/s.
Le STM de niveau 16 (STM-16) a un débit de : 2488320 kbit/s.
5
1
La technologie SDH / SONET
Le principe pour tous les étages est le même :
On prend ce qui existe à un étage n-1, on le met en forme (mappage), on le multiplexe
et on le synchronise à l’étage n que l’on transmet à l’étage n+1 et cela ainsi de suite.
On aura remarqué que les débits des conteneurs C-11 C-12 et C-2 sont différents et ne
sont pas multiples entre eux. Les multiplex sortant des TUs et AUs ne peuvent pas avoir
des débits d’informations identiques continuellement. On utilise alors du bourrage pour
combler la différence.
C’est pour cela qu’un pointeur est nécessaire pour retrouver les informations dans un
multiplex.
Cette hiérarchie pose le problème du débit qui varie de plus ou moins Y bit/s par rapport
au débit nominal X bit/s du signal entrant. Or une trame de transport a un débit fixe,
c’est pour cela que l’on utilise une opération qui permet de transporter un signal de
débit variable dans une trame de débit fixe, cette opération s’appelle l’alignement (on
parle alors d’alignement positif, négatif ou nul).
Il suffit pour cela de prévoir dans la trame de transport une place allouée à chacun des
affluents suffisante pour permettre de transporter leurs plus grands débits possibles.
Grâce à des débits de remplissage (bourrage) on obtient le débit désiré.
Voici une figure permettant de visualiser la forme des STMs et de ses composants tels que
les VCs.
X X X X
T1518020-95
.

.

.

.
.

.

.

.
. . . .
VC-4
VC-3
VC-n
VC-n
n = 1, 2, 3
n = 1, 2
. . . .
. . . .
. . . .
a) module STM-1 avec une unité AU-4
a) contenant des unités TU-n
X
o
AU-n
TU-n
pointeur d'unité AU-n
pointeur d'unité TU-n
pointeur d'AU-n + VC-n (voir l'article 8)
pointeur de TU-n + VC-n (voir l'article 8)
b) module STM-1 avec trois AU-3
a) contenant des unités TU-n
Figure 12 - headers STM / SOH (UIT-T)
La trame au dernier plan est la trame STM-1 qui contient comme nous le savons déjà soit
des 3 unités AU-3 soit 1 unité AU-4 (Les « x » représentantes les 2 cas possibles).
V.2.2 L’architecture du réseau SYNCHRONE
5
2
La technologie SDH / SONET
Je tiens à préciser que les figures et le texte ci-dessous sont repris de la recommandation
UIT-T G.803.
L’architecture du réseau synchrone me paraissant un aspect fondamental dans la
hiérarchie SDH je me suis permis de la présenter telle qu’elle est spécifiée par l’UIT-T.
Un réseau de transport à hiérarchie SDH peut être décomposé en un certain nombre de
réseaux en couches de transport indépendants avec une association client/serveur entre
réseaux stratifiés adjacents. Chaque réseau stratifié peut être subdivisé séparément afin
de refléter la structure interne de ce réseau stratifié ou la façon dont il sera géré. La
structure des réseaux en couches à hiérarchie SDH ainsi que les fonctions d'adaptation
sont représentées dans la Figure suivante. Pour les besoins de la description de la
hiérarchie SDH, la fonction d'adaptation inter couche est désignée en fonction du réseau
de couches serveuses. L'ensemble de transport de la Recommandation G.805 est appelé
"couche".
Nous voyons sur le schéma suivant la décomposition fonctionnelle de SDH en couches qui
peut être traduit en une décomposition ISO.
La couche physique & régénération SDH = Niveau 1
La couche multiplexage & conduit = Niveau 2
5
3
La technologie SDH / SONET
T1308670-96
chemin LOP
LOP NC
chemin HOP
HOP NC
chemin MS
MS NC
chemin RS
RS NC
source
LOPA
LOP AP
source
LOPT
LOP TCP
source
HOPA
HOP AP
source
HOPT
HOP TCP
source
MSA
MS AP
source
MST
MS TCP
source
RSA
RS AP
source
RST
RS TCP
collecteur
LOPA
LOP AP
collecteur
LOPT
LOP TCP
HOP AP
HOP TCP
MS AP
MS TCP
RS AP
RS TCP
collecteur
HOPA
collecteur
HOPT
collecteur
MSA
collecteur
MST
collecteur
RSA
collecteur
RST
AP Point d'accès
HOPA Adaptation de conduit d'ordre supérieur
HOPT Terminaison du conduit d'ordre supérieur
LOPA Adaptation de conduit d'ordre inférieur
LOPT Terminaison de conduit d'ordre inférieur
MSA Adaptation de section de multiplexage
MST Terminaison de section de multiplexage
NC Connexion de réseau
RSA Adaptation de section de régénération
RST Terminaison de section de régénération
TCP Point de connexion de terminaison
Figure 13 - Couches SDH (UIT-T)
5
4
La technologie SDH / SONET
Lorsqu'elle prend en charge de multiples clients, la fonction d'adaptation est groupée
avec le réseau de couches serveuses. La Figure suivante représente le cas d'une couche
serveuse de conduits d'ordre supérieur (HOP) d'un conteneur virtuel de niveau 4 prenant
en charge des réseaux de couches clientes de conduits d'ordre inférieur (LOP) de
conteneurs virtuels de niveaux 12, 2 et 3. La Figure suivante fournit de plus amples
détails sur la structure interne de la fonction d'adaptation inter couche HOP pour montrer
le groupement de trois unités d'affluents TU-12 dans un groupe TUG-2 et sept groupes
TUG-2 dans un groupe TUG-3 pour refléter la structure de multiplexage SDH définie dans
la Recommandation G.707. On notera que le groupe d'unités d'affluents décrit
uniquement le groupement et ne modifie pas le format du signal.
T1308680-96
VC-12
AP
VC-12
VC-12
TCP
VC-2
AP
VC-2
VC-2
TCP
VC-3
AP
VC-3
VC-3
TCP
TU-12 TU-2 TU-3
TUG-2
TUG-3
HOPA
VC-4
AP
VC-4
VC-4
TCP
couche HOP*
* Ensemble de transport G.805
Figure 14 - Principe fonctionnel d'un multiplexeur (UIT-T)
5
5
La technologie SDH / SONET
La gestion des horloges :
L'architecture utilisée en hiérarchie SDH exige une traçabilité du rythme de toutes les
horloges d'éléments de réseau à une horloge PRC (PRC, primary reference clock)
conforme à la Recommandation G.811. On distinguera ci-dessous deux catégories de
répartition de la synchronisation, selon qu'elle s'effectue à l'intérieur des nœuds
contenant une horloge de niveau G.812 ou entre les nœuds.
L'architecture fonctionnelle des réseaux de synchronisation traite de la modélisation du
transfert des informations de rythme entre horloges de synchronisation hiérarchisées. Les
trois horloges définies dans les Recommandations G.811, G.812 et G.813 sont
représentées comme des fonctions d'adaptation qui modifient la qualité des informations
de rythme en fonction de leur niveau de qualité.
V.2.2.1 Entre Nœuds
Entre les nœuds, la répartition présente une topologie arborescente et permet de
synchroniser tous les nœuds du réseau SDH. La relation hiérarchique entre les horloges
est représentée sur la figure suivante. Avec cette architecture, il est important, pour le
bon fonctionnement du réseau de synchronisation, que les horloges de niveau
hiérarchique inférieur n'acceptent que les signaux de synchronisation provenant des
horloges du même niveau ou du niveau immédiatement supérieur; il faut également
éviter les boucles de synchronisation. Pour préserver cette relation, le réseau de
distribution doit être conçu de telle sorte que, même en cas de défaillance du système,
seules des références valides d'ordre supérieur soient présentées aux horloges
hiérarchisées.
Benoît Champy, Alexandre le-Faucheur 5
6
La technologie SDH / SONET
T1816900-92
G.811
PRC
G.812
horloge
de nœud
G.812
horloge
de nœud
G.812
horloge
de nœud
G.812
horloge
de nœud
G.812
horloge
de nœud
G.812
horloge
de nœud
PRC horloge de référence primaire
Figure 15 - Horloge entre Noeuds (UIT-T)
V.2.2.2 A l’intérieur des nœuds
A l'intérieur des nœuds contenant une horloge de niveau G.812, la répartition de la
synchronisation se fait selon une topologie logique en étoile. Toutes les horloges
d'élément du réseau relevant d'une limite de nœud d'ordre inférieur obtiennent leur
synchronisation à partir des horloges du niveau hiérarchique le plus élevé du nœud en
question. Seule l'horloge de ce niveau le plus élevé prend sa synchronisation sur les
liaisons de synchronisation issues d'autres nœuds. La synchronisation est répartie à partir
des éléments de réseau situés à l'intérieur de la limite considérée vers les éléments de
réseau situés au-delà de cette limite, par l'intermédiaire du support de transmission SDH.
La relation qui existe entre les horloges d'un nœud est illustrée à la Figure ci-après.
Benoît Champy, Alexandre le-Faucheur 5
7
La technologie SDH / SONET
T1816890-92
horloge
d'élément de
réseau en
hiérarchie
SDH
horloge
d'élément de
réseau en
hiérarchie
SDH
horloge
du nœud
horloge
d'élément de
réseau en
hiérarchie
SDH
horloge
d'élément de
réseau en
hiérarchie
SDH
liaison(s) de
synchronisation
diffusion à d'autres
horloges G.813
extérieures au nœud
a)
a)
a)
a)
limite
du nœud
a)
Rythme uniquement
Figure 16 - Horloge inter-noeuds (UIT-T)
Nous retiendrons donc que l’architecture est divisée en deux parties :
Entre les nœuds : Horloge de même niveau ou directement supérieur.
Inter nœuds : Horloge de référence redistribuée.
Comme les débits utiles sont fluctuants de part l’architecture de multiplexage de SDH, il
est donc important de noter que les équipements SDH devront être capables de buffériser
les données.
Deux cas de dé synchronisme peuvent se produire.
Si le débit de l’affluent est inférieur au débit nominal, l’affluant ne pourra être inscrit
sur la durée d’une trame. La capacité de la charge utile ne sera pas utilisée en totalité et
des octets de bourrage seront insérés : justification positive.
Si, au contraire, le débit de l’affluent est supérieur au débit nominal, l’affluent doit
pouvoir déborder hors de la capacité utile, des octets sont réservés à cet effet dans les
sur débits (justification négative).
Pour éviter la perte de synchronisme dû a une longue suite de « 1 » ou de « 0 » on utilise
un embrouilleur sur la suite : « 1111111 » pour re synchroniser localement les horloges.
L’entête SOH n’est pas embrouillé.
V.2.3 ASPECT physique / les headers de la STM
5
8
La technologie SDH / SONET
Pour mieux appréhender l’aspect physique de SDH, nous allons voir les différentes
couches protocolaires :
RTC/RNIS (PDH) C-1/2/3
VC-12 ATM IP C-4
VC-4 VC-4
Multiplexage TU-AU
Régénération
Interface Physique F.O.
Les couches VCs et multiplexage nous connaissons déjà leurs fonctionnements.
La couche IP over SDH est une évolution définie par des RFCs et qui serra détaillé plus
loin dans ce rapport.
La nouvelle génération de SDH (SDH new generation) supportera nativement l’Ethernet
par des mécanismes qui seront développés là encore plus loin dans le rapport.
V.2.3.1 Aspect physique (G.783 & G.707)
Aspect physique d’un réseau SDH :
Figure 17 - Aspect Physique de SDH (Cisco)
Nous verrons plus loin les headers associés pour la gestion des multiplex et de la
régénération du signal.
Le R, signifie Répéteur, il est managé par les champs RSOH du SOH (donc de la trame
STM).
L’ADM est managé par les champs MSOH du SOH.
Ces deux appareils font la différence entre la couche physique et logique.
Aspect topologique d’un réseau SDH :
5
9
La technologie SDH / SONET
Les ADM/DXC ont des rôles similaires qu’en WDM c’est à dire à ajouter/soustraire des
flux.
En WDM on ajoutait/soustrayait des longueurs d’onde, en SDH on ajoute/soustrait des
multiplex.
Les ADM/DXC (DXC · brasseurs et ADM · MIE : Multiplexeur Insertion Extraction) se
basent sur les headers de la STM pour diriger et contrôler le flux SDH. Cet équipement
pourra donc extraire ou rajouter du flux sur un lien SDH.
Un ADM/DXC vérifiera les MSOHs dans les trames STMs.
Un Régénérateur vérifiera les RSOH dans les trames STMs.
Un Régénérateur est un équipement actif placer entre deux ADM/DXC, il régénère le
signal sur la ligne de transmission.
La topologie en ANNEAU est la topologie la plus courante à l’heure actuelle, on peut
cependant trouver en SDH des topologies BUS ou ETOILE dont leurs fonctionnements à été
expliqué dans le chapitre précédent.
Nous avons déjà vu qu’il existe des systèmes de protection avec la topologie en ANNEAU.
Ces systèmes sont le BLSR et le UPSR (2 ou 4 fibres) dont le principe est de rajouter une
fibre redondante pour assurer la continuité de trafic.
SDH définit aussi des degrés de protection pour les topologies ETOILE et BUS.
On parle alors de protection :
1+1 : Une fibre trafic plus une fibre de secours.
6
0
ADM
DXC
ADM
DXC
ADM
DXC
ADM
DXC
SDH
MUX
STM-x
C-4
C-11
La technologie SDH / SONET
1 :1 ou 1 :n :Dans cette configuration on peut utiliser une fibre soit pour recouvrir le
désastre soit pour re-router le trafic.
Principe de la couche Section de régénération SDH :
Rappel des abréviations :
Sn = couche VC-n d'ordre supérieur (n = 3, 4).
MSn = couche section de multiplexage (STM-n), niveau n.
RSn = couche section de régénération (STM-n), niveau n.
OSn = couche section optique (STM-n), niveau n.
DCC = canal de communication de données.

T1525590 -97/d035
RSn/DCC RSn/OW RSn/MSn RSn/DCC RSn/OW RSn/MSn
RSn_TT
RSn_C
D1-D3 E1 F1 MSn_CI D1-D3 E1 F1 MSn_CI
RSn_CI RSn_CI
RSn_AI
RSn_AI
RSn_TT
RSn/User RSn/User
Figure 18 - Principe fonctionnel (UIT-T)
Principe de la couche physique optique SDH :

T1525470 -97/d023
OSn
OSn/RSn
SD_CI_CK RSn_CI
OSn_AI
OSn_CI
OSn
OSn/RSn
OSn_AI
RSn_CI
OSn_CI
OS1
OSn_CI
OSn_CI
Figure 19 - Principe fonctionnel (UIT-T)
6
1
La technologie SDH / SONET
V.2.3.2 SOH et POH (G.707)
Forme générale d’une trame STM :
T1518000-95
4
3
1
9
5
270 × N colonnes (octets)
9 × N
261 × N
charge utile du module STM-N
9 rangées
en-tête de section
(SOH)
en-tête de section
(SOH)
pointeur(s) d'unité(s) administrative(s)
Figure 20 - Header STM (UIT-T)
La trame classique STM contient :
En tête de section
Pointeur(s) d’unité(s) administrative(s)
Payload
Chaque case correspond à un octet.
Le payload utile est donc donné par la formule : 261*9*N, N représente le niveau de
multiplexage. La taille totale de la trame : 270*9*N.
1) SOH :
Sur la figure suivante figure l’entête SOH (Section OverHead) de module STM-1.
6
2
La technologie SDH / SONET
Figure 21 - header SOH (UIT-T)
RSOH : Regeneration SOH
MSOH : Multiplexing SOH
Remarque :
La taille de l’entête SOH de module STM-4 est logiquement 4 fois plus grande (9*8*4) que
celle du module STM-1.
L'information d'en-tête SOH est ajoutée à l'information de charge utile pour créer un
module STM-N. Ceci inclut l'information de trame de bloc et l'information nécessaire aux
fonctions de maintenance, de gestion des performances et à d'autres fonctions
d'exploitation.
L'information d'en-tête SOH est classée d'une manière supplémentaire en en-tête de
section de régénération (RSOH) (regenerator section overhead) dont le domaine
d'existence se termine au niveau des fonctions de régénération et en en-tête de section
multiplex (MSOH) (multiplex section overhead) qui passe d'une manière transparente à
travers les régénérateurs et dont le domaine d'existence se termine au niveau de
l'assemblage et de désassemblage des groupes AUG.
2) POH :
Pour récupérer les informations de multiplexage nous avons besoins de retrouver les
AUGs dans la trame STM-N.
Pour cela on utilise le MSOH du STM pour démultiplexer et récupérer ainsi les flux
inférieurs.
6
3
La technologie SDH / SONET
Le champ pointeur est utilisé pour retrouver les POHs qui nous informent sur le type de
flux.
Figure 22 - SOH -> POH principe (UIT-T)
Ici par exemple on utilise les champs pointeurs : H1, H2 et H3 de l’entête SOH pour
récupérer les 3 POHs des 3 flux du containeurs VC-3. Les informations du POH des VCs-3
et 4 tiennent sur la première colonne donc sur 9 octets.
Attention le payload associé aux POSs ne sont pas tous de la même taille car les débits
des conteneurs ne sont pas fixes. Des colonnes de bourrage sont utilisées dans certains
cas.
L'en-tête POH de conteneur virtuel garantit l'intégrité de la communication entre le
point d'assemblage d'un conteneur virtuel et son point de désassemblage. Deux catégories
d'en-têtes de conteneur virtuel ont été identifiées:
en-tête de conteneur virtuel de haut niveau (en-tête POH de conteneur VC-4/VC-3).
L'en-tête POH de conteneur VC-3 est ajouté ou à une combinaison de groupes TUG-2 ou à
un conteneur-3 pour constituer un conteneur VC-3. L'en-tête POH de conteneur VC-4 est
ajouté à une combinaison de groupes TUG-3 ou à un conteneur-4 pour constituer VC-4.
Parmi les fonctions de cet en-tête se trouvent la supervision de performance de conduit
du conteneur virtuel, les indications de statut d'alarme, les signaux destinés à la
maintenance et les indications de structure multiples (constitution des conteneurs
VC-4/VC-3).
en-tête de conteneur virtuel de bas niveau (en-tête POH de conteneur VC-3/VC-2/VC-1).
Un en-tête POH de bas niveau de conteneur VC-n (n = 1, 2, 3) est ajouté à un
conteneur-n pour former un conteneur VC-n. Parmi les fonctions de cet en-tête se
6
4
La technologie SDH / SONET
trouvent la supervision de performance de conduit du conteneur virtuel, les signaux
destinés à la maintenance et les indications de statut d'alarme.
V.2.4 Les alarmes
Dans l’entête SOH un certain nombre d’informations sont véhiculées comme les alarmes.
Il existe la aussi une hiérarchie des alarmes. Chaque section (couche) SDH possède des
alarmes pour permettrent à L'exploitant de disposer de nombreuses sources de
diagnostique.
Certains défauts génèrent l’émission vers l’aval d’un SIA (Signal d’indication d’alarme /
AIS) ou/et d’une alarme distante vers l’amont (FERF : Far End Remote Failure).
Un signal AIS est un signal généré par une couche et est transmis à la couche supérieure
pour régler le problème en amont.
Le rôle du SIA (Signal d’indication d’alarme) est d’inhiber les alarmes locales.
Certaines alarmes sont plus ou moins importantes pour le fonctionnement de SDH.
Nous allons détailler les alarmes sur les couches régénération et multiplexage (première
couche et deuxième couche d’alarme) :
Les cercles identifient les octets correspondant aux alarmes.
Figure 23 - octets pour les alarmes dans SOH (UIT-T)
Section Régénération dans le RSOH :
B1 : Surveillance de qualité de la couche régénération (ex : Taux d’Erreur Bit)
LOF (A1 & A2) : Perte de trame.
6
5
La technologie SDH / SONET
OOF (A1 & A2) : Sortie de trame.
A1 et A2 constituent le mot de verrouillage de trame.
RS-TIM (J0) : trace d’identifiant erroné.
Section Multiplexage dans le MSOH :
MS-AIS (K2) : AIS (Alarm Indication Signal)
MS-RDI (K2) : Remote defect Indication
MS-REI (M1) : Remote Error Indication. Comptage permettant une mesure de la qualité de
la transmission selon G.826. La mesure est effectuée par le NE. Elle est envoyée à l'OS si
le gestionnaire l'a demandé.
B2 : Erreur de monitoring
Il existe d’autres alarmes spécifiques aux autres couches comme :
AU-WWW pour les unités administratives.
HP-XXX pour les conduits de niveau supérieur.
LP-YYY pour le conduit de niveau inférieur.
TU-ZZZ pour les affluents.
V.3 Différences SDH et SONET
SDH est la hiérarchie numérique synchrone qui est utilisé partout dans le monde
excepté : USA, Canada et Japon. SONET est l’équivalent américain de SDH.
Le débit de base de SONET est de 51,84 Mbit/s et est désigné par STS-1 (Synchronous
Transport Signal).
Si les signaux sont transmis sur fibre optique alors il est possible d’avoir les équivalences
suivantes :
SONET Signals Bit rates (Mbit/s) SDH Signals
STS-1 OC-1 51,84 STM-0
STS-3 OC-3 155,52 STM-1
STS-9 OC-9 466,56
STS-12 OC-12 622,08 STM-4
STS-18 OC-18 933,12
STS-36 OC-36 1244,16
STS-48 OC-48 2488,32 STM-16
STS-192 OC-192 9953,29 STM-64
Les niveaux simples de la hiérarchie synchrone « match » avec les débits de la hiérarchie
plésiochrone. Les niveaux à débits compatibles sont utilisés actuellement pour faire la
transition entre ces deux systèmes.
L’architecture de multiplexage SONET :
6
6
La technologie SDH / SONET
Figure 24 - Multiplexage SONET
La trame SONET, STS-1 :
Figure 25 - STS SONET
Le niveau d’interopérabilité entre SONET et SDH dépend des payloads.
SDH peut contenir des trames SONET dans la plupart des cas.
SDH et SONET définissent tous les deux des fonctions similaires d’overhead. Il n’y a que
des différences minimes entre les 2 structures d’overhead.
SONET et SDH convergent pour le niveau de base SONET à 52–Mbps, définie comme le
transport module synchrone (STM) 0. Le niveau de base de SDH est le STM-1, qui est
l’équivalent du SONET STS–3 (3 x 51.84 Mbps = 155.5 Mbps).
6
7
La technologie SDH / SONET
Pour des débits SDH plus important comme STM–4 (622 Mbps), STM–16 (2.5 Gbps), le
multiplexage est réalisé en combinant/entrelaçant plusieurs signaux de niveau inférieur
(1.5 Mbps, 2 Mbps, etc.) vers des circuits niveaux supérieur (52 Mbps, 155 Mbps, etc.).
Explication sur la compatibilité :
La structure de la trame STS-1 (SONET) a la même structure que celle VC-3 sauf que la
trame de base SONET utilise tous les octets du conteneur contrairement au C-3, c’est de
la que vient la différence de débit entre SONET et SDH.
Une fois la correspondance établie il suffit au protocole SDH d’intégrer 3 STS-1 dans un
VC-4 comme s’ils étaient des TU-3.
Voici le rapprochement : STS-1 et AU-3

Figure 26 - STM SONET (header)
Voici le mappage qu’il reste à effectuer :
V.4 Conclusion
6
8
PTR A PTR B PTR C STS-1 A STS-1 B STS-1 C
POH
VC-4
P
T
R
A
P
T
R
B
P
T
R
C
A B C
La technologie SDH / SONET
Bien que SDH puisse fonctionner aussi bien sur des interfaces électriques, il est plus
couramment utilisé avec des interfaces optiques pour garantir des débits élevés et ainsi
concurrencer SONET.
SDH et SONET sont tous deux normalisés par l’UIT-T ce qui permet de définir des
conditions d’interopérabilités pour des échanges internationaux.
SDH est actuellement une « succes story » des télécoms et est adopté sur tous les
continents exceptés aux USA, Canada et Japon.
Cette « succes story » est en partie du au fait que SDH peut en capsuler des flux PDH,
ATM et IP. La solution SDH est donc la solution du moindre coup pour les opérateurs
historiques car elle permet de garder une forte compatibilité avec l’existant.
De nouvelles recommandations de l’UIT-T devraient permettre de faire évoluer SDH vers
des débits encore plus importants en reprenant certaines spécifications du DWDM pour
obtenir des débits supérieurs à 40 Gbit/s.
A l’heure actuelle une architecture SDH peut parfaitement être compatible SONET et
avoir des débits allant jusqu’à 40 Gbit/s sur des liens optiques.
Nous avons vu dans le chapitre précédent que DWDM est l’architecture haut débit de
demain. Nous savons que cette technologie est en forte progression et qu’il est possible
d’avoir une architecture entièrement optique ce qui n’est pas le cas de SDH.
Bien que SDH se soit imposé comme architecture solide et efficace pour de la
transmission à haut débit, pourra-t-elle évoluée avec les nouvelles technologies
émergentes et l’augmentation de bande passante ? S’adaptera-t-elle avec le protocole
IP ?
Aujourd’hui les flux IP passent par une couche ATM qui est elle-même en capsulée dans
du SDH, demain ils passeront sur de l’Ethernet over SDH, la nouvelle génération de SDH.
Cette nouvelle génération sera-t-elle véritablement compétitive? Doit-t-on augmenter
les couches protocolaires pour garder une granularité dans les réseaux ou au contraire
décider de basculer sur un standard mondial pour une meilleure interopérabilité ?
6
9
La technologie SDH / SONET
VI TRANSPORT DE DONNEES SUR SDH
Les plus récentes études des grandes sociétés de sondage et d’analyses montrent que le
trafic « data » (et principalement IP) est dans une phase de croissante impressionnante,
et qu’il reste très largement supérieur au trafic voix. Les opérateurs avouent devoir
doubler leur bande passante tous les six à neuf mois, alors que les équipements de cœur
de réseaux dans lesquels ils investissent ne seront rentables que dans les prochaines
années.
Selon le cabinet Frost et Sullivan, le marché mondial de la voix sur IPa été de 266
millions de dollars en 2000, soit une progression de 300% par rapport à 1999 et devrait
atteindre 349 milliards de dollars en 2006, alors que le trafic voix classique ne croît plus
à l’heure actuelle « que » de 15%, résultat que l’on peut qualifier de faible lorsque l’on
connaît les nouveaux besoins des entreprises.
Ainsi le principal problème à l’heure actuelle pour les opérateurs de
Télécommunications ou câblo-opérateurs reste de trouver de nouveaux services à valeur
ajoutée pour remplacer leurs activités voix classiques déclinantes. Aujourd’hui, face à
l’augmentation des débits IP demandée par les clients des grands opérateurs, le coût de
gestion d’un réseau SDH optique est peu compétitif.
Après un bref exposé de l’offre actuelle du transport de paquets sur la technologie SDH,
nous présenterons en détail chacune des technologies existantes et nous les
comparerons.
Les principales alternatives existantes pour le transport de l’IP sont donc les suivantes:
- IP sur PPP sur SONET/SDH, appelée dans les offres commerciales Packet Over
SONET (POS)
- IP sur ATM sur SONET/SDH (IP over ATM).
Nous traiterons aussi ici des technologies émergentes qui permet de faire circuler des
trames de liaison Ethernet 802.3 (ou équivalent) sur de la technologie SONET/SDH :
Ethernet sur SONET, Ethernet sur RPR (Resilient Packet Ring, 802.17) sur SONET.
Depuis la création d’IP, un certain nombre de protocoles ont été mis en œuvre pour
permettre son transport sur de longues distances. Un protocole de niveau 3 doit subir une
mise en forme avant de partir au niveau de la couche liaison puis physique. IP a été
7
0
La technologie SDH / SONET
encapsulé dans X25, puis dans Frame Relay. Au début des années 90, l’ATM a
révolutionné le domaine du WAN est très vite on transporta de l’IP dans l’ATM via
SONET/SDH. Les opérateurs de réseaux utilisaient déjà la technologie SONET/SDH afin de
transporter le trafic téléphonique. Aujourd’hui, pour répondre à l’augmentation
significative du trafic une alternative est de transporter ce protocole dans SONET/SDH
sans passer par ATM.
POS est une méthode de transport de paquets IP à très haut débit entre deux points
(principe du protocole PPP, point à point) alors que le transport de l’IP sur un
environnement ATM/SDH offre un environnement riche en fonctionnalités pour les
services IP à valeur ajoutée comme les VPN/IP, les classes de services (COS) et le support
déterminant des niveaux de services pour les entreprises (SLA en anglais).
Les fournisseurs de services qui pensent utiliser leur surplus de bande passante pour
présenter des offres à des utilisateurs qui ne réclament pas forcément de niveaux de
service peuvent tirer avantage de la technologie POS. Les autres préféreront sans doute
se tourner vers une technologie tirant parti de l’intelligence des réseaux et permettant
une offre commerciale étoffée (typiquement les différents SLA).
Cette approche leur permettra d’être très compétitifs sur le marché actuellement
surchargé du transport de l’IP. Pour eux, la gestion très poussée de la bande passante et
les garanties que permet la QOS (Quality of Service) sont des avantages primordiaux
qu’offre la technologie IP sur ATM (de plus les utilisateurs pourront migrer vers un
système IP/MPLS).
Dans la majorité des cas, chaque fournisseur utilise un mélange de ces deux technologies
afin d’être présent de la façon la plus compétitive sur l’ensemble des différents marchés,
même si les besoins des différents secteurs d’activité ont tendance actuellement à
converger.
VI.1 Les exigences du marché
Une des plus grosses opportunités pour les fournisseurs d’accès à l’heure actuelle est de
proposer des services d’interconnections de réseaux basée sur IP afin de répondre à la
demande exponentielle venant aussi bien des entreprises que des utilisateurs finaux. Il
faut évidemment répondre à des impératifs nécessitant souvent à de lourds
investissements pour proposer des offres compétitives et ainsi rentrer dans un cycle de
rentabilité.
VI.1.1 Du côté de l’utilisateur :
Pour comprendre les besoins sans cesse changeants auxquels doivent faire face les
fournisseurs d’accès, il est tout d’abord nécessaire de voir quels sont les motivations des
entreprises et des consommateurs pour les services basés sur la technologie IP.
Les opérateurs doivent maintenant satisfaire les besoins suivants des entreprises :
7
1
La technologie SDH / SONET
- réseaux sécurisés (mais rentable) à base d’IP comme les intranets ou les extranets
- faire plus avec moins : toujours proposer plus de services dans l’entreprise (Voix sur
IP, Multimédia…) alors que le budget alloué au Système d’information reste le
même, voire décroît.
- Essayer de réduire la facture Télécoms (lien WAN, maintenance) grâce à
l’utilisation de l’infrastructure Internet tout en gardant le même niveau de sécurité
pour les données transportées. (utilisation de VPN/IP).
- Facilité de facturation et de modification de l’abonnement en fonction de besoins
périodiques.
- Présence de SLA afin d’assurer que le réseau opérateur sera toujours disponible
lorsqu’on en aura besoin.
Pour une utilisation personnelle, les consommateurs veulent :
- un accès plus rapide à Internet
- un accès rapide au réseau de son entreprise pour une utilisation professionnelle.
- Un abonnement moins cher donc des offres plus compétitives
- Des nouveaux services, principalement multimédia (image, vidéo) aussi bien pour le
travail que pour une utilisation familiale.
VI.1.2 Du côté de l’opérateur :
Afin de répondre à la demande des utilisateurs tout en continuant de gérer leurs
infrastructures de manières efficaces, les fournisseurs d’accès doivent être capable de :
- Fournir plus de bande passante aussi bien aux extrémités que pour le Coeur de
réseau
- Assurer un trafic unique pour la voix et pour les données
- Savoir s’adapter au marché afin de vendre de la bande passante à tous les niveaux
du marché
- Attirer des ingénieurs réseau pour assurer un suivi de la qualité (QOS et COS)
- Créer une infrastructure réseau partagée pour tous les utilisateurs (afin de réduire
les coûts de maintenance) mais qui puisse offrir des garanties de services et une
gestion efficace des abonnés.
- Prendre les bonnes décisions concernant les orientations des marchés data et voix.
- Gérer le réseau de façon pratique
- Savoir distinguer les bonnes solutions parmi toutes les nouveautés
- Proposer rapidement des solutions basées sur les technologies émergentes
- Savoir parler avec des hommes, et pas seulement avec des machines
- Etre rentable
- Rassurer l’abonné avec des outils de statistiques et de monitoring
Comme nous l’avons vu auparavant, les deux principales solutions pour faire évoluer un
réseau opérateur orienté voix en SDH/SONET sont soit d’utiliser plus de bande passante
(technologie POS) sur des interfaces non déterministes (entendons par là intelligente et
autonome) ou bien de gérer son réseau avec comme objectif principal l’optimisation de
l’utilisation de la bande passante (IP sur ATM et IP sur MPLS).
7
2
La technologie SDH / SONET
Nous allons détailler chacune de ces technologies de transport de paquets, puis nous
nous attarderons sur les technologies très prometteuses qui proposent de l’Ethernet sur
SDH/SONET.
VI.2 Les technologies de transport sur SDH
VI.2.1 IP sur ATM sur SDH/SONET
Les réseaux SONET/SDH sont déployés depuis plus d’une dizaine d’année, basé sur des
architectures hiérarchiques en anneaux avec possibilité de « superposer » ces anneaux en
vue d’augmenter la bande passante. Mais l’addition de ces anneaux nécessite la mise à
niveau de l’équipement existant, et l’achat de nouveaux ADM et DCC.
Augmenter la capacité de son réseau nécessite de très longs travaux d’aménagement de
l’infrastructure. Puisque les réseaux SDH/SONET sont conçus pour supporter des trafics
de type ATM (Asynchronous Transfer Mode) et TDM (Time Division Multiplexing), les
possibilités en terme de bande passante sont des multiples de 51.833 Mbits/sec (SONET)
ou 155.5 Mbits/s (SDH).
Figure 27 - Rappel des correspondances SONET/SDH
Malheureusement, le trafic data oblige à prendre en compte certaines exigences pour la
gestion de la bande passante, laissant ainsi des parties de charge utile (« payload » =
données transportées) inutilisées en SONET/SDH. De plus, les réseaux SDH/SONET dédient
une partie de la capacité du réseau aux mécanismes de protection de la synchronisation,
ce qui rend le trafic de données totalement dépendant du trafic voix et très coûteux.
Un réseau SONET consiste typiquement en un anneau principal SONET et des anneaux
supplémentaires (« overlay »). Les points d’accès à ce type de réseau supportent les
trafics multiservices comme le transport d’IP, les DLC (Digital-Loop carrier for Voice
Aggregation), l’ATM pour les multiplexeurs d’accès DSL (DSLAM) et beaucoup d’autres.
7
3
La technologie SDH / SONET
Les réseaux métropolitains (MAN) sont généralement reliés avec des anneaux de type OC-
3 ou OC-12.
VI.2.1.1 P ourquoi ATM ?
Il est bon d’effectuer un rappel sur la technologie ATM. Celle-ci est basée sur les
techniques du switching (commutation) et du multiplexage afin d’offrir des services
multimédias sur des réseaux haut débit. Elle utilise des cellules de longueur fixe et des
circuits virtuels pour transporter des données, de la voix et de la vidéo entre différents
points d’un réseau.
Les points-clefs d’ATM sont les suivants :
- Configuration des routes pour les données de bout en bout en utilisant une
signalisation standardisée et un routage ATM avec de la QOS
- Segmentation de paquets de taille variable en cellules de taille fixe puis
réassemblage une fois arrivé à destination
- Multiplexage et switching de ces cellules de taille fixe.
- Mécanisme d’autocontrôle de la congestion du réseau.
- Fonctions de gestion du trafic avancées.
Il y a de nombreux avantages à utiliser la technologie ATM pour fournir des services de
transport de flux multimédia. Elle utilise un principe de circuits virtuels pour créer une
liaison fiable de bout en bout pour laquelle on peut garantir une qualité de service. De
plus, les switches ATM décodent les entêtes des cellules « on the fly » grâce aux
informations suffisamment pertinentes contenues dans celles-ci, ce qui permet
d’acheminer intelligemment les trames. Cette méthode intelligente de routage des
cellules offre des possibilités d’extension énormes en terme de capacité et le fait de
pouvoir s’implémenter dans de nombreuses architectures réseau déjà existantes.
Nous pouvons ainsi dire qu’ATM fut le premier standard mondial à être choisi par les
industries de l’informatique, du divertissement et des Télécommunications car il offrait
le support simultané du trafic multimédia (vidéo, musique, voix et données).
7
4
La technologie SDH / SONET
Figure 28 - exemple de réseau en ATM
VI.2.1.2 L’intérêt de SDH comme support physique
Nous savons que SONET (Synchronous Optical Network, utilisé en Amérique du Nord) et
SDH (Synchronous Digital Hierarchy, utilisé dans le reste monde excepté au Japon) sont
deux standards pratiquement identiques dédiés au transport de données sur support
physique optique (on négligera le support électrique) entre deux points fixes à des
vitesses allant jusqu'à 9.6 Gbits/s (OC-192 ou STM-64).
SONET/SDH est utilisée comme couche physique pour les protocoles de niveaux
supérieurs comme l’ATM ou le PPP, et permet d’acheminer du trafic jusqu’à un point
particulier du réseau. Les fonctionnalités offertes par la SDH dans le monde des
technologies à bande de base sont sensiblement les mêmes que celles offertes par les
T1/E1 dans le monde des technologies à bande étroite (« narrowband ») telle que RNIS.
Les standards SDH/SONET définissent les actions suivantes :
- Encapsulation des données dans les trames SONET/SDH
- Encodage des signaux sur une fibre optique
- Gestion de la liaison SONET/SDH
Les avantages de la technologie SDH sont nombreux :
- Transport à très haut débit de données en point à point avec un overhead très
faible (surcharge due à l’encapsulation).
- La phase de transport des données est indépendante des services et des
applications qu’elle supporte.
- Encodage du flux de données basé sur les standards actuels du multiplexage
- Détection facile des disfonctionnements sur le réseau
- Monitoring des performances
7
5
La technologie SDH / SONET
- Mécanisme d’ « Auto Protection Switching » en cas de SPOF (Single Point of
Failure).
- Architecture en anneau autoréparable en moins de 50ms.
- Infrastructure de transmission déployée par défaut sur les réseaux optiques
VI.2.1.3 Le transport de l’IP sur ATM
Les mécanismes, existants ou en développements, qui permettent vraiment de
transporter de l’IP au travers de circuits virtuels (VCs) ne sont pas tellement nombreux.
Leurs fonctions principales sont de :
- Segmenter correctement des grandes plages de bande passante en de multiples
sous canaux sur lesquels on peut appliquer de la QOS
- Associer les différents paquets IP entrants avec leurs CV correspondants.
La technologie ATM propose des mécanismes poussés de gestions qui permettent d’offrir
une granularité d’offre importante, alors que MPLS est plus perçu comme une
technologie d’évolution du réseau permettant de pérenniser ses investissements.
L’infrastructure IP/ATM (on parle alors de « classical IP ») doit créer elle-même les
ensembles de circuits virtuels (permanents ou commutés) pour fournir des chemins
fiables de bout en bout au travers de l’architecture réseau. Les VCs peuvent être générés
automatiquement afin de répondre à une demande (et détruits lorsque la demande est
satisfaite) ou par l’administrateur du réseau pour un besoin spécifique à un moment
précis. Elle vérifie ensuite que les VCC (virtual channel connections = un ensemble de VC)
possèdent les bons descripteurs dans leurs entêtes afin d’assurer la COS requise.
Si l’on considère que l’ensemble des circuits virtuels a été ou peut être créé,
l’infrastructure IP/ATM doit ensuite vérifier que les bons paquets IP sont encapsulés dans
les VCs correspondants de façon cohérente. Les informations fondamentales au bon
acheminement du paquet IP sont données par l’expéditeur du paquet. Cependant
l’implémentation de services VPN et l’adoption d’une politique concernant la gestion des
flux (comme la COS) peuvent influencer le choix du VC destinataire.
7
6
La technologie SDH / SONET
Figure 29 - un canal SONET/SDH transportant de l’ATM
En utilisant ATM comme un intelligent niveau de granularité entre le protocole IP et la
SDH/SONET, capable de supporter des mécanismes de QOS et donc des SLA, un
fournisseur de services peut trouver dans cette méthode de transport trois avantages
principaux :
- Une utilisation flexible et améliorer la gestion de la bande passante disponible
- Des nouveaux services à valeur ajoutée (VoIP, H.323) capables de supporter des
contrats avec des SLA
- Des services VPN faciles à mettre en place et sécurisés
Les propriétés de multiplexage de SDH permettent de regrouper, dans un flot dont le
débit est celui du support physique (par exemple à 2,5 Gbit/s), des flots à 155 Mbit/s ou
des flots à 622 Mbit/s transportant à leur tour des flots à 155 Mbit/s éventuellement
porteurs - dans le cas de SONET - de flots à 43 Mbit/s. Les flots véhiculent de l'ATM
transportant de l'IP (IP sur ATM sur SDH).
7
7
SONET framing
Encodage
Gestion du lien
Signalisation
Multiplexage et commutation
Segmentation / réassemblage
Routage ATM
Gestion du trafic et des flux
Figure : comparaison OSI entre ATM et SONET
La technologie SDH / SONET
Figure 30 - réseau combinant IP/ATM/MPLS/SDH/ISDN
VI.2.2 IP sur PPP sur SDH: Packet Over SONET
Les technologies basées sur la fibre optique (donc SONET/SDH) sont devenues les choix
de prédilection pour les architectes réseaux en vue de bâtir des réseaux métropolitains à
haut débit et sur de longues distances mais aussi des infrastructures supportant
nativement (ou presque) le protocole IP. Bien que SONET/SDH soit régulièrement
qualifiée de technologie de l’ancien temps (« Old World ») du fait de l’utilisation de la
technologie de multiplexage PDH orientée trafic voix, elle est capable de fournir des
bandes passantes à très haut débit en vue de transporter des flux multimédia (voix,
musique, vidéo, données).
Packet Over Sonet (POS), qui permet un transport rapide et sans perte des données au
travers d’une architecture SDH à très certainement joué un rôle primordial dans le
développement explosif d’Internet. Cisco fut un des principaux soutiens aux pionniers de
la technologie POS, ce qui lui permet de jouir d’une très bonne réputation à l’heure
actuelle auprès des acheteurs télécoms. POS est actuellement utilisé par les opérateurs
dans les réseaux d’entreprise.
7
8
La technologie SDH / SONET
Figure 31 - un canal SONET/SDH transportant du PPP
POS fournit un environnement souple et configurable qui peut être utilisé par de
nombreuses applications de transfert de données. Les exemples les plus courants sont les
architectures « backbone » de réseau (la dorsale en français), l’agrégation des données
transportées ou bien l’acheminement de l’information aux extrémités d’un réseau
(métropolitain par exemple). Les interfaces POS sur les routeurs sont principalement
reliées à des Terminal Multiplexers, équipements de bout de ligne qui terminent la liaison
point à point SONET/SDH. On trouve maintenant de plus en plus de connections POS sur
de la fibre noire ou sur des systèmes à base de DWDM (Dense Wave division multiplexing).
" Packet Over SONET " ou POS est une technique qui remonte à 1993 et qui est toujours
employée en 2003 pour le transport en point à point de trafic IP à hauts débits. La
recommandation en vigueur actuellement est la RFC 2615 (PPP over SONET) qui invalide
de fait la précédente recommandation 1619. Les RFC 1661 (Point to Point Protocol) et
RFC 1662 (PPP in HDLC-like framing) sont aussi à consulter.
Le fait de transporter de l’IP dans SONET permet d’optimiser la rentabilité les
équipements SONET en place au niveau des réseaux de télécommunication. Aujourd’hui
les équipements SDH deviennent de plus en plus simple d’exploitation et se rapprochent
de l’utilisateur final tout en augmentant les débits.
SONET permet le transport des datagrammes IP sur des liaisons hauts débits en point à
point. SONET est un protocole de niveau 1 et IP de niveau 3. La couche 2 dans notre
étude est basée sur PPP et HDLC et va permettre l’adaptation du paquet IP dans SONET.
Le transport d’un paquet IP nécessite évidemment une mise en forme préalable.
Les objectifs sont :
- Identifier les paquets transportés. IP ne comporte pas d’information permettant de
l’identifier dans un flux binaire.
- Coder le signal afin de l’adapter au support physique. Notamment un nombre
suffisant de transition dans le signal émis pour permettre la récupération de
l’horloge.
- Apporter des fonctions de supervision de qualité et de protection du trafic.
7
9
Figure 32 - PPP over SONET
Afin d’expliquer le fonctionnement de POS, nous allons détailler le travail effectué par
les différentes couches en partant du niveau réseau.
VI.2.2.1 Couche Réseau :
Le service de la couche 3 est assuré par le protocole IP (Internet Protocol). Cette couche
permet l’acheminement des informations au travers d’un réseau. C’est cette couche qui
met en place la notion de routage au niveau IP. L’unité d’information est le paquet.
VI.2.2.2 Couche Liaison :
Le service de la couche 2 est assuré par le protocole PPP (Point to Point Protocol) utilisé
habituellement pour des liaisons point à point entre modem via le réseau téléphonique
commuté.
Ce protocole, défini dans la RFC 1661 contient 3 composantes principales :
- Une méthode d’encapsulation sur HDLC (High level Data Link Control),
- Le niveau LCP (Link Control Protocol) qui assure l’établissement, la configuration et
le test de la connexion de la couche de niveau 2. Il assure également la gestion des
options de PPP telle que l’authentification,
- Le niveau NCP (Network Control Protocol) qui réalise l’encapsulation des différents
protocoles de la couche 3. Plusieurs NCPs peuvent être utilisés pour établir et
configurer les protocoles de la couche réseau (IP, IPX…).
Benoît Champy, Alexandre le-Faucheur 8
0
Figure : trame PPP
Protocole payload Bourrage
C’est le champ protocole (sur 1 ou 2 octects) qui permet d’identifier le
protocole de niveau supérieur transporté : IP, IPCP (NCP), LCP, PAP, CHAP…
La technologie SDH / SONET
L’enchaînement des différentes phases d’établissement, de maintien et de fermeture
d’une liaison PPP s’effectue de la façon suivante :
Un timer et trois compteurs sont associés à l’établissement de la liaison PPP. Le timer
« Restart Timer » est initialisé lors de l’émission de requêtes d’ouverture ou de
fermeture de liaison. Si ces requêtes ne sont pas acquittées avant expiration du timer,
elles sont réémises.
Pour chaque requête, un compteur limite le nombre de tentatives (Compteurs «Max
configure » et « Max terminate »). Le dernier compteur comptabilise le nombre de rejet
de demande de configuration, caractérisant alors l’impossibilité d’aboutir à un accord sur
les options retenues pour configurer la liaison. Ces trois compteurs, ainsi que le Timer
sont configurables (des valeurs par défaut sont définies dans la RFC1661).
Une fois le lien physique établi (Liaison up), la phase d’établissement permet de
négocier les options retenues et de s’assurer de l’ouverture de la liaison au niveau 2 dans
les 2 sens. Après authentification (cette étape n’est pas retenue pour POS), on associe à
chaque protocole de niveau 3 transporté un NCP (Network Control Protocol) qui permet
d’ouvrir la liaison niveau 3 et de négocier certaines options spécifiques à chaque
8
1
Liaison fermée
Fermeture
Oui / Non Ouverture Liaison up
Liaison down
Etablissement de
la liaison (LCP)
Authentification
Encapsulation du
niveau 3 (NCP)
Fermeture du lien
En cas d’échec
La technologie SDH / SONET
protocole (Compression, adressage, routage…). Dans notre cas, l’IP étant le protocole de
niveau 3 transporté, le protocole NCP correspondant est l’IPCP (IP Control Protocol).
Les paquets de données sont acceptés une fois la phase d’établissement de la liaison
niveau 3 aboutie.
Le protocole LCP est référencé dans les RFC 1570 et 1661. Ce protocole permet
d’établir, de tester la liaison et de négocier certains paramètres. Il existe trois classes de
trames LCP :
- Les trames de Configuration de Liaison utilisés pour établir et configurer une
communication (Requête - Configuration, Configuration - Acquittée, Configuration -
Non Acquittée et Configuration - Rejetée).
- Les trames de Fermeture de Liaison utilisés pour couper une communication
(Requête - Fermeture et Fermeture - Acquittée).
- Les trames de Maintenance de Liaison utilisés pour gérer et « superviser » une
liaison (Code - Rejeté, Protocole - Rejeté, Requête - Echo, Réponse - Echo, et
Requête - Elimination).
Le protocole NCP utilise le même mécanisme d’échange que LCP. Dans le cas de POS le
protocole NCP utilisé est le protocole IPCP (Internet Protocol Control Protocol). Seul les
requêtes de 1 à 7 de l’entête sont utilisées.
Packet Over Sonet utilise ensuite le protocole PPP comme s’il utilisait un trame HDLC
(on parle alors de High Level Data Link Control like framing) pour l’encapsulation au
niveau liaison. Cette méthode permet la fragmentation des paquets et un contrôle
d’erreur efficace. Le format de la trame PPP est alors le suivant :
Le mécanisme de transformation de la trame PPP est décrit dans le schéma suivant :
La RFC 2615 précise en effet comment encapsuler le protocole PPP dans des liens
SONET/SDH. PPP a été conçu à la base pour des liaisons point à point, ce qui convient à
l’architecture SONET/SDH, qui est basée sur un principe de liaisons point à point sur des
8
2
Figure : Trame PPP en HDLC like framing
La technologie SDH / SONET
topologies de type anneau. Il a été convenu que le taux de transfert par défaut pour POS
serait de 155 Mbits/s (STS-3 / STM-1), avec une bande passante disponible allant jusqu’à
149.760 Mbit/s.
En effet il faut prendre en compte le phénomène de « stuffing » : le flag 7E étant utilisé
pour délimiter les débuts et fins de trames, les données présentes dans la trame HDLC ne
doivent pas reproduire ce motif. Ainsi, un octet 7E présent entre 2 flags est remplacé par
2 octets 7D5E. L’octet 7D ayant également un rôle particulier, il est également remplacé
par le double octet 7D5D.
Ce mécanisme est présenté comme une limite de l’utilisation des trames HDLC pour le
transport de paquet IP sur support à très haut débit, car il entraîne un allongement non
déterministe de la taille de chaque paquet. Il peut ainsi entraîner jusqu’au doublement
de la longueur des trames, si, par exemple, des utilisateurs mal intentionnés génèrent
des trames ne comportant que des octets de valeur 7D ou 7E. Ainsi, la bande passante
réellement disponible sur le conteneur SONET pour le transport de paquet dépend donc
de 2 éléments :
- La taille des paquets : A chaque paquet, la trame HDLC ajoute un sur débit de 9
octets (voir taille de chaque champ de la trame HDLC). Plus les paquets sont petits,
plus le sur débit est important
- La valeur des octets de la trame HDLC, en fonction de la présence d’octets de
valeurs 7D et 7E réduit le volume réel des données transportées.
On peut noter qu’une formule permet de calculer la bande passanteefficace dont on
disposera en fonction de la taille des paquets envoyés :
Bande passante efficace (%) =
1 / [1.008 + (9/N)] x 100
(Où N correspond au niveau de multiplexage de la ligne STS-N en SONET)
8
3
La technologie SDH / SONET
Figure 33 - Taux de pertes en fonction de la taille des paquets
VI.2.2.3 Sécurité de POS
L'absence de brouillage des trames HDLC permettrait d’après la RFC 2615 d'injecter des
trames pouvant causer des pertes d'alignement, de synchronisation au niveau des
équipements SONET.
Les équipements SONET/SDH doivent travailler de façon synchrone. Pour cela, ils
effectuent une analyse du signal sur le lien pour repérer des motifs de synchronisation. Si
les données utilisateurs répètent ces motifs, cela peut perturber le système. Il s’agit des
fanions A1 (0xF6) et A2 (0x28). Ce problème a été résolu par un brouillage des trames
HDLC avant leur insertion dans le containeur SONET. Comme le brouillage se fait en mode
chaîné et que le vecteur d'initialisation (sur 43 bits) contient des données qui ne sont pas
facilement prévisibles par un attaquant, la probabilité de réussite d'une telle attaque est
fortement réduite à 9.10
-16
d'après la RFC.
VI.2.2.4 Les applications Packet-over-SONET
La technologie SONET/SDH a donc été utilisée avec succès pour le transport à grande
vitesse de paquets IP dans des applications nécessitant l’envoi de données sur de longues
distances (WAN). Dans la plupart des applications WAN d’aujourd’hui les routeurs avec
une interface POS sont connectés directement à l’anneau SDH via des ADM.
8
4
La technologie SDH / SONET
Du fait de l’utilisation intensive de POS pour les transmissions WAN, les architectures
standards LAN utilisée pour l’interconnexion de point of presence (POP) telles que le FDDI
ou le Fast Ethernet ont été mise à mal puisqu’elles ne possédaient plus le débit suffisant
pour résister à une brusque montée en charge (C’est une des raisons de l’arrivée du
Gigabit Ethernet dans les entreprises). C’est donc tout naturellement que POS a été
choisi pour le raccordement des LAN aux POP régionaux.
Récemment, avec l’émergence de DWDM en tant que technologie viable capable
d’augmenter la bande passante disponible, POS a connu un essor commercial significatif,
en vue de répondre aux nouvelles applications très gourmandes en débit comme la voix
sur IP (VoIP) ou le streaming vidéo. DWDW permet d’utiliser une signalisation multi canal
sur un seul brin de fibre optique, exemple : la capacité en débit d’un lien OC-48 à
2.5Gbits/s (STM-16 en SDH) pouvant se trouver multiplier jusque par 128.
Nous allons finalement détailler maintenant les champs d’applications de POS, que l’on
peut classer en trois catégories, vous trouverez les schémas correspondant à chaque cas
en annexes de ce document.
- Cœur de réseau (Core)
- Extrémités du réseau (Edge)
- MAN (réseaux couvrant une surface de plusieurs kilomètres carrés)
L’activité cœur de réseau fait référence aux infrastructures backbone qui réalisent les
interconnections et les agrégations de liens sur les grands réseaux nationaux. Ces
agrégations de liens dans les réseaux de fournisseurs d’accès à Internet sont souvent
référencées sous l’appellation Network Access Points (NAPs) ou Points of Presence (PoP).
Lorsqu’il est situé à une extrémité du réseau, l’utilisateur accède au réseau de son
fournisseur d’accès à Internet par l’intermédiaire des POP. Un abonnement à Internet ne
dépasse pratiquement jamais le niveau OC-3 à 155 Mbits/s (STM-1). On peut ainsi dire
que les données transportées entre l’abonné et le POP le sont en bout de réseau (edge).
On parle aussi de lien edge to edge pour les données inter POP.
Le troisième cas typique d’utilisation de la technologie SDH/SONETconcerne
l’interconnexion de bâtiments d’une même entreprise ou d’un même campus
universitaire lorsque ceux ci sont séparés par des distances trop importantes pour de
l’Ethernet classique (technologie ultra dominante pour le LAN actuellement). Les villes
de moyenne importance peuvent aussi installer un anneau SDH avec technologie POS pour
relier entre eux les différents services municipaux et proposer de nombreux services
multimédias pour ses administrés (médiathèque, vision conférence…).
VI.2.3 Autres solutions :
MAPOS (Multiple Access Protocol Over SONET)
C’est une tentative d’extension de POS, à des topologies en étoile et maillées. Ce
protocole met en œuvre un adressage pour le routage des paquets. Il utilise pour cela les
champs « Adresse » et « Control » de la trame HDLC. Cela nécessite des équipements
8
5
La technologie SDH / SONET
implémentant MAPOS dans le réseau. MAPOS et ses protocoles associés sont décrits dans
les RFC-2171 à 2176, mais ne sont pas standardisés.
Des solutions propriétaires ont aussi vues le jour, proposées par des équipementiers
Télécoms tels que Nortel Network ou Lucent. Ces solutions restent extrêmement
marginales et restent liées au fait d’avoir une infrastructure réseau équipée uniquement
par le même constructeur.
VI.3 Les technologies émergentes au niveau liaison
VI.3.1 Ethernet Over SONET
Il apparaît clairement que la technologie Ethernet normalisée 802.3 est le leader
incontesté dans le domaine des LAN. Des équipements performants peu coûteux (face
aux anciennes technologies Token Ring ou SNA) à déployer et une concurrence
commerciale acharnée ont permis à la technologie Ethernet de proposer aujourd’hui un
rapport prix/performance extraordinaire.
Initialement, Ethernet était proposé comme un simple moyen de mettre en commun
plusieurs nœuds d’un même réseau et le débit maximum était de 10 Mbits/s. Une
évolution rapide de la technologie permet de proposer maintenant un environnement
totalement commuté (switches Ethernet) et des débits de 100Mbits, 1000Mbits et
maintenant 10Gbits (le 40Gbits est déjà prêt).
Ethernet présente en outre de nombreux avantages :
- Facilité d’utilisation
- Disponible en grande quantité, technologie éprouvée
- Simplifie les operations de gestion du réseau
- Un excellent rapport prix/performance
- Une base d’équipements installés importante
- Achat de bande passante supplémentaire seulement en cas de nécessité
- flexible
- Un seul équipement peut avoir plusieurs interfaces mais couvrir plusieurs
services : Internet, VPN, Extranet, liaison vers un SAN
- On peut rajouter de la bande passante par cran de 1Mhz seulement
Actuellement, les réseaux métropolitains des opérateurs sont encore largement SDH et
ATM. Mais ils viennent à l'Ethernet, réputé moins cher à l'achat et à l'exploitation.
En effet, avec l'émergence du Gigabit Ethernet dans les grandes entreprises, celles-ci
sont tentées de raccorder les réseaux locaux qui desservent différents sites d'une
agglomération ou d'une région pour n'en faire qu'un seul réseau local virtuel. Une
opération relativement simple lorsque les opérateurs eux-mêmes utilisent une
infrastructure Ethernet dans leurs réseaux métropolitains. Mais la plupart d'entre eux se
sont abondamment équipés en SDH, technologie télécoms par excellence qui se marie
mal avec Ethernet, et qu'ils ne sont pas près d'abandonner. Pour contrer l’arrivée de
86
La technologie SDH / SONET
nouveaux acteurs (Foundry, Activa, Riverstone) très agressifs, les équipementiers ont
décidé de rajeunir la SDH avec la nouvelle mouture NG (Next Generation).
Une étude du cabinet américain RHK qui date de septembre 2002 indique que les réseaux
SDH ne sont pas près de disparaître et que ce SDH NG (Next Generation) devrait leur
permettre de s'adapter à l'environnement nouveau, marqué par l'arrivée du Gigabit et du
10 Gigabit Ethernet.
Parmi les améliorations, on trouve la possibilité d’encapsulerdes trames Ethernet
directement sur de la SDH au travers de la technologie Ethernet over SONET/SDH (EoS) et
la baisse importante des coûts d’infrastructure. SDH/SONET prétend ainsi devenir la
technologie dominante pour la voix et le transport de données.
Ethernet n'ayant pas été conçu pour fonctionner en boucle (infrastructure type de la
SDH), Lucent pousse le Rapid Spanning Tree à la normalisation auprès de l’IEEE. En cas de
rupture d'un lien, le Spanning Tree Protocol (STP) utilisé en Ethernet met de vingt à
trente secondes pour calculer une nouvelle route en évitant les boucles (trop long). Le
Rapid Spanning Tree ramène ce temps - dit de convergence - à environ une seconde (la
SDH met moins de cinquante millisecondes pour rétablir une liaison).
Figure 34 - interconnexion de réseaux locaux
Il est également possible de regrouper les réseaux locaux virtuels (VLAN) d'une
entreprise en un réseau virtuel global avec des priorités en VLAN. L’entreprise pourra
disposer de connexions point à point, point multipoint, ou d'un service de bande
passante.
Ethernet over SONET (EoS) est donc basé sur des standards de l’industrie des
Télécommunications et les équipements compatibles EoS disponibles à la vente
permettent d’encapsuler les données Ethernet directement dans le payload (charge utile)
des trames SDH/SONET.
8
7
La technologie SDH / SONET
La nouvelle mouture de SDH entre en concurrence avec les offres Ethernet directement
sur la couche optique. Ces dernières sont généralement appelées Optical Ethernet
(promotion par des groupes tels que le Metro Ethernet Forum).
La technologie EoS repose sur trois principes :
- VCAT (virtual concatenation) : une extension de la concaténation classique qui
permet une granularité plus fine.
- LCAS (Link Capacity Adjustment Scheme), utilisé avec la concaténation virtuelle. Il
permet notamment des services de bande passante à la demande, point faible de la
SDH classique.
- GFP (Generic Framing Procedure), un protocole reconnu à la fois par l'UIT et
l'American National Standards Institute. Il permet d'encapsuler différents trafics,
dont Ethernet, dans SDH.
On peut noter qu’il existe une alternative à GFP : LAPS.
La Concaténation :
Nous avons vu que la concaténation classique fait partie intégrante de la
recommandation G.707 qui définit une bonne partie de la technologie SDH. Elle permet
de disposer de plus de granularité au niveau de l’offre SDH grâce à l’utilisation des
containers virtuels (VC) : N * 1.5 ou 2 Mbits, M * 45 ou 50 Mbits, P * 150 Mbits.
Un autre type de concaténation a été mis en place lors de l’introduction de la
technologie SONET NG. : VCAT.
Elle permet n’importe quelle combinaison entre les timeslots et les routes disponibles
pour le transport du payload et est utilisée depuis 2002. Alors qu’avant, une ligne OC-48
(VC-4-16c) était nécessaire pour assurer le transport du Gbit Ethernet (avec un taux
d’efficacité de 42% environ, essentiellement du a l’overhead), on peut maintenant
acheminer du trafic Gigabit au travers de plusieurs canaux VC-4-7v de 131.2Mbits de
charge utile.
Signalisation LCAS :
Le principe de la signalisation LCAS était présent dans la recommandation de l’UIT
G.704.2 de 1989 mais il n’a été finalisé qu’en 2001. C’est un protocole de signalisation
bidirectionnel qui permet un meilleur ajustement de l’utilisation de la bande passante.
Elle fonctionne de concert avec VCAT et GFP.
Il autorise une protection performante du système et évite le gaspillage de bande
passante en gérant le comportement de chaque VC, grâce à des messages spéciaux de
reconfiguration. Si un des containers virtuels VC tombe, le trafic sera juste ralenti mais
le service ne s’arrêtera pas.
Les paramètres de LCAS peuvent être modifiés à la volée par les gestionnaires du réseau
ou par l’intermédiaire d’applications de configuration à .Il décident alors de la
configuration, de l’établissement et de la fermeture des connections virtuelles (VCG).
Cette opération se fait à l’aide de l’octet H4 du POH (concaténation de haut niveau) ou
sur l’octet K4 pour les VT (concaténation bas niveau).
8
8
La technologie SDH / SONET
GFP (Generic Framing Procédure)
GFP (référencée par l’ITU dans la recommandation G.7041 en octobre 2001) est
une méthode d'encapsulation de n'importe quel protocole, comme le Gigabit Ethernet, le
Fibre Channel, la Connexion de Système d'Entreprise (ESCON) et la Transmission Vidéo
Numérique (DVB) pour le transport sur un réseau existant SONET/SDH.
Selon les spécifications de GFP, chaque PDU (Protocol Data Unit) sera encapsulé
avec un entête commun qui identifiera son type et sa taille. Cela permet à SDH/SONET
de transporter facilement divers protocole de niveau 2 comme l’Ethernet.
La trame GFP est la suivante :
8
9
Figure : Exemple de réseau supportant le EoS
10Mbit/s Ethernet Fast Ethernet Fast Ethernet 10Mbit/s Ethernet
MUX = Multiplexeur
Gigabit
Ethernet
Sites abonnés
SDH MUX SDH MUX
SDH Transport Network (L1
+L2)
90 nodes
Unprotected traffic
or automatic traffic protection
STM-16
(typically
)
STM-16
(typically
)
CE CE CE CE CE CE CE CE
STM 1/4/16 STM 1/4/16
Gigabit
Ethernet
10Mbit/s Ethernet 10Mbit/s Ethernet
La technologie SDH / SONET
Elle possède un entête de deux ou trois champs, une charge utile (payload) et un
contrôle d’erreur optionnel (FCS). Chaque header est protégé par un CRC sur 16 bits
(HEC). Le premier champ de l’entête indiques la longueur de la trame. Puis vient le
Header Type qui contient un code correspondant au type de payload transporté
(Ethernet, PPP…). Une trame vide (idle frame) est transmise lorsqu’il n’y a pas de
données à intégrer. Une trame vide est simplement constituée de l’entête avec un PLI de
zéro.
Figure 35 - intégration de GFP
9
0
La technologie SDH / SONET
Il existe deux types de trames GFP :
- « frame mapped » : applicable à la plupart des types de données sous forme de
paquets. On encapsule un bloc de données (Ethernet, PPP/HDLC) de taille variable
dans une trame GFP qui aura toujours la même forme. Elle supporte uniquement
des protocoles de niveau 2 OSI. C’est le type de trame par défaut dans GFP.
- « transparent » : Dans le cas d’applications où un très faible taux de latence est
demandé, on ne veut pas forcément attendre de recevoir toute la trame avant de
ré-emettre les données. On décide alors de mapper les données au fur et à mesure
de leur arrivée dans des blocs très petits de 8 octets qui serviront de mémoire
tampon. On n’a plus alors qu’à ré-envoyer les données très rapidement en se
servant du taux de remplissage de ces blocs comme indicateur. Destiné aux
transports sur ESCON ou FICON.
LAPS (Link Access Procedure for SDH)
On peut considérer LAPS comme une alternative a GFP, mais en moins
performante laps (ITU Recommandation X.86). C’est aussi un protocole capable
d’encapsuler de l’Ethernet ou de l’IP. C’est une technologie point à point, en mode non
connecté et sans procédure d’acquittement qui se situe au dessus de la couche SDH. Elle
a beaucoup de similarités avec la trame HDLC utilisée par POS.
Figure 36 - protocole LAPS
VI.3.1.1 Conclusion
Malgré tout la SDH NG ressemble un peu à un combat d'arrière-garde. Les
nouveaux opérateurs lui préfèrent généralement un réseau tout Ethernet, malgré toutes
ses imperfections, qui vont en se résorbant. SDH NG (et ici son extension Ethernet over
Sonet) servira sans doute aux opérateurs historiques, fortement équipés en
infrastructures SDH, à proposer à leurs clients entreprises des services Ethernet en
réutilisant l'existant. Cela ne les empêchera pas de déployer en parallèle des réseaux
tout Ethernet.
9
1
La technologie SDH / SONET
Figure 37 - comparaison RPR/EoS
VI.3.2 RPR (Resilient Packer Ring) : 802.17
Resilient Packet Ring (RPR) est une nouvelle couche MAC (niveau liaison, au dessus
du LLC traditionnellement) en cours de standardisation par l’IEEE 802.17 working group.
RPR est un protocole simple de contrôle d’accès destiné aux architectures en anneau. Il
est censé transformer un chaîne de liaison point à point en un vrai environnement de
réseau partagé qui permettra d’offrir des solutions en cas d’engorgement des tuyaux et
de nombreuses classes de services (COS). RPR s’inspire de la technologie propriétaire DPT
(Dynamic Packet Transport) de Cisco.
RPR est indépendant de la couche physique et peut servir à transporter de
l’Ethernet sur de la SDH/SONET ou bien servir de couche MAC.
Lorsque qu’il est transporté sur une interface SONET/SDH, un anneau RPR peut interagir
avec les infrastructures de transport SONET de niveau inférieur et utiliser des techniques
telles que la « Virtual Concatenation » (pour supporter efficacement l’infrastructure
SONET/SDH, ce qui permet d’acheminer un important trafic Ethernet pour un coût
moindre que de rajouter des équipements SDH/SONET sur le réseau.
RPR a donc été conçu pour répondre aux besoins dans les MEN (Metro Ethernet
Network) au niveau des POP et pour combler l’inefficacité de certaines solutions
SDH/SONET vieillissantes (STS-1 en terme de débit). Si une partie du trafic sur l’anneau
est destiné à un noeud voisin, le nouveau trafic peut être intégré directement au trafic
existant, tant que cela n’excède pas la capacité de l’anneau. Cette réutilisation
« spatiale » de la bande passante se fait également en supprimant les chuintant les
paquets avant le nœud de destination et en ajoutant du nouveau trafic à la place.
Cependant, RPR nécessite la construction d’une infrastructure dédiée qui ne
transportera rien d’autres que des paquets de données (niveau 3), il faut alors prendre en
9
2
La technologie SDH / SONET
compte le fait que l’investissement sera plus long à rentabiliser que l’adoption d’un
anneau SDH classique, mais l’utilisateur aura alors accès à de nombreux nouveaux
services.
Alors que les techniques de gestion des erreurs et de monitoring des performances sont
déjà bien implémentées dans le monde SDH/SONET, la technologie RPR espère tirer son
épingle du jeu en adoptant de facto de nombreux standards IEEE (principe de l’adresse
MAC, environnement de travail partagé), les solutions basées sur RPR sont donc
intégrables sans trop de difficultés (il est toutefois recommandé d’effectuer un audit
réseau avant de se lancer dans un tel déploiement). Le working groupe 802.17 affirme
aussi que la technologie RPR a été conçue pour supporter les échanges voix à bas débit
(téléphonie fixe, GSM) mais aucune solution commerciale ne propose ces caractéristiques
à l’heure actuelle.
VI.3.2.1 Les nouveautés
RPR a été inventé pour répondre aux besoins sans cesse réévalués du transfert de
données dans les réseaux optiques. Les réseaux de transport actuels doivent adapter
leurs données pour les réseaux TDM, ce qui ne permet pas d’optimiser la bande passante
disponible. L’extension des réseaux LAN (souvent dédié au transport de données) ne
permet pas, à l’heure actuelle, d’offrir les mêmes caractéristiques (temps de réponse,
granularité de l’offre) nécessaire aux réseaux MAN et WAN.
Il est donc temps d’offrir aux utilisateurs une couche de liaison suffisamment
souple pour permettre le transport optimisé des données aussi bien dans les LAN, MAN ou
WAN. Cette couche doit aussi être faite de façon à supporter les spécifications actuelles
ou futurs des réseaux basés sur une couche physique optique.
Figure 38 - liaison Ethernet/SONET par un anneau RPR
9
3
La technologie SDH / SONET
RPR fournit :
- Multiplication de la bande passante via le multiplexage temporel sur l’anneau (ce
qui permet d’avoir plusieurs communications téléphoniques simultanément par
exemple pour un seul canal utilisé).
- Réparation automatique du réseau en très peu de temps (inférieur à 50ms) en cas
de défaillance dans l’anneau ou sur un des nœuds.
- Utilisation intelligente de la bande passante proposée par la technologie fibre grâce
à une technologie de multiplexage prédictif (on espère déterminer quelle donnée
envoyer avant que l’on ait reçu la demande) et élimination de l’overhead entre les
différentes couches.
- Agrégation du trafic au niveau de l’anneau en lui-même plutôt qu’au niveau de
chaque nœud avec d’améliorer le multiplexage statistique (prédictif).
- Ne nécessite que la frame GFP d’encapsulation sans aucun entête supplémentaire,
ce qui en fait une alternative crédible face à l’encapsulation PPP/HDLC.
- Facilité pour le dimensionnement futur de son réseau puisqu’il n’est plus nécessaire
(théoriquement) de différencier les connections en mode paquet des connections
en mode circuit.
VI.3.2.2 Le principe de RPR
Le niveau MAC du protocole RPR est indépendant de la couche physique.
Typiquement, la technologie s’adaptera aussi bien à un environnement commuté en
Ethernet que sur des liens SONET/SDH multiplexés en WDM.
Comparaison SDH/RPR
SONET/SDH RPR
interface De type synchrone, orienté
vers le paquet (l’octet)
Asynchrone, principe de
frame (multiplexage)
trafic Doit être alimenté par un
flux continu et synchrone
Un ‘sens de parcours
obligatoire’ pour les
données
Optimisation de la topologie
en anneau, principe du
« spatial re-use »
L’encapsulation des données doit permettre le dialogue entre ces deux types
d’interfaces. Ainsi il est transparent pour les données transportées de se trouver sur une
topologie commutée ou dans un anneau « à sens unique ». Le protocole doit être aussi
9
4
La technologie SDH / SONET
suffisamment robuste pour supporter les erreurs, donc gérer les collisions, la reprise sur
erreur (comme en Ethernet…) et sécurisé pour ne pas être vulnérable aux attaques de
pirates.
RPR est une technologie récente qui n’est pas encore normalisée. Toutefois ses
géniteurs, issus du milieu des équipementiers pour la plupart (Alcatel, Nortel Networks,
Foundry) ont déjà définis quels seraient les objectifs à atteindre et pourquoi RPR a été
créée :
- Prise en charge optimisée des paquets de données en même temps que le support
du trafic TDM
- Support de tous les débits normalisés par SDH et SONET (présent et futur) : OC-
3/STM-1, OC-12/STM-4, OC-48/STM-16, OC-192/STM-64, etc.
- Commutation sécurisée au niveau physique ou au niveau liaison (MAC)
- coexistence entre RPR et UPSR sur le même anneau
- interopérabilité avec les autres standards d’architecture en anneau (eg UPSR, BLSR)
- partage des routes SDH/SONET pour l’envoi de donner sur les mêmes nœuds du
réseau afin de gagner en efficacité
VI.3.2.3 La complémentarité RPR/SONET
On peut considérer RPR plutôt en tant que complément de SDH qu’en concurrent.
La technologie SDH/SONET est composée de deux couches distinctes : une couche de
liaison « hiérarchique » (chaque élément du réseau joue un rôle particulier) basé sur un
multiplexage synchrone qui permet d’ajouter et de retirer du trafic sur les nœuds de
l’anneau en fibre optique et une couche de support physique qui permet de gérer et de
surveiller (monitoring) efficacement l’état du réseau optique.
9
5
La technologie SDH / SONET
RPR à plutôt pour but de remplacer le principe de multiplexage temporel par une
méthode de commutation par paquets prédictive (statistique diront certains) capables de
gérer intelligent le trafic entre les nœuds de l’anneau. RPR laisse le soin à la couche
physique de SDH/SONET de gérer le rétablissement du réseau en cas de coupure en moins
de 50 ms, ce qu’elle sait très bien gérer.
RPR est indépendant de la couche physique et de la couche réseau :
La tâche de RPR est donc de fournir une interface entre des équipements
physiques synchrones (SDH) et des protocoles de niveaux supérieurs. Elle laisse le soin à
SONET de gérer le support de transmission pour se concentrer plutôt sur le transfert de
données. Malheureusement, des applications indispensables comme le paiement d’un film
à la séance en streaming (VOD = Video on Demand) ne peuvent prétendre profiter de
cette compensation. Même, il a été montré par des études et des tests que
l’implémentation RPR pour la VoD laissait la part belle aux phénomènes de latence.
Source : Arris
9
6
IP, MPLS, couches supérieures
802.17 RPR
Transmission optique (SONET,
Ethernet, WDM, DWDM…)
La technologie SDH / SONET
De plus, la commutation EoS offre une alternative intéressante (car basée sur des
standards établis) et performante pour le paiement à la séance (PPW = Pay per View) et
l’accès à Internet mais aussi pour des services traditionnellement de commutation par
circuit comme la voix et la location d’une liaison privée TDM.
Figure 39 - Utilisation de la BP (Arris)
9
7
La technologie SDH / SONET
VIILE MARCHÉ / LES OFFRES OPÉRATEURS
Même si elle coûte encore parfois très chère, la disponibilité de la bande passante
des réseaux des opérateurs télécoms est désormais garantie. Ils se doivent donc de
trouver de nouveaux marchés à conquérir. Leur priorité réside aujourd’hui dans les
réseaux métropolitains (MAN et MEN), dont les boucles locales, initialement optimisées
pour la transmission de services vocaux, sont encore mal équipées pour répondre à la
demande exponentielle de trafic pour les services en modes paquets.
Ce nouveau défi représente un enjeu capital. En effet, selon une récente étude de
marché menée par Infonetics Research, le chiffre d'affaires généré par les services et
produits d'accès aux réseaux métropolitains connaîtra une hausse de 552%, passant de 420
millions de dollars à 2,7 milliards de dollars entre 2002 et 2006. L’agrégation de trafic
téléphonique voix / données analogique (T3/E3) sur des liens optiques numériques
(SONET/SDH) est donc aujourd’hui devenue une stratégie clé dans le secteurdes réseaux,
tout comme l’acheminement de volumes plus élevés de données depuis l’extrémité des
réseaux métropolitains et d’accès vers le cœur de réseau.
Figure 40 - Investissements Optical Oracle, 03/2002
De plus, Les grands opérateurs émergent à peine de leur crise financière. Ils
n'envisagent pas de méga investissements. Les réseaux de fibre optique multiplexée ne
connaîtront donc pas, d'ici 2008, un boom spectaculaire au point de faire beaucoup
d'ombre aux réseaux conventionnels Sonet /SDH, appelés pourtant à disparaître.
9
8
Montant des investissements
des opérateurs
La technologie SDH / SONET
Nous savons que le réseau de transport de la plupart des opérateurs est fondé sur
une infrastructure SONET/SDH. La base de services de ce type de réseau, souple et facile
à gérer, est bien prise en charge par les standards du secteur. Elle profite, en outre, de
systèmes de gestion et d'approvisionnement de services et de fonctionnalités de
facturation ayant atteint leur maturité. En parallèle, la technologie Ethernet, utilisée
avec succès dans les réseaux locaux d'entreprise (LAN), a fait preuve de qualités
inégalées de simplicité, de capacité de transmission et de faible coût.
Insight's Rosenberg estime que la nouvelle génération d’équipements ADM pour
SDH/SONET (on parle maintenant de 3G optique) dont le marché est aujourd’hui évalué à
900 Milliards de dollars, générera un chiffre d’affaires supérieur à 9.5 milliards de dollars
à l’horizon 2008. Soit un taux de croissance annuel d’environ 60%.
Figure 41 - Plan de déploiement de SDH sur fibre optique jusqu’en 2OO5 pour level3
9
9
La technologie SDH / SONET
Les 900 millions de dollar d’investissement pour la pose de fibre optique cette
année montre que l’intérêt pour cette technologie n’est pas prêt de retomber. Durant le
salon SuperComm de juin dernier, l’opérateur télécoms américain BellSouth à annoncé
qu’il choisissait les récentes technologies Metropolis DMX de Cisco et ONS 15454 de Cisco
pour faire évoluer son réseau optique SONET. Une semaine plus tôt, l’opérateur de
téléphonie Verizon annonçait qu’il souhaitait faire évoluer son réseau en SONET NG et
qu’il choisissait ses multiplexeurs ADM de nouvelle génération chez Fujistu (Flashwave
4500).
Enfin, selon Gartner Dataquest, en 2002 le marché chinois des équipements de transport
SDH représentait plus d’un milliard de dollars, la Chine demeurant le premier marché des
Télécommunications sur le continent asiatique.
VII.1 Les offres opérateurs
Nous allons maintenant detailler deux offres opérateurs permettant l’interconnexion de
sites distants en très haut débit :
- L’offre SMHD de l’opérateur historique France Télécom
- L’Intercity Private Line de Level3
Citons aussi les offre Eurolink de Colt Telecom, Euroring SDH de KPN ou encore Telcité
(ex Naxos), opérateur régional français opérant en Ile de France et filiale à 100% de la
RATP.
Cette offre de "boucle dédiée" est disponible sur tout le territoire chez France
Télécom (via l’offre SMHD (Service Multisite Hauts Débits)) et dans les quartiers de la
Défense, de l’Etoile et de la bourse chez ses concurrents depuis 1997. Le service SMHD
met à disposition des entreprises une boucle optique SDH dédiée pour raccorder tous vos
établissements au sein d’une même agglomération.
1
0
La technologie SDH / SONET
Cette boucle optique, doublée pour garantir une sécurisation maximale, sert de
support à l’établissement de liaisons haut débit et fédère ainsi l’ensemble des flux de
télécommunications (voix, données, images) entre vos établissements, clients ou
partenaires.
Elle s’accompagne de nombreuses prestations de service "à la carte" liées à la
SDH, tout en proposant une tarification très avantageuse pour les entreprises.
L’offre privacy line de level3 :
Level 3 offre un service de liaison longue distance Link Private Line dédiée et
point à point sur 65 marchés internationaux. Ce service est idéal pour les sociétés
implantées dans plusieurs pays qui échangent un volume important de voix, vidéo et
données, de façon sécurisée. La tarification est forfaitaire et propose plusieurs options
de configuration de la bande passante (d’une DS3 jusqu’à STM-16 / OC-48).
La société propose aussi un accès métropolitain « off-net » : ce service est
disponible si le site à connecter n'est pas directement relié au réseau Level 3. Level 3
fournit alors un accès via un opérateur de boucle locale.
VII.2 Les équipements constructeurs :
Puisque la technologie SDH/SONET est standardisée, il n’y a normalement plus de
risque pour un responsable Télécoms d’acheter des équipements provenant de
constructeurs, d’équipementiers différents. On peut distinguer deux types
d’équipementiers SDH :
- Les intervenants « historiques » du marché originel voix de SDH, tels Cisco, Alcatel,
Lucent,Nortel Networks, Marconi.
- Des nouveaux venus qui se concentrent plutôt sur les réseaux SONET/SDH NG en
proposant des équipements destinés au RPR, à l’EoS ou au POS selon le principe
d’UNI (Universal Network Interface) : un seul type d’équipement permet de gérer
B 1
0
La technologie SDH / SONET
l’interconnexion de plusieurs réseaux de technologie différente. On peut citer
Foundry, Juniper, Galazar, Native Networks, Riverstone. ou Extreme Networks.
Nous vous présentons aujourd’hui un portfolio de tous ces équipements.
VII.2.1 Terminal Multiplexer
Sagem propose toute une gamme d’équipements de multiplexage pour créer son
infrastructure SONET/SDH. Elle est utilisée par des opérateurs télécoms du monde entier.
SAGEM MXA 16 : Multiplexeur SDH/SONET 2.5 Gbits/s
SAGEM MXA 64 : Multiplexeur SDH/SONET10 Gbits/s compatible PDH
1
0
La technologie SDH / SONET
VII.2.2 Regenerator (STE: System Termination Equipment)
Le STE Cisco ONS 15104 est le premier mais aussi le seul existant régénérateur
optique directement manageable par IP qui supporte la transmission sur une fibre
monomode. Il permet de couvrir jusqu’à 80km.
VII.2.3 ADM (Add-Drop Multiplexer )
Ericsson propose, en collaboration avec Marconi, des équipements optique
destinés aux réseaux à forte densité.
SMA Series 4
1
0
La technologie SDH / SONET
- Design compact permettant d’économiser de l’espace
- Support de toutes les vitsses conventionnelles depuis 2Mbits jusqu’à STM-4
- Interfaces Ethernet et ATM
- Configuration Terminal et Add-Drop Multiplexer
- Support des longueurs d’ondes 1310 et 1550 nm.
Des équipements combinant les fonctions de multiplexeurs et de Cross Connect
sont aussi disponibles, tels le Ericsson SMA16-64. Il est idéal pour chapeauter des liaisons
métropolitaines, régionales mais s’adapte parfaitement dans des configurations de
dorsales (« backbone ») pour réseau national.
Ericsson STM 16-64
- Support total de la technologie SDH jusqu'à STM-64 (cartes d’extension STM-128 à
40Gbits en option, bientôt disponibles)
- Possibilité d’interconnecter jusqu’à huit anneaux STM-16
- Peut être configuré pour délivrer 504 * 2Mbits ou 128 * STM-1
- Support des containers virtuels VC-3, VC-4 et VC-12.
- Support de EoS au travers de LCAS et GFP
- Deux ports GigaEthernet pour transporter de l’IP sur SDH
- Compatible SNMP v3
Digital cross connect :
1
0
La technologie SDH / SONET
VII.2.2 Regenerator (STE: System Termination Equipment)
Le STE Cisco ONS 15104 est le premier mais aussi le seul existant régénérateur
optique directement manageable par IP qui supporte la transmission sur une fibre
monomode. Il permet de couvrir jusqu’à 80km.
VII.2.3 ADM (Add-Drop Multiplexer )
Ericsson propose, en collaboration avec Marconi, des équipements optique
destinés aux réseaux à forte densité.
SMA Series 4
Voici quelques-unes des caractéristiques que propose la gamme SMA Series 4
1
0
La technologie SDH / SONET
Marconi CellSpan
Il possède les caractéristiques suivantes :
- Déploiement facile sans faire appel à un spécialiste télécoms
- Permet à l’opérateur de proposer des SLA
- Mise en place transparente dans un architecture SDH et ATM, optimisation de la
bande passante et des portes sur les switches.
- Réduit drastiquement le temps d’installation d’une nouvelle solution télécoms.
- Configurable à distance
- Supporte les configurations point à point, maillée et en étoile
VII.2.5 Équipements hybrides
Nous vous présentons ici différents équipements qui peuvent s’acquitter de toutes
les tâches dans un réseau SONET. Il peuvent être utilisés comme :
- Terminal Multiplexer
- Add-Drop Multiplexer
- Répéteur / Régénérateur de signal
- Equipement de Cross-Connect
Sagem ADR 2500C :
1
0
La technologie SDH / SONET
Il a été conçu pour tous les utilisateurs de réseaux optiques qui veulent évoluer vers une
solution STM-16, et présente les caractéristiques suivantes :
- Solution modulaire, flexible et compacte
- Transport sécurisé des frames SDH
- Interfaces de transport innovantes (RPR, EoS)
- Management par SNMP
Cisco ONS 15600 MSSP
Ce produit de chez Cisco est destine aux grands réseaux. Il propose de base 4
ports simultanés STM-64 à 2.5Gbits, et peut faire évoluer sans problème sa capacité de
transport par l’ajout de cartes optionnelles.
- Quatre ports STM-64 simultanés par carte
- Upgrade jusqu’à 8 cartes 4 * STM-64 supplémentaires
- Support UPSR/SNCP
- Support des technologies bidirectionnelles 2 fibres BLSR / MS-Spring
- Topologies en anneaux, en anneaux multiples, multiplexeur terminal ou linéaire
(ADM)
- Support des longueurs d’onde de 1310 et 1550nm (courte et longue distance)
- Support de toutes les tailles de containers virtuels.
1
0
La technologie SDH / SONET
VII.2.6 Ethernet Over SONET
Nous avons vu auparavant que la tendance actuelle était de transporter son trafic
Ethernet directement sur les réseaux SDH / SONET selon le protocole EoS. Voici quelques
exemples de produits conformes à cette nouvelle norme.
Marconi PacketSpan
Il permet aux opérateurs réseaux de répondre à la demande de bande passante
pour les services de transport de données à haut débit à travers un réseau WAN et
propose les caractéristiques suivantes :
- S’intègre directement sur une infrastructure SDH
- Permet de proposer une meilleure granularité d’offres aux consommateurs et des
SLA
- Réduit les coûts de transports des données.
- Support des applications point à point ou multipoint.
- Conforme aux nouvelles normes GFP, LCAS et VCAT
- Installation simple
Galazar MSF250
Galazar, nouveau venu dans le monde du réseau, propose une approche innovante
en présentant une puce ASIC multi services. Elle s’intègre très facilement sur n’importe
quel type de châssis Cisco ou Juniper.
Elle présente les propriétés suivantes :
- Interface Fast et Gigabit Ethernet
- Support des DS1/E1 et DS3/E3 pour PDH
- Support de toutes les interfaces SDH : STM-1 à STM-16
- Implémentation hardware des protocoles GFP, LCAS, VCAT et PPP
1
0
La technologie SDH / SONET
VII.2.7 POS
Or Cisco, support historique de POS puisque impliqué dans son développement, on
peut noter que la société Riverstone s’illustre par la qualité de ses équipements. Elle
propose une excellente carte d’extension POS pour ses châssis RS8600.
Série de châssis RS 8600
Elle présente les caractéristiques suivantes :
- Support des technologies SONET et SDH
- Interface POS haute vitesse pour les lignes optiques OC-3 à OC-12 (STM-1 à STM-4)
- Redondance possible pour chaque carte
- Systèmes d’alarmes et de monitoring
- Totale compatibilité avec les protocoles PPP over SONET/SDH (RFC 1619) et PPP in
HDLC-like Framing (RFC 1662).
Filtrage par ACL
1
0
La technologie SDH / SONET
VIII CONCLUSION
VIII.1 En français / In french :
Le volume total du trafic sur l'Internet continue à croître exponentiellement et on
prévoit, sans exagération, qu'il doublera tous les 6 mois. Si ce taux de croissance
continue, la bande passante globale requise pour l'Internet d'ici 2005, aux États-Unis
seulement, dépassera 35 téraoctets. Au Canada, elle devrait dépasser 3 téraoctets.
Déjà, de nombreux opérateurs américains prévoient de déployer des réseaux OC-
192 (STM-64, 10 Gbit/s) dont le seul objectif sera de livrer des données sur l'Internet.
C'est seulement une question de temps avant que ces mêmes opérateurs et fournisseurs
de services Internet commencent à planifier le déploiement de réseaux OC-768 (STM-
128).
Alors qu’il y a quelques années le routage IP (niveau 3) était fortement utilisé, les
nœuds de commutation modernes reposent maintenant de plus en plus sur une
commutation de niveau 2 qui s’avère plus efficace. Les protocoles ATM, FR ou Ethernet
sont pour cela largement utilisés. L’arrivée de la commutation MPLS (Multiprotocol Label
Switching) a renforcé cette tendance. Cette technique a, entre autres avantages, celui
de pouvoir créer des circuits virtuels afin de maîtriser l’acheminement du trafic, et celui
d’avoir des délais d’acheminement plus courts du fait de l’abandon des techniques
nécessaires au routage de niveau 3 (gestion des procédures de mise à jour de tables de
routage, calcul de métriques, découverte de réseau). Elle préfigure aussi de ce que
beaucoup d’utilisateurs réclament : simplification de l’architecture en couche qui oblige
à l’heure actuelle de créer de nouvelles « passerelles » inter protocole.
De toute évidence, les réseaux optiques répondent bien à l'explosion de la
demande de capacité de transmission de données. Si le trafic téléphonique connaît
toujours une croissance significative, le trafic de données progresse cinq à six fois plus
rapidement que la voix - une partie de ce trafic étant d'ailleurs de la voix sous forme de
paquets IP. Or le trafic de données est extrêmement peu prévisible. Personne ne sait si le
trafic Internet va doubler en trois mois ou en douze, ce qui signifie que, pour rester
concurrentiels, les opérateurs doivent pouvoir disposer instantanément de bande
passante supplémentaire.
A l'avenir, l'architecture du réseau pourrait être simplifiée en éliminant certaines
des couches électroniques classiques actuelles, dont les fonctions seraient transférées à
la couche DWDM au-dessus de la fibre et dans les paquets IP au-dessus de la couche
DWDM. Cette solution est viable pour les nouveaux opérateurs, mais la plupart des
Benoît Champy, Alexandre le-Faucheur 1
1
La technologie SDH / SONET
opérateurs actuels ont lourdement investi dans des systèmes et des architectures
classiques. Dans un avenir prévisible, les services SDH/SONET et IP devront cohabiter et
diverses études suggèrent que les ventes de systèmes électroniques SDH/SONET vont
continuer à augmenter sur de nombreux marchés. L'un des principaux défis résidera donc
dans la migration d'un réseau aujourd'hui encore majoritairement électronique au réseau
tout optique IP du futur. Une façon de gérer cette migration serait d'utiliser une couche
de service de données, composée d'un réseau IP multiservice, et d'une couche de
transport entièrement optique.
Il est concevable que les futurs réseaux Internet regrouperont de manière
transparente divers protocoles de transport. Un Internet optique pourrait être utilisé
pour un trafic à haut volume. Le protocole DWDM répond parfaitement à cette attente en
proposant des débits jamais atteints encore sur un support physique. Aujourd’hui les
opérateurs commencent à évoluer progressivement vers des réseaux NGN (Next
Generation Network) basé sur la convergence IP. Toutefois la réalité économique fait
que nous pouvons dire que la cohabitation des nouvelles et des anciennes technologies
risques de durer encore quelques années.
VIII.2 En anglais / In english :
The SDH signal has built-in performance monitoring, maintenance, provisioning,
and operations information directly within the signal format. It contains mechanisms to
allow for timing inconsistencies throughout the network, and provides a means for
transporting a wide variety of services.
It allows tributary drop and insert while reducing equipment cost and timing delay
to provide on/off ramps to the industry analogy of the “global superhighway”. Rings may
be designed to provide a high degree of service quality, even in the presence of multiple
failure conditions.
SDH networks will increasingly incorporate intelligent network elements (RPR,
EoS) for more flexible network configuration. These advantages add up to provide a
powerful network standard that will continue to grow in popularity into the future. As
SDH brings many new advances to the telecommunications network, it also brings many
new testing challenges.
Benoît Champy, Alexandre le-Faucheur 1
1
La technologie SDH / SONET
IX LISTE DES FIGURES
FIGURE 1 - RAMAN DRS........................................................................................... 22
FIGURE 2 - FOURCHETTES DES LONGUEURS D'ONDE.......................................................23
FIGURE 3 - DISPERSION DE LA SILICE..........................................................................23
FIGURE 4 - LES APPLICATIONS PASSIVES SUR FIBRE OPTIQUE...........................................24
FIGURE 5 – MUX/DEMUX OPTIQUE (SOURCE CISCO)......................................................... 31
FIGURE 6 - PROJECTION DES TRAFICS AUX US (CISCO)....................................................32
FIGURE 7 - PTOP + ADM SOURCE (CISCO)..................................................................... 40
FIGURE 8 - UPSR/ BLSR (SOURCE CISCO)...................................................................... 41
FIGURE 9 - L'AVENIR LE METRO WDM (CISCO)...............................................................44
FIGURE 10 - LE MULTIPLEXAGE SDH (UIT-T G.707)........................................................49
FIGURE 11 - EXEMPLE DE MULTIPLEX (UIT-T)...............................................................50
FIGURE 12 - HEADERS STM / SOH (UIT-T)..................................................................... 52
FIGURE 13 - COUCHES SDH (UIT-T)............................................................................54
FIGURE 14 - PRINCIPE FONCTIONNEL D'UN MULTIPLEXEUR (UIT-T)....................................55
FIGURE 15 - HORLOGE ENTRE NOEUDS (UIT-T).............................................................57
FIGURE 16 - HORLOGE INTER-NOEUDS (UIT-T)..............................................................58
FIGURE 17 - ASPECT PHYSIQUE DE SDH (CISCO)............................................................59
FIGURE 18 - PRINCIPE FONCTIONNEL (UIT-T)................................................................ 61
FIGURE 19 - PRINCIPE FONCTIONNEL (UIT-T)................................................................ 61
FIGURE 20 - HEADER STM (UIT-T)..............................................................................62
FIGURE 21 - HEADER SOH (UIT-T).............................................................................. 63
Benoît Champy, Alexandre le-Faucheur 1
1
La technologie SDH / SONET
FIGURE 22 - SOH -> POH PRINCIPE (UIT-T)...................................................................64
FIGURE 23 - OCTETS POUR LES ALARMES DANS SOH (UIT-T).............................................65
FIGURE 24 - MULTIPLEXAGE SONET...........................................................................67
FIGURE 25 - STS SONET..........................................................................................67
FIGURE 26 - STM SONET (HEADER)............................................................................. 68
FIGURE 27 - RAPPEL DES CORRESPONDANCES SONET/SDH...............................................73
FIGURE 28 - EXEMPLE DE RÉSEAU EN ATM...................................................................75
FIGURE 29 - UN CANAL SONET/SDH TRANSPORTANT DE L’ATM.........................................77
FIGURE 30 - RÉSEAU COMBINANT IP/ATM/MPLS/SDH/ISDN................................................78
FIGURE 31 - UN CANAL SONET/SDH TRANSPORTANT DU PPP............................................79
FIGURE 32 - PPP OVER SONET..................................................................................80
FIGURE 33 - TAUX DE PERTES EN FONCTION DE LA TAILLE DES PAQUETS............................84
FIGURE 34 - INTERCONNEXION DE RÉSEAUX LOCAUX......................................................87
FIGURE 35 - INTÉGRATION DE GFP............................................................................. 90
FIGURE 36 - PROTOCOLE LAPS.................................................................................91
FIGURE 37 - COMPARAISON RPR/EOS.......................................................................... 91
FIGURE 38 - LIAISON ETHERNET/SONET PAR UN ANNEAU RPR..........................................93
FIGURE 39 - UTILISATION DE LA BP (ARRIS).................................................................. 96
FIGURE 40 - INVESTISSEMENTS OPTICAL ORACLE, 03/2002..............................................97
FIGURE 41 - PLAN DE DÉPLOIEMENT DE SDH SUR FIBRE OPTIQUE JUSQU’EN 2OO5 POUR LEVEL3.
98
Benoît Champy, Alexandre le-Faucheur 1
1
La technologie SDH / SONET
X BIBLIOGRAPHIE
Les Réseaux Edition 2003................................. par Guy Pujolle, Editions Eyrolles.
THESE : UFR
AMPLIFICATION ET CONVERSION PARAMETRIQUES, DECALAGE ET SUPPRESSION DE
FREQUENCES PAR PROCESSUS KERR ET RAMAN DANS LES FIBRES OPTIQUES
Thibaut SYLVESTRE, 1999
THESE : UFR
LASER A FIBRE POUR LES TELECOMMUNICATIONS MULTIPLEXEES EN LONGUEUR D’ONDE :
ETUDE DE L’ACCORDABILITE EN LONGUEUR D’ONDE ET DE LA GENERATION DE TRAINS
MULTI-LONGUEURS D’ONDE D’IMPULSIONS PAR VOIE ELECTRO-OPTIQUE
Stéphane CALVEZ, 2002
Formulaire de Physique............................................................................
........................................................................ J. Renault, Editions DUNOD
Recommandations UIT-T
............................................................. G.707 : Interface de nœud pour SDH
.................... G.783 : Caractéristiques des blocs fonctionnels des équipements SDH.
.................................................... G.653 & G.652 : Différentes fibres optiques
1
1
La technologie SDH / SONET
XI WEBOGRAPHIE
http://www.tekelec-systemes.com/doc/tf13_ns_f_12453a0.pdf
http://www.iec.org/online/tutorials/serv_deliv/topic05.html
http://pnp.free.fr/download/rt/docs/wan/RES_OPE.PDF
http://www.art-telecom.fr/publications/blhd/blhd1.htm
http://www.techfest.com/networking/wan/sonet.htm
http://igm.univ-mlv.fr/~duris/NTREZO/SDH.pdf
http://perso.club-internet.fr/oleola/indexSDH.htm
http://www.iec.org/online/tutorials/sdh/
http://www.chez.com/amitt/sdh.htm
http://www.fing.org/index.php?num=1882,3,1017,8
http://www-gtr.iutv.univ-paris13.fr/Cours/Mat/Telecoms2/Doc/presentationSDH
http://www.redback.com/en-US/whitepp/wp_soft_landing.html
http://techupdate.search.com/search?cat=302&q=sdh
http://www.cetp.ipsl.fr/~porteneu/articles/PDH.SDH.SONET.html
OPERATEURS
http://www.telcite.fr/nsdh.htm
http://www.africaone.com/french/about/technical_description.cfm <== Africa one
équipements SDF
http://www.foundrynet.com/international/francais/presse/pr3_19_02fr.html
http://www.sagem.com/en/produits-en/reseaux-optique-en/sdh-access-en.htm
http://www.sagem.com/en/produits-en/reseaux-optique-en/sdh-mxa-en.htm
http://www.fiberxon.com/english/product/sdh.html
http://www.marben-products.com/OSIAM/sonet_dsh.html
http://www.ericsson.com/products/main/SDH_hpprod.shtml
http://www.marconi.com/media/koreantelco_cs.pdf
http://www.alcatel.fr/products/productsbysubfamily.jhtml?subCategory=SDH%20Point-
to-Point%20Digital%20Radio
http://shopper-zdnet.com.com/4014-3251_15-406415.html?tag=search
Benoît Champy, Alexandre le-Faucheur 1
1
La technologie SDH / SONET
FIBRE OPTIQUE
Petit cours sur les F.O.s
http://perso.club-internet.fr/rose2seb/fibre1.html#BP
Présentation très très simplifié :
http://www.telcite.fr/fibre.htm#coeur
WDM
Tout sur tout le MPLS, le WDM/MPLS et les technologies à haut débit :
http://www.gmpls.org/
Architecture PON en WDM :
http://www.ponforum.org/
Caractéristiques de certaines fibres optiques pour le D/WDM :
http://aoctech.com/
IETF :
http://www.ietf.org/
UIT-T : Pour les recommandations sur D/WDM.
http://www.itu.int/home/
LE VTHD :
http://www.fing.org/index.php?num=1333,2#vthd
Cisco :
http://www.cisco.com/warp/public/779/servpro/solutions/optical/dwdm.html
SDH/SONET
Cisco :
http://www.cisco.com
IEC :
http://www.iec.org/online/tutorials/sonet/topic07.html
Présentation simpliste de SDH :
http://www2.rad.com/networks/1994/sdh/opendoc1.htm
IUT-T : Pour les recommandation SDH / SONET
http://www.itu.int/home/
ETSI : Pour les recommandation SDH
http://www.etsi.org/
1
1
La technologie SDH / SONET
XIILISTE DES ACRONYMES
[A-D]
ACL Access Control List
ADM Add Drop Multiplexer
ANSI American National Standard Institute
ASK Amplitude Shift keying
ATM mode de transfert asynchrone (asynchronous transfer mode)
BER taux d'erreur binaire (bit-error ratio)
BLSR Bidirectional Line Switched Ring
BSN Broadcast and Select Networks
CDMA Code Division Multiple Access
CRC-N contrôle de redondance cyclique-N cyclic redundancy check-N)
COS Classes of Services
DCC canal de communication de données data communication channel)
DCF Dispersion Compensating Fiber
DEL Diode Eléctro Luminescente
DFF Dispersion Flattened Fiber
DLC Digital Loop Carrier
DPT Dynamic Packet Transport
DSF Dispersion Shifted Fiber
DWDM Dense Wave Division Multiplexing
[E-I]
EDFA amplificateur à fibre dopée à l'erbium (erbium-doped fibre amplifier)
EoS Ethernet Over SONET
FSK Frequency Shift Keying
FO Fibre Optique
FWHM largeur maximale à mi-hauteur (full width at half maximum)
FWM mélange de quatre ondes (four wave mixing)
GFP Generic Framing Procedure
HEC contrôle d'erreur d'en-tête (header error control)
HDLC high level digital link control
IEEE Institution of Electrical and Electronic Engineers
IETF Internet Engineering Taskforce
1
1
La technologie SDH / SONET
ITU International Telecommunications Union
IP Internet Protocol
IPCP Internet Protocol Control Protocol
[J-M]
LAN Local Area Network
LAPS Link Access Procedure for SDH
LASER Light Amplifier by Stimulated Emission of Radiation
LCAS Link Capacity Adjustment Scheme
LCP Link Control Protocol
LED Light Emitting Diode
LOP perte de pointeur (loss of pointer)
MAC Medium Access Control
MAN Metropolitan Area network
MEN Metro Ethernet Network
MMF Multimode Fiber
MPLS Multi Protocol Label Switching
MSTE équipement de terminaison de section multiplex (multiplex section
terminating element)
[N-Q]
NAP Network Access Point
NCP Network Control Protocol)
NGN Next Generation Network
NRZ Non Return to Zero
OC Optical Carrier
OXC Optical Cross Connect
OXE Optical eXchange Equipement
ONU Optical Network Unit
OPS Optical Packet Switching
OSC Optical Service Channel
OTDM Optical Time Domain Multiplexing
PDH hiérarchie numérique plésiochrone (plesiochronous digital hierarchy)
PDU Protocol Data Unit
PLM discordance de charge utile (payload mismatch)
PMD dispersion modale de polarisation (polarization mode dispersion)
PMF Polarization Maintening Fiber
POH en-tête de conduit (path overhead)
POD Passive Optical Network
POH en-tête de conduit (path overhead)
PON Passive Optical Network
POP Point of Presence
POS Packet over SONET
PPP Point to Point Protocol
PPW Pay per View
1
1
La technologie SDH / SONET
PRC Primary Reference Clock
PSK Phase Shift Keying
PTE équipement de terminaison de conduit (path terminating element)
QOS Quality of Service
[R-T]
RIP Routing Information Protocol
RNIS réseau numérique avec intégration des services
RPR Resilient Packet Ring
SBS diffusion Brillouin stimulée (stimulated Brillouin scattering)
SDH hiérarchie numérique synchrone (synchronous digital hierarchy)
SLA Service Level Agreement
SMF fibre monomode (single-mode fibre)
SMHD Service Multisite Hauts Débits
SNA System Network Architecture
SNMP Simple Network Management Protocol
SNR rapport signal/bruit (signal-to-noise ratio)
SONET Synchronous Optical Network
SRS diffusion raman stimulée (stimulated raman scattering)
STM(-N) module de transport synchrone (de niveau N) [synchronous transport
module (-N)]
STP Spanning Tree Protocol
TDM Time Division Multiplexing
[U-Z]
UPSR Unidirectional Path Switched Ring
VC-n conteneur virtuel de niveau n (virtual container-n)
VOD Video on Demand
VoIP Voice Over IP
VPN Virtual Private Network
WAN Wide Area Network
WC Wavelength Converter
WDM multiplexage par répartition en longueur d'onde (wavelength division
multiplexing)
WGR Wavelength Grafting Router
WRN Wavelength Routed Networks
XPM modulation de phase croisée (cross phase modulation)
1
1
La technologie SDH / SONET
XIIIGLOSSAIRE
[A-D]
Asynchrone : Mode de communication entre deux équipements qui ne sont pas réglés sur
la même base de temps.
ATM : Asynchronous Transfer Mode. Technique de commutation rapide de cellules de 53
octets permettant l'exploitation optimale de la bande passante. Le débit courant sur ce
support est de 155 Mbits/s. Cette technologie réseau à haut débit prend en charge la
gestion d'une bande passante variable et irrégulière, particulièrement adaptée lorsque le
besoin de bande passante est susceptible de croître et de décroître considérablement
dans des très courts laps de temps. A noter que cette technologie est d'invention
française car c'est le centre de recherches de France Telecom (CNET) qui l'a développé.
Backbone : Epine dorsale d'un réseau. Schématiquement, "le gros tuyau".
Bande passante : La bande passante désigne le débit d'une ligne de communication, c'est
à dire la vitesse à laquelle les données peuvent être transmises sur cette ligne. Elle est
mesurée en bits par seconde (bps), en kilobits par seconde (Kbps), ou en mégabits par
seconde (Mbps). Plus elle est grande, plus de nombreux utilisateurs peuvent surfer
confortablement en même temps. La limitation provient principalement du matériel.
Broadcast : Diffusion d'un signal informatique à l'ensemble des machines d'un réseau dans
le but de communiquer avec l'une d'entre elles.
Buffer : Mémoire tampon servant à stocker des données lors d'un transfert.
DWDM : Dense Wavelength Division Multiplexing .Technologie de multiplexage de
longueur d’ondes à forte densité (c'est à dire un nombre élevé de fréquences sur le
même brin de fibre) qui autorise un décuplement des capacités de bande passante de la
fibre optique.
[E-H]
Encapsulation : Technique utilisée dans les protocoles de gestion de couches dans
laquelle chaque couche ajoute une entête d'information à l'unité de données provenant
de la couche supérieure. La finalité étant de pouvoir véhiculer des données hétérogènes
sur un même support.
1
2
La technologie SDH / SONET
Embrouillage : Eviter une longue suite d’éléments binaires répétitifs pour garder le
synchronisme avec l’horloge.
Ethernet : Réseau filaire construit sur la méthode d’accès CSMA/CD.
Frame Relay : Relais de Trame. Technique de commutation de trames informatiques
permettant le multiplexages de données (voix, données). Ce protocole de communication
est utilisé sur les longues distances.
Full duplex : Echange de données simultané dans les deux sens : Emission et réception.
Les deux équipements terminaux émettent et recoivent simultanément.
Half duplex : Echange de données non simultané dans les deux sens, à savoir que les deux
équipements terminaux émettent et recoivent chacun leur tour.
HDLC : High-level Data Link Control. Normalisé par l'ISO, ce protocole permet
l'optimisation des communications de type RNIS et X.25. Protocole de niveau 2 (liaison de
données) utilisé pour assurer la transmission entre réseau et terminaux avec corrections
d’erreurs.
[I-L]
Kbps : Kilo bits par seconde. Taux de transfert sur Internet.
Interface : Assure la communication entre deux appareils ou logiciels ayant des fonctions
différentes. On parle d'interfaces matérielles et d'interfaces logicielles.
LAN : Local Area Network. Petit réseau, généralement d'entreprise. Voir WAN.
Longueur d'onde : Distance parcourue par l'onde pendant une période.
[M-P]
Mbps : Megabits par seconde (million). Unité utilisée pour mesurer la bande passante sur
des réseaux ma foi d'un fort beau gabarit...
Monitoring: Terme anglais désignant le fait de d’observer quelque chose et le plus
souvent d’en garder.
MPLS : Multi Protocol Label Switching. Projet de norme de l’IETF visant à définir
différentes qualités de service sur Internet. Protocole de commutation (dont le Tag
Switching de Cisco est à l'origine) remplaçant la commutation sur la base de l'@IP par la
commutation de Label (ou étiquette) qui s'apparent à une commutation de niveau 2 OSI.
L'intérêt de MPLS est que la commutation de niveau 2 est nettement plus rapide et plus
souple que la commutation sur la seule @IP. La construction des étiquettes est faite par
des protocoles de niveau 3, car il faut connaître la topologie complète du réseau. C'est le
jumelage de la vision complète du niveau 3 avec la puissance de commutation du Niveau
1
2
La technologie SDH / SONET
2. MPLS permet aussi de définir des classes de service, des VPN IP et de faire une
ingénierie du trafic c'est à dire affecter des chemins à certains flux de façon
déterministe.
Multicast : Diffusion d'un signal à un sous ensemble de machines sur un réseau.
Multiplexage : Procédé permettant l'écoulement sur un même support de données
provenant de canaux différents.
Narrow band : Bande étroite, technique qui consiste à émettre des informations sur une
bande de fréquences très étroite, pour éviter de parasiter d’autres transmissions par
exemple.
Paquet : Ensemble de données (niveau 3 OSI) précédées d'une en-tête et transféré
comme un tout.
Plésiochrone : Presque synchrone, dans le contexte PDH : Pas l’horloge de maître.
[Q-T]
Quality of Service : Qualité de service. Garantir des performances pour une prestation
donnée.
SAN : Storage Area Network. Réseau consacré au stockage qui relie entre eux
périphériques, serveurs et commutateurs d’origines différentes, via des liens en fibre
optique. Son but est de faciliter l’administration des données en réduisant le nombre de
manipulations.
SDH : Synchronous Digital Hierarchy. Architecture de multiplexage par entrelacement
d'octets permettant la concentration et le multiplexage des voies de transmission
numériques synchronisées. A base de fibre optique, elle permet des débits allant de 155
Mnit/s à 2,4 Gbit/s. Les réseaux ATM s'appuient souvent sur la SDH.
SONET : Synchronous Optic NETwork. Transmission en mode synchrone sur de la fibre
optique. Standard utilisé en Europe correspondant à la SDH américaine.
Synchrone : Coordination de deux éléments sur la même base de temps, celle du
récepteur.
[U-Z]
T-1 : Il s'agit de liaisons de communications qui assurent la transmission de données à
haut débit. La ligne T-1 a un débit de 1,544 Mégabits par seconde. C'est une mesure de
débit made in US. Son équivalent européen est E1, type de liaisons à 2,048 Mégabits par
seconde.
T-2 : Type de liaisons à 6,312 Mégabits par seconde équivalent à l'agrégat de 4 liaisons T-
1 (multiplié par 1024 et divisé par 1000).
1
2
La technologie SDH / SONET
T-3 : Type de liaisons avec un débit de 45 Méga-bits par seconde (44,736). Son équivalent
européen est E3, type de liaisons à 34 Mégabits environ par seconde.
Topologie : La topologie des réseaux peut etre centralisée ou distribuée. Les réseaux
centralisés, ou en étoile, ont tous leurs noeuds connectés à un seul élément. Une
alternative est une topologie distribuée, c'est à dire que chaque noeud est connecté à
tous les autres noeuds. Des topologies typiques sont le bus, l'anneau, l'étoile et l'arbre.
WDM : Technique de multiplexage permettant de transporter plusieurs signaux sur une
seule fibre optique en leur affectant une longueur d'onde (ou une fréquence) différente,
à la manière des canaux de télévision. Les acronymes DWDM (Dense WDM) et CWDM
(Coarse WDM) correspondent respectivement à des espacements entre canaux étroits
(inférieurs à 100 GHz) ou très larges (500 GHz ou plus).
X25 : Protocole de données fonctionnant par envoi de trames. Conçu à l'origine pour
relier les terminaux aux ordinateurs, X25 fournit un service de transmission de flot fiable,
qui supporte les connexions distantes.
1
2
La technologie SDH / SONET
XIVINDEX
802.17 · 70, 91, 92
A
Add-Drop Multiplexer · 102, 103, 105
ADM · 32, 34, 36, 39, 40, 43, 59, 60, 73, 84, 98, 99, 102, 106
agrégation · 79, 97
alarmes · 65
ATM · 109
AU · 51
AUG · 51
B
Bande C · 42
Bande L · 42
bande passante · 3, 13, 20, 24, 29, 30, 31, 42, 48, 69, 70, 71, 72, 73, 76, 77, 83, 85, 86, 87, 88, 92, 93, 97,
100, 104, 105, 109
Bande Passante · 25
C
cellules · 32, 74
Cisco · 3, 31, 40, 41, 43, 44, 78, 92, 99, 100, 102, 106, 107, 108, 115
cœur de réseaux · 70
commutation · 35, 74, 95, 96, 109
compétitives · 71, 72
compteurs · 81
concaténation · 88
congestion · 74
containers · 88, 103, 106
Coupler · 33
cross-connect · 104
D
datagrammes IP · 79
de réseau · 109
des modes · 14, 20
disfonctionnements · 75
distance · 13, 14, 15, 18, 21, 24, 26, 40, 70, 100, 105, 106
dorsales · 103
DRS · 21, 22
DSLAM · 73
DWDM · 30
E
EDFA · 24
embrouilleur · 58
encapsuler · 82, 87, 88, 90
Ethernet · 32, 42, 43, 59, 69, 70, 73, 85, 86, 87, 88, 89, 90, 91, 92, 94, 98, 103, 107, 109
Ethernet over SONET · 87
1
2
La technologie SDH / SONET
F
facture · 72
Fast Ethernet · 85
FCS · 89
fibre monomode · 102, 118
flux multimédia · 74, 78
fournisseurs de services · 71, 109
Frame Relay · 71
G
gestion des flux · 76
GFP · 88, 89, 90, 93, 103, 107
gradient d’indice · 12, 18, 19, 20, 27
Gradient d’indice · 11
H
horloge · 48, 56, 57, 79
I
infrastructure · 4, 72, 73, 76, 86, 87, 92, 98, 101, 107
Interconnection · 104
investissements · 3, 71, 76, 97
IP sur PPP · 70, 78
IPCP · 82
ITU · 4, 8, 89, 90
L
latence · 90, 96
LCAS · 88, 103, 107
LCP · 80, 82
Le conteneur · 50
Level3 · 99
M
MAPOS · 85, 86
MEN · 92, 97
metro WDM · 43, 44, 46
mode · 14, 15, 16, 19, 20, 25, 84, 90, 93
monitoring · 66, 72, 92, 95, 104, 110
Monitoring · 75
MONOMODES · 17, 22
monotoring · 108
MPLS · 71, 72, 76, 109, 115
multi-hop · 39
multiplexage · 26, 29, 31, 45, 46, 47, 48, 50, 53, 55, 58, 59, 61, 62, 65, 66, 68, 74, 75, 77, 78, 83, 93, 94, 95,
101
N
narrowband · 75
NCP · 80, 81, 82
O
opérateurs · 3, 42, 47, 69, 70, 71, 78, 86, 91, 97, 98, 99, 101, 107, 109, 110
Ouverture numérique · 12
OXC · 32
P
Packet Over SONET · 70, 78, 79
Pay per View · 96
payload · 4, 62, 64, 73, 87, 88, 89
PMD · 15, 26, 27, 42
POH · 63
PON · 31, 36, 115
POP · 85, 92
1
2
La technologie SDH / SONET
POS · 3, 70, 71, 72, 78, 79, 80, 81, 82, 83, 84, 85, 90, 100, 108, 127
PPP · 71, 75, 79, 80, 81, 82, 89, 90, 93, 107, 108
PRC · 56
prédictive · 95
Q
QOS · 71, 72, 74, 76, 77
Quality of Service · 71
R
Rapid Spanning Tree · 87
réseaux métropolitains · 74, 78, 86, 97
réseaux sécurisés · 72
RFC · 79, 80, 82, 84, 86, 108
S
saut d’indice · 11, 12, 13, 14, 17, 19, 20, 25, 27
Saut d’indice · 11
SDH · 45, 46, 48
single-hop · 39
SLA · 71, 72, 77, 105, 107
SMHD · 99
SNA · 86
SNMP · 36, 103, 106
SOH · 62
sondage · 70
SONET · 45, 46, 66, 67, 69, 70, 71, 72, 73, 75, 77, 78, 79, 80, 82, 83, 84, 85, 86, 87, 88, 89, 92, 93, 94, 95,
96, 97, 98, 99, 100, 101, 105, 115
Spanning Tree Protocol · 87
support physique · 39, 43, 75, 77, 79, 95, 110
T
tarification · 100
taux de croissance · 98, 109
TDM · 32, 73, 92, 95, 96
timer · 81
Token Ring · 86
trafic voix · 32, 70, 73, 78
trames · 45, 48, 50, 60, 67, 70, 74, 75, 82, 83, 84, 87, 90
TU · 50
TUG · 51
U
UNI · 100
V
VC · 50, 51, 59, 61, 64, 68, 76, 88, 103
VCAT · 88, 107
Video on Demand · 96
VoIP · 3, 32, 41, 77, 85
voix sur IP · 70, 85
VPN/IP · 71, 72
W
WAN · 3, 41, 71, 72, 84, 85, 93, 107
WDM · 30, 32
WR · 32
X
X25 · 71
1
2
La technologie SDH / SONET
XV ANNEXES
Les architectures actuelles des réseaux hauts débits
Voici un exemple d’infrastructure haut débit :
1
2
La technologie SDH / SONET
Configurations recommandées par Cisco pour POS
Core Network
Edge Network
1
2
Applications de cœur de réseau pour la technologie
POS
Source : Cisco
La technologie SDH / SONET
1
2
Source : Cisco
La technologie SDH / SONET
Metropolitan Network
1
3
Source : Cisco
1
3
1
3

La technologie SDH / SONET

2

La technologie SDH / SONET

Résumé
Le besoin croissant en bande passante oblige les opérateurs a reconsidérer périodiquement leurs architectures « back bones » pour offrir continuellement des offres associées aux besoins des entreprises et des particuliers. En télécoms ce fût d’abord les services de téléphonie qui obligèrent les opérateurs à moderniser leurs infrastructures, on se souvient du réseau X.25 puis RNIS. Depuis plus d’une décennie c’est le besoin en capacité de transfert de données qui a stimulé les investissements avec les réseaux ATM/FR, PDH et SDH, ces derniers étant compatibles avec leurs aînés pour garantir une interopérabilité des systèmes de communications. De nos jours les besoins en bande passante deviennent tellement considérables que les dernières architectures ne suffisent plus à combler la demande ce qui oblige les opérateurs à relancer leur investissement sur des réseaux datas à haut débit comme le D/WDM par exemple. En effet la convergence vers le tout IP devient de plus en plus évidente, VoIP, ToIP, visioconférence, SAN, … Les réseaux ATM ne peuvent pas et ne peuvent plus offrir suffisamment de débits pour continuer leurs développements. Les architectures PDH principalement conçues pour la téléphonie sont aujourd’hui « obsolète » par leurs coûts de fonctionnement beaucoup trop important. Les architectures SDH conçues pour être stables et de grande capacité doivent être modifiées pour suivre l’évolution de l’économique et des technologiques. Les nouvelles architectures entièrement optique et tout numérique comme WDM offrent des capacités tellement plus importantes qu’elles pourraient remplacer rapidement tous ces réseaux déjà existants. En effet on peut supposer que si la convergence tout IP s’accélère alors les réseaux ATM, FR et PDH deviendront obsolètes très rapidement. Beaucoup de technologies se sont développées autour de ses architectures actuelles pour offrir une multitude de services comme : POS , RPR, …, mais la tendance forte de convergence sur le tout IP et le besoin d’interopérabilité à l’échelle planétaire pourrait bien faire émerger une solution unique clé en main pour offrir à terme du haut débit jusqu'aux portes de l’abonné. C’est dans ce sens que Cisco déploie ses architectures métro WAN/LAN, basées sur du DWDM. DWDM est normalisé par l’UIT-T et l’IETF rédige un draft sur du GMPLS over WDM ce qui montre la volonté des acteurs de l’Internet et des réseaux datas à effectuer un grand saut vers des réseaux à vraiment très haut débit, un saut que les opérateurs ne pourront pas manquer.

3

Definition of a synchronous multiplexing format for carrying lower level digital signals (such as DS-1. Benoît Champy.La technologie SDH / SONET Abstract Synchronous Optical Network (SONET) is a standard for optical telecommunications transport. The increased configuration flexibility and bandwidth availability of SONET provides significant advantages over the older telecommunications system. The comprehensive SONET/SDH standard is expected to provide the transport infrastructure for worldwide telecommunications for at least the next two or three decades. Availability of a set of generic standards that enable products from different vendors to be connected Definition of a flexible architecture capable of accommodating future applications. It was formulated by ECSA for ANSI. and adddrop multiplexers. Alexandre le-Faucheur 4 . which sets industry standards in the United States for telecommunications and other industries. DS-3 in PDH) and a synchronous structure that greatly simplifies the interface to digital switches. SDH technology (Synchronous Digital Hierarchy) is equivalent in Europe and was designed by the ITU. digital cross connect switches. with a variety of transmission rates. These advantages include the following :   Reduction in equipment requirements and an increase in network reliability Provision of overhead and payload bytes (the overhead bytes permit management of the payload bytes or an individual basis and facilitate centralized fault sectionalization.    In brief. SONET/SDH defines optical carrier (OC) levels and electrically equivalent synchronous transports signals (STSs) for the fiber-optic-bases transmission hierarchy.

.........................2Architecture Broadcast-Selected Network (BSN)............1Liaison point à point :............La technologie SDH / SONET Sommaire IINTRODUCTION............................................. 30 IV.................. 29 IVWDM & DWM..........................................................6LES DÉBITS ACTUELS EN DWDM........................ 18 III.................................1EN FRANÇAIS / IN FRENCH : ........3LA TOPOLOGIE RÉSEAU............................................................................................................22 III......1Rappel général sur les réseaux.........................................................4..........1....................38 IV................................. 9 II...........................2..................... 9 3 IV.................................36 IV...................... 6 3 IV..............................................................2.........4.........................................................................................................................................................1L’effet Kerr optique :...................................... 13 III..................1LA FIBRE OPTIQUES À SAUT D’INDICE...................1.............25 III..........................7LA TECHNOLOGIE DES SOURCES LUMINEUSES.................................................................32 IV......1PROPAGATION DES ONDES EM.....................1HISTORIQUE ET PRÉSENTATION......................2Diffusion de Raman (1928) :................................................... 7 2 III......1SDH La motivation........................................2...................8CONCLUSION.....................................2LA FIBRE OPTIQUE À GRADIENT D’INDICE................................................................4LES LIAISONS USUELLES DU DWDM...............................................................................................1Architecture Passive Optical Network (PON)......................58 Benoît Champy............................................. 9 II................... 10 IIIRAPPEL SUR LES FIBRES OPTIQUES.............. 32 IV....5L’ESTIMATION DE LA LARGEUR DE BANDE PASSANTE............. 42 IV.....................................................................................37 IV.........6PMD (POLARIZATION MODE DISPERSION) ET LES FIBRES UTILISÉS EN TÉLÉCOM...... 1 1 III.....................................................5EVOLUTION DU WDM....... 45 V................................................................................ 21 III................... 7 I................3LES EFFETS NON LINÉAIRES DE LA FIBRE OPTIQUE........... 48 V.........................................................................40 IV.............................32 IV..........21 III...................2L’ARCHITECTURE EN WDM..............................1....................................... 1 2 III................................... 45 V. 46 V.........................................................1La structure DU MULTIPLEXAGE SYNCHRONE.......................2.................................................................................................................3.................................................3ASPECT physique / les headers de la STM.................. 7 IIRAPPEL DE PHYSIQUE.2L’architecture du réseau SYNCHRONE............................................................................................................. 9 3 IV..................3....2.................................................................... 39 IV..4LE PHÉNOMÈNE DE DISPERSION.......................................2PDH vers SDH............................... 52 V................. D’ATTÉNUATION D’AMPLIFICATEUR......... 26 III................................................ 41 IV...................................................................2LOI DE DESCARTES....................7CONCLUSION D/WDM........................................................2EN ANGLAIS / IN ENGLISH : ......................................................2SDH........................ 5 4 V................... 49 V..................................................... Alexandre le-Faucheur 5 ..............................................................................................................................3Architecture Wavelength Routing Network (WRN)...... 43 VL’ARCHITECTURE SDH/SONET.................2Liaison multipoint en anneau.............. 7 I............................................2......2Les principaux composants optiques existant..1PRINCIPE DU WDM/DWDM.............1............................................................

................................. 09 1 VIII........ 09 1 VIII. 1 7 VI..................... 119 XIVINDEX...................................17..1....... 100 VII............. 05 1 VII.............. 07 1 VII......................102 VII..................3.2.............................................................2......... 8 7 VI..........1Du côté de l’utilisateur :..........................4Atm over sdh.................. 85 VI............... 108 VIII CONCLUSION........................ 14 1 XIILISTE DES ACRONYMES.............................................. 123 XVANNEXES... 9 9 VII.. 72 VI...............2.......................................................... 71 VI... 13 1 XIWEBOGRAPHIE...................................................................................................................................................................................................6Ethernet Over SONET....2....................2............................ 8 6 VITRANSPORT DE DONNEES SUR SDH.............2Du côté de l’opérateur : ................2................................................... 126 6 .................................................................4CONCLUSION................................................................... 0 7 VI...................................................La technologie SDH / SONET V........................................................... 6 8 VI.......2...........................................................2.........1Terminal Multiplexer......................................................................................................................................................................................................................................4Les alarmes........................................................................................................................3.......................7POS.............................2RPR (Resilient Packer Ring) : 802.3LES TECHNOLOGIES ÉMERGENTES AU NIVEAU LIAISON........................ 102 VII.............................................................................................1EN FRANÇAIS / IN FRENCH : ....................2IP sur PPP sur SDH: Packet Over SONET.......................2........... 6 8 VI......1Ethernet Over SONET............................................... 04 1 VII..................................................................................................................................................................................3DIFFÉRENCES SDH ET SONET.2EN ANGLAIS / IN ENGLISH : ...................................... 10 1 IXLISTE DES FIGURES..................................................... 1 9 VIILE MARCHÉ / LES OFFRES OPÉRATEURS........................................ 66 V... 65 V....................................................................................3Autres solutions : .............................................................................................................................................. 7 9 VII.....................................................5Équipements hybrides .........................................2.................................2LES ÉQUIPEMENTS CONSTRUCTEURS : ...3ADM (Add-Drop Multiplexer)...................................... 3 7 VI...... 11 1 XBIBLIOGRAPHIE...............1.....2LES TECHNOLOGIES DE TRANSPORT SUR SDH..................................................................................................................1LES EXIGENCES DU MARCHÉ........... 01 1 VII....................................2...................................................................................................................................1LES OFFRES OPÉRATEURS.................2Regenerator (STE: System Termination Equipment).........................1IP sur ATM sur SDH/SONET... 16 1 XIIIGLOSSAIRE..... 3 7 VI....................................

La croissance du trafic.2 En anglais / In english : Recent global changes in government structures and resulting economic pressures. increased competition and growing private networks have forced telecommunications service providers throughout the world to increase their operating efficiency.. L'offre de ces nouveaux services a entraîné à son tour la nécessité pour les opérateurs télécoms de pouvoir assurer la flexibilité de fournir de nouvelles connexions ou de distribuer dynamiquement la capacité. la complexité des systèmes et l'arrivée de nouveaux acteurs dans le domaine des télécommunications donnent à la planification des grands réseaux de transport une importance toute particulière. Long- 7 . optimisation. Cette évolution fait surgir des problèmes de modélisation et d'optimisation auxquels les méthodes de planification utilisées jusqu'à aujourd'hui ne semblent pas pouvoir répondre.La technologie SDH / SONET I INTRODUCTION I. principalement pour les besoins des clients professionnels..1 En français / In french : La hiérarchie courante PDH (Hiérarchie Numérique Plésiochrone) a évolué principalement pour répondre à la demande de la téléphonie (voix). I. La disponibilité de la bande passante a conduit à la prolifération des nouveaux services. L'introduction du multiplexage en longueurs d'onde dans le but d'augmenter d'une part les capacités de transmission et d'acheminement mais également la flexibilité et la rentabilité des systèmes. ) prenant en compte les contraintes et la spécificité d'un réseau de transport basé sur la hiérarchie numérique synchrone (SDH) et les technologies photoniques comme le multiplexage en longueurs d'onde (WDM). conduit de plus en plus à une optimisation des systèmes existants et à une meilleure intégration et adéquation des systèmes de nouvelle génération. autres que la voix. L'intérêt scientifique est alors d'adapter et de concevoir des algorithmes sur les différents problèmes clefs de la planification (acheminement adaptatif. allocation et partage des ressources. .

and upgrading to emerging services can be cumbersome. Bellcore (the research affiliate of the Bell operating companies in the United States) proposed a new transmission hierarchy in 1985.La technologie SDH / SONET established analog transmission systems that proved inadequate were gradually replaced by digital communications networks. Utilizing the technological advances and associated reductions in cost since plesiochronous systems were introduced. The International Telecommunication Union (ITU) established an international standard based on the SONET specifications. Bellcore’s major goal was to create a synchronous system with an optical interface compatible with multiple vendors. Reconfiguring PDH networks can be difficult and labor-intensive . maintenance and provisioning (OAM&P) purposes. in 1988. In many countries. where a plesiochronous system (T-Carrier) was in place. The situation was particularly difficult in North America. but the standardization also included a flexible frame structure capable of handling either existing or new signals and also numerous facilities built into the signal overhead for embedded operations. digital transmission networks were developed based upon standards collectively known today as the Plesiochronous Digital Hierarchy (PDH). The new transmission hierarchy was named Synchronous Optical Network (SONET). known as the Synchronous Digital Hierarchy (SDH). administration. 8 . automation and centralized control capabilities of telecommunication networks are limited. A major disadvantage is that standards exist for electrical line interfaces at PDH rates.resulting in costly. time-consuming modifications to the network whenever new services are introduced or when more bandwidth is required. which is specific to each manufacturer. but there is no standard for optical line equipment at any PDH rate. PDH has some shortcomings: provisioning circuits can be labor-intensive and timeconsuming.

exp(i(kxt)) .t) A. ). On appelle onde progressive plane une onde de la forme : f1 (xvt) ( f1 (x   y z vt) dans le cas à 3 dimensions). avec l’opérateur : f. . Une onde se propageant sur l’axe x à la vitesse v.z) ( t )2 Pour résoudre cette f1 (x   y z vt) f2 (x  y z vt) .f  2 f . c’est à dire : et pour solution : v 2. 9 . les surfaces d’ondes sont perpendiculaires à la direction de l’axe x. équation les conditions aux limites se doivent d’être définies. de plus ces solutions sont nécessairement de la forme d’une exponentielle réelle ou imaginaire. le Laplacien de f(x. Si f() est une fonction périodique de type sinusoïdale alors la solution peut s’écrire sous la forme complexe : f1 (x. est par donnée : 2 f 1 2 f  0 (dx)2 v 2 ( dt)2 La forme générale de la solution de cette équation différentielle linéaire homogène (à coefficients constants) aux dérivées partielles du second ordre est : f1 (xvt) f2 (xvt) .  la longueur d’onde et  la pulsation du signal. se déplaçant à une vitesse v dans un milieu n et tel que v = c / n. k représente le vecteur d’onde : k ( / v). dans le cas à 3 dimensions n est formé des composantes : (.y.La technologie SDH / SONET II RAPPEL DE PHYSIQUE II.1 Propagation des ondes EM La propagation des ondes électromagnétiques en direction d’un axe x.   n représente le vecteur unitaire de direction. c vitesse de la lumière.n ||k|| 2 /   . Remarque : Cette solution est aussi la solution générale des équations des ondes sphériques transversales.

S Le chemin optique est une ré-écriture de la loi de Snell-Descartes (permettant de traiter d’autres problèmes d’optique). n étant l’indice du milieu considéré.sin(2 ) .T. Ces deux vitesses sont liées par la relation de Rayleigh : dVp  Vg Vp. Pour une onde constituée de plusieurs fréquences.  est définie par :  = v.sin(1 )n2. Dans un milieu dispersif : v() = c / n() ce qui implique que c et v sont liés. Ce qui est logique sachant que : k = 2/ et ||k|| =  / v =>  = 2v /  = v / f = v.La technologie SDH / SONET Si v et  ne sont pas liés alors il n’y a pas de dispersion du signal f(). les composantes spectrales de cette onde dans un milieu dispersif ne vont pas avoir des comportements similaires. n1 et n2 les indices des milieux.2 milieux : Loi de Descartes n1 . en revanche si elles le sont alors il faut différencier 2 vitesses : La vitesse de phase : Vp = /k La vitesse de groupe : Vg = d / dk Pour comprendre le phénomène physique lié à la dispersion d’un signal il faut expliquer que : La vitesse v est liée à la vitesse de la lumière c dans le vide par : v = c / n. n étant l’indice du milieu traversé.  d   la longueur d’onde dans le milieu.dx .T II. 1 0 . v la vitesse de propagation de l’onde et T sa période. L’angle critique  : M sin( ) n1 pour lequel la réflexion devient totale. Cette relation a un sens si   l’information est contenue dans le paquet d’onde. n2 On définit le chemin optique entre une source S et un point M quelconque par : [SM]  n. 1 et 2 les angles La Formule de Descartes pour la réflexion et la réfraction d’onde lumineuse entre deux d’incidences aux surfaces par rapport à la normale.

et constant à l’intérieur de la gaine. Voici une coupe d’une fibre optique à saut d’indice: X Gaine. avec une variation à la surface de séparation 1 1 .Pour une même section de câbles à base de conducteurs métalliques on peut mettre 50 fois plus de fibres optiques. .Gradient d’indice Les atouts majeurs de la fibre optique : .Faible coût.La technologie SDH / SONET III RAPPEL SUR LES FIBRES OPTIQUES Il existe différentes fibres optiques et on en dénombre principalement 2 : . .Saut d’indice .L’amélioration croissante des lasers et des circuits optoélectroniques permet d’augmenter les distances et les débits sur ce type de support. milieu n1(X) On distingue les fibres à saut d’indice où l’indice est constant à l’intérieur du cœur. car la silice est une matière bon marché. milieu n2 Z Y Cœur.

Si i >  (<=>  <  car : i +  =  / 2). avec   12n12 2 2 2 .N : 0. alors : E''  n1cos(i )n2cos( r) E n1cos( i) n2cos(r) 1 2 .  = 0.5 et  = 1%. Le principe d’utilisation des fibres optiques est simple.La technologie SDH / SONET (interface : gaine/cœur) et les fibres à gradient d’indice où l’indice. cherche le meilleur angle d’ouverture pour que le vecteur d’onde se réfléchisse sur l’interface entre le cœur et la gaine. Pour les fibres à gradient d’indice. L’Ouverture Numérique correspond au sinus de l’angle d’ouverture (ou angle d’acceptante) :  n   sin(am) = O.sin(i) = n2.14 rad).N.21 => am = 12 deg. Pour permette une propagation correcte on cherche toujours à calculer l’angle d’ouverture pour optimiser la transmission de la lumière : O. on fait traverser la lumière dans les différents milieux jusqu'à la faire réfléchir sur la dernière interface cœur/gaine.n1 . (Ouverture numérique ou N.n1 1 2     2   n1   Exemple : n2 = 1. Angle critique : 8 deg (0.i k’ (vecteur d’onde du champ E’) traverse avec un rayon réfracté r tel que : n1. : Numerical Aperture) : n n O. Nous allons maintenant effectuer un rappel de physique sur le déphasage dont nous utiliserons plus tard le résultat pour expliquer d’autres phénomènes. Pour les fibres à saut d’indice on . Si i   (angle critique) alors pas de déphasage. alors : O.N. Nous allons traiter le problème du déphasage aux interfaces par Descartes : k’ N2 N1  i k k’’ r k (vecteur d’onde du champ E) arrive avec un rayon incident i et avec :  = /2 . k’’ (vecteur d’onde du champ E’’) repart avec un rayon réfléchi i.A. décroît à l’intérieur du cœur jusqu'à la gaine.sin(r). maximum le long de l’axe du cylindre. 2 .N avec : O.N.

cos(i) – n2. vecteur d’onde . Le déphasage  sera égal à 20 puisque E’’/E est le rapport d’un complexe conjugué.1 La fibre optiques à saut d’indice Si la longueur d’onde dans le vide est : 0 alors le vecteur d’onde associé vaut : k0 = 2 / 0. Posons : . déphasage à l’interface n2 Z n n = indice Benoît Champy.La technologie SDH / SONET Or cos( r) 1sin 2 (r)  1 n1 sin 2 (i) => cos(r) est un imaginaire pur car : n1/n2 > 1 ! Le rapport E’’/E étant complexe cela implique que   0. distance de transmission). Alexandre le-Faucheur  des milieux n1 . III. avec comme vecteur d’onde associé : k = k0.0 l’argument du complexe : n1.cos( r)t  j n2  2 n1 n2  sin (i)1 2 2 . La longueur d’onde de cette même onde se propageant dans un milieu n1 est :  = 0 / n1.n1 Voici un schéma expliquant les déplacements des ondes électromagnétiques dans la fibre : X X k. l’angle de propagation1 de l’onde 3 dans la fibre . de plus le module de E’’/E = 1 pour la même raison (ce qui est logique en cas de réflexion totale).t (argument du numérateur E’’/E). Le déphasage 0 a pour équation : tan( 0) tan 2 (i)  2 n2 n cos 2( i) 2 1 Voici le déphasage en fonction de l’angle de propagation et d’incidence :   / 2  / 2  i c  c = (2) / 2 i / 2 Cette démonstration nous sera utile pour expliquer l’installation des modes dans une fibre optique à saut d’indice et permet en même temps de considérer les problèmes physiques qui rentrent en compte dans le calcul d’une fibre optique (bande passante.

ce qui signifie que sur un « zig-zag » complet l’onde se propageant suivant l’axe des z aura parcourue : 4 (2 fois plus que le mode 0 où mode propre) et pendant ce même temps l’onde transverse aura parcourue : 4 (2 fois plus que le mode propre). Ici par exemple nous avons représenté le mode 1 (Nmax = 2). .La technologie SDH / SONET Une façon de traduire l’expression du vecteur d’onde est de dire : .n1.cos(). 1 4 .  n2 Z a a n1 Distance AB Champ électrique résultat dans la fibre de longueur d’onde p = 2 / kz Z La distribution du champ le long de la direction transverse ne change pas quand l’onde se propage dans la direction axiale. vecteur d’onde. On peut alors construire la distribution spatiale du champ électrique suivant l’axe z et x comme indiqué sur la figure suivante : Voici un exemple de déplacement du mode N=1 dans la fibre à saut d’indice : X k. On ne tiendra pas compte pour le moment du déphasage et nous ne nous intéressons qu’aux ondes stationnaires transverses car elles sont les seules à remplir les conditions nécessaires de continuités électriques sur la surface de contact cœur/gaine. de longueur d’onde associée : =0/n1  (longueur d’onde dans le vide)/(indice du milieu). Le problème des modes : Le problème des fibres à saut d’indice est que malheureusement plusieurs modes peuvent s’installer ce qui va entraîner un étalement (dispersion) du signal en sorti de la fibre.Une onde stationnaire et transversale qui s’installe sur l’axe x.Une onde progressive se déplace selon l’axe z et a pour longueur d’onde : p = 2 / k0. Cette distribution constitue un mode car il y a un déphasage de 2N sur la distance AB du champ électrique avec sa distribution spatiale sur z.

4.k0.cos() => dispersion du signal.sin() = 2N.sin() + 2 = 2N. Pour s’assurer que les angles Nm et critique sont proches et pas égaux (à cause des risques de variations locales d’indices) : 4.n1.La technologie SDH / SONET Un mode correspond à l’installation d’une onde stationnaire sur l’axe x. a = Rayon du cœur k0= 2 / 0 n1 = indice de milieu du cœur  = angle de propagation. c’est donc une onde parfaitement adaptée au cœur donc la Vg = Vp = c / n1. Puisqu’une onde stationnaire n’est qu’une longueur onde multiple de la période spatiale : 2a (diamètre du coeur).a.k0. Si seul mode 0 traverse la fibre alors on peut en déduire en sortie que la largueur de l’étalement du signal de sortie sera nulle.a.kz = 4 Projection sur x : la distance parcourue est de : 4a Donc : 4a / N = 2 / kx.k0.n1.k0.a. On cherche maintenant à calculer le nombre maximum de modes Nm. on a déjà démontré que le déphasage est lié à l’angle de propagation de l’onde électrique. l’effet Raman  La dispersion des modes de polarisation (PMD) Nous allons maintenant compléter la formule du calcul du nombre de modes en fonction du déphasage à l’interface :  = 4. Sur la distance AB : Projection sur z : p = 2 / kz => |AB| = 2p => p.n1. On va chercher à calculer le nombre de modes possible dans la fibre pour une largeur de fibre de 2a.n1.sin(Nm) + 2(Nm) = 2Nm Or on sait que : Nm  critique => (Nm)  0. puisque les angles sont proches. 2 car il y a deux réflexions sur un « zig-zag » complet. Pour cela on sait que : 4.sin(critique) = 2(Nm + 1) On définit le nombre maximal de modes par la formule : 1 5 .k0.sin() + 2 = 2N. Ce déphasage fait introduire les notions de vitesse et groupe et de phase. N représente le nombre de modes => 4. Le mode N est le mode correspondant à la distribution de champ électrique le long de l’axe x tel que le déphasage soit de 2N après avoir parcouru un « zig-zag » complet de A à B. Pour le mode 1 il y aura une différence entre ces deux vitesses car l’angle de propagation  sera plus important à l’interface gaine/cœur ce qui changera la vitesse de groupe qui s’écrira : (c / n1). Remarque : Pour l’instant nous avons négligé grands nombres de paramètres et phénomènes physiques comme :  Le coefficient de réflexion  Les effets de peau  Les conditions aux limites à l’interface pour l’homogénéité du champ électrique  La variation d’indice en fonction de la longueur d’onde  L’effet Kerr optique. Cette dernière équation permet de déterminer le nombre de modes possibles dans la fibre.a.n1.a.

Vg Vp.Une légère variation d’indice aux interfaces va faire varier l’angle de propagation par un déphasage ce qui va favoriser l’installation de modes. On montre que Vg (vitesse de groupe) a une valeur différente pour chaque mode N tel que : 2 VgN  c 1 N 1  n1  Nm1      Nm = mode maximal. dVp cos( c )1  dVp 1 n2   dVp parce que   1 . a le rayon du cœur de la fibre et 0 longueur d’onde dans le vide. Lorsque la fibre optique à un nombre Nm > 1 on dit qu’elle est MULTIMODE en revanche si Nm = 0 alors la fibre est dite MONOMODE. La vitesse de phase est définie par : Vp = c / n1.   n1 n2 0 2n12 2 2 .cos(c) et Vg(N) = Vp.La technologie SDH / SONET Nm1 4 .  est lié à la longueur d’onde et aux indices => (. Ci dessous une représentation de la propagation des modes dans le temps.( 2 ). Lien entre la vitesse de groupe. Vp d d Cela montre que la vitesse de groupe est liée aux indices qui traduit deux phénomènes: . ). Nous verrons plus loin dans le rapport les phénomènes qui se produisent dans les fibres optiques et leurs conséquences.n2 / n1  d  Vp d n1 Vp d   dVp dVp .(2)   .a. On rappelle que la vitesse de groupe est la vitesse de propagation de l’information.(2 )) . avec c = vitesse de la lumière. La vitesse de groupe : Vg = Vp.Une variation locale d’indice dû au matériau va engendrer une dispersion du signal et cette dispersion est liée à la longueur d’onde. 2 .n1.cos(N).Vp Vg Vp(1. . 1 6 . de phase et le nombre de modes.

Cet étalement est dû aux différentes vitesses de groupes dans la fibre. Remarque : Plus N sera grand et plus la vitesse de groupe sera lente.La technologie SDH / SONET Effet Kerr Optique Diamètre cœur Z   La sortie d’une impulsion lumineuse dans une fibre optique à saut d’indice sera donc de la forme suivante : Intensité lumineuse t t t + retard des modes Le signal de sortie est plus étalé ce qui risque d’engendrer de l’interférence entre symboles si les impulsions de départs ne sont pas suffisamment espacées. Donc pour éviter la dispersion on utilise de préférence des fibres MONOMODES. Nous allons représenter la distribution spatiale transversale de ces modes. 1 7 .

il faut comprendre ce phénomène comme une réflexion totale parfaite mais à une distance dx de l’interface cœur/gaine. X M 3 M 2 M 1 M 0 Z Mode0 Champ E X Mode1 dx X Ce qui permet d’expliquer. le déphasage a été introduit.La technologie SDH / SONET X M 3 M 2 M 1 M 0 Z Mode0 Champ E X Mode1 X La figure ci dessus est partiellement fausse car il faut tenir compte du déphasage à l’interface. pourquoi les modes s’installent dans la fibre.2 La fibre optique à gradient d’indice Cette fois-ci on ne cherche plus à réfléchir sur toutes les interfaces mais à réfracter le rayon. Ce qui signifie que l’allure du champ électrique sera plus étalé. Cette réfraction va entraîner une diminution de l’amplitude du champ 1 8 . Pour donner un sens à la réfraction totale. les détériorations des signaux à la sortie de la fibre. etc… III.

Chemin optique : Amax. Il est important de remarquer que la période spatiale est donc indépendante de l’angle d’ouverture. n(1) 0 . n(2) Z Si le rayon du cœur « a » le permet. Pour que Amax  Lp   ngaine  = a. n X Rayon incident d’entré : 0 2 . n(2) 1 . On montre que si la fibre a beaucoup d‘indice alors le chemin lumineux sera une sinusoïde. 0 < Amax  a. avec n0 : indice du centre du cœur. a rayon du cœur de la fibre et  la a variation relative d’indice maximum. il y aura plusieurs modes possibles de propagation. Les fibres à gradient d’indice sont aussi MULTIMODES et l’amplitude de ces modes dépendent principalement de 0. n0   A cet angle on peut lui associer l’angle d’acceptance : 2 sin(am)n0 sin(0 ) .sin 2 z  avec Amax = sin(0) / g. suivant 0 (angle d’ouverture).La longueur spatiale : Lp = 2 / g. il suffit que : sin( 0 )  1   2 .La période spatiale Lp ainsi que la vitesse de groupe Vg sont les mêmes quelque soit le mode. n(0) -1 .La technologie SDH / SONET électrique dans la fibre sans altérer son chemin (pas de déphasage). . Ce qui explique pourquoi les modes se propagent à Cœur 1 9 Z . Pour une fibre à gradient d’indice on écrit n(x) (la variation d’indice dans le cœur) : n2(x)n2(0)[1(g. Le parcours du champ est guidé le long de la fibre.   . g  2 . g  2 a la même vitesse.x)2] . X . C’est la caractéristique principale de ses fibres : -La vitesse de propagation (pas de dispersion) : Vg = c / n(0). Remarque : Lp équivaut au p de la fibre à saut d’indice. n(1) -2 .

Ce phénomène est mis en évidence par les courbes rouges et bleues sur la figure ci-dessus.a) 2   2n2(0) 2 Une légère variation  entre deux milieux va s’exprimer par : 2/2. Comme le gradient d’indice dans le cœur suit une courbe parabolique quasi continue il y aura par conséquent une interface de réflexion totale pour chaque angle de propagation donné. et ça dans chaque milieux du cœur. etc …. L’expression de la bande passante d’une fibre à saut d’indice est complexe. de la fibre.k0. entre chaque couches du cœur il y a réfraction et réflexion donc si le rayon du cœur le milieux Les différents permet (4.K.Diamètr e La technologie SDH / SONET Epita Telecom 2004 Z 0 Le problème desmilieu : :n Gaine de modes gaine Il est possible d’avoir des modes dans une fibre optique à gradient d’indice En effet . On peut cependant manipuler l’expression de la bande passante des fibres optiques à saut d’indice pour trouver une approximation grossière de la forme : BP = K / t. La définition d’un mode est l’installation d’une onde transverse stationnaire ce qui implique que certains angles de propagation sont possibles seulement. ). Expliquons pourquoi les modes se déplacent tous à la même vitesse de groupe : Le chemin optique est parcouru à une vitesse de groupe constante tout le long de la fibre. Dans le cœur (n(0)) la vitesse est de : c / n(0).n1. Reste à approximer : (). On en déduit que la vitesse de groupe est constante avec différentes vitesses de phases dans une fibre à gradient d’indice et vaut : c / n(0).sin() + 2 = 2. ) => t = L / Vg. Comme la longueur spatiale Lp est définie par : 2 / g et que la constante g est le coefficient canonique de notre parabole de gradients (voir remarque précédente) alors la longueur spatiale est nécessairement fixe.N) des modes peuvent s’y propager.2/2 BP  K / L / Vg.2/2 soit [Vg. 2 0 . De plus nous avons vu précédemment que la période spatiale était indépendante de l’angle d’entrée ce qui implique que les modes auront aussi la même période spatiale et donc la même vitesse de groupe. t =d / v. la variation de vitesse est particulièrement liée à la variation d’indice => (.(). t = L / Vg. dans le milieu 1 (n(1)) la vitesse est de : c / n(1) (plus rapide car n(1) nécessairement plus faible) mais la trajectoire à parcourir est augmentée de : cos(1) – cos(0) car l’indice n(1) est inférieur à n(0). se Les modes propageront en revanche tous à la même vitesse et auront la même période spatiale.  est de forme parabolique : n2(0)n 2(a) (g.a.2/2] / L Ce n’est plus le phénomène des modes qui limite la BP mais la dispersion du matériau et ses variations d’indices : (. Seule la longueur Lp est constante. Remarque : En réalité Amax varie en fonction de 0 et du nombre de modes.

La Dffusion de Raman Stimulé (DRS) consiste en un transfert d’énergie vers d’autres fréquences optiques (Stokes et Anti-Stokes) que celle d’excitation (qui doit être de l‘ordre des THz). l’intensité I(t). Ce phénomène non linéaire est connu sous le nom d’effet Kerr optique.La technologie SDH / SONET III. la 2 1 .2 THz pour la silice) de Raman de la fibre optique. Cette modification provient de la création de dipôles induits dans le matériau par déplacement du « centre de gravité » des électrons. Voici un résultat d’amplification Raman contrôlé : La figure du haut est le spectre de la pompe ( le Laser) avec sa fréquence Stoke (fréquence stimulée dans la fibre).3 III. Ce phénomène est dit passif car il n’y a pas de déplacement d’énergie entre le champ lumineux (électrique) et la fibre (diélectrique).10-29 m2/W pour la fibre en silice. on cherche d’ailleurs à maximiser ces différences. L est la longueur du champ lumineux sur lequel ce déplace Les effets sont : Lorsque le champ électrique comporte plusieurs fréquences (vecteurs d’onde). Ce système est très instable mais permet de prolonger la distance de transmission.2.3. Le déphasage auto-induit correspondant à ce phénomène est donné par la relation :  NL (2 /). III. L’effet de Raman ce produit lorsque l’effet Kerr est déjà lui même important (40 radians environ).L . I(t) est l’intensité lumineuse (W/m2). Cela a pour effet d’accroître les faibles fréquences de l’enveloppe du champ en cours de propagation. l’indice de réfraction peut se trouver plus ou moins modulé par l’intensité résultante. Le principe est de pouvoir amplifier dans les fréquences d’excitations en utilisant l’effet photon/phonon (à 13. La figure du bas est le spectre en sortie de la fibre.2 Diffusion de Raman (1928) : Nous avons vu l’effet Kerr optique qui modifie la trajectoire d’un champ lumineux.I.n2.1 Les effets non linéaires de la fibre optique L’effet Kerr optique : Sous l’action d’un champ lumineux intense. n2 un coefficient non linéaire de réfraction fixé à : 3. l’indice de réfraction d’un milieu transparent accuse une variation considérée en première approximation comme locale et instantanée. On appel cela l’amplification paramétrique. La loi de Kerr est définie par : nNL(.3. Ce système est sensible aux variations de vitesses dans les fibres biréfringentes (  Vitesse axiale et transversale différente). n() est l’indice de réfraction du matériau.I(t))n()n2 I(t) . via la non linéarité et en fonction de la dispersion.

Raman DRS Ces phénomènes physiques bien que compliqués à modéliser et à mettre en œuvre permettent d’augmenter la longueur de transmission des fibres optiques et plus particulièrement les fibres MONOMODES. Remarque : Les fibres dopées à l’erbium sont des amplificateurs optiques qui combinent le principe de l’émission stimulée (tel que Raman) dans l’erbium et les propriétés guidantes de la fibre.4 Le phénomène d’amplificateur de dispersion. ce qui permet de s’affranchir des étapes de conversions optiques/électroniques et aussi d’augmenter les débits.La technologie SDH / SONET fréquence Anti-Stoke a permis d’amplifier le signal de la pompe sur la fibre tout en supprimant sa fréquence Stroke. Figure 1 . III. d’atténuation Rappelons l’atténuation en fonction de la longueur d’onde de la fibre en silice : 2 2 .

On rappel que la dispersion est définie suivant la figure ci-dessous (silice) : Figure 3 .  1310    2 3 . les fibres optiques utilisées dans les télécommunications sont définies entre autres par l’UIT-T G.La technologie SDH / SONET Figure 2 .10 22 . La silice est un matériau dispersif.652. En télécommunication on utilise surtout les bandes de 1. On approche la courbe par l’équation du premier ordre suivante : D( )1  .5 m pour transmettre l’information.3 m et 1.Dispersion de la silice A la longueur d’onde 1310 m la dispersion est nulle.Fourchettes des longueurs d'onde Les fibres ALLWaveTM permettent d’avoir une largeur de bande plus importante (dans le procédé de fabrication on retire les impuretés).

On prend une portion de fibre en silice on la coupe à une certaine distance on lui juxtapose une autre fibre dopée qui va ré amplifier le signal durant sa traversé et on fait cela plusieurs fois. Voici à quoi ressemble un amplificateur EDFA : 2 4 . Brillouin. Enfin une approximation de la distance maximale de propagation dans la fibre (en présence de dispersion chromatique) est donné par : D max  1 D ().5 Gbit/s et 60 km pour 10 Gbit/s à 1.Les applications passives sur fibre optique Ces amplifications sont passives. Ou BP est la bande passante. En télécoms vu les longueurs d’ondes utilisées c’est l’amplificateur Raman qui est le plus utilisé.BP2 . Le problème avec ce type d’amplificateur c’est que le signal n’est pas re synchronisé ni reformé ce qui en limite l’utilisation.5 m devient gênant pour les transmissions optiques. Soit 1000 Km pour 2. Ces fibres optiques sont dites : DSF (Dispersion Shifted Fibre). pour cela l’UIT-T a défini le standard G. Cependant ces distances sont à nuancer parce qu’il existe des systèmes d’amplifications (comme : Raman.653. Je vais finir par un tableau récapitulatif des principaux types d’amplifications passifs : Figure 4 . D’ailleurs on utilise des fibres dopées à l’Erbium (EDFA : Erbium Doped Fiber Amplifier) pour ce type d’amplification.La technologie SDH / SONET On remarque que la dispersion autour de la fenêtre à : 1.55 m. etc…). elles décales le zéro de dispersion dans la fenêtre à 1550 m.

Si D < 0. Elles ont une largeur de bande > 10 GHz et une faible 2 5 .45  = 850 nm => d2n/(d)2  3. le mode 0.L = A. c la vitesse de propagation dans le milieu. On définit par BP = A / t la largeur de bande. . L la longueur de la fibre. Remarque : Si  est important (ex : DEL) alors on montre que le produit BP. Ex : Dans une fibre à saut d’indice alimenté par une DEL : t = L/V. t correspond à l’étalement du signal reçu par rapport à la largeur du signal émit et A une constante.5 L’estimation de la largeur de Bande Passante Nous allons expliquer succinctement le calcul de la Bande Passante pour les fibres optiques.L. Si  est faible (source monochromatique) alors on montre que le produit B L reste constant.La technologie SDH / SONET III.10^10 / m2 On montre que les longueurs d’onde les mieux adaptées pour la transmission dans une fibre en silice sont comprises autour de : 1.c/n. Pour la silice : 1.n => BP.2 et 1. 2   n le coefficient de dispersion du matériau. => t = L. => BP = A./L.n/c.  c () 2  étant la largeur du signal à mi-hauteur ce qui signifie que  est la largueur de l’émission de la source lumineuse de longueur d’onde .. La largeur est inversement proportionnelle à l’étalement.  t  L . alors les On appel : D c 2  composantes de longueur d’onde plus grandes de +/2 circulent plus vite que celle plus petites de -/2 et dans ce cas le retard engendré est de :  2n . La variation d2n / (d)2 varie en fonction des matériaux utilisés (figure : 3). à tendance a être constant. Donc les meilleures fibres optiques sont les fibres MONOMODE : à saut d’indice avec seul mode possible.5 m.c. La variation d’indice en fonction de la longueur est propre à chaque cœur.

En revanche.O. III.2. L’inconvénient de la biréfringence est qu’elle déforme les signaux durant leur propagation ce qui est ennuyeux pour détecter un signal TOR. Les différentes fibres de l’UIT utilisés dans les télécoms : G653 (1997) : F. Nous avons vu que l’effet Raman permet d’amplifier un signal d’une largueur de bande bien déterminée en créant en parallèle un transfert d’énergie vers une fréquence Stoke. de plus ses systèmes sont très sensibles aux impuretés.5 ps / (km)1/2 pour avoir des débits de 10 Gbit/s (STM à 64 kbit/s) sur 400km.1 et 21 .6 PMD (Polarization Mode Dispersion) et les fibres utilisés en télécom Le PMD regroupe les phénomènes de biréfringence (différentes vitesses de propagation en fonction de l’axe de propagation) et couplage de modes.55 m.Nombres de longueurs d’ondes 2 6 . Si on souhaite transmettre : 1 et 2 alors on risque de voir apparaître 2 autres longueurs d’onde de valeurs symétriques : 22 . De plus ces systèmes sont sensibles au phénomène FWM que nous expliquerons plus loin. Lors de la pose des fibres il faut faire attention au rayon de courbure pour éviter que l’onde soit réfléchie. G655 (1996) : DOF/NZ-DSF : Dispersion Optimized Fiber.La technologie SDH / SONET atténuation. Pour compenser ce phénomène on est obligé de répéter le signal (comprendre régénérer) ce qui va entraîner des délais de transmission plus grand et des appareils actifs. Remarque : La technologie des fibres dopée à l’erbium a la propriété d’amplifier de façon régulière les signaux autour de 1. Ces phénomènes vont donc retarder les transmissions en créant de la dispersion. Le PMD doit être inférieur à 0. Les fibres DSF ne sont plus/pas utilisées dans les systèmes DWDM car la largueur de bande est trop faible pour offrir suffisamment de longueurs d’onde. On estime que le phénomène PMD est inversement proportionnel au carré du débit. LE FWM est sensible aux : . il est très difficile aujourd’hui de poser ces fibres et d’installer les répéteurs sur la fibre. Monomode à dispersion décalé (DSF) : typiquement on décale le zéro de la dispersion de la bande à 1310 m (celui de la silice) vers la bande à 1550 m. de plus cela peut engendrer de l’interférence entre symboles. En effet les distances sont de l’ordre du m ce qui nécessite une grande précision. ce type de fibre optique monomode permet d’avoir un PMD de 3 s/m/km sur la largueur d’ondes de : 1300 – 1700 m. Elles sont utilisées dans le DWDM car ne sont pas soumissent au phénomène FWM et permettent des débits supérieurs à 10 Gbit/s. recommandations UIT-T G652. Lorsque dans les fibres DSF on transmet plusieurs longueurs d’onde sur une longue distance un phénomène similaire se produit : Le multiplexage à quatre longueurs d’ondes (FWM : Four Way Mixing).

Les LASERs Il existe beaucoup de LASER. III. elles sont utilisées avec les fibres à saut d’indice MULTIMODES et à gradient d’indice. L’UIT dans sa recommandation G692 définie le taux d’erreur bit à 10-12 qui le rapport signal sur bruit optique. voir surface de FabryPerot). Le grand avantage des LASERs c’est d’avoir une source lumineuse en accord de phase (cohérente) et monochromatique. Cet fois-ci on fait résonner une cavité pour la longueur d’onde  correspondant au maximum du spectre d’émission (Surfaces réfléchissantes espacées de longueur multiple de /2. La technologie des sources lumineuses C’est une jonction PN (autre que du silicium ou germanium) câblée en inverse et qui procure un rayonnement de photons à une longueur d’onde prédéterminer en fonction de la jonction et de son espacement. Malheureusement les DELs ont une largueur à mi hauteur trop importante pour être utilisées dans les systèmes à haut débit.La technologie SDH / SONET - La puissance lumineuse PMD (la plupart des systèmes DWDM limite leur débit à :OC-48/STM-16) Le FWM est donc un autre facteur limitant des fibres optiques « classique » tels que DSF. 2 7 .24 . Egap En général le composé chimique est de l’arséniure (arsenic) de gallium (GaAs) ou du phosphure de Gallium (GaP).7 Les DELs. En pratique. Ce composé chimique est en général dopé pour émettre un rayonnement dans la longueur d’onde souhaité. La longueur d’onde est donné par :   1. On peut cependant retrouver un système de DEL dans les transmissions à haut débit lorsqu’on à besoin de plusieurs longueurs d’onde (dans ce cas on filtre à la sortie de la DEL sur différentes longueur d’onde). C’est encore une jonction PN câblée en inverse (ça peut être du GaAs dopé différemment).

). à fibres (Actuellement technologie pas utilisée en Télécom). Il existe 2 principaux types de LASERs : à semi-conducteur (VCSEL. DBR. le critère décisif de cet technologie est l’accordabilité en longueur d’onde. 2 8 .La technologie SDH / SONET Le grand inconvénient c’est que les LASERs doivent fonctionner par intermittence sinon on risque de faire « griller » la jonction (courant inverse très important > 5A).. etc. DFB.

etc.(10. la partie la plus importante : la pupille.109) 2 soit un rapport de l’ordre du million. Nous avons vu ensuite que le principal facteur de limitation technologique de débit est la dispersion du matériau avec sa courbe associée mais il y a aussi les phénomènes de biréfringence et de couplage de modes dont l’exposé sort du cadre de ce rapport. Dans cette première partie je n’ai pas parlé des débits parce qu’ils dépendent de plusieurs facteurs par exemple le multiplexage en longueur d’onde. . Je tiens à faire remarquer cependant que l’étude de ces phénomènes est du domaine de la recherche et non des télécommunications. 2 9 . Remarque : La fibre optique peut-être très dangereuse pour les yeux.(103)2 .. Enfin nous avons synthétisé les principales technologies utilisées pour amplifier/répéter le signal optique dans la fibre ainsi que les principales sources lumineuses utilisées.III.. petit calcul vaut mieux qu’un grand discourt : Rayon de la pupille : 1 mm Puissance d’une ampoule standard : 100 W. Rayon en sortie du laser : 10 m 3 100  100. Puissance maximum dans la fibre 100 mW.10 . j’ai cependant expliqué comment calculer approximativement la bande passante d’une fibre optique. donc la concentration est telle qu’elle est capable de brûler de petites surfaces de l’œil comme par exemple. puis nous avons présenté les deux principaux types de fibre en expliquant leur avantages physiques qui justifient leur débits. le déphasage. la réflexion/réfraction. Ceci permettra au lecteur de mieux appréhender les différents problèmes techniques qui peuvent se produire lors du déploiement d’un réseau optique par exemple.8 Conclusion Dans cette partie nous avons commencé par rappeler les principaux phénomènes physiques qui permettent de décrire une fibre optique comme.

FSK et PSK. 50 GHz} (Référence UIT). Remarque : Le spectre visible des couleurs pour l’œil humain est compris entre : 0.La technologie SDH / SONET IV WDM & DWM Rappel :  v f V est la vitesse dans un milieu N tel quel : v = c / n et f est la fréquence de la longueur d’onde. DWDM alloue de 40 à 160 canaux par fibre optique en fonction de l’écart entre  (longueur d’onde). En effet d’autres techniques ont été développées pour augmenter le débit comme l’OTDM (Optical Time Division Multiplexing) et le CDM (Code Division Multiplexing) mais ils n’ont pas été retenus car ils nécessitent l’installation d’appareils plus coûteux et plus compliqués à manager comme : La synchronisation du time slot.108/1550.0125 .O. 0. etc.3 et 0. Un autre avantage du WDM c’est que les canaux peuvent transmettre toutes sortes d’informations ce qui permet d’avoir un réseau d’une très grande flexibilité.05} en fonction de la largeur des canaux {12.10-9 = 193. On peut citer quelques records mondiaux du WDM/DWDM : 42 * 40 Gbit/s (3. tout simplement en optimisant l’existant. du SDH et de l’IP sur les différents canaux sans avoir à ré-investir dans de la fibre optique.I. il est donc intéressant de multiplexer pour occuper au mieux le spectre des infra-rouges. Une première application du D/WDM est par exemple de faire passer de l’ATM...5 GHz.025 . Les  doivent suivrent l’équation suivante en DWDM : 193. Aujourd’hui encore on transmet des signaux TOR dans les F.O. en revanche des études sérieuses sont en cours de développement pour utiliser les 3 modulations numériques classiques : ASK.8 m.1 +n *{0. 0.. 25 GHz. L’appellation DWDM : Dense WDM signifie que les différentes longueurs d’onde sont très rapprochées de l’ordre du 1m. La bande passante est très abondante dans cette région. Donc une longueur d’onde de 1550 m correspond à une radiation de fréquence : f = 3. A l’origine le WDM a été utilisé pour optimiser les débits sur les fibres déjà existantes afin d’améliorer le R.1 THz.28 Tbit/s) sur 300 km (Lucent 2000) 40 Gbit/s sur 65 km (Alcatel 1998) 64 * 5 Gbit/s sur 7200 km (Lucent 1997) 3 0 .

La technologie SDH / SONET 132 * 20 Gbit/s sur 120 km (NEC 1996) Principe physique du multiplexage/démultiplexage: Ensemble de Prismes L’utilisation simple de prismes permet le multiplexage et le démultiplexage. En général c’est un appareil électronique/optique. Réalité économique (source CISCO/DWDM). plus précisément IP. elle sera donc moins coûteuse à déployer dans une architecture tout optique (PON) qui ce développe de plus en plus (voir architecture des réseaux DWDM chez Cisco). lorsqu’on ré amplifie simplement le signal sur la ligne de transmission. elles ne superposent plus en sorite du prisme. Remarque : Aujourd’hui les recherches s’orientent vers du tout optique afin de réduire au minimum les coûts et de maintenir une chaîne de transmission cohérente et homogène. la motivation : L’explosion de la demande de bande passante dans les réseaux est due à l’augmentation du trafic data. En sortie du prisme un système de lentilles redirigent chaque longueurs d’onde vers le cœur de chaque fibres optiques. Typiquement une fibre dopée à l’erbium réalise cette opération. Voici un autre exemple plus complet : Figure 5 – Mux/Demux optique (source Cisco) Dans le prisme chaque longueur d’onde a son propre chemin optique. Dans cette partie nous allons utiliser les termes : Répéteur. Les MUX/DEMUX optiques existent aujourd’hui et sont couramment répondus. lorsque l’on ré amplifie et l’on reforme le signal lumineux. 3 1 . L’avantage de cette technique est qu’elle est entièrement optique. Amplificateur.

etc. etc.Projection des trafics aux US (Cisco) Pendant que le trafic augmente. du streaming vidéo et les SANs (Storage Area Networks).2 Les principaux composants optiques existant Les OXC (Optical Cross Connect) Les S/DWR (Static/Dynamic Wavelength Router) Les ADM (Add/Drop Multiplex) 3 2 . En effet on trouve sur les backbones du trafic TDM (voix. IV.1.La technologie SDH / SONET Aux USA.1. Ces réseaux sont hétérogènes électriques/optiques.). en effet le switching et le routage s’effectue dans le domaine électrique et les transmissions sur la fibre. SONET/SDH est un réseau de cette génération. La troisième génération de réseaux est le WDM. En WDM nous verrons par la suite la communication s’effectue de bout en bout en optique ce qui a l’avantage immédiat de réduire les coûts (à court/long terme) et la maintenance mais aussi de supporter des débits plus importants.1 Principe du WDM/DWDM Rappel général sur les réseaux La première génération de réseaux est basée sur les technologies cuivre et micro-ondes comme par exemple : Ethernet. La seconde génération de réseaux est basée sur les liens cuivre et micro-ondes mixés avec de la fibre optique. En plus on trouve aujourd’hui une forte demande pour de la VoIP/ToIP.1 IV. IV.. Ce qui correspond à l’augmentation de 300% l’an du trafic Internet quand en même temps le trafic voix ne progresse que de 15%.. Figure 6 . fax . des paquets (IP) ou encore des cellules ATM/FR. les réseaux eux se complexifient. les providers rapportent que leurs BP double tous les 6 à 9 mois. satellites.

1 Coupler Le principe des ces appareils est de diviser (splitter) la lumière arrivant d’une source en plusieurs sources qui seront re dirigées dans des fibres optiques.La technologie SDH / SONET Les Coupler (Coupleurs) Je tiens à prévenir le lecteur que j’ai utilisé ses termes en fonction des connaissances que j’ai pu acquérir durant mes recherches. les terminaux (end-node) sont reliés à une entrée pour émettre des informations et à une sortie du coupleur pour recevoir les informations des autres terminaux. Un coupleur NxN est placé au centre du réseau. Ce type d’appareil est très simple à réaliser techniquement et est entièrement optique. L’inconvénient c’est que l’intensité lumineuse sortante est elle même diminuée de –3 dB (c’est à dire divisée de moitié). Le terme générique OXE (Optical eXchange Equipement) permet de les désigner indifféremment. Exemple de star coupler : -2-31 4 -2-3-4 1 NxN 3 -1-3-4 -2-1-4 2 Exemple d’un coupleur simple : 3 3 . Ces termes sont souvent employés de façon ambiguë dans la littérature et chez les constructeurs. Ce type d’appareil est principalement utilisé pour les réseaux dits : BSN que nous verrons plus loin. IV. il ne faut donc pas s’attarder sur leurs dénominations mais bien sur leurs fonctions dans un réseau optique. On utilise en général un coupleur étoile passif (passive star coupler) dans les réseaux WDM.2.1.

2. Voici à quoi peut ressembler un ADM : IV. d’ajout et de retrait. Le principe des ADMs est de re-router une ou plusieurs longueurs d’onde du port d’entrée vers le port de retrait. On peut ajouter des signaux à la sortie de l’ADM par l’intermédiaire du port d’ajout.2 ADM L’ADM est un appareil avec un port d’entrée.2.3 S/DWR 3 4 .La technologie SDH / SONET Exemple d’un Tree/Star coupler : IV.1.1. de sortie. Un exemple d’ADM dynamique : AOTF (Acoustooptic Tunable Filter) dont le principe est expliqué par le schéma suivant : Polarizing Beam Splitter Narrowband Polarization Converter Polarizing Beam Splitter  1 23  123 2 13 Ces appareils sont à la base des routeurs en longueur d’onde. Les ADMs peuvent être re-configurable (dynamic) et sont en général tout optique.

L’intérêt d’un tel routage c’est qui peut être fabriqué sur un chip à bas coût. Il existe 2 types d’architectures de WR : . Le principe du DWR c’est la combinaison de : DEMUX + SWITCH + MUX avec switch paramétrable :  1-2 1 2  1-2 1 2  1-2 1 2 1 1-2 2 1 2 1-2 3x3 switch 3x3 switch 1 2 1-2 IV. Principe : On commande la commutation ou non du signal sur une autre fibre optique.1. 3 5 .La technologie SDH / SONET Le principe est de changer de longueur d’onde lorsqu’on change de réseau.4 OXC On commande le basculement des transmissions. il est à la base des switchs.Dynamic Wavelength Router Le Static WR : On utilise une matrice de routage en longueur d’onde entre N entrées et N sorties avec N .Static Wavelength Router . Le Dynamic WR : Le DWR peut quant à lui router un signal du port d’entré (une longueur d’onde) vers n’importe quel port de sortie indépendamment des autres signaux de n’importes quelles longueurs d’onde sur le même port. Le WGR est composé de 2 stars coupler interconnectés suivant un tableau discordant qui répartissent les longueurs d’onde dans différents guides d’ondes. Ce type de cross connect est le composant le plus facile et le moins cher à fabriquer.2. cela peut servir par exemple pour faire du full/half duplex commander pour optimiser les débits en cas de problème sur une fibre. Un exemple de SWR : Le WGR : Waveguide Grating Router. C’est un peu le principe de changement de rails pour un train.

Remarque : Nous avons vu que tous les composants de base des réseaux WDM sont où peuvent être des composants à 100% optiques. IV.2. Lien classique multi-canaux.2 L’architecture en WDM Voici un schéma reflétant le principe du D/WDM :     MUX G DEMUX     F. L’ADM permet à tout moment d’ajouter ou d’enlever des  sur la fibre optique. IV. utilisation d’une liaison Point à Point.La technologie SDH / SONET Un cross connect n’est cependant pas un Wavelength Router car il ne peut pas distinguer de différences entre des longueurs d’onde sur un même port d’entré. L’OXC (Optical Cross Connect) est une technique de switching qui permet aux longueurs d’onde d’aller dans n’importes quelles fibres optiques en fonction du besoin et de la configuration de l’OXC.O. cela signifie qu’il est possible de développer des réseaux WDM à bas prix. Nous avons déjà rencontré tous les éléments constituants ce type d’architecture. Ces appareils ont la possibilité d’être managés (SNMP) et programmables. EDFA G signifie l’amplificateur à fibre optique dopée à l’erbium.1 Architecture Passive Optical Network (PON) 3 6 . Il en existe principalement deux sortes : Les Fixed WADM et les Reconfigurable WADM. il peut donc servir à réaliser un SWR. Voici un exemple d’utilisation d’OXC : Optical Cross Connect (OXC) wavelength converter Ici l’OXC est utilisé pour convertir des longueurs d’onde.

2. on préférera en effet un single-hop qui correspond à l’architecture physique. L’avantage c’est d’avoir une architecture tout optique.La technologie SDH / SONET  Entreprises /Université s  DEMUX   Un lien bidirectionnel est établi entre le serveur et les usagers (ONU : Optical Network Unit). 3 7 . L’architecture est complétement réalisée par des mirroirs. Ce type d’architecture pourrait être celui des futurs providers Internet par exemple.2 Architecture Broadcast-Selected Network (BSN) 1 2 N 1 2 N 1… N 1… N 1… N Combiner(s)/Splitter(s) 1 2 N Transmitters Receivers Ce type d’architecture est basée sur des composants optiques simples. lentilles. IV. ce qui est à la fois son inconvénient car il faut pouvoir garantir une durée de vie relativement importante pour un développement à grande échelle. etc … Voici un exemple d’architecture physique/logique de BSN : 1 01 5 7 2 3 46 6 7 1 3 1 0 1 3 4 5 1 2 star coupler 4 2 2 3 4 6 7 2 02 45 3 Cette architecture est en plus multi-hop c’est à dire qu’on ne communique pas directement sur la même longueur d’onde. C’est un cas assez particulier d’utilisation d’un BSN. Cela montre cependant que toutes les configurations possibles de réseaux sont envisageables.

Les routeurs de bordure sont chargés de convertir les  entre chaque réseaux pour éviter les conflits (on parle d’active shifting). Elle est tout optique ce qui implique que le réseau sera plus robuste (exception de fibres cassés/coupées). IV. multicast ce qui est toujours d’actualité dans les réseaux (application partagée.2. L’intérêt étant de pouvoir créer une grande connectivité et de ré utiliser les  ce qui permet de construire de grands réseaux. Pour cela on construit de petits réseaux n’utilisant qu’un certain nombres de  uniques.3 Architecture Wavelength Routing Network (WRN) 1 2 4 1 2 3 end-node wavelength router Dans cette architecture on cherche à optimiser les longueurs d’onde. en effet seul les equipements terminaux sont à monitorer. Dans une architecture BSN tous les types de topologies sont possibles. etc…). L’inconvénient c’est qu’elle est limitée au nombre de sous porteuses WDM. On s’aperçoit alors que la topologie n’intervient dans les réseaux BSN. en effet avec des coupleurs passifs en étoile ont peut réaliser des topologies Bus. de plus le fait même de broadcaster use le support et oblige d’utiliser des termianux plus performants. Ce type d’architecture n’est donc souhaitable que dans des réseaux DWDM dans un environnement LAN/MAN. Architecture très simple à manager.La technologie SDH / SONET Ce type d’architecture petmet d’avoir des connections de type :  One to one  One to many  One to all L’avantage de cette technologie est qu’elle permet les broadcast. Problème d’assignation 3 8 . étoiles et anneaux. Les routeurs en longueur d’onde sont tout optique eux aussi. visioconférence. Pour réaliser cela on utilise le même principe de port d’entrée (pour le broadcast) et le port de sortie (pour l’émission).

Etoile et Maillé. Deux techniques sont à envisager :  Assignation statique (Matrice de routage)  Assignation dynamique (Routeur reconfigurable) Les différents composants constituants ces types de réseaux sont le S/DWR et les ADM. Nous avons vu que certaines topologies étaient liées ou pas aux composants les constituants. soit en fibre optique ou en conversion de longueur d’onde. En single-hop : Aucune conversion optoélectronique n’est faite.4. IV.1 Les liaisons usuelles du DWDM Liaison point à point : Fibre Optique A B Utilisation type : SAN. 3 9 . Data Center. soit en longueur d’onde. Anneau. Les BSNs sont en général des réseaux single-hop.4 IV. l’étude des topologies n’a donc pas d’intérêt particulier à être détaillé. Avant l’apparition des fibres EDFAs la topologie étoile était la plus couramment utilisée. Il n’y a plus de communication directe. etc… Conception simple. IV.3 La topologie réseau La topologie physique peut être de la forme : Bus. les données traversent le réseau directement de la source au destinataire. Les WRNs sont des réseaux multi-hop. Backup. Petit complément sur le vocabulaire : Il existe deux visions pour faire circuler l’information sur le support physique : Single-Hop et Multi-Hop. En multi-hop : On utilise un petit nombre de  qui sont commutés. Cela dit la topologie usuelle à notre époque des réseaux D/WDM est en anneau.La technologie SDH / SONET Nous voyons sur le schéma que le routage en longueur d’onde oblige les routeurs à créer des tables de routages en longueurs d’onde pour décaler (basculer) ces dernières lorsqu’un conflit risque de ce produire. Les  changent lorsqu’elles traversent un host (hop). Il est cependant possible de trouver des BSNs en multi-hop et des WRNs en simple-hop bien que cela soit plus improbable du simple fait de leurs architectures physiques propres.

ce qui réduira d’autant les coûts de déploiement.4. La protection/sécurisation de la ligne en P to P est en général assuré par une paire de fibre :  Une fibre par sens de communication  Une fibre de secours par sens de communication De plus pour assurer une plus grande fiabilité on peut utiliser un ADM sur le lien pour rerouter les paquets si un équipement terminal venait à tomber en panne : Figure 7 . Le nombre d’amplificateur optique peut être réduit à moins de 10.2 Liaison multipoint en anneau 2 variantes existent : étoile sur anneau et maillé sur anneau Les flèches rouges et bleus représentent l’architecture Maillée sur anneau.PtoP + ADM Source (Cisco) IV.La technologie SDH / SONET Ces réseaux permettent d’avoir des débits très importants (> 40 Gbit/s) sur de très grandes distances (quelques centaines de kilomètres) avec une possibilité de restauration de fonctionnement très rapide. Sortie : Gbit/s Paire de fibre Sortie : Gbit/s Sortie : Gbit/s Exemple d’utilisations : étoile maillé 4 0 .

Si une fibre casse on peut toujours communiquer avec son correspondant en utilisant le sens inverse normal de communication (RX au lieu de TX). ce qui peut jouer considérablement si plusieurs réseaux en anneaux sont interconnectés. Alexandre le-Faucheur G Récepteur 4 1 . En BLSR (Bidirectional Line Switched Ring) (4 fibres par anneau) si une fibre casse. Explications : Figure 8 .UPSR/ BLSR (Source Cisco) UPSR MAN Protection dédié BLSR WAN Protection partagé En UPSR (Unidirectional Path Switched Ring) (2 fibres par anneau) une fibre est utilisée pour un sens de communication. Ce type d’architecture est utilisé dans les backbones SDH/SONET pour offrir une complète redondance.5 Evolution du WDM Il existe d’autres évolutions possibles du WDM en cours de développement comme : L’optique sans fil (OW : Optical Wireless) Solitons OW Principe : Benoît Champy. VoIP) Trafic : any to any Protection en WDM/Anneau : On peut utiliser 2 où 4 paires de fibres en fonction du niveau de sécurisation des liens. on ne va pas surcharger toute la fibre mais seulement une partie ce qui va limiter l’engorgement du trafic. IV. ce qui offre une redondance limitée.La technologie SDH / SONET Raccordement de clients sur site principal Stockage centralisé Transport de flux (ToIP.

Remarque : En DWM. très important et aujourd’hui on est encore loin d’atteindre la limite de bande passante que ce support peut offrir.5 Gbit/s est l’unité « de base » des débits possibles. des débits allant jusqu'à 100 Gbit/s sur 100 km (40 canaux => 100 GHz). Rappel : v=c / n. Les débits sont importants. le 2. Techniquement on peut trouver sur de grandes distances. n l’indice du milieu et n varie d’après l’effet Kerr optique : n = n0 + n2. Soliton devrait permettre de garantir de bon débit sur de longues distances IV.5 GHz de large. c’est à dire avec une partie ré-amplifiée.5 à 10 Gbit/s. ce qui signifie que l’on peut espérer avoir jusqu'à 320 canaux si bien sûr la technologie le permet (cela fait quand même un joli petit LAN).Lase r Amplificateur La technologie SDH / SONET Solitons : (Exemple la société : algety en France) L’idée est de maintenir la forme d’une impulsion tout au long de sa propagation dans la fibre (donc de lutter au maximum contre la PMD). 10 Gbit/s x 320 = 3200 Gbit/s. Ainsi WDM-16 canaux = 16 x 2.6 Les débits actuels en DWDM On trouve souvent dans la littérature la notion de bande : Bande C : 1525 . En revanche pour les systèmes WDM il convient car le signal peut être amplifié plusieurs fois parce que peu déformé par la fibre. afin de créer/anticiper la demande de bande passante pour les grands comptes et favoriser ainsi le développement d’architectures MAN par exemple : Ethernet 10 Gbit/s. Oui le DWDM a un avenir certain ! Surtout lorsque l’on sait que la technologie utilisée est entièrement optique donc à terme à faible coût.5 Gbit/s. 4 2 . pour encourager et soutenir l’investissement qui obligera ainsi les opérateurs à moderniser leurs réseaux backbones nationaux / internationaux. C’est pour cela que les équipementiers offrent des équipements télécoms de 2. L’inconvénient du soliton c’est que le signal doit être amplifié périodiquement (les fibres EDFAs suffisent ?). Une certaine forme d’intensité lumineuse permet de faire évoluer le coefficient n2 de tel sorte à garder l’indice n constant. L’UIT-T à définie des espacements jusqu'à 12. Parler de débit en WDM n’a pas d’intérêt en soit car plusieurs combinaisons sont possibles et de toutes les façons on n’utilise pas le support au maximum de sa capacité. On cherche à compenser les effets de dispersions chromatiques de la fibre par le coefficient n2 (non linéaire) pour maintenir la linéarité de l’indice du milieu.I2.1565 m Sous bande C Bleu : 1525 – 1545 m Sous Bande C Rouge : 1545 – 1565 m Bande L : 1570 – 1620 m Sous Bande L Bleu : 1560 – 1585 m Sous Bande L Rouge : 1585 – 1620 m A l’heure actuelle on arrive à faire passer jusqu'à 160 canaux par bande avec un espacement de 25 GHz.

Ces principaux appareils sont :  Les OXC (Optical Cross Connect)  Les S/DWR (Static/Dynamic Wavelength Router)  Les ADM (Add/Drop Multiplex)  Les Coupler (Coupleurs) On aura remarqué qu’en WDM toutes les architectures physiques et de liaisons sont possibles mais cependant les constructeurs ont adopté une topologie physique en anneau qui correspond bien aux réseaux MAN.WDM 10-12 => 100 Gbit/s => 10 sec x 100 G = 1012 => 1 erreur bit / 10 sec. Enfin nous avons constaté que les débits en WDM ne cessent continuellement d’augmenter ce qui signifie que cette technologie est encore loin d’avoir atteint ses limites liées à sont support physique qu’est la fibre optique. Le WDM est donc la seule technologie capable de fournir du très haut débit sur des distances importantes.7 Conclusion D/WDM Je n’ai pas parlé de la technologie OPS (Optical Packet Switching) qui est développée en Europe qui permet de faire du switching dynamique en longueur d’onde avec resynchronisation. .…). pour des questions de coûts et de mise en œuvre. corriger une erreur de bit.La technologie SDH / SONET l’UIT-T préconise un TEB/BER de 10-12 au minimum. Le constructeur Cisco offre des services pour des réseaux MAN/LAN basés sur la technologie D/WDM. . Ces solutions s’appellent-le : metro WDM. IV. Donc bien évidemment les lignes deviennent plus « sûres » et l’on comprend pourquoi on laisse à une couche réseau supérieure le soin de détecter. Je n’ai pas parlé non plus du Coarse WDM (CWDM) qui n’est que du WDM simplifié ce qui ne change en rien les architectures que nous avons vues précédemment. la liaison quand à elle dépend des besoins spécifiques de l’utilisateur (ex : SAN. on aura retenu qu’il est préférable d’utiliser des appareils tout optique à des appareils Optoélectroniques.Ethernet/câble => 10-9 : 100 Mbit/s => 10 sec x 100 M = 109 => 1 erreur bit / 10 sec. voir. Je laisse le soin au lecteur de découvrir et de se renseigner sur cette technologie. certains constructeurs garantissent jusqu’à 10-14. dont l’architecture générale est donnée sur la figure suivante : 4 3 . Les ordres de grandeurs sont de quelques dizaines de Gbit/s sur quelques centaines de kilomètres. point à point. Nous avons appris quels sont les principaux types d’appareils utilisés de nos jours dans une architecture WDM. etc.

cisco. on parle alors de long-haul DWDM. on parlera alors de Ultra-long-haul DWM.com/univercd/cc/td/doc/product/mels/cm1500/ 4 4 .L'avenir le Metro WDM (Cisco) Le metro WDM la nouvelle génération de réseaux optiques à très haut débit de chez Cisco série ONS-1500.La technologie SDH / SONET Figure 9 . Le metro WDM devrait permettre d’avoir des débits allant jusqu'à : 40 Gbit/s sur 100 km. Pour plus d’information allez sur le site : http://www. Des études sont menées pour offrir le même débit sur des distances supérieures à 100 km.

1.1 Historique et Présentation SDH La motivation Voici les besoins les importants qui ont motivé le développement de SDH : Un système de multiplexage flexible permettant une grande facilité de réorganiser l’information (ou train d’informations) avec la possibilité par exemple de transport des trains à débits variables. des paramètres optiques et des règles d’exploitation de réseaux.La technologie SDH / SONET V L’ARCHITECTURE SDH/SONET Avant de commencer l’étude des architectures SDH & SONET nous allons faire un dans un premier temps un petit rappel historique sur les motivations et les besoins d’une architecture synchrone. le contrôle et la maintenance de ses équipements tout en garantissant des débits importants.1 V. donc de réduire les coups de management des réseaux et d’éliminer les inconvénients de la hiérarchie PDH. 4 5 . Un système permettant la gestion. SDH est construit sur les niveaux 1 et 2 du modèle OSI. car bien trop complexe pour être détaillé dans ce rapport. Dans un deuxième temps nous allons exposer la hiérarchie SDH dans son ensemble. V. SDH normalise une famille d’interfaces de lignes optiques qui permettent cette interopérabilité). Un système permettant d’insérer/extraire des affluents. réorganiser le multiplex sans effectuer l’ensemble des opérations de MUX/DEMUX (comme PDH) tout en transportant plusieurs trames différentes comme ATM. A la fin des années 80 (1988) la hiérarchie numérique synchrone (SDH) fût développée dans le but d’unifier les structures réseaux mondiales. Cette interconnexion de systèmes nécessite la normalisation de la trame. Nous terminerons sur les différences entre SDH et SONET. Un système inter opérable donc une normalisation complète et internationale.

2 PDH vers SDH Sur le site web de Gartner Dataquest. Remarque : Le DXC est un équipement optoélectronique qui s’occupe de faire changer de longueur d’onde un signal optique. Il y a le SDH définie par l’ETSI : SDH (ETSI). 3G : Equipement optique optimisé pour les réseaux datas. C’est l’équivalent à un OXC en optoélectronique. SDH nouvelle génération. Il existe actuellement dans le monde 3 réseaux optiques hauts débits synchrones.1. le SDH propre au japon : SDH (Japon) et le SONET (Amérique du nord). Les différents débits de la 1G sont indiqués sur la figure suivante : 4 6 . on trouve un classement des équipements en fonction de leur génération :    1G : hiérarchie numérique plésiochrone et équipements asynchrones.La technologie SDH / SONET Nous verrons par la suite que la couche 1 est voisine des architectures WDM décrit dans le chapitre précédemment pour une architecture optique évidemment. Rappel des débits binaires de la hiérarchie numérique synchrone (SDH) : niveau de la hiérarchie débit binaire numérique synchrone hiérarchique (kbit/s) 1 155 520 4 622 080 16 2 488 320 64 9 953 280 V. optical switches et le metro WDM. 2G : hiérarchie numérique synchrone / synchronous optical network (SONET). dans ça version actuelle SDH ne spécifie pas l’utilisation de DWDM. D/WDM et DXC (Digital Cross Connect). La couche 2 gère tout le multiplexage et le contrôle de ligne (les alarmes). Dans ce chapitre seule l’architecture physique optique est à considérer (bien que SDH spécifie aussi bien des interfaces optiques et électrique).

cela vient du fait que les opérateurs nationaux avaient utilisé la modulation PCM (8000 Hz * 8 bit/s/Echantillons) pour encoder la voix sur leurs réseaux de transports.La technologie SDH / SONET 397200 kbit/s x4 97728 kbit/s x3 32064 kbit/s x5 x4 1544 kbit/s x2 4 2048 kbit/s x3 0 44736 kbit/s x7 274176 kbit/s x6 564992 kbit/s x4 139264 kbit/s x4 34368 kbit/s x4 8448 kbit/s x4 6312 kbit/s 64 kbit/s La 3G quand a elle défini des débits allant jusqu'à 40 Gbit/s. Ce premier multiplexage s’appelle le multiplex de base.5 Gbps) STM-64 (10 Gbps) STM-256 (40 Gbps) On remarque qu’en PDH le canal de base est de 64 kbit/s (1 octet / 125 s). Le problème du PDH c’est l’architecture de multiplexage successif des multiplex qui oblige l’équipement à dé multiplexer extraire/rajouter un canal puis re multiplexer le tout pour l’envoyer sur le réseau de transport. SONET OC-3 (155 Mbps) OC-12 (622 Mbps) OC-48 (2. 4 7 . La hiérarchie PDH consiste en un multiplexage de base de canaux de 64 kbit/s.5 Gbps) OC-192 (10 Gbps) OC-768 (40 Gbps) SDH (ETSI japon) STM-1 (155 Mbps) STM-4 (622 Mbps) STM-16 (2. De tel équipement coûte cher et la demande des utilisateurs étant tournée de plus en plus vers le monde entier et la data. alors la non compatibilité des équipements entraîne des coûts supplémentaires aux opérateurs qui doivent être réduit au maximum car inutile. En Europe le nombre de canaux multiplexé est de 32 (30 utiles) contre 24 en Amérique du Nord et au Japon.

Cette entité de base définit implicitement toutes les trames hauts débits. mais aussi la Chine et les autres pays émergeant. qui sont :  G. les deux ne sont pas pleinement compatible mais en revanche.2 SDH Nous allons expliquer comment fonctionne la Hiérarchie Numérique Synchrone (SDH) en expliquant séparément les parties qu’il la compose. Ce problème est facilement ré solvable car leurs débits sont multiples de 2 les uns par rapport aux autres. Pour cela nous allons résumer les principales avis de l’UIT-T.84 Mbit/s pour SONET (STS/OC-1) alors qu’il est de 155.803 : Architecture des réseaux de transport. C’est pour cela que nous allons dans un premier temps étudier le multiplexage puis dans un deuxième temps nous allons voir comment est organisé les échanges d’horloge qui garantissent le haut débit.La technologie SDH / SONET Epita Telecom 2004 Le besoin en bande passante étant croissant surtout en Europe avec l’ouverture des marchés de l’Est. Avant de commencer l’exposé je voudrais attirer l’attention du lecteur sur un point très important : Les trames synchrones hauts débits sont construites par multiplexage synchrone de l’entité de base. Nous allons commencer par expliquer la structure du multiplexage de SDH d’après les recommandations de l’UIT-T. Pour cela l’UIT-T standardisé plusieurs systèmes : SDH SONET Comme le standard nord américain est le plus ancien. il a fallu que l’UIT-T standardise un certain nombre de procédés pour éviter que l’erreur commise sur le PDH ce reproduise. V.520 Mbit/s pour SDH (STM-1).  G.957 : Interfaces optiques pour les équipements relatifs à SDH. la limitation n’est plus que technologique. En effet le débit de base est de 51. Je tiens à informer le lecteur que certaines parties de ce chapitre sont directement prises des recommandations :  G.958 : Systèmes de la ligne numérique fondés sur SDH.  G. 4 8 .  G.  G.707 : Interface de nœud pour SDH.707 pour la hiérarchie des multiplexages.703 : Jonctions Numériques. Cette propriété est au cœur de la hiérarchie SDH.803 pour la hiérarchie synchrone.783 : Les blocs fonctionnels des équipements de SDH. cette fois on peut plus facilement les interconnecter.  G.  G.

Le multiplexage SDH (UIT-T G. Figure 10 .702 associés aux conteneurs Cx. Il est également possible de traiter d'autres signaux.Cette figure indique les affluents décrits dans la Recommandation G.2.2).1 ×N STM-N La structure DU MULTIPLEXAGE SYNCHRONE ×1 AUG C-4 ×3 ×3 AU-3 VC-3 ×7 ×7 ×1 TUG-2 traitement de pointeur multiplexage alignement mappage TU-11 VC-11 C-11 ×4 TU-2 VC-2 C-2 TUG-3 ×1 139 264 kbit/s (Voir la Note) AU-4 VC-4 TU-3 VC-3 C-3 44 736 kbit/s 34 368 kbit/s (Voir la Note) 6312 kbit/s (Voir la Note) 2048 kbit/s (Voir la Note) 1544 kbit/s (Voir la Note) T1517950-95 ×3 TU-12 VC-12 C-12 C-n conteneur de niveaun NOTE . tels que ceux en mode ATM (voir 10.707) Le schéma n’étant pas explicite nous allons ajouter un exemple d’utilisation et d’écrire le principe de la hiérarchie synchrone : 4 9 .La technologie SDH / SONET Epita Telecom 2004 V.

Le conteneur virtuel effectue un alignement des conteneurs. 2) le conteneur virtuel (VC) : un header est rajouté au conteneur d’origine. 5 0 . Figure 11 . 3) L’unité affluente (TU) : Ce charge de synchroniser le VC avec les équipements SDH et de multiplexer les VCs ensembles.Exemple de multiplex (UIT-T) Nous allons maintenant expliquer le déroulement de l’opération de multiplexage : 1) Le conteneur : correspond simplement aux données à transmettre. on multiplexe 4 TUs. Une fois que ce traitement effectué le nouveau paquet ce dirige vers l’unité affluente (TU). NB : Dans notre exemple. Ce header porte le nom de POH et il va permettre d’assurer la continuité du débit en ajoutant un sur débit en fonction du conteneur précédent. NB : Il peut contenir des trames PDH où ATM par exemple.Les zones non ombrées sont en phase. cela ce traduit par le rajout d’un pointeur pour la synchronisation. Le conteneur mappe les données selon un format bien précis. La mise en phase entre zones non ombrées et zones ombrées est définie par le pointeur (PTR) et indiquée par la flèche.La technologie SDH / SONET conteneur-1 VC-1 POH conteneur-1 VC-1 TU-1 PTR VC-1 TU-1 TU-1 PTR TU-1 PTR VC-1 VC-1 TUG-2 VC-3 POH TUG-2 TUG-2 VC-3 AU-3 PTR VC-3 AU-3 AU-3 PTR AU-3 PTR VC-3 VC-3 AUG SOH association logique association physique AUG AUG STM-N T1517970-95 NOTE . Ce pointeur indique l’emplacement du VC dans la trame considérée.

3xTU-12 . Le but de ce groupe est de créer le STM-N avec un header SOH associé. 4) Le TUG : A pour rôle de multiplexer des TUs de niveaux différents dans la hiérarchie synchrone. donc on le transmet à un niveau encore supérieur de la hiérarchie pour former un nouveau groupe. NB : l’AU-3 multiplexe 3xVC-3. A ce stade de la hiérarchie deux possibilités sont possibles et dépendent du groupe d’unité administrative. NB : le TUG-3 est de niveau supérieur et a la possibilité de multiplexer : . Le STM de niveau 1 (STM-1) a un débit de : 155520 kbit/s. Les pointeurs rajoutés sur l’unité affluente (TU-PTR) permettront de retrouver l’information (TU) dans un TUG.4xTU-11 .1xTU-3 5) Le VC-3 d’ordre supérieur : il est chargé de multiplexer des TUG-2 ou bien (ou exclusif) des C-3. 5 1 . Le STM de niveau 16 (STM-16) a un débit de : 2488320 kbit/s. Le SOH est un header de sur débit pour la section (en rapport à la couche liaison). 6) l’unité administrative (AU) : Le but de cette unité est de synchroniser (AU3-PTR) et multiplexer le flux venant du VC (dans notre cas le VC-3) et de préparer la formation du STM de sortie (pour créer le SOH). En effet le TUG-2 a la possibilité de multiplexer : . Il va donc contenir lui aussi un header POH. ce groupe s’appelle : un groupe d’unité affluente (TUG). l’AU-4 multiplexe 1xVC-4. à ce niveau dans la hiérarchie on peut ajouter des conteneurs (C) plus important comme par exemple le C-3. Inversement les équipements précédemment cités sont dits : « inférieur ». Le nouveau multiplex qui va être ainsi créé ne sera pas synchronisé comme les Tus.La technologie SDH / SONET Lorsqu’on a plusieurs données à transmettre les TUs peuvent être multiplexés dans un groupe.1xTU-2 A ce moment nos informations sont donc dans un multiplex. Ce nouveau groupe spécial s’appelle : l’unité administrative (AU). A partir de ce niveau de la hiérarchie les équipements sont dits de niveau : « supérieur » et auront donc des propriétés spécifiques.7xTUG-2 . le C-11. Pour cela nos groupes d’unités affluentes vont de nouveau être réalignés par un conteneur virtuel en suivant le même principe que décrit précédemment. NB : Sur l’exemple on ne voit pas l’intérêt du TUG car on ne multiplexe qu’on seul canal. 7) groupe d’unité administrative (AUG) : Ce groupe est constitué de façon homogène de NxAU-4 ou de NxAU-3. Les informations d’origines ne sont plus en « phase » avec la source car il faut gérer les POHs des VC inférieurs.

... Il suffit pour cela de prévoir dans la trame de transport une place allouée à chacun des affluents suffisante pour permettre de transporter leurs plus grands débits possibles.. X X X X .La technologie SDH / SONET Le principe pour tous les étages est le même : On prend ce qui existe à un étage n-1. . cette opération s’appelle l’alignement (on parle alors d’alignement positif.. Grâce à des débits de remplissage (bourrage) on obtient le débit désiré.. 2 T1518020-95 a) module STM-1 avec une unité AU-4 a) contenant des unités TU-n X o AU-n TU-n n pointeur d'unité AUpointeur d'unité TU-n pointeur d'AU-n + VC-n (voir l'article 8) pointeur de TU-n + VC-n (voir l'article 8) b) module STM-1 avec trois AU-3 a) contenant des unités TU-n Figure 12 . on le multiplexe et on le synchronise à l’étage n que l’on transmet à l’étage n+1 et cela ainsi de suite. Les multiplex sortant des TUs et AUs ne peuvent pas avoir des débits d’informations identiques continuellement.. V..2.. négatif ou nul). VC-n VC-4 . c’est pour cela que l’on utilise une opération qui permet de transporter un signal de débit variable dans une trame de débit fixe. . On aura remarqué que les débits des conteneurs C-11 C-12 et C-2 sont différents et ne sont pas multiples entre eux.2 L’architecture du réseau SYNCHRONE 5 2 . on le met en forme (mappage). Or une trame de transport a un débit fixe. Cette hiérarchie pose le problème du débit qui varie de plus ou moins Y bit/s par rapport au débit nominal X bit/s du signal entrant. On utilise alors du bourrage pour combler la différence....headers STM / SOH (UIT-T) La trame au dernier plan est la trame STM-1 qui contient comme nous le savons déjà soit des 3 unités AU-3 soit 1 unité AU-4 (Les « x » représentantes les 2 cas possibles). . .. C’est pour cela qu’un pointeur est nécessaire pour retrouver les informations dans un multiplex. Voici une figure permettant de visualiser la forme des STMs et de ses composants tels que les VCs.... VC-n n = 1. . 2.. 3 VC-3 n = 1.

La technologie SDH / SONET Je tiens à préciser que les figures et le texte ci-dessous sont repris de la recommandation UIT-T G. Nous voyons sur le schéma suivant la décomposition fonctionnelle de SDH en couches qui peut être traduit en une décomposition ISO. la fonction d'adaptation inter couche est désignée en fonction du réseau de couches serveuses. L’architecture du réseau synchrone me paraissant un aspect fondamental dans la hiérarchie SDH je me suis permis de la présenter telle qu’elle est spécifiée par l’UIT-T. La couche physique & régénération SDH = Niveau 1 La couche multiplexage & conduit = Niveau 2 5 3 . Pour les besoins de la description de la hiérarchie SDH. Chaque réseau stratifié peut être subdivisé séparément afin de refléter la structure interne de ce réseau stratifié ou la façon dont il sera géré. L'ensemble de transport de la Recommandation G. Un réseau de transport à hiérarchie SDH peut être décomposé en un certain nombre de réseaux en couches de transport indépendants avec une association client/serveur entre réseaux stratifiés adjacents. La structure des réseaux en couches à hiérarchie SDH ainsi que les fonctions d'adaptation sont représentées dans la Figure suivante.803.805 est appelé "couche".

Couches SDH (UIT-T) 5 4 .La technologie SDH / SONET source LOPA LOP AP source LOPT LOP TCP source HOPA HOP AP source HOPT HOP TCP source MSA MS AP source MST MS TCP source RSA RS AP source RST RS NC RS TCP chemin RS MS NC chemin MS HOP NC chemin HOP LOP NC chemin LOP collecteur LOPA LOP AP collecteur LOPT LOP TCP collecteur HOPA HOP AP collecteur HOPT HOP TCP collecteur MSA MS AP collecteur MST MS TCP collecteur RSA RS AP collecteur RST RS TCP T1308670-96 AP HOPA HOPT LOPA LOPT MSA MST NC RSA RST TCP Point d'accès Adaptation de conduit d'ordre supérieur Terminaison du conduit d'ordre supérieur Adaptation de conduit d'ordre inférieur Terminaison de conduit d'ordre inférieur Adaptation de section de multiplexage Terminaison de section de multiplexage Connexion de réseau Adaptation de section de régénération Terminaison de section de régénération Point de connexion de terminaison Figure 13 .

707. La Figure suivante représente le cas d'une couche serveuse de conduits d'ordre supérieur (HOP) d'un conteneur virtuel de niveau 4 prenant en charge des réseaux de couches clientes de conduits d'ordre inférieur (LOP) de conteneurs virtuels de niveaux 12. La Figure suivante fournit de plus amples détails sur la structure interne de la fonction d'adaptation inter couche HOP pour montrer le groupement de trois unités d'affluents TU-12 dans un groupe TUG-2 et sept groupes TUG-2 dans un groupe TUG-3 pour refléter la structure de multiplexage SDH définie dans la Recommandation G. la fonction d'adaptation est groupée avec le réseau de couches serveuses. VC-12 AP VC-12 VC-12 TCP VC-2 AP VC-2 VC-2 TCP VC-3 AP VC-3 VC-3 TCP TU-12 TU-2 TU-3 TUG-2 TUG-3 HOPA couche HOP* VC-4 AP VC-4 VC-4 TCP * Ensemble de transport G.Principe fonctionnel d'un multiplexeur (UIT-T) 5 5 . 2 et 3. On notera que le groupe d'unités d'affluents décrit uniquement le groupement et ne modifie pas le format du signal.805 T1308680-96 Figure 14 .La technologie SDH / SONET Lorsqu'elle prend en charge de multiples clients.

la répartition présente une topologie arborescente et permet de synchroniser tous les nœuds du réseau SDH. On distinguera ci-dessous deux catégories de répartition de la synchronisation. selon qu'elle s'effectue à l'intérieur des nœuds contenant une horloge de niveau G. que les horloges de niveau hiérarchique inférieur n'acceptent que les signaux de synchronisation provenant des horloges du même niveau ou du niveau immédiatement supérieur. le réseau de distribution doit être conçu de telle sorte que. Alexandre le-Faucheur 5 6 . G.La technologie SDH / SONET La gestion des horloges : L'architecture utilisée en hiérarchie SDH exige une traçabilité du rythme de toutes les horloges d'éléments de réseau à une horloge PRC (PRC.1 Entre Nœuds Entre les nœuds. Les trois horloges définies dans les Recommandations G. même en cas de défaillance du système. Avec cette architecture. seules des références valides d'ordre supérieur soient présentées aux horloges hiérarchisées. Pour préserver cette relation. pour le bon fonctionnement du réseau de synchronisation. V. La relation hiérarchique entre les horloges est représentée sur la figure suivante.811. L'architecture fonctionnelle des réseaux de synchronisation traite de la modélisation du transfert des informations de rythme entre horloges de synchronisation hiérarchisées.812 et G.811. il faut également éviter les boucles de synchronisation. primary reference clock) conforme à la Recommandation G.812 ou entre les nœuds.2. Benoît Champy.813 sont représentées comme des fonctions d'adaptation qui modifient la qualité des informations de rythme en fonction de leur niveau de qualité. il est important.2.

812 horloge de nœud G.La technologie SDH / SONET G.812 horloge de nœud T1816900-92 PRC horloge de référence primaire Figure 15 . par l'intermédiaire du support de transmission SDH.Horloge entre Noeuds (UIT-T) V.812. la répartition de la synchronisation se fait selon une topologie logique en étoile. Alexandre le-Faucheur 5 7 .812 horloge de nœud G. Toutes les horloges d'élément du réseau relevant d'une limite de nœud d'ordre inférieur obtiennent leur synchronisation à partir des horloges du niveau hiérarchique le plus élevé du nœud en question. La relation qui existe entre les horloges d'un nœud est illustrée à la Figure ci-après.812 horloge de nœud G.2. Benoît Champy.2.2 A l’intérieur des nœuds A l'intérieur des nœuds contenant une horloge de niveau G. La synchronisation est répartie à partir des éléments de réseau situés à l'intérieur de la limite considérée vers les éléments de réseau situés au-delà de cette limite.811 PRC G.812 horloge de nœud G.812 horloge de nœud G. Seule l'horloge de ce niveau le plus élevé prend sa synchronisation sur les liaisons de synchronisation issues d'autres nœuds.

L’entête SOH n’est pas embrouillé.2. le débit de l’affluent est supérieur au débit nominal. l’affluant ne pourra être inscrit sur la durée d’une trame. Deux cas de dé synchronisme peuvent se produire.813 extérieures au nœud a) Rythme uniquement T1816890-92 Figure 16 . Si. Pour éviter la perte de synchronisme dû a une longue suite de « 1 » ou de « 0 » on utilise un embrouilleur sur la suite : « 1111111 » pour re synchroniser localement les horloges.Horloge inter-noeuds (UIT-T) Nous retiendrons donc que l’architecture est divisée en deux parties : Entre les nœuds : Horloge de même niveau ou directement supérieur. V. Inter nœuds : Horloge de référence redistribuée. au contraire.3 ASPECT physique / les headers de la STM 5 8 . Si le débit de l’affluent est inférieur au débit nominal. l’affluent doit pouvoir déborder hors de la capacité utile. il est donc important de noter que les équipements SDH devront être capables de buffériser les données. des octets sont réservés à cet effet dans les sur débits (justification négative).La technologie SDH / SONET horloge d'élément de réseau en hiérarchie SDH a) a) horloge d'élément de réseau en hiérarchie SDH limite du nœud liaison(s) de synchronisation horloge du nœud a) a) horloge d'élément de réseau en hiérarchie SDH horloge d'élément de réseau en hiérarchie SDH diffusion à d'autres horloges G. La capacité de la charge utile ne sera pas utilisée en totalité et des octets de bourrage seront insérés : justification positive. Comme les débits utiles sont fluctuants de part l’architecture de multiplexage de SDH.

La couche IP over SDH est une évolution définie par des RFCs et qui serra détaillé plus loin dans ce rapport.707) Aspect physique d’un réseau SDH : Figure 17 . L’ADM est managé par les champs MSOH du SOH. ATM VC-4 Multiplexage Régénération Interface Physique IP Les couches VCs et multiplexage nous connaissons déjà leurs fonctionnements.2. Aspect topologique d’un réseau SDH : 5 9 . signifie Répéteur. Ces deux appareils font la différence entre la couche physique et logique. V. Le R.O. La nouvelle génération de SDH (SDH new generation) supportera nativement l’Ethernet par des mécanismes qui seront développés là encore plus loin dans le rapport.Aspect Physique de SDH (Cisco) Nous verrons plus loin les headers associés pour la gestion des multiplex et de la régénération du signal.La technologie SDH / SONET Pour mieux appréhender l’aspect physique de SDH.1 Aspect physique (G.783 & G.3. nous allons voir les différentes couches protocolaires : RTC/RNIS (PDH) VC-12 C-1/2/3 C-4 VC-4 TU-AU F. il est managé par les champs RSOH du SOH (donc de la trame STM).

on peut cependant trouver en SDH des topologies BUS ou ETOILE dont leurs fonctionnements à été expliqué dans le chapitre précédent. Un Régénérateur est un équipement actif placer entre deux ADM/DXC. En WDM on ajoutait/soustrayait des longueurs d’onde. Nous avons déjà vu qu’il existe des systèmes de protection avec la topologie en ANNEAU.La technologie SDH / SONET C-4 STM-x ADM DXC MUX C-11 ADM DXC SDH ADM DXC ADM DXC Les ADM/DXC ont des rôles similaires qu’en WDM c’est à dire à ajouter/soustraire des flux. Ces systèmes sont le BLSR et le UPSR (2 ou 4 fibres) dont le principe est de rajouter une fibre redondante pour assurer la continuité de trafic. Cet équipement pourra donc extraire ou rajouter du flux sur un lien SDH. La topologie en ANNEAU est la topologie la plus courante à l’heure actuelle. Un ADM/DXC vérifiera les MSOHs dans les trames STMs. On parle alors de protection : 1+1 : Une fibre trafic plus une fibre de secours. Les ADM/DXC (DXC  brasseurs et ADM  MIE : Multiplexeur Insertion Extraction) se basent sur les headers de la STM pour diriger et contrôler le flux SDH. il régénère le signal sur la ligne de transmission. Un Régénérateur vérifiera les RSOH dans les trames STMs. 6 0 . SDH définit aussi des degrés de protection pour les topologies ETOILE et BUS. en SDH on ajoute/soustrait des multiplex.

Principe fonctionnel (UIT-T) Principe de la couche physique optique SDH : SD_CI_CK RSn_CI RSn_CI OSn/RSn OSn/RSn OSn_AI OSn_AI OSn OSn OSn_CI OS1 OSn_CI OSn_CI T1525470 -97/d023 OSn_CI Figure 19 . niveau n. OSn = couche section optique (STM-n). DCC = canal de communication de données. Principe de la couche Section de régénération SDH : Rappel des abréviations : Sn = couche VC-n d'ordre supérieur (n = 3. niveau n. MSn = couche section de multiplexage (STM-n). niveau n. 4).Principe fonctionnel (UIT-T) 6 1 . RSn = couche section de régénération (STM-n).La technologie SDH / SONET 1 :1 ou 1 :n :Dans cette configuration on peut utiliser une fibre soit pour recouvrir le désastre soit pour re-router le trafic. D1-D3 E1 F1 MSn_CI MSn_CI F1 E1 D1-D3 RSn/DCC RSn/OW RSn/User RSn/MSn RSn/MSn RSn/User RSn/OW RSn_AI RSn/DCC RSn_AI RSn_TT RSn_TT RSn_C RSn_CI RSn_CI T1525590 -97/d035 Figure 18 .

La technologie SDH / SONET

V.2.3.2

SOH et POH (G.707)
270 × N colonnes (octets) 9 ×N 261 × N

Forme générale d’une trame STM :

1 3 4 5

en-tête de section (SOH)
pointeur(s) d'unité(s) administrative(s)

charge utile du module STM-N en-tête de section (SOH)

9 rangées

9
T1518000-95

Figure 20 - Header STM (UIT-T)

La trame classique STM contient : En tête de section Pointeur(s) d’unité(s) administrative(s) Payload Chaque case correspond à un octet. Le payload utile est donc donné par la formule : 261*9*N, N représente le niveau de multiplexage. La taille totale de la trame : 270*9*N. 1) SOH : Sur la figure suivante figure l’entête SOH (Section OverHead) de module STM-1.

6 2

La technologie SDH / SONET

Figure 21 - header SOH (UIT-T)

RSOH : Regeneration SOH MSOH : Multiplexing SOH Remarque : La taille de l’entête SOH de module STM-4 est logiquement 4 fois plus grande (9*8*4) que celle du module STM-1. L'information d'en-tête SOH est ajoutée à l'information de charge utile pour créer un module STM-N. Ceci inclut l'information de trame de bloc et l'information nécessaire aux fonctions de maintenance, de gestion des performances et à d'autres fonctions d'exploitation. L'information d'en-tête SOH est classée d'une manière supplémentaire en en-tête de section de régénération (RSOH) (regenerator section overhead) dont le domaine d'existence se termine au niveau des fonctions de régénération et en en-tête de section multiplex (MSOH) (multiplex section overhead) qui passe d'une manière transparente à travers les régénérateurs et dont le domaine d'existence se termine au niveau de l'assemblage et de désassemblage des groupes AUG. 2) POH : Pour récupérer les informations de multiplexage nous avons besoins de retrouver les AUGs dans la trame STM-N. Pour cela on utilise le MSOH du STM pour démultiplexer et récupérer ainsi les flux inférieurs.

6 3

La technologie SDH / SONET

Le champ pointeur est utilisé pour retrouver les POHs qui nous informent sur le type de flux.

Figure 22 - SOH -> POH principe (UIT-T)

Ici par exemple on utilise les champs pointeurs : H1, H2 et H3 de l’entête SOH pour récupérer les 3 POHs des 3 flux du containeurs VC-3. Les informations du POH des VCs-3 et 4 tiennent sur la première colonne donc sur 9 octets. Attention le payload associé aux POSs ne sont pas tous de la même taille car les débits des conteneurs ne sont pas fixes. Des colonnes de bourrage sont utilisées dans certains cas. L'en-tête POH de conteneur virtuel garantit l'intégrité de la communication entre le point d'assemblage d'un conteneur virtuel et son point de désassemblage. Deux catégories d'en-têtes de conteneur virtuel ont été identifiées: en-tête de conteneur virtuel de haut niveau (en-tête POH de conteneur VC -4/VC-3). L'en-tête POH de conteneur VC-3 est ajouté ou à une combinaison de groupes TUG-2 ou à un conteneur-3 pour constituer un conteneur VC-3. L'en-tête POH de conteneur VC-4 est ajouté à une combinaison de groupes TUG-3 ou à un conteneur-4 pour constituer VC-4. Parmi les fonctions de cet en-tête se trouvent la supervision de performance de conduit du conteneur virtuel, les indications de statut d'alarme, les signaux destinés à la maintenance et les indications de structure multiples (constitution des conteneurs VC-4/VC-3). en-tête de conteneur virtuel de bas niveau (en-tête POH de conteneur VC-3/VC-2/VC-1). Un en-tête POH de bas niveau de conteneur VC-n (n  1, 2, 3) est ajouté à un conteneur-n pour former un conteneur VC-n. Parmi les fonctions de cet en-tête se

6 4

Chaque section (couche) SDH possède des alarmes pour permettrent à L'exploitant de disposer de nombreuses sources de diagnostique. Certains défauts génèrent l’émission vers l’aval d’un SIA (Signal d’indication d’alarme / AIS) ou/et d’une alarme distante vers l’amont (FERF : Far End Remote Failure).La technologie SDH / SONET trouvent la supervision de performance de conduit du conteneur virtuel. Certaines alarmes sont plus ou moins importantes pour le fonctionnement de SDH. les signaux destinés à la maintenance et les indications de statut d'alarme.4 Les alarmes Dans l’entête SOH un certain nombre d’informations sont véhiculées comme les alarmes. V. Nous allons détailler les alarmes sur les couches régénération et multiplexage (première couche et deuxième couche d’alarme) : Les cercles identifient les octets correspondant aux alarmes.2. Un signal AIS est un signal généré par une couche et est transmis à la couche supérieure pour régler le problème en amont. Il existe la aussi une hiérarchie des alarmes. Le rôle du SIA (Signal d’indication d’alarme) est d’inhiber les alarmes locales. 6 5 . Figure 23 .octets pour les alarmes dans SOH (UIT-T) Section Régénération dans le RSOH : B1 : Surveillance de qualité de la couche régénération (ex : Taux d’Erreur Bit) LOF (A1 & A2) : Perte de trame.

Comptage permettant une mesure de la qualité de la transmission selon G.08 933. L’architecture de multiplexage SONET : 6 6 .52 466.16 2488. LP-YYY pour le conduit de niveau inférieur.29 SDH Signals STM-0 STM-1 STM-4 OC-1 OC-3 OC-9 OC-12 OC-18 OC-36 OC-48 OC-192 STM-16 STM-64 Les niveaux simples de la hiérarchie synchrone « match » avec les débits de la hiérarchie plésiochrone. RS-TIM (J0) : trace d’identifiant erroné. Le débit de base de SONET est de 51. Section Multiplexage dans le MSOH : MS-AIS (K2) : AIS (Alarm Indication Signal) MS-RDI (K2) : Remote defect Indication MS-REI (M1) : Remote Error Indication. SONET est l’équivalent américain de SDH. B2 : Erreur de monitoring Il existe d’autres alarmes spécifiques aux autres couches comme : AU-WWW pour les unités administratives. Les niveaux à débits compatibles sont utilisés actuellement pour faire la transition entre ces deux systèmes. La mesure est effectuée par le NE. V.56 622. TU-ZZZ pour les affluents.826.84 155. Elle est envoyée à l'OS si le gestionnaire l'a demandé.3 Différences SDH et SONET SDH est la hiérarchie numérique synchrone qui est utilisé partout dans le monde excepté : USA. Canada et Japon.La technologie SDH / SONET OOF (A1 & A2) : Sortie de trame. HP-XXX pour les conduits de niveau supérieur. Si les signaux sont transmis sur fibre optique alors il est possible d’avoir les équivalences suivantes : SONET Signals STS-1 STS-3 STS-9 STS-12 STS-18 STS-36 STS-48 STS-192 Bit rates (Mbit/s) 51. A1 et A2 constituent le mot de verrouillage de trame.84 Mbit/s et est désigné par STS-1 (Synchronous Transport Signal).12 1244.32 9953.

84 Mbps = 155.Multiplexage SONET La trame SONET. 6 7 . Il n’y a que des différences minimes entre les 2 structures d’overhead. qui est l’équivalent du SONET STS–3 (3 x 51. Le niveau de base de SDH est le STM-1.STS SONET Le niveau d’interopérabilité entre SONET et SDH dépend des payloads.La technologie SDH / SONET Figure 24 . définie comme le transport module synchrone (STM) 0. SDH et SONET définissent tous les deux des fonctions similaires d’overhead.5 Mbps). SDH peut contenir des trames SONET dans la plupart des cas. SONET et SDH convergent pour le niveau de base SONET à 52–Mbps. STS-1 : Figure 25 .

5 Mbps. Une fois la correspondance établie il suffit au protocole SDH d’intégrer 3 STS-1 dans un VC-4 comme s’ils étaient des TU-3.) vers des circuits niveaux supérieur (52 Mbps.5 Gbps). STM–16 (2. 2 Mbps. Explication sur la compatibilité : La structure de la trame STS-1 (SONET) a la même structure que celle VC-3 sauf que la trame de base SONET utilise tous les octets du conteneur contrairement au C-3. Voici le rapprochement : STS-1 et AU-3 Figure 26 .La technologie SDH / SONET Pour des débits SDH plus important comme STM–4 (622 Mbps). 155 Mbps.). etc. etc. c’est de la que vient la différence de débit entre SONET et SDH.4 Conclusion 6 8 .STM SONET (header) Voici le mappage qu’il reste à effectuer : PTR A STS-1 A PTR B STS-1 B PTR C STS-1 C POH VC-4 P T R A P T R B P T R C A B C V. le multiplexage est réalisé en combinant/entrelaçant plusieurs signaux de niveau inférieur (1.

Nous savons que cette technologie est en forte progression et qu’il est possible d’avoir une architecture entièrement optique ce qui n’est pas le cas de SDH. Canada et Japon. SDH et SONET sont tous deux normalisés par l’UIT-T ce qui permet de définir des conditions d’interopérabilités pour des échanges internationaux. Cette « succes story » est en partie du au fait que SDH peut en capsuler des flux PDH. pourra-t-elle évoluée avec les nouvelles technologies émergentes et l’augmentation de bande passante ? S’adaptera-t-elle avec le protocole IP ? Aujourd’hui les flux IP passent par une couche ATM qui est elle-même en capsulée dans du SDH. De nouvelles recommandations de l’UIT-T devraient permettre de faire évoluer SDH vers des débits encore plus importants en reprenant certaines spécifications du DWDM pour obtenir des débits supérieurs à 40 Gbit/s. demain ils passeront sur de l’Ethernet over SDH. Cette nouvelle génération sera-t-elle véritablement compétitive ? Doit-t-on augmenter les couches protocolaires pour garder une granularité dans les réseaux ou au contraire décider de basculer sur un standard mondial pour une meilleure interopérabilité ? 6 9 . il est plus couramment utilisé avec des interfaces optiques pour garantir des débits élevés et ainsi concurrencer SONET. ATM et IP. A l’heure actuelle une architecture SDH peut parfaitement être compatible SONET et avoir des débits allant jusqu’à 40 Gbit/s sur des liens optiques. Nous avons vu dans le chapitre précédent que DWDM est l’architecture haut débit de demain. Bien que SDH se soit imposé comme architecture solide et efficace pour de la transmission à haut débit. La solution SDH est donc la solution du moindre coup pour les opérateurs historiques car elle permet de garder une forte compatibilité avec l’existant. la nouvelle génération de SDH. SDH est actuellement une « succes story » des télécoms et est adopté sur tous les continents exceptés aux USA.La technologie SDH / SONET Bien que SDH puisse fonctionner aussi bien sur des interfaces électriques.

Les principales alternatives existantes pour le transport de l’IP sont donc les suivantes:   IP sur PPP sur SONET/SDH. Ainsi le principal problème à l’heure actuelle pour les opérateurs de Télécommunications ou câblo-opérateurs reste de trouver de nouveaux services à valeur ajoutée pour remplacer leurs activités voix classiques déclinantes. Aujourd’hui. Depuis la création d’IP. un certain nombre de protocoles ont été mis en œuvre pour permettre son transport sur de longues distances. Les opérateurs avouent devoir doubler leur bande passante tous les six à neuf mois. Après un bref exposé de l’offre actuelle du transport de paquets sur la technologie SDH.17) sur SONET. et qu’il reste très largement supérieur au trafic voix. alors que le trafic voix classique ne croît plus à l’heure actuelle « que » de 15%. Un protocole de niveau 3 doit subir une mise en forme avant de partir au niveau de la couche liaison puis physique. alors que les équipements de cœur de réseaux dans lesquels ils investissent ne seront rentables que dans les prochaines années.La technologie SDH / SONET VI TRANSPORT DE DONNEES SUR SDH Les plus récentes études des grandes sociétés de sondage et d’analyses montrent que le trafic « data » (et principalement IP) est dans une phase de croissante impressionnante. Ethernet sur RPR (Resilient Packet Ring. résultat que l’on peut qualifier de faible lorsque l’on connaît les nouveaux besoins des entreprises. Selon le cabinet Frost et Sullivan. Nous traiterons aussi ici des technologies émergentes qui permet de faire circuler des trames de liaison Ethernet 802. soit une progression de 300% par rapport à 1999 et devrait atteindre 349 milliards de dollars en 2006. 802. le coût de gestion d’un réseau SDH optique est peu compétitif. appelée dans les offres commerciales Packet Over SONET (POS) IP sur ATM sur SONET/SDH (IP over ATM). le marché mondial de la voix sur IP a été de 266 millions de dollars en 2000. IP a été 7 0 . face à l’augmentation des débits IP demandée par les clients des grands opérateurs.3 (ou équivalent) sur de la technologie SONET/SDH : Ethernet sur SONET. nous présenterons en détail chacune des technologies existantes et nous les comparerons.

Il faut évidemment répondre à des impératifs nécessitant souvent à de lourds investissements pour proposer des offres compétitives et ainsi rentrer dans un cycle de rentabilité. Aujourd’hui. pour répondre à l’augmentation significative du trafic une alternative est de transporter ce protocole dans SONET/SDH sans passer par ATM. point à point) alors que le transport de l’IP sur un environnement ATM/SDH offre un environnement riche en fonctionnalités pour les services IP à valeur ajoutée comme les VPN/IP. la gestion très poussée de la bande passante et les garanties que permet la QOS (Quality of Service) sont des avantages primordiaux qu’offre la technologie IP sur ATM (de plus les utilisateurs pourront migrer vers un système IP/MPLS). Au début des années 90. VI. puis dans Frame Relay. Les opérateurs de réseaux utilisaient déjà la technologie SONET/SDH afin de transporter le trafic téléphonique. Les fournisseurs de services qui pensent utiliser leur surplus de bande passante pour présenter des offres à des utilisateurs qui ne réclament pas forcément de niveaux de service peuvent tirer avantage de la technologie POS. Pour eux. il est tout d’abord nécessaire de voir quels sont les motivations des entreprises et des consommateurs pour les services basés sur la technologie IP. Dans la majorité des cas.1.1 Du côté de l’utilisateur : Pour comprendre les besoins sans cesse changeants auxquels doivent faire face les fournisseurs d’accès. POS est une méthode de transport de paquets IP à très haut débit entre deux points (principe du protocole PPP. même si les besoins des différents secteurs d’activité ont tendance actuellement à converger.1 Les exigences du marché Une des plus grosses opportunités pour les fournisseurs d’accès à l’heure actuelle est de proposer des services d’interconnections de réseaux basée sur IP afin de répondre à la demande exponentielle venant aussi bien des entreprises que des utilisateurs finaux. Cette approche leur permettra d’être très compétitifs sur le marché actuellement surchargé du transport de l’IP. l’ATM a révolutionné le domaine du WAN est très vite on transporta de l’IP dans l’ATM via SONET/SDH. les classes de services (COS) et le support déterminant des niveaux de services pour les entreprises (SLA en anglais).La technologie SDH / SONET encapsulé dans X25. VI. chaque fournisseur utilise un mélange de ces deux technologies afin d’être présent de la façon la plus compétitive sur l’ensemble des différents marchés. Les autres préféreront sans doute se tourner vers une technologie tirant parti de l’intelligence des réseaux et permettant une offre commerciale étoffée (typiquement les différents SLA). Les opérateurs doivent maintenant satisfaire les besoins suivants des entreprises : 7 1 .

vidéo) aussi bien pour le travail que pour une utilisation familiale. et pas seulement avec des machines Etre rentable Rassurer l’abonné avec des outils de statistiques et de monitoring        Comme nous l’avons vu auparavant. Multimédia…) alors que le budget alloué au Système d’information reste le même. les consommateurs veulent : un accès plus rapide à Internet un accès rapide au réseau de son entreprise pour une utilisation professionnelle.La technologie SDH / SONET      réseaux sécurisés (mais rentable) à base d’IP comme les intranets ou les extranets faire plus avec moins : toujours proposer plus de services dans l’entreprise (Voix sur IP. Un abonnement moins cher donc des offres plus compétitives Des nouveaux services. Pour une utilisation personnelle. principalement multimédia (image.1. Gérer le réseau de façon pratique Savoir distinguer les bonnes solutions parmi toutes les nouveautés Proposer rapidement des solutions basées sur les technologies émergentes Savoir parler avec des hommes. Présence de SLA afin d’assurer que le réseau opérateur sera toujours disponible lorsqu’on en aura besoin. maintenance) grâce à l’utilisation de l’infrastructure Internet tout en gardant le même niveau de sécurité pour les données transportées. Facilité de facturation et de modification de l’abonnement en fonction de besoins périodiques.2 Du côté de l’opérateur : Afin de répondre à la demande des utilisateurs tout en continuant de gérer leurs infrastructures de manières efficaces. les deux principales solutions pour faire évoluer un réseau opérateur orienté voix en SDH/SONET sont soit d’utiliser plus de bande passante (technologie POS) sur des interfaces non déterministes (entendons par là intelligente et autonome) ou bien de gérer son réseau avec comme objectif principal l’optimisation de l’utilisation de la bande passante (IP sur ATM et IP sur MPLS). 7 2 . (utilisation de VPN/IP). voire décroît. Prendre les bonnes décisions concernant les orientations des marchés data et voix. les fournisseurs d’accès doivent être capable de :      Fournir plus de bande passante aussi bien aux extrémités que pour le Coeur de réseau Assurer un trafic unique pour la voix et pour les données Savoir s’adapter au marché afin de vendre de la bande passante à tous les niveaux du marché Attirer des ingénieurs réseau pour assurer un suivi de la qualité (QOS et COS) Créer une infrastructure réseau partagée pour tous les utilisateurs (afin de réduire les coûts de maintenance) mais qui puisse offrir des garanties de services et une gestion efficace des abonnés.     VI. Essayer de réduire la facture Télécoms (lien WAN.

833 Mbits/sec (SONET) ou 155. 7 3 .5 Mbits/s (SDH). basé sur des architectures hiérarchiques en anneaux avec possibilité de « superposer » ces anneaux en vue d’augmenter la bande passante.1 Les technologies de transport sur SDH IP sur ATM sur SDH/SONET Les réseaux SONET/SDH sont déployés depuis plus d’une dizaine d’année. Mais l’addition de ces anneaux nécessite la mise à niveau de l’équipement existant. puis nous nous attarderons sur les technologies très prometteuses qui proposent de l’Ethernet sur SDH/SONET. les possibilités en terme de bande passante sont des multiples de 51. le trafic data oblige à prendre en compte certaines exigences pour la gestion de la bande passante.Rappel des correspondances SONET/SDH Malheureusement.2 VI.La technologie SDH / SONET Nous allons détailler chacune de ces technologies de transport de paquets. Figure 27 . Augmenter la capacité de son réseau nécessite de très longs travaux d’aménagement de l’infrastructure. et l’achat de nouveaux ADM et DCC. les réseaux SDH/SONET dédient une partie de la capacité du réseau aux mécanismes de protection de la synchronisation. les DLC (Digital-Loop carrier for Voice Aggregation). Un réseau SONET consiste typiquement en un anneau principal SONET et des anneaux supplémentaires (« overlay »). Puisque les réseaux SDH/SONET sont conçus pour supporter des trafics de type ATM (Asynchronous Transfer Mode) et TDM (Time Division Multiplexing). laissant ainsi des parties de charge utile (« payload » = données transportées) inutilisées en SONET/SDH. Les points d’accès à ce type de réseau supportent les trafics multiservices comme le transport d’IP. l’ATM pour les multiplexeurs d’accès DSL (DSLAM) et beaucoup d’autres.2. ce qui rend le trafic de données totalement dépendant du trafic voix et très coûteux. VI. De plus.

Mécanisme d’autocontrôle de la congestion du réseau. ce qui permet d’acheminer intelligemment les trames. voix et données). Celle-ci est basée sur les techniques du switching (commutation) et du multiplexage afin d’offrir des services multimédias sur des réseaux haut débit.      Il y a de nombreux avantages à utiliser la technologie ATM pour fournir des services de transport de flux multimédia. Fonctions de gestion du trafic avancées. 7 4 . de la voix et de la vidéo entre différents points d’un réseau.2.1.1 Pourquoi ATM ? Il est bon d’effectuer un rappel sur la technologie ATM. VI. Elle utilise des cellules de longueur fixe et des circuits virtuels pour transporter des données.La technologie SDH / SONET Les réseaux métropolitains (MAN) sont généralement reliés avec des anneaux de type OC3 ou OC-12. Les points-clefs d’ATM sont les suivants : Configuration des routes pour les données de bout en bout en utilisant une signalisation standardisée et un routage ATM avec de la QOS Segmentation de paquets de taille variable en cellules de taille fixe puis réassemblage une fois arrivé à destination Multiplexage et switching de ces cellules de taille fixe. Cette méthode intelligente de routage des cellules offre des possibilités d’extension énormes en terme de capacité et le fait de pouvoir s’implémenter dans de nombreuses architectures réseau déjà existantes. les switches ATM décodent les entêtes des cellules « on the fly » grâce aux informations suffisamment pertinentes contenues dans celles-ci. du divertissement et des Télécommunications car il offrait le support simultané du trafic multimédia (vidéo. Nous pouvons ainsi dire qu’ATM fut le premier standard mondial à être choisi par les industries de l’informatique. Elle utilise un principe de circuits virtuels pour créer une liaison fiable de bout en bout pour laquelle on peut garantir une qualité de service. musique. De plus.

6 Gbits/s (OC-192 ou STM-64).2. Les standards SDH/SONET définissent les actions suivantes : Encapsulation des données dans les trames SONET/SDH Encodage des signaux sur une fibre optique Gestion de la liaison SONET/SDH Les avantages de la technologie SDH sont nombreux : Transport à très haut débit de données en point à point avec un overhead très faible (surcharge due à l’encapsulation). et permet d’acheminer du trafic jusqu’à un point particulier du réseau.La technologie SDH / SONET Figure 28 .1. Encodage du flux de données basé sur les standards actuels du multiplexage Détection facile des disfonctionnements sur le réseau Monitoring des performances         7 5 .2 L’intérêt de SDH comme support physique Nous savons que SONET (Synchronous Optical Network. Les fonctionnalités offertes par la SDH dans le monde des technologies à bande de base sont sensiblement les mêmes que celles offertes par les T1/E1 dans le monde des technologies à bande étroite (« narrowband ») telle que RNIS. utilisé dans le reste monde excepté au Japon) sont deux standards pratiquement identiques dédiés au transport de données sur support physique optique (on négligera le support électrique) entre deux points fixes à des vitesses allant jusqu'à 9. La phase de transport des données est indépendante des services et des applications qu’elle supporte.exemple de réseau en ATM VI. utilisé en Amérique du Nord) et SDH (Synchronous Digital Hierarchy. SONET/SDH est utilisée comme couche physique pour les protocoles de niveaux supérieurs comme l’ATM ou le PPP.

Infrastructure de transmission déployée par défaut sur les réseaux optiques VI. existants ou en développements. qui permettent vraiment de transporter de l’IP au travers de circuits virtuels (VCs) ne sont pas tellement nombreux. 7 6 .3 Le transport de l’IP sur ATM Les mécanismes. Si l’on considère que l’ensemble des circuits virtuels a été ou peut être créé. La technologie ATM propose des mécanismes poussés de gestions qui permettent d’offrir une granularité d’offre importante. Leurs fonctions principales sont de :  Segmenter correctement des grandes plages de bande passante en de multiples sous canaux sur lesquels on peut appliquer de la QOS  Associer les différents paquets IP entrants avec leurs CV correspondants. L’infrastructure IP/ATM (on parle alors de « classical IP ») doit créer elle-même les ensembles de circuits virtuels (permanents ou commutés) pour fournir des chemins fiables de bout en bout au travers de l’architecture réseau. l’infrastructure IP/ATM doit ensuite vérifier que les bons paquets IP sont encapsulés dans les VCs correspondants de façon cohérente.2.La technologie SDH / SONET    Mécanisme d’ « Auto Protection Switching » en cas de SPOF (Single Point of Failure). Architecture en anneau autoréparable en moins de 50ms. Les VCs peuvent être générés automatiquement afin de répondre à une demande (et détruits lorsque la demande est satisfaite) ou par l’administrateur du réseau pour un besoin spécifique à un moment précis. Elle vérifie ensuite que les VCC (virtual channel connections = un ensemble de VC) possèdent les bons descripteurs dans leurs entêtes afin d’assurer la COS requise.1. alors que MPLS est plus perçu comme une technologie d’évolution du réseau permettant de pérenniser ses investissements. Cependant l’implémentation de services VPN et l’adoption d’une politique concernant la gestion des flux (comme la COS) peuvent influencer le choix du VC destinataire. Les informations fondamentales au bon acheminement du paquet IP sont données par l’expéditeur du paquet.

un fournisseur de services peut trouver dans cette méthode de transport trois avantages principaux :    Une utilisation flexible et améliorer la gestion de la bande passante disponible Des nouveaux services à valeur ajoutée (VoIP.La technologie SDH / SONET Figure 29 .de flots à 43 Mbit/s. dans un flot dont le débit est celui du support physique (par exemple à 2. capable de supporter des mécanismes de QOS et donc des SLA. H.323) capables de supporter des contrats avec des SLA Des services VPN faciles à mettre en place et sécurisés Figure : comparaison OSI entre ATM et SONET Les propriétés de multiplexage de SDH permettent de regrouper.5 Gbit/s).un canal SONET/SDH transportant de l’ATM En utilisant ATM comme un intelligent niveau de granularité entre le protocole IP et la SDH/SONET. Signalisation Multiplexage et commutation Segmentation / réassemblage Routage ATM Gestion du trafic et des flux SONET framing Encodage Gestion du lien 7 7 . Les flots véhiculent de l'ATM transportant de l'IP (IP sur ATM sur SDH). des flots à 155 Mbit/s ou des flots à 622 Mbit/s transportant à leur tour des flots à 155 Mbit/s éventuellement porteurs .dans le cas de SONET .

réseau combinant IP/ATM/MPLS/SDH/ISDN VI. 7 8 . vidéo. POS est actuellement utilisé par les opérateurs dans les réseaux d’entreprise.2. ce qui lui permet de jouir d’une très bonne réputation à l’heure actuelle auprès des acheteurs télécoms.2 IP sur PPP sur SDH: Packet Over SONET Les technologies basées sur la fibre optique (donc SONET/SDH) sont devenues les choix de prédilection pour les architectes réseaux en vue de bâtir des réseaux métropolitains à haut débit et sur de longues distances mais aussi des infrastructures supportant nativement (ou presque) le protocole IP. Cisco fut un des principaux soutiens aux pionniers de la technologie POS. elle est capable de fournir des bandes passantes à très haut débit en vue de transporter des flux multimédia (voix. données). musique. Packet Over Sonet (POS). qui permet un transport rapide et sans perte des données au travers d’une architecture SDH à très certainement joué un rôle primordial dans le développement explosif d’Internet.La technologie SDH / SONET Figure 30 . Bien que SONET/SDH soit régulièrement qualifiée de technologie de l’ancien temps (« Old World ») du fait de l’utilisation de la technologie de multiplexage PDH orientée trafic voix.

La couche 2 dans notre étude est basée sur PPP et HDLC et va permettre l’adaptation du paquet IP dans SONET. équipements de bout de ligne qui terminent la liaison point à point SONET/SDH. Les RFC 1661 (Point to Point Protocol) et RFC 1662 (PPP in HDLC-like framing) sont aussi à consulter. IP ne comporte pas d’information permettant de l’identifier dans un flux binaire. Le fait de transporter de l’IP dans SONET permet d’optimiser la rentabilité les équipements SONET en place au niveau des réseaux de télécommunication. Aujourd’hui les équipements SDH deviennent de plus en plus simple d’exploitation et se rapprochent de l’utilisateur final tout en augmentant les débits.  Apporter des fonctions de supervision de qualité et de protection du trafic. Les interfaces POS sur les routeurs sont principalement reliées à des Terminal Multiplexers.La technologie SDH / SONET Figure 31 . Les objectifs sont :  Identifier les paquets transportés. Les exemples les plus courants sont les architectures « backbone » de réseau (la dorsale en français). SONET est un protocole de niveau 1 et IP de niveau 3.  Coder le signal afin de l’adapter au support physique. l’agrégation des données transportées ou bien l’acheminement de l’information aux extrémités d’un réseau (métropolitain par exemple). " Packet Over SONET " ou POS est une technique qui remonte à 1993 et qui est toujours employée en 2003 pour le transport en point à point de trafic IP à hauts débits. Notamment un nombre suffisant de transition dans le signal émis pour permettre la récupération de l’horloge. Le transport d’un paquet IP nécessite évidemment une mise en forme préalable. SONET permet le transport des datagrammes IP sur des liaisons hauts débits en point à point. La recommandation en vigueur actuellement est la RFC 2615 (PPP over SONET) qui invalide de fait la précédente recommandation 1619. On trouve maintenant de plus en plus de connections POS sur de la fibre noire ou sur des systèmes à base de DWDM (Dense Wave division multiplexing).un canal SONET/SDH transportant du PPP POS fournit un environnement souple et configurable qui peut être utilisé par de nombreuses applications de transfert de données. 7 9 .

PPP over SONET Afin d’expliquer le fonctionnement de POS. défini dans la RFC 1661 contient 3 composantes principales :  Une méthode d’encapsulation sur HDLC (High level Data Link Control). nous allons détailler le travail effectué par les différentes couches en partant du niveau réseau.2. VI.1 Couche Réseau : Le service de la couche 3 est assuré par le protocole IP (Internet Protocol). CHAP… Benoît Champy. C’est cette couche qui met en place la notion de routage au niveau IP.Figure 32 . Protocole payload Bourrage Figure : trame PPP C’est le champ protocole (sur 1 ou 2 octects) qui permet d’identifier le protocole de niveau supérieur transporté : IP.  Le niveau LCP (Link Control Protocol) qui assure l’établissement. Alexandre le-Faucheur 8 0 . LCP.2. PAP.2 Couche Liaison : Le service de la couche 2 est assuré par le protocole PPP (Point to Point Protocol) utilisé habituellement pour des liaisons point à point entre modem via le réseau téléphonique commuté. VI.2. IPCP (NCP). la configuration et le test de la connexion de la couche de niveau 2. Plusieurs NCPs peuvent être utilisés pour établir et configurer les protocoles de la couche réseau (IP.2. L’unité d’information est le paquet. IPX…).  Le niveau NCP (Network Control Protocol) qui réalise l’encapsulation des différents protocoles de la couche 3. Ce protocole. Il assure également la gestion des options de PPP telle que l’authentification. Cette couche permet l’acheminement des informations au travers d’un réseau.

caractérisant alors l’impossibilité d’aboutir à un accord sur les options retenues pour configurer la liaison. Le dernier compteur comptabilise le nombre de rejet de demande de configuration. Après authentification (cette étape n’est pas retenue pour POS).La technologie SDH / SONET L’enchaînement des différentes phases d’établissement. Une fois le lien physique établi (Liaison up). Pour chaque requête. un compteur limite le nombre de tentatives (Compteurs « Max configure » et « Max terminate »). Ces trois compteurs. de maintien et de fermeture d’une liaison PPP s’effectue de la façon suivante : Un timer et trois compteurs sont associés à l’établissement de la liaison PPP. Le timer « Restart Timer » est initialisé lors de l’émission de requêtes d’ouverture ou de fermeture de liaison. Si ces requêtes ne sont pas acquittées avant expiration du timer. elles sont réémises. on associe à chaque protocole de niveau 3 transporté un NCP (Network Control Protocol) qui permet d’ouvrir la liaison niveau 3 et de négocier certaines options spécifiques à chaque . la phase d’établissement permet de négocier les options retenues et de s’assurer de l’ouverture de la liaison au niveau 2 dans les 2 sens. ainsi que le Timer sont configurables (des valeurs par défaut sont définies dans la RFC1661).

routage…). Configuration Non Acquittée et Configuration . Dans le cas de POS le protocole NCP utilisé est le protocole IPCP (Internet Protocol Control Protocol). Le format de la trame PPP est alors le suivant : Figure : Trame PPP en HDLC like framing Le mécanisme de transformation de la trame PPP est décrit dans le schéma suivant : La RFC 2615 précise en effet comment encapsuler le protocole PPP dans des liens SONET/SDH. Le protocole LCP est référencé dans les RFC 1570 et 1661.Fermeture et Fermeture . qui est basée sur un principe de liaisons point à point sur des . Ce protocole permet d’établir. Cette méthode permet la fragmentation des paquets et un contrôle d’erreur efficace. Seul les requêtes de 1 à 7 de l’entête sont utilisées. Requête .Rejeté.  Les trames de Fermeture de Liaison utilisés pour couper une communication (Requête . Il existe trois classes de trames LCP :  Les trames de Configuration de Liaison utilisés pour établir et configurer une communication (Requête . PPP a été conçu à la base pour des liaisons point à point.La technologie SDH / SONET protocole (Compression. Packet Over Sonet utilise ensuite le protocole PPP comme s’il utilisait un trame HDLC (on parle alors de High Level Data Link Control like framing) pour l’encapsulation au niveau liaison. et Requête .  Les trames de Maintenance de Liaison utilisés pour gérer et « superviser » une liaison (Code . Protocole .Echo. Dans notre cas.Configuration. adressage. de tester la liaison et de négocier certains paramètres.Acquittée. l’IP étant le protocole de niveau 3 transporté.Acquittée).Rejeté.Rejetée). ce qui convient à l’architecture SONET/SDH.Echo. Réponse . le protocole NCP correspondant est l’IPCP (IP Control Protocol). Le protocole NCP utilise le même mécanisme d’échange que LCP. Les paquets de données sont acceptés une fois la phase d’établissement de la liaison niveau 3 aboutie.Elimination). Configuration .

les données présentes dans la trame HDLC ne doivent pas reproduire ce motif. plus le sur débit est important  La valeur des octets de la trame HDLC. Il peut ainsi entraîner jusqu’au doublement de la longueur des trames. On peut noter qu’une formule permet de calculer la bande passante efficace dont on disposera en fonction de la taille des paquets envoyés : Bande passante efficace (%) = 1 / [1. en fonction de la présence d’octets de valeurs 7D et 7E réduit le volume réel des données transportées. Ainsi. Ce mécanisme est présenté comme une limite de l’utilisation des trames HDLC pour le transport de paquet IP sur support à très haut débit. des utilisateurs mal intentionnés génèrent des trames ne comportant que des octets de valeur 7D ou 7E. Ainsi. il est également remplacé par le double octet 7D5D. L’octet 7D ayant également un rôle particulier. si. la bande passante réellement disponible sur le conteneur SONET pour le transport de paquet dépend donc de 2 éléments :  La taille des paquets : A chaque paquet. Plus les paquets sont petits.008 + (9/N)] x 100 (Où N correspond au niveau de multiplexage de la ligne STS-N en SONET) . avec une bande passante disponible allant jusqu’à 149. Il a été convenu que le taux de transfert par défaut pour POS serait de 155 Mbits/s (STS-3 / STM-1). la trame HDLC ajoute un sur débit de 9 octets (voir taille de chaque champ de la trame HDLC).La technologie SDH / SONET topologies de type anneau. par exemple. car il entraîne un allongement non déterministe de la taille de chaque paquet. En effet il faut prendre en compte le phénomène de « stuffing » : le flag 7E étant utilisé pour délimiter les débuts et fins de trames.760 Mbit/s. un octet 7E présent entre 2 flags est remplacé par 2 octets 7D5E.

Comme le brouillage se fait en mode chaîné et que le vecteur d'initialisation (sur 43 bits) contient des données qui ne sont pas facilement prévisibles par un attaquant.2. ils effectuent une analyse du signal sur le lien pour repérer des motifs de synchronisation.10-16 d'après la RFC.2. Les équipements SONET/SDH doivent travailler de façon synchrone. cela peut perturber le système. Si les données utilisateurs répètent ces motifs. Ce problème a été résolu par un brouillage des trames HDLC avant leur insertion dans le containeur SONET.La technologie SDH / SONET Figure 33 .2.4 Les applications Packet-over-SONET La technologie SONET/SDH a donc été utilisée avec succès pour le transport à grande vitesse de paquets IP dans des applications nécessitant l’envoi de données sur de longues distances (WAN). Dans la plupart des applications WAN d’aujourd’hui les routeurs avec une interface POS sont connectés directement à l’anneau SDH via des ADM. 8 4 . la probabilité de réussite d'une telle attaque est fortement réduite à 9. Pour cela.2. de synchronisation au niveau des équipements SONET. VI.Taux de pertes en fonction de la taille des paquets VI. Il s’agit des fanions A1 (0xF6) et A2 (0x28).3 Sécurité de POS L'absence de brouillage des trames HDLC permettrait d’après la RFC 2615 d'injecter des trames pouvant causer des pertes d'alignement.

La technologie SDH / SONET

Du fait de l’utilisation intensive de POS pour les transmissions WAN, les architectures standards LAN utilisée pour l’interconnexion de point of presence (POP) telles que le FDDI ou le Fast Ethernet ont été mise à mal puisqu’elles ne possédaient plus le débit suffisant pour résister à une brusque montée en charge (C’est une des raisons de l’arrivée du Gigabit Ethernet dans les entreprises). C’est donc tout naturellement que POS a été choisi pour le raccordement des LAN aux POP régionaux. Récemment, avec l’émergence de DWDM en tant que technologie viable capable d’augmenter la bande passante disponible, POS a connu un essor commercial significatif, en vue de répondre aux nouvelles applications très gourmandes en débit comme la voix sur IP (VoIP) ou le streaming vidéo. DWDW permet d’utiliser une signalisation multi canal sur un seul brin de fibre optique, exemple : la capacité en débit d’un lien OC-48 à 2.5Gbits/s (STM-16 en SDH) pouvant se trouver multiplier jusque par 128. Nous allons finalement détailler maintenant les champs d’applications de POS, que l’on peut classer en trois catégories, vous trouverez les schémas correspondant à chaque cas en annexes de ce document.  Cœur de réseau (Core)  Extrémités du réseau (Edge)  MAN (réseaux couvrant une surface de plusieurs kilomètres carrés) L’activité cœur de réseau fait référence aux infrastructures backbone qui réalisent les interconnections et les agrégations de liens sur les grands réseaux nationaux. Ces agrégations de liens dans les réseaux de fournisseurs d’accès à Internet sont souvent référencées sous l’appellation Network Access Points (NAPs) ou Points of Presence (PoP). Lorsqu’il est situé à une extrémité du réseau, l’utilisateur accède au réseau de son fournisseur d’accès à Internet par l’intermédiaire des POP. Un abonnement à Internet ne dépasse pratiquement jamais le niveau OC-3 à 155 Mbits/s (STM-1). On peut ainsi dire que les données transportées entre l’abonné et le POP le sont en bout de réseau (edge). On parle aussi de lien edge to edge pour les données inter POP. Le troisième cas typique d’utilisation de la technologie SDH/SONET concerne l’interconnexion de bâtiments d’une même entreprise ou d’un même campus universitaire lorsque ceux ci sont séparés par des distances trop importantes pour de l’Ethernet classique (technologie ultra dominante pour le LAN actuellement). Les villes de moyenne importance peuvent aussi installer un anneau SDH avec technologie POS pour relier entre eux les différents services municipaux et proposer de nombreux services multimédias pour ses administrés (médiathèque, vision conférence…).

VI.2.3

Autres solutions :

MAPOS (Multiple Access Protocol Over SONET) C’est une tentative d’extension de POS, à des topologies en étoile et maillées. Ce protocole met en œuvre un adressage pour le routage des paquets. Il utilise pour cela les champs « Adresse » et « Control » de la trame HDLC. Cela nécessite des équipements

La technologie SDH / SONET

implémentant MAPOS dans le réseau. MAPOS et ses protocoles associés sont décrits dans les RFC-2171 à 2176, mais ne sont pas standardisés. Des solutions propriétaires ont aussi vues le jour, proposées par des équipementiers Télécoms tels que Nortel Network ou Lucent. Ces solutions restent extrêmement marginales et restent liées au fait d’avoir une infrastructure réseau équipée uniquement par le même constructeur.

VI.3
VI.3.1

Les technologies émergentes au niveau liaison
Ethernet Over SONET

Il apparaît clairement que la technologie Ethernet normalisée 802.3 est le leader incontesté dans le domaine des LAN. Des équipements performants peu coûteux (face aux anciennes technologies Token Ring ou SNA) à déployer et une concurrence commerciale acharnée ont permis à la technologie Ethernet de proposer aujourd’hui un rapport prix/performance extraordinaire. Initialement, Ethernet était proposé comme un simple moyen de mettre en commun plusieurs nœuds d’un même réseau et le débit maximum était de 10 Mbits/s. Une évolution rapide de la technologie permet de proposer maintenant un environnement totalement commuté (switches Ethernet) et des débits de 100Mbits, 1000Mbits et maintenant 10Gbits (le 40Gbits est déjà prêt). Ethernet présente en outre de nombreux avantages :  Facilité d’utilisation - Disponible en grande quantité, technologie éprouvée - Simplifie les operations de gestion du réseau  Un excellent rapport prix/performance - Une base d’équipements installés importante - Achat de bande passante supplémentaire seulement en cas de nécessité  flexible - Un seul équipement peut avoir plusieurs interfaces mais couvrir plusieurs services : Internet, VPN, Extranet, liaison vers un SAN - On peut rajouter de la bande passante par cran de 1Mhz seulement Actuellement, les réseaux métropolitains des opérateurs sont encore largement SDH et ATM. Mais ils viennent à l'Ethernet, réputé moins cher à l'achat et à l'exploitation. En effet, avec l'émergence du Gigabit Ethernet dans les grandes entreprises, celles-ci sont tentées de raccorder les réseaux locaux qui desservent différents sites d'une agglomération ou d'une région pour n'en faire qu'un seul réseau local virtuel. Une opération relativement simple lorsque les opérateurs eux-mêmes utilisent une infrastructure Ethernet dans leurs réseaux métropolitains. Mais la plupart d'entre eux se sont abondamment équipés en SDH, technologie télécoms par excellence qui se marie mal avec Ethernet, et qu'ils ne sont pas près d'abandonner. Pour contrer l’arrivée de

La technologie SDH / SONET

nouveaux acteurs (Foundry, Activa, Riverstone) très agressifs, les équipementiers ont décidé de rajeunir la SDH avec la nouvelle mouture NG (Next Generation). Une étude du cabinet américain RHK qui date de septembre 2002 indique que les réseaux SDH ne sont pas près de disparaître et que ce SDH NG (Next Generation) devrait leur permettre de s'adapter à l'environnement nouveau, marqué par l'arrivée du Gigabit et du 10 Gigabit Ethernet. Parmi les améliorations, on trouve la possibilité d’encapsuler des trames Ethernet directement sur de la SDH au travers de la technologie Ethernet over SONET/SDH (EoS) et la baisse importante des coûts d’infrastructure. SDH/SONET prétend ainsi devenir la technologie dominante pour la voix et le transport de données. Ethernet n'ayant pas été conçu pour fonctionner en boucle (infrastructure type de la SDH), Lucent pousse le Rapid Spanning Tree à la normalisation auprès de l’IEEE. En cas de rupture d'un lien, le Spanning Tree Protocol (STP) utilisé en Ethernet met de vingt à trente secondes pour calculer une nouvelle route en évitant les boucles (trop long). Le Rapid Spanning Tree ramène ce temps - dit de convergence - à environ une seconde (la SDH met moins de cinquante millisecondes pour rétablir une liaison).

Figure 34 - interconnexion de réseaux locaux Il est également possible de regrouper les réseaux locaux virtuels (VLAN) d'une entreprise en un réseau virtuel global avec des priorités en VLAN. L’entreprise pourra disposer de connexions point à point, point multipoint, ou d'un service de bande passante. Ethernet over SONET (EoS) est donc basé sur des standards de l’industrie des Télécommunications et les équipements compatibles EoS disponibles à la vente permettent d’encapsuler les données Ethernet directement dans le payload (charge utile) des trames SDH/SONET.

707 qui définit une bonne partie de la technologie SDH. La Concaténation : Nous avons vu que la concaténation classique fait partie intégrante de la recommandation G.Il décident alors de la configuration. Cette opération se fait à l’aide de l’octet H4 du POH (concaténation de haut niveau) ou sur l’octet K4 pour les VT (concaténation bas niveau). utilisé avec la concaténation virtuelle. Elle permet de disposer de plus de granularité au niveau de l’offre SDH grâce à l’utilisation des containers virtuels (VC) : N * 1. Elle fonctionne de concert avec VCAT et GFP. le trafic sera juste ralenti mais le service ne s’arrêtera pas. essentiellement du a l’overhead).2Mbits de charge utile. Les paramètres de LCAS peuvent être modifiés à la volée par les gestionnaires du réseau ou par l’intermédiaire d’applications de configuration à .5 ou 2 Mbits. Elle permet n’importe quelle combinaison entre les timeslots et les routes disponibles pour le transport du payload et est utilisée depuis 2002. grâce à des messages spéciaux de reconfiguration. de l’établissement et de la fermeture des connections virtuelles (VCG). dont Ethernet. La technologie EoS repose sur trois principes :  VCAT (virtual concatenation) : une extension de la concaténation classique qui permet une granularité plus fine. Il permet notamment des services de bande passante à la demande. Signalisation LCAS : Le principe de la signalisation LCAS était présent dans la recommandation de l’UIT G. une ligne OC-48 (VC-4-16c) était nécessaire pour assurer le transport du Gbit Ethernet (avec un taux d’efficacité de 42% environ. M * 45 ou 50 Mbits.  GFP (Generic Framing Procedure). Un autre type de concaténation a été mis en place lors de l’introduction de la technologie SONET NG. Il permet d'encapsuler différents trafics. . On peut noter qu’il existe une alternative à GFP : LAPS.2 de 1989 mais il n’a été finalisé qu’en 2001.La technologie SDH / SONET La nouvelle mouture de SDH entre en concurrence avec les offres Ethernet directement sur la couche optique. Alors qu’avant. un protocole reconnu à la fois par l'UIT et l'American National Standards Institute. Il autorise une protection performante du système et évite le gaspillage de bande passante en gérant le comportement de chaque VC.  LCAS (Link Capacity Adjustment Scheme). dans SDH. Si un des containers virtuels VC tombe. C’est un protocole de signalisation bidirectionnel qui permet un meilleur ajustement de l’utilisation de la bande passante.704. on peut maintenant acheminer du trafic Gigabit au travers de plusieurs canaux VC-4-7v de 131. P * 150 Mbits. : VCAT. Ces dernières sont généralement appelées Optical Ethernet (promotion par des groupes tels que le Metro Ethernet Forum). point faible de la SDH classique.

Selon les spécifications de GFP. chaque PDU (Protocol Data Unit) sera encapsulé avec un entête commun qui identifiera son type et sa taille. La trame GFP est la suivante : .La technologie SDH / SONET 90 nodes SDH Transport Network (L1 +L2) Unprotected traffic or automatic traffic protection STM-16 (typically ) STM-16 (typically ) STM 1/4/16 SDH MUX STM 1/4/16 Sites abonnés SDH MUX CE CE CE CE Gigabit 10Mbit/s Ethernet EthernetEthernet 10Mbit/s Fast Ethernet CE CE CE CE Gigabit Ethernet 10Mbit/s EthernetFast Ethernet 10Mbit/s Ethernet MUX = Multiplexeur Figure : Exemple de réseau supportant le EoS GFP (Generic Framing Procédure) GFP (référencée par l’ITU dans la recommandation G. comme le Gigabit Ethernet.7041 en octobre 2001) est une méthode d'encapsulation de n'importe quel protocole. Cela permet à SDH/SONET de transporter facilement divers protocole de niveau 2 comme l’Ethernet. la Connexion de Système d'Entreprise (ESCON) et la Transmission Vidéo Numérique (DVB) pour le transport sur un réseau existant SONET/SDH. le Fibre Channel.

Une trame vide (idle frame) est transmise lorsqu’il n’y a pas de données à intégrer. PPP…).La technologie SDH / SONET Elle possède un entête de deux ou trois champs. Puis vient le Header Type qui contient un code correspondant au type de payload transporté (Ethernet. Figure 35 .intégration de GFP 9 0 . Une trame vide est simplement constituée de l’entête avec un PLI de zéro. Chaque header est protégé par un CRC sur 16 bits (HEC). une charge utile (payload) et un contrôle d’erreur optionnel (FCS). Le premier champ de l’entête indiques la longueur de la trame.

Elle a beaucoup de similarités avec la trame HDLC utilisée par POS. C’est le type de trame par défaut dans GFP. On encapsule un bloc de données (Ethernet. Destiné aux transports sur ESCON ou FICON. On n’a plus alors qu’à ré-envoyer les données très rapidement en se servant du taux de remplissage de ces blocs comme indicateur. qui vont en se résorbant. fortement équipés en infrastructures SDH. C’est aussi un protocole capable d’encapsuler de l’Ethernet ou de l’IP. PPP/HDLC) de taille variable dans une trame GFP qui aura toujours la même forme. C’est une technologie point à point.1. Cela ne les empêchera pas de déployer en parallèle des réseaux tout Ethernet.protocole LAPS VI.86). on ne veut pas forcément attendre de recevoir toute la trame avant de ré-emettre les données.1 Conclusion Malgré tout la SDH NG ressemble un peu à un combat d'arrière-garde. SDH NG (et ici son extension Ethernet over Sonet) servira sans doute aux opérateurs historiques. On décide alors de mapper les données au fur et à mesure de leur arrivée dans des blocs très petits de 8 octets qui serviront de mémoire tampon. . Elle supporte uniquement des protocoles de niveau 2 OSI. en mode non connecté et sans procédure d’acquittement qui se situe au dessus de la couche SDH. Figure 36 . à proposer à leurs clients entreprises des services Ethernet en réutilisant l'existant.La technologie SDH / SONET Il existe deux types de trames GFP :  « frame mapped » : applicable à la plupart des types de données sous forme de paquets.3. LAPS (Link Access Procedure for SDH) On peut considérer LAPS comme une alternative a GFP. malgré toutes ses imperfections. Les nouveaux opérateurs lui préfèrent généralement un réseau tout Ethernet. mais en moins performante laps (ITU Recommandation X.  « transparent » : Dans le cas d’applications où un très faible taux de latence est demandé.

un anneau RPR peut interagir avec les infrastructures de transport SONET de niveau inférieur et utiliser des techniques telles que la « Virtual Concatenation » (pour supporter efficacement l’infrastructure SONET/SDH. Lorsque qu’il est transporté sur une interface SONET/SDH.3.2 RPR (Resilient Packer Ring) : 802. Cependant. au dessus du LLC traditionnellement) en cours de standardisation par l’IEEE 802. Si une partie du trafic sur l’anneau est destiné à un noeud voisin. il faut alors prendre en .17 Resilient Packet Ring (RPR) est une nouvelle couche MAC (niveau liaison. Cette réutilisation « spatiale » de la bande passante se fait également en supprimant les chuintant les paquets avant le nœud de destination et en ajoutant du nouveau trafic à la place. RPR s’inspire de la technologie propriétaire DPT (Dynamic Packet Transport) de Cisco.17 working group. le nouveau trafic peut être intégré directement au trafic existant. RPR est un protocole simple de contrôle d’accès destiné aux architectures en anneau. Il est censé transformer un chaîne de liaison point à point en un vrai environnement de réseau partagé qui permettra d’offrir des solutions en cas d’engorgement des tuyaux et de nombreuses classes de services (COS). RPR est indépendant de la couche physique et peut servir à transporter de l’Ethernet sur de la SDH/SONET ou bien servir de couche MAC. RPR nécessite la construction d’une infrastructure dédiée qui ne transportera rien d’autres que des paquets de données (niveau 3). ce qui permet d’acheminer un important trafic Ethernet pour un coût moindre que de rajouter des équipements SDH/SONET sur le réseau.La technologie SDH / SONET Figure 37 .comparaison RPR/EoS VI. tant que cela n’excède pas la capacité de l’anneau. RPR a donc été conçu pour répondre aux besoins dans les MEN (Metro Ethernet Network) au niveau des POP et pour combler l’inefficacité de certaines solutions SDH/SONET vieillissantes (STS-1 en terme de débit).

liaison Ethernet/SONET par un anneau RPR 9 3 . ce qui ne permet pas d’optimiser la bande passante disponible. la technologie RPR espère tirer son épingle du jeu en adoptant de facto de nombreux standards IEEE (principe de l’adresse MAC. Cette couche doit aussi être faite de façon à supporter les spécifications actuelles ou futurs des réseaux basés sur une couche physique optique. à l’heure actuelle. VI. MAN ou WAN. Il est donc temps d’offrir aux utilisateurs une couche de liaison suffisamment souple pour permettre le transport optimisé des données aussi bien dans les LAN.2.1 Les nouveautés RPR a été inventé pour répondre aux besoins sans cesse réévalués du transfert de données dans les réseaux optiques. d’offrir les mêmes caractéristiques (temps de réponse.La technologie SDH / SONET compte le fait que l’investissement sera plus long à rentabiliser que l’adoption d’un anneau SDH classique. mais l’utilisateur aura alors accès à de nombreux nouveaux services.3. environnement de travail partagé). granularité de l’offre) nécessaire aux réseaux MAN et WAN. GSM) mais aucune solution commerciale ne propose ces caractéristiques à l’heure actuelle. Alors que les techniques de gestion des erreurs et de monitoring des performances sont déjà bien implémentées dans le monde SDH/SONET. L’extension des réseaux LAN (souvent dédié au transport de données) ne permet pas. les solutions basées sur RPR sont donc intégrables sans trop de difficultés (il est toutefois recommandé d’effectuer un audit réseau avant de se lancer dans un tel déploiement). Figure 38 . Les réseaux de transport actuels doivent adapter leurs données pour les réseaux TDM.17 affirme aussi que la technologie RPR a été conçue pour supporter les échanges voix à bas débit (téléphonie fixe. Le working groupe 802.

principe du « spatial re-use » trafic L’encapsulation des données doit permettre le dialogue entre ces deux types d’interfaces. ce qui en fait une alternative crédible face à l’encapsulation PPP/HDLC.3.  Réparation automatique du réseau en très peu de temps (inférieur à 50ms) en cas de défaillance dans l’anneau ou sur un des nœuds. principe de frame (multiplexage) Optimisation de la topologie en anneau.  Utilisation intelligente de la bande passante proposée par la technologie fibre grâce à une technologie de multiplexage prédictif (on espère déterminer quelle donnée envoyer avant que l’on ait reçu la demande) et élimination de l’overhead entre les différentes couches. Le protocole doit être aussi .La technologie SDH / SONET RPR fournit :  Multiplication de la bande passante via le multiplexage temporel sur l’anneau (ce qui permet d’avoir plusieurs communications téléphoniques simultanément par exemple pour un seul canal utilisé).  Agrégation du trafic au niveau de l’anneau en lui-même plutôt qu’au niveau de chaque nœud avec d’améliorer le multiplexage statistique (prédictif). Ainsi il est transparent pour les données transportées de se trouver sur une topologie commutée ou dans un anneau « à sens unique ».  Ne nécessite que la frame GFP d’encapsulation sans aucun entête supplémentaire. orienté vers le paquet (l’octet) Doit être alimenté par un flux continu et synchrone Un ‘sens de parcours obligatoire’ pour les données RPR Asynchrone. Comparaison SDH/RPR SONET/SDH interface De type synchrone. Typiquement. VI.  Facilité pour le dimensionnement futur de son réseau puisqu’il n’est plus nécessaire (théoriquement) de différencier les connections en mode paquet des connections en mode circuit. la technologie s’adaptera aussi bien à un environnement commuté en Ethernet que sur des liens SONET/SDH multiplexés en WDM.2 Le principe de RPR Le niveau MAC du protocole RPR est indépendant de la couche physique.2.

RPR est une technologie récente qui n’est pas encore normalisée. Foundry) ont déjà définis quels seraient les objectifs à atteindre et pourquoi RPR a été créée :       Prise en charge optimisée des paquets de données en même temps que le support du trafic TDM Support de tous les débits normalisés par SDH et SONET (présent et futur) : OC3/STM-1. Commutation sécurisée au niveau physique ou au niveau liaison (MAC) coexistence entre RPR et UPSR sur le même anneau interopérabilité avec les autres standards d’architecture en anneau (eg UPSR. La technologie SDH/SONET est composée de deux couches distinctes : une couche de liaison « hiérarchique » (chaque élément du réseau joue un rôle particulier) basé sur un multiplexage synchrone qui permet d’ajouter et de retirer du trafic sur les nœuds de l’anneau en fibre optique et une couche de support physique qui permet de gérer et de surveiller (monitoring) efficacement l’état du réseau optique. Toutefois ses géniteurs. OC-48/STM-16.3 La complémentarité RPR/SONET On peut considérer RPR plutôt en tant que complément de SDH qu’en concurrent.2. OC-192/STM-64. etc. . OC-12/STM-4.La technologie SDH / SONET suffisamment robuste pour supporter les erreurs. donc gérer les collisions. issus du milieu des équipementiers pour la plupart (Alcatel. BLSR) partage des routes SDH/SONET pour l’envoi de donner sur les mêmes nœuds du réseau afin de gagner en efficacité VI. la reprise sur erreur (comme en Ethernet…) et sécurisé pour ne pas être vulnérable aux attaques de pirates.3. Nortel Networks.

RPR laisse le soin à la couche physique de SDH/SONET de gérer le rétablissement du réseau en cas de coupure en moins de 50 ms. Elle laisse le soin à SONET de gérer le support de transmission pour se concentrer plutôt sur le transfert de données. ce qu’elle sait très bien gérer. MPLS. couches supérieures 802. Même. Ethernet. des applications indispensables comme le paiement d’un film à la séance en streaming (VOD = Video on Demand) ne peuvent prétendre profiter de cette compensation.La technologie SDH / SONET RPR à plutôt pour but de remplacer le principe de multiplexage temporel par une méthode de commutation par paquets prédictive (statistique diront certains) capables de gérer intelligent le trafic entre les nœuds de l’anneau. RPR est indépendant de la couche physique et de la couche réseau : IP. DWDM…) La tâche de RPR est donc de fournir une interface entre des équipements physiques synchrones (SDH) et des protocoles de niveaux supérieurs. Malheureusement.17 RPR Transmission optique (SONET. WDM. Source : Arris 9 6 . il a été montré par des études et des tests que l’implémentation RPR pour la VoD laissait la part belle aux phénomènes de latence.

Utilisation de la BP (Arris) 9 7 . Figure 39 . la commutation EoS offre une alternative intéressante (car basée sur des standards établis) et performante pour le paiement à la séance (PPW = Pay per View) et l’accès à Internet mais aussi pour des services traditionnellement de commutation par circuit comme la voix et la location d’une liaison privée TDM.La technologie SDH / SONET De plus.

sont encore mal équipées pour répondre à la demande exponentielle de trafic pour les services en modes paquets. le chiffre d'affaires généré par les services et produits d'accès aux réseaux métropolitains connaîtra une hausse de 552%. tout comme l’acheminement de volumes plus élevés de données depuis l’extrémité des réseaux métropolitains et d’accès vers le cœur de réseau. . initialement optimisées pour la transmission de services vocaux. Leur priorité réside aujourd’hui dans les réseaux métropolitains (MAN et MEN). 03/2002 De plus. Ils se doivent donc de trouver de nouveaux marchés à conquérir. dont les boucles locales. appelés pourtant à disparaître. Ce nouveau défi représente un enjeu capital.7 milliards de dollars entre 2002 et 2006. Ils n'envisagent pas de méga investissements. la disponibilité de la bande passante des réseaux des opérateurs télécoms est désormais garantie. L’agrégation de trafic téléphonique voix / données analogique (T3/E3) sur des liens optiques numériques (SONET/SDH) est donc aujourd’hui devenue une stratégie clé dans le secteur des réseaux. passant de 420 millions de dollars à 2. selon une récente étude de marché menée par Infonetics Research. un boom spectaculaire au point de faire beaucoup d'ombre aux réseaux conventionnels Sonet /SDH. d'ici 2008. Les réseaux de fibre optique multiplexée ne connaîtront donc pas.La technologie SDH / SONET VII LE MARCHÉ / LES OFFRES OPÉRATEURS Même si elle coûte encore parfois très chère.Investissements Optical Oracle. En effet. Montant des investissements des opérateurs Figure 40 . Les grands opérateurs émergent à peine de leur crise financière.

5 milliards de dollars à l’horizon 2008. Figure 41 . En parallèle. souple et facile à gérer. la technologie Ethernet. de capacité de transmission et de faible coût. Elle profite. utilisée avec succès dans les réseaux locaux d'entreprise (LAN). de systèmes de gestion et d'approvisionnement de services et de fonctionnalités de facturation ayant atteint leur maturité. en outre. générera un chiffre d’affaires supérieur à 9.Plan de déploiement de SDH sur fibre optique jusqu’en 2OO5 pour level3 . Soit un taux de croissance annuel d’environ 60%. Insight's Rosenberg estime que la nouvelle génération d’équipements ADM pour SDH/SONET (on parle maintenant de 3G optique) dont le marché est aujourd’hui évalué à 900 Milliards de dollars. est bien prise en charge par les standards du secteur. a fait preuve de qualités inégalées de simplicité. La base de services de ce type de réseau.La technologie SDH / SONET Nous savons que le réseau de transport de la plupart des opérateurs est fondé sur une infrastructure SONET/SDH.

opérateur régional français opérant en Ile de France et filiale à 100% de la RATP. Une semaine plus tôt. Durant le salon SuperComm de juin dernier. selon Gartner Dataquest. l’opérateur de téléphonie Verizon annonçait qu’il souhaitait faire évoluer son réseau en SONET NG et qu’il choisissait ses multiplexeurs ADM de nouvelle génération chez Fujistu (Flashwave 4500). de l’Etoile et de la bourse chez ses concurrents depuis 1997.1 Les offres opérateurs Nous allons maintenant detailler deux offres opérateurs permettant l’interconnexion de sites distants en très haut débit :  L’offre SMHD de l’opérateur historique France Télécom  L’Intercity Private Line de Level3 Citons aussi les offre Eurolink de Colt Telecom. la Chine demeurant le premier marché des Télécommunications sur le continent asiatique. Le service SMHD met à disposition des entreprises une boucle optique SDH dédiée pour raccorder tous vos établissements au sein d’une même agglomération.La technologie SDH / SONET Les 900 millions de dollar d’investissement pour la pose de fibre optique cette année montre que l’intérêt pour cette technologie n’est pas prêt de retomber. Cette offre de "boucle dédiée" est disponible sur tout le territoire chez France Télécom (via l’offre SMHD (Service Multisite Hauts Débits)) et dans les quartiers de la Défense. VII. Enfin. en 2002 le marché chinois des équipements de transport SDH représentait plus d’un milliard de dollars. l’opérateur télécoms américain BellSouth à annoncé qu’il choisissait les récentes technologies Metropolis DMX de Cisco et ONS 15454 de Cisco pour faire évoluer son réseau optique SONET. 1 0 . Euroring SDH de KPN ou encore Telcité (ex Naxos).

La technologie SDH / SONET

Cette boucle optique, doublée pour garantir une sécurisation maximale, sert de support à l’établissement de liaisons haut débit et fédère ainsi l’ensemble des flux de télécommunications (voix, données, images) entre vos établissements, clients ou partenaires. Elle s’accompagne de nombreuses prestations de service "à la carte" liées à la SDH, tout en proposant une tarification très avantageuse pour les entreprises.

L’offre privacy line de level3 :

Level 3 offre un service de liaison longue distance Link Private Line dédiée et point à point sur 65 marchés internationaux. Ce service est idéal pour les sociétés implantées dans plusieurs pays qui échangent un volume important de voix, vidéo et données, de façon sécurisée. La tarification est forfaitaire et propose plusieurs options de configuration de la bande passante (d’une DS3 jusqu’à STM-16 / OC-48).

La société propose aussi un accès métropolitain « off-net » : ce service est disponible si le site à connecter n'est pas directement relié au réseau Level 3. Level 3 fournit alors un accès via un opérateur de boucle locale.

VII.2

Les équipements constructeurs :

Puisque la technologie SDH/SONET est standardisée, il n’y a normalement plus de risque pour un responsable Télécoms d’acheter des équipements provenant de constructeurs, d’équipementiers différents. On peut distinguer deux types d’équipementiers SDH :   Les intervenants « historiques » du marché originel voix de SDH, tels Cisco, Alcatel, Lucent,Nortel Networks, Marconi. Des nouveaux venus qui se concentrent plutôt sur les réseaux SONET/SDH NG en proposant des équipements destinés au RPR, à l’EoS ou au POS selon le principe d’UNI (Universal Network Interface) : un seul type d’équipement permet de gérer

B

1 0

La technologie SDH / SONET

l’interconnexion de plusieurs réseaux de technologie différente. On peut citer Foundry, Juniper, Galazar, Native Networks, Riverstone. ou Extreme Networks. Nous vous présentons aujourd’hui un portfolio de tous ces équipements. VII.2.1 Terminal Multiplexer

Sagem propose toute une gamme d’équipements de multiplexage pour créer son infrastructure SONET/SDH. Elle est utilisée par des opérateurs télécoms du monde entier.

SAGEM MXA 16 : Multiplexeur SDH/SONET 2.5 Gbits/s

SAGEM MXA 64 : Multiplexeur SDH/SONET10 Gbits/s compatible PDH

1 0

La technologie SDH / SONET

VII.2.2

Regenerator (STE: System Termination Equipment)

Le STE Cisco ONS 15104 est le premier mais aussi le seul existant régénérateur optique directement manageable par IP qui supporte la transmission sur une fibre monomode. Il permet de couvrir jusqu’à 80km.

VII.2.3

ADM (Add-Drop Multiplexer)

Ericsson propose, en collaboration avec Marconi, des équipements optique destinés aux réseaux à forte densité.

SMA Series 4

1 0

Support de EoS au travers de LCAS et GFP Deux ports GigaEthernet pour transporter de l’IP sur SDH Compatible SNMP v3 Digital cross connect : 1 0 . tels le Ericsson SMA16-64. VC-4 et VC-12.La technologie SDH / SONET      Design compact permettant d’économiser de l’espace Support de toutes les vitsses conventionnelles depuis 2Mbits jusqu’à STM-4 Interfaces Ethernet et ATM Configuration Terminal et Add-Drop Multiplexer Support des longueurs d’ondes 1310 et 1550 nm. bientôt disponibles) Possibilité d’interconnecter jusqu’à huit anneaux STM-16 Peut être configuré pour délivrer 504 * 2Mbits ou 128 * STM-1 Support des containers virtuels VC-3. Des équipements combinant les fonctions de multiplexeurs et de Cross Connect sont aussi disponibles. Ericsson STM 16-64        Support total de la technologie SDH jusqu'à STM-64 (cartes d’extension STM-128 à 40Gbits en option. Il est idéal pour chapeauter des liaisons métropolitaines. régionales mais s’adapte parfaitement dans des configurations de dorsales (« backbone ») pour réseau national.

La technologie SDH / SONET VII. en collaboration avec Marconi. VII.2.3 ADM (Add-Drop Multiplexer) Ericsson propose. Il permet de couvrir jusqu’à 80km. des équipements optique destinés aux réseaux à forte densité.2. SMA Series 4 Voici quelques-unes des caractéristiques que propose la gamme SMA Series 4 1 0 .2 Regenerator (STE: System Termination Equipment) Le STE Cisco ONS 15104 est le premier mais aussi le seul existant régénérateur optique directement manageable par IP qui supporte la transmission sur une fibre monomode.

 Configurable à distance  Supporte les configurations point à point.5 Équipements hybrides Nous vous présentons ici différents équipements qui peuvent s’acquitter de toutes les tâches dans un réseau SONET.  Réduit drastiquement le temps d’installation d’une nouvelle solution télécoms. Il peuvent être utilisés comme :  Terminal Multiplexer  Add-Drop Multiplexer  Répéteur / Régénérateur de signal  Equipement de Cross-Connect Sagem ADR 2500C : . maillée et en étoile VII. optimisation de la bande passante et des portes sur les switches.2.La technologie SDH / SONET Marconi CellSpan Il possède les caractéristiques suivantes :  Déploiement facile sans faire appel à un spécialiste télécoms  Permet à l’opérateur de proposer des SLA  Mise en place transparente dans un architecture SDH et ATM.

EoS) Management par SNMP Cisco ONS 15600 MSSP Ce produit de chez Cisco est destine aux grands réseaux. flexible et compacte Transport sécurisé des frames SDH Interfaces de transport innovantes (RPR.        Quatre ports STM-64 simultanés par carte Upgrade jusqu’à 8 cartes 4 * STM-64 supplémentaires Support UPSR/SNCP Support des technologies bidirectionnelles 2 fibres BLSR / MS-Spring Topologies en anneaux. multiplexeur terminal ou linéaire (ADM) Support des longueurs d’onde de 1310 et 1550nm (courte et longue distance) Support de toutes les tailles de containers virtuels. et présente les caractéristiques suivantes :     Solution modulaire.5Gbits. Il propose de base 4 ports simultanés STM-64 à 2. . en anneaux multiples.La technologie SDH / SONET Il a été conçu pour tous les utilisateurs de réseaux optiques qui veulent évoluer vers une solution STM-16. et peut faire évoluer sans problème sa capacité de transport par l’ajout de cartes optionnelles.

LCAS. Elle présente les propriétés suivantes :  Interface Fast et Gigabit Ethernet  Support des DS1/E1 et DS3/E3 pour PDH  Support de toutes les interfaces SDH : STM-1 à STM-16  Implémentation hardware des protocoles GFP. LCAS et VCAT Installation simple Galazar MSF250 Galazar. Conforme aux nouvelles normes GFP. propose une approche innovante en présentant une puce ASIC multi services. Voici quelques exemples de produits conformes à cette nouvelle norme. Support des applications point à point ou multipoint.6 Ethernet Over SONET Nous avons vu auparavant que la tendance actuelle était de transporter son trafic Ethernet directement sur les réseaux SDH / SONET selon le protocole EoS. VCAT et PPP 1 0 . Elle s’intègre très facilement sur n’importe quel type de châssis Cisco ou Juniper.2.La technologie SDH / SONET VII. Marconi PacketSpan Il permet aux opérateurs réseaux de répondre à la demande de bande passante pour les services de transport de données à haut débit à travers un réseau WAN et propose les caractéristiques suivantes :       S’intègre directement sur une infrastructure SDH Permet de proposer une meilleure granularité d’offres aux consommateurs et des SLA Réduit les coûts de transports des données. nouveau venu dans le monde du réseau.

Elle propose une excellente carte d’extension POS pour ses châssis RS8600. Série de châssis RS 8600 Elle présente les caractéristiques suivantes : Support des technologies SONET et SDH Interface POS haute vitesse pour les lignes optiques OC-3 à OC-12 (STM-1 à STM-4) Redondance possible pour chaque carte Systèmes d’alarmes et de monitoring Totale compatibilité avec les protocoles PPP over SONET/SDH (RFC 1619) et PPP in HDLC-like Framing (RFC 1662).2.7 POS Or Cisco.La technologie SDH / SONET VII. support historique de POS puisque impliqué dans son développement. Filtrage par ACL      . on peut noter que la société Riverstone s’illustre par la qualité de ses équipements.

Personne ne sait si le trafic Internet va doubler en trois mois ou en douze.1 En français / In french : Le volume total du trafic sur l'Internet continue à croître exponentiellement et on prévoit. elle devrait dépasser 3 téraoctets. pour rester concurrentiels. découverte de réseau). ce qui signifie que.La technologie SDH / SONET VIII CONCLUSION VIII. De toute évidence. aux États-Unis seulement. A l'avenir. de nombreux opérateurs américains prévoient de déployer des réseaux OC192 (STM-64. C'est seulement une question de temps avant que ces mêmes opérateurs et fournisseurs de services Internet commencent à planifier le déploiement de réseaux OC-768 (STM128). Les protocoles ATM. FR ou Ethernet sont pour cela largement utilisés. les réseaux optiques répondent bien à l'explosion de la demande de capacité de transmission de données. qu'il doublera tous les 6 mois. mais la plupart des Benoît Champy. calcul de métriques. entre autres avantages. Si ce taux de croissance continue. sans exagération.une partie de ce trafic étant d'ailleurs de la voix sous forme de paquets IP. les opérateurs doivent pouvoir disposer instantanément de bande passante supplémentaire. Cette solution est viable pour les nouveaux opérateurs. 10 Gbit/s) dont le seul objectif sera de livrer des données sur l'Internet. le trafic de données progresse cinq à six fois plus rapidement que la voix . dont les fonctions seraient transférées à la couche DWDM au-dessus de la fibre et dans les paquets IP au-dessus de la couche DWDM. l'architecture du réseau pourrait être simplifiée en éliminant certaines des couches électroniques classiques actuelles. les nœuds de commutation modernes reposent maintenant de plus en plus sur une commutation de niveau 2 qui s’avère plus efficace. Si le trafic téléphonique connaît toujours une croissance significative. L’arrivée de la commutation MPLS (Multiprotocol Label Switching) a renforcé cette tendance. Alexandre le-Faucheur 1 1 . Cette technique a. la bande passante globale requise pour l'Internet d'ici 2005. Déjà. Or le trafic de données est extrêmement peu prévisible. celui de pouvoir créer des circuits virtuels afin de maîtriser l’acheminement du trafic. Alors qu’il y a quelques années le routage IP (niveau 3) était fortement utilisé. Au Canada. Elle préfigure aussi de ce que beaucoup d’utilisateurs réclament : simplification de l’architecture en couche qui oblige à l’heure actuelle de créer de nouvelles « passerelles » inter protocole. dépassera 35 téraoctets. et celui d’avoir des délais d’acheminement plus courts du fait de l’abandon des techniques nécessaires au routage de niveau 3 (gestion des procédures de mise à jour de tables de routage.

Un Internet optique pourrait être utilisé pour un trafic à haut volume. Aujourd’hui les opérateurs commencent à évoluer progressivement vers des réseaux NGN (Next Generation Network) basé sur la convergence IP. et d'une couche de transport entièrement optique. even in the presence of multiple failure conditions. SDH networks will increasingly incorporate intelligent network elements (RPR. Rings may be designed to provide a high degree of service quality. composée d'un réseau IP multiservice. Il est concevable que les futurs réseaux Internet regrouperont de manière transparente divers protocoles de transport.La technologie SDH / SONET opérateurs actuels ont lourdement investi dans des systèmes et des architectures classiques. Dans un avenir prévisible. As SDH brings many new advances to the telecommunications network. and operations information directly within the signal format. it also brings many new testing challenges. VIII. These advantages add up to provide a powerful network standard that will continue to grow in popularity into the future. Toutefois la réalité économique fait que nous pouvons dire que la cohabitation des nouvelles et des anciennes technologies risques de durer encore quelques années. It contains mechanisms to allow for timing inconsistencies throughout the network. provisioning. and provides a means for transporting a wide variety of services. les services SDH/SONET et IP devront cohabiter et diverses études suggèrent que les ventes de systèmes électroniques SDH/SONET vont continuer à augmenter sur de nombreux marchés. maintenance. Benoît Champy. Alexandre le-Faucheur 1 1 . L'un des principaux défis résidera donc dans la migration d'un réseau aujourd'hui encore majoritairement électronique au réseau tout optique IP du futur. Une façon de gérer cette migration serait d'utiliser une couche de service de données. EoS) for more flexible network configuration. Le protocole DWDM répond parfaitement à cette attente en proposant des débits jamais atteints encore sur un support physique.2 En anglais / In english : The SDH signal has built-in performance monitoring. It allows tributary drop and insert while reducing equipment cost and timing delay to provide on/off ramps to the industry analogy of the “global superhighway”.

.........................................PRINCIPE FONCTIONNEL (UIT-T)........................................................................................ 1 3 FIGURE 6 ....................... 2 5 FIGURE 13 ..........................HORLOGE INTER-NOEUDS (UIT-T)............... 54 FIGURE 14 ............................................................................. 3 2 FIGURE 4 ........................49 FIGURE 11 ...................................PTOP + ADM SOURCE (CISCO)..................................................................................................DISPERSION DE LA SILICE..................L'AVENIR LE METRO WDM (CISCO)............................... Alexandre le-Faucheur 1 1 .......................................................... 1 6 FIGURE 20 ......................LE MULTIPLEXAGE SDH (UIT-T G......................HEADERS STM / SOH (UIT-T).........................................La technologie SDH / SONET IX LISTE DES FIGURES FIGURE 1 ....................................RAMAN DRS.... 1 6 FIGURE 19 ............................................................. 2 6 FIGURE 21 .................................PRINCIPE FONCTIONNEL (UIT-T).........UPSR/ BLSR (SOURCE CISCO)........................................PROJECTION DES TRAFICS AUX US (CISCO).57 FIGURE 16 .............................................................HEADER STM (UIT-T)............50 FIGURE 12 ................PRINCIPE FONCTIONNEL D'UN MULTIPLEXEUR (UIT-T).......707)..................... 32 FIGURE 7 .............ASPECT PHYSIQUE DE SDH (CISCO)........................ 23 FIGURE 3 ......... 22 FIGURE 2 ........................ 3 6 Benoît Champy.............................................................59 FIGURE 18 .. 1 4 FIGURE 9 .24 FIGURE 5 – MUX/DEMUX OPTIQUE (SOURCE CISCO).............................................................................HORLOGE ENTRE NOEUDS (UIT-T)...................................................... 0 4 FIGURE 8 ..................FOURCHETTES DES LONGUEURS D'ONDE.COUCHES SDH (UIT-T)........................................................................................ 58 FIGURE 17 ...LES APPLICATIONS PASSIVES SUR FIBRE OPTIQUE.........................HEADER SOH (UIT-T).........................55 FIGURE 15 ...........EXEMPLE DE MULTIPLEX (UIT-T). 44 FIGURE 10 .......

............................ 0 8 FIGURE 33 ...........................................................La technologie SDH / SONET FIGURE 22 ................................RÉSEAU COMBINANT IP/ATM/MPLS/SDH/ISDN...................OCTETS POUR LES ALARMES DANS SOH (UIT-T)....... 5 7 FIGURE 29 ..................................PLAN DE DÉPLOIEMENT DE SDH SUR FIBRE OPTIQUE JUSQU’EN 2OO5 POUR LEVEL3.....................RAPPEL DES CORRESPONDANCES SONET/SDH...................... 67 FIGURE 25 ..................................................................................................................................SOH -> POH PRINCIPE (UIT-T)........... 1 9 FIGURE 38 ...STS SONET.......................... 7 6 FIGURE 26 ......................................................... 4 6 FIGURE 23 ..................................................... 03/2002......UN CANAL SONET/SDH TRANSPORTANT DU PPP........79 FIGURE 32 .INVESTISSEMENTS OPTICAL ORACLE..........................................................STM SONET (HEADER)...............PROTOCOLE LAPS..LIAISON ETHERNET/SONET PAR UN ANNEAU RPR...............................................................PPP OVER SONET............. 65 FIGURE 24 ................93 FIGURE 39 ............. 1 9 FIGURE 37 ....73 FIGURE 28 ........................UTILISATION DE LA BP (ARRIS)................84 FIGURE 34 ....................................TAUX DE PERTES EN FONCTION DE LA TAILLE DES PAQUETS........................................ 68 FIGURE 27 ..................................................................................... 98 Benoît Champy................................................................. 7 8 FIGURE 35 ........ 97 FIGURE 41 .........MULTIPLEXAGE SONET........INTERCONNEXION DE RÉSEAUX LOCAUX...................... 90 FIGURE 36 ........COMPARAISON RPR/EOS..................EXEMPLE DE RÉSEAU EN ATM.... 6 9 FIGURE 40 .............UN CANAL SONET/SDH TRANSPORTANT DE L’ATM............................... 78 FIGURE 31 ......................................................INTÉGRATION DE GFP.......... Alexandre le-Faucheur 1 1 ....77 FIGURE 30 ...................

...... par Guy Pujolle.............................. G...... ....... J.... Editions DUNOD Recommandations UIT-T ..... THESE : UFR AMPLIFICATION ET CONVERSION PARAMETRIQUES............. Editions Eyrolles........707 : Interface de nœud pour SDH .... 1999 THESE : UFR LASER A FIBRE POUR LES TELECOMMUNICATIONS MULTIPLEXEES EN LONGUEUR D’ONDE : ETUDE DE L’ACCORDABILITE EN LONGUEUR D’ONDE ET DE LA GENERATION DE TRAINS MULTI-LONGUEURS D’ONDE D’IMPULSIONS PAR VOIE ELECTRO-OPTIQUE Stéphane CALVEZ................ G...............................................................652 : Différentes fibres optiques 1 1 .......................................................................... .....653 & G..... DECALAGE ET SUPPRESSION DE FREQUENCES PAR PROCESSUS KERR ET RAMAN DANS LES FIBRES OPTIQUES Thibaut SYLVESTRE.......................783 : Caractéristiques des blocs fonctionnels des équipements SDH............................La technologie SDH / SONET X BIBLIOGRAPHIE Les Réseaux Edition 2003........... 2002 Formulaire de Physique........ Renault.... G.......

africaone.com/international/francais/presse/pr3_19_02fr.com/en/produits-en/reseaux-optique-en/sdh-mxa-en.sagem.3.iec.html OPERATEURS http://www.html http://techupdate.html?tag=search Benoît Champy.redback.com/amitt/sdh.univ-paris13.marconi.fiberxon.ericsson.htm http://www.tekelec-systemes.htm http://igm.PDF http://www.com/networking/wan/sonet.com/english/product/sdh.html http://www.pdf http://perso.cetp.alcatel.cfm <== Africa one équipements SDF http://www.com/products/main/SDH_hpprod.com/en-US/whitepp/wp_soft_landing.org/index.html http://pnp.iec.foundrynet.com.pdf http://www.8 http://www-gtr.sagem.jhtml?subCategory=SDH%20Pointto-Point%20Digital%20Radio http://shopper-zdnet.shtml http://www.html http://www.php?num=1882.fr/nsdh.fr/products/productsbysubfamily.club-internet.fing.univ-mlv.chez.org/online/tutorials/sdh/ http://www.htm http://www.com/en/produits-en/reseaux-optique-en/sdh-access-en.htm http://www.telcite.com/french/about/technical_description.fr/~porteneu/articles/PDH.pdf http://www.fr/publications/blhd/blhd1.art-telecom.htm http://www.com/doc/tf13_ns_f_12453a0.iutv.com/media/koreantelco_cs.html http://www.marben-products.htm http://www.fr/download/rt/docs/wan/RES_OPE.techfest.com/OSIAM/sonet_dsh.ipsl. Alexandre le-Faucheur 1 1 .com/search?cat=302&q=sdh http://www.SONET.search.SDH.fr/Cours/Mat/Telecoms2/Doc/presentationSDH http://www.com/4014-3251_15-406415.htm http://www.org/online/tutorials/serv_deliv/topic05.free.fr/~duris/NTREZO/SDH.fr/oleola/indexSDH.La technologie SDH / SONET XI WEBOGRAPHIE http://www.1017.

org/index.fr/rose2seb/fibre1.rad.org/online/tutorials/sonet/topic07.club-internet.org/ Caractéristiques de certaines fibres optiques pour le D/WDM : http://aoctech.org/ UIT-T : Pour les recommandations sur D/WDM.int/home/ ETSI : Pour les recommandation SDH http://www.itu. le WDM/MPLS et les technologies à haut débit : http://www.com IEC : http://www.etsi.La technologie SDH / SONET FIBRE OPTIQUE Petit cours sur les F.html Présentation simpliste de SDH : http://www2.fing.iec.itu.htm IUT-T : Pour les recommandation SDH / SONET http://www.com/networks/1994/sdh/opendoc1.htm#coeur WDM Tout sur tout le MPLS. http://www.ponforum.org/ 1 1 .s http://perso.com/warp/public/779/servpro/solutions/optical/dwdm.cisco.com/ IETF : http://www.O.org/ Architecture PON en WDM : http://www.html#BP Présentation très très simplifié : http://www.gmpls.php?num=1333.int/home/ LE VTHD : http://www.fr/fibre.2#vthd Cisco : http://www.telcite.cisco.html SDH/SONET Cisco : http://www.ietf.

La technologie SDH / SONET XII LISTE DES ACRONYMES [A-D] ACL ADM ANSI ASK ATM BER BLSR BSN CDMA CRC-N COS DCC DCF DEL DFF DLC DPT DSF DWDM Access Control List Add Drop Multiplexer American National Standard Institute Amplitude Shift keying mode de transfert asynchrone (asynchronous transfer mode) taux d'erreur binaire (bit-error ratio) Bidirectional Line Switched Ring Broadcast and Select Networks Code Division Multiple Access contrôle de redondance cyclique-N cyclic redundancy check-N) Classes of Services canal de communication de données data communication channel) Dispersion Compensating Fiber Diode Eléctro Luminescente Dispersion Flattened Fiber Digital Loop Carrier Dynamic Packet Transport Dispersion Shifted Fiber Dense Wave Division Multiplexing [E-I] EDFA EoS FSK FO FWHM FWM GFP HEC HDLC IEEE IETF amplificateur à fibre dopée à l'erbium (erbium-doped fibre amplifier) Ethernet Over SONET Frequency Shift Keying Fibre Optique largeur maximale à mi-hauteur (full width at half maximum) mélange de quatre ondes (four wave mixing) Generic Framing Procedure contrôle d'erreur d'en-tête (header error control) high level digital link control Institution of Electrical and Electronic Engineers Internet Engineering Taskforce 1 1 .

La technologie SDH / SONET ITU IP IPCP International Telecommunications Union Internet Protocol Internet Protocol Control Protocol [J-M] LAN Local Area Network LAPS Link Access Procedure for SDH LASER Light Amplifier by Stimulated Emission of Radiation LCAS Link Capacity Adjustment Scheme LCP Link Control Protocol LED Light Emitting Diode LOP perte de pointeur (loss of pointer) MAC Medium Access Control MAN Metropolitan Area network MEN Metro Ethernet Network MMF Multimode Fiber MPLS Multi Protocol Label Switching MSTE équipement de terminaison de section multiplex (multiplex section terminating element) [N-Q] NAP NCP NGN NRZ OC OXC OXE ONU OPS OSC OTDM PDH PDU PLM PMD PMF POH POD POH PON POP POS PPP PPW Network Access Point Network Control Protocol) Next Generation Network Non Return to Zero Optical Carrier Optical Cross Connect Optical eXchange Equipement Optical Network Unit Optical Packet Switching Optical Service Channel Optical Time Domain Multiplexing hiérarchie numérique plésiochrone (plesiochronous digital hierarchy) Protocol Data Unit discordance de charge utile (payload mismatch) dispersion modale de polarisation (polarization mode dispersion) Polarization Maintening Fiber en-tête de conduit (path overhead) Passive Optical Network en-tête de conduit (path overhead) Passive Optical Network Point of Presence Packet over SONET Point to Point Protocol Pay per View 1 1 .

La technologie SDH / SONET PRC PSK PTE QOS Primary Reference Clock Phase Shift Keying équipement de terminaison de conduit (path terminating element) Quality of Service [R-T] RIP RNIS RPR SBS SDH SLA SMF SMHD SNA SNMP SNR SONET SRS STM(-N) module (-N)] STP TDM Routing Information Protocol réseau numérique avec intégration des services Resilient Packet Ring diffusion Brillouin stimulée (stimulated Brillouin scattering) hiérarchie numérique synchrone (synchronous digital hierarchy) Service Level Agreement fibre monomode (single-mode fibre) Service Multisite Hauts Débits System Network Architecture Simple Network Management Protocol rapport signal/bruit (signal-to-noise ratio) Synchronous Optical Network diffusion raman stimulée (stimulated raman scattering) module de transport synchrone (de niveau N) [synchronous transport Spanning Tree Protocol Time Division Multiplexing [U-Z] UPSR VC-n VOD VoIP VPN WAN WC WDM multiplexing) WGR WRN XPM Unidirectional Path Switched Ring conteneur virtuel de niveau n (virtual container-n) Video on Demand Voice Over IP Virtual Private Network Wide Area Network Wavelength Converter multiplexage par répartition en longueur d'onde (wavelength division Wavelength Grafting Router Wavelength Routed Networks modulation de phase croisée (cross phase modulation) 1 1 .

ou en mégabits par seconde (Mbps). "le gros tuyau". DWDM : Dense Wavelength Division Multiplexing .La technologie SDH / SONET XIIIGLOSSAIRE [A-D] Asynchrone : Mode de communication entre deux équipements qui ne sont pas réglés sur la même base de temps. A noter que cette technologie est d'invention française car c'est le centre de recherches de France Telecom (CNET) qui l'a développé. Cette technologie réseau à haut débit prend en charge la gestion d'une bande passante variable et irrégulière. Bande passante : La bande passante désigne le débit d'une ligne de communication. plus de nombreux utilisateurs peuvent surfer confortablement en même temps. Technique de commutation rapide de cellules de 53 octets permettant l'exploitation optimale de la bande passante. Plus elle est grande. Le débit courant sur ce support est de 155 Mbits/s. La limitation provient principalement du matériel. Backbone : Epine dorsale d'un réseau. La finalité étant de pouvoir véhiculer des données hétérogènes sur un même support. Elle est mesurée en bits par seconde (bps). Schématiquement.Technologie de multiplexage de longueur d’ondes à forte densité (c'est à dire un nombre élevé de fréquences sur le même brin de fibre) qui autorise un décuplement des capacités de bande passante de la fibre optique. en kilobits par seconde (Kbps). ATM : Asynchronous Transfer Mode. 1 2 . [E-H] Encapsulation : Technique utilisée dans les protocoles de gestion de couches dans laquelle chaque couche ajoute une entête d'information à l'unité de données provenant de la couche supérieure. c'est à dire la vitesse à laquelle les données peuvent être transmises sur cette ligne. Buffer : Mémoire tampon servant à stocker des données lors d'un transfert. Broadcast : Diffusion d'un signal informatique à l'ensemble des machines d'un réseau dans le but de communiquer avec l'une d'entre elles. particulièrement adaptée lorsque le besoin de bande passante est susceptible de croître et de décroître considérablement dans des très courts laps de temps.

[I-L] Kbps : Kilo bits par seconde. Protocole de commutation (dont le Tag Switching de Cisco est à l'origine) remplaçant la commutation sur la base de l'@IP par la commutation de Label (ou étiquette) qui s'apparent à une commutation de niveau 2 OSI. car il faut connaître la topologie complète du réseau. Normalisé par l'ISO. Taux de transfert sur Internet. Interface : Assure la communication entre deux appareils ou logiciels ayant des fonctions différentes.. Half duplex : Echange de données non simultané dans les deux sens. [M-P] Mbps : Megabits par seconde (million). C'est le jumelage de la vision complète du niveau 3 avec la puissance de commutation du Niveau 1 2 . On parle d'interfaces matérielles et d'interfaces logicielles. données). Frame Relay : Relais de Trame. Ethernet : Réseau filaire construit sur la méthode d’accès CSMA/CD. HDLC : High-level Data Link Control. à savoir que les deux équipements terminaux émettent et recoivent chacun leur tour. Voir WAN. LAN : Local Area Network. Protocole de niveau 2 (liaison de données) utilisé pour assurer la transmission entre réseau et terminaux avec corrections d’erreurs. Les deux équipements terminaux émettent et recoivent simultanément. Ce protocole de communication est utilisé sur les longues distances. MPLS : Multi Protocol Label Switching. Technique de commutation de trames informatiques permettant le multiplexages de données (voix.25. Full duplex : Echange de données simultané dans les deux sens : Emission et réception. La construction des étiquettes est faite par des protocoles de niveau 3. Longueur d'onde : Distance parcourue par l'onde pendant une période. L'intérêt de MPLS est que la commutation de niveau 2 est nettement plus rapide et plus souple que la commutation sur la seule @IP. Projet de norme de l’IETF visant à définir différentes qualités de service sur Internet. Petit réseau. généralement d'entreprise.. Monitoring: Terme anglais désignant le fait de d’observer quelque chose et le plus souvent d’en garder. Unité utilisée pour mesurer la bande passante sur des réseaux ma foi d'un fort beau gabarit. ce protocole permet l'optimisation des communications de type RNIS et X.La technologie SDH / SONET Embrouillage : Eviter une longue suite d’éléments binaires répétitifs pour garder le synchronisme avec l’horloge.

[U-Z] T-1 : Il s'agit de liaisons de communications qui assurent la transmission de données à haut débit.La technologie SDH / SONET 2. T-2 : Type de liaisons à 6. Son équivalent européen est E1. [Q-T] Quality of Service : Qualité de service. Réseau consacré au stockage qui relie entre eux périphériques. SAN : Storage Area Network. pour éviter de parasiter d’autres transmissions par exemple. dans le contexte PDH : Pas l’horloge de maître. Architecture de multiplexage par entrelacement d'octets permettant la concentration et le multiplexage des voies de transmission numériques synchronisées. Standard utilisé en Europe correspondant à la SDH américaine. type de liaisons à 2. Transmission en mode synchrone sur de la fibre optique. Narrow band : Bande étroite. A base de fibre optique. technique qui consiste à émettre des informations sur une bande de fréquences très étroite. serveurs et commutateurs d’origines différentes. 1 2 . Paquet : Ensemble de données (niveau 3 OSI) précédées d'une en-tête et transféré comme un tout. SDH : Synchronous Digital Hierarchy. Son but est de faciliter l’administration des données en réduisant le nombre de manipulations.4 Gbit/s. Les réseaux ATM s'appuient souvent sur la SDH. Synchrone : Coordination de deux éléments sur la même base de temps. La ligne T-1 a un débit de 1. SONET : Synchronous Optic NETwork. elle permet des débits allant de 155 Mnit/s à 2. C'est une mesure de débit made in US. Garantir des performances pour une prestation donnée.544 Mégabits par seconde. MPLS permet aussi de définir des classes de service. Multiplexage : Procédé permettant l'écoulement sur un même support de données provenant de canaux différents. celle du récepteur. Plésiochrone : Presque synchrone.048 Mégabits par seconde. des VPN IP et de faire une ingénierie du trafic c'est à dire affecter des chemins à certains flux de façon déterministe. Multicast : Diffusion d'un signal à un sous ensemble de machines sur un réseau.312 Mégabits par seconde équivalent à l'agrégat de 4 liaisons T1 (multiplié par 1024 et divisé par 1000). via des liens en fibre optique.

WDM : Technique de multiplexage permettant de transporter plusieurs signaux sur une seule fibre optique en leur affectant une longueur d'onde (ou une fréquence) différente. Son équivalent européen est E3. Topologie : La topologie des réseaux peut etre centralisée ou distribuée. c'est à dire que chaque noeud est connecté à tous les autres noeuds. 1 2 . qui supporte les connexions distantes. Conçu à l'origine pour relier les terminaux aux ordinateurs.736). X25 : Protocole de données fonctionnant par envoi de trames.La technologie SDH / SONET T-3 : Type de liaisons avec un débit de 45 Méga-bits par seconde (44. Les acronymes DWDM (Dense WDM) et CWDM (Coarse WDM) correspondent respectivement à des espacements entre canaux étroits (inférieurs à 100 GHz) ou très larges (500 GHz ou plus). Les réseaux centralisés. l'anneau. ou en étoile. à la manière des canaux de télévision. Une alternative est une topologie distribuée. type de liaisons à 34 Mégabits environ par seconde. l'étoile et l'arbre. Des topologies typiques sont le bus. X25 fournit un service de transmission de flot fiable. ont tous leurs noeuds connectés à un seul élément.

39. 73. 69. 92. 86. 36. 40. 20 disfonctionnements · 75 distance · 13. 107. 102. 40. 44. 115 cœur de réseaux · 70 commutation · 35. 70. 86. 105. 87. 109 Bande Passante · 25 C cellules · 32. 26. 105. 13. 90. 100. 109 compétitives · 71. 74 Cisco · 3. 106 agrégation · 79. 97. 100. 72 compteurs · 81 concaténation · 88 congestion · 74 containers · 88. 59. 94. 103. 88. 85.17 · 70. 108. 41. 85. 74. 103. 83. 24. 98. 92. 95. 91. 42. 43. 73. 59. 87. 90 Ethernet · 32. 89.La technologie SDH / SONET XIVINDEX 802. 60. 34. 100. 97 alarmes · 65 ATM · 109 AU · 51 AUG · 51 B Bande C · 42 Bande L · 42 bande passante · 3. 87. 104. 96. 98. 40. 18. 30. 20. 73. 31. 69. 15. 22 DSLAM · 73 DWDM · 30 E EDFA · 24 embrouilleur · 58 encapsuler · 82. 78. 72. 106. 107. 31. 71. 91. 93. 92. 24. 99. 105 ADM · 32. 106 Coupler · 33 cross-connect · 104 D datagrammes IP · 79 de réseau · 109 des modes · 14. 14. 103. 70. 76. 106 dorsales · 103 DRS · 21. 109 Ethernet over SONET · 87 1 2 . 92 A Add-Drop Multiplexer · 102. 102. 70. 77. 84. 88. 88. 42. 43. 99. 21. 43. 29. 48.

68. 62. 93 monitoring · 66. 92. 95. 107 gradient d’indice · 12. 70. 94. 71. 93. 20. 107. 77. 82 O opérateurs · 3. 65. 74. 15. 59. 18. 101. 103. 103. 91. 107 Interconnection · 104 investissements · 3. 87. 50. 104. 86. 89. 73. 19. 66. 89 PMD · 15. 56. 57. 42 POH · 63 PON · 31. 97. 98. 82 Le conteneur · 50 Level3 · 99 M MAPOS · 85. 99. 48. 31. 29. 78. 19. 76. 64. 101. 87. 58. 62. 95. 76. 84. 81. 79 Pay per View · 96 payload · 4. 47. 110 Ouverture numérique · 12 OXC · 32 P Packet Over SONET · 70. 79 I infrastructure · 4. 72. 72. 109 Frame Relay · 71 G gestion des flux · 76 GFP · 88. 75. 78 fournisseurs de services · 71. 118 flux multimédia · 74. 92 1 2 . 73. 69. 78 IPCP · 82 ITU · 4. 92. 83.La technologie SDH / SONET F facture · 72 Fast Ethernet · 85 FCS · 89 fibre monomode · 102. 27 Gradient d’indice · 11 H horloge · 48. 47. 109. 86 MEN · 92. 44. 46. 97 metro WDM · 43. 26. 110 Monitoring · 75 MONOMODES · 17. 90. 20. 97 IP sur PPP · 70. 90 L latence · 90. 8. 96 LCAS · 88. 90. 71. 55. 115 POP · 85. 27. 101 N narrowband · 75 NCP · 80. 88. 72. 45. 98. 76. 115 multi-hop · 39 multiplexage · 26. 86. 89. 22 monotoring · 108 MPLS · 71. 36. 107 LCP · 80. 25. 61. 93. 42. 78. 16. 46 mode · 14. 109. 78. 53.

32 WR · 32 X X25 · 71 1 2 . 82. 108. 93. 59. 82. 43. 109 TDM · 32. 84. 71. 83. 46. 108 PRC · 56 prédictive · 95 Q QOS · 71. 100. 75. 72. 72. 107 Video on Demand · 96 VoIP · 3. 96. 20. 79. 84. 90. 77. 87. 19. 73. 80. 81.La technologie SDH / SONET POS · 3. 76. 60. 79. 95. 89. 74. 25. 101. 72. 80. 107. 76. 85 voix sur IP · 70. 69. 110 T tarification · 100 taux de croissance · 98. 85. 77. 71. 84. 97 réseaux sécurisés · 72 RFC · 79. 27 Saut d’indice · 11 SDH · 45. 82. 97. 77. 85. 82. 14. 78. 93. 80. 72 W WAN · 3. 46. 85 VPN/IP · 71. 17. 83. 103. 79. 50. 84. 73. 67. 88. 67. 68. 93. 70. 12. 81. 127 PPP · 71. 77. 66. 108 S saut d’indice · 11. 92. 103 VCAT · 88. 86. 86. 80. 79. 83. 100. 90 TU · 50 TUG · 51 U UNI · 100 V VC · 50. 115 Spanning Tree Protocol · 87 support physique · 39. 82. 96 timer · 81 Token Ring · 86 trafic voix · 32. 88. 95. 86. 105. 64. 70. 107 WDM · 30. 78. 75. 90. 99. 74. 72. 77 Quality of Service · 71 R Rapid Spanning Tree · 87 réseaux métropolitains · 74. 51. 98. 78 trames · 45. 13. 70. 41. 94. 32. 95. 89. 75. 61. 78. 87. 106 SOH · 62 sondage · 70 SONET · 45. 85. 75. 105. 73. 71. 107 SMHD · 99 SNA · 86 SNMP · 36. 92. 41. 84. 70. 72. 48. 48 single-hop · 39 SLA · 71.

La technologie SDH / SONET XV ANNEXES Les architectures actuelles des réseaux hauts débits Voici un exemple d’infrastructure haut débit : 1 2 .

La technologie SDH / SONET Configurations recommandées par Cisco pour POS Core Network Applications de cœur de réseau pour la technologie POS Source : Cisco Edge Network 1 2 .

La technologie SDH / SONET Source : Cisco 1 2 .

La technologie SDH / SONET Metropolitan Network Source : Cisco 1 3 .

1 3 .

1 3 .

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful