AGENTS INFECTIEUX DE TRANSMISSION MERE-ENFANT(p111

)
Introduction
Le f tus est protégé de l infection par : Utérus Membranes liquide amniotique Les anticorps maternels ( IgG ) Naissance/ lait maternel

AGENTS INFECTIEUX DE TRANSMISSION MERE-ENFANT
Modes de transmission
In utero - Voie transplacentaire +++ (virémie / bactériémie .) - Voie ascendante urogénitale ( inf liq amniotique ) - Méthodes invasives ( diagnostic, ttt .) Périnatales: accouchement, allaitement, lésions cutanéomuqueuses

AGENTS INFECTIEUX DE TRANSMISSION MERE-ENFANT
Conséquences de l infection
conditionnées par l âge de la grossesse et microorganisme mort embryonnaire avortement mort-né prématurité malformations à la naissance ou tardive Infections néonatales: sépticémie, méningite . Interêt surveillance grossesse

AGENTS INFECTIEUX DE TRANSMISSION MERE-ENFANT
Principales étiologies VIRUS
Rubéole Cytomégalovirus Herpes simplex Varicelle Zona VIH Hépatite B

BACTERIES
Streptocoque B E.coli K1 Listeria monocytogenes

Genre Listeria
Plusieurs espèces (16) Listeria moncytogenes seule espèce pathogène Pour Homme et animal Petits bacilles gram+ Culture de 1° à 45°

Listeria monocytogenes Epidémiologie répandu : environnement Survie prolongée à basse Température (+4°) Homme Tube digestif Animaux Portage sain Contamination des aliments .

né«) Sujets Agés Méningite Septicémie Ingestion aliments contaminés . n.Listeria monocytogenes Transmission Indirecte +++ Immuno Déprimé ( femme enceinte.

Transmission directe LISTERIA MONOCYTOGENES Transmission Materno Foetale Placenta Voie Hématogène Mère Avortement Nouveau Né Septicémie Voie ascendante Méningite .

Prélèvements . Urines .Placenta LCR Sang périphériques . Sang .Listeria monocytogenes Diagnostic DIRECT 1 .

Listeria monocytogenes Diagnostic bactériologique ED: petits bacilles Gram + Culture facile .

Listeria monocytogenes Diagnostic bactériologique Identification Biochimique antigénique : 16 sérotypes Sensibilité aux antibiotiques Antibiogramme inutile bétalactamines +aminosides Résistance naturelle: CG3 But épidémiologie .

Listeria monocytogenes Prévention (Pas de vaccin) Dépistage et traitement Groupes à RISQUE Surveillance aliments .

Streptococcus agalactiae Streptocoque groupe B CLASSIFICATION .

Streptococcus agalactiae Streptocoque groupe B Etude du portage (1982) Portage global : 20.2% 5.2% Grossesse et colonisation ? Femmes enceintes 20% Femmes non enceintes 21% .7% 2.7 % vaginal Intestin Gorge 17.

. Urinaires I.Streptococcus agalactiae Streptocoque groupe B Infections variées I. génitales Septicémies .

Streptococcus agalactiae Streptocoque groupe B Infections néonatales: graves (1/10) (méningite et/ou sépticémie) Précoces: accouchement < 10ème j tardives: après 10ème j .

Streptococcus agalactiae Streptocoque groupe B Caractéristiques antigéniques polysaccaridique Sérotypes. épidémiologie gravité Libérés dans les produits pathologiques: diag rapide .

Streptococcus agalactiae Streptocoque groupe B Diagnostic rapide : Ag solubles .

Streptococcus agalactiae Streptocoque groupe B Isolement.identification .

Streptococcus agalactiae Streptocoque groupe B Prévention Traitement codifié : Pénicilline + aminoside .

Escherichia coli ( E.coli K1) Agent environ 40 % des infections néonatales Antigène K1: Ag capsulaire proche du polysaccharide du méningo B mauvaise réponse anticorps pas de vaccin .

Escherichia coli k1 Pouvoir pathogène Etiologies des méningites néonatales Casablanca 1982 1988 Bacilles Gram négatif E.5% 35% 22 % 22% 36. coli k1 Cocci Gram positif Streptocoque B Absence de germe 41.5% .

Escherichia coli K1 Pouvoir pathogène Infections néonatales -Transmission lors de l accouchement Méningite et/ou septicémie .

Escherichia coli K1 Diagnostic biologique Prélèvements LCR + sang Urgence diagnostic .

Escherichia coli K1 Diagnostic biologique Diagnostic rapide Intérêt : méningite néonatale Antigène K1 = Méningocoque B .

Escherichia coli Sensibilité aux antibiotiques En milieu ambulatoire Résistances en En milieu hospitalier Antibiogramme +++ .

Escherichia coli Prévention Hygiène .

LE VIRUS DE LA RUBEOLE .

le seul problème étant de les utiliser à bon escient.Introduction  La rubéole est une maladie éruptive de l enfance habituellement bénigne. Nous disposons actuellement de moyens diagnostiques et d'une vaccination efficaces. . Or des erreurs peuvent être faites lors de l'interprétation des sérodiagnostics de la rubéole. notamment chez la femme enceinte    . Sa gravité tient au risque de rubéole congénitale lorsqu elle atteint pour la première fois une femme enceinte.

VIRUS DE LA RUBEOLE Caractères généraux .enveloppé avec spicules à propriété HA .1 seul sérotype Spicules HA ARN Enveloppe .ARN .

VIRUS DE LA RUBEOLE Epidémiologie Endémo épidémique Epidémies au printemps Infections avec ou sans éruption (50/50) Immunité +++ .

VIRUS DE LA RUBEOLE Transmission Réservoir humain Contamination f tale par voie trans-placentaire .

VIRUS DE LA RUBEOLE Pathogénie virèmie .

VIRUS DE LA RUBEOLE Pouvoir pathogène Enfant et adulte Fièvre éruptive Rubéole congénitale En fonction de l âge de la grossesse .

.

dépistage systématique ELISA IHA .apparition de signes cliniques .suspicion de contage .VIRUS DE LA RUBEOLE Diagnostic sérologique 3 indications à préciser: .

UI/ml .

.

.

VIRUS DE LA RUBEOLE Diagnostic virologique Direct: exceptionnel réservé au diagnostic de rubéole congénitale Gorge LCR Urines Tissus embryon .

VIRUS DE LA RUBEOLE Prévention Vaccin vivant atténué: Immunisation passive Prénuptial + contraception ROR chez l enfant .

Cytomégalovirus FAMILLE DES HERPESVIRIDAE MICROSCOPIE ELECTRONIQUE .

conditions socio-économiques 100% dans régions pauvres: infection acquise très tôt dans la vie 50% à 80% régions à haut niveau .Cytomégalovirus Epidémiologie Virus ubiquitaire Séroprévalence élevée dépend des : .habitudes sexuelles (MST) .

CYTOMEGALOVIRUS : CMV Epidémiologie Réservoir Strictement HUMAIN 1 SEUL sérotype Mondialement répandu Pics : période périnatale Après puberté .

CYTOMEGALOVIRUS CMV Prévalence et niveau socioéconomique Enfants 4 à 48 s Adultes 100 50 ¦ ¦ © © © ¦ ¦ £¢ Ox §¦    ¥ ¥ ¥ ¥ ¡ ¡ ¡ A R H K E © © ¦    ¡  ¡ ¢© ©¨§¦ ¤ ¥  ¡  0 .

CYTOMEGALOVIRUS: CMV Epidémiologie Virus présents dans: macrophages circulants cellules endothéliales Transmission DIRECTE Virus excrété dans: Sécrétions pharyngées urines Lait sécrétions vaginales .

CYTOMEGALOVIRUS CMV Transmission VERTICALE Congénitale Néonatale .

CYTOMEGALOVIRUS CMV Transmission HORIZONTALE Mère-enfant .

Cytomégalovirus Autres voies de transmission Multiples par contact direct ‡ Voie sexuelle (sperme et sécrétions cervico-vaginales infectés). contact avec excrétions viral ‡Greffe d ¶organe ou de moelle (cellules souches hématopoïétiques) ‡ Transfusion sanguine . respiratoire.

CYTOMEGALOVIRUS CMV Diagnostic BIOLOGIQUE Laboratoire indispensable .

CYTOMEGALOVIRUS CMV Pouvoir pathogène Infection materno f tale infection maternelle asymptomatique maladie des inclusions cytomégaliques généralisées exceptionnelle 1 à 5 cas pour 10 000 naissances .

Diagnostic de l infection à CMV Sérologie Anticorps de type IgG et IgM Avidité des anticorps de type IgG Diagnostic direct Recherche de la dissémination sanguine recherche d¶une localisation viscérale .

CYTOMEGALOVIRUS CMV Diagnostic virologique direct Prélèvements TRES FRAGILE Antigènes viraux Isolement difficile .

délai entre prélèvement et manipulation < 3 h . quantification ‡ Inconvénient : manipulation longue.Détection d antigène Antigénémie CMV pp65 ‡ Avantages : rapidité. sensibilité. simplicité. lecture délicate.

Détection des acides nucléiques viraux  ADN viral: Hybridation (peu utilisée) PCR simple ou nichée PCR en temps réel : en plein développement => détection qualitative ou quantitative ARN messagers Technologie NASBA => trousses commercialisées  .

CYTOMEGALOVIRUS Traitement Traitement Acyclovir Gancyclovir CMV Prophylaxie foscarnet Prévention: Infections congénitales Infections chez l immunodéprimé .